Version classiqueVersion mobile

Éducation, prédication et cultures au Moyen Âge

 | 
Marie-Anne Polo de Beaulieu

Encadrement des attitudes religieuses

Modèles et contre-modèles du pèlerin dans la littérature exemplaire du Moyen Age1

Texte intégral

  • 1 Communication présentée au colloque L’image du pèlerin au Moyen Âge et à l’époque moderne, actes p (...)

1« L’image du pèlerin au Moyen Âge et à l’époque moderne », le titre du congrès est en soi un programme. L’on connaît, notamment par les travaux du professeur Pierre André Sigal, les règles de vie du pèlerinage, les itinéraires de la quête du miracle, mais la notion d’image renvoie à une réalité autre : comment étaient perçus les pèlerins dans la société médiévale ? Quelle image se faisait-on de ce groupe d’errants sacrés, fascinants et inquiétants à la fois ?

2Nos informations viennent uniquement de sources écrites, ce qui représente un filtre considérable dans la société médiévale. L’abondance de la littérature concernant les pèlerins pose une seconde série de questions : D’où émanent ces textes ? Dans quel but écrit-on sur le pèlerin ? Quelles images du pèlerin diffusent toutes ces voix ? Sont-elles concordantes ou discordantes ? Bref, nous aurons à nous interroger non seulement sur le contenu de ces images, mais également sur leur fonction. Le titre de ma communication souligne d’emblée que ces images sont destinées à modeler des comportements, à désigner du doigt, suivant une logique toute manichéenne, les modèles positifs à suivre et les contremodèles à fuir.

  • 2 Le traité d’Etienne de Bourbon appelé Livre des Sept Dons du Saint-Esprit par Jean Gobi, s’intitul (...)
  • 3 Colette Ribaucourt prépare l’édition de l’Alphabetum narrationum. à paraître dans le Corpus christ (...)
  • 4 M. A. Polo de Beaulieu, La Scala coeli de Jean Gobi, Paris, ed. du CNRS, coll. Sources d’Histoire (...)
  • 5 La Tabula exemplorum, le Spéculum Laïcorum, le manuscrit 35 de la Bibliothèque municipale d’Auxerr (...)

3Cette logique binaire est celle de l’exemplum ou anecdote exemplaire destinée à illustrer un sermon. A partir du XIIIe siècle nous assistons à l’essor d’un genre nouveau : le recueil d’exempla destiné à appuyer l’intense effort de prédication des Ordres Mendiants. Ces ouvrages présentent une gamme variée d’ouvrages, des plus savants, comme le traité d’Etienne de Bourbon qui suit les Sept Dons du Saint-Esprit2, au plus frustre qui se limite à une collection d’historiettes. Entre ces deux extrêmes se situent deux recueils que nous étudierons particulièrement : l’Alphabet des récits (Alphabetum narrationum) d’Arnold de Liège3 et l’Echelle du ciel (Scala coeli) de Jean Gobi4. Si les quelques trois mille exempla sélectionnés par Etienne de Bourbon sont enchâssés dans une structure savante faite de citations, de raisonnements et de commentaires, les exempla dans les deux autres recueils sont simplement regroupés sous des rubriques elles-mêmes classées dans l’ordre alphabétique. Les compilations d’Arnold de Liège (composée en 1297-1308) et de Jean Gobi (composée en 1327-1330) regroupent entre 800 pour la première et 1000 exempla pour la seconde. Parmi les recueils ayant adopté l’ordre alphabétique ce sont les deux seuls recueils à posséder la rubrique Pèlerinage5.

  • 6 Rosa Maria Dessi, dans sa récente thèse à paraître montre l’importance des lectures pieuses dans l (...)

4Nous polariserons notre attention sur l’Echelle du ciel, ouvrage plus maniable que le volumineux traité d’Etienne de Bourbon, fort répandu dans toute l’Europe médiévale et moderne par une quarantaine de manuscrits et quatre éditions incunables. Grâce à un index exhaustif du vocabulaire de l’Echelle du Ciel nous n’avons pas limité notre étude à la rubrique Pèlerinage, mais nous avons également pris en compte toutes les occurrences des mots pèlerinage (peregrinacio) et pèlerin (peregrinus). Si les prédicateurs pressés ne se reportaient qu’à la rubrique, l’on peut penser que les images du pèlerin dispersées dans tout le recueil n’ont pourtant pas échappé à l’attention d’un lecteur faisant une lecture continue de l’ouvrage, ce qui semble avoir été une nouvelle fonction des recueils d’exempla à la fin du Moyen Âge dans le cadre des confréries6, des ordres religieux ou chez des laïcs lettrés.

5A partir de ce corpus nous étudierons successivement la rubrique de l’Echelle du Ciel, les modèles positifs et les modèles négatifs qui se dégagent, pour conclure sur leur usage dans ces outils destinés à transmettre la foi au plus grand nombre.

La rubrique « Pèlerinage » dans l’Echelle du Ciel

6Notons d’emblée que la rubrique de l’Echelle du Ciel sur le pèlerinage se distingue des autres par sa complexité. En général, les rubriques de ce recueil sont simplement structurées par une série de leçons destinées à illustrer chaque aspect de la notion mise en vedette. Ces leçons sont données à la suite, numérotées et exprimées par des phrases courtes ayant une fonction mnémotechnique évidente. Or la rubrique sur le pèlerinage se divise en trois sous-rubriques ayant chacune leur numérotation propre. La première partie concerne les conditions du pèlerinage, la seconde les bienfaits du pèlerinage et la troisième la croisade appelée pèlerinage outre-mer. Ce qui donne le schéma d’ensemble suivant :

I- Les conditions du pèlerinage
Première leçon générale : Le pèlerinage doit présenter les conditions suivantes afin que les œuvres de dévotion nous soient profitables.
Premièrement il doit être sobre.
Exemplum no 842 : châtiment de pèlerins désobéissants à cette règle.
Deuxièmement il doit être accompli fidèlement.
Exemplum no 843 : conseils de l’abbé Lucius sur le pèlerinage.
Exemplum no 844 : le pèlerinage des trente Lorrains.
Troisièmement il doit être accompli humblement.
Exemplum no 845 : la matrone qui accueille les pèlerins.

  • 7 Le manuscrit de Liège (Bib. Univ. 348) ajoute l’exemplum no 848A du pèlerin capturé par les Sarras (...)
  • 8 Le manuscrit de Liège ajoute ici l’exemplum no 850A : du pèlerin qui voit sa place en paradis.

II- Les bienfaits du pèlerinage.
Leçon générale : Le pèlerinage accompli dans ces conditions apporte beaucoup de bienfaits.
Premièrement il nourrit.
Exemplum no 846 : le pain de saint Jacques.
Exemplum no 847 : la rosée d’Antioche.
Deuxièmement il libère de la mort.7
Exemplum no 848 : l’enfant sauvé au sanctuaire de saint Clément.
Troisièmement il met en fuite les démons.
Exemplum no 849 : le pèlerin qui se suicide.
Exemplum no 850 : le pèlerin ramené chez lui par un diable.
Quatrièmement il sauve.8
Exemplum no 851 : jugement post-mortem de deux frères dont l’un était pèlerin.

  • 9 Nous laisserons de côté cette troisième partie qui sort explicitement de notre propos.

III- Le pèlerinage outre-mer (la croisade)9
Longue introduction pour prouver par des raisonnements complexes (différents du style habituel de Jean Gobi) que ce pèlerinage est un engagement grave mais conforme à la nature de l’homme.
Exemplum no 852 : Le Christ apparaît pour demander la croisade.
Deuxièmement nous devons nous engager à cause des bienfaits à venir.
Exemplum no 853 : Deux anges demandent à l’évêque du Puy de prêcher la croisade.
Troisièmement nous devons nous engager à cause de la récompense (céleste).
Exemplum no 854 : Vision de la maison céleste réservée à un croisé.

7La comparaison entre cette rubrique et le développement (titulus) réservé au même sujet par Etienne de Bourbon montre l’importance des emprunts de Jean Gobi à son illustre prédécesseur. Notre auteur a repris de façon condensée la structure, il a transformé en trois parties ce qui était exposé en quatre parties par Etienne de Bourbon. Il a conservé le vocabulaire des leçons (les adjectifs : sobre, fidèle, les verbes : nourrit, éloigne les dangers de la mort, met en fuite les démons, sauve). De plus, Jean Gobi a repris des récits en les écourtant, enlevant nombre de détails, pour ne garder que le canevas de l’histoire. Les exempla no 842, 845, 846, 847, 848 sont vraisemblablement tirés du traité d’Etienne de Bourbon.

8A partir de la lecture de cette rubrique nous pouvons dégager les modèles et contre-modèles du pèlerin qui sont proposés. Il est intéressant de noter que le statut même de pèlerin semble augmenter les contrastes. En effet, ce statut périlleux jette le fidèle sur des routes dangereuses, hors des cadres sociaux et religieux coutumiers, dans une situation de marge propice aux rencontres toujours redoutables avec l’au-delà, où il trouve des ennemis (le diable et ses suppôts) ou des auxiliaires. Pour le diable le pèlerin est une proie de choix, mais pour le ciel c’est un fidèle exceptionnel, qui mérite des interventions tout aussi exceptionnelles.

Le pèlerin exemplaire et ses auxiliaires

9Jean Gobi présente globalement plus de pèlerins modèles (ce qui est une marque de respect envers ces fidèles hors du commun) que de mauvais pèlerins. Cependant, ces exempla positifs ne sont pas exempts des réserves suggérées entre les lignes.

10Les récits restent toujours discrets sur les motivations des pèlerins, qui ne jouent pas de rôle dans la dynamique de la narration. Nous découvrons celles-ci au détour d’une expression dans les leçons. La première leçon évoque les œuvres de dévotion sans qu’aucun superlatif ne vienne distinguer le pèlerinage des autres œuvres. Nous trouvons quelques précisions sur leur nature dans un exemplum (no 148, rubrique de la guerre) mettant en scène un combat allégorique entre quatre rois (les quatre vices) et six rois (œuvres de piété) : le jeûne, la dévotion, la discipline, le pèlerinage, l’aumône et le comportement honnête. Ils remportent le combat grâce aux armures de Dieu et du Saint-Esprit. Pour les laïcs, il s’agit donc d’une œuvre de piété destinée à acquérir une provision de mérites et de suffrages afin de raccourcir le passage quasi-obligatoire en purgatoire. Dans une sorte de leçon professée par l’héroïne du récit (exemplum no 845), la dimension pénitentielle du pèlerinage est également évoquée : « Dans le pèlerinage, l’homme imite Dieu et les saints. Il fait pénitence pour ses péchés et acquiert les suffrages des saints ».

11Dans la rubrique, un exemplum (no 843) évoque le problème du pèlerinage d’un moine. L’on sait que la hiérarchie religieuse était réticente à donner les autorisations nécessaires à ses membres. On retrouve cette réserve dans le récit lui-même, qui met en scène selon l’usage des Vies des Pères du Désert (Vitae Patrum) un novice ou un jeune moine demandant conseil à un abba ou un moine plus âgé et expérimenté. Ici l’abbé Longin annonce à l’abbé Lucius qu’il a trois projets : partir en pèlerinage, faire un jeûne de deux jours et mener une vie érémitique. Pour évoquer ces projets l’auteur emploie le terme de cogitatio, qui est habituellement traduit par pensée. Or dans l’Echelle du Ciel, la rubrique portant ce nom est explicitement consacrée aux mauvaises pensées inspirées par le diable. Cette dimension péjorative du terme reste présente dans l’exemplum où ce jeune moine fait preuve d’orgueil en définissant lui-même son programme de vie religieuse, ce qui explique la réaction de l’abbé qui rappelle la primauté de la vie intérieure (se corriger soi-même) sur les œuvres extérieures de piété. En ce qui concerne le pèlerinage, la règle qu’il propose est le silence, de manière à conserver dans le siècle un des trois vœux de la vie religieuse et à recréer autour de ce pèlerin l’isolement monastique.

  • 10 Il est à noter que ce paragraphe qui appartient au commentaire chez Etienne de Bourbon est placé d (...)

12Pour ce qui est des laïcs, des règles strictes sont également évoquées au fil des récits. L’exemplum no 844 rappelle le serment d’entraide que se firent trente Lorrains avant de partir en direction de Saint-Jacques de Compostelle : ne pas s’abandonner ni se séparer. Les règles du pèlerinage sont précisées par une femme qui accueille les pèlerins avec charité (exemplum no 845) : « Par le pèlerinage l’homme (…) vainc trois ennemis : le monde en dépensant ses biens terrestres, la chair en s’exposant aux souffrances, le démon en se tournant vers les biens du ciel. »10 Cette pieuse femme insiste donc sur la pauvreté et la marginalité volontaires du pèlerin, ce qui le rapproche de l’idéal des Ordres Mendiants. La compensation à cette séparation du monde est la rencontre privilégiée avec des êtres du Panthéon chrétien : les saints, la Vierge, le Christ ou même le diable (obligé dans un cas de porter secours à un pèlerin).

13Certains saints ne se montrent pas mais envoient leur aide miraculeuse. C’est le cas de saint Clément qui sauve de la noyade un petit enfant oublié par sa mère dans son sanctuaire. L’on sait qu’en 860, lors d’une mission diplomatique chez les Khazars, Cyrille découvrit les reliques de saint Clément sur une petite île de la Mer Noire. Selon la légende rédigée au IVe ou au Ve siècle, saint Clément, troisième successeur de Pierre à Rome, fut martyrisé à Kherson. D’après une tradition locale, il aurait été enseveli sur une petite île au large, où plus tard on érigea une église. Cette église tomba en ruine et l’endroit était souvent submergé par la mer. Cyrille découvrit ces reliques et les fit transférer solennellement à Constantinople. Cependant, notre recueil place dans ce sanctuaire marin le miracle de l’enfant, oublié par sa mère et miraculeusement sauvé des eaux, récit placé à la suite de la leçon « le pèlerinage sauve de la mort. »

14En revanche, saint Jacques apparaît fréquemment aux pèlerins, parfois sous l’apparence même d’une pèlerin. Il est de loin le saint le plus cité dans ces trois recueils d’exempla, et l’on sait le rôle des Dominicains (ordre auquel appartiennent ces trois auteurs) dans la promotion de son culte. Les récits sont en général attribués au pseudo-Callixte et certainement tirés de la compilation qu’en a fait Vincent de Beauvais (un autre Dominicain) dans son encyclopédie le Miroir historial (Spéculum Historiale, milieu du XIIIe siècle).

15Dans l’exemplum des trente Lorrains (no 844), saint Jacques apparaît sous les traits d’une pèlerin à celui qui a été le seul à respecter le serment d’entraide et à soutenir un des leurs mourant. Saint Jacques le prend sur son cheval avec le mort et les emporte tous les deux à destination. Une fois le pèlerin mort dûment enterré, son compagnon rejoint les autres et comprend que ce pèlerin mystérieux était saint Jacques.

  • 11 P. A. Sigal, L’homme et le miracle dans la France médiévale (XIe-XIIe siècles), Paris, Cerf, 1985, (...)

16Ce saint peut directement se faire reconnaître dans un contexte légèrement différent : il apparaît en songe à un pèlerin affamé et lui laisse un pain blanc qui le nourrit durant dix jours, le temps de revenir chez lui (exemplum no 846). Cette image du saint dans le sommeil fait penser aux rites d’incubation, qui depuis l’antiquité s’étaient poursuivis dans le cadre des pèlerinages11.

  • 12 Voir Echelle du Ciel, exemplum no 643, rubrique de la Vierge. Le même miracle est rapporté pour de (...)

17La Vierge elle-même vient en aide aux pèlerins, comme ceux qui furent pris dans la tempête et dont le bateau fit naufrage12.

  • 13 Exemplum no 638 de l’Alphabetum narrationum, Scala coeli, no°850A.
  • 14 Exemplum no 637 de YAlphabetum narrationum, Scala coeli no 851.

18Cette proximité entre le pèlerin et le surnaturel s’exprime également par des visions, qui indiquent au pèlerin son salut prochain. Ainsi un pèlerin en péril de mer voit-il la place qui l’attend dans le ciel, il affronte la mort le sourire aux lèvres grâce à la vision de cette couronne du pèlerinage13. Un autre exemplum14 compare le jugement post-mortem de deux frères, dont l’un a choisi la rude vie de pèlerin, tandis que l’autre a préféré la tranquillité. A la mort du premier, des anges viennent emporter son âme et Dieu après un court délai l’accueille en paradis. En revanche, le second n’est pas accueilli comme le premier. L’explication est ainsi donnée : le pèlerin avait renoncé à toute consolation terrestre et il en a reçu une céleste, tandis que le second avait choisi les consolations sur terre se privant de celles du ciel.

19Tout au long de son recueil et à deux reprises dans la rubrique Pèlerinage, Jean Gobi insiste sur une œuvre de piété qui vaut presque autant que le pèlerinage lui-même : l’accueil des pèlerins.

  • 15 Scala coeli, Exempla no 174, 180, 573, 800, 931.

20Les rubriques charité, chasteté, hospitalité, patience et satisfaction mettent en scène un pèlerin, un évêque, un père de famille, saint Macaire, des bergers recevant de façon exemplaire les pèlerins15 et gratifiés comme eux de miracles et de visions.

  • 16 D’après l’ouvrage de P. A. Sigal ce sont des pieuses femmes et des anciens miraculés qui aident le (...)
  • 17 Chez Etienne de Bourbon c’est saint Jean et saint Paul sous l’apparence de pèlerins qui lui font c (...)
  • 18 Exemplum no 636 de l’Alphabetum narrationum.

21Dans la rubrique même, Jean Gobi présente une femme (exemplum no 845) accueillant avec charité tous les pèlerins16, un jour deux d’entre eux lui disent après l’aumône qu’ils lui rendront dans l’au-delà les bienfaits qu’elle leur a donnés ici-bas17. L’on sait que les femmes mariées devaient avoir l’autorisation de leur époux pour entreprendre un pèlerinage. Les attaches sociales étaient certainement plus contraignantes pour les femmes et leur laissaient moins la liberté de partir en pèlerinage. Mais cet accueil des pèlerins, comme substitut du pèlerinage, n’est pas l’apanage des femmes, comme nous l’avons vu dans la liste au-dessus, et comme l’atteste l’exemplum d’un chevalier (no 850)18 qui, une nuit, enveloppa un pèlerin transi dans sa propre cape, refaisant des siècles après le geste de saint Martin, à cette différence que dans cet exemplum le pèlerin se sauve avec la cape. Ce pèlerin ingrat n’était autre que le diable, tentant de décourager la générosité de ce chevalier, qui accueillait tous les pèlerins. Or quelques années plus tard, ce chevalier partit à son tour en pèlerinage en Inde sur les pas de saint Thomas. Une nuit, le diable lui apparut avec sa cape et le ramena au matin chez lui en Saxe, pour empêcher son épouse de se remarier après ses quinze années d’absence. Le diable lui-même se trouve donc obligé de devenir l’auxiliaire d’un pèlerin doublement exemplaire.

22Il semble donc que le pèlerinage mette le fidèle dans une situation de contact privilégié avec le sacré, et que par une sorte de contagion du sacré, tous ceux qui aident les pèlerins bénéficient de ces miracles et visions. Ce voisinage du sacré rend plus terribles les châtiments du ciel lorsqu’ils s’abattent sur les mauvais pèlerins.

Les contre-modèles du pèlerin

23Ces contre-modèles sont moins nombreux et deux cas représentent des situations intermédiaires que nous verrons en premier lieu.

  • 19 Jean-Claude Schmitt, « Le suicide au Moyen Âge », dans Annales E.S.C., no 1, Janv.-Fév. 1976, p. 3 (...)

24Jean Gobi emprunte à Hugues de Saint-Victor l’histoire du pèlerin qui se suicide (exemplum no 849). L’on sait depuis les travaux de Jean-Claude Schmitt19 à quel point l’Eglise condamnait ce péché gravissime au Moyen Âge. Mais dans ce cas, la culpabilité du pèlerin est levée par la mise à jour de la ruse du diable, qui lui est apparu sous les traits de saint Jacques, pour lui vanter les mérites du pèlerinage, mais en même temps tellement l’effrayer sur les dangers de la vie présente, que le malheureux préfère en finir tout de suite et se suicide. Tout s’arrange dans l’au-delà grâce à l’entremise de saint Jacques, qui exige un procès en bonne et due forme, afin de sauver l’âme du malheureux jeune homme. Cet exemplum met en scène une ruse démoniaque, appelant la vigilance des fidèles sur les apparitions, qui peuvent toujours être des illusions diaboliques.

25Un autre pèlerin apparaît à mi-chemin entre le modèle positif et le modèle négatif (exemplum no 848A). Il a fait correctement le pèlerinage à saint Jacques, mais une fois sur place il se distingue des autres par une prière toute matérielle : il demande seulement à saint Jacques de le garder de la capture et de la prison. La prière des autres pèlerins n’est pas précisée, mais elle doit être plus spirituelle, car ils rentrent sans encombre ; tandis que ce mauvais pèlerin connaît bien des tribulations sur le chemin du retour. Il est capturé par les Sarrasins, vendu comme esclave et jeté en prison. C’est là, alors qu’il implore l’aide de saint Jacques, que celui-ci lui apparaît pour lui reprocher de ne pas avoir demandé le salut de son âme. Puis, il le libère et lui laisse une partie de ses chaînes comme talisman (contre les ennemis et les bêtes féroces) et comme preuve du miracle. Une autre histoire présente des pèlerins comme les hommes de peu de foi de l’Evangile (exemplum no 388, rubrique de la croix) : il n’osent s’embarquer craignant les tempêtes de l’Adriatique. Constantin fait alors une croix avec deux clous du Christ et aussitôt cette mer devient paisible.

26Ces images mitigées des pèlerins connaissent une bonne fin : leur conversion et leur salut, ce qui n’est pas toujours le cas des mauvais pèlerins.

  • 20 Dans l’ouvrage de P. A. Sigal un pèlerin parti de Flandre en direction de Saint-Fiacre-en-Brie est (...)

27Revenons à l’histoire des trente Lorrains partis à Saint-Jacques de Compostelle (exemplum no 844) : les vingt-huit pèlerins qui ont trahi leur serment d’entraide continuent tranquillement leur voyage, font leurs dévotions à saint Jacques et reviennent sans encombre vers leur patrie. Il ont laissé l’un des leurs mourant en chemin20 et aucun châtiment divin n’est venu s’abattre sur eux. C’est en retrouvant leur compagnon fidèle, qui les a rejoints par miracle, qu’ils prennent conscience de leur péché et font pénitence. Et c’est ainsi que le récit se clôt. On peut remarquer une certaine indulgence (dans cette version) de l’auteur, si l’on compare le destin de ces trente Lorrains à celui de pèlerins accusés d’avoir enfreint les règles du pèlerinage.

  • 21 P. A. Sigal signale les chants profanes des pèlerins souvent dénoncés (surtout les chants nocturne (...)
  • 22 Jean-Claude Schmitt, « Jeunes et danses des chevaux de bois. Le folklore méridional dans la littér (...)

28C’est dans le premier exemplum (no 842) de la rubrique que Jean Gobi présente ces mauvais pèlerins : il s’adonnent aux chansons21, aux propos oiseux et corrupteurs et « à tout ce qui est matière pour le feu de l’enfer ». Venus tôt un matin à la messe, ils sont victimes d’un châtiment aussi terrible que spectaculaire : au moment où le prêtre dit « Gloria in excelsis » survient un tremblement de terre accompagné d’un fracas épouvantable. Puis une colombe et la foudre entrent dans l’église, la première protégeant les bons pèlerins et le prêtre, la seconde châtiant chacun selon son degré de culpabilité. Certains sont tués, d’autres seulement blessés. Comment expliquer la rigueur d’un tel châtiment ? Si les trente Lorrains avaient enfreint une règle civile et interne du pèlerinage, ces pèlerins ont, par leurs comportements déréglés, déconsidéré l’ensemble d’un pèlerinage dans ses manifestations publiques de piété. La lecture du traité d’Etienne de Bourbon donne une clé supplémentaire pour comprendre cette colère divine. Le même exemplum y est placé juste après celui décrivant le châtiment tout aussi exemplaire des danseurs en cheval-jupon. Cette danse renvoie à un univers de croyances et de rituels que l’Eglise ne parvient pas à christianiser22 et préfère combattre en les ravalant au rang des superstitions. Etienne de Bourbon affirme avoir recueilli lui-même sur place les récits sur le cheval-jupon et sur le châtiment des mauvais pèlerins. Il ajoute que ceux-ci ont sévi à la même époque et dans le même diocèse (Elne). On peut dès lors conjecturer que la colère de l’inquisiteur s’abat sur un pèlerinage mal contrôlé par l’Eglise et assimilé, comme la danse du cheval-jupon, aux superstitions déclarées aussi détestables que les hérésies dans les prologues des recueils d’exempla.

29On trouve dans la rubrique consacrée à l’ébriété un pèlerin qui a vendu son vêtement de pèlerin afin d’avoir assez d’argent pour s’enivrer. Dans les vapeurs de l’alcool, il se voit conduit au purgatoire, où il assiste au châtiment d’un abbé (sans doute aussi coupable d’ébriété) sommé de boire un immense calice rempli de feu. Puis, le prince des démons l’appelle pour le châtier à son tour, mais son bon ange accepte de le ramener sur terre en échange de la promesse de s’amender. Encore une fois, l’indulgence divine rachète le pèlerin. Cette indulgence qui fit défaut à ceux qui pratiquaient une autre forme de pèlerinage.

***

  • 23 J. Sclafer, Jean Gobi l’Ancien, Miracles de sainte Marie Madeleine (éd. et trad.), Paris, CNRS édi (...)
  • 24 La papauté avait mis au point un système de commutation pour ceux qui ne pouvaient pas se rendre e (...)
  • 25 Le terme latin mundus doit être en fait traduit dans ce contexte par « attachement aux valeurs ter (...)

30En conclusion, il nous semble que Jean Gobi tout en offrant une rubrique savamment élaborée et illustrée de récits vivants, n’a guère innové. Il a repris à son compte le chapitre d’Etienne de Bourbon et l’insistance sur le culte de saint Jacques. Jean Gobi n’a pas investi de nouveaux récits dans cette rubrique, alors qu’il l’a fait pour la chasteté et la Passion du Christ par exemple. Il avait pourtant la possibilité de capter de nouveaux récits lorsqu’il écrivait son Echelle du Ciel à Saint-Maximin, devenu depuis 1295 grand pèlerinage de Marie Madeleine. Il avait sous les yeux ces foules de pèlerins, il avait dans sa bibliothèque l’ouvrage composé par son oncle (Jean Gobi l’Ancien) sur les miracles de Marie Madeleine23. Or il n’évoque jamais la maladie comme motivation de pèlerinage. Sa rubrique reste assez abstraite, elle brosse le tableau du pèlerin-modèle et met en garde contre les dangers des pèlerinages entachés de superstition et de prières trop matérielles. Elle ajoute une autre voie médiane plus accessible au fidèle moyen : l’aide et l’accueil des pèlerins comme œuvre de piété aussi gratifiante que le pèlerinage lui-même et beaucoup moins périlleuse24. Enfin, en dehors de la rubrique nous voyons apparaître de façon encore discrète une conception allégorique du pèlerinage, qui fait de toute vie chrétienne un pèlerinage. Dans la rubrique sur le monde25, Jean Gobi explique que le monde nous enlève beaucoup de bienfaits. Il met en scène deux pèlerins en quête du chemin le plus direct. Un sage leur répond que s’ils vont à gauche, ils trouveront une ville dans laquelle pendant trois jours ils seront bien reçus, puis chassés et tués. S’ils vont à droite, ils trouveront une route difficile durant trois jours, puis une belle ville où ils seront couverts de richesses. La moralisation du récit explique que le pèlerinage est la vie présente. La première ville est le monde qui mène à la mort, et la seconde est la pénitence qui, seule, mène au salut.

  • 26 G. Hasenohr, art. Guillaume de Digulleville, dans Dictionnaire des Lettres Françaises, Le Moyen Âg (...)
  • 27 Et. Delaruelle « Le pèlerinage intérieur au XVe siècle », dans La piété populaire au Moyen Âge, Tu (...)
  • 28 Jean Gobi évoque la figure de Pierre martyr, tué le 6 avril 1252 par un hérétique et canonisé le 9 (...)

31L’autre exemplum tiré de la rubrique sur les plaisirs de ce monde évoque la même thématique du choix entre deux routes (les plaisirs ou la pénitence), les héros du récit représentant l’un le corps, l’autre l’âme. La moralisation ajoute qu’ils sont en marche vers leur patrie ou qu’ils sont en route pour un pèlerinage éternel. Cette vision allégorique du pèlerinage se développera à la fin du Moyen Âge dans la littérature avec notamment les trois pèlerinages écrits par le cistercien Guillaume de Digulleville à Chaalis : Le Pèlerinage de vie humaine (1ère rédaction 1330-35, 2ème rédaction 1355), Le Pèlerinage de l’âme (1355-58) et Le Pèlerinage de Jésus-Christ (1358), qui connurent une très large diffusion attestée par plus de quatre-vingts manuscrits et des mises en scène théâtrales26. La vie religieuse de la fin du Moyen Âge, sous l’influence de la devotio moderna, marqua ses distances à l’égard du pèlerinage27 dénoncé comme pratique de piété trop extérieure, au profit d’une piété plus intériorisée, centrée sur la méditation de la Passion du Christ et l’adoration du Saint Sacrement. L’on proposa alors une forme d’exercice spirituel : le pèlerinage mental. Il est déjà évoqué par Arnold de Liège (exemplum no 645) sous ce vocable. Une moniale allemande très malade, incapable de faire le pèlerinage jusqu’à Milan sur la tombe de saint Pierre martyr, décide de le faire mentalement. Elle dit tous les jours cent Pater, série de prières qui équivaut à une journée de marche. Dès qu’elle entreprit ce voyage spirituel elle se sentit mieux. Elle fit en esprit ses dévotions devant la tombe du saint : agenouillement et lecture du psautier. Puis elle refit les mêmes prières pour accomplir en esprit le voyage de retour et se trouva totalement guérie. Dans la réalité, c’est l’appartenance à un ordre religieux plus que la maladie qui pouvait empêcher de partir en pèlerinage. Pierre André Sigal évoque tous les moyens de transports imaginés pour emmener en pèlerinage les malades les plus impotents. Le pèlerinage mental d’une religieuse en ce début du XIVe siècle ne pouvait guère fournir un modèle que pour d’autres religieux. C’est sans doute la raison pour laquelle Jean Gobi, qui cite l’Alphabetum narrationum parmi ses sources, n’a pas repris cet exemplum dans sa rubrique, bien que la mention du martyr de l’ordre dominicain canonisé moins d’un an après sa mort tragique ait un attrait certain pour un membre de l’ordre de saint Dominique28.

  • 29 D’après le chanoine Et. Delaruelle, op. cit., l’imprimerie diffusa des « pèlerinages spirituels ».

32L’usage effectif de tous ces récits dans la prédication reste à étudier, et au delà leur réception par les fidèles, ainsi que leur impact sur leurs comportements religieux. Sans abandonner la dimension salvatrice du pèlerinage, Jean Gobi et plus nettement Arnold de Liège29 participent aux prémices de l’intériorisation de cet acte de piété sans pareil.

Bibliographie

Bibliographie sommaire

Dupront, A., Saint-Jacques de Compostelle, Turnhout, Brepols, 1985.

Menaca, M. (de), Histoire de saint Jacques et de ses miracles au Moyen Age (VIIIe-XIIe siècles). Université de Nantes, 1987.

Barral i Altet, X., Compostelle, le grand chemin, Paris, Gallimard, 1993.

Regnier-Bohler, D. (s.d.), Croisades et pèlerinages. Chroniques et voyages en Terre Sainte (XIIe-XVIe siècles), Paris, Laffont, Bouquins, 1997.

Annexes

ANNEXE

Traduction de la rubrique « Pèlerinage » dans l’Echelle du Ciel de Jean Gobi

Exemplum no 842
Le pèlerinage doit présenter les conditions suivantes afin que les œuvres de dévotion nous soient profitables. Premièrement il doit être sobre.
On lit dans le Livre des Sept Dons du Saint-Esprit30 que de nombreuses personnes se rendaient au pèlerinage d’un saint et en chemin s’adonnaient aux chansons, aux propos oiseux et à tout ce qui est matière pour le feu de la Géhenne. Un matin, alors qu’ils étaient venus entendre la messe, au moment où le prêtre disait « Gloria in excelsis », survint un tremblement de terre accompagné d’un fracas si grand qu’il sembla au prêtre que ses genoux passaient par dessus l’autel, en même temps une colombe et la foudre entrèrent dans l’église. La colombe protégea ceux qui accomplissaient correctement et sobrement leur pèlerinage, tandis que la foudre tua quelques uns et à d’autres brisa qui un bras, qui une jambe, parmi ceux qui étaient venus sans respecter les règles ; et aucun de ceux-là ne fut épargné par la foudre alors que le temps restait serein.

Exemplum no 843
Deuxièmement il (le pèlerinage) doit être accompli fidèlement.
On lit dans les Vies des Pères31 que l’abbé Longin dit à l’abbé Lucius : « Père, j’ai trois pensées. La première est de faire un pèlerinage. La seconde est de faire un jeûne de deux jours. La troisième est de fuir la vue des hommes. » L’abbé Lucius lui répondit alors : « A ta première pensée, je réponds que si tu ne tiens pas ta langue, quel que soit l’endroit où tu iras, tu ne seras pas un parfait pèlerin. A ta seconde pensée, je dis que ton jeûne ne sera pas accepté si tu ne t’abstiens pas des pensées impures. A ta troisième pensée, je dis que si tu ne corriges pas ta vie, que tu habites parmi les hommes ou seul, tu ne pourras pas te corriger. »

Exemplum no 844
Autre exemple au même sujet. La pape Callixte32 rapporte que trente Lorrains ne partance pour le pèlerinage de saint Jacques se firent mutuellement le serment de ne pas s’abandonner, ni se séparer. Or, l’un d’eux tomba gravement malade et ses compagnons le portèrent durant quinze jours, puis lassés l’abandonnèrent et trahirent ainsi leur serment, sauf un qui resta avec lui alors qu’il n’était pas tenu par le serment. Alors qu’il désespérait de la guérison du malade, il le porta jusqu’au pied d’une montagne et pendant qu’il le portait, le malade mourut. Se retrouvant seul dans une région étrangère, ce compagnon fut saisi de terreur et implora en larmes saint Jacques. Celui-ci lui apparut aussitôt sous les traits d’un pèlerin monté sur un cheval et lui demanda la cause de ses larmes. Comme il lui avait tout expliqué, saint Jacques prit le mort sur son cheval devant lui et en une nuit l’emporta à douze journées de marche de là, au mont de la Joie situé à une lieue de Saint-Jacques (de Compostelle), où il demanda aux chanoines de la part de saint Jacques d’enterrer le corps ainsi transporté. Puis, saint Jacques dit au compagnon fidèle qu’il avait emporté derrière lui sur son cheval d’annoncer à ses compagnons, qui se trouvaient dans la ville de Langres, de faire pénitence pour le serment trahi car aucun pèlerinage ne plaît à Dieu s’il est entaché de péché. Puis, il disparut brutalement. Le compagnon rejoignit les autres, qui à la vue de ce miracle firent pénitence pour la trahison du serment.

Exemplum no 845
Troisièmement il (le pèlerinage) doit être accompli humblement.
Grégoire33 rapporte qu’une dame visitant assidûment les églises des saints recevait avec une grande dévotion les pèlerins en disant : « Par le pèlerinage l’homme imite Dieu et les saints. Il fait pénitence pour ses péchés. Il acquiert les suffrages des saints. Il vainc trois ennemis : le monde en dépensant ses biens terrestres, la chair en s’exposant aux souffrances, le démon en se tournant vers les biens du ciel. Comme je ne peux pas faire à pied un pèlerinage, je serai l’hôtesse de tous (les pèlerins) et je les recevrai volontiers. » Comme elle ordonnait à son intendant de bien les traiter, deux pèlerins arrivèrent et reçurent d’elle l’aumône avec beaucoup de dévotion, puis déclarèrent : « Aujourd’hui, tu nous a reçus, mais nous, le jour du jugement, nous plaiderons pour toi et nous te rendrons tout le bien possible. »

Exemplum no 846
Accompli de cette manière le pèlerinage nous apporte beaucoup de bienfaits. Premièrement il nourrit.
Callixte34 rapporte qu’un homme revenant de Saint-Jacques, après avoir dépensé tout son bien, se retrouva sans rien à manger à l’heure de none. Surpris par la fatigue, il s’endormit au pied d’un arbre et vit saint Jacques le réveiller. Se relevant il trouva près de sa tête un pain très blanc, qui le nourrit largement durant dix jours ; il en mangeait deux fois par jour et le retrouvait toujours entier le lendemain matin, jusqu’à ce qu’il soit revenu chez lui.

Exemplum no 847
De même, on peut lire dans l’Histoire d’Outre-mer35 que les chrétiens au siège d’Antioche étaient prêts à mourir de faim tellement ils manquaient de subsistance. Ils se mirent à pleurer et demander l’aide de Dieu dans leur croisade : aussitôt une rosée tomba du ciel sur leurs chevaux. Les croisés furent si rassasiés par cette rosée qu’ils ne pensèrent plus à manger durant trois jours, le temps de repousser les ennemis de cette terre.

Exemplum no 848

Deuxièmement il (le pèlerinage) libère de la mort.
On lit36 qu’une femme avait oublié son fils dans un petit sanctuaire marin dédié à saint Clément. De retour après une année, elle le retrouva endormi à l’endroit où elle l’avait laissé. Elle lui demanda où il avait été cette année et il répondit nulle part, ayant dormi (sur place) jour et nuit.

Exemplum no 849
Troisièmement il (le pèlerinage) met en fuite les démons.
Hugues de Saint-Victor37 rapporte que le démon sous les traits de saint Jacques apparut à un jeune homme en route pour Saint-Jacques (de Compostelle). Il lui vanta grandement le pèlerinage, mais le poussa au suicide afin d’éviter les dangers de la vie présente. Après sa mort, le diable voulut emporter son âme en enfer, mais saint Jacques accourut et l’obligea à se présenter au tribunal. Chaque partie ayant avancé ses arguments, saint Jacques obtint que l’âme revienne dans son corps. Il (le jeune homme) se leva au milieu de ses amis qui pleuraient sa mort et raconta la grâce qui lui avait été accordée.

Exemplum no 850
Autre exemple au même sujet. Césaire (de Heisterbach)38 rapporte qu’un chevalier reçut un pèlerin et par compassion l’enveloppa le mieux possible cette nuit là dans sa cape afin de le protéger du froid. Le pèlerin prit la fuite avec la cape. Or, ce chevalier sur le point de partir en pèlerinage vers des contrées lointaines, prit un anneau en or qu’il coupa en deux parties devant sa femme à qui il déclara : « Tu m’attendras durant cinq années. »
Un jour qu’il priait auprès du tombeau de saint Thomas, le démon qu’il avait reçu chez lui sous les traits d’un pèlerin, lui apparut avec la cape volée et lui dit : « Gérard, tu me reconnais ? »
Le pèlerin répondit : « Je reconnais ma cape mais je ne te reconnais pas. » « Je suis, dit-il, le démon qui sous l’apparence d’un pèlerin a volé ta cape et on m’a ordonné de te porter sans blessure ni fatigue pour que tu sois demain chez toi, car ta femme veut en épouser un autre, après t’avoir attendu dix années de plus que le terme que tu avais fixé. »
Au matin, il se retrouva revenu des Indes chez lui au pays des Teutons. Il jeta la moitié de son anneau dans la coupe de son épouse en plein repas avec son fiancé. Celle-ci réunit les deux moitiés de l’anneau, reconnut son vrai mari, renvoya son fiancé et reçut son époux.

Exemplum no 851
Quatrièmement il (le pèlerinage) sauve.
Jérôme39 rapporte qu’il y avait deux frères dont l’un était pèlerin, tandis que l’autre avait choisi une vie tranquille. Il advint que le pèlerin mourut et que son âme fut portée au ciel par les anges. Le Seigneur dit alors : « Il n’entrera pas car il a été négligent pour se purifier. »
Mais peu de temps après le Seigneur dit : « Qu’il entre car il a été pèlerin. »
Peu après son frère mourut, aucun ange ne vint le recevoir. Comme quelqu’un en demandait la cause, il fut répondu : « Le pèlerin n’avait aucune consolation et il l’a donc reçue des anges ; l’autre avait toutes les consolations sur terre, il n’en a donc pas reçu des anges. »

Notes

1 Communication présentée au colloque L’image du pèlerin au Moyen Âge et à l’époque moderne, actes parus sous la direction de P. A. Sigal, Rocamadour, 1994, p. 143-159 et reproduit avec l’autorisation de P. A. Sigal.

2 Le traité d’Etienne de Bourbon appelé Livre des Sept Dons du Saint-Esprit par Jean Gobi, s’intitule le plus souvent Traité des diverses matières à prêcher. Son édition est en cours sous la direction de Jacques Berlioz (à paraître dans le Corpus christianorum, Continuatio medœvalis) Turnhout, Brepols. Je le remercie des textes qu’il a eu l’amabilité de me communiquer. Le chapitre concernant le pèlerinage a été présenté par J. Berlioz « Pèlerinage et pénitence dans le recueil d’exempla d’Etienne de Bourbon O.P. († vers 1261) », dans La faute, la répression et le pardon, 107e Congrès National des Sociétés Savantes, Brest, 1982, Philologie et Histoire jusqu’à 1610, t. 1, p.399-412.

3 Colette Ribaucourt prépare l’édition de l’Alphabetum narrationum. à paraître dans le Corpus christianorum, Continuatio maedievalis, Turnhout, Brepols. Je la remercie des textes qu’elle m’a communiqués.

4 M. A. Polo de Beaulieu, La Scala coeli de Jean Gobi, Paris, ed. du CNRS, coll. Sources d’Histoire Médiévale, avec la collaboration de l’IRHT, 1991. On y trouvera la bibliographie concernant Jean Gobi, le texte latin des exempla, les sources et la bibliographie de chaque exemplum.

5 La Tabula exemplorum, le Spéculum Laïcorum, le manuscrit 35 de la Bibliothèque municipale d’Auxerre, le Sertum Florum moralium, la Summa Predicantium et le Promptuarium exemplorum ne possèdent pas cette rubrique.

6 Rosa Maria Dessi, dans sa récente thèse à paraître montre l’importance des lectures pieuses dans les confréries florentines : Ecritures laïques, prédication et confréries à Florence au XVe siècle. A propos du ms. Riccardiano 2894 (1461-1466). Edition et étude historique, thèse soutenue en Janvier 1993, sous la direction de J. Le Goff, EHESS, Paris.

7 Le manuscrit de Liège (Bib. Univ. 348) ajoute l’exemplum no 848A du pèlerin capturé par les Sarrasins.

8 Le manuscrit de Liège ajoute ici l’exemplum no 850A : du pèlerin qui voit sa place en paradis.

9 Nous laisserons de côté cette troisième partie qui sort explicitement de notre propos.

10 Il est à noter que ce paragraphe qui appartient au commentaire chez Etienne de Bourbon est placé dans la bouche d’un personnage de récit par Jean Gobi.

11 P. A. Sigal, L’homme et le miracle dans la France médiévale (XIe-XIIe siècles), Paris, Cerf, 1985, p.128 sq.

12 Voir Echelle du Ciel, exemplum no 643, rubrique de la Vierge. Le même miracle est rapporté pour des croisés : no 398, rubrique des croisés.

13 Exemplum no 638 de l’Alphabetum narrationum, Scala coeli, no°850A.

14 Exemplum no 637 de YAlphabetum narrationum, Scala coeli no 851.

15 Scala coeli, Exempla no 174, 180, 573, 800, 931.

16 D’après l’ouvrage de P. A. Sigal ce sont des pieuses femmes et des anciens miraculés qui aident les custodes des lieux saints à accueillir les pèlerins (p. 125)

17 Chez Etienne de Bourbon c’est saint Jean et saint Paul sous l’apparence de pèlerins qui lui font cette promesse.

18 Exemplum no 636 de l’Alphabetum narrationum.

19 Jean-Claude Schmitt, « Le suicide au Moyen Âge », dans Annales E.S.C., no 1, Janv.-Fév. 1976, p. 3-28.

20 Dans l’ouvrage de P. A. Sigal un pèlerin parti de Flandre en direction de Saint-Fiacre-en-Brie est abandonné par ses compagnons car trop lent (p. 122, n. 36).

21 P. A. Sigal signale les chants profanes des pèlerins souvent dénoncés (surtout les chants nocturnes) par les moines gardiens des lieux saints (p. 127).

22 Jean-Claude Schmitt, « Jeunes et danses des chevaux de bois. Le folklore méridional dans la littérature des exempla (XIIIe-XIVe siècles) », dans Religion populaire en Languedoc du XIIIe à la moitié du XIVe siècle, Toulouse, 1976 (Cahiers de Fanjeaux, 11), p. 127-158.

23 J. Sclafer, Jean Gobi l’Ancien, Miracles de sainte Marie Madeleine (éd. et trad.), Paris, CNRS éditions, 1996 ; Présentation par B.Montagnes O.P., « La légende dominicaine de Marie Madeleine à Saint-Maximin », dans Le Peuple des Saints, Croyances et dévotions en Provence et Comtat Venaissin à la fin du Moyen Âge, Avignon, Institut de Recherches et d’Etudes du bas Moyen Âge Avignonnais, Palais des Papes, 1987, p.73-86.

24 La papauté avait mis au point un système de commutation pour ceux qui ne pouvaient pas se rendre en pèlerinage, mais aidaient par la prédication et les aumônes.

25 Le terme latin mundus doit être en fait traduit dans ce contexte par « attachement aux valeurs terrestres », par opposition au mépris du monde (contemptus mundi) sur lequel se fonde l’idéal monastique de détachement.

26 G. Hasenohr, art. Guillaume de Digulleville, dans Dictionnaire des Lettres Françaises, Le Moyen Âge, 1992, p. 614-617.

27 Et. Delaruelle « Le pèlerinage intérieur au XVe siècle », dans La piété populaire au Moyen Âge, Turin, Bottega d’Erasmo, 1975, p. 555-561.

28 Jean Gobi évoque la figure de Pierre martyr, tué le 6 avril 1252 par un hérétique et canonisé le 9 mars 1253, dans les exempla no 357 (rubrique le Corps du Christ) et 529 (rubrique de la foi).

29 D’après le chanoine Et. Delaruelle, op. cit., l’imprimerie diffusa des « pèlerinages spirituels ».

30 F. Lecoy de la Marche, Anecdotes historiques, légendes et apologues tirés du traité d’Etienne de Bourbon…, Paris, 1877, no 195 ; F. C. Tubach, Index exemplorum, Helsinki, 1969, no 1423.

31 Vitae Patrum, dans Patrologie latine, t. 73, col. 918 et t. 74, col. 391.

32 Pseudo-Callixte, dans Patrologie latine, t. 163, col. 1369-1370 ; Vincent de Beauvais, Spéculum Historiale, liv. 26, chap. 30 sq ; Jacques de Voragine, Legenda aurea (ed. Graesse), p. 428 ; Tubach, op. cit., no 3783.

33 Grégoire, Homélie sur l’Evangile, « Si quis vult venire post me » ; Jacques de Voragine, op. cit., p. 367.

34 Pseudo-Callixte, Miracula sancti Jacobi, ASS, 27 juillet, cap. 7, p. 58 ; Tubach, op. cit., no 3787.

35 Jacques de Vitry, Historia transmarina, cap. 18 (ms BnF, lat. 3284, f° 210v-211) ; Duparc-Quioc (ed.), Chanson d’Antioche, t. 2, p. 221.

36 Jacques de Voragine, op. cit., p. 787 ; cf. Tubach, op. cit., no 4864.

37 Hugues de Saint-Victor, De sacramentis, II, 16 dans Patrologie latine, t. 176, col. 583 ; Jacques de Voragine, op. cit., p. 426 ; Tubach, op. cit., no 3788.

38 Césaire de Heisterbach, Dialogus miraculorum (ed. Strange, 1840), V, 37 et VIII, 59 ; Tubach, op. cit., no 1555 et 1580 ; R. Rajna, « La novella boccacesca del Saladino e di Messer Torello », dans Romania, VI (1877), p. 359-368.

39 Vitae Patrum, dans Patrologie latine, t. 73, col. 994, 1011, no 13-14 ; Tubach, op. cit., no 4533.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search