Version classiqueVersion mobile

Éducation, prédication et cultures au Moyen Âge

 | 
Marie-Anne Polo de Beaulieu

Encadrement des comportements sociaux

Mulier et femina : les dénominations de la femme dans un recueil d’exempla, l’Echelle du Ciel de Jean Gobi Le Jeune1

Texte intégral

  • 1 Cet article est paru en anglais sous le titre « Exempla : A discussion and a case study. II. Mulie (...)

1L’étude de l’usage des termes mulier et femina dans un recueil d’exempla nous semble un bon moyen, parmi d’autres, d’appréhender les représentations de la femme transmises par un ouvrage destiné à une double diffusion : les prédicateurs et les auditeurs de sermons.

2Parmi les quelques mille exempla réunis par Jean Gobi dans l’Echelle du Ciel, nombreux sont ceux qui mettent en scène la femme. Force est de constater que les stéréotypes et les topoï sont légions, mais leur récurrence même peut devenir source d’interrogation et donc objet d’histoire.

3L’Echelle du Ciel fut composée dans les années 1327-1330 au couvent dominicain de Saint-Maximin en Provence. Elle connut un succès durable attesté par la quarantaine de manuscrits actuellement repérés et les quatre éditions incunables.

  • 2 F. de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1975, p. 171.
  • 3 Programmes de lexicométrie SAINCHEF et JEUDEMO. Voir A. Salem et L. Lebart, Statistique textuelle, (...)

4Grâce à divers index et concordances, nous avons pu suivre les occurrences des termes femina et mulier et tâcher de repérer les expressions récurrentes. Notre but est de mettre en lumière des associations de termes, qui s’expriment dans le discours et sont ensuite mémorisées, créant des liens qui semblent « naturels » alors qu’ils ne sont que linguistiques. Nous suivons en cela la définition proposée par Ferdinand de Saussure2 : « En dehors du discours, les mots offrant quelque chose de commun s’associent dans la mémoire et il se forme ainsi des groupes au sein desquels règnent des rapports très divers. Nous les appellerons rapports associatifs. » Aux préoccupations d’ordre linguistiques de F. de Saussure, nous adjoignons une modeste dimension statistique inspirée des travaux récents de la linguistique statistique3. Il nous semble en effet indispensable d’ajouter à l’analyse d’un phénomène discursif une étude de son ampleur et de sa répartition dans le texte, que seuls les indicateurs quantitatifs nous permettent d’approcher.

  • 4 La bibliographie sur l’histoire des femmes est trop importante pour citer tous ses titres, notons (...)

5Nous évoquerons donc les diverses dénominations de la femme4, puis nous analyserons les fréquences et les répartitions des occurrences de mulier, pour passer en revue ses usages syntaxiques.

Les dénominations de la femme : l’opposition mulier/femina

  • 5 A. Grisay, G. Lavis, M. Dubois-Stasse, Les dénominations de la femme dans les anciens textes litté (...)
  • 6 Isidore de Séville, Etymologies, 11, orig.

6Notre premier mouvement, en abordant cette étude était de la fonder sur l’opposition mulier/femina. En effet, les deux rubriques existent dans le texte, et sont clairement distinguées par Jean Gobi dans l’introduction de la rubrique femina : « Il est à noter que nous présentons ci-après tous les défauts des femmes, mais plus loin, dans la rubrique « mulier » nous présentons toutes leurs qualités. » Jean Gobi ne fait que suivre une profonde opposition sémantique qui existait entre les deux termes5. Ces deux mots sont les plus courants pour désigner la femme. Mulier est un mot récent, apparu à l’époque de la République romaine, et d’origine inconnue, bien que Isidore de Séville, dans ses Etymologies6, le fasse dériver de mollitia – la mollesse. Il s’emploie pour désigner proprement et spécifiquement la femme, une ou plusieurs femmes en particulier ou la femme en général. Il ne s’emploie jamais pour désigner la femelle d’un animal à la différence de femina. Mulier désigne donc exclusivement (jusqu’à la fin de la République romaine) un être de sexe féminin appartenant à l’espèce humaine ; vir (homme) et mulier étant deux sous-catégories du terme général homo (être humain). Puis, peu à peu, mulier est employé dans le sens d’épouse (équivalent d’uxor) et de femme ayant eu un rapport sexuel, par opposition à virgo (la vierge).

  • 7 E. Benveniste, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, Paris, 2 vol., éd. de Minuit, 196 (...)

7Femina est un terme ancien, dont la racine indo-européenne + dhe7 signifie « téter, sucer, traire », ce mot serait l’ancien participe présent « qui allaite ». De cette connotation animale, femina conserve un sens assez péjoratif, malgré une brève mode chez les poètes de l’époque impériale. Dans la Vulgate le terme n’est employé que 16 fois (contre 487 occurrences de mulier) pour évoquer les relations sexuelles ou les phénomènes physiologiques propres à la femme.

8Jean Gobi ne déroge pas à ces règles : il emploie rarement le terme femina (5 occurrences, contre 229 pour mulier) et le plus souvent dans un sens péjoratif pour désigner des femmes emportées dans une ronde maudite (exemplum no 342), une femme damnée apparaissant la nuit dans une chasse infernale (no 626). Le terme apparaît encore dans l’expression : « adonné aux corruptions des femmes » (no 647). Une seule occurrence est neutre, elle met sur le même plan les femmes et les hommes occupants d’un château (feminae et viri).

  • 8 Niermeyer, Mediae latinitatis lexicon minus, Leiden, E.J. Brill, 1954-1976 ; Du Cange, Glossarium (...)

9Notons que divers dictionnaires de latin médiéval précisent que femina est équivalent de serve ou dépendante (Niermeyer), voire de prostituée ou de sorcière (Du Cange8). Equivalences qui rendent le terme encore plus péjoratif.

10Pourtant l’opposition nette entre mulier et femina exprimée par ces différents dictionnaires et par Jean Gobi lui-même dans l’introduction de la rubrique femina, ne se retrouve pas toujours dans l’usage qu’il fait de ces deux termes. Ainsi, dans le récit de la chasse infernale (no 626), le terme, femina est-il relayé sans hiatus par le terme mulier. D’autre part, sous la plume du Dominicain le terme mulier n’est pas toujours positif, tant s’en faut !

11Le champ sémantique de mulier présente une double structure : des rapports d’équivalence unilatéraux avec des définitions précises de la femme et des rapports ambigüs (entre équivalence et opposition) avec d’autres termes désignant la femme.

Le champ sémantique de mulier

12Les premiers éléments de ce champ sémantique désignent le statut familial de la femme. Mulier est quasiment synonyme d’épouse (uxor), de mère (mater), voire de concubine d’un clerc et d’un prêtre (concubina ou socia). Le statut social de la femme est évoqué par les termes de dame (domina), maîtresse de maison d’un rang élevé ; comtesse, reine voire impératrice. Ces femmes de haute naissance sont appelées mulier.

13En revanche, les relations entre mulier et d’autres vocables désignant la femme sont beaucoup plus mouvants, passant de la quasi-synonymie à l’opposition, selon les récits ou à l’intérieur d’un même récit. Mulier est assimilé à jeune fille (puella ; no 182) pour désigner la jeune fille en âge de se marier, la suivante ou la moniale. En revanche, les deux termes s’opposent dans l’exemplum no 129. Mulier est assimilé à la femme vierge (virgo) dans quatre exempla (nos 182, 186, 633, 961), mais s’y oppose dans deux cas (no 182, 474). Le dictionnaire de Du Cange souligne la polysémie du terme mulier, qui peut aussi bien évoquer la femme mariée que la femme vierge, Jean Gobi joue donc d’un usage flottant mais traditionnel.

  • 9 Dans deux autres exempla de l’Echelle du Ciel ce terme (juvencula) est explicitement appliquée à u (...)

14Le récit des tribulations de la chaste fille du comte de Poitou (no 181) offre une grande palette de termes désignant la femme, avec une coupure majeure constituée par le mariage. Avant celui-ci il évoque la fille (filia, puella), la demoiselle (domicella), et après celui-ci les termes employés sont épouse (uxor, sponsa), mère (mater), sœur (consors), dame (domina). Néanmoins, à la fin du récit, l’héroïne est appelée jeune fille (juvencula) alors qu’elle est mariée et a eu un fils9 ; ceci prouve la fragilité de constructions linguistiques trop précises.

  • 10 A. Blaise, Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, Turnhout, Brepols, 1967.

15Notons à ce propos que par deux fois Jean Gobi désigne la Vierge Marie par le terme mulier : une première fois en reprenant les paroles du Christ sur la croix adressées à la Vierge et à saint Jean : « Femme, voici ton fils (…) voici ta mère » [Jean 19, 26] ; une seconde fois, c’est un petit enfant juif qui décrit maladroitement la Vierge qui lui est apparue et l’a sauvé : « il rapportait que cette femme (…) assise sur un trône avec un petit enfant… » (exemplum no 368). Le dictionnaire de Blaise10 relève d’ailleurs le paradoxe qu’il y a à employer le terme mulier pour désigner la Vierge Marie, alors que dans son sens courant il s’applique à la femme en général, et non vierge en particulier. Reconnaissons que Jean Gobi qualifie le plus souvent Marie par les mots de vierge et de dame (virgo, domina).

Fréquences comparées des vocables masculins et féminins

16Le terme mulier est le vocable féminin le plus employé dans l’Echelle du Ciel, il arrive en sixième position dans la liste des dix termes les plus fréquents : fils (404), chevalier (292), roi (292), homme (homo, 277), père (232), femme (mulier, 229), jeune homme (221), seigneur (212) et frère (204). Notons d’emblée le poids très lourd des désignants masculins, mais également la forte polysémie de termes tels que père, frère, seigneur, qui ont autant un sens familial que religieux. Les autres termes désignant la femme dans ses différentes fonctions ont des fréquences nettement inférieures : épouse (uxor, 190), mère (mater, 129), fille (filia, 105), dame (domina, 79), jeune fille (juvencula, 30), fille (puella, 29), sœur (soror, 19).

17Ces listes de fréquences mettent en lumière l’accent mis par Jean Gobi sur la définition familiale de la femme en tant qu’épouse (190) et mère (129) ; alors que ces rôles sont moins fortement mis en avant pour les hommes : le terme père désigne très souvent le supérieur religieux. Le mari est évoqué par les termes maritus (16 occurrences) et parfois vir (160 occurrences) très polysémique. Les autres liens de parenté de la femme privilégient la parenté verticale – le vocable fille a 105 occurrences (à comparer aux 404 du terme fils) – aux dépens de la parenté horizontale (19 occurrences pour sœur).

18On constate par ailleurs un très faible poids des désignants chargés de puissance politique pour les femmes : 79 occurrences de dame (domina) contre 212 apparitions du terme seigneur (dominas) ; 16 occurrences de impératrice contre 131 pour empereur, 16 occurrences de reine contre 292 pour roi ! De plus, il est intéressant de noter l’absence dans cette liste de métiers spécifiquement féminins ou de mentions d’ordre religieux féminin, alors que pour les hommes la palette est variée : 292 occurrences pour chevalier, 189 pour prêtre, 118 pour évêque, 125 pour clerc et 77 pour moine.

19Enfin, les termes désignant la femme dans un âge extrême sont assez rares : vieille femme (vetula) apparaît 19 fois, jeune fille (juvencula) 30 fois, fille (puella) 29 fois et demoiselle (domicella) 24 fois.

Répartition des occurrences de mulier

20Toutes ces occurrences de vocables féminins ne se répartissent pas de façon aléatoire dans le recueil de Jean Gobi, tâchons de trouver les lignes de force de cette répartition.

  • 11 J. Th. Welter (ed.), La Tabula exemplorum secundum ordinem alphabeti. Recueil d’exempla compilé en (...)
  • 12 J. Th. Welter, Le Spéculum laicorum, Paris, Picard, 1914. – Voir son indexation dans Les exempla m (...)
  • 13 C. Ribaucourt (ed.). L’Alphabetum d’Arnold de Liège, Turnhout, Brepols, Corpus christianorum, cont (...)

21Pour cela il est bon de rappeler que Jean Gobi a adopté un plan en rubriques thématiques, évoquant les vices et les vertus, les statuts sociaux et les notions théologiques d’un catéchisme de base. De plus, dans un souci d’efficacité il a classé ses rubriques dans l’ordre alphabétique. Nous avons vu plus haut qu’il a regroupé les défauts féminins sous la rubrique femina et les qualités féminines dans celle intitulée mulier. Ses confrères ont choisi des solutions différentes. Le franciscain anonyme auteur de la Table des exemples11 (Tabula exemplorum) ne propose sur les femmes qu’une seule rubrique intitulée mulier (no 186-191) qui regroupe les vices et les vertus de la gent féminine. Son confrère, l’auteur anonyme du Miroir des laïcs12 (Spéculum laicorum), n’a pointé ses rubriques que sur les défauts féminins regroupés sous des intitulés aussi péjoratifs que « il faut fuir la cohabitation des femmes », « des concubines des prêtres » et « des danseuses ». Le Dominicain Arnold de Liège propose deux rubriques pour évoquer la femme mulier et uxor (épouse) sans les opposer, chacune mêlant dans des proportions variables13, mais toujours défavorables à la femme, l’exposé des vices et des vertus du sexe féminin.

22Jean Gobi se singularise donc par ses deux rubriques opposant clairement les vices et les vertus des femmes. Si celle consacrée aux vices féminins compte deux fois plus de récits que celle consacrée aux vertus (15 contre 8 récits), elles comportent le même nombre de leçons, qui s’opposent pratiquement terme à terme.

23La première leçon de la rubrique femina s’ouvre par le constat que la femme trompe toujours les hommes, prouvé par une série de 6 exempla (no 506 à 511) : le philosophe mis à quatre pattes par une femme, la fable du serpent réchauffé, la femme qui économise sur le suaire de son époux, la ruse de la femme d’un vigneron pour faire échapper son amant, même ruse de la femme d’un pèlerin, l’époux ivrogne mis au couvent. En revanche, la rubrique mulier s’ouvre par la maxime « la femme aime son époux », mise en scène par un récit : le mari qui veut acheter une obole de sens pour sa femme (no 742).

24La seconde leçon sur les mauvaises femmes affirme : la femme provoque les disputes, appuyée par deux exemples célèbres (no 512, 513) : les litiges de Socrate avec son épouse et Gorgias qui ne peut faire régner la concorde chez lui. En revanche, sous la rubrique mulier, Jean Gobi affirme précisément le contraire : la femme fait régner la paix, en donnant pour preuve le récit d’une épouse exemplaire qui convertit son voleur de mari (no 743). La troisième leçon négative affirme sans ambages que la femme aime l’impureté, comme en témoignent un jeune homme qui éprouve sur sa propre mère la perversion des femmes (no 514) et les stratagèmes d’une vieille femme pour éveiller l’amour chez une femme vertueuse (no 515). Inversement, à la fin du recueil Jean Gobi affirme que la femme déteste l’impureté, comme en témoigne la vertu d’une épouse convoitée par un chevalier ou les réflexions de trois femmes sur les vanités du monde (no 744, 745).

  • 14 Malice est à prendre au sens le plus fort de méchanceté. Cette leçon est illustrée par un récit qu (...)

25Les leçons suivantes ne s’opposent plus terme à terme, un décalage s’introduit qui ne permet plus une présentation en miroir. Jean Gobi oppose la cupidité, l’esprit de contradiction et la malice14 des mauvaises femmes (femina) à l’esprit de réforme domestique, la piété, la bonté et la compassion pour les malades des femmes vertueuses (mulier).

26Mais le terme mulier n’est pas employé uniquement dans ses deux rubriques vedettes, il est réparti dans presque la moitié des rubriques (57 sur 121) du recueil, avec une nette prépondérance des rubriques évoquant un statut social (60 % de ces rubriques), devant celles évoquant un vice (49 % de ces rubriques), une vertu (45 % de ces rubriques) ou une notion théologique (37 % de ces rubriques).

27Si l’on compte en pourcentage d’exempla contenant des occurrences du terme mulier, les rubriques sur les vices passent au premier rang avec 16 % de leur exempla, suivies par les rubriques sur les statuts sociaux (14 %), la théologie (12 %) et les vertus (11 %). Qu’il s’agisse du nombre de rubriques ou du nombre d’exempla, les vertus ne semblent pas être le fort des femmes ! Ajoutons qu’un effet de taille a pu jouer : les rubriques contenant beaucoup d’exempla (Vierge Marie : 55 exempla, confession : 24 exempla, croix : 20, croisé : 23) et/ou des exempla très longs (chasteté) ont plus de chances d’employer le terme mulier. Hormis les deux rubriques vedettes, d’autres ont des thématiques nettement féminines et bon nombre de leurs exempla évoquent la femme par le terme mulier : la luxure (5 exempla sur 12), la chasteté (7 exempla sur 10), les vains ornements (7 exempla sur 11).

28En analysant tous ces récits féminins, nous avons opéré un classement en cinq catégories : image positive de la femme (33 exempla), image négative (70 exempla), image neutre (13 exempla), amélioration (15 exempla) et dégradation (2 exempla). Nous entendons par amélioration une conversion par exemple, et par dégradation, le fait de succomber à une tentation.

29La prépondérance des exempla négatifs est indéniable, néanmoins, si nous cumulons les exempla offrant une image positive de la femme et ceux présentant un processus d’amélioration, nous atteignons un score fort honorable (48 exempla) dans ce genre de littérature. Le très faible poids des exempla présentant un processus de dégradation n’est pas propre à la femme, il s’agit plutôt d’une loi du genre qui privilégie le schéma mérite/récompense, de manière à montrer que le salut est possible pour tous. Enfin, les 13 images neutres de la femme correspondent à des récits dans lesquels la femme ne joue qu’un rôle secondaire, peu caractérisé.

30Pour approfondir notre étude du fonctionnement du terme mulier dans un recueil d’exempla, il nous faut maintenant aborder l’analyse de ses usages syntaxiques.

Usages et contextes du terme mulier

31La femme apparaît dans l’Echelle du Ciel plus souvent (quatre fois plus) au singulier qu’au pluriel et avec une prédominance très forte du nominatif, mode actif. Au nominatif le terme mulier est qualifié par des adjectifs indéfinis (quedam), des adjectifs démonstratifs (illa sans aucun sens emphatique, ista parfois très péjoratif), par des adjectifs qualificatifs variés. Certains ont trait à l’apparence : très noire, très belle ; d’autres au statut social : simple, pauvre, pauvresse (paupercula), nue (nuda), veuve, noble, d’un autre lignage (alienigena) ; d’autres enfin à la valeur morale et religieuse : chrétienne, malheureuse (infelix), honnête, sainte, très chaste de corps mais impure d’esprit, très dévote, pécheresse (nepharia).

32Avec ou sans qualificatifs, il est deux flexions où le terme mulier en lui-même est péjoratif : le nominatif et l’accusatif pluriel (mulieres), comme dans cette adresse du père d’Assenech à sa fille : « Salue [Joseph] ton frère, qui déteste toutes les femmes autant que toi tous les hommes ».

33On retrouve cette connotation négative dans deux expressions à l’ablatif pluriel : « une danse sans femmes n’est pas plaisante » (no 339) dans un exemplum destiné à prouver l’origine diabolique de la danse ; et dans une liste de personnages méprisables : les femmes se trouvent associées aux ribauds, aux impuretés. Dans le manuscrit 3506 de la BnF de Paris, le terme femmes (mulieribus) et remplacé par prostituées (meretricibus), variante édifiante.

34Pour qualifier la femme Jean Gobi utilise également des substantifs apposés tels que sorcière (no 323), pécheresse (n°662) et prostituée (no 633).

  • 15 Sur cette notion d’honneur sexuel de la femme, voir les travaux de Christiane Klapisch-Zuber sur l (...)
  • 16 C. Casagrande et S. Vecchio, Les péchés de la langue, discipline et éthique de la parole dans la c (...)

35L’examen des compléments de mulier confirme cette impression de misogynie profonde, ils ont trait à l’apparence de la femme : aspect (aspectus), comportement (habitus), beauté, ornement (décor, ornamenta), vêtements (vestes) ; et à son corps évoqués par quelques parties symboliques : la chair, le cœur, la main, le ventre, le visage et les bras. Deux récits font allusion aux travestissements du diable en femme (no 170 et 371). D’autres mettent en garde, comme l’auteur du Miroir des laïcs, contre la fréquentation des femmes, évoquée par les termes multitude, familiarité et étreinte. Les compléments du terme mulier font allusion au cadre de vie des femmes : la maison dans tous ses états, de la grande demeure princière à la modeste habitation d’une veuve dans un cimetière sur la tombe de son mari (no 520), mais surtout à leurs péchés : impureté, luxure, cupidité, paroles mensongères, bavardages, ruse et diffamation. Un premier groupe de péchés renvoie à des accusations d’adultère qui prennent un caractère dramatique dans une société où l’honneur sexuel de la femme doit être préservé dans l’intérêt de toute la famille15. Le second groupe de péchés peuvent être qualifiés de péchés de langue, selon la typologie des pénitentiels, ils sont explicitement féminins16.

***

36Toutes ces remarques quelques peu éparses accumulent les indices, à plusieurs niveaux de lecture du texte, qui donnent un tableau relativement noir de la femme, bien que Jean Gobi le Jeune ait consacré une rubrique entière aux vertus féminines et qu’il ait mis en scène quelques héroïnes féminines remarquables. Mais lorsque ces dernières défendent leur chasteté dans des circonstances dramatiques, c’est virilement (viriliter) qu’elles agissent selon le Dominicain, comme si leur vertu et leur courage ne pouvaient alors être que des emprunts à la gent masculine (no 180).

37Ajoutons que quelques expressions assimilent la femme à ce que le chrétien doit le plus éviter et mépriser : la tentation diabolique (suggestio diabolica), la complaisance dans la chair, la vanité du monde. Elle est même appelée « portière de l’enfer » (portaria infernï). La femme apparaît dès lors comme un être étroitement attaché au monde matériel, à la chair, par son corps, sa demeure, sa famille. Comme les hommes, elle est prise entre les deux pôles de la vie chrétienne : péché et damnation/vertu et salut. Mais sa marge de manœuvre est très étroite, comme son cadre de vie. Pour accéder au salut Jean Gobi lui propose des vertus particulières : la chasteté et la piété (jointes à la prière, l’accueil des pèlerins et l’aumône), tandis que la sainteté héroïque semble l’apanage des hommes.

38Les vices féminins ne semblent pas liés à une tentation passagère, mais à une nature pécheresse de la femme, comme l’atteste l’importance des figures féminines dans les rubriques sur la luxure, les vains ornements, le monde et la fréquence des travestissements du diable en femme tentatrice. De plus, les femmes entretiennent des rapports particuliers avec l’au-delà. Les revenantes, âmes damnées ou âmes du purgatoire féminines, qui viennent clamer aux vivants leurs misères, sont décrites avec un luxe de détails dans leurs tortures, qui confinent au sadisme (no 785, 792), alors que les revenants masculins sont à peine évoqués dans leur apparence, seuls comptent leurs messages. Un jeune clerc voit ainsi lui apparaître sa mère damnée : « De sa tête sortaient des lézards nombreux et immenses qui suçaient son cerveau, dans ses yeux se trouvaient des scorpions et dans ses oreilles des rats très cruels, un singe se tenait devant elle et avec une pierre la frappait très durement et brisait ses lèvres, sa bouche et ses dents. Un très grand serpent entourait son cou et suçait ses seins… » (no 785). La suite du texte met en relation chaque animal et le châtiment qu’il dispense avec un péché de cette femme : les caresses, les baisers et les paroles impurs, les chants lascifs, l’attention aux paroles dissolues, l’apparence destinée à corrompre, les perruques et les produits de beauté…

  • 17 J. Delumeau, La peur en Occident, Paris, Fayard, 1978.

39Peut-être faut-il voir dans ce type de représentation, au delà du « catéchisme de la peur17 », une fascination/répulsion de Jean Gobi lui-même (et des clercs astreints au célibat) pour l’être, qui, par ses fonctions procréatrices détient des pouvoirs de vie et de mort ?

Annexes

ANNEXE

Liste des rubriques de l’Echelle du Ciel contenant des occurrences de mulier (nombre d’occurrences mis entre parenthèses)

Vice

Vertu

Théologie

Statut social

adultère (1)

charité (1)

communion (4)

avocat (1)

amour (3)

chasteté (7)

confession (3)

bailli (1)

apparence (4)

compassion (1)

consolation (3)

guerre (1)

avarice (1)

aumône (3)

contrition (4)

clerc (3)

blasphème (1)

miséricorde (2)

conversion (1)

conseiller (1)

chant (2)

persévérance (2)

Corps du Christ (2)

femina (12)

pensée mauvaise (2)

croix (2)

fils (2)

marchand (1)

habitude de pécher (1)

croisé (3)

histrion (1)

mulier (6)

danse (2)

diable (1)

prélat(1)

plaisirs (3)

Eucharistie (1)

quêteur (1)

richesses (1)

Incarnation (1)

prêtre (1)

colère (1)

Vierge Marie (12)

parole désordonnée (2)

prière (2)

luxure (5)

Passion du Christ (2)

vains ornements (7)

pèlerinage (1)

rapine (1)

Parole de Dieu (1)

sorcière (1)

toucher (1)

faux témoignage (1)

vaine gloire (1)

Notes

1 Cet article est paru en anglais sous le titre « Exempla : A discussion and a case study. II. Mulier and Femina : the representation of women in the Scala coeli of Jean Gobi », dans J. T. Rosenthal, Medieval Women and the sources of médiéval History, Athènes et Londres, The University of Georgia Press, 1990, p. 5065 ; traduit ici avec l’aimable autorisation de Georgia Press.

2 F. de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1975, p. 171.

3 Programmes de lexicométrie SAINCHEF et JEUDEMO. Voir A. Salem et L. Lebart, Statistique textuelle, Paris, Dunod, 1994.

4 La bibliographie sur l’histoire des femmes est trop importante pour citer tous ses titres, notons entre autres La femme dans la vie religieuse du Languedoc (XIIIe-XIVe siècles), Cahiers de Fanjeaux, 23 (1988), Toulouse, Privat.

5 A. Grisay, G. Lavis, M. Dubois-Stasse, Les dénominations de la femme dans les anciens textes littéraires français, Gembloux, Duculot, 1969, Publications de l’Institut de lexicologie française de l’université de Liège.

6 Isidore de Séville, Etymologies, 11, orig.

7 E. Benveniste, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, Paris, 2 vol., éd. de Minuit, 1969, t. 1, p. 32.

8 Niermeyer, Mediae latinitatis lexicon minus, Leiden, E.J. Brill, 1954-1976 ; Du Cange, Glossarium mediae et infimae latinitatis, Paris, 1840 ; Forcellini, Totius latinitatis lexicon, Paris, 1858-1860. Le dictionnaire de Du Cange précise que les prostituées sont appelées femme de péché (femina peccati) et femmes de vie (feminae vitae).

9 Dans deux autres exempla de l’Echelle du Ciel ce terme (juvencula) est explicitement appliquée à une jeune fille avant le mariage ; exempla no 520 et 538.

10 A. Blaise, Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, Turnhout, Brepols, 1967.

11 J. Th. Welter (ed.), La Tabula exemplorum secundum ordinem alphabeti. Recueil d’exempla compilé en France à la fin du XIIIe siècle, Paris, Toulouse, 1926. – Voir son indexation dans J. Berlioz et M. A. Polo de Beaulieu, Les exempla médiévaux. Introduction à la recherche suivie des tables critiques de l’Index exemplorum de F.C. Tubach, Carcassonne, 1991, p. 175-180.

12 J. Th. Welter, Le Spéculum laicorum, Paris, Picard, 1914. – Voir son indexation dans Les exempla médiévaux, introduction à la recherche, op. cit., p. 183-195.

13 C. Ribaucourt (ed.). L’Alphabetum d’Arnold de Liège, Turnhout, Brepols, Corpus christianorum, continuatio mediaevalis, sous presse – voir l’indexation des traductions anglaise (Alphabet of tales) et catalane (Recull de Eximplis) du XVe siècle, dans Les exempla médiévaux, introduction à la recherche, op. cit., p. 199-233. La rubrique uxor comporte quatre exempla tous négatifs mais accompagnés de 11 renvois vers d’autres rubriques, dont 7 sont positifs. La rubrique mulier comporte 17 récits dont 13 négatifs sur la femme, et 31 renvois dont 22 sont négatifs.

14 Malice est à prendre au sens le plus fort de méchanceté. Cette leçon est illustrée par un récit qui sort du cadre de l’exemplum, il s’agit en effet, d’un résumé du Roman des Sept Sages de Rome, composé de 15 récits ; voir notre traduction ci-après p. 213-232.

15 Sur cette notion d’honneur sexuel de la femme, voir les travaux de Christiane Klapisch-Zuber sur la Florence de la fin du Moyen Âge, La maison et le nom, Stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance, Paris, EHESS, 1990.

16 C. Casagrande et S. Vecchio, Les péchés de la langue, discipline et éthique de la parole dans la culture médiévale, Paris, Le Cerf, 1991 (trad., 1re éd. ital. 1987).

17 J. Delumeau, La peur en Occident, Paris, Fayard, 1978.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search