Version classiqueVersion mobile

La Suite à l'ordinaire prochain

 | 
Chantal Thomas
, 
Denis Reynaud

Séquences et dénouements

Voyages

Chantal Thomas

Texte intégral

1Lorsque l'on pense voyage, on a aussitôt en tête des images de dépaysement, de vagabondages et d'imprévu, des désirs de musiques et de langues étrangères, de lumières autres, de visages inconnus. Cet appel d'exotisme, ce vent de liberté, est ce qui attire dans les récits d'expéditions ou les mémoires de grands voyageurs comme Casanova. Que se passe-t-il quand, lisant les gazettes, on entreprend de suivre les nombreuses narrations de voyage qu'elles comportent ? Où nous mènent-elles ? Et selon quelle temporalité ?

Le voyage des "Grands"

Le voyage de cour

  • 1 H. Taine, Les Origines de la France contemporaine, Laffont, "Bouquins", 1986, t. 1, p. 77. Taine ci (...)
  • 2 Page à la Cour de Louis XVI, Souvenirs du comte d'Hézecques. présentés par E. Bourassin, Editions T (...)

2Dans les gazettes, le terme de voyage n'implique pas nécessairement un jeu avec le lointain, la découverte d'horizons nouveaux. Il apparaît souvent, au contraire, dans le sens de déplacement de la cour : "On dit qu'il n'y aura pas de voyage de Compiègne cette année" (GDP 30 mars 1775), peut-on lire par exemple. Dans ce cas il ne désigne que le passage d'un château à un autre, un trajet qui, spatialement, n'a rien d'aventureux mais qui se doit d'être prodigieusement dispendieux (la suppression du voyage de Compiègne étant d'ailleurs une mesure d'économie). Car la cour ne se déplace pas sans un nombre invraisemblable d'artisans et marchands de tous les corps dont le privilège implique qu'ils l'accompagnent dans ses voyages et l'approvisionnent sur place. "On dirait d'une cour d'Orient qui, pour se mouvoir, entraîne tout un monde"1. Le voyage répond alors à une stricte planification, en accord avec le rythme des saisons. Le "voyage de Marly" annonçait la venue de l'été, l'abandon de Versailles pour un séjour champêtre plus aéré et plus sain. Ces déplacements importaient tellement aux yeux de Louis XV que leurs dates étaient la première chose qu'il inscrivait en début d'année sur son calendrier. Leur importance vaut comme scansion de la vie de cour, variations dans le registre de l'étiquette : "Chaque maison de campagne où le roi faisait de petits voyages exigeait un habit particulier. Trianon voulait un habit rouge, brodé d'or ; Compiègne un habit vert ; Choisy un bleu"2. Le voyage à Choisy, à Marly, à Compiègne, à Fontainebleau, etc., introduit dans l'essentielle monotonie ou ritualisation de la vie de cour le relief d'un léger changement d'habitudes. Ceci peut se produire à l'intérieur d'un même lieu pour peu qu'il comporte des extensions : à l'époque de Marie Antoinette, comme le montre cette citation du comte d'Hézecques, on parlait de faire le voyage de Trianon. Mais si en France, de par les dimensions du pays et les habitudes sédentaires des rois, les voyages de la cour ne vont pas loin, il est d'autres pays, comme la Russie, où cette même magnificence et théâtralité se déploie sur de vastes distances.

3Prenons le voyage de Moscou qu'accomplit l'impératrice de Russie. Le départ, bien sûr, est annoncé dans toutes les gazettes ("Selon les derniers avis de Russie, l'Impératrice doit être actuellement partie pour Moscou"), mais ce sont les entrées dans les villes principales qui sont abondamment décrites. A Novgorod, fin janvier,

elle fit son entrée au bruit des décharges de 101 canons, et se rendit d'abord à l'Eglise de Ste Sophie, où elle fut reçue par M. Gabriel notre Archevêque, et par son Sufragant l'Evêque d'Olonez, à la tête de tout le Clergé. L'Impératrice après avoir remercié Dieu de son arrivée, se rendit au nouveau Palais qui est habité par le Gouverneur. Hier elle assista au service Divin dans l'Eglise Cathédrale, nommée la nouvelle Jérusalem ; l'Archevêque officia pontificalement. Après l'Office, elle rendit une visite au Prélat, chez lequel elle passa plus d'une heure, et revint dîner au Gouvernement. On lui présenta après son repas divers Séminaristes, qui lui adressèrent de beaux compliments, en Grec, en Latin, en Allemand et en Français, ce qui parut l'amuser. A trois heures après midi S. M. partit au bruit du canon, qui se fit entendre comme à son arrivée (GDP 6 mars 1775).

4A Moscou, qu'elle atteint le mois suivant (le 19 février), l'impératrice fait une arrivée aussi éclatante :

Entre autres détails qu'on nous mande de Moscou, on écrit que S.M.I. y a fait son entrée dans une voiture magnifique, revêtue d'un manteau impérial, et la Couronne sur la tête ; le Grand-Duc et la Grande Duchesse la suivaient dans un carrosse de parade ; les Dames et les Seigneurs de la Cour marchaient devant à cheval ; et les gardes en uniformes de gala fermaient la marche. Plusieurs corps de troupes réglées et l'élite de la Bourgeoisie sous les armes, bordaient les principales avenues. S.M. a été reçue par les différents Corps du Sénat, de la Magistrature, de l'Université, et des autres communautés. Le Clergé a paru dans cette fête, avec toute la pompe du cérémonial Grec. Pendant la marche on a entendu le bruit de l'artillerie, et celui de toutes les cloches de l’ancienne Capitale, où il y a plus de 300 Eglises, et dont chaque clocher peut avoir, l'un plus, l'autre moins, jusqu'à sept cloches (GDP 20 mars).

5Canons et cloches, l’armée et l'église, signalent "musicalement" l'importance de la Voyageuse. Ils participent de la cérémonie des arrivées comme de celle des départs. On peut lire dans la Gazette de Leyde : "Jeudi dernier, 19 de ce mois, l'Impératrice, accompagnée de L.A. Royales le Grand-Duc et la Grand Duchesse, est partie, au bruit du canon des deux Forteresses, pour le Château de Czarsko-Zelo, d'où S.M. et L.A.R poursuivront incessamment leur voyage pour Moscou" (GL 17 fév.).

6Le voyage à Moscou est pour Catherine II l'occasion de manifester sa grandeur, de tester son pouvoir, après sept ans d'absence. Lors des nombreuses étapes de ce voyage d'hiver, chaque arrivée et chaque départ est la mise en scène d'un triomphe, lequel doit culminer à son entrée dans Moscou : but final du voyage et sommet de cette démonstration de toute-puissance qu'il est supposé réaliser.

Le voyage formateur

7On considère déjà que les voyages forment la jeunesse. Ils constituent ainsi une phase obligée dans l'éducation d'un prince. Entre février et avril 1775 l'archiduc Maximilien, alors âgé de 19 ans, quitte Vienne pour Versailles : c'est un voyage à la fois familial (il va rendre visite à sa sœur, Marie-Antoinette) et formateur. Les gazettes nous informent avec minutie des étapes et événements majeurs marquant les déplacements du jeune homme. L’utilisation tour à tour du futur et du passé, traduisant le double registre de la prévision et du compte rendu, produit des effets de redites. Elles donnent un effet de lenteur, de cérémonial, très net, par exemple, dans la façon dont la Gazette d'Amsterdam "couvre" ce voyage :

De Paris.
On dit que l'Archiduc Maximilien arrivera en cette Capitale sous l'incognito ; qu’il y fera un séjour de six semaines, et qu’entre autres fêtes que la Cour donnera à ce Prince, la Reine lui prépare pour le 6 du mois prochain un grand Bal sur le Théâtre du nouvel Opéra. (7 fév.)

De Bruxelles.
Avant hier au soir, il y eut au Grand Théâtre un Bal extraordinaire à l’occasion du départ de S.A.R. Mgr. l'Archiduc Maximilien. La principale Noblesse forma une brillante Mascarade, représentant un Bal Indien, et après le Souper à la Cour, elle se rendit au Théâtre, où, après la levée de la toile, on vit au fond du Théâtre une décoration dont l'élégance, jointe à celle des habits, causa l'admiration des Spectateurs. Ensuite, la Mascarade dansa un Ballet, analogue au sujet. Le Prince Charles, notre Gouverneur-Général et Mgr. l'Archiduc Maximilien honorèrent longtemps le bal de leur présence. Hier, L.A.R. assistèrent à la Grand-Messe et après le Dîner, Mgr. l'Archiduc Maximilien partit de cette Ville pour Paris, au grand regret de la Cour et de tous les Sujets. (10 fév.)

De Paris.
On attend après-demain de Bruxelles en cette ville Mgr. l’Archiduc Maximilien, Frère de la Reine ; mais qui, suivant ce que l'on assure, ne s'arrêtera en cette Cour que jusqu'au 2 Mars prochain, temps auquel Son Altesse Royale reprendra la route de Vienne. (14 fév.)

De Paris.
Avant-hier, l'Archiduc Maximilien-François, Frère de l'Empereur, qui voyage sous le nom de Comte de Burgau, arriva au Château de la Muette, où la Reine alla le recevoir. Le lendemain, ce Prince fut présenté à Leurs Majestés et à la Famille-Royale par le Comte de Mercy, Ambassadeur de L.M. Impériales en cette Cour. (17 fév.)

De Paris.
Il s'est donné, en l'honneur de Mgr. l'Archiduc Maximilien, de brillantes fêtes à Versailles, d'où ce Prince est arrivé en cette Capitale et y a pris son logement à l'Hôtel du Comte de Mercy. Les Princes du Sang et les Seigneurs de la principale distinction s'empressent à faire de grands préparatifs pour recevoir dignement ce Prince, qui se sert de l’Equipage de la Reine et observe ce que cette Ville-ci renferme de plus remarquable. (24 fév.)

De Paris.
Ce Prince a déjà dîné chez le Duc de Choiseul, chez le Comte de Châtelet, ci-devant Ambassadeur de la Cour de Vienne, et chez l'Ambassadeur d'Espagne ; il reçoit partout les marques d'honneur les plus distinguées et s'attire l'estime d'un chacun par ses manières douces et affables (28 fév.).

De Paris.
Les Princes, Frères du Roi, font préparer à Versailles pour Lundi prochain une superbe fête, destinée au divertissement de Mgr. l'Archiduc Maximilien. Il s’y fera une représentation de la Foire St. Germain, et il y aura une Loterie de bijoux pour les Dames. On compte que les dépenses de l'une et l'autre monteront à plus de 600 mille livres. (3 mars)

De Paris.
Mgr. l'Archiduc Maximilien, qui se trouve encore en cette Ville, passe quatre jours par semaine à Versailles et trois ici, où ce Prince examine tout ce que cette Ville renferme de plus curieux. S.A.R. a dîné et soupé chez plusieurs Seigneurs, assisté à tous les Spectacles et une fois au Bal de l'Opéra. Elle a dîné à Versailles chez tous les Ministres d'Etat et assisté à toutes les Fêtes que la Reine a données pendant le Carnaval en habit du temps d'Henri IV ; habillement que la Famille Royale avait adopté pour cet effet. Lundi dernier, Monsieur et Mgr. le Comte d'Artois donnèrent à Versailles à Mgr. l'Archiduc une Fête magnifique, à laquelle les Ministres étrangers furent invités. Hier, ce Prince partit d’ici pour Strasbourg, où le Prince Louis de Rohan, Coadjuteur de l’Evêché, est allé se rendre pour y recevoir Son Altesse Royale. (10 mars)

De Nancy.
Avant-hier, Mgr. l'Archiduc Maximilien arriva en cette Ville sous le nom de Comte de Burgaw. S.A.R. y trouva la Place Royale et la Carrière illuminée, et descendit à l'Hôtel du Gouvernement, où Elle fut reçue par le Comte de Stainville, Commandant en Chef, ainsi que par Mr. de la Galaizière, Intendant de la Province de Lorraine. Hier, ce Prince eut la visite de la principale Noblesse de la Ville, et assista à la Messe. L’Après-midi, il examina les corps des Casernes, où le Régiment du Roi était sous les armes, commandé par le comte du Châtelet, et vit défiler le Régiment de Dragons de la Rochefoucault. Le soir, Monseigneur l’Archiduc assista à la Comédie. Il y eut une nouvelle illumination semblable à celle de la veille, et aujourd'hui ce Prince est parti pour Strasbourg. (21 mars)

De Vienne.
On attend ici de retour pour le 28 de ce mois Monseigneur l'Archiduc Maximilien.

  • 3 Il avait fait son voyage d'Italie sous le nom de Duc d'Urach.

De Louisbourg.
Immédiatement après son retour d'Italie au Château la Solitude le 7 de ce mois, le Duc régnant de Wurtemberg3 ordonna les préparatifs pour la réception de Mgr. l'Archiduc Maximilien, qui, accompagné du Grand-Veneur et d’un Détachement de Chasseurs, lesquels avaient été à sa rencontre, arriva ici le 13. Les fêtes, qui se sont données à l'occasion de ce Prince, tant en cette Ville qu’à la Solitude, ont duré jusqu'au 16, jour du départ de S. A. Royale. (28 mars)

8Enfin, après tant de réjouissances à l'occasion de sa venue (et si peu de solitude), l'archiduc est fêté à Vienne pour son retour.

De Vienne.
Hier à midi, Mgr. l'Archiduc Maximilien, accompagné du Grand-Chambellan Comte de Rosemberg et du Comte de Lamberg, revint ici en parfaite santé des voyages que ce Prince a fait dans les Pays-Bas, en Hollande et en France, fort satisfait des marques d'honneur avec lesquelles il y a été reçu. (7 avril)

De Vienne.
Samedi dernier et les jours suivant, les Ambassadeurs et Ministres Etrangers, les Grands Officiers, les Conseillers Intimes et les Chambellans de Leurs Majestés Impériales eurent l’honneur de complimenter sur son heureux retour Monseigneur l'Archiduc Maximilien, qui pourrait bien repartir pour l'Italie après les prochaines Fêtes de Pâques. (11 avril)

  • 4 Voir Mémoires de Madame Campan, présentés par C. Lalloué, 10/18, 1971, pp. 86-87.

9Que signifie alors voyager ? Comme le dit clairement le texte de la gazette il s'agit d'abord, en chaque lieu (château ou ville), en chaque situation (rencontre avec des étrangers ou retrouvailles familiales), de recevoir les honneurs attendus. A la limite il faut que tout se déroule comme si l'Archiduc n'avait pas quitté Vienne, il faut qu'il soit traité partout selon les égards dus à un fils de Marie-Thérèse d'Autriche, frère de l'Empereur Joseph ; à travers lui c'est l'image de la maison de Habsbourg qui est en jeu. La menace de l'étranger est celle d'une méconnaissance ; l’insulte, l'agression, ou les tensions s’exprimant en termes de protocole (dans la réalité, qui n'est pas exactement celle des gazettes, le voyage de Maximilien à Versailles s'est mal passé. La question, en terme de protocole, de sa supériorité sur les princes du sang, fut tranchée par la reine avec une brutalité qui froissa les sentiments français). De la personnalité du prince on apprend seulement qu'il a "des manières douces et affables" : c'est-à-dire que dans la suite des ballets exécutés en son honneur il exécute sans erreur les quelques pas qui lui reviennent (l'archiduc, en fait, en est incapable. Ni sympathique, ni séduisant, il ne se fait remarquer que par ses bévues4. Et les Parisiens, dont le mauvais esprit ne franchit pas la censure des gazettes, l'ont surnommé "l'Archibête" !). Le regard du gazetier se modèle sur celui du voyageur princier. Il n'est pas tourné vers le dehors, mais, introverti, fixé sur la réception d'une image de soi. Le voyage de l'archiduc Maximilien ne peut donc être dit formateur qu'au sens où il est supposé lui apprendre à ne jamais oublier "qui il est" et à exiger de l'autre la reconnaissance explicite de son rang.

10Que l'archiduc voyage incognito (sous le nom de comte de Burgau ou Burgaw) ne change rien à l'enjeu de ses déplacements. Il a tout au plus quelques effets ludiques secondaires, plutôt insignifiants :

Mardi dernier, Monsieur et Mgr. le Comte d'Artois, s'étant rendus de Versailles à la Muette pour voir ce Prince, descendirent de cheval à quelque distance du Château, où ils entrèrent à pied, en redingote et sans Cordon bleu ; de sorte qu'ayant défendu de les nommer, ils parurent, inconnus à l'Archiduc, au milieu des Seigneurs qui se trouvaient dans son Appartement, lorsque la Reine à leur aspect poussa un cri de joie et leur présenta le Prince, son Frère. (GA 21 fév.)

11L'usage de l'incognito est très répandu. Ainsi la Gazette d'Amsterdam nous apprend : "De Versailles. Dimanche dernier, le Prince de Carignan, le Prince Victor et le Prince Eugène son fils, qui voyagent ici sous les noms de Marquis de Marene, de Comte de Salussol et de Comte de Villefranche, ont été présentés au Roi, à la Reine et à la Famille-Royale par le Comte de Viry, Ambassadeur de Sardaigne" (16 juin 1775). Il ne relève pas d'un goût du secret : l'incognito ne trompe personne. Le nom choisi est écrit en toutes lettres dans la presse. L'incognito est une manière, non de s'avancer masqué, mais de ruser avec le protocole, de l'alléger sur certains points. C'est pourquoi on a pu critiquer une telle pratique. Ce que fait ouvertement le gazetier de la Gazette des Deux-Ponts (à propos de la venue de Joseph II en Italie, après son voyage en Croatie) :

On ne doute point que l'Empereur, dans le voyage qu'il se propose de faire dans ces environs, ne vienne ici [Venise] ; le Gouvernement lui a fait préparer des logements, ainsi que pour les Archiducs Ferdinand et Maximilien ; S.M.I se propose d'y être incognito ; mais on sait ce que c'est que l'incognito des Princes ; tout le monde sait où ils sont, et il ne sert qu'à leur épargner l'embarras des honneurs qu'il faudrait leur rendre et qu'ils seraient obligés de recevoir. (6 avril 1775)

  • 5 Voir Yves Hersant, Italies, Anthologie des voyageurs français aux XVIIIe et XIXe siècles, Laffont, (...)

12Le voyage d'Italie : à peine revenu à la cour de Vienne, Maximilien, se prépare à repartir pour l'Italie, destination obligée de tous les voyages éducatifs de cette époque. Le " grand tour", dont la mode est lancée par les Anglais et qui réserve à l'Italie la plus belle part, est pratiqué par toute la noblesse de l'Europe5. Les gazettes fourmillent de nouvelles de voyageurs à Venise, Turin, Rome, Florence ou Naples. Ou qui en reviennent.

Le voyage politique

13Le voyage de l'Empereur Joseph en Croatie, en avril de la même année, sans qu'y soient négligées les questions de protocole, a manifestement, de par l'identité du voyageur et le statut politique du pays, des enjeux plus sérieux, des allures plus militaires. Le voyage a un but stratégique.

De Vienne.
Il paraît décidé que le départ de l’Empereur pour la Croatie aura lieu le 19 ou le 20 de ce mois. Le Général Siskowitch est déjà parti ; il devance S.M.I de quelques semaines, pour mettre tout en ordre avant son arrivée. Il y aura, à ce qu'on assure, deux petits camps de troupes de Croates. Lorsque l'Empereur aura visité, et mis ordre aux affaires de cette province, on dit qu'il se rendra à Venise, où il doit se trouver pour l'Ascension ; de là il ira à Milan. (GDP 20 avril 1775).

De Vienne.
On assure à présent que le départ de l'Empereur pour la Croatie est fixé au Mercredi après Pâques ; le lendemain l’Archiduc Maximilien partira aussi pour se rendre en Italie, et continuer ses voyages. On ajoute que S.M.I. après avoir visité les principales villes, examiné et réglé les affaires de cette province, passera à Fiume, à Trieste et à Goritze d'où il se rendra à Venise où il se trouvera, dit-on, le 25 du mois prochain. (GDP 24 avril)

14Le voyage, précédé par un travail d'amélioration ou de création de routes, se déroule au mieux. Ce dont témoignent, à l'envi, les gazettes.

De Vienne.
On continue de recevoir les meilleures nouvelles qu'on puisse désirer de la santé de l'Empereur ; il poursuit son voyage, et il paraît très satisfait de l'ordre qui règne dans tous les lieux qu'il visite [...] L'Empereur, pendant son voyage, prendra possession d'une partie de l'Istrie Vénitienne qui a appartenu autrefois à la Croatie ; la République de Venise a déjà envoyé pour cela des Commissaires sur les lieux. Les Croates n’ont jamais vu leur Souverain que cette fois, et il est impossible d'exprimer la joie que leur a causée l'arrivée de l'Empereur, qui a encore augmenté ce sentiment par son affabilité, pour un peuple qui s'est toujours signalé par sa fidélité, et qu'on n'a jamais vu se révolter contre ses Souverains depuis qu'il est soumis à la domination Autrichienne. (GDP 22 mai)

15Le voyage en Croatie, où Joseph II se rend pour la première fois, tend à confirmer une domination. L'empereur, allant voir sur place, vient constater que l'ordre règne. Ici la réussite du voyage ne se traduit pas par une succession de fêtes et d'illuminations. Elle se dit pas l'acclamation du peuple, sa joie (au-delà de toute expression).

16Le déplacement d'ambassadeurs : Lorsque les Souverains ne se déplacent pas eux-mêmes, c'est à leurs proches de les représenter. Ce rôle de substitut est par excellence celui des ambassadeurs. C'est pourquoi, c'est au train dont ils voyagent, à leur luxe, qu'on évalue la puissance qui leur est déléguée. L'insistance, par exemple, sur la richesse de l'ambassadeur de Catherine II allant prendre ses fonctions à Constantinople n'a pas une valeur anecdotique. Elle rappelle la victoire de la Russie sur la Turquie.

De Pétersbourg.
Le Prince Nicolas Repnin est arrivé avant hier en cette Résidence, de retour de Jaffy et en dernier lieu de Varsovie. Il ne doit, dit-on, s'arrêter ici que trois semaines, et se rendre d'abord à Kiovie, d'où il se mettra en route pour Constantinople, avec toute la pompe convenable au Caractère dont il y sera revêtu. L’Impératrice lui a accordé 4. à 5. cent mille Roubles pour les frais de cette Ambassade, qui sera des plus brillantes. (GL 31 jan. 1775) De Moscou.

Il y a déjà quelques jours que le Prince de Repnin est parti pour sa destination ; il traîne avec lui une suite brillante. Aucun Ambassadeur étranger n'aura jamais paru avec tant d'éclat, de pompe et de magnificence à Constantinople ; le Ministre de Catherine II doit donner une grande idée de la Souveraine victorieuse qu'il va représenter. (GDP 1er mai 1775)

17L'or dont l'impératrice couvre son ambassadeur est un signe de sa propre grandeur, un acte de pouvoir perpétué et rendu visible.

18Les rites de retour :
"Il paraît que M. Pulawski est encore dans le midi de l'Europe, et qu'il ne songe point à venir solliciter des grâces dans le Nord" : ces lignes prudentes, dans la Gazette des Deux-Ponts, attirent l'attention, car elles semblent renvoyer à un sujet hésitant, ou dissimulé quant à l'issue de son voyage. M. de Pulawski est peut-être parti pour un voyage sans retour. Sa visite dans le Sud est peut-être un exil... De tels voyages au dénouement incertain sont rares dans la noblesse de l'époque. Ils introduisent dans l'univers si policé du récit de voyage selon les gazettes une pointe d'inconnu, l'ombre d'un suspens... Normalement le retour est déjà inscrit dans le départ. Le voyage des grands, ou de ceux qui leur sont affiliés, sont ponctués de cérémonies et de fêtes : au départ, aux entrées dans les villes, au retour. Ces rites de retour, plus ou moins éclatants selon la qualité du voyageur, célèbrent la fin d'un parcours a priori sans incidents, et dont les gazetiers s'emploient à souligner le caractère lisse et dépourvu d'éléments négatifs ou inquiétants.

De Bruxelles.
Le Prince Charles est de retour en cette ville, et a assisté hier à la Chapelle du Palais au Service-Divin de la Fête de la Pentecôte. Après-midi, S.A.R. fit l'honneur au Comte d'Argenteau de dîner chez lui. (GA 9 juin 1775)

De Manheim.
L’Électeur, notre Souverain, est revenu ici le 4. de ce mois, en parfaite santé, de son voyage d'Italie, après trois mois d'absence. Le lendemain, on a rendu grâces dans toutes nos Eglises de son heureux retour. (GL 21 fév. 1775)

De Vienne.
Le Duc de Bragance après une absence de 8 ou 9 mois est de retour dans cette Capitale depuis le 30 du mois dernier. Il a visité les principales Cours du Nord, Berlin, Pétersbourg, Stockholm et Copenhague ; il paraît fort satisfait de son voyage ; il ne cesse du moins de parler de ces Cours avec éloge ; il a reçu dans toutes l'accueil le plus obligeant et le plus distingué. (GDP 16 jan. 1775)

19Les voyageurs reviennent satisfaits. Les Te Deum et actions de grâce sont programmés très à l'avance.

Le voyage scientifique

20Il est, par contre, des voyages dont le retour est moins assuré. Et dont les étapes font moins de bruit : ce sont les voyages scientifiques. Ils occupent dans les pages des gazettes une place minime, et appartiennent dans l'ensemble à la rubrique du Malheur.

De Hanovre.
On a annoncé dans le temps la mort du Professeur Falk, qui se brûla la cervelle à Casan ; les Philosophes voyageurs qui ont parcouru le vaste Empire de Russie pour faire des découvertes dans l'histoire-Naturelle et la géographie ont éprouvé bien des malheurs ; quelques-uns en ont été les victimes. Tout le monde est instruit de la fin tragique du Professeur Gmelin ; M. Lepechin a essuyé toutes sortes de persécutions, et ce n'est que le plus grand hasard du monde qui l’a empêché de succomber. Le Professeur Lowitz fut arrêté par les rebelles dans le moment où ils venaient de ravager Zarizin et les Colonies des environs ; ils eurent la barbarie de le faire mourir avec tous ceux qui l'accompagnaient ; on a été longtemps inquiet sur le sort du Professeur Guldenstedt, qui s'est trouvé sur les frontières de la Crimée, au plus fort des troubles qui ont désolé cette presqu'île. Ces détails qui viennent de Pétersbourg, font voir combien coûte à ces Savants ce que l'on a publié de leurs voyages. (GDP 12 jan. 1775)

De Berlin.
On a longtemps parlé de la mort du Professeur Lowitz l'un des Savants que l'Académie Impériale de Russie avait chargés de voyager dans l’Empire pour recueillir, dans le département qui lui avait été confié, toutes les découvertes qu'il pourrait être à portée de faire ; sa route le conduisit vers les endroits que dévastait le rebelle Pugatschew ; il fuyait le 1 Août de l'année dernière une troupe de brigands de la bande de ce chef de rebelles, lorsqu'il fut malheureusement saisi en s'éloignant de Dicaitriewsk ; ces scélérats l'emportèrent d'abord et le croyant mort après lui avoir fait subir ce supplice, ils le pendirent à un arbre. Il n'y a que trois ans que M. Lowitz s'était marié pour la troisième fois à une jeune personne fort aimable qui l'accompagnait dans son voyage, mais qui a eu le bonheur d'échapper à une pareille bande ; elle est actuellement dangereusement malade à Saratow. M.M. Inochodsow père et fils, Adjoints de M. Lowitz, avaient pris la fuite avant ce dernier. Ils ont sauvé ses écrits, et une partie de ses instruments ; le reste tomba entre les mains de ces barbares qui crurent fermement que c'étaient des instruments de sorciers. Ces deux Adjoints sont heureusement arrivés à Moscou d'où on les croit partis pour Pétersbourg.
On sait que d'autres Savants voyageurs ont aussi péri dans les déserts de l'Empire Russe ; il est certain que le Gouvernement a fort à coeur de civiliser tant de peuples barbares, inconnus les uns aux autres, qui errent avec les ours et les renards blancs dans plusieurs parties de l’Empire ; mais c'est un ouvrage qui ne peut qu'être lent, et l'espérance de pouvoir y voyager sûrement ne peut guère se réaliser que dans quelques siècles. (GDP 27 fév. 1775)

De Berlin.
On parle encore de l'infortuné M. Lowitz qui a été massacré par les rebelles de la Russie Asiatique, pendant son voyage économique, et dont nous avons raconté la triste aventure [...] il perdit la vie, comme l'on sait, ainsi que son horloger, un domestique Russe et un soldat. On a sauvé tous ses papiers et ses plans. Il n'a pu pousser le nivellement de la rivière de Kamyschewka qu'à 50 verstes du Volga, et il en manque encore onze jusqu'à la rivière d'Ilowla. (GDP 17 avril 1775)

21Les gazettes nous informent d'une époque où il y a encore beaucoup de blancs sur les cartes, et où de nombreux voyages sont de découverte. Les navigateurs voient des terres qui, dans leur langue, ne portent pas encore de noms. D'ailleurs, ils ne réussissent pas toujours à y aborder...

Du Mexique, le 26 Novembre 1774.
Il est arrivé au Port de San-Blas une Frégate du Roi, partie le 13. Juin dernier de celui de Montérey, avec des Vivres pour un an. L'objet de sa mission a été de reconnaître les Côtes d'Amérique à la plus haute latitude, qu'il lui serait possible. Cette Frégate s'étant avancée jusqu'à 56. degrés N. cingla vers la Côte, qu'elle découvrit à la hauteur de 55. degrés 43. minutes. Le Capitaine et l'Equipage aperçurent d'abord une Caste d'indiens blancs et blonds, qui s'approchèrent de la Frégate, dans plus de trente Canots. Ces Indiens, bien loin de témoigner aucune crainte, firent aux Espagnols des démonstrations assez vives, pour les engager à se rendre sur le rivage : ils leur donnèrent même, en échange de quelques habits de Matelots, des espèces de couvertures tricotées, dont ils étaient enveloppés. Trois de ces couvertures ont été envoyées au Roi [...] La nuit étant survenue, les Indiens regagnèrent la Terre ; et la Frégate se mit à louvoyer dans le dessein de continuer à reconnaître la Côte le lendemain : Mais un coup de vent, qu'elle essuya, l'obligea de s'en éloigner.
Cette Côte est la même, que le Sr. Krascheninnikoff découvrit à son premier voyage de Kamschatka.
La Frégate aperçut de nouveau la Côte à 49 degrés. Elle traita à cet endroit avec des Indiens qui étaient nus, et qui se présentèrent aussi dans des Canots. Le Capitaine fit jeter l'ancre, afin d'envoyer sa Chaloupe reconnaître la terre de plus près, lorsqu'un nouvel ouragan le mit dans la nécessité de courir au large. Il découvrit encore la terre une troisième fois entre 39 et 40 degrés ; mais le grand nombre de malades qu'il avait à bord le détermina à faire voile vers Montérey, où il a repris des Vivres. Cette Expédition est la première que les Espagnols aient faite dans la Mer du Sud à une aussi haute latitude Septentrionale. Elle ouvre le chemin à quelques autres, qui pourront nous procurer des notions intéressantes. (GL 21 mars 1775)

22Ce récit, venu du Mexique, est doublement passionnant : d'abord par la relation précise qu'il constitue d'une ébauche de découverte, et, si l'on considère l'écart des dates entre l'émission de la nouvelle (novembre 1774) et sa parution dans un numéro de mars 1775, par tout ce que celui-ci indique, en creux, des difficultés traversées, des périls souvent mortels à affronter : maladies, pirates, tempêtes, etc. C'est pour encourager à surmonter de tels obstacles que des prix sont offerts. On apprend, de Londres, que "les Communes ont indiqué à ce jour l'examen en Comité de la récompense, promise à ceux qui découvriront un passage par le Nord-Ouest pour aller aux Indes-Orientales " (GA 14 avril 1775).

Le non lieu du monde

23Voyager à travers la lecture des gazettes c'est ne rien voir des pays mentionnés. Les rapports des gazetiers ne sont jamais descriptifs. On y chercherait en vain couleur locale, pittoresque, notations de lumière ou de couleur. Bien plus, les choses vues par les voyageurs – monuments, œuvres d'art, jardins, etc. – restent innommées. De Bologne, la Gazette d'Amsterdam rapporte :

  • 6 C'est nous qui soulignons.

L'Electeur Palatin arriva en cette Ville avec toute sa Suite le 10 de ce mois, et y alla descendre chez le Prince Ercolani, où S.A.S Elect reçut du Vice-Légat Buoncompagno et des principales Personnes de la Ville les Compliments sur son arrivée. Ce Prince, après avoir examiné ce qu'il y a ici de plus remarquable6, en repartit le 12 pour se rendre à Venise par la route de Ferrare. (7 fév. 1775)

  • 7 Par exemple : De Bruxelles. "Le 19, le Prince Rezzonico, après avoir examiné tout ce qu'il y a ici (...)

24La formule : "ce qu'il y a ici de remarquable" (ou : "ce que la ville renferme de plus remarquable", "tout ce que la ville renferme de plus curieux") n'appelle aucun développement. Si le gazetier donne, par exception, un nom de lieu7, ceci ne rend en rien son article plus descriptif. Et en effet, ce n'est pas le but visé. Les mentions de voyage et de voyageurs dans les gazettes ne font pas quitter l'espace familier. On va du même au même. L'homogénéité est le critère du voyage satisfaisant, de sa parfaite réussite mondaine. Car c'est au fond de cela seul qu'il s'agit : ne jamais quitter " la scène du monde " (au sens de participation aux rites d'une caste fermée), se réjouir d'aller y figurer ailleurs que chez soi. Tout dépaysement est exclu. On ne cesse de se retrouver entre soi, dans la même langue (le français) et de répéter, dans l'euphorie de leur valeur cosmopolite, les rites de reconnaissance. "Pendant le temps que la Cour restera à Moscou, lit-on dans la Gazette de Leyde du 31 janvier 1775, le prince Pierre de Holstein-Gottorp fera un voyage dans les Pays Etrangers". La même nouvelle diffusée par la Gazette des Deux-Ponts donne un sens plus précis à cet étranger :

Pétersbourg
[...] Le Prince Pierre de Holstein-Eutin est parti aujourd'hui de cette Capitale ; le voyage qu'il se propose doit durer quelque temps ; son dessein est de visiter les principales Cours de l'Europe. (GDP 26 jan. 1775)

25Tel est le voyage des Grands : une fête ininterrompue d'une cour à une autre. A l'inverse, le voyage de découverte est tout entier sous le signe du risque. Sur des repères fragiles, des hommes se jettent dans l'inconnu et parviennent parfois, au prix d'efforts inouïs, à faire reculer ses frontières. Entre ces deux extrêmes, il n'y a pas de pont.

Notes

1 H. Taine, Les Origines de la France contemporaine, Laffont, "Bouquins", 1986, t. 1, p. 77. Taine cite en note cet extrait d'une lettre de Mercy Argenteau (16 sept. 1773) : "La multitude du service qui suit le roi dans ses voyages ressemble à la marche d'une armée".

2 Page à la Cour de Louis XVI, Souvenirs du comte d'Hézecques. présentés par E. Bourassin, Editions Taillandier, 1987, p. 52.

3 Il avait fait son voyage d'Italie sous le nom de Duc d'Urach.

4 Voir Mémoires de Madame Campan, présentés par C. Lalloué, 10/18, 1971, pp. 86-87.

5 Voir Yves Hersant, Italies, Anthologie des voyageurs français aux XVIIIe et XIXe siècles, Laffont, "Bouquins", 1988.

6 C'est nous qui soulignons.

7 Par exemple : De Bruxelles. "Le 19, le Prince Rezzonico, après avoir examiné tout ce qu'il y a ici de remarquable, et surtout l'Académie Anglaise, partit pour se rendre aux Eaux de Spa". (GA 27 juin 1775).

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search