Versión clásicaVersión móvil

La Suite à l'ordinaire prochain

 | 
Chantal Thomas
, 
Denis Reynaud

Séquences et dénouements

Batailles

Pierre Rétat

Texto completo

L'uniformité des batailles donne à nos gazettes une couleur monotone ; il n'y a que les noms de changés. La paix et la guerre ont presque la même physionomie ; les Etats, après ces luttes sanglantes et terribles ont conservé leur assiette ; pourquoi donc des batailles, puisqu’il n'y a plus de révolutions ? L. S. Mercier, Mon bonnet de nuit, "Batailles"

Point de gazettes chez le peuple romain. Il est vainqueur, il est vaincu, voilà à quoi se réduisaient les nouvelles politiques. Point de ces phrases tortueuses, mensongères, insignifiantes, qui obscurcissent pendant six mois la vérité, et qui enlèvent également au guerrier la réprobation et l'estime. Mon bonnet de nuit, "Bulletin".

  • 1 Bayle, prenant pour exemple la relation de la bataille de Senef, écrit dans une lettre du 27 septem (...)

1La guerre et les événements qu'elle produit (opérations, sièges, batailles) sont un des types d'information privilégiés des gazettes et journaux politiques. Les gazetiers attendent avec un frémissement de joie les "grands événements", mais ce bonheur a pour eux un revers, car le mépris dont on les accable souvent s'autorise de leur complaisance pour ce genre de nouvelles, des incohérences et des erreurs de leurs récits1. Les guerres sont en tout cas des périodes hautement bénéfiques pour la vente des gazettes, l'intérêt et l'avidité du public font proliférer les nouvellistes et les nouvelles.

2Cette connexion si évidente de l'information et de la guerre est profonde et permanente. Aux origines de la presse périodique, elle forme avec le commerce l'objet principal des "relations", des "courants", des "nouvelles". Elle constitue en outre la part la plus sensible d'une information contrôlée par le pouvoir politique. En effet l’acte guerrier, le moment décisif de la bataille, mettent en jeu au plus haut point la souveraineté et la gloire des rois, l'existence et l'identité des nations, les unes et les autres tendant à se confondre sous l'Ancien Régime, même si les rapports en sont parfois complexes et conflictuels.

  • 2 "Le souvenir d'une belle bataille", L'Histoire au XVIIIe siècle, Aix-en-Provence, 1980, pp. 307-328 (...)

3La bataille dans la gazette serait un sujet immense, si l'on voulait seulement poser quelques questions qu'il soulève, dans un long terme qui irait des débuts de la gazette de Renaudot à la Révolution : sources, formes de la "relation", langage technique, topographique, éditorial, évolution de cet ensemble textuel. L'essentiel sans doute reste à faire pour donner sens à un type d'information aride et répétitif, qui livre l'événementialité apparemment la plus rebutante. M. Gilot, en passant et comme par mégarde, a montré ce qu'on pouvait tirer des gazettes, à côté d'autres textes, dans un bel article sur la bataille de Fontenoy2.

  • 3 Voir M. Fogel, Les Cérémonies de l'information dans la France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, 1989 (...)

4La seule question que nous nous posons est celle-ci : qu'y a-t-il de propre et d'irremplaçable dans les gazettes pour une étude du moment central de la guerre qu'est la bataille ? Nous ne le chercherons pas dans les "relations" mêmes de l'événement, même si la valeur documentaire en est indiscutable, mais dans la dimension proprement événementielle de l'événement qui, à son origine, le crée en tant que tel : sa communication, les processus de transfert de la nouvelle dans l'espace et dans le temps, qui supposent des acteurs, des chaînes de transmission, un dispositif d'accueil, d'enregistrement, de filtrage, de transformation de la nouvelle. C'est au terme de ce processus que le discours historique fixe la bataille comme un objet défini, un événement daté, localisé, nommé, avec ses préliminaires, ses moments et ses suites. L'inscription de la bataille au grand livre de la gloire monarchique et de la mémoire nationale commence par le récit officiel, largement diffusé (l’"Extraordinaire" de la Gazette de France rédigé dans les bureaux de Versailles, ou par ceux d'autres cours pour leur propre gazette officielle) et qui fait autorité, se poursuit dans les Te Deum, mode habituel de célébration et d'information3, avant de se reconstruire dans les discours historiques. La bataille arrête sa forme et son sens par l'effet de cette machine discursive ou rituelle indéfiniment à l'œuvre. Les ouvrages spécialisés sur des batailles célèbres modifient le point de vue, l'échelle ou les techniques d'observation, mais non l'objet.

5Or, lorsqu'on lit les gazettes, cet objet se dérobe d'abord, pour se donner à l'état naissant, quasi effervescent, dans le jaillissement successif et multiple des récits, dans le conflit des revendications, et jusque dans l'incertitude du lieu et du nom. La gazette nous fait non seulement effectuer une remontée à l'origine, une reconstruction de l'événement dans son sens fort de novation du temps ; elle réinstalle aussi une condition essentielle de la compréhension de cet événement, le réseau de transmission et d'accueil, ses lieux, ses relais, un mouvement dans l'espace et le temps, un ensemble de réceptions et de réactions, qui rendent à la nouvelle de la bataille sa valeur passionnelle et politique primitive.

  • 4 Höchstadt ou Hochstaedt ou Hochsted est située sur la rive gauche du Danube, entre Ulm et Ingolstad (...)
  • 5 Chap. XIX, Œuvres historiques, Pléiade, 1957, pp. 830-836.
  • 6 Nous la désignerons dans les références par le sigle GA, lorsque le contexte le rend nécessaire ; n (...)

6Parmi une multitude d’exemples possibles, le choix d'une bataille est arbitraire. Nous l'avons porté sur celle d'Hochstaedt (13 août 1704), un des plus grands événements militaires de la guerre de succession d'Espagne, tournant décisif, les armées françaises étant brutalement chassées d'Allemagne par la victoire complète des Alliés sous le commandement de Marlborough et du prince Eugène4. Voltaire en a fait un récit vif et circonstancié dans Le Siècle de Louis XIV, parfaite synthèse documentaire selon le modèle historique pour ce type d'événement : état des troupes et personnalité des chefs, phases de l'action, bilan et conséquences5. Notre unique référence, en dehors de quelques textes accessoires, sera la gazette d'Amsterdam (dont le véritable titre est simplement Amsterdam), alors la principale des gazettes hollandaises qui se diffusent en Europe : c’est là que nous chercherons la trace de l'événement même de la bataille6.

Première communication de la nouvelle

7La bataille, c'est d'abord un courrier qui passe, un bruit qui, saisi au vol, essaime rapidement. On lit en dernière page de la gazette d'Amsterdam du 19 août 1704 : "Pays-Bas [...] d'Amsterdam le 18 août. On a reçu avis d'Utrecht, qu'un Exprès de l'Armée du Danube y passa hier au soir, allant à La Haye, avec la nouvelle d'une seconde victoire remportée sur l'Armée des Ennemis, dont on attend les particularités de La Haye". La livraison suivante, du 22 août, nous apprend en effet l'arrivée de l'exprès à La Haye, sa qualité, son nom, et publie les textes dont il est porteur, écrits à la hâte à l'issue de la bataille. Le premier, d'une brièveté et d'une simplicité à la fois délicate et terrible, est le "billet" de Marlborough lui-même aux États Généraux :

Je n'ai que le tems de vous dire et de vous prier, de vouloir assurer la Reine de mes respects, et de faire savoir à Sa Majesté, que son Armée a remporté une glorieuse Victoire : M. de Tallard et deux autres Généraux sont dans mon carrosse, et je suis occupé à poursuivre le reste [...]

  • 7 T. IX, 1889, p. 55 (23 août). La première nouvelle y était arrivée le 21 août, par un courrier du m (...)

8Cette lettre, imprimée en Hollande et parvenue à Versailles d'après les Mémoires du marquis de Sourches7, ne pouvait y laisser aucun doute sur le caractère affligeant et presque déshonorant du désastre. La même livraison contient des lettres du chef de la cavalerie hollandaise et du général hollandais de Humpesch, plus circonstanciées, plus précises sur les pertes des Français (on y trouve les premières listes d'officiers prisonniers), mais empreintes aussi de cette heureuse précipitation qui suit une belle victoire :

P.S. Vos Hautes Puissances me pardonneront que ma Relation n'est pas exacte, mais c'est la nuit à 11 heures que je l’écris, et je suis un peu fatigué de la bonne journée. Mon aide de camp a pris en ma présence le Maréchal de Tallard.

  • 8 Voltaire attribue cette mésaventure à une extrême myopie et au manque de sang froid (Siècle de Loui (...)

9Des bataillons "taillés en pièces", d'autres capturés sans combat, les escadrons "ruinés", infanterie et cavalerie poussées pêle-mêle dans le Danube et s'y noyant, et, pour comble, le général-en-chef ennemi fait prisonnier sur le champ de bataille8 : comment ne pas céder à une légère ivresse quand on est comblé d'une grâce si extraordinaire et si imprévue ? Il faudrait ici savoir s'arrêter, revenir, avec la gazette, à cette primitive et ingénue expression du bonheur, rendre à la communication de l'événement sa première saveur.

  • 9 Ibid., pp. 833-834 ; en Allemagne le nom en serait encore différent, Plentheim : il doit s'agir d'u (...)
  • 10 Voir GA, 19 août, NE ; 29 août ; 2 sept. ; 30 déc., NE. On lit dans la Clef du Cabinet des princes (...)

10Cette "victoire complète", cette "glorieuse victoire" n’a pas d'abord de nom : simplement l’action s'est passée "auprès de Hoogstet". Du moins la référence locale est-elle claire, et le nom définitif par conséquent tout prêt, même si, d'après Voltaire9, les Anglais donnent à la bataille celui de Blenheim, désignation qui n'apparaît dans aucun des premiers récits, où pourtant le lieu est mentionné. Jusqu'à la fin de l'année, pourtant, la désignation constante est celle de "victoire du Danube" ou "bataille du Danube", jusqu'à ce qu'enfin la livraison du 30 décembre" célèbre "la fameuse Bataille de Hochstet"10.

Diffusion : récits et témoignages

11A partir de la première réception, la bataille prolonge et approfondit sa trace dans la gazette de trois façons : par la publication de lettres (réponses officielles, récits), par la diffusion et l'enregistrement de la nouvelle dans l'espace géographique, enfin par l'interprétation qui en est donnée, et qui dépasse l'événement lui-même en le situant dans un drame providentiel et une Histoire.

12Tout événement important affirme ainsi sa vocation à mobiliser l'attention publique pendant un temps suffisant pour en attester la valeur. Il acquiert le volume convenable à sa nature.

  • 11 Il semble que le volume en augmente lors des guerres suivantes, en rapport avec la capacité typogra (...)
  • 12 29 août, De La Haye le 27 ; une autre lettre n'est citée que partiellement : "Le reste est conforme (...)

13Il y faut d'abord des "lettres", beaucoup de lettres, qui ont une fonction de relations officielles (entre Marlborough et les États Généraux, par exemple), d'information ou de propagande. L'ensemble de ces textes, dans le cas présent, reste relativement modeste11. La gazette d'Amsterdam ne publie de nouveaux récits de la bataille que pour compléter ou corriger les précédents, par exemple telle relation écrite par un officier "qui contient particulièrement ce qui s'est passé à l'attaque du Village de Bleinheim"12.

  • 13 Voir GA, 22 août (nouvelles de La Haye et de Francfort) ; 26 août, NE.
  • 14 T. IX, pp. 52-63 ; "Le 25, le bruit courait que le marquis de Clérambault n’était pas mort, qu'il é (...)
  • 15 26 août, NE. Nous reparlerons plus loin de cette édition de Genève. Marsin commandait à Hochstaedt (...)

14Le bilan des pertes, la liste des officiers tués ou blessés, le nombre de bataillons ou d'escadrons défaits ou prisonniers forme une part essentielle de l'information ainsi diffusée13. Elle correspond en effet à une demande angoissée des familles et des proches : la principale trace que laisse la bataille dans les Mémoires du marquis de Sourches, ce sont les interrogations, les incertitudes, les faux bruits qui courent à Versailles sur le sort de parents et d'amis14. Les bilans des morts et des blessés prennent aisément un tour contentieux ; les pertes terribles subies à Hochstaedt par l'armée française ne peuvent être niées, mais les vaincus tentent de les réduire et, inversement, d'amplifier celles des vainqueurs. Les Mémoires du marquis de Sourches notent à la date du 24 août : "Le duc de Villeroy, qui écrivait à la duchesse sa femme par le même courrier, lui mandait que la perte n'avait pas été si grande à la bataille qu'on l'avait faite", et que des gens que l'on croyait morts se portaient bien (t. IX, p. 57). Les nouvelles de Paris du 30 août, ajoutées à la gazette d'Amsterdam dans l'édition de Genève, font état d'une lettre du maréchal de Marsin, apprenant que "le mal n'a pas été si grand de notre côté qu'on l'avait d’abord cru [...] Le Roi a dit ce matin que les Ennemis n'avaient pas 5000 prisonniers de nos Troupes, parce que les Bataillons qu'ils nous ont pris n'étaient pas complets"15. Lorsqu'elle se résout enfin à évoquer la bataille, dans ses livraisons du 30 août et du 6 septembre, la Gazette de France, organe de la cour, publie donc des estimations finalement fort consolantes, que la gazette d'Amsterdam conteste ensuite très vivement (12 sept., NE).

  • 16 Août 1704, pp. 426-427, 430, 434-438.

15Le Mercure galant, à côté des relations de fêtes, des boutsrimés, et du nécrologe habituel, réserve alors une place importante aux nouvelles de la guerre ; dans son volume d'août, publié vers la mi-septembre, le rédacteur d'une lettre supposée écrite de l'armée s'ingénie à prouver que les listes imprimées en Hollande "tuent" un grand nombre d'officiers français qui n'ont pas participé à la bataille, et que "au nombre des prisonniers près, les Ennemis ont fait une perte beaucoup plus considérable que nous, puisque les morts ne ressuscitent point, et que les prisonniers reviennent" ; il reçoit sans cesse des nouvelles de plus en plus agréables : "La perte des ennemis augmente tous les jours, et je viens de voir des lettres qui les font monter plus haut" qu'on ne le croyait auparavant. Et que penser de la censure suspecte qu'ils imposent aux officiers prisonniers, auxquels on interdit d'envoyer d'amples relations de la bataille16 ? Bayle, dans une lettre du 6 août 1705, se souvenait encore de ce dernier trait, qui sans doute l'avait frappé :

  • 17 Œuvres diverses, La Haye, 1727-1731, t. IV, p. 858.

Je me souviens que le Mercure galant, qui donne jusqu'à cinq ou six Relations des moindres avantages, n'en donne aucune de la Bataille du 13 d'Août, et qu'il s'excuse sur ce que les prisonniers Français n'avaient pas la liberté d'écrire : d'où il conclut que les Ennemis craignaient les Relations sincères que ces prisonniers auraient pu écrire. Mais n’était-il pas échappé des Officiers17 ?

16Or la gazette d'Amsterdam, lorsque le Mercure galant paraît, avait déjà fait parler ces officiers fugitifs : elle a la malice de publier des lettres écrites d'Ulm et interceptées. L'ennemi y parle avec une franchise absolument réjouissante. C'est

la plus sanglante Bataille qu'on ait vue de mémoire d’homme, et dans laquelle nous avons été entièrement défaits [...] Nous courons depuis deux jours [...] On n'a jamais vu une déroute pareille. Vous en serez surpris par les relations qu’on vous enverra [...] Cette action a bien fait vaquer des charges ; presque tous les Officiers sont ou tués ou blessés, et si on voulait mettre tous les noms il faudrait un volume. Les détails qu'on enverra à Paris de la Bataille vous feront assez comprendre combien le Roi y perd (2 sept., NE).

  • 18 No°36, 30 août, p. 143 de l'éd. de Lyon.

17Comment la Gazette de France pourra-t-elle dire un peu plus tard que le reste de l'armée s'est retiré "en bon ordre" jusqu'à Ulm18 ?

Diffusion dans l'espace

18La diffusion dans l'espace, telle qu'on la perçoit dans les gazettes, est un phénomène, commun à tous les événements, d'enregistrement de l'écho qu'éveille la nouvelle, écho ou suite d'échos dispersés et qui se prolongent dans le temps, la nouvelle progressant vers des lieux de plus en plus éloignés. Leur nombre, leur dissémination, leur amplitude et leur durée attestent aussi l'importance de l'événement.

19Les résonances viennent naturellement d'abord d'Allemagne et des Pays-Bas, puis d'Angleterre, d'Autriche ; on peut suivre ainsi les rebonds de la réception des différentes villes vers le centre de recueil et de publication des nouvelles qu'est la gazette : Cologne 21 août, Liège et Maastricht 22, Leipzig 20 (no du 26), Londres 22 (no du 29), Vienne 20 (no du 2 sept.). Ce ne sont partout que témoignages d'allégresse, feux de joie, illuminations, actions de grâces, Te Deum.

20Au milieu de ce concert, l'exception française mérite l'observation. En temps de guerre les nouvelles de France paraissent dans la gazette d'Amsterdam sous la rubrique "Pays neutres", et c'est seulement dans la livraison du 29 août que les nouvelles de Paris du 22 parlent des inquiétudes de la cour et de lettres qui se contrarient. Enfin la Gazette de France du 30 août, sous la rubrique de "Strasbourg le 20 août", donne une relation rapide et dénuée de tout caractère officiel : "Il n'en est point encore venu de Relation exacte, voici néanmoins ce qu'on a pu apprendre..." La bataille n'a pas de nom, la défaite est avouée, mais atténuée et présentée avec des circonstances avantageuses. Un second récit, toujours de Strasbourg (27 août), dans la Gazette du 6 septembre, prétend apporter des "nouvelles de la Bataille d'Hochstet plus sincères et plus véritables, que celles que les ennemis ont publiées", et révèle en particulier que, loin d'être inférieurs en nombre, ces derniers avaient une supériorité de quarante bataillons. Donc, après un long silence, un aveu réticent, transmis d'un lieu périphérique par un simple bulletin d'opérations : si l'on nomme la bataille, on ne lui attribue qu'une place transitoire dans la campagne d'Allemagne.

  • 19 Voir J.-D. Candaux, "Batailles autour d'un privilège : la réimpression genevoise des gazettes de Ho (...)

21Toutefois la réimpression genevoise de la gazette d'Amsterdam19 permet de mieux apprécier la réaction française, même si c'est de façon très partielle et en situation marginale. Le texte qu'elle présente est la copie de l'original, mais les Nouvelles extraordinaires y ont une forme curieuse, en deux colonnes de largeur différente, la plus étroite contenant des nouvelles dont la date est postérieure de plusieurs jours à celle que porte la gazette : il s’agit donc de nouvelles ajoutées par l'éditeur genevois, et qui souvent proviennent du sud de la France. Or, dès la livraison du 19 août, où la bataille était annoncée pour la première fois, on trouve parmi ces additions, "De Paris le 23 août", une relation très succincte (avec une liste d'officiers tués ou prisonniers), mais qui déjà maquille la réalité : "Les Armées n'ont été séparées que par la nuit. Il est resté plus de 20 000 hommes sur la place de part et d'autre". Nouvelle insinuation un peu plus tard : "Le Prince Eugène et Marlborough [...] de leur propre aveu ont bien perdu des hommes dans la Bataille, quoiqu'ils l'aient gagnée, et notre Armée est encore assez considérable, et serait restée en Bavière, s'il y avait eu de quoi subsister", ce qui est un effronté mensonge (22 août, NE : "De Strasbourg le 25 août"). Nous avons enfin cité plus haut la parole du roi sur ces bataillons incomplets qui diminuent le nombre des prisonniers français. Il paraît donc évident que le silence imposé à la Gazette de France n'a pas empêché la cour de France de mener une campagne latérale de désinformation.

  • 20 Août 1704, pp. 426-438 ; sept. 1704, pp. 424-429. Voir aussi oct. 1704, p. 447 : la perte des Angla (...)
  • 21 Si le fait que rapporte Crousaz est vrai, ne peut-on supposer que Bayle s'est amusé à reproduire le (...)

22Cette campagne est plus claire et plus directe dans le long texte de mise au point que le Mercure galant, déjà cité plus haut, consacre à la bataille dans son volume d'août (paru en septembre) et dans celui de septembre (paru en octobre). Plaisante victoire, qui a été obtenue à la faveur du brouillard et d'une "mauvaise manœuvre" de l'adversaire ! "Fatale" victoire, puisque "le dommage que les Vainqueurs ont souffert a été plus grand que s'ils avaient perdu une sanglante bataille" ! Trompeuse victoire, pure illusion, dans "cette espèce d'action, à qui l'on ne peut donner le nom de bataille" ! "Les Vaincus ayant combattu en beaucoup plus petit nombre ont remporté toute la gloire, pendant que les Vainqueurs ont remporté tout l'avantage". Depuis lors, les alliés sont au plus bas, tandis que la situation des troupes françaises n'a jamais été aussi brillante...20. Bayle, dans la lettre déjà citée, remarquait que le Mercure n'avait donné aucune relation de la bataille21. Certes, puisqu'il en exclut la possibilité même : comment relater une bataille qui n'existe pas ?

Interprétation

23Les vaincus tendent à exclure leur défaite du champ de la signification. On peut attendre au contraire des vainqueurs qu'ils donnent à une victoire aussi caractérisée que celle d’Hochstaedt une importance, une portée, un sens exceptionnels.

  • 22 22 août ; Marlborough écrit, dans le récit qu'il envoie lui aussi aux Etats Généraux, publié dans l (...)

24En lisant les lettres des officiers hollandais publiées dans la gazette d'Amsterdam, on est frappé par un langage et des comportements qui attestent une imprégnation religieuse profonde de la pensée et de l'existence. Selon le récit que le général de Humpesch écrit pour les Etats Généraux dès le soir de la bataille, l'armée franco bavaroise était plus nombreuse, elle occupait un poste avantageux, "mais Dieu a voulu que ce désavantage de notre côté, nous ait tourné à une grande Victoire et complète, et il nous a tellement favorisés, que nous ne pouvons assez l'en remercier"22. Le même écrit encore le 17 août, dans une lettre que la gazette publie le 26 :

Il a plu à Dieu de nous assister si fortement par sa bénédiction et sa puissance, contre les Ennemis, postés fort avantageusement, et supérieurs de près de 20 Bataillons, que nous avons sujet d'espérer, moyennant sa grâce, qu'il nous continue de plus en plus, une heureuse fin de la Guerre. Avant le Combat, nous fîmes une prière dans toute l'Armée, qu’il a plu à Dieu d’exaucer. Aujourd'hui on a célébré un jour d'Action de grâces ; Nous espérons qu'il lui sera pareillement agréable, et qu'il bénira les entreprises de nos Chefs [...] J'ai vu, et j'ai été informé de la conduite des Troupes, qui ont fait avec l’assistance de Dieu, tout ce que des gens braves et courageux peuvent faire.

25Le secours et la volonté de Dieu éclatent dans une victoire aussi complète et aussi surprenante. Très vite, dès les Nouvelles extraordinaires de la livraison du 22 août, et de façon exceptionnelle, la gazetier consacre à la bataille d'Hochstaedt un grand texte éditorial qui en fixe le sens. Le Dieu qui fait gagner les batailles a déclaré son choix, il a joué le rôle qu'on attendait de lui : le soutien d'une cause juste, la punition de l'orgueil du roi de France. L'événement n'est pas rapporté d'abord à des causes humaines : il se donne comme un "bonheur surprenant", paradoxal, effet d'une intervention magique, qui prouve que les alliés jouissent de "la faveur visible du Ciel" :

Le 13 de ce mois sera un jour fameux dans l'Histoire, par la bénédiction singulière dont il a plu à Dieu de favoriser les Armes des Hauts Alliés sur le Danube. On n'a point d'exemple d'une Victoire si complète dans toutes les Guerres précédentes... (22 août, NE).

26A la fin de l'année, dans le résumé synthétique que le gazetier d'Amsterdam en écrit à la fois pour la clore et pour introduire la suivante, il revient sur la bataille pour l'intégrer dans une vision d'ensemble de la guerre et des opérations en Allemagne ; au lieu d'en donner un nouveau récit, il en extrait en quelque sorte l'essence dramatique et signifiante : la bataille se décide et se gagne en un éclair, mais les conséquences en sont immenses. Tout indique par conséquent le véritable Acteur de l'Histoire :

On ne peut envisager cette surprenante et subite Révolution sans étonnement, et sans y reconnaître la Main suprême qui a dirigé ce grand Evénement. Les suites en ont encore mieux fait comprendre les conséquences, quand on a vu toutes les Villes du Danube et de la Suabe délivrées d'oppression, la Bavière soumise, le calme rendu à l'Empire... (30 déc., NE)

27Dans le numéro suivant, du 2 janvier 1705, le gazetier célèbre encore "les heureux succès dont il a plu à Dieu de favoriser les Armes des Hauts Alliés", rappelle les "miracles continuels" que sa providence a manifestés pour les secourir, et parcourt tous les motifs de consolation et d'espérance que ces succès doivent leur inspirer.

  • 23 Voir P. Rétat, "Représentation de l'histoire et de la politique au XVIIIe siècle : la gazette d'Ams (...)

28La bataille n'est donc qu'un moment, parmi les plus saillants, d'un grand drame de la providence. On reconnaît dans cette interprétation l'effet de la vision du monde religieuse, biblique, qui informe les représentations et les discours de Jean Tronchin du Breuil, rédacteur de la gazette d'Amsterdam, et qui enracine si fortement cette dernière dans la mentalité protestante du Refuge hollandais23.

29Hochstaedt est, pour la bonne cause, un signe d'approbation. La punition de la France est rendue plus évidente encore quand on la place parmi les plus désastreuses qu'elle ait connues, dans une série rare, mais d'autant plus éclatante et fatale : Crécy, Poitiers, Saint-Quentin, et "l'on a très bien remarqué" que depuis cette dernière bataille, gagnée par les Espagnols en 1557, "la France n'a pas fait une si grande perte que celle-ci" (29 août, NE).

30Quelque trente ans plus tard, Montesquieu devait encore donner à Hochstaedt une signification historique éminente, dans une méditation sur l'accroissement et le déclin des empires. Il écrit dans ses Réflexions sur la monarchie universelle en Europe, parue avec ses Romains en 1734, à propos des projets que l'on prêtait à Louis XIV :

  • 24 Œuvres complètes de Montesquieu, éd. R. Caillois, Pléiade, 1951, t. II, p. 33. Les états préparatoi (...)

Le Ciel qui connaît les vrais avantages l'a mieux servi par des défaites qu’il n’aurait fait par des victoires [...] Mais quand il aurait gagné la fameuse Bataille où il reçut le premier échec, bien loin que l’ouvrage eût été achevé, il l’aurait à peine commencé ; il aurait fallu étendre davantage ses forces et ses frontières...24

Notas

1 Bayle, prenant pour exemple la relation de la bataille de Senef, écrit dans une lettre du 27 septembre 1674 que la gazette "est le fléau et la peste de l'histoire", cité par A. McKenna, "La lecture contradictoire des gazettes par le jeune Pierre Bayle", XIX, pp. 174-175.

2 "Le souvenir d'une belle bataille", L'Histoire au XVIIIe siècle, Aix-en-Provence, 1980, pp. 307-328. On regrette que J.-P. Bois ignore cet article dans son récent ouvrage, Fontenoy 1745. Louis XV, arbitre de l'Europe, Economica, 1996 (Coll. Campagnes et Stratégies).

3 Voir M. Fogel, Les Cérémonies de l'information dans la France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, 1989, et J. Cornette, Le Roi de guerre. Essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, 1993, pp. 223-229.

4 Höchstadt ou Hochstaedt ou Hochsted est située sur la rive gauche du Danube, entre Ulm et Ingolstadt. Les troupes françaises étaient commandées par le maréchal de Tallard, celles de l'Electeur de Bavière par le maréchal de Marsin ; en face les troupes alliées sont composées d'Anglais, de Hollandais et d'Allemands. Voir les documents des archives de la guerre réunis dans les Mémoires militaires relatifs à la succession d'Espagne sous Louis XIV, t. IV, 1841, pp. 558-602.

5 Chap. XIX, Œuvres historiques, Pléiade, 1957, pp. 830-836.

6 Nous la désignerons dans les références par le sigle GA, lorsque le contexte le rend nécessaire ; nous indiquerons seulement la date des livraisons, avec la mention abrégée NE pour le supplément intitulé Nouvelles Extraordinaires. Nous modernisons l'orthographe des textes cités, mais gardons les majuscules des noms communs.

7 T. IX, 1889, p. 55 (23 août). La première nouvelle y était arrivée le 21 août, par un courrier du maréchal de Villeroy, et avait semé la "consternation" (p. 52). Louis-François du Bouchet, marquis de Sourches (1631-1716), a laissé sous son nom un journal de la Cour de sept. 1681 à 1712.

8 Voltaire attribue cette mésaventure à une extrême myopie et au manque de sang froid (Siècle de Louis XIV, éd. citée, pp. 830-831).

9 Ibid., pp. 833-834 ; en Allemagne le nom en serait encore différent, Plentheim : il doit s'agir d'une autre graphie de Blenheim, qui devient Blindheim dans le plan du champ de bataille accompagnant les Mémoires militaires..., éd. citée, t. IV, 1841, Atlas 2, s. d.

10 Voir GA, 19 août, NE ; 29 août ; 2 sept. ; 30 déc., NE. On lit dans la Clef du Cabinet des princes de l'Europe, à propos de la bataille de Ramillies, 23 mai 1706 : "C'est improprement que quelques-uns nomment cette fameuse journée, la Bataille de Judoigne, puisqu'elle se donna à Ramellies [...] Cette remarque peut être utile à ceux qui travailleraient à l’Histoire sur les mémoires du temps" (juillet 1706, t. V, p. 30). La bataille de Malplaquet porte divers noms dans les gazettes, et constamment dans celle de Leyde, jusqu'à la fin de 1709, celui de Tanières.

11 Il semble que le volume en augmente lors des guerres suivantes, en rapport avec la capacité typographique des gazettes, grâce en particulier à des suppléments plus longs.

12 29 août, De La Haye le 27 ; une autre lettre n'est citée que partiellement : "Le reste est conforme aux précédentes Relations".

13 Voir GA, 22 août (nouvelles de La Haye et de Francfort) ; 26 août, NE.

14 T. IX, pp. 52-63 ; "Le 25, le bruit courait que le marquis de Clérambault n’était pas mort, qu'il était prisonnier, et on disait même qu'il avait écrit à la maréchale sa mère, mais on sut qu'elle n'avait point reçu de lettre de lui" (p. 57). Il en va de même pour les autres batailles. Dans l'article cité plus haut, M. Gilot remarque que le Poème de Fontenoy de Voltaire porte la trace d'une conception aristocratique : c'est un "mémorial" des officiers français morts ou blessés, héros de la journée (p. 314).

15 26 août, NE. Nous reparlerons plus loin de cette édition de Genève. Marsin commandait à Hochstaedt l'aile gauche, composée de l'armée bavaroise, qui se retira en bon ordre.

16 Août 1704, pp. 426-427, 430, 434-438.

17 Œuvres diverses, La Haye, 1727-1731, t. IV, p. 858.

18 No°36, 30 août, p. 143 de l'éd. de Lyon.

19 Voir J.-D. Candaux, "Batailles autour d'un privilège : la réimpression genevoise des gazettes de Hollande", XIX, pp. 41-50.

20 Août 1704, pp. 426-438 ; sept. 1704, pp. 424-429. Voir aussi oct. 1704, p. 447 : la perte des Anglais a été si grande à Hochstaedt "qu'il ne leur reste qu'un peu de gloire qui ruine la nation par les hommes et l'argent qu'elle lui coûte".

21 Si le fait que rapporte Crousaz est vrai, ne peut-on supposer que Bayle s'est amusé à reproduire les paradoxes du Mercure galant ? "On assure que Mr Bayle dînant à La Haye chez Mr de Beauval avec un Lieutenant Colonel Français, qui avait été fait prisonnier à la Bataille d'Hogstet, ne voulut jamais convenir que les Alliés l'eussent gagnée ; Il soutint à cet officier qu'il se trompait ; Il ne se lassa point d'entasser raisonnement sur raisonnement pour prouver que les Français n'avaient point perdu cette Bataille" (Examen du pyrrhonisme ancien et moderne, La Haye, 1733, p. 264).

22 22 août ; Marlborough écrit, dans le récit qu'il envoie lui aussi aux Etats Généraux, publié dans le même numéro de la gazette, que l'action "a continué jusqu'au soleil couchant, quand il a plu au bon Dieu de donner aux Hauts-Alliés une Victoire des plus grandes et des plus complètes".

23 Voir P. Rétat, "Représentation de l'histoire et de la politique au XVIIIe siècle : la gazette d'Amsterdam pendant la guerre de succession d’Autriche", Ici et ailleurs : le dix-huitième siècle au présent, Mélanges offerts à Jacques Proust, Tokyo, 1996, pp. 445-454.

24 Œuvres complètes de Montesquieu, éd. R. Caillois, Pléiade, 1951, t. II, p. 33. Les états préparatoires de ce texte dans les Pensées sont plus explicites : voir 562 (1621) et surtout 1306 (596) : "Avant la bataille d’Hochstaedt, la France était montée à ce période de grandeur que l’on regarde comme immuable, quoiqu'il touche au moment de la décadence..." Voir aussi Pensées 300 (1470) et Spicilège 758.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search