Version classiqueVersion mobile

Éducation, prédication et cultures au Moyen Âge

 | 
Marie-Anne Polo de Beaulieu

Encadrement des attitudes religieuses

La légende du cœur inscrit d’Ignace dans la littérature religieuse et didactique1

Texte intégral

  • 1 Texte paru dans « Le cuer au Moyen Âge (réalité et senefiance) », dans Seneflance, 30 (1991), p. 2 (...)
  • 2 Je donne ici une « version moyenne » de la légende qui a connu des variantes que nous examinerons (...)

1Ce terme mystérieux de « cœur inscrit » désigne un miracle attribué à plusieurs saints et martyrs dont le plus célèbre fut saint Ignace d’Antioche. Comme celui-ci se proclamait « Théophore ou Christophore » l’empereur Trajan lui demanda le sens de ce titre et le saint répliqua qu’il portait le Christ dans sa poitrine. Pendant son martyre il ne cessa de répéter ce nom. Après sa mort l’empereur fit extraire le cœur de saint Ignace et y trouva inscrit en lettres d’or le nom de Jésus-Christ2.

  • 3 F. C. Tubach, Index exemplorum, FFC Communications, 204, 1979 ; no 415 qui renvoie au Ms. du Briti (...)

2Ce topos hagiographique mérite d’être replacé dans l’ensemble des miracles attribués au cœur des saints et martyrs. La littérature religieuse médiévale nous a légué le miracle du cœur de saint Augustin conservé dans une précieuse châsse, qui saute de joie au « Sanctus, Sanctus » et chaque dimanche de la Trinité3.

  • 4 A. Cabassut, art. Cœurs (échange des), Dict. de Spiritualité, t. 2, 1953, col. 1046-1051.
  • 5 Thomas de Cantimpré, Vita sancti Lutgardis, ASSS, t. 4, 4 Juin, p. 193.

3Plus complexe est le miracle de l’échange des cœurs entre le Christ et un saint, en l’occurrence une sainte pour le Moyen Âge.4 Il repose sur la promesse divine : « Je vous donnerai un cœur nouveau et je mettrai en vous un esprit nouveau ; j’enlèverai de votre corps le cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair [Ezéch. 36,26-27]. » Sainte Ludgarde, qui vécut de 1182 à 1246, vit le Christ qui lui montra sa plaie sanglante au côté avant d’unir son cœur au sien5.

  • 6 Ce détail des anneaux rappelle la littérature romanesque dans laquelle l’échange des cœurs est sym (...)

4Sainte Gertrude, moniale allemande (1256-1302) rendue célèbre par ses « Révélations », reçut les stigmates, eut le cœur traversé par un rayon sorti du cœur divin, puis elle enfonça la main dans le cœur de Jésus-Christ et la retira chargée de 7 anneaux d’or6. A la fin de notre période sainte Catherine de Sienne (1347-1380) connut aussi cet échange des cœurs et porta sur la poitrine une cicatrice comme souvenir et preuve de ce don divin.

  • 7 Recension du Dr. Imbert-Gourbeyre, citée dans l’article du Dictionnaire de Spiritualité (cf n.4).
  • 8 ASSS, t. 4, Juin, p. 193, cité dans le Dictionnaire de Spiritualité (cf. n. 4), col. 1048.

5Ce topos hagiographique dépasse largement le Moyen Âge, une recension des saints gratifiés de ce don dépasse la trentaine7. Mais anciens ou modernes, les théologiens n’ont jamais admis la réalité matérielle de l’échange des cœurs. Thomas de Cantimpré dans la Vie de sainte Ludgarde, affirme : « Alors eut lieu l’échange des cœurs ou plutôt l’union de l’esprit incréé et de l’esprit créé, par l’excellence de la grâce8. »

6La légende du cœur inscrit de saint Ignace ne s’embarrasse pas de telles précautions. Elle affirme nettement la matérialité du miracle, alors que les actes originels du martyr ne donnent aucune indication à ce sujet. Nous nous attacherons donc à suivre la genèse de cette légende hagiographique, sa diffusion et enfin nous proposerons quelques hypothèses pour comprendre le succès de cette pieuse invention, devenue objet de croyance, de sermon et même objet d’art.

Les actes originels

  • 9 Pour R. Joly, Le dossier d’Ignace d’Antioche, Bruxelles, 1979, ces lettres sont des apocryphes com (...)

7Le peu que nous connaissions de la vie de saint Ignace provient de ses lettres, (dont l’authenticité a été récemment remise en cause9), de témoignages de contemporains (Polycarpe de Smyrne) et d’historiens : Eusèbe de Césarée repris par saint Jérôme.

  • 10 S. Irénée, Adversus haereses V, 28,4. Sources chrétiennes, 153, 1969, p. 360.
  • 11 Origène, In Lucam, hom. 6,4, Sources chrétiennes, 87, 1962, p. 144.
  • 12 Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, éd. Mommsen, GCS, 2, 1903, p. 274-281.

8Ces textes nous révèlent qu’il serait né vers 50 et aurait été martyrisé sous Trajan (98-117) sans doute entre 110 et 117. Evêque d’Antioche, il fut arrêté, condamné à mort et envoyé à Rome pour y être livré aux bêtes. Il fît par mer et par terre ce long voyage, au cours duquel il rencontra l’évêque Polycarpe de Smyrne et des représentants des communautés chrétiennes naissantes, à qui il envoya des lettres restées célèbres. Saint Irénée (v.180)10 et Origène (v.183-v.252)11 affirment qu’il fut livré aux bêtes. Mention reprise par Eusèbe de Césarée dans son Histoire ecclésiastique12.

  • 13 Ces actes sont conservés dans deux recensions : le Martyrium Colbertinum et le Martyrium Vaticanum(...)

9A ces courtes notices s’ajoutent au IVe siècle des Actes13 qui sont des « compositions légendaires » imaginant des entretiens dramatiques entre saint Ignace et l’empereur Trajan.

  • 14 Auteurs cités dans l’article Ignace d’Antioche du Dictionnaire de Spiritualité.(cf. n.9)

10Mais ce sont surtout ses lettres qui firent sa renommée. Elles furent citées par de grands théologiens tels que Jean Chrysostome, et furent utilisées dans les controverses christologiques des Ve et VIe siècles par Théodoret, Timothée Aelure et Sévère d’Antioche14. En effet, ces lettres affirment nettement la réalité de la Passion du Christ, aussi réelle que celle du martyre. Ce réalisme est certainement un des germes du développement futur de la légende ignatienne.

11Elles reflètent une mystique christologique présentée sur un mode passionnel, comme une réaction aux tendances judaïsantes qui refusent l’Evangile et diminuent le rôle de Jésus Christ, et aux tendances docétistes qui refusent la réalité de l’Incarnation du Christ. La mystique d’Ignace est donc fondée sur l’union au Christ, seule voie vers Dieu. Le chrétien vit en Jésus-Christ et réciproquement le Christ habite dans le chrétien comme dans un temple. C’est pourquoi tout chrétien mérite le nom de théophore ou christophore (Lettre aux Ephés.1,2). Cette union est célébrée au plus haut point par le martyre qui est imitation de la Passion. La mort offerte pour le nom de Jésus-Christ paraît à saint Ignace le sommet de la vie chrétienne.

  • 15 Cette lettre est citée par saint Bernard, on la retrouve aussi dans des recueils d’exempla comme l (...)
  • 16 A. Vauchez (s.d.), Histoire des saints et de la sainteté chrétienne, t. I, p. 178.

12A partir des quelques éléments puisés dans les Actes et les lettres de saint Ignace la légende s’est étendue dans quatre directions. Des lettres apocryphes ont été attribuées à saint Ignace, notamment une lettre à la Vierge Marie15. La légende d’Ignace successeur direct de saint Pierre à Antioche se répand et insiste sur la familiarité d’Ignace avec les Apôtres. Ainsi, au Xe siècle Syméon Métaphraste rapporte que saint Ignace fut le petit enfant qui fit dire au Christ : « Si vous ne devenez pas comme des enfants…16 ». Enfin, le dernier rejeton de cette légende est celui du cœur inscrit, et c’est celui qui connut la plus longue postérité.

L’élaboration de la légende du cœur inscrit

  • 17 Je maintiens la date de 1245 pour le Speculum Historiale malgré la proposition de M. M. Dufeil de (...)

13D’après les Acta Sanctorum et en l’état actuel de nos recherches il semble bien que le point de départ de cet ajout apparaisse pour la première fois dans le Spéculum Historiale de Vincent de Beauvais vers 124517.

  • 18 Flodoard, De triumphis Christi Antiochae, dans Pat. Lat. 135, col. 551-554. – Jean de Mailly, Abré (...)

14Les actes anciens mais aussi les légendiers antérieurs omettent ce dénouement curieux, comme la vita en vers de saint Ignace par Flodoard (894-966), puis l’Abrégé des Gestes et Miracles des Saints de Jean de Mailly (1225 pour la première version). Ce dernier donne un tableau de la Vita très proche de celui du Spéculum Historiale dépourvu du miracle du cœur inscrit18.

15Vincent de Beauvais au Livre X de son monumental Spéculum Historiale, donne d’abord une Vita d’après Eusèbe et saint Jérôme (chap. 56), puis une présentation des lettres de saint Ignace (chap. 57), qui se clôt par un court texte précédé de la mention « auctor » désignant expressément Vincent de Beauvais comme auteur, et dont je vous livre ma traduction :

« Saint Ignace a écrit douze lettres. Son cœur a été divisé en morceaux et le nom de Jésus-Christ a été trouvé en lettres d’or, d’après ce que l’on peut lire (ut legitur), dans chacune de ses parties. Il disait avoir le Christ dans son cœur. »

  • 19 Un seul manuscrit contient plus de 7 lettres, c’est un faux du IVe siècle qui en propose 16 ; voir (...)

16Ce texte fondamental se place dans la tradition hagiographique connue, mais il attribue à saint Ignace douze lettres alors qu’Eusèbe, cité comme auctoritas, n’en connaissait que sept19. Vincent de Beauvais devait donc prendre en compte d’autres sources qu’il ne nous signale que par un lacunaire « comme on lit (ut legitur) ».

17S’il nous est difficile de désigner la source de Vincent de Beauvais, nous pouvons néanmoins indiquer l’existence d’une légende antérieure qui a pu inspirer à l’auteur du Spéculum Historiale l’idée d’une synthèse de topoï hagiographiques.

  • 20 Le Motif Index de S. Thompson arrête là son résumé pour le motif V86.2 qui donne pêlemêle des renv (...)

18Cette légende se résume ainsi : après sa mort, le cœur d’un martyr est ouvert et l’on y trouve l’image de la croix du Christ20. Certaines variantes s’achèvent sur la honte de l’empereur et sur la conversion des spectateurs. Les points communs avec la légende ignatienne sont assez troublants : le martyre, le cœur ouvert et la honte de l’empereur. Les différences concernent la présence d’une croix dans le cœur, l’anonymat du martyr et la conversion des spectateurs.

  • 21 Brian Mac Guire, « The Cistercians and the Rise of the Exemplum in early 13thFrance. Revaluation o (...)

19On trouve cette légende dans un recueil d’exempla cisterciens inédit composé peut-être à Beaupré vers 120021. Cet exemplum apparaît dans la rubrique consacrée à la vénération de la Vierge Marie (f° 126b-127b) à la suite d’un récit clos par un véhément appel au retour à la discipline cistercienne. Deux descriptions de martyres sont appelées à la rescousse pour ramener les frères dissipés à une meilleure vie. Le premier martyr invoqué est saint Genès, qui affirma dans ses tourments qu’il n’est pas d’autre roi que le Christ et que personne ne pourrait l’enlever de sa bouche ni de son cœur21. Le second martyr est saint Nimias (vel Neemias) en Grèce, il fit les mêmes réponses à l’empereur et après sa mort celui-ci fit ouvrir son cœur et y trouva l’image du crucifix (effigies crucifixi) occupant toute la longueur et la largeur du cœur.

20Cet exemplum double pose de nombreux problèmes. L’auteur ne cite pas ses sources. Il semble mêler deux vitae de martyrs : saint Genès et saint Nimias. Notons au passage la proximité phonétique entre Nimias et Ignace. En l’état actuel de nos connaissances nous n’avons pas pu identifier ce martyr. Divers sermons et recueils d’exempla ont repris séparément ces deux récits avec des variantes intéressantes.

  • 22 G.Blangez, Le Ci-Nous-Dit, recueil d’exemples moraux, Paris, SATF, 1979 et 1986, 2 vol. : exemplum(...)

21Le martyr de saint Genès, à qui est attribué le miracle du cœur inscrit, apparaît dans un recueil d’exempla en ancien français composé entre 1313 et 1330 : le Ci-nous-Dit, avec cette variante : son cœur était « tout plain de fleureites ». Ce miracle est mis en relation avec le baptême de saint Genès et non pas avec son martyr. Il en est de même avec les versions proposées dans les Exemples Moraux de Jean Mansel à la fin du XVe siècle et le Magnum Spéculum exemplorum en 160522.

  • 23 J.A.Herbert, Catalogue of Romances in the Department of Manuscripts of the British Muséum, p. 462, (...)

22Par ailleurs, divers auteurs évoquent un martyr anonyme dont le cœur fut marqué par l’image de la croix. Ainsi le Catalogue of Romances de J. A. Herbert en recense quatre versions : dans une Somme des sept vices et de leurs multiples formes datant du milieu du XIIIe siècle, dans deux recueils d’exempla dérivés du traité d’Etienne de Bourbon et dans une compilation des exempla d’Eudes de Cherinton23.

  • 24 M. A. Polo de Beaulieu, Edition de la Scala coeli de Jean Gobi, Paris, éd. du CNRS, 1991.

23L’Echelle du ciel de Jean Gobi (exemplum no 391) composée vers 1327-1330 donne une version intermédiaire : le cœur de saint Ignace fut coupé en morceaux et dans chaque partie il semblait que l’image du crucifix fut peinte comme dans un miroir24. Ce détail de la démultiplication de l’image dans son intégrité sur chaque morceau du cœur martyrisé instaure une identité entre celui-ci et un miroir brisé, qui lui aussi renvoie une image intégrale et démultipliée. Il s’agit d’un phénomène physique, mais également d’une obligation théologique : une image brisée du crucifix constituerait une sorte de blasphème.

24Vincent de Beauvais a pu connaître cette légende répandue dès le début du XIIIe siècle et établir une synthèse avec celle de saint Ignace, qui possède l’originalité d’inscrire le nom de Jésus-Christ dans le cœur du martyr, innovation qu’il nous faudra expliquer.

  • 25 A. Vauchez, « Le saint » dans L’Homme médiéval, recueil d’articles sous la direction de J. Le Goff (...)

25Quelques soient les origines encore obscures de cette légende, notons sa grande fortune en un siècle marqué par un renversement de la perspective hagiographique : le saint n’est plus remarquable par ses qualités de thaumaturge, mais par sa capacité à imiter le Christ (d’où l’importance des stigmates)25.

Diffusion de la légende de saint Ignace

  • 26 Exempla extraits des sermons de G. de Savoie et conservés dans un recueil anonyme composé entre 12 (...)
  • 27 La seconde histoire est celle de saint Paul dont la tête décapitée prononçait encore le nom de Jés (...)

26Dans un sermon donné à Cambridge vers 1247 le légat de Norvège, Guillaume de Savoie évoque la vita ainsi que nous la présente une sorte de « reportatio »26 (prise en note du sermon) : « Le seigneur Guillaume, cardinal et légat pontifical de Norvège, m’a raconté au cours de sa prédication dans le cimetière dominicain de Cambridge devant une assemblée nombreuse et de haut rang, deux histoires sur l’amour des saints envers le très doux nom de Jésus Christ, assurant qu’elles étaient tenues pour authentiques par la curie romaine et qu’elles s’étaient produites à Rome »27.

27L’une d’elles est la suivante. Saint Ignace martyr, devant les persécuteurs païens des chrétiens confessait publiquement et sans cesse le nom de Jésus et encourageait les autres chrétiens à placer toute leur confiance et à trouver refuge au milieu des tribulations dans ce nom de Jésus. Les païens demandèrent à saint Ignace pour quelle raison il avait sans cesse ce nom dans la bouche et comment il pouvait désirer souffrir les pires châtiments pour ce nom avec les autres chrétiens. A cela saint Ignace leur répondit : « Je ne peux ôter Jésus de mon cœur ni de ma bouche, car j’ai le nom même de Jésus gravé dans le cœur. » Alors ces païens, voulant en avoir la preuve, le tuèrent, ouvrirent son cœur et trouvèrent le nom de Jésus-Christ écrit en lettres d’or dans le cœur de saint-Ignace. »

  • 28 P. Brown, Le culte des saints. Son essor et sa fonction dans la chrétienté latine, Paris, 1984.

28En regard de la courte notule finale de Vincent de Beauvais, la légende a connu ici un net épanouissement et une fléchissement, qui centre tous les épisodes du martyre autour du miracle final. Notons le rôle majeur attribué aux bourreaux païens, aux dépens du personnage de Trajan totalement éclipsé. Dans ce sermon le martyr semble bien être en état de possession divine : saint Ignace ne peut véritablement s’empêcher de prononcer « sans cesse » le nom de Jésus-Christ28.

29Enfin, il est intéressant de constater le luxe de précautions prises par Guillaume de Savoie pour cautionner l’authenticité de cette légende toute récente.

  • 29 A. Boureau, La Légende Dorée. Le système narratif de Jacques de Voragine († 1298), Paris, Fayard, (...)
  • 30 Jacques de Voragine, Legenda Aurea, éd. Graesse (1890), chap. 36 ; trad.française par J.B. Roze, P (...)

30L’aspect didactique de la vita est encore plus marqué dans la Légende Dorée, qui, en tant que « légendier dominicain de vulgarisation »29, connut un immense succès tout au long du Moyen Âge (1000 manuscrits conservés). Ici l’hagiographie sert à la diffusion d’un dogme et non plus à l’évocation de biographies touchantes et édifiantes. Pour ce faire, Jacques de Voragine a entièrement soumis son résumé du martyre de saint Ignace au thème du nom de Jésus-Christ : « On lit encore que saint Ignace, au milieu de tant de tourments ne cessait d’invoquer le nom de Jésus Christ. Comme ses bourreaux lui demandaient pourquoi il répétait si souvent ce nom, il dit : “Ce nom, je le porte écrit dans mon cœur, c’est la raison pour laquelle je ne puis cesser de l’invoquer.” Or, après sa mort, ceux qui l’avaient entendu parler ainsi voulurent s’assurer du fait. Ils ôtèrent donc son cœur de son corps, le coupèrent en deux et trouvèrent ces mots gravés en lettres d’or au milieu : “Jésus-Christ”. Ce qui donna la foi à plusieurs30. »

31Ensuite, la légende s’est répandue dans la littérature religieuse.

  • 31 Brit. Mus. Royal 12.E.I, f° 161 : Référence fournie par F.C. Tubach no 2498 par l’intermédiaire du (...)
  • 32 Texte donné dans les Acta Sanctorum, 1er février, p. 14.

32On en trouve une version dans un recueil composite de vies de saints et d’exempla en latin du début du XIVe siècle31. Ubertin de Casale, chef des Spirituels italiens (1259-vers 1330) dans son Arbor Vitae Crucifixi Jesu (Liv.2, c.2) décrit le martyre, et le miracle final en invitant les fidèles à imiter la démarche spirituelles de saint Ignace32.

  • 33 J.Th. Welter, Le Spéculum Laïcorum, Paris, 1914 : exempla no 29 et 421a. – C. Ribaucourt, L’Alphab (...)

33Les recueils d’exempla ont répercuté cette légende par le biais du Miroir des laïcs (Spéculum Laïcorum) composé en Angleterre entre 1279 et 1292, de l’Alphabet des récits (Alphabetum narrationum) d’Arnold de Liège (début du XIVe siècle) et du Miroir des exemples (Spéculum exemplorum) édité à Deventer en 148133. Le Ci-Nous-Dit (ex.no 465) en donne une version intéressante : ce n’est pas le nom de Jésus-Christ qui s’inscrit dans le coeur du saint, mais l’expression « Loué soit Jésus Christ ».

34Le Sanctuarium seu Vitae Sanctorum de Mombritius (1424-1482 ou 1500) réserve un chapitre à saint Ignace, dont le martyre offre les mêmes caractéristiques que dans le sermon de Guillaume de Savoie. Le Moyen Âge connut également deux autres légendes de cœur inscrit, qui eurent, semble-t-il, un succès plus local et plus tardif que celle de saint Ignace.

Autres légendes de cœur inscrit au Moyen Âge

  • 34 Etienne de Bourbon, éd. Lecoy de la Marche, Paris, 1887, no 102.
  • 35 La vérification des renvois au Catalogue of Romances proposés par F.C. Tubach fait apparaitre des (...)
  • 36 J. A. Herbert, Catalogue of Romances, p. 631, no 62 : Ms British Mus. Add. 33956 (XIVe s.) en lati (...)

35La première est ainsi résumée par F. C. Tubach (no 2497) : un pèlerin chevalier meurt au mont des Oliviers et un ange emporte son âme au paradis. Ses amis retrouvent son cœur sanglant coupé en morceaux avec l’inscription : « Jésus est amor meus » en lettres d’or. Nous connaissons bien la première partie de cet exemplum largement diffusée : un pèlerin chevalier décide de suivre les pas du Christ, arrivé au Mont des Oliviers il demande au Christ de le rappeler à lui34. En revanche, la seconde partie citée plus haut apparaît telle quelle dans un manuscrit unique et tardif (XVIe siècle)35. Une autre version proche fait apparaître dans le cœur du pèlerin un crucifix d’or36.

  • 37 A. Vauchez, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge, Rome, Ecole Française de Ro (...)

36La seconde légende « concurrente » de celle de saint Ignace a pour protagoniste principal une femme : sainte Claire de Montefalco morte en 1308, mais canonisée seulement en 188137 ! Les religieuses de sa communauté découvrirent dans son cœur les instruments de la Passion du Christ. Ubertin de Casale, que nous avons déjà évoqué, participa en 1309 à la reconnaissance officielle de ces instruments en compagnie du cardinal Jacques Colonna et Napoléon Orsoni, et fut à cette occasion miraculeusement guéri d’une hernie. Cependant, le frère mineur, qui avait été le confesseur de la sainte, dénonça cette découverte comme une imposture. Malgré l’échec du procès de canonisation, le culte de « sainte » Claire de Montefalco se répandit rapidement, principalement en Ombrie.

37Nous n’avons retrouvé cette légende hagiographique que dans un recueil d’exempla : le Ci-nous-Dit (exemplum no 577) qui ne cite pas le nom de la sainte, mais évoque une cordelière de Lombardie.

38Les différentes légendes de cœur inscrit ont pu s’influencer les unes les autres, mais elles ne continuent pas moins d’être répercutées dans divers types d’ouvrage, et de constituer chacune une série avec ses propres modalités d’évolution et de diffusion. L’inscription miraculeuse dans le cœur saint, qu’il s’agisse d’un signe (la croix), de mots (le nom de Jésus-Christ, les paroles d’une prière) ou d’un objet (les instruments de la Passion) est chargée de symboles. Elle renvoie à des sensibilités religieuses différentes. On sait par exemple que les Chartreux restèrent plus longtemps et plus fortement attachés au symbole de la croix et qu’ils furent parmi les derniers à adopter la vénération envers le nom de Jésus-Christ. Tandis que la dévotion aux instruments de la Passion est caractéristique de la piété de la fin du Moyen Âge.

  • 38 I. Noyé, art. Jésus (Nom de), dans Dictionnaire de Spiritualité, t. 8, 1974, col. 1110-1126 ; tout (...)

39Parmi ces diverses expressions de la sainteté au travers du cœur, les Dominicains ont manifestement choisi de privilégier la légende ignatienne. Les principaux relais de sa diffusion sont des ouvrages dus à des Dominicains : Vincent de Beauvais, Guillaume de Savoie, Jacques de Voragine…Ce miracle particulier était un support narratif et dogmatique de taille dans leur prédication en faveur du culte du nom de Jésus-Christ, qui se mit en place au cours de la seconde moitié du XIIIe siècle.38

Légende hagiographique et innovation liturgique

40Les antécédents de cette vénération particulière pour le nom du Christ apparaissent dans les Evangiles, où le Nom de Jésus-Christ est considéré comme synonyme de sa personne même. Ainsi les apôtres se réjouissent-ils de « subir des outrages pour le Nom » (Actes 5-41). Selon Jean 3,7 c’est pour le Nom que les prédicateurs se sont mis en route.

  • 39 Saint Bernard, Sermon pour la fête de la circoncision.
  • 40 A. Wilmart, Le Jubilus dit de saint Bernard, Paris, 1944.

41Jusqu’au XIe siècle les Pères, puis les théologiens insistèrent sur la signification et le pouvoir du nom de Jésus-Christ. Puis, du XIe au XIIIe siècle des louanges au Nom de Jésus-Christ se firent jour dans les cloîtres, avec notamment celles de saint Anselme (Méditation pour exciter à la crainte), qui influença saint Bernard. Ce dernier célébra dans un des ses sermons « la valeur divine du nom au dessus de tout nom » (Phil. 2,9)39. On attribua longtemps à saint Bernard le Jubilus de nomine Jesu, apparu en Angleterre dans le milieu cistercien à la fin du XIIe siècle40.

  • 41 Barthélemy de Trente affirme : « Eo tempore dominus Guillelmus Sabinensis episcopus, nomen illud, (...)
  • 42 2e Concile de Lyon, Constitution Decet domum Dei sanctitudo publiée le 1er novembre 1274 ; Mansi, (...)

42Mais ce sont les Ordres Mendiants, en collaboration étroite avec la papauté, qui diffusèrent cette dévotion auprès des laïcs. Déjà la tradition franciscaine notait la dévotion fervente de saint François († 1226) et de saint Antoine de Padoue († 1231) pour le nom de Jésus-Christ. Les Dominicains ne furent pas en reste : le bienheureux Isnard de Pavie († 1244), saint Pierre martyr († 1252), Jean de Vicence († 1256) et Gilles de Vaozela († 1265) se signalèrent par leur dévotion particulière pour le nom de Jésus-Christ. Le légat du pape Guillaume de Savoie, appelé « Laudator nominis Jesu Christi » concentra sur ce thème nombre des sermons qu’il prononça en Angleterre, en Italie et en France41. Le légat pontifical, Oton de Montferrat († 1251) octroya 10 jours d’indulgence à qui inclinerait dévotement la tête au moment où dans la préface de la messe de beata on nomme Jésus-Christ. Le second Concile de Lyon (1274) ordonna que chacun pendant la messe, à chaque mention de ce nom glorieux, fléchisse les genoux de son cœur [Phil. 2,10] et l’atteste au moins en inclinant la tête42. Le pape chargea les Ordres Mendiants de l’exécution de cette constitution. C’est dans ce contexte que Guibert de Tournai († 1284) écrivit un Traité du très saint Nom de Jésus-Christ. En 1278, le chapitre général des Dominicains adopta cette constitution. En revanche, les Chartreux estimèrent que cette décision conciliaire ne les contraignait pas. Elle ne fut adoptée qu’en 1368 par cet ordre et en 1371 par les Augustins.

  • 43 Henri Suso, Œuvres complètes, prés, par J. Ancelet-Hustache, Paris, 1977, p. 162-163.
  • 44 D. Arasse, « Fervebat pietate populus. Art, dévotion et sainteté autour de la glorification de sai (...)

43Malgré ces réticences, le XIVe siècle fut celui de la diffusion et de l’épanouissement de ce culte. Les prédicateurs tels que François de Meyronnes († 1327), Ubertin de Casale († 1330), Jean Colombini († 1367) et saint Vincent Ferrier († 1419) firent connaître aux fidèles les bienfaits de cette dévotion. Tandis que des auteurs mystiques tels que Richard Rolle († 1349) et Henri Suso († 1366) en célébraient les joies et les mystères. Henri Suso raconte comment il grava physiquement sur sa poitrine et spirituellement dans son cœur l’aimable nom de Jésus-Christ43. Au cours du XVe siècle, Bernardin de Sienne († 1444) se proclama l’Apôtre du Nom de Jésus-Christ et accompagna ses prêches enflammés de tablettes imagées dont la plus célèbre représentait le trigramme YHS (Yesus Hominum Salvator) dans un soleil à douze rayons. Il fut accusé à partir de 1424 de provoquer un culte « idolâtre » envers ce trigramme, mais fut défendu par le pape Martin V44.

44L’inscription en lettres d’or du nom de Jésus-Christ dans le cœur d’un saint fut largement utilisée dans cet effort de promotion à grande échelle du culte du nom du Sauveur. Ce miracle était présenté comme preuve et comme exemple grâce à un réseau de conceptions tant théologiques que médicales et anthropologiques concernant le cœur, conceptions partagées par les fidèles et les prédicateurs. Bornons nous à rappeler que le cœur est le centre vital de l’être, siège de l’intelligence, de la mémoire et des passions, une sorte de microcosme de l’être. A ce titre, il peut devenir le lieu privilégié de manifestations de la grâce divine et d’expression corporelle d’un bouleversement d’ordre spirituel.

45Toute une littérature amoureuse du cœur d’amour épris évoque cette inscription du visage bien aimé dans le cœur de l’amant. La proximité avec la légende ignatienne est troublante, cependant cette dernière se démarque par l’introduction de l’abstraction : ce n’est jamais le visage du Christ qui est reproduit dans le cœur sanctifié, mais un symbole du Christ.

***

  • 45 Jean Claude Schmitt, La raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 1990.
  • 46 Sur la réception : voir Tracts on the Mass, ed. J.W. Legg, London, 1904, p. 139, 141 et 238.

46Si les Actes de la vie de saint Ignace insistaient sur le martyre en tant qu’imitation et communion à la Passion du Christ, la légende tardive du cœur inscrit accompagna la promotion d’un culte attaché à une entité de prime abord bien abstraite : le nom de Jésus-Christ. La dimension charnelle du miracle du cœur inscrit, sorte de stigmate invisible révélé après la mort, a permis de diffuser cette dévotion à deux niveaux. Elle a participé à une stratégie cléricale destinée à ancrer la croyance dans la puissance divine de ce nom et à vulgariser un geste liturgique précis : l’inclination de la tête au moment où le prêtre prononce le nom sacré. Ainsi, grâce au cœur miraculé et miraculeux de saint Ignace, les prédicateurs ont tenté de contrôler deux composantes fondamentales de la vie religieuse : la croyance et le geste45. Les résultats auprès des laïcs se firent attendre. Passé l’enthousisasme déclenché par des prêches enflammés, ce geste d’inclination de la tête eut du mal à entrer dans les mœurs des fidèles. En effet, les synodes ne reprennent que tardivement le décret conciliaire (Avignon 1326, Béziers 1251) et il faut attendre l’extrême fin du XVe siècle pour en trouver trace dans les missels46.

Notes

1 Texte paru dans « Le cuer au Moyen Âge (réalité et senefiance) », dans Seneflance, 30 (1991), p. 299-312 repris avec l’aimable autorisation du président du CUERMA, Université d’Aix en Provence.

2 Je donne ici une « version moyenne » de la légende qui a connu des variantes que nous examinerons par la suite.

3 F. C. Tubach, Index exemplorum, FFC Communications, 204, 1979 ; no 415 qui renvoie au Ms. du British Mus. Add.18364, du XIVe s. Ce récit se trouve également dans les ASS 28 aug. p. 380, dans la Scala coeli de Jean Gobi (éd. M.A. Polo de Beaulieu, Paris, CNRS, 1991), ex. no 524 (rubrique Fides), et dans le Ci nous Dit (éd. Blangez, Paris, SATF, 1979-86).

4 A. Cabassut, art. Cœurs (échange des), Dict. de Spiritualité, t. 2, 1953, col. 1046-1051.

5 Thomas de Cantimpré, Vita sancti Lutgardis, ASSS, t. 4, 4 Juin, p. 193.

6 Ce détail des anneaux rappelle la littérature romanesque dans laquelle l’échange des cœurs est symbolisé par celui des anneaux. Ici l’échange prend une dimension mystique confirmée par le chiffre sacré sept.

7 Recension du Dr. Imbert-Gourbeyre, citée dans l’article du Dictionnaire de Spiritualité (cf n.4).

8 ASSS, t. 4, Juin, p. 193, cité dans le Dictionnaire de Spiritualité (cf. n. 4), col. 1048.

9 Pour R. Joly, Le dossier d’Ignace d’Antioche, Bruxelles, 1979, ces lettres sont des apocryphes composés vers 165 à Smyrne ; P.Th. Camelot, art. Ignace d’Antioche, Dictionnaire de Spiritualité, t. 7, 2e partie, Paris, 1971, col. 1250-1266 ; A.A.S.S, 9 février, p. 14-33. Bibliographie de base dans Bibliographica hagiographica Latina, Subsidia hagiographica, no 6, 1898-1899, réimp. 1949, Bruxelles, Société des Bollandistes, 1.I, p. 631-632.

10 S. Irénée, Adversus haereses V, 28,4. Sources chrétiennes, 153, 1969, p. 360.

11 Origène, In Lucam, hom. 6,4, Sources chrétiennes, 87, 1962, p. 144.

12 Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, éd. Mommsen, GCS, 2, 1903, p. 274-281.

13 Ces actes sont conservés dans deux recensions : le Martyrium Colbertinum et le Martyrium Vaticanum, voir A. Bolhuis, Die Acta Romana des Martyriums des Ignace Antioch., dans Vigilae christianae, t.7, 1953, p. 143-153.

14 Auteurs cités dans l’article Ignace d’Antioche du Dictionnaire de Spiritualité.(cf. n.9)

15 Cette lettre est citée par saint Bernard, on la retrouve aussi dans des recueils d’exempla comme la Compilacio singularis exemplorum inédite ms, Upsal, Bibl. Univ. C523, f° 3 r°-v°, qui ajoute la réponse de la Vierge et une lettre à saint Jean.

16 A. Vauchez (s.d.), Histoire des saints et de la sainteté chrétienne, t. I, p. 178.

17 Je maintiens la date de 1245 pour le Speculum Historiale malgré la proposition de M. M. Dufeil de le dater de 1255, en m’appuyant sur les travaux de M. Paulmier-Foucard, dans « Nouvelles recherches sur la genèse du Spéculum Majus de Vincent de Beauvais », dans Spicae, 1, 1978, p. 91-122.

18 Flodoard, De triumphis Christi Antiochae, dans Pat. Lat. 135, col. 551-554. – Jean de Mailly, Abrégé des gestes et miracles des saints, trad. J. Dondaine, Paris, 1947 (d’après le manuscrit de Berne, 1243)-Un légendier français du XIIIe siècle omet aussi cet épisode : B.N. fr. 23112, f° 92v-96v.

19 Un seul manuscrit contient plus de 7 lettres, c’est un faux du IVe siècle qui en propose 16 ; voir le Dictionnaire de Spiritualité, art. Ignace d’Antioche, col. 1251.

20 Le Motif Index de S. Thompson arrête là son résumé pour le motif V86.2 qui donne pêlemêle des renvois à cette légende anonyme et à celle de saint Ignace, indexée par F. C. Tubach dans son Index exemplorum sous le no 1338.

21 Brian Mac Guire, « The Cistercians and the Rise of the Exemplum in early 13th France. Revaluation of Paris BN Lat. 15912 », dans Classica and Mediaevalia, 34,1983, p. 211-267. Edition en cours par le séminaire de recherche sur l’exemplum (EHESS, Paris) sous la direction de J. Berlioz.
Le Spéculum Historiale, Liv. 12, cap. 104-105 donne une version plus développée mais comportant des détails communs avec celle de Beaupré.

22 G.Blangez, Le Ci-Nous-Dit, recueil d’exemples moraux, Paris, SATF, 1979 et 1986, 2 vol. : exemplum no 288. – Jehan Mansel, Exemples moraux (inédit) British Mus. Royal 15 D V, f° 331a. – Magnum Spéculum exemplorum, éd. par J. Major, Douai, 1605, rubrique Baptismus.

23 J.A.Herbert, Catalogue of Romances in the Department of Manuscripts of the British Muséum, p. 462, no 92 ; p. 537, no 11 ; p. 77, no 194 et p. 416, no 10. – Liber exemplorum secundum ordinem alphabeti (éd. A.G. Little) composé par un franciscain anglais vers 1275 ; la Tabula exemplorum (éd. J.Th. Welter) no 41, composée vers 1277 démarquée du traité d’Etienne de Bourbon ; références partiellement fournies par l’Index exemplorum de F.C. Tubach, no 1338.

24 M. A. Polo de Beaulieu, Edition de la Scala coeli de Jean Gobi, Paris, éd. du CNRS, 1991.

25 A. Vauchez, « Le saint » dans L’Homme médiéval, recueil d’articles sous la direction de J. Le Goff, Paris, 1989, p. 345-376.

26 Exempla extraits des sermons de G. de Savoie et conservés dans un recueil anonyme composé entre 1253 et 1292, British Muséum, Royal 7 D I (f° 87), éd. partielle par S.L. Forte « A Cambridge Dominican Collection of exempla », dans Archivum Fratr. Pred., 1958, p. 115-148, exemplum no 96, texte p. 128.

27 La seconde histoire est celle de saint Paul dont la tête décapitée prononçait encore le nom de Jésus.

28 P. Brown, Le culte des saints. Son essor et sa fonction dans la chrétienté latine, Paris, 1984.

29 A. Boureau, La Légende Dorée. Le système narratif de Jacques de Voragine († 1298), Paris, Fayard, 1984, p. 11.

30 Jacques de Voragine, Legenda Aurea, éd. Graesse (1890), chap. 36 ; trad.française par J.B. Roze, Paris, 1967, coll. Garnier, I, p. 187.

31 Brit. Mus. Royal 12.E.I, f° 161 : Référence fournie par F.C. Tubach no 2498 par l’intermédiaire du Catalogue of Romances de J.A. Herbert, p. 539, no 24.

32 Texte donné dans les Acta Sanctorum, 1er février, p. 14.

33 J.Th. Welter, Le Spéculum Laïcorum, Paris, 1914 : exempla no 29 et 421a. – C. Ribaucourt, L’Alphabetum narrationum, éd. en cours, exemplum no 574. – Spéculum exemplorum, ed. Deventer, 1481, Dist. 8,93 ; Rubrique Nomen repris dans la version augmentée : le Magnum Spéculum exemplorum, rubrique Nomen J C, qui cite le Speculum Historiale de Vincent de Beauvais comme source.

34 Etienne de Bourbon, éd. Lecoy de la Marche, Paris, 1887, no 102.

35 La vérification des renvois au Catalogue of Romances proposés par F.C. Tubach fait apparaitre des irrégularités dans le relevé : le manuscrit du XVIe siècle est signalé par J.A. Herbert, p. 709, no 8 de son catalogue qui décrit le manuscrit Harley 2391. Les autres références proposées renvoient uniquement à la première partie de l’exemplum : Herbert, p. 58, no 1 (Arund. 231) ; p. 484, no 68 (Royal 7.D.I.) ; p. 669, no 289 (Add. 27336).

36 J. A. Herbert, Catalogue of Romances, p. 631, no 62 : Ms British Mus. Add. 33956 (XIVe s.) en latin (f° 41). Ce thème est proche de l’exemplum de la Scala coeli (no 391).

37 A. Vauchez, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge, Rome, Ecole Française de Rome, 1981, p. 5, 75, 77, 87, 89, 90, 95, 111, 154-156, 298. Il renvoie à son procès de canonisation : P.C. Claire de Montefalcone, ASV, RITI, Proc. 2929, f° 877 v°-881.

38 I. Noyé, art. Jésus (Nom de), dans Dictionnaire de Spiritualité, t. 8, 1974, col. 1110-1126 ; tout le développement suivant est inspiré de ce riche article.

39 Saint Bernard, Sermon pour la fête de la circoncision.

40 A. Wilmart, Le Jubilus dit de saint Bernard, Paris, 1944.

41 Barthélemy de Trente affirme : « Eo tempore dominus Guillelmus Sabinensis episcopus, nomen illud, sicut et nunc solet, super omnia magnificandum docebat » dans Liber epilogorum, Analecta franciscana, t. 10, Quaracchi, 1926, p. 542. Ce surnom lui fut donné dans son épitaphe.

42 2e Concile de Lyon, Constitution Decet domum Dei sanctitudo publiée le 1er novembre 1274 ; Mansi, t. 24, col. 98, n. 25. Fr. Rapp, « Le concile et la piété » dans 1274 année charnière. Mutations et continuités, Colloque International du CNRS no 558, Paris, 1976, p. 561-571.

43 Henri Suso, Œuvres complètes, prés, par J. Ancelet-Hustache, Paris, 1977, p. 162-163.

44 D. Arasse, « Fervebat pietate populus. Art, dévotion et sainteté autour de la glorification de saint Bernardin de Sienne », dans MEFRM, t. 89, 1977-1, p. 189-263.

45 Jean Claude Schmitt, La raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 1990.

46 Sur la réception : voir Tracts on the Mass, ed. J.W. Legg, London, 1904, p. 139, 141 et 238.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search