Version classiqueVersion mobile

Éducation, prédication et cultures au Moyen Âge

 | 
Marie-Anne Polo de Beaulieu

Le Roman des Sept Sages de Rome d’après le texte de Jean Gobi1 dans L’échelle du ciel No 520

Texte intégral

contexte

  • 1 Traduction d’après le manuscrit 13 538 de la Bibliothèque de Vienne, revue par G. Blangez et J. Ber (...)

1Rubrique : De la femme (exempla 506 à 520)

2Il est à noter que nous avons ici regroupé tous les mauvais traits des femmes, mais plus loin, sous la rubrique « mulier » (femme) nous avons placé toutes leurs qualités.

3La femme est source de bien des maux.

4Premièrement elle trompe les hommes (no 506-511)

5Deuxièmement elle provoque des disputes (no 512-513)

6Troisièmement elle aime l’impureté (no 514-515)

7Quatrièmement elle augmente la cupidité (no 516-517)

8Cinquièmement elle fait le contraire de ce qu’on lui demande (no 518-519)

9Sixièmement elle est capable d’inventer toutes sortes de méchancetés (no 520)

Texte

  • 2 On appelait ainsi l’ensemble des matières composant l’enseignement classique. Martinus Capella (Ve  (...)
  • 3 Nous avons conjecturé à partir de (H) edera : lierre.

10On lit dans le Livre des Sept Sages qu’il était un empereur appelé Dioclétien, qui avait perdu sa femme aussitôt après la naissance de son fils. Comme les Sages de Rome voyaient que l’enfant avait de bonnes dispositions, ils supplièrent l’empereur de leur confier afin qu’ils lui enseignent parfaitement tous les arts libéraux2. Accédant à leur demande, l’empereur choisit sept sages (dont les noms sont Vancilles, Anxilles, Lentullus, Malquidas li Tors, Caton de Rome, Joce et Marron), à qui il confia l’éducation de son fils. Considérant que les sens sont sources de perturbation et que l’agitation de la foule disperse l’attention, ils lui demandèrent de faire construire dans la forêt une demeure avec sept chambres et de faire peindre au milieu du palais, à l’intention de l’enfant, une représentation des sept arts libéraux. Quand tout cela fut fait, ils se rendirent là avec l’enfant et entreprirent son éducation avec une ardeur admirable. Pendant ce temps là, les barons de Rome pressaient l’empereur de prendre une épouse qui lui donnerait un fils de sorte que l’empire ne manque pas d’héritier. L’empereur finit par céder à leurs demandes répétées, il se choisit une belle et noble jeune fille et l’épousa. Après les noces, la nouvelle épouse demanda à l’empereur où était son fils. Belle-mère pleine de fausseté, elle exprima en paroles une grande affection. L’empereur donc, voulant satisfaire la requête de son épouse et n’ayant pas revu depuis neuf ans son fils, qui était toujours avec ses maîtres, fit envoyer des vêtements et des équipages et demanda aux maîtres de lui amener son fils pour le présenter à sa belle-mère. Quand ils reçurent ces lettres, les maîtres tinrent conseil et décidèrent de mettre à l’épreuve les connaissances de leur élève dans la science la plus subtile, pour vérifier s’il avait progressé et afin d’éviter qu’eux-mêmes ne soient mis en difficulté par l’examen d’un autre sage. On choisit l’arithmétique et on lui imposa l’épreuve que voici : on plaça en secret quatre feuilles de lierre3 sous les quatre pieds du lit. Le matin, à son réveil, le jeune homme, qui connaissait les dimensions de la demeure, dit : « Ou bien le plafond a été élevé, ou bien le sol a été rabaissé, ou bien le lit a été élevé. » Constatant l’exactitude de son observation, les maîtres commencèrent à organiser son retour.

11Mais pendant la sieste le jeune homme fit un songe : il lui semblait que quatre rameaux sortant de son lit produisaient quatre branches au milieu desquelles se tenait un serpent qui diffusait son venin par les feuilles des branches, afin de tuer le dormeur. A son réveil, il appela les maîtres afin de leur raconter son rêve ; ceux-ci pour l’interpréter s’en remirent à l’astrologie. Ils comprirent que les quatre rameaux étaient les quatre éléments, le serpent la belle-mère et les branches les sept jours suivants : s’il parlait durant ces sept jours il mourrait aussitôt. Mais comme il était impératif qu’il se rendît auprès de son père, ils s’organisèrent ainsi : chacun d’eux l’excuserait pour une journée et le soutiendrait dans toutes les tribulations qui l’attendaient.

  • 4 Per noctem conceptus mutuos exprimamus.

12A leur arrivée en ville, le père vint à la rencontre de son fils ; comme il pleurait de joie en l’étreignant et en lui demandant de ses nouvelles, le jeune homme ne répondit rien. Le père attristé demanda pourquoi, et les sages lui répondirent qu’il était devenu muet. Plein de douleur, il repartit sans les saluer et annonça la nouvelle à son épouse. Celle-ci le consola et lui promit de le faire parler. Se précipitant à la rencontre de l’enfant, elle le salua très aimablement. Il se prosterna humblement devant elle, mais ne lui dit pas un mot. Elle, sans se décourager, le prit par la main et demanda à ce qu’on les laissât seuls dans une chambre car elle avait des secrets à lui révéler. Une fois seuls dans la chambre, l’impératrice commença ainsi son discours : « Très cher enfant, Dieu m’a fait ce don et cette grâce d’avoir un fils tel que toi, pour qui je veux être une mère et non une belle-mère. Il n’y a personne au monde que j’aime autant que toi – et même si je t’avais porté dans mon ventre, je ne serais pas autant attachée à toi. Accepte moi donc comme une mère véritable et de ton cœur sortiront des paroles de consolation et d’amour. » Comme il ne se donnait pas la peine de lui répondre, elle ajouta : « Fils chéri, regarde ma beauté et l’affection que j’ai envers toi ; au mépris de l’amour de ton père j’ai préservé pour toi ma virginité, viens donc t’unir à moi et pendant la nuit exprimons dans le plaisir nos mutuels désirs4. » Le jeune homme refusa catégoriquement. Elle essaya de le toucher, il s’enfuit à travers la chambre. Alors, la belle-mère, tel un serpent qui crache son venin, se mit à hurler prostrée à terre, après avoir griffé ses chairs, déchiré ses vêtements, blessé son visage et arraché ses cheveux. On brise les portes, l’empereur entre facilement, et s’enquiert de la cause d’une telle douleur. Celle-ci répond en larmes : « Ton fils est venu jusqu’à moi et comme il n’a pas pu me pousser à l’impureté par ses paroles, il a tenté de violer ta gloire par la force. » Alors, l’empereur furieux fit enfermer son fils dans la prison la plus sévère et tenta de calmer la douleur de son épouse. Comme l’empereur aimait beaucoup les histoires, elle tenta de le convaincre de faire tuer ce fils en lui promettant toujours une nouvelle histoire. Ainsi, la tête posée sur la poitrine de l’empereur, elle dit : « Seigneur, je vois déjà qu’il va vous arriver avec votre fils la même mésaventure qui arriva à un bourgeois avec son verger.

13Il était une fois un bourgeois qui ayant un verger avec un pin, le confia à un jardinier. Un jour qu’il venait visiter son verger, il vit qu’au pied du pin, qui donnait des fruits abondants et de la meilleure qualité, poussait un petit pin qui atteignait déjà les frondaisons du grand pin. Celui-ci perdait déjà ses couleurs et ne donnait plus de fruits aussi nombreux et aussi beaux. Le propriétaire demanda la cause au jardinier, qui répondit que le petit pin attirait à lui toute la sève du grand. Le maître ordonna alors de couper le plus grand pour préserver la grâce de la jeunesse du plus petit. Et qu’arriva-t-il ? Le petit pin mourut lui aussi car le grand pin lui donnait la sève et la vie. Mon seigneur, ce jardin est votre dignité impériale, dans lequel vous êtes le grand pin et votre fils le petit pin. Ce ribaud a déjà affaibli votre honneur en tentant de me violer et il a essayé de supplanter vos fruits en voulant me féconder par la force. Quand la société romaine comprendra sa ruse, elle vous ôtera la dignité impériale pour la donner à votre fils. Coupez donc la plante afin de préserver en toute certitude votre empire. »

Vienne, Bibl. nat. ms 13538

14L’empereur dès lors fermement décidé à faire tuer son fils, convoqua le peuple romain et condamna son fils à mort à cause du crime imputé. C’est alors que se leva le premier sage, dénommé Vancilles, pour déclarer : « Ô empereur, vers qui convergent tous les regards, et dont la justice est connue de tous, examine l’acte que tu es sur le point de commettre et prends garde qu’il ne t’arrive ce qui advint à un chevalier avec son très bon et très fidèle lévrier. » Alors, l’empereur qui voulait connaître l’histoire, mais répugnait à parler avec les sages – croyant qu’ils avaient corrompu son fils – demanda une explication et le sage déclara : « Je vous le dirai, mais je vous supplie d’épargner aujourd’hui votre fils. » Il accepta et le premier sage raconta : « Il y avait jadis dans ce pays un chevalier qui avait un lévrier très bon et très fidèle. Il habitait dans un domaine entouré de prés et de sources, situé en dehors de la ville. Mais les murs qui l’entouraient étaient très anciens et menaçaient ruine. Comme un tournoi devait se dérouler dans ces prairies, le chevalier et sa dame allèrent à la rencontre des chevaliers pour leur présenter la bastide, après avoir confié leur fils unique à trois nourrices chargées de faire sa toilette, l’allaiter et laver son linge. Dès que le tournoi commença, les nourrices, curieuses, laissèrent l’enfant seul avec le lévrier dans la chambre pour aller au spectacle. C’est alors qu’un très grand serpent sortit des trous et fentes du vieux mur, entra dans la chambre de l’enfant et entreprit de monter sur le berceau du nourrisson pour le dévorer. Voyant cela, le lévrier se jeta contre le serpent pour sauver l’enfant. Dans l’agitation de la violente bataille, le berceau du nourrisson tomba et se retourna, l’enfant restant indemne sous le berceau. Le lévrier tua le serpent et le coupa en trois morceaux, si bien que tout le sol de la chambre était maculé de sang. Quand les nourrices revienrent du tournoi pour allaiter l’enfant, elles entrèrent dans la chambre et virent le berceau retourné, les taches de sang et le lévrier à côté du berceau, elles crurent qu’il avait dévoré l’enfant, et sortirent avec des cris et des larmes. Quand le maître et la maîtresse furent revenus, le maître crut lui aussi la même chose et tua le lévrier avec son épée. Quand on releva le berceau, on retrouva l’enfant sain et sauf et dans un coin de la chambre, le serpent mort coupé en trois morceaux. En larmes, le maître dit alors : « Hélas ! J’ai tué le sauveur et le protecteur de ma maison ! » Et maintenant que le sénat des romains et l’empereur soient attentifs à la signification de cette parabole : « Toi, ville de Rome, tu es comme l’enfant allaité par trois nourrices : la miséricorde, la sagesse et la justice. Le serpent qui veut dévorer l’honneur des Romains est cette impératrice qui veut entacher votre gloire. Mais le lévrier est le fils (de l’empereur) qui combat le serpent afin qu’il ne tue pas le peuple romain. Et toi, empereur, tu veux tuer ce lévrier qui nous protège, qui te sauvera, toi et ton empire ? »

15L’impératrice devint folle de rage et passa la nuit à pleurer de tout son cœur et à gémir. Afin de la consoler et de lui redonner sa joie, l’empereur lui promit que son fils mourrait le lendemain. Elle dit alors : « Ô seigneur, à votre avis, pour quelle raison est-ce que je souhaite la mort de votre fils ? Pas pour moi, mais pour vous, car d’après ce qui s’est passé hier, je prédis qu’il vous fera ce que fit le berger au sanglier ».

16Il y avait dans la forêt un sanglier qui avait choisi pour lui un très beau chêne, dès lors aucun animal de la forêt n’osait manger ses glands ni se reposer sous son ombre, si ce n’est le sanglier. Un berger vint un jour récolter les glands de ce chêne ; ce que voyant le sanglier le chargea et le berger se sauva en grimpant dans le chêne. Le sanglier resta au pied de l’arbre. Le berger cueillit des glands et les jeta au sanglier, non pas une fois mais deux et trois fois. Quand il fut repu, le sanglier s’allongea à côté de l’arbre. Le berger descendit furtivement. D’une main il tenait le chêne, de l’autre il frottait le ventre du sanglier, qui s’endormit sous cette caresse. Le berger le tua de son épée. Et il en sera de même pour vous, mon seigneur : le sanglier c’est vous, le chêne c’est la dignité impériale que personne n’ose vous disputer, sauf ce maudit fils – et qu’est-il en train de faire ? Alors que vous êtes troublé et furieux à cause de son crime, il cueille des glands, c’est à dire les arguments de ces sages qui s’opposent à votre justice, et quand vous serez assoupi, celui-ci pour cacher son crime, tirera son épée et tuera votre bonté. L’empereur répondit alors : « Il n’en sera jamais ainsi car demain il mourra ! »

Vienne, Bibl. nat. ms 13538

17L’empereur se leva de grand matin et, ayant convoqué les princes, il ordonna de faire sortir son fils de prison, prononça devant lui la sentence et ordonna qu’on l’emmenât au supplice. C’est alors que le deuxième sage nommé Bancilles se leva et dit : « Comment le soleil a-t-il pu perdre sa lumière et la source la plus abondante se tarir ? Par la sentence qui frappe ce jeune homme la justice s’obscurcit et la miséricorde se tarit. Mais en vérité, je sais, et les princes romains croient avec force, que si tu fais exécuter cette sentence Dieu te punira comme il a puni Hippocrate. » L’empereur voulant connaître cette punition, le sage différa sa réponse jusqu’à ce que l’empereur promît que ce jour là le jeune homme ne serait pas exécuté. Ceci fait et le jeune homme étant reconduit en prison, le deuxième sage commença :

18« Ô empereur, premier des Romains, Hippocrate était un médecin très habile mais il avait un neveu encore plus savant que lui, de sorte qu’Hippocrate lui cachait autant qu’il le pouvait le moyens de guérir. Son neveu observait attentivement les résultats, les maladies, les traitements et notait tout cela dans des livres. Or il advint que le fils d’un comte tomba malade. On appela Hippocrate. Comme il était empêché, il envoya son neveu à son chevet. Celui-ci observant les caractéristiques de la maladie, la complexion du malade et celle de ses parents, ne trouva chez le malade aucune trace du comte. Il convoqua en secret la mère et lui dit qu’il ne pouvait guérir le jeune homme s’il ne pouvait observer complètement la complexion du père. Celle-ci, mue par l’amour maternel, lui révéla qu’il était né d’une union adultère et lui désigna son véritable père. Le neveu, sitôt connue la complexion du père, en dosant le mélange d’un remède avec ses opposés, selon les règles de l’art, guérit le jeune homme. A son retour, comblé de richesses, il raconta à Hippocrate tout ce qu’il avait fait. Celui-ci, jaloux de son habileté, le conduisit dans un jardin botanique et lui demanda s’il serait capable de reconnaître certaines plantes, il répondit par l’affirmative et le prouva par l’expérience. « Cueille moi telle herbe, lui dit Hippocrate. » Et comme il se penchait, Hippocrate tua son neveu d’un coup d’épée. Longtemps après, Hippocrate fut pris d’un flux de ventre, maladie que seul son neveu savait mieux que tous calmer. Il prit un vase de cire criblé de petits trous et le remplit d’eau. Sans boucher les trous, par la seule vertu de sa médecine, il parvint à arrêter les fuites. Hippocrate déclara : « Il est juste le jugement de Dieu qui t’empêche de guérir de cette maladie, car tu as tué celui qui surpassait les autres. Moi qui parviens à arrêter de couler des objets inanimés, je n’arrive pas à m’arrêter moi-même. » Je te le dis, empereur, ton fils surpasse tous les Romains en vertu et en science. C’est pourquoi, si tu le mets à mort, parce qu’il sait discerner toute malice, quand après sa mort, ton épouse te donnera un flux de ventre, tu pourras dire alors : « Que je sois maudit, car j’ai tué celui qui me protégeait ! »

19A ces mots, l’impératrice tourna vers l’empereur un visage mauvais et quand ils se retrouvèrent dans la chambre secrète, elle dit : « Hélas ! seigneur empereur, il était établi jusqu’à présent que la parole d’un empereur était ferme, mais je sais désormais que votre promesse était fallacieuse, et que vous ne ferez pas justice à votre fils tant qu’il ne vous sera pas arrivé ce qui advint à un chevalier de mon pays, qui fut décapité par son propre fils. – Je t’en supplie, dit l’empereur, raconte moi cela et demain ta demande sera exaucée. »

20Elle dit alors : « Il y avait dans mon pays un chevalier à qui le roi confia, en échange d’une bonne rente, la garde de la tour où était disposé son trésor. Cela suscita des envieux et après vingt ans le chevalier fut chassé de son office, privé de sa rente et réduit à la plus extrême pauvreté. Il appela son fils et considérant l’ingratitude du roi, ils décidèrent de s’introduire en secret dans la tour et de prélever sur le trésor tout ce qui leur était nécessaire pour vivre. Ils firent ce qu’ils avaient dit durant de nombreuses années, si bien que la diminution du trésor devint patente. Le gardien y fait une inspection attentive et trouve l’ouverture. Il fait alors en secret remplir une cuve de glu et la fait placer devant l’ouverture. Alors que le chevalier s’introduisait comme à son habitude pour voler, il fut pris dans la glu. Il avertit son fils, qui était resté dehors. Celui-ci, tira son épée, décapita son père et emporta la tête pour la jeter dans un grand égout afin qu’on ne puisse pas reconnaître qui il était, ni à quelle famille il appartenait.

21Ô mon seigneur, si vous voulez bien y regarder, c’est ce que fera votre fils : il vous entraînera à commettre des vols et des actes illicites, et lorsqu’il vous verra englué dans vos manigances, il vous coupera la tête. »

22Le lendemain, c’est-à-dire le troisième jour, l’empereur sitôt levé fit venir les centurions et son fils ; il ordonna qu’on le conduisît à la mort. Alors, le troisième sage, dénommé Anxilles, se leva et dit : « Hélas, que la noblesse romaine contemple le monstre que la nature lui montre aujourd’hui : un père se fait le meurtrier de son fils et dans les entrailles paternelles s’est éteinte la pitié envers son fils ! Mais je suis bien certain qu’il arrivera à l’empereur ce qui est arrivé à un chevalier de mon pays avec sa jeune épouse. »

23Comme l’empereur brûlait de savoir de quoi il retournait, le sage dit : « Comment pourrais-je parler alors que je vois mon élève traîné à la mort ? Prolonge aujourd’hui sa vie et je te raconterai ce que tu désires entendre. »

Vienne, Bibl. nat. ms 13538

24Sa demande est acceptée, le jeune homme est remis en prison et le troisième sage commence : « Mon seigneur, dans mon pays un vieux chevalier épousa une très belle jeune fille qui, pleine de mépris envers lui, ne pensait qu’à prendre un amant. Comme elle ne pouvait pas agir seule sans l’aide d’une intermédiaire, elle révéla son projet à sa mère, qui lui dit : « Ma fille, tu ignores encore ce que peut être la colère d’un homme âgé, je te conseille donc de le mettre d’abord à l’épreuve pour voir si tu peux attendre de lui quelque indulgence, au cas où ton adultère lui serait révélé. » Sa fille lui demanda : « De quelle manière pourrais-je le mettre à l’épreuve ? » Sa mère lui répondit : « Je sais que ton époux aime de façon merveilleuse un arbre planté près de ta chambre, coupe-le et jette-le au feu. Et si ton mari pardonne cet acte, ce sera le signe que tu bénéficieras de son indulgence en cas d’adultère. » Quand elle l’eut fait, voyant que son mari lui pardonnait, elle se sentit très portée à accomplir l’adultère. Sa mère lui dit alors : « Fais encore une expérience : tu possèdes en effet de très beaux vêtements qui plaisent de façon admirable à ton époux, et lui possède un petit chien qu’il aime beaucoup. Si donc une fois les vêtements déchirés et le petit chien tué, ton époux ne se met pas en colère, ce sera le signe de ta libération. » Quand elle l’eut fait, voyant que son mari le pardonnait, elle voulut à tout prix prendre un amant. Sa mère lui dit alors : « Fais encore, je t’en prie, un autre essai, et ensuite tu feras ce que tu veux. Ton époux organise tel jour un banquet, auquel sont conviés les personnages les plus nobles et les plus puissants du pays. Tu attacheras l’extrémité de la nappe aux crochets de ta ceinture et quand tous les plats seront disposés sur la table, fais toi appeller par une servante. En te levant brusquement, fais tout tomber par terre. Si ton mari te pardonne le tout, fais ensuite ce qui te plaît. » Quand elle l’eut fait et que tous les invités salis et confus eurent quitté le repas, son mari appela le barbier. Il fit étendre sa femme les bras en croix et lui fit ouvrir les veines, et tirer tant de sang qu’elle pouvait à peine respirer. A sa mère venue la visiter, elle déclara : « J’ai maintenant expérimenté la colère d’une époux âgé, et je ne cherche plus à trouver un amant mais seulement à rester en vie. » Je te dis, empereur, tu es en effet ce vieillard, et ton épouse ne pense qu’à prendre un amant. C’est pourquoi, si elle t’amène à tuer ton fils, elle accomplira tous ses crimes avec la plus grande facilité. »

25Ayant entendu cela, l’impératrice fut très troublée. Cette nuit là, quand l’empereur entra dans sa chambre, elle se jeta à ses pieds et lui dit : « Je t’en supplie, seigneur, tue moi ! car je préfère mourir de ta main plutôt que de celle de ton fils ou de ces sages, car ils tentent de me faire ce que fit un sénéchal à son épouse.

26Il y avait dans mon pays un roi gravement malade nommé Grossus. Alors qu’il détestait les femmes et ne se plaisait pas en leur compagnie, on lui conseilla d’avoir auprès de lui une femme et d’en épouser une. Il fit venir son sénéchal, le pria de lui trouver une épouse et en attendant de le pourvoir en femmes. Le sénéchal lui demanda : « Que donnera-t-on à la femme qui voudra bien aller avec toi ? » Et le roi de répondre : « Voici les clefs du trésor, donne lui ce qui te paraît convenir. » Plein d’avarice, celui-ci plaça sa propre épouse la nuit auprès du roi, et alors qu’il voulait la reprendre au lever du jour, le roi refusa de la lui rendre, car elle lui avait parlé et l’avait monté contre le sénéchal qu’il fit pendre. Je te dis donc fermement : « Ces sages pleins de cupidité ont voulu me placer auprès de ton fils, mais moi soucieuse de ton honneur, je n’ai pas tenu compte de l’indignation de ton fils et des sages. Je vois maintenant que j’aurais mieux fait de les écouter. »

  • 5 curia.

27L’empereur lui promit alors que son fils serait mis à mort le lendemain. Dès le matin, il convoque la cour5, le jeune homme pieds et poings liés est livré au bourreau pour qu’il le tuât rapidement. Voyant cela, le quatrième sage, dénommé Malquidas le Tors, s’écria : « O, justice des romains où es-tu en ce moment ? Ô clémence paternelle, pourquoi t’es-tu retirée ? Que la dignité impériale voit comme je suis triste, car il t’arrivera la même chose qu’au chevalier qui aimait trop sa femme. » Comme l’empereur voulait connaître l’histoire, le sage refusa de la raconter tant que l’on n’aurait pas retardé l’exécution du fils. Sa prière étant exaucée, le sage commença son histoire :

Vienne, Bibl. nat. ms 13538

28« Seigneur, dans mon pays se trouve une ville où la coutume veut que toute personne trouvée dans la rue ou n’importe où après le couvre-feu, soit pendue le lendemain. Or, il y avait dans cette ville un chevalier très amoureux de son épouse qu’il gardait enfermée dans une tour située en dehors de l’enceinte. Dès que son mari sombrait dans le sommeil, cette femme se levait pour s’adonner à la luxure et rejoindre ses complices. Le mari finit par s’en apercevoir. Une nuit où elle était sortie, il ferma la porte derrière elle et attendit qu’elle revienne pendant la nuit. A son retour, trouvant porte close, elle supplia son époux de lui ouvrir afin que la garde ne la trouvât pas et ne la tuât point. Devant son refus, la femme déclara : « Il vaut donc mieux que je me tue moi-même (je me doute bien que tu l’aurais fait) plutôt que la garde me tue avec ton honneur. » Elle prit une grosse pierre, elle la jeta dans le puits pour faire croire qu’elle s’était noyée, puis elle revint discrètement se cacher près de la maison. L’époux terrorisé à l’idée d’être accusé par ses amis de ce crime, prit une corde pour descendre dans le puits, sortir son corps et l’enterrer. Ayant ouvert la porte, à peine était-il dehors qu’elle sortit de sa cachette, entra et ferma la porte derrière elle, puis lui dit par la fenêtre : « Ribaud, voilà que vont être révélés tes adultères ! » Il lui demanda d’ouvrir et elle refusa. Entre temps, la garde arriva, trouva le mari, l’arrêta et l’exécuta le lendemain matin. Je te dis donc fermement, ô empereur : ton épouse feint de t’aimer au plus haut point afin de cacher ses méfaits. Elle fera tout pour te tuer avec ton empire, surtout quand tu auras découvert sa méchanceté. »

29Cette nuit là, l’empereur se rendit à la chambre de l’impératrice. Celle-ci, à peine capable d’articuler, s’adressa à lui en ces termes : « Hélas ! Pauvre de moi ! Comme j’ai été trahie ! Ces misérables veulent me tuer grâce à leurs ruses et mettre fin à ma vie qui vous est pourtant si utile. Mais alors, mon seigneur, il vous arrivera la même chose qu’à un certain roi de mon pays.

30Il y avait en effet dans mon pays un roi qui possédait une ville très belle et fort puissante dans laquelle se rendit Virgile. Il accomplit en ce lieu deux prodiges. Il plaça dans une partie de la ville un feu perpétuel qui ne s’éteignait jamais, ne requérait pas de bois et apportait un grand secours aux pauvres. A côté de ce feu était placé un cavalier de bronze qui tenait un arc bandé et portait l’inscription suivante autour du cou : « Si on me frappe, j’éteindrai le feu. » Dans une autre partie de la ville, Virgile fit ériger une colonne, sur laquelle il plaça un miroir qui reflétait tous les préparatifs et toutes les conjurations qui se tramaient dans le but de détruire cette ville. Or, comme le roi de Sicile, en guerre contre ce roi, ne parvenait pas à le vaincre, à cause des avis que donnait le miroir, il envoya plusieurs clercs dans cette ville pour trouver le moyen de s’en emparer. En arrivant, ceux-ci constatèrent la réalité du feu et du miroir. Ils constatèrent également l’avarice du roi. Aussi pour détruire le miroir, utilisèrent-ils ce stratagème : Revenus chez le roi de Sicile, ils lui demandèrent cinq sacs remplis d’or et les ramenèrent dans la ville au miroir. Là, sous les trois portes de la ville, ils firent creuser de nuit trois fosses très profondes et enterrèrent un sac dans chacune d’entre elles. Quelques jours plus tard, ils se présentèrent au roi pour se mettre à son service. Celui-ci leur demanda de quelle manière ils pouvaient le servir ; ils répondirent : en découvrant des trésors, ajoutant que nul lieu au monde ne recélait autant de trésors que cette ville. Ils proposèrent de faire de lui l’homme le plus riche du monde s’il leur donnait la moitié de tout ce qu’ils trouveraient. Il promit alors de leur donner tout ce qu’ils demanderaient.

31Quatre jours plus tard, le premier d’entre eux vint lui dire : « Mon seigneur roi, cette nuit j’ai usé de ma science et j’ai appris que sous telle porte se trouvait un grand trésor. » On envoya des émissaires qui découvrent le trésor, ce qui renforça l’amitié du roi pour les clercs. Et ils firent de même avec tous les autres sacs d’or. Une fois que le roi fut bien ancré dans sa croyance, ils vinrent tous ensemble lui dire que sous telle porte située au pied de la colonne au miroir se trouvait un trésor immense. Afin de dissiper les craintes du roi sur la chute du miroir, ils expliquèrent que le trésor était accessible : il fallait seulement soutenir la colonne au miroir grâce à des madriers. Poussé par la cupidité, le roi accepta et, à l’aide d’une grande troupe d’hommes, on se mit à creuser au pied de la colonne, qui ne bascula pas grâce aux puissants madriers. Au milieu de la nuit, les clercs se réunirent devant le feu (perpétuel), renversèrent le cavalier de bronze. Le feu, qui était le secours des pauvres, s’éteignit aussitôt. Puis, ils prirent du feu ailleurs et le mirent à la base des poutres soutenant la colonne au miroir, puis s’enfuirent. Aussitôt, la colonne s’écroula et le miroir se brisa. Au matin, les citoyens voyant que par pure cupidité le bien-être de la cité avait été perdu, ils ligotèrent le roi et remplirent tous les orifices de son corps avec de l’or fondu.

  • 6 quod sic in proposito.

32Maintenant, empereur, constate que tu es dans la situation que j’ai décrite6. Toi aussi, tu es en guerre contre ton fils, et dans ta dignité impériale se trouvent deux éléments : le feu de la justice et le miroir. Je suis ce miroir car je prévois toutes les trahisons tramées contre toi. Et que fera alors ton fils ? Il tente de me détruire et envoie pour cela ces clercs et ces sages. Donc, si tu es assez cupide pour prêter l’oreille à leurs paroles, ce sera pour ta perdition finale ! »

Vienne, Bibl. nat. ms 13538

33Le lendemain, l’empereur se leva avant le jour pour commander l’exécution de son fils. Le cinquième sage, appelé Caton de Rome, se jeta à ses pieds et dit : « Mon seigneur empereur, ne précipite pas la mort de ton fils, mais dis-moi plutôt, je t’en prie, si tu l’as vu tenter de violer ton épouse. – Certes non, répondit l’empereur, mais je l’ai entendu dire. – Eh bien, dit le sage, je vois maintenant avec certitude qu’il t’arrivera la même chose qu’à un bourgeois avec sa pie. » A l’empereur qui brûlait de connaître l’histoire, le sage demanda que la mise à mort fût seulement différée d’une journée. Ceci étant accordé, le sage commença son récit :

34« Il y avait dans mon pays un bourgeois qui possédait une pie qui rapportait à son maître tout ce qui se passait dans la maison. Or, la femme du bourgeois avait un amant et la pie qui le voyait entrer dans la maison, le dénonça à son maître, ce qui mit la dame en fureur. Après le départ de son époux vers des contrées lointaines, elle usa de la ruse suivante : elle prit la pie et la plaça juste à côté des tuiles. Elle envoya la servante sur les tuiles munie d’un marteau pour faire un bruit semblable au tonnerre et lancer de l’eau de manière à imiter la pluie. Au retour de son maître, la pie ne lui laissa aucun repos à cause de la fausse tempête. Comme il la prenait, la réchauffait et la calmait, la pie se mit à lui raconter : « Il y a eu ici des coups de tonnerre, des éclairs et de la pluie. » Le maître demanda alors si cela était vrai, et la maîtresse lui répondit que non. Allant chez ses voisins, il apprit qu’en réalité le temps était resté serein. Son épouse lui dit : « Vous pouvez donc voir combien il est stupide de prêter foi aux propos de cet oiseau sur d’autres sujets. Nous n’aurons pas la paix tant qu’il vivra ! » Pour plaire à sa femme le chevalier tua la pie, la gardienne de son foyer. Cette pie est votre fils qui a révélé les méfaits de votre épouse ; c’est pourquoi elle déploie toutes ses ruses pour le faire mourir. »

35Quand l’empereur entra cette nuit là dans la chambre de l’impératrice, celle-ci, les vêtements déchirés, les cheveux défaits, déclara vouloir mourir puisque l’empereur ne tenait pas sa parole quant à la mort de son fils. « Par là, dit-elle, je vois clairement que ces misérables ont aveuglé votre justice de la même manière que sept sages aveuglèrent un roi nommé Hérode.

36Il y avait à Jérusalem un roi nommé Hérode, qui était tellement attaché à sept sages, qu’il ordonna que tous ceux qui dans son royaume faisaient un songe vinssent le raconter [aux sages] et leur donnassent un denier d’or. Comme ils étaient devenus plus riches que le roi, ils lui jetèrent un sort tel que chaque fois qu’il s’approchait d’une porte de la ville, il perdait la vue et la récupérait en revenant vers sa demeure. Ils avaient fait cela afin de se partager son royaume après sa mort. C’est ainsi que durant dix années le roi Hérode n’entra pas dans la ville. Comme un jour il était sur sa terrasse, il dit aux sages : « Vous prédisez l’avenir à tout le peuple et à la nation et vous devinez leurs pensées ; je vous ordonne donc, sous peine de mort, de m’expliquer pourquoi je perds la vue chaque fois que je m’approche des portes de la cité. » Ils demandèrent un délai afin de retrouver celui qui avait fait cet enchantement. Ils se rendirent auprès d’un homme nommé Merlin qui était né d’une mère sans avoir de père et qui révélait tous les secrets. Ils lui offrirent de l’argent pour qu’il trouve la cause de l’aveuglement [du roi]. Il assura en connaître la raison, mais ne voulut la dire qu’au roi. Ils le conduisirent donc auprès du roi Hérode, qui lui demanda l’explication, et Merlin lui répondit : « Que tout le monde quitte cette demeure, entrons seuls dans ta chambre et je te dirai clairement ce qu’il en est. » Quand cela fut fait selon les paroles de Merlin, celui-ci ordonna d’enlever le lit du roi. Restés seuls dans la chambre, ils soulevèrent une dalle sous laquelle se trouvait une petite cave avec au milieu un feu surmonté d’une marmite bouillante entourée de sept souffleurs, qui attisaient le feu avec des soufflets. Merlin déclara : « Tant que cette marmite restera sur le feu tu ne pourras pas sortir de la ville sans devenir aveugle. Mais si tu enlèvais cette marmite sans faire disparaître les souffleurs tu mourrais sur le champ ! » Au roi qui lui demandait comment s’y prendre, Merlin répondit : « Les sept souffleurs sont sept démons placés ici à la demande de tes sept sages. Si tu tues un sage, un souffleur se retirera ; si tu les tues tous, ils se retireront tous. Alors tu pourras enlever la marmite et tu seras guéri. Afin que tu découvres leur fourberie, sortons un peu dehors. » Aussitôt se présenta aux portes du palais un jeune homme venu demander aux sept sages l’interprétation d’un rêve. Merlin l’appela, lui raconta son rêve et l’interpréta en ces termes : « Voici ton rêve : il te semblait être au bord d’une fontaine et tu contemplais sa transparence. En entrant dans l’eau et tu as vu dans un creux des ruisseaux dorés. Cette rive, c’est telle terre de ton domaine située le long de tel fleuve ; où se trouve un coffre en pierre rempli de trésors. Si tu vas y creuser et que tu y plonges les mains, tu reconnaîtras clairement la vérité de ton rêve. Essaye donc et va ensuite consulter les sages ; tu verras ce qu’ils te diront au sujet de ton rêve et tu le rapporteras aussitôt au roi et à moi-même. » Il trouva le trésor et raconta son rêve aux sages ; ceux-ci se dérobèrent avec des mensonges. Il rapporta le tout au roi ; puis Merlin déclara : « Fais donc ce que je t’ai dit. » Quand le doyen des sages eut été convoqué en secret et tué, aussitôt l’un des souffleurs disparut : les autres furent mis à mort et tous les souffleurs disparurent. Le feu éteint, la marmite déposée, Hérode put entrer et sortir de la ville sans perdre la vue.

Vienne, Bibl. nat. ms 13538

37Je te dis, ô empereur, ces sages t’aveuglent afin que tu ne puisses sortir pour mettre à mort ton fils. Si tu les fais mourir tu verras clairement à quel point il est injuste de préserver la vie de ce fils. » L’empereur dit alors : « Tu as très bien parlé et je promets à Dieu ainsi qu’à toi, que dès demain, mon fils une fois mort, ils seront également tous tués. » Le lendemain matin l’empereur se leva avant le jour, livra son fils au bourreau en lui ordonnant de ne pas revenir avant la mort de son fils quels que soient les arguments donnés.

38Voyant qu’il était conduit à la mort, le sixième sage dénommé Joce, qui ne s’était pas encore levé, monta à cheval et les rejoignit. Enlevant l’anneau de son doigt, il le donna au chef de l’escorte, afin qu’il épargne le jeune homme jusqu’à ce qu’il ait lui-même parlé avec l’empereur. Il se précipita en toute hâte chez l’empereur, se jeta à ses pieds et devant toute la noblesse romaine commença à crier comme un forcené : « Hélas ! Pourquoi les éléments ne sont-ils pas dissous par un tel crime ? Un innocent est tué à cause des paroles mensongères d’une mauvaise femme, sans que les faits n’aient été prouvés ni jugés selon le droit ! Maintenant je vois clairement qu’il t’arrivera la même chose qu’au jeune chevalier qui aimait trop sa femme. » Comme l’empereur désirait entendre l’histoire, le sage déclara : « Comment pourrais-je parler pendant qu’un si bon élève est conduit à la mort ? Ordonne donc qu’il soit ramené en prison et diffère sa mort pour ce jour et je te raconterai ensuite une histoire fort instructive. » Quand tout fut accompli selon les désirs du sage, le sixième sage nommé Joce, commença son récit :

39« Il y avait dans mon pays une cité dans laquelle sur l’ordre du roi un lieutenant devait garder toute la nuit les condamnés exécutés sur ordre de la cour, afin que les [cadavres] ne soient pas dérobés. Si ce lieutenant entrait en ville, sous quelque prétexte que ce soit, il serait tué sur le champ. Dans cette ville vivait un jeune chevalier, qui s’était marié avec une très belle jeune fille. Ils s’aimaient tous deux d’un amour impossible à imaginer. Mais, au bout d’une année, le jeune homme mourut et son épouse fut frappée d’une telle douleur que personne ne pouvait la convaincre de quitter la tombe pour quelque raison que ce fût. Ce que voyant, ses amis lui construisirent une petite habitation sur la tombe de son mari, dans laquelle l’épouse demeurait en permanence, tandis que ses amis lui fournissaient tout le nécessaire pour vivre.

40Après un mois, une violente tempête se leva en pleine nuit. Le lieutenant de cette ville, ayant perdu sa compagnie et incapable d’affronter la violence de cette tempête retourna en ville, sans cependant oser rentrer chez lui ou se rendre dans une autre maison. Après bien des errances, il finit par entrer dans la petite cabane de la femme, placée sur la tombe de son époux. A force de paroles, il parvint à la consoler ; il fut lui-même touché au cœur d’une façon admirable par la beauté et la faconde de cette femme. Elle lui demanda avec un visage plein de gaieté s’il était marié ; le lieutenant de répondre : « Non madame. Je suis le lieutenant de cette ville. Mais il n’existe aucune autre femme que vous avec qui je voudrais aussi volontiers me marier. » Elle lui répondit alors : « Va-t’en, car déjà le jour s’approche. Dès demain, convoque mes parents et ordonne-leur de me conduire sur le champ hors de cette cabane dans ma maison, et dans quelque temps je serai ton épouse. »

41Comme le lieutenant s’en allait et retournait à la garde des pendus, il remarqua que l’un d’eux avait été enlevé dans l’intervalle, celui dont le roi voulait rendre le châtiment le plus manifeste. Il retourna aussitôt auprès de la dame lui demander la permission de s’enfuir, craignant d’être mis au gibet à la place du cadavre volé. La femme lui dit alors : « Apporte des bêches afin de déterrer mon époux récemment enseveli et mettons le au gibet à la place du cadavre [volé]. » Avant le lever du jour, sa propre femme et le lieutenant de la ville eurent exhumé le chevalier mort. Comme il était hors de la fosse, le lieutenant déclara : « Nous ne pouvons rien faire car le cadavre enlevé au gibet avait une très grande blessure sur la tête et comme celui-ci n’en a pas, je crains que la ruse ne soit découverte. » La femme lui dit : « Tire ton épée et frappe sa tête pour lui faire la même blessure. » Comme celui-ci rempli d’horreur refusait de le faire, elle prit l’épée, se fit décrire la forme de la blessure, et frappa atrocement la tête de son mari. Elle aida le lieutenant à le porter au gibet et à le suspendre aux fourches patibulaires. Découvrant sa malice, le lieutenant, après s’être servi d’elle, refusa de l’épouser.

42Je te déclare, ô empereur : quand ton fils sera mort et que tu auras payé ton tribut à la mort, cette méchante femme épousera un autre et ne se souciera pas plus de toi que d’un chien. » L’empereur conclut : « Grande est la fourberie des femmes ! »

43L’impératrice rassembla tous les princes et ses parents, leur demandant en larmes la permission de quitter le pays car < l’empereur > ne voulait pas tuer ses ennemis. L’empereur dit alors : « Je te promets, sans aucune duplicité, que demain, avant le jour, mon fils mourra. – Seigneur, dit-elle, tu m’as souvent fait ce genre de promesse, mais je sais que tu n’en feras rien, tant qu’il ne t’arrivera pas ce qui est arrivé à un chevalier de mon pays avec sa fille. Il était un chevalier qui avait une fille qu’il aimait tant qu’il négligea de la corriger dans sa jeunesse. Quand elle fut mise enceinte par un écuyer, le chevalier, voyant qu’à cause de sa pauvreté il ne pouvait se venger de lui, battit sa fille à mort. Une fois remise, celle-ci abandonna son père et s’enfuit dans un pays lointain. Son père partit à sa poursuite et la retrouva dans la demeure d’un prince. Se voyant découverte, elle se rendit auprès de la dame du pays et auprès du prince, son hôte, et leur dit à propos de son père qu’il s’agissait d’un ribaud qui la poursuivait partout pour la corrompre. Le malheureux père fut emprisonné et pendu au gibet. Une fois son père mort, elle revint en secret dans son pays afin de s’adonner à la luxure avec celui qui l’avait corrompue. Il en sera de même pour toi, ô empereur, si tu permets à ton fils d’en réchapper en ne le mettant pas à mort dès demain. »

Vienne, Bibl. nat. ms 13538

44Le septième sage, appelé Maron, comprenant qu’avant le jour son élève devait mourir, passa la nuit devant les portes du palais. Comme à l’aube le fils était conduit à la mort, le septième sage donna une pièce d’or au bourreau, pour qu’il différât l’exécution et s’adressa en ces termes à l’empereur : « Ô empereur, aujourd’hui est un jour de joie pour toi. Condamne moi à mort si je ne t’annonce pas les meilleures nouvelles que tu as jamais entendues de toute ta vie. Mais je n’en ferai rien si tu ne m’accordes pas deux faveurs. Comme il lui demandait quels étaient ces faveurs, le sage répondit : « La première est que ton fils ne meure pas aujourd’hui, la seconde est qu’à partir de maintenant jusqu’à demain matin à pareille heure tu ne parles pas avec ton épouse et que tu ne la voies pas. » L’empereur accepta et s’y engagea par serment. Le sage lui dit : «Seigneur, vous avez un fils saint, très avisé et bon, et Dieu a voulu le mettre à l’épreuve. S’il avait parlé durant les sept jours précédents, il serait tombé mort sur le champ. Comme demain, le délai sera passé, je vous assure sur ma vie (mettez moi immédiatement en prison avec lui) qu’il parlera demain mieux et avec plus de sagesse que personne. »

  • 7 expectata benedictione.

45Sur ces entrefaites, le jeune homme fut ramené du gibet à la prison. Quand il passa devant son père, celui-ci pleura de joie dans l’attente de la réalisation de la prédiction7. Le septième sage s’adressa à l’empereur en ces termes : « Mon seigneur, il y avait dans mon pays un bourgeois qui avait de sa première épouse un fils détesté par sa belle-mère. Afin de le confondre, elle vola un vase d’or confié à la garde du jeune homme et le plaça dans la chambre du jeune homme sous sa couche. Quelques jours plus tard, la belle-mère poussa son mari à fouiller la chambre du jeune homme. Pour ce vol et pour d’autres crimes faussement imputés par la belle-mère, le jeune homme fut noyé à la demande de son père criminel. Apprenant cela, les parents du jeune homme firent tuer la belle-mère. Prévenus, les parents de la belle-mère firent tuer le bourgeois ; de sorte que tous fils, belle-mère et père moururent. Si donc tu mets à mort ton fils, ses parents feront tuer l’impératrice et les parents de l’impératrice te feront tuer. Fuis donc, tiens ta promesse de ne pas écouter l’impératrice et bien des malheurs seront évités. »

46Avec quelques chevaliers, le roi partit à cheval chasser dans une forêt lointaine. Comme il n’était pas revenu de toute la nuit, au point du jour l’impératrice attristée désirait se rendre auprès de lui pour lui réclamer la mort du jeune homme. Le gardien de la prison s’écria que le fils de l’empereur parlait très distinctement. On envoya des messagers à l’empereur qui revint au plus vite. Sorti de prison, le fils s’inclina devant lui et déclara : « Mon père, que Dieu soit plein d’indulgence envers toi pour tous les tourments que j’ai subis injustement. Je réclame immédiatement un jugement et la convocation du sénat afin que tu constates l’ampleur de l’iniquité de ton épouse et celle de mon innocence. »

47Entendant la très douce voix de son fils, le père le prit dans ses bras, pleura sur son épaule et le fit revêtir des habits impériaux. Puis, il convoqua le sénat et, en présence de tous, le fils rapporta les paroles de sa belle-mère, ses premiers actes et comment, dans sa colère elle l’avait accusé d’un tel crime ; c’est pourquoi il réclamait que justice soit faite. Au contraire, celle-ci nia tout et assura que tout ce qu’elle avait dit était vrai. C’est pourquoi on procéda à un duel judiciaire. Comme le champion de l’impératrice avait été vaincu par celui du fils, celle-ci fut arrêtée et conduite au bûcher. Après avoir confessé l’entière vérité sur la fausse accusation, elle déclara : « Je comprends maintenant la vérité de mon rêve. Il me semblait en effet qu’un serpent sortait de ma bouche et que sept oiseaux poursuivaient ce serpent. Avec l’aide d’un aigle, ils attrapaient ce serpent et le ramenaient à moi, puis je brûlais avec lui dans un grand feu. Ce serpent signifiait ma fausseté, les sept oiseaux étaient les sept sages, l’aigle ton fils, qui a mis à jour ma fausseté.» Une fois < l’impératrice > brûlée, ils revinrent joyeusement ; et pendant que l’on préparait le banquet, l’empereur demanda à son fils de lui raconter une belle histoire. Alors le fils commença ainsi :

  • 8 Le ms donne Sardaigne, mais nous avons rétabli Sicile comme dans l’édition incunable Ulm, 1480 et l (...)

48« Père, il était une fois un chevalier, seigneur d’un château, qui avait un fils si intelligent qu’il comprenait le langage des oiseaux aussi bien que celui des hommes. Le château paternel était situé sur une île. Un jour que toute la cour s’y rendait, de nombreux oiseaux suivirent le navire en chantant. Le père dit à son fils et à son épouse que ce serait une merveilleuse faculté que de comprendre ces oiseaux, et le fils de répliquer : « Eh bien moi, je comprends parfaitement ce qu’ils disent. – Je t’en prie, dit le père, explique-le-nous. Alors le fils répondit ; « Ils disent qu’avec ma mère, votre épouse, vous allez tomber dans une telle pauvreté que vous n’aurez même pas de pain à manger ni de vêtements pour vous couvrir, tandis que moi, je vais atteindre un degré de noblesse si élevé que c’est vous qui me servirez l’eau pour me laver les mains. » Alors le père indigné le jeta dans la mer. Peu de temps après, le naufragé fut retrouvé par des marins de Sardaigne qui le retirèrent de l’eau et le revendirent à un chevalier de Sicile8. A la suite de ce crime (la noyade du fils), le père fut déshérité, chassé de son château par ses hommes et relégué en exil en Sicile avec son épouse.

49A cette époque, trois corbeaux suivaient partout le roi de Sicile, sans lui laisser de répit de jour comme de nuit, et cela depuis quinze ans. Le roi fit proclamer que celui qui saurait lui expliquer le présage des corbeaux et pourquoi ils le poursuivaient, recevrait sa fille et la moitié de son royaume. Entendant cela, le jeune homme se rendit chez le chevalier son maître pour lui demander de le présenter au roi, car il connaissait la signification de la présence des corbeaux. Le chevalier, tout heureux, le présenta au roi, non sans supplier le jeune homme de ne pas l’oublier une fois qu’il aurait acquis les bienfaits et la moitié du royaume. Le roi lui demanda la cause < de la présence des corbeaux > ; le jeune homme exigea d’abord la confirmation de la promesse. Une fois celle-ci obtenue, il déclara : « Il s’agit de deux corbeaux et d’une corbe ; un corbeau jeune et un autre vieux. Le plus âgé, adonné à la luxure, a abandonné cette corbe avec laquelle il avait longtemps vécu et s’est uni à de plus jeunes. Ce jeune corbeau a reçu la corbe ainsi abandonnée, l’a nourrie et l’a protégée jusqu’à présent. Comme le plus âgé, délaissé par les jeunes, veut maintenant reprendre cette corbe (qu’il avait laissée sans qu’elle eut commis de faute), car il ne réussit pas à trouver une corbe plus jeune, il essaye de la reprendre à ce corbeau qui la protège. Mais ce jeune corbeau ne veut à aucun prix la laisser, et ils te suivent tous les trois pour te demander de juger leur affaire. »

50Le roi ayant tenu conseil convoqua les corbeaux pour leur donner la sentence suivante : « La corbe revient au plus jeune des corbeaux et non pas au plus âgé. » Le vieux corbeau s’éloigna tout seul, et le couple s’en alla également. C’est ainsi que le jeune homme reçut la fille du roi, conféra au chevalier le titre de chambellan dans sa demeure et fut élevé à un si haut statut.

51Or, un matin, comme il chevauchait dans les rues de Messine, il reconnut son père et sa mère en loques assis à la porte d’une maison ; mais eux ne le reconnurent pas. Il mit pied à terre et envoya chercher des victuailles pour déjeuner avec eux dans leur maison. Ses parents lui apportèrent de l’eau pour lui laver les mains, et quand ils furent assis à table, le jeune homme demanda à son père : « De quel châtiment serait passible le père qui aurait tué un fils tel que moi ? » Le père répondit : « On ne peut pas trouver de châtiment pour un péché aussi grand. » Le jeune homme déclara alors : « Vous êtes celui qui m’avez jeté à la mer quand je vous ai traduit ce que disaient les oiseaux. Cependant, je ne vous rendrai pas le mal pour le mal, car tout cela a été voulu par Dieu. »

52Je te dis donc, père, si tu m’avais tué, tu te serais chargé d’un grand péché, mais Dieu m’a préservé d’un tel malheur.

Commentaire

Un récit issu de sources multi-culturelles

53Le Roman des Sept Sages de Rome tel que le propose Jean Gobi le Jeune est le fruit d’une longue histoire et d’un véritable « métissage culturel ». Il est né en Orient à une date impossible à fixer précisément puis est passé en Occident. L’original perdu a dû être écrit en sanscrit, puis traduit en persan ancien (pehlvi). L’histoire a été ensuite colportée par des versions hébraïques (Sindibar) et arabes (notamment par le conte des sept vizirs dans les Mille et une Nuits et le Livre de Sindibad). Une version syriaque du Xe siècle a donné naissance à deux versions occidentales : le Syntipas écrit en grec savant par Michael Andreopoulos et le Sendebar (ou Libro de los engaños) composé en 1253 par l’infant Fadrique, frère du futur Alphonse X le Sage. Les versions orientales et occidentales diffèrent sur de nombreux points.

54En Occident deux grandes traditions se dessinent : le Dolopathos et les Sept Sages. La première ne comporte que huit récits et n’en a que quatre en commun avec la seconde tradition : le chien (canis), le gardien du trésor (gaza), celle qui est enfermée (inclusa) et le puits (puteus). Elle est connue par le texte latin du moine lorrain Jean de Hauteseille (XIIe siècle) et par la traduction française du trouvère Herbert datant des années 1223-1226. La tradition des Sept Sages comporte des versions latines, dont l’Echelle du ciel est le premier jalon (elle résume un roman antérieur perdu) et des versions françaises en prose. Dès le XIIIe siècle, cinq continuations ont été composées en ancien français : Le Roman d’Helcanus/Pelyarmenus, le Roman de Cassidorus, celui de Kanor, de Laurin et Marques de Rome. Enfin, la version des Sept Sages a suscité de nombreuses traductions en moyenanglais, gallois (XIVe siècle dans le Livre rouge de Hergest), écossais (v. 1515), polonais (v. 1528), italien (Erasto), catalan, etc.

55Le « récit cadre » s’adapte au milieu culturel qui le reçoit : il met en scène un roi oriental et sa favorite en Orient, un empereur romain et son épouse en Occident. Le nombre des sages varie de un (Virgile) à sept, voire dix dans certaines versions arabes. La tradition des quinze récits est extrêmement instable : leur ordre varie d’une version à l’autre, voire les récits eux-mêmes. Le seul récit commun à toute la tradition occidentale est celui du chien (canis) : le fidèle lévrier injustement tué par son maître. Enfin, chacun de ces récits a eu sa propre diffusion dans les recueils d’exempta, mais également dans des genres très variés.

Pour quel enseignement ?

56Dans l’Echelle du ciel ce très long récit se distingue des autres exempla par sa taille, et surtout sa sagesse toute profane, qui n’a subi aucune christianisation. La sagesse et l’enseignement des sept sages reposent uniquement sur les sept arts libéraux. L’exégèse allégorique de chacun des quinze récits n’a pour but que d’alimenter la dynamique de l’intrigue générale et participer au suspense ; alors que dans le reste de l’ouvrage cette exégèse donne aux récits une dimension morale ou théologique résolument chrétienne. La conclusion même du texte ne manque pas d’étonner dans un recueil d’exempla : le fils déclare à son père : « Tout cela a été voulu par Dieu », et si tu m’as fait du mal, cela était inévitable. Ce Dieu est un principe supérieur assimilable à la destinée. Aucune perspective eschatologique n’apparaît pour clore ce conte : c’est la justice des hommes qui conduit la marâtre au bûcher ; le fils pardonne à son père ; il n’y a ni récompense, ni châtiment délivré par Dieu ou ses représentants sur terre.

57La leçon implicite est qu’il faut croire à la vérité des songes ; le rêve du fils et celui de la marâtre se sont rencontrés et se sont réalisés jusque dans leurs plus infimes détails. Si Jean Gobi a inséré ce long récit dans son recueil d’exempla, c’est semble-t-il sous la pression d’une certaine fascination pour une matière littéraire antiquisante et exotique. Le copiste du manuscrit conservé à Vienne (sous la cote 13538) a, semble-t-il, cédé à la même fascination pour ce récit qui est le seul à avoir été illustré par la figure des sept sages, peinte dans la marge du manuscrit au fur et à mesure de leur intervention dans le récit (voir reproduction, p. 216-225). Ajoutons que ce long récit a été largement repris dans la tradition manuscrite de l’Echelle du ciel, puisqu’il apparaît dans quinze manuscrits sur les vingt-trois étudiés.

Bibliographie

Bibliographie

Campbell, K., A study of the Romance of Seven Sages with special references to the middle-english versions, Baltimore, The Modem Language Association of America, 1898.

Hilka, A., « Historia septem sapientum, Die Fassung der Scala coeli des Johannes Gobii junior », dans Beiträge zur Sprach und Völkerkunde, Festschrift für A. Hillebrandt, Halle, 1913.

Schmitt, J.-Cl., Le saint lévrier. Guignefort guérisseur d’enfants depuis le XIIIe siècle, Paris, 1979.

Chauvin, Bibliographie des ouvrages arabes, Liège, 1892-1922, tome 8 entièrement consacré à ce thème.

J. Runt, J., et alii, Society ofthe Seven Sages Newsletter, depuis 1982.

Berlioz, J., Bremond, CL., Vellay-Vallantin, C. (s.d.), Formes médiévales du conte merveilleux, Paris, Stock/Moyen Âge, 1989, p. 107-112 (sur le dernier récit).

Traductions et traducteurs au Moyen Âge, Colloque international du CNRS, éd. du CNRS, 1989, spéc. p. 225-241.

Darbord, B., « Le Roman des Sept Sages : étude d’une tradition en Espagne », dans B. Darbord, CH. Andres, M.-CL. Chaput, Cuento, novela y comedia. Temas españoles, Nanterre, éd. de l’Espace européen,, 1991, p. 7-39.

Foehr-Janssens, Y., Le temps des fables, Paris, 1995.

Notes

1 Traduction d’après le manuscrit 13 538 de la Bibliothèque de Vienne, revue par G. Blangez et J. Berlioz que nous remercions particulièrement.

2 On appelait ainsi l’ensemble des matières composant l’enseignement classique. Martinus Capella (Ve siècle) dresse une liste de sept arts au début du Ve siècle et les répartit en deux groupes : le trivium : grammaire, rhétorique, dialectique ; le quadrivium : arithmétique, géométrie, astronomie et musique. Ces matières étaient enseignées au Moyen Âge à la faculté des Arts.

3 Nous avons conjecturé à partir de (H) edera : lierre.

4 Per noctem conceptus mutuos exprimamus.

5 curia.

6 quod sic in proposito.

7 expectata benedictione.

8 Le ms donne Sardaigne, mais nous avons rétabli Sicile comme dans l’édition incunable Ulm, 1480 et la suite du texte pour préserver la cohérence.

Table des illustrations

Légende Vienne, Bibl. nat. ms 13538
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20028/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Vienne, Bibl. nat. ms 13538
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20028/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Vienne, Bibl. nat. ms 13538
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20028/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Vienne, Bibl. nat. ms 13538
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20028/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Vienne, Bibl. nat. ms 13538
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20028/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Vienne, Bibl. nat. ms 13538
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20028/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Vienne, Bibl. nat. ms 13538
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20028/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search