Version classiqueVersion mobile

La Femme dans les romans de Flaubert

 | 
Lucette Czyba

Introduction

Texte intégral

A la femme la maison, à l’homme la place publique.
Proudhon
(Système des Contradictions économiques ou Philosophie de la Misère)

  • 1 M.J. Durry, Flaubert et ses projets inédits, Nizet, 1950, p. 199.

1En entreprenant cette étude sur les mythes et l’idéologie de la femme dans les romans de Flaubert, je n’ai pas sacrifié à une mode : les questions que je me suis posées à ce sujet sont plus anciennes. Toutefois j’ai conscience d’avoir été stimulée, encouragée dans cette voie, par la réflexion qui après 1970 a été plus systématiquement et méthodiquement conduite à propos du discours tenu sur les femmes et qui a abouti à la remise en cause d’un certain nombre d’idées reçues dans ce domaine. Cela d’autant plus que, malgré la multiplication des travaux qui ont renouvelé la lecture de Flaubert, l’intérêt de la critique ne s’était pas porté sur la question de la représentation imaginaire de la femme dans son œuvre. Ce que l’on continuait à dire et à écrire sur ces « personnages de papier » que sont les héroïnes flaubertiennes ne me paraissait pas assez bénéficier des recherches et des acquis de la narratologie, de la sociocritique des textes ou de la textanalyse. A mon sens trop souvent l’émotion et le plaisir esthétiques du lecteur, face aux tableaux et aux portraits féminins de Flaubert, l’empêchait de discerner ce qu’il ne m’apparaissait pas irrévérencieux d’appeler, d’un mot peut-être galvaudé mais difficile à remplacer, la misogynie du romancier. En particulier le personnage de Mme Arnoux dans L'Éducation sentimentale continuait à faire l’objet d’une sorte de consensus admiratif et de tabou. Je m’étonnais de ne pas voir discuté le jugement selon lequel ce personnage est « l’image de ce que l’humanité féminine peut offrir de plus tendre, de plus digne et à travers tout de plus invinciblement préservé »1. C’était pourtant ne pas tenir compte des ambiguïtés du texte, réduire en conséquence le sens de l’œuvre, c’était enfin faire inconsciemment sienne une idéologie de la femme et de la mère historiquement datée sur laquelle il convenait plutôt de s’interroger. Je me suis demandé quels procédés littéraires mis en œuvre par le romancier favorisaient finalement l’adhésion du lecteur à l’a priori du mythe d’une nature féminine, d’un éternel féminin. Tout en ayant dans le même temps la certitude que le texte de Flaubert ne se réduisait pas à produire ce sens-là. Car il ne s’agissait pas pour moi de réduire le texte mais de révéler ce qui n’est pas toujours évident à première lecture.

  • 2 R. Barthes, Mythologies, Seuil, 1957, p. 193-194, 215-217.
  • 3 P. Albouy, Mythographies, José Corti, 1976, p. 353.
  • 4 R. Bellet, « La femme dans l’idéologie du Grand Dictionnaire universel de Pierre Larousse », La Fem (...)

2Il m’a donc paru opportun d’étudier l’idéologie de la femme que la conception (comme la lecture) des personnages féminins flaubertiens met en jeu, ainsi que les mythes qui sont le véhicule, le support et l’expression de cette idéologie. Car le propre du mythe, selon la définition de Roland Barthes2 que j’ai adoptée, est de transformer l’Histoire en Nature, le sens en forme, d’imposer ainsi un système de valeurs que nous prenons pour un système véridique. Procédant de l’imaginaire et s’adressant à l’imaginaire, le mythe participe de l’idéologie, il est un noyau, sinon le noyau de l’idéologie, définie par Pierre Albouy comme « un système de représentations constituant la représentation imaginaire des rapports réels de l’individu à la société et à son histoire »3. La difficulté méthodologique étant, bien sûr, de faire le départ entre imaginaire et réel. Car si les mythes féminins constituent une déformation imaginaire d’une réalité de la femme, comment déterminer cette réalité ? Certes un certain esprit critique nous permet de flairer le mythe, c’est-à-dire de saisir la distorsion, souvent inconsciente, d’avec la réalité, grâce au recul historique, mais cet esprit critique risque de ne pas dépasser le stade de l’empirisme. Une manière de procéder moins artisanale consiste à repérer, dans le discours fortement codé qu’est le mythe, et plus encore le mythe littéraire, les références et les stéréotypes culturels qui favorisent le glissement de l’historique au non-historique. J’ai donc tenté dans un premier temps de discerner, dans leurs contradictions et leur complémentarité, les tendances les plus significatives de la représentation imaginaire de la femme au XIXe siècle, afin de disposer de références permettant de mieux évaluer celle qu’en proposent les romans flaubertiens. Je me bornerai ici à résumer la synthèse de ce qui m’a paru le plus révélateur du discours tenu sur les femmes au siècle dernier : fonction subversive des utopies saint-simonienne et fouriériste, la première remettant en cause les fondements familiaux de la société établis par le Code Napoléon, propriété et mariage monogamique, la seconde substituant, à l’argent, l’amour comme pivot de la société idéale et opposant un scepticisme relativiste au dogmatisme absolu et intransigeant de la morale conjugale et familiale contemporaine ; sens symbolique (et limites) de la révolte sandienne ; ambiguïtés de la mythologie féminine dans La Comédie humaine, mythologie fondatrice, étant donné l’influence des modèles socio-littéraires balzaciens sur toute l’écriture romanesque contemporaine et ultérieure ; question des femmes posée et éludée au moment de la Révolution de 1848 ; espoirs féministes avortés et réaction contre les revendications des femmes dès juin 1848, la forme la plus insidieuse de cette réaction ayant consisté à enrober, à dissimuler l’idéologie dans une représentation satirique, sinon grotesque, de ces revendications. A la misogynie de Proudhon qui me paraît typique du Second Empire, puisqu’on la retrouve, aux nuances près, aussi bien chez Taine, Maxime Du Camp, les Goncourt... et Flaubert, j’opposerais volontiers les ambiguïtés de Michelet, tandis que l’article Femme du Grand Dictionnaire universel de Pierre Larousse figure la projection-bilan de cette idéologie au début de la Troisième République en 18724. La lecture de nombreux textes littéraires contemporains de la production flaubertienne, combinée à celle de revues de vulgarisation littéraire et artistique, à large diffusion, comme Le Musée des Familles, m’a convaincue de l’importance de certains mythes féminins dans l’imaginaire social du XIXe siècle : empruntés à l’Histoire de l’Antiquité, ceux de Messaline et de Cléopâtre ; à l’Histoire de France, ceux de Marguerite de Bourgogne, Isabeau de Bavière, Diane de Poitiers ; à la Bible, ceux de la Reine de Saba, Dalila, Judith, Hérodias-Salomé... Des peintres et des caricaturistes (Delacroix, Daumier, Gavarni, Gustave Moreau...), pour ne citer que les plus caractéristiques, m’ont paru n’avoir pas moins contribué que les écrivains à l’élaboration d’une véritable typologie féminine à laquelle je ne devrais pas manquer de me référer.

3Dans les textes flaubertiens eux-mêmes j’ai essayé de repérer les phénomènes de déplacement et de condensation, également caractéristiques du discours mythique, métonymies et métaphores, qui signifient une opération de camouflage ou de dérobade et qui signalent l’existence d’un refoulé. Je me suis aussi interrogée sur la fonction du discours italique qui, tout en produisant une illusion de réalité, a une dimension critique, sur la fonction du cliché dans l’écriture flaubertienne, cliché qui tend aussi bien à édifier le vraisemblable qu’à en saper les fondements de l’intérieur. Je me suis attachée à montrer le caractère privilégié du mythe littéraire qui, grâce à sa richesse et à son ambiguïté, a pour fonction de résoudre provisoirement, dans et par l’imaginaire, c’est-à-dire dans et par un discours lui-même mis en cause, des contradictions insolubles dans la réalité ; à montrer que le mythe littéraire autorise par conséquent une lecture plus approfondie et plus complète de la réalité historique dans laquelle s’inscrit l’œuvre, qu’il permet d’avoir plus de prise sur les contradictions inhérentes à cette réalité puisqu’il tente de les résoudre ou de les annuler en se projetant dans l’imaginaire, dans un imaginaire écrit, formulé selon un langage lui-même ambigu et contesté. Aussi les images que l’œuvre romanesque propose de la féminité ont-elles souvent plus à dire sur le statut des femmes dans une société donnée, singulièrement au XIXe siècle, qu’un discours théorique tenu sur elles, ce qui ne signifie pas qu’on minimise l’apport de ce dernier dans une étude consacrée à l’idéologie de la femme. Ainsi l’ambiguïté parfois très forte des mythes littéraires flaubertiens concernant la femme est apte, par la force même de cette ambiguïté, à produire les conditions d’une lecture démystificatrice. L’examen de la mythologie féminine de Flaubert m’a donc paru un moyen efficace d’apprécier la lucidité du regard qu’il porte sur la société à laquelle il appartient, et d’apprécier les limites de cette lucidité, un moyen efficace de préciser la nature et le sens de l’ironie distanciatrice, peut-être désespérée, qu’il a exercée contre sa propre classe, la bourgeoisie, d’appréhender enfin comment il était parvenu à transformer une idéologie en esthétique.

  • 5 E. Benveniste, Problèmes de Linguistique générale, Gallimard, 1966, p. 23.
  • 6 T. Reik, Flaubert und seine « Versuchung des heiligen Antonius », ein Beitrag zur Künsterpsychologi (...)
  • 7 Archétypes, selon la définition jungienne : éléments constitutifs mythogènes du psychisme inconscie (...)

4Partant du principe, établi par Benveniste5, que « la langue est un système où rien ne signifie en soi et par vocation naturelle, mais où tout signifie en fonction de l’ensemble », je me suis efforcée de dégager, malgré la disparité apparente des œuvres considérées, la cohérence de cette mythologie féminine et j’ai poursuivi cette recherche aussi bien dans les œuvres de jeunesse de Flaubert que dans ses ébauches, brouillons et projets inédits qui m’ont été accessibles. En recherchant cette cohérence, j’ai perçu la nécessité d’esquisser aussi une lecture psychanalytique des textes : après les travaux de Theodor Reik sur La Tentation de Saint Antoine, l’interprétation que Marthe Robert6 a donnée du double rêve rapporté dans les Mémoires d’un fou m’a persuadée de l’intérêt et de l’importance de cette approche des textes. C’était poser la question du rapport fondamental de la mythologie féminine avec son archétype maternel et avec le « roman familial » de Flaubert7.

5Je ne veux pas achever cette introduction sans remercier Roger Bellet qui, après avoir approuvé le projet de ce livre, n’a cessé d’en soutenir l’exécution de ses conseils et de son amitié.

6Lyon, mai 1982

Notes

1 M.J. Durry, Flaubert et ses projets inédits, Nizet, 1950, p. 199.

2 R. Barthes, Mythologies, Seuil, 1957, p. 193-194, 215-217.

3 P. Albouy, Mythographies, José Corti, 1976, p. 353.

4 R. Bellet, « La femme dans l’idéologie du Grand Dictionnaire universel de Pierre Larousse », La Femme au XIXe siècle, Littérature et Idéologie, sous la direction de R. Bellet, P.U.L., 1978.

5 E. Benveniste, Problèmes de Linguistique générale, Gallimard, 1966, p. 23.

6 T. Reik, Flaubert und seine « Versuchung des heiligen Antonius », ein Beitrag zur Künsterpsychologie (Flaubert et sa Tentation de Saint Antoine, contribution à la psychologie de l’artiste), Minden, 1912.
Marthe Robert, Roman des origines et origines du roman, Grasset, 1972.

7 Archétypes, selon la définition jungienne : éléments constitutifs mythogènes du psychisme inconscient. J. Bern (in Désir et savoir dans l’œuvre de Flaubert. Étude de La Tentation de Saint Antoine, p. 85, 86. La Bâconnière, Langages, diffusion Payot, 1979) aboutit à des conclusions analogues aux miennes. De même en ce qui concerne le « roman familial » de Flaubert, la lecture que R. Debray-Genette et J. Bellemin-Noël ont faite d’un fragment du manuscrit de La Légende de Saint Julien l'Hospitalier corrobore mon interprétation de la version définitive de ce conte (« Deux regards sur un fragment de manuscrit de Flaubert » in Édition und Interprétation, Édition et Interprétation des Manuscrits littéraires, Ed. Peter Lang, Bern 1981.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20082/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 507k

© Presses universitaires de Lyon, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search