Version classiqueVersion mobile

La Suite à l'ordinaire prochain

 | 
Chantal Thomas
, 
Denis Reynaud

Séquences et dénouements

Chronique d'un conclave

Samy Ben Messaoud

Texte intégral

Il n'y a pas de mer plus agitée que le conclave, les passions comme des flots s'y poussent successivement.
Dictionnaire de Trévoux

  • 1 Baron Henrion, Histoire générale de l'église pendant les XVIIe et XIXe siècles, Paris, Bibliothèque (...)

1La mort de Clément XIV engendra une longue période de vacance du Siège (septembre 1774-février 1775). Cet interrègne de cinq mois résultait de la crise du conclave. En effet, querelles de partis et rivalités de personnes bloquaient l'élection d'un nouveau pontife. Connus pour leur opiniâtreté, les zelanti étaient fermement opposés aux cardinaux des couronnes : "Deux grands partis divisèrent ce conclave : les couronnes et les zelanti, ainsi nommés de leur zèle à soutenir l’indépendance du Sacré Collège. A la tête de ceux-ci étaient les deux Colonna, Castelli et Buffalini. A la tête de ceux-là étaient les deux ministres de France et d'Espagne, Bernis et Florida-Blanca. Les couronnes avaient contre elles le nombre et les talents, et il ne fallait rien moins que leur prépondérance politique et la haute capacité de leurs agents diplomatiques pour assurer leur triomphe"1.

2Nous essayerons ici de retracer les principaux épisodes du conclave qui conduisit enfin à l'élection du 251ème pape ; nous en suivrons les rebondissements et les incertitudes selon la perspective de lecture que définit Pierre Rétat :

  • 2 P. Rétat, Le Dernier Règne. Chronique de la France de Louis XVI, 1774-1789, Fayard, 1995, p. 10.

Le retour à ces archives du présent que sont les journaux permet de simuler, à plus de deux siècles de distance, l'impression d'une aperception immédiate, d'une progressive et obscure avancée dans le temps, qui composent à la fois le savoir intime que nous avons et la profonde ignorance où nous sommes de notre propre présent. Se livrer à cet exercice d'histoire aveugle, c'est se contraindre à une rétention paradoxale du savoir et du sens. Par un artifice d’oubli, on tente alors de régresser à l'indécision des possibles, parmi lesquels l'événement choisira et imposera, pour le présent et pour l'avenir, les seules consécutions actives2.

3Nous avons dépouillé un corpus de six périodiques politiques largement diffusés en Europe : le Courier du Bas-Rhin et les gazettes de Cologne, de Leyde, d'Amsterdam, d'Utrecht, et des Deux-Ponts. Nous avons également consulté les Nouvelles ecclésiastiques, la feuille du parti janséniste.

4Comme pendant les derniers mois de 1774, le déroulement du conclave occupa une large place dans la presse politique de langue française pendant les onze premières semaines de 1775 ; mais, selon les gazettes, à des degrés différents que permet de mesurer le nombre des livraisons comportant des informations sur le sujet :

Gazette de Cologne : 19 sur 21
Gazette des Deux-Ponts ; 18 sur 20
Courier du Bas-Rhin : 14 sur 20
Gazette d'Amsterdam, 14 sur 21
Gazette de Leyde, 9 sur 20
Gazette d'Utrecht, 6 sur 19

5Il convient de préciser que les lecteurs des gazettes apprenaient les nouvelles du conclave avec un retard de deux à trois semaines. La comparaison des dates indiquées dans les correspondances avec celles des livraisons nous renseigne sur "la fraîcheur des informations". Dans sa livraison du 3 janvier 1775, la Gazette de Leyde publie une lettre de Rome du 10 décembre 1774, tandis que la Gazette de Cologne du 6 janvier en publie d'Italie du 24 décembre : on constate donc des variations de vitesse qui ne sont pas sans rapport avec la quantité d'information publiée. Le 13 janvier, la Gazette d'Utrecht signale d'une manière laconique : "Les lettres de Rome nous manquent", probablement à cause de difficultés imputables aux déficiences de son propre réseau d’information.

  • 3 Jules Gendry, Pie VI. Sa vie, son pontificat (1717-1779), d'après les archives vaticanes et de nomb (...)
  • 4 J. Gendry, op. cit., p. 67.

6Depuis la Renaissance, la physionomie des conclaves avait peu changé. Les cardinaux zélés et ceux des couronnes représentaient les principaux partis, les seuls cités par les gazettes de notre corpus ; seul le Courier du Bas-Rhin mentionne dans ses correspondances tous les partis du Sacré Collège y compris celui des cardinaux-neveux (21 jan.). Aux divisions traditionnelles s'ajoutait en 1774 le fait que "bon nombre des membres du Sacré Collège étaient peu satisfaits de l'ancien gouvernement. Le feu pape avait sacrifié, disait-on, un grand ordre religieux [les Jésuites] à l'injuste animadversion des rois et cela sans consulter le conseil des cardinaux"3. Mouvementé, le conclave le fut dès son ouverture, le mercredi 5 octobre 1774 : "Le cardinal de Bernis fait la même motion qu'au précédent conclave ; il demande instamment qu'on attende les cardinaux des couronnes avant de procéder définitivement aux scrutins, mais les Albani, unis aux zelanti, ne sont pas de cet avis"4.

"On est fort incertain..."

7Les résultats des premiers scrutins, auxquels le Sacré Collège procédait deux fois par jour, traduisaient l'ampleur des dissensions entre les cardinaux. Deux mois après l'ouverture du conclave, une correspondance de Rome datée du 5 décembre souligne que la situation n'a pas changé :

Les éminences sont actuellement au nombre de 43. L'élection du pape ne se fera qu'à l'arrivée du cardinal de Solis ; on ne sait point encore sur qui elle tombera ; le public toujours curieux, toujours impatient, s'empresse de deviner ce qu'il ne sait pas. (GDP 2 jan.)

8La Gazette d'Amsterdam est plus pessimiste encore :

Rome, 24 déc. A juger de la fermeté des deux partis qui divisent le conclave, on est fort incertain sur le temps de l'élection d'un nouveau pape, laquelle pourrait bien n'être pas aussi prochaine que les puissances le souhaiteraient (GA 13 jan.).

9Pourquoi le nouveau pape n'est-il pas encore élu ? Alors que les gazettes ne peuvent répondre que par de vagues conjectures à cette épineuse question, un pamphlet scandaleux intitulé Il Conclave propose en guise d'explication un tableau détaillé et coloré des mœurs du Sacré Collège. Celui-ci réplique d'une manière vigoureuse :

  • 5 Cette satire était un exemple parmi bien d'autres. "La ville est inondée de pasquinades, et la plus (...)

On a affiché ces jours derniers une notification portant, "qu'il est défendu à toute personne de quel rang, état et condition qu'elle soit, de vendre ou de divulguer un imprimé ayant pour titre : Le Conclave de l'année MDCCLXXIV, Drame pour être mis en musique et chanté sur le théâtre des dames. A Rome, par Kracas, à l'enseigne du silence ; avec licence et approbation des supérieurs. On procédera avec toute la rigueur des lois contre les transgresseurs, non seulement dans cette ville, mais encore dans tout autre lieu de la domination du grand-duc, etc." On ne peut disconvenir que cette satire ne soit une des plus ingénieuses et des plus piquantes qui aient paru en Italie. Le nombre des cardinaux qui figurent dans ce drame est de 18, et on les représente d'une manière conforme à leur caractère et à leurs inclinations : les cardinaux membres de la congrégation députée sur les affaires des jésuites y sont plus maltraités que les autres, particulièrement le cardinal Zelada. Le cardinal de Bernis y joue aussi un des principaux rôles. Du reste, l'on est un peu surpris que le Sacré Collège n’ait pas sévi contre les satires sans nombre qui ont paru au sujet du feu pape ; et qu'il ait remarqué la seule qui l'attaquait personnellement. (CBR 7 jan.)5

10Le cardinal de Bernis avait exprimé sa réprobation dans une lettre au comte de Vergennes datée du 23 novembre 1774 :

  • 6 Artaud de Montor, op. cit., pp. 95-96.

Le fanatisme de nos adversaires s'est démontré non seulement par les inventions et les suppositions les plus absurdes répandues avec fureur dans tous les coins de l’Europe, mais par des satires infâmes renouvelées chaque jour, et par une comédie en trois actes intitulée Le Conclave, où l'élection du vicaire de Jésus-Christ est tournée en ridicule, et où dix-huit cardinaux, ainsi que les ministres des cours, sont cruellement offensés. Pendant les trois jours que j’ai eu l'honneur d'être à la tête des chefs d'ordre, j'ai fait brûler toutes ces infamies en place publique par la main du bourreau, et arrêter quelques écrivains et copistes soupçonnés d'avoir eu part à ces scandaleuses calomnies. Nous avons prévenu, par cette sévérité, des plaintes sérieuses que les ministres étrangers étaient résolus de porter au Sacré Collège6.

11Abondamment commenté dans les gazettes, l'autodafé s'avéra peu efficace : ce "drame singulier, qui s'est vendu manuscrit pendant quelque temps, a été imprimé aussitôt qu'il a été brûlé ; il est actuellement répandu dans toute l'Italie" (GDP 3 mars). Pour prévenir la diffusion de cette satire, le Sacré Collège avait expédié des courriers aux monarchies italiennes et aux cours étrangères pour les supplier de prendre des sanctions analogues. La Gazette de Cologne vitupère contre les auteurs du pamphlet : "cette misérable pièce", "cet ouvrage ténébreux". Le Courier du Bas-Rhin s’emploie quant à lui à procurer à ses lecteurs de larges extraits de ce "trop célèbre drame", "bien moins pour leur amusement que par la nécessité de remplir notre tâche et de remplir une sorte de variété dans nos articles" (15, 18, 22, 25 fév.).

12Pour découvrir les auteurs de l'écrit sacrilège, Bernis ordonne une perquisition dans les murs du conclave, dont l'effet est de permettre aux lecteurs de pénétrer à nouveau dans ce lieu essentiellement clos dont le pamphlet condamné venait de violer le secret :

  • 7 "La pièce tragico-comique fut déférée aux chefs d'ordre, Bernis, Zelada et Acquaviva, et, par jugem (...)

Dans la nuit du 21 au 22 novembre, le prince Chigi, maréchal du conclave, eut ordre d'ouvrir la porte au juge Gabrielli, qui y entra avec une escorte de soldats et qui y ayant fait des recherches chez plusieurs conclavistes que l'on soupçonnait pouvoir en être les auteurs, en sortit, sans découvrir le moindre indice. (GC 6 jan.)7

13Ce climat de suspicion est peu propice à la résolution des conflits. D'autant que les cardinaux des couronnes restent dans l'expectative :

Rome le 17 déc. On a expédié aujourd'hui trois courriers, l'un à L. M. Imp., l'autre au Roi Cath. et le troisième à S. M. Très Chr. On ne s'attend à l'élection d'aucun cardinal pour chef de l'Eglise, qu'après le retour de ces courriers en cette capitale. (GA 26 jan.)

14Afin d'entretenir l'intérêt de ses lecteurs, la Gazette de Leyde dresse la liste des cardinaux favoris à la tiare, ceux dont "l'exaltation au pontificat" (pour reprendre une expression des gazetiers) était plausible. "Les sujets qui sont le plus constamment sur les rangs, sont les cardinaux Negroni, Marefoschi, Malvezzi, Visconti, Pallavicini, Spinola, et Santobuono" (3 jan.) ; et laisse entrevoir l'espoir d'une évolution : "Les deux partis des zélés et des royalistes se tiennent très fermes. Le premier a gagné deux cardinaux de l'autre, qui n'est plus composé que de 20 et celui des zélés de 24 voix." (24 jan.).

  • 8 Edition de 1771, article "Conclave".

15Les gazettes espèrent que l'impatience générale trouve un écho au sein même du Conclave : "Les cardinaux qui y sont déjà enfermés depuis quelque temps doivent désirer d'en sortir promptement" (GDP 16 jan.). N'est-il pas difficile, en effet, pour des princes du sang de supporter pendant plusieurs mois des conditions de vie monacales ? "Après trois jours d'assemblée, on ne sert plus que d'une viande, après cinq autres jours que du pain et du vin" assure le Dictionnaire de Trévoux8. Mais Il Conclave dresse un tout autre tableau des récréations des cardinaux, agréablement occupés à boire, à manger pigeons et omelettes et à... lire la gazette (Acte II, scène 6, cité dans CBR 22 fév.). Il ne faut peut-être pas trop espérer des rigueurs de l'hiver et des règlements.

16Si le dénouement est si lent, c'est peut-être aussi que le premier souci du conclave n'est pas vraiment d’élire un pape. Le cardinal de Bernis fait allusion à ces conjectures des gazettes :

  • 9 Artaud de Montor, op. cit., p. 108.

On vient de répandre dans le conclave que nous avons déjà disposé de toutes les charges. L'on nomme les sujets qui doivent les posséder, et chacun murmure du choix que nous avons fait. Je n'ai opposé à cette nouvelle méchanceté d'autre remède que celui de rappeler au cardinal Migazzi les faits et les conventions, en le chargeant d'assurer le cardinal Alexandre Albani que nous pensions unanimement qu'on ne devait s'occuper actuellement que d'élire un bon pape ; et que lorsque nous en aurions un semblable, ce serait à lui à disposer des charges et des emplois. Je ne serais pas étonné que toutes les gazettes ne fussent pleines de la liste des sujets qu'on suppose que nous voulons mettre en place. Une invention succède à une autre invention dans ce conclave.9

  • 10 J. Gendry, op. cit., p. 76.

17Bernis est bientôt affecté par un nouvel échec : "On s'est généralement attendu lundi, à avoir un nouveau chef de l’Église, en la personne du cardinal Braschi [...] mais le soir même, la convention fut rompue, quoique le cardinal de Bernis eût adhéré à cette élection" (GC 17 jan.). "Tous les projets de l'ambassadeur de France s'écroulent, et il perd courage en voyant qu'après trois mois on va revenir au point de départ, sans la plus petite perspective d'un terme prochain"10. L’Église est toujours "dans l'état de viduité, c'est-à-dire sans son chef visible" (GC 31 jan.).

"Les espérances se sont évanouies..."

  • 11 "Les froids ont été partout rigoureux en janvier, les neiges presque aussi abondantes en Italie qu' (...)

18Cloîtrés dans leurs cellules et souffrant des rigueurs de l'hiver11, les cardinaux semblent résignés.

Le conclave n'offre rien de bien intéressant ; et l'élection du nouveau pontife ne paraît pas prochaine. !...] Le cardinal Buffalini a eu quelques défaillances ; et le cardinal Santobuono souffre de la goutte." (CBR 25 jan.)

19La liste des malades s'allonge au fil des livraisons. La Gazette de Cologne se montre sensible aux difficultés matérielles des cardinaux "moins riches que les autres" qui ne peuvent "soutenir plus longtemps les dépenses" du conclave, et souhaitent "voir finir l'élection" (14 fév.). Mais l'antagonisme des partis ruine cet espoir ; et les semaines passent : "Il y a aujourd'hui 4 mois que la plupart des éminentissimes sont renfermées dans le conclave" (GC 17 fév.). Les gazettes se prennent à évoquer le plus long conclave de l'histoire de la papauté, achevé à Lyon en 1316, après plus de vingt-sept mois de vacance du siège :

On n'a pas vu depuis l'élection de Jean XXII autant de difficultés à concilier les partis. Celui des jésuites paraît le plus nombreux mais il est vraisemblable qu'il ne sera pas le plus fort. (GDP 6 fév.) Depuis l'élection du pape Jean XXII, on ne se rappelle aucun conclave, où il y eût plus d'intérêt à concilier que dans celui-ci et plus de difficultés à lever pour parvenir à cette unanimité désirée. (GC 17 fév.)

20La vacance du Siège devient source d'inquiétudes et les marques de dévotion se multiplient : "Les prières publiques continuent avec la plus grande ferveur pour obtenir une telle élection" (GC 7 fév.). On renouvelle l'exposition qui avait permis l'élection de Benoît XIV en 1740 : "On a transporté de la basilique de Saint-Pierre dans la chapelle Sixtine au conclave les reliques du Prince des Apôtres ; elles sont exposées à la vénération des électeurs" (GDP 9 fév.).

21Le Sacré Collège a chargé le cardinal Zelada de rapprocher les partis, mais "c'est une négociation difficile que quelques personnes prétendent qu'il a refusée" (GDP 9 fév.). En effet, les cardinaux zelanti maintiennent leur refus des conditions du parti des couronnes. Ces conditions sont énumérées dans la Gazette des Deux-Ponts, qui les trouve "très raisonnables", particulièrement celle concernant la punition des auteurs de la mort du feu pape : "si elle est l'ouvrage du crime, il n'y a rien de plus juste que cette demande" (6 fév.). La Gazette de Cologne ne voit dans cette tentative qu'une manœuvre, voire un leurre : "Ceux qui croient être mieux informés des affaires du conclave, prétendent que toutes ces ouvertures ne se font que pour gagner du temps, et attendre le retour du courrier" (10 fév.).

22La Gazette d'Utrecht invite ses lecteurs à la patience : "Il n'est que trop certain que l'élection du pape tardera quelque temps, malgré tous les mouvements des deux partis." (3 fév.) ; tandis que le Courier du Bas-Rhin évoque la lassitude du public qui "a tourné son attention sur d'autres objets, et laisse aux cardinaux tout le temps de se lasser à leur tour de leur inaction". Manzon croit pouvoir identifier clairement les responsables : "De quelle manière qu'on envisage cette lenteur, elle ne peut être attribuée qu'à la forte prépondérance du parti jésuitique dans le conclave" (18 fév.) ; et il agite ironiquement un autre spectre :

Il peut arriver encore que les deux partis s’opiniâtrant à ne rien céder de leurs prétentions, ils occasionnent un schisme en élisant deux papes savoir un pape pour l'église et un pape pour les jésuites. (CBR 4 fév.).

23Le cardinal Zelada démissionne : "Il a trouvé des difficultés insurmontables" (GDP 20 fév.) ; mais les gazettes se consolent avec la découverte d'une ouverture dans l'un des murs du Vatican :

  • 12 Voir GC 14 fév. ; GDP 23 fév. ; GA 28 fév : "On continue de faire de rigoureuses perquisitions touc (...)

Dans ces circonstances un fait, qui a causé une grande rumeur dans Rome, c'est une ouverture, assez grande pour y passer un homme, qu'on a trouvé faite, dans la nuit du 26 au 27 janvier, à la clôture du conclave vis-à-vis du corridor de Cléopâtre. On s'aperçut aussi, qu'on avait levé de ses gonds une porte à treillis, et l'on découvrit les traces d'un homme, qui avait passé par le trou. On craignit d’abord un vol ; mais, d'après les perquisitions faites par les juges, accompagnés du majordome et du prince Chigi, maréchal du conclave, l’on croit que le motif n'a été que de pratiquer une sortie de la clôture. (GL 21 fév.)12

24Cet incident, opportunément survenu pour réveiller l'intérêt des lecteurs, suscite dans les gazettes commentaires et spéculations. :

On tâche d'assoupir cette affaire d'autant plus scandaleuse, qu’on ne craint point dans le public, vu plusieurs circonstances rapprochées, de faire tomber les soupçons sur deux personnes éminentes, que cependant il serait téméraire de nommer. (GL 21 fév.)

25Le Courier du Bas-Rhin est plus hardi dans sa formulation :

Après les perquisitions nécessaires, on n’a pas trouvé qu'il eut été commis aucun vol ; ce qui a donné lieu de croire que cette effraction n'avait été faite que pour favoriser quelque aventure galante. (18 fév.)

26Cependant la crise du conclave s'aggrave encore avec l'échec de la candidature du cardinal Boschi ; on peut lire encore une fois : "Les espérances se sont évanouies" (GC 17 fév.). Désormais, les tourments physiques des cardinaux constituent la principale actualité du conclave. "En attendant, le Sacré Collège souffre beaucoup" (GA 3 fév.). "Une retraite aussi longue fatigue beaucoup les membres du conclave, surtout les infirmes et les plus âgés." (CBR 22 fév.). Le cardinal Rossi succombe (GC 21 fév.). Les conclavistes ne sont pas non plus épargnés : "L'abbé de Ligneville, conclaviste du cardinal de Luynes, est tombé dangereusement malade, et a été remplacé par l'abbé de Montagnan" (GDP 23 fév.).

27Après le décès du cardinal Rossi, la chronique du conclave sombre dans une forme de léthargie. Dans huit livraisons (7 fév.-3 mars), la Gazette d'Utrecht ne publie que deux articles succincts (14 et 28 fév.) ; aucune mention dans la Gazette d'Amsterdam entre le 14 et 24 février : "L'élection du pape ne paraît pas prochaine et le cardinal vicaire Colonna ne montre aucun empressement de rentrer dans le conclave" (GL 28 fév.). Seule la Gazette de Cologne, feuille du jésuite Jacques Dambrin, voit dans les difficultés du conclave un mal nécessaire, "inévitable dans une affaire, où l'on peut dire qu'il faut se hâter lentement et qui doit être l'ouvrage d'un examen le plus mûr et le plus réfléchi" (24 fév.).

"Au moment où on s'y attendait le moins..."

  • 13 Voir E. Preclin, E. Jarry, Histoire de l'Eglise, Bloud et Gay, 1955, t. XIX, p. 46 : "Finalement, a (...)

28Le cardinal Braschi est élu pape le 15 février dans le scrutin de l'après-midi13. La Gazette de France est la première à annoncer l'événement (nouvelle de Versailles du 26 février dans la livraison du lundi 27 février). Parmi les gazettes étrangères, le Courier du Bas-Rhin réagit le premier, dans l'article de Clèves qui termine le numéro du mercredi 1er mars :

Des lettres venant d'Italie portent que le sacré collège s'était enfin accordé à donner un chef à l'église dans la personne du maréchal Marefoschi...

29Nouvelle qui exige, sinon un démenti, du moins une légère rectification dès les premières lignes du numéro suivant (samedi 4 mars, article de Clèves) :

En annonçant, l’ordinaire dernier, sur la foi d’une lettre d'Italie, que le sacré collège s'était enfin accordé à donner un chef à l'église, nous n'avions pas annoncé une fausse nouvelle ; mais par inadvertance ou par précipitation, la personne qui nous donnait cet avis, s'était trompée de nom en désignant le cardinal Marefoschi, au lieu que c'est le cardinal Braschi qui a été élu pape, comme on l'apprend de tous côtés par divers courriers qui portaient cette agréable nouvelle aux cours Catholiques.

30Entre-temps, la Gazette de Cologne, la Gazette d'Amsterdam (rubrique Bruxelles), et la Gazette de Leyde (simultanément dans l'article de Leyde, citant des lettres de Paris et de Bruxelles, et dans celui de Venise) ont annoncé la nouvelle dans leur livraison du vendredi 3 mars. La Gazette des Deux-Ponts (6 mars, article de Florence) et celle d'Utrecht (7 mars, article de Rome, dans le Supplément) sont un peu plus lentes.

31La lente diffusion de la nouvelle si longtemps attendue est en outre accompagnée de quelques tâtonnements. Outre l'erreur du Courier du Bas-Rhin sur l'identité du nouveau pontife, une hésitation porte, dans la Gazette de Leyde, sur le nom qu'il s’est choisi : selon "les dernières lettres de Paris", le nouveau pape "a pris le nom de Clément XV" ; selon celles de Bruxelles, il "a pris le nom de Pie VI".

32Étienne Luzac tente d'emblée de montrer la logique du dénouement :

Il est certain qu'après l'arrivée des Courriers qu'on attendait de retour de Versailles et de Madrid et qui arrivèrent à Rome le 4 février, l'indécision des suffrages a paru diminuer. (GL 3 mars)

33avant d'avouer son caractère surprenant :

Enfin, après 4 mois et 23 jours de négociations, de brigues et de dissension, le parti zélé a triomphé, et les voix se sont réunies à l’improviste en faveur du cardinal Braschi. (GL 7 mars)

34Manzon suit un parcours parallèle : il souligne d'abord la prévisibilité de l'événement : "on se rappellera que dès le commencement de janvier nous annonçâmes que les cardinaux s'étaient accordés à élever le cardinal Braschi à la Tiare" (4 mars) ; avant de donner l'''extrait d'une lettre de Rome du 15 février" qui exprime sarcastiquement le sentiment contraire :

Au moment où l'on s'y attendait le moins et que la division des esprits semblait être la plus forte au conclave, on a été étonné d'apprendre que tout à coup les dispositions du sacré collège ont changé, par des voies surnaturelles sans doute, et qu'il s'est réuni en faveur du cardinal Braschi.

35Pour accompagner l'événement, les gazettes offrent à leurs lecteurs des notices biographiques du nouveau chef de l’Église. Celle du Courier du Bas-Rhin est incontestablement la mieux informée :

  • 14 La suite de ce long article fut publiée dans les livraisons suivantes, les 8 et 11 mars. Nous n’avo (...)

Jean-Ange Braschi, né à Césène dans l'Etat de l'Eglise, le 27 décembre 1717 était l'avant dernier des cardinaux de la création de Clément XIV ; et fut élevé à la pourpre le 26 Avril 1773. Il était cardinal de l'ordre de St. Onufre, et avait la charge de premier trésorier de la chambre apostolique. !...] Du reste, le nouveau pontife est d'une famille distinguée dans la noblesse et ses parents portent le titre de marquis. Il vint à Rome pour y exercer la jurisprudence ; et il fut d'abord nommé auditeur du cardinal camerlingue Colonna. Il occupa ensuite la même charge auprès du cardinal Rezzonico, qui le fit trésorier de la chambre apostolique, charge qui donne droit au cardinalat. On a d'ailleurs une bonne opinion de son mérite particulier et de ses talents. (4 mars)14

36Les gazettes se gardent de prononcer d'emblée un jugement direct trop tranché sur le nouvel élu. L'opinion du rédacteur se lit plutôt dans le choix qu'il fait de rapporter ou non les réactions suscitées par l'élection. C'est ainsi que Manzon charge le peuple romain d'exprimer ses propres réserves :

  • 15 "Le conclave, cette fois, se vit obligé de mieux fermer ses portes, non pour se garder des ingérenc (...)

Lorsque le cardinal doyen a paru sur le balcon du Vatican pour annoncer cette nouvelle au peuple, il s'est fait un grand silence, et l’on n'a pas entendu ces acclamations et ces cris de joie qui sont l'expression de l'approbation publique, en de pareilles occasions. (4 mars)15

  • 16 Voir Pensées. Le Spicilège, éd. Louis Desgraves, Robert Laffont, 1991.

37En définitive, cette étude permet d'affirmer que les "archives du présent" représentent une source de documentation crédible sur un événement de ce type ; les vérifications que nous avons effectuées en confrontant ces journaux à d'autres sources démontrent une fiabilité qui justifie par exemple que Montesquieu ait eu recours aux gazettes pour ses travaux16.

38Sans se départir de ce souci d'exactitude, les gazettes ont tenté tant bien que mal de donner une forme à un événement confus et de longueur indéterminée dont il n'était pas toujours certain qu'il intéressât leurs lecteurs (notamment dans le cas de la Gazette d'Utrecht). Tenus à l'écart du secret des négociations, les journalistes ont su tirer profit des moindres incidents (la satire du conclave, le trou, les maux des cardinaux, la visite du Prince Palatin) pour composer une sorte de feuilleton.

39La chronique du conclave de 1774-1775 dans les gazettes offre des similitudes avec les procédés des journaux contemporains. Voyons les articles consacrés par Le Monde au conclave de 1978. "Conformément à la constitution sur la vacance du Saint-Siège, le conclave doit se réunir entre le quinzième et le vingtième jour suivant le décès du pape" (30 sept. 1978). Comme le gazetier, le journaliste moderne mentionne les cardinaux favoris :

  • 17 Le Monde, 14 oct., pp. 1-2.

Depuis quelques jours, on assiste à une campagne orchestrée par la presse en faveur du candidat de la Curie, le cardinal Guiseppe Siri, archevêque de Gênes. Déjà papabile en 1958 et héritier présomptif de Pie XII. [...] Certains allant jusqu'à prétendre que l'archevêque de Gênes pourrait recueillir cinquante voix dès le premier tour.[...] En effet, le cardinal Benelli, archevêque de Florence et artisan, dit-on, de l'élection de Luciani (Jean-Paul Ier), voit grandir ses chances d'être élu.[...] Si l'impasse se fait sur un Italien, on cherchera, dans un deuxième temps, un candidat étranger17

40Enfin Le Monde a consacré au résultat de l'élection de longs commentaires : "C'est au troisième jour de conclave, le lundi 16 octobre, que Jean-Paul II a été élu. [...] Le cardinal Karol Wojtyla, archevêque de Cracovie, est le premier pontife non italien depuis l'élection en 1522 d'un Hollandais, Adrien VI." (18 oct. 1978). A cette occasion, Alain Woodrow a brossé un portrait mesuré du nouveau pontife :

  • 18 Le Monde, 18 oct., p. 3.

Le nouveau pape est né dans la petite ville de Wadowice, de l'archidiocèse de Cracovie, dans une famille modeste. [...] Il est ordonné prêtre en 1946 et se rend à Rome, où il suit des cours de théologie à l'université pontificale de l'Angelum, obtenant d'abord sa licence puis son doctorat en théologie.[...] Son traditionalisme doctrinal fait partie de l'héritage transmis par une nation où la foi est une seconde nature.[...] Sur le plan humain, enfin, Jean-Paul II est un homme serein et de bonne humeur ; il est modeste et simple mais d'un accès difficile, sans avoir la spontanéité de Jean XXIII ou de Jean-Paul Ier, son prédécesseur immédiat18.

  • 19 Dict. de Trévoux, éd. 1771, art. "Conclave".

41Rarement un conclave fut aussi mouvementé que celui de Pie VI. "Il n'y a pas de mer plus agitée que le conclave, les passions comme des flots s'y poussent successivement"19 : si les passions sont quelque peu absentes dans les articles du Monde, qui portent sur un conclave bref, cette comparaison est en revanche parfaitement illustrée par les récits des gazettes de 1775.

Notes

1 Baron Henrion, Histoire générale de l'église pendant les XVIIe et XIXe siècles, Paris, Bibliothèque ecclésiastique, 1838, t. II, p. 281. Dans sa correspondance avec le comte de Vergennes, le cardinal de Bernis note : "Vous avez vu, par une lettre du 12 [octobre 1774], la situation où j'ai trouvé le conclave, et les précautions que j'avais prises, conjointement avec le ministre d'Espagne [Florida-Blanca], avant d'y entrer, et depuis mon entrée, dans l'intention de rompre le projet formé par un parti d'enthousiastes, de faire une élection brusquée, et d'affranchir de cette manière le Saint-Siège (pour me servir de leurs termes) de l'esclavage des cours." Lettre citée par Artaud de Montor, Histoire des souverains pontifes romains, Firmin Didot, 1847, t. VIII, pp. 29-30. J. Lacouture explique : "La tradition voulait qu'au sein du Sacré Collège un groupe dit « des couronnes » prêt à tout pour complaire aux monarques, s'opposât à celui des zelanti, de ceux qui, sans être pour autant des anges, jugeaient que le pape ne devait pas être ‘fait’à Versailles ou à l'Escurial, mais choisi surtout en fonction de critères apostoliques." Jésuites, Seuil, 1991, t. I, p. 467

2 P. Rétat, Le Dernier Règne. Chronique de la France de Louis XVI, 1774-1789, Fayard, 1995, p. 10.

3 Jules Gendry, Pie VI. Sa vie, son pontificat (1717-1779), d'après les archives vaticanes et de nombreux documents inédits, Picard, t. I, p. 66.

4 J. Gendry, op. cit., p. 67.

5 Cette satire était un exemple parmi bien d'autres. "La ville est inondée de pasquinades, et la plus impudente est sans contredit, la pièce qui a pour titre Il Conclave. C'est une parodie des poésies de Métastase, elle court tout Rome et l'exemplaire se paie jusqu'à vingt-cinq écus." (Gendry, op. cit., p. 71).

6 Artaud de Montor, op. cit., pp. 95-96.

7 "La pièce tragico-comique fut déférée aux chefs d'ordre, Bernis, Zelada et Acquaviva, et, par jugement des cardinaux, brûlée publiquement sur la place Colonna. Samedi 19 novembre. Bernis qui y était fort maltraité, à cause de ses fréquentes relations avec le palais Santa Croce, fit plus encore. Il manda au conclave le juge criminel Gabrielli, exigea qu'une perquisition fût opérée, d’abord chez tous les conclavistes, puis dans la ville." (Gendry, op. cit., p. 72). Sur le terme conclaviste, voir Durand de Maillane, Dict. de droit canonique, Paris, Bauche, 1761, art. Conclaviste : "Conclaviste est une espèce de domestique d'un cardinal en conclave : ce terme de domestique est nécessairement employé ici, parce qu'on ne souffre personne auprès des cardinaux en conclave, que pour le titre et pour leurs besoins ; d'où vient que les ecclésiastiques, souvent de la meilleure naissance, suivent les cardinaux à Rome pour être leur conclaviste."

8 Edition de 1771, article "Conclave".

9 Artaud de Montor, op. cit., p. 108.

10 J. Gendry, op. cit., p. 76.

11 "Les froids ont été partout rigoureux en janvier, les neiges presque aussi abondantes en Italie qu'en Allemagne." P. Rétat, op. cit., p. 32.

12 Voir GC 14 fév. ; GDP 23 fév. ; GA 28 fév : "On continue de faire de rigoureuses perquisitions touchant le trou qui s’est trouvé au magasin à bois du conclave, sans que l'on ait encore pu jusqu'ici en découvrir la moindre chose." Voir aussi Gendry, op. cit., p. 76 : "Le vendredi 27 janvier au matin, il se produisit au conclave un fait jusque-là inouï. La porte du bûcher avait été arrachée de ses gonds pendant la nuit et dans le mur extérieur, on avait pratiqué un trou assez grand pour laisser passer un homme."

13 Voir E. Preclin, E. Jarry, Histoire de l'Eglise, Bloud et Gay, 1955, t. XIX, p. 46 : "Finalement, après un conclave de cinq mois, au 265ème scrutin fut élu le cardinal Braschi." L'élection de Pie VI fut l'aboutissement de négociations secrètes, menées et évoquées par le cardinal de Bernis : "Dès le mois de décembre 1774, j'avais compris que si on continuait à s'occuper du cardinal Braschi comme on le faisait, on augmenterait les difficultés des ministres et des cardinaux qui lui étaient opposés." (Artaud de Montor, op.cit., p. 111). "Dans le conclave qui suivit la mort de Clément XIV (22 sept. 1774), il (le cardinal de Bernis) parvint à faire élire le cardinal Braschi, Pie VI, qui ne l'oublia pas." Dict. de Biographie française, Paris, Letouzey, art. Bernis (François de).Voir aussi le Dict. de théologie catholique, sous la dir. de A. Vacant et E. Mangenot, Letouzey, 1935, t. XII, 2ème partie, col. 1654 : "Soutenue par le cardinal français de Bernis, la candidature de Braschi, bien que frappée d'exclusive par le Portugal, gagne des sympathies et, le 15 février 1775, Braschi était élu au bout d'un conclave de 4 mois et 9 jours."

14 La suite de ce long article fut publiée dans les livraisons suivantes, les 8 et 11 mars. Nous n’avons pas constaté d'erreur dans les notices biographiques de Pie VI proposées par les gazetiers.

15 "Le conclave, cette fois, se vit obligé de mieux fermer ses portes, non pour se garder des ingérences extérieures, mais pour ne pas entendre les quolibets et les insultes dont les Romains l'abreuvaient. Ce peuple ne comprenait pas qu'il faille tant de mois pour élire un pape." (Jean Mathieu-Rosay, La Véritable histoire des papes, J. Grancher, 1991, p. 296).

16 Voir Pensées. Le Spicilège, éd. Louis Desgraves, Robert Laffont, 1991.

17 Le Monde, 14 oct., pp. 1-2.

18 Le Monde, 18 oct., p. 3.

19 Dict. de Trévoux, éd. 1771, art. "Conclave".

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search