Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Suite à l'ordinaire prochain

 | 
Chantal Thomas
, 
Denis Reynaud

Les formes du discours

Le document inséré ou les procédés textuels de l'objectivité

Yannick Seité

Texte intégral

Fiction et fausses nouvelles

  • 1 Voir D. Reynaud, "Les 'Variétés' de la Gazette des Deux-Ponts", XXII.

1Dans le discours des contemporains, la gazette est volontiers approchée dans les termes de l'erreur (voire du mensonge) et du romanesque. Si les deux champs lexicaux sont étroitement dépendants, il est pourtant clair que le premier, celui de l'erreur ou du mensonge, met essentiellement en cause des données médiatiques, politiques et diplomatiques : structure et insuffisances du réseau des transports et de l'information ; presse hebdomadaire française soumise à une étroite surveillance du pouvoir quand elle n'est pas tout bonnement, avec Renaudot, "aux ordres" ; manipulation, désinformation (pour user d'un terme d'aujourd'hui) par le cabinet ou par toute autre instance de pouvoir, etc. Telles sont les racines logistiques et politiques des "fausses nouvelles" innombrables colportées par la gazette. En elles s'origine le discours de suspicion produit à son propos par les contemporains. Mais ces racines sont également linguistiques, étroitement liées à l'élaboration même du texte de la gazette, à son écriture. Là prend naissance le lieu commun – récurrent dans le discours de ceux qui, de La Bruyère à Rousseau, de Montesquieu aux caricaturistes du temps, ont moqué les "nouvellistes" – selon lequel la gazette n'a pas à être consommée selon des modalités bien différentes de celles du conte ou du roman. La place faite par les gazetiers dans leurs colonnes au récit ou à la description, le recours, occasionnel ou régulier, selon les titres et les époques, à des anecdotes dont le statut oscille entre celui de l'exemplum et celui de l'historiette1, la variété des lieux et des situations évoquées... tout cela manifeste que la gazette puise volens nolens quelques-uns de ses procédés majeurs dans le même patrimoine formel et factuel que la fiction narrative. Ainsi la soif des nouvelles n'explique pas à elle seule le succès de la forme gazette ni l'impatience de ses lecteurs.

  • 2 Concernant cette "littérarité" des gazettes, voir Introduction de ce livre et Y. Séité, "Le 'Roman (...)

2Quelques-uns de ces procédés textuels qui invitaient les contemporains à aborder le texte de la gazette avec la défiance – mais aussi quelque chose du plaisir – qui est de rigueur face à un texte de fiction ont donné lieu à des analyses textuelles et rhétoriques2. Symétriquement, les travaux des historiens Gilles Feyel, Jeremy Popkin, Jack Censer ont montré comment les gazetiers tentent de s'affranchir de la tutelle du pouvoir, comment ils s'essayent à améliorer le réseau de leurs correspondants, installent leurs presses hors des frontières du royaume de France..., manières d'échapper à l'éternelle suspicion de la "fausse nouvelle". Il va de même s'agir d'étudier ici les procédés non plus institutionnels mais textuels par lesquels les gazetiers tentent de se délivrer du soupçon de fictivité, et disposent leurs efforts génériques, rhétoriques et stylistiques dans le sens de l'impassibilité, de l'objectivité.

3Trois remarques méthodologiques ou de précaution avant que d'en venir au vif de notre propos. Dans un souci de clarté, nous avons éprouvé le besoin d'inscrire cette étude des procédés textuels de l'objectivité dans le cadre, plus général, du fonctionnement global du texte de la gazette. Notre étude s'ouvre donc sur une rapide analyse du fonctionnement éditorial du journal. Deuxième avertissement : pour ne pas se perdre entre impressionnisme et imprécision, une entreprise de description du fonctionnement de la gazette, aussi partielle qu'elle se sache, peut difficilement faire l'économie d'un effort de rationalisation liminaire soit en l’occurrence – la gazette est un objet textuel – d'une approche linguistique, rhétorique, voire poétique. User pour dire la gazette de certains des outils élaborés par la linguistique ou la narratologie est à notre sens non seulement licite mais nécessaire. Cela impose cependant d'adapter rigoureusement les taxinomies et les systèmes conceptuels élaborés par les linguistes ou les narratologues : la gazette n'est ni la langue ni un roman, objets sur lesquels ces divers spécialistes exercent d'ordinaire leurs compétences. Les théories linguistiques ou narratologiques auront donc, dans tout ce qui suit, le statut d'un modèle à partir duquel on peut essayer de décrire la gazette. Préalablement à notre tentative s'impose enfin une ultime et précautionneuse remarque. Qu'il soit bien entendu ici que nous ne confondons pas la gazette et le roman, pas plus que nous ne croyons que, dans l'esprit des contemporains, le texte journalistique et le texte de la fiction s'assimilaient l'un à l'autre. La Gazette de France n'est pas plus Le Grand Cyrus (la nature et les fins de leurs inventions ne sont en rien comparables) qu’Étienne Luzac ne se confond avec Choderlos de Laclos. Si le premier se propose de restituer, par le moyen du langage, dans sa Gazette de Leyde, une certaine vérité des faits, le second – c'est là l'ambition avouée de tous les romanciers réalistes de l'Age classique : se faire les instruments d'une science de l'Homme – s'essaye à atteindre, dans et par le langage, une vérité d'une qualité (morale, philosophique...) tout autre que factuelle. On pourrait dire aussi qu'il existe deux régimes de la fausseté inassimilables l'un à l'autre et que si le lecteur de roman veut être trompé, celui de la gazette entend ne pas l'être ou, à tout le moins, a incessamment en tête le contrat de vérité des faits qui est celui de la gazette. C'est donc mystification cherchée contre mystification méfiée.

Le texte de la gazette : rappels

  • 3 C. Labrosse et P. Rétat, "Le texte de la gazette", XIX, pp. 135-144.
  • 4 C. Labrosse et P. Rétat, XXIX, p. 216.

4Claude Labrosse et Pierre Rétat ont mis en évidence le caractère composite du texte de la gazette3. Au vrai, de texte de la gazette c'est-à-dire de parole à proprement parler éditoriale, il n'en existe pratiquement pas. L'affirmation d'une parole éditoriale n'est nettement repérable qu'aux deux bornes de l'histoire de la presse d'Ancien Régime : avec Renaudot d'abord qui, dès ses propos liminaires au premier numéro d'une Gazette qui n'est pourtant pas encore de France, laisse libre cours à une subjectivité entièrement dévouée au pouvoir ; avec la presse du moment révolutionnaire ensuite tant il est vrai que "l'affirmation du sujet est une des caractéristiques éclatantes du journal révolutionnaire"4. La forme moderne de l'éditorial s'invente donc, ou peu s'en faut, avec la Révolution. Comment, dans ces conditions, la présence, l'activité du gazetier, sa subjectivité, se manifestent-elles ?

5Si l'on néglige les annonces, une lecture de la gazette permet de mettre en évidence trois sources sans cesse sollicitées dans l'élaboration du texte d'un journal décidément rhapsodique. Nous distinguerons donc :

  1. Les interventions éditoriales à proprement parler → Locuteur = gazetier

  2. Les dépêches envoyées au gazetier → Locuteur = correspondants réguliers ou occasionnels du journal

    • 5 Dont la GA du 4 jan. 1757 publie les "Observations sur la Déclaration du 10. Décembre 1756., au suj (...)
    • 6 C’est bien sûr du soulèvement des colonies d'Amérique qu'il est ici question.

    Enfin les documents insérés, verbaux ou chiffrés, à caractère public (un mandement, des lettres-patentes, un résultat de loterie...) ou privé (une lettre non ostensible), de nature politique (i.e., au sens large de ce dernier terme, juridique, administrative, réglementaire, diplomatique) ou économique → Locuteur = signataire implicite ou explicite du texte, soit, toujours, une entité politique ou économique ; individuelle – le roi, un ambassadeur, le pape... – ou collective – tel parlement, la Compagnie des Indes, la cour des aides... au statut officiel, reconnu – la diète de Pologne... – ou officieux, autoproclamé, circonstanciel, voire illégitime – tel "Observateur [...] des tristes circonstances des affaires du temps"5, le "Congrès général de Philadelphie"6.

6La répartition ci-dessus proposée, fondée sur une logique journalistique, s'attache bien normalement à repérer les provenances, à distinguer les voix (du gazetier, des correspondants, des entités politiques ou économiques) qui interviennent dans la polyphonie de la gazette. Or on constate que les catégories éditoriales ainsi obtenues en recouvrent d'autres, de nature plus immédiatement générique ou linguistique et dont il convient dès à présent de dire un mot. Ainsi la voix du gazetier, mais aussi celles qui se font entendre dans ce que nous proposons d'appeler les "documents insérés", participent-elles d'une énonciation essentiellement discursive. Au contraire, la voix des correspondants, perceptible dans leurs dépêches, se fait entendre sur le mode majoritaire du récit. On voit ce que cette distinction fondamentale, dont nous préciserons les termes et déplierons plus bas les conséquences, doit au vocabulaire du linguiste Émile Benveniste. "Vocabulaire", car quant aux concepts, le terme de "discours" en particulier, mais aussi celui de "récit", vont voir dans la suite leurs significations proliférer et se différencier. D'où cette prudence momentanée. Une prudence, d'ailleurs, systématiquement de mise car quiconque a parcouru une gazette ne manquera pas de multiplier les griefs à l'égard des distinctions installées ci-dessus – ce qui ne serait rien si nous n’avions douloureusement conscience du caractère fondé de tant de ces griefs possibles... Parmi cent autres, à titre d'exemple le suivant.

7Nos distinctions sembleraient devoir aboutir à décrire le texte de la gazette selon l'équation suivante : Texte de la gazette = Interventions éditoriales + Dépêches dues à des correspondants + Documents insérés. Or tout lecteur de la gazette sait pertinemment qu'une livraison de celle-ci n'est pas seulement le résultat de la juxtaposition de textes issus de ces trois sources mais résulte bien plutôt de l'emboîtement de ces textes, de l'emboîtement, par conséquent, de divers registres énonciatifs. Soit la nouvelle suivante :

  • 7 Dans toutes nos citations de la gazette, nous nous sommes attaché à restituer dans la mesure du pos (...)

FRANCE7.

Rennes, du 21 Décembre.

Les États ont été ouverts hier avec les cérémonies accoutumées. Les trois ordres s'assemblèrent ; M. de Serent, Président de la Noblesse prononça ce discours.
MESSIEURS.
"Quel spectacle imposant pour moi que celui de cette assemblée auguste, qui réunit dans tous les ordres, tant de citoyens respectables occupés du bonheur de la patrie.
"Comblé de l'honneur de présider aujourd'hui la Noblesse la plus illustre, je sens mon âme s’élever pour se rapprocher encore plus du poste éminent que je vais occuper.
”Né Breton, attaché par tous les liens les plus puissants à ma patrie, pourrais-je former d'autre vœu que celui de mériter vos bontés & votre estime.
"Quelle récompense MM. que l'estime de ses concitoyens ! quel malheur affreux que celui d'en être privé.
"Non MM, je n'oublierai jamais les marques de bonté que vous avez daigné me donner dans des temps moins heureux qui vont s'effacer à jamais de notre mémoire.
"Elles ont gravé dans mon coeur la plus respectueuse reconnaissance : heureux, si je pouvais par mon zèle acquitter quelque partie de la dette sacrée qu'elle m'impose.
"Les regrets, dont j'ai vu la nation honorer la mémoire de M. le Comte de Launion [sic pour Lannion], ont pénétré jusqu'au fond de mon âme.
"En lui succédant à la Baronie de Maletroit, je ne vous le dissimulerai point MM. toute mon ambition est d'obtenir la même gloire et de la transmettre à mes enfants comme l'héritage le plus précieux que je puisse leur laisser.
"Je sais que mon devoir dans cette assemblée auguste, est de rendre fidèlement l'avis de l'ordre que j'ai l'honneur de présider.
"Comme citoyen, il m'impose de communiquer à mes compatriotes les idées que je crois propres à leur bonheur.
"J'observerai avec une exactitude scrupuleuse le premier de ces devoirs ; quant au second, j'apprendrai dans la sagesse de vos délibérations le vrai moyen de le remplir.”
Ce discours fut généralement applaudi. L'assemblée était si nombreuse & la foule si grande, que le Président de l’Église qui, suivant l'usage, n'arrive que le dernier, eut beaucoup de mal à pénétrer jusqu'à sa place. Lorsque l'assemblée se trouva complète, on députa 8 Membres de chaque ordre vers MM. les Commissaires du Roi pour les prier de venir faire l'ouverture des États. Les commissaires étant arrivés, M. le Duc de Penthièvre se plaça sous un dais au milieu de l'assemblée & prononça un discours plein de noblesse, auquel un des Procureurs généraux Syndics répondit par un autre. Nous comptons pouvoir les faire connaître incessamment. MM. les Commissaires furent ensuite reconduits avec le cérémonial qu'exigeait la présence du Prince, & les États se séparèrent. (GDP 1er jan. 1775)

  • 8 Comme les suivantes, cette citation est extraite du ch. XIX d'E. Benveniste, Problèmes de linguisti (...)

8Considérée dans la perspective de l'organisation journalistique d'un numéro de gazette, cette page relève de la seconde des sources que nous avons distinguées : il s'agit d'une correspondance envoyée au gazetier par un des membres de son réseau d'informateurs. Linguistiquement, la prise en considération solidaire des deux catégories verbales du temps et de la personne amène à la reconnaître comme appartenant au plan d'énonciation baptisé "récit" ou "histoire" par Émile Benveniste. On sait comment ce dernier a distingué dans la langue deux "systèmes" distincts : "celui de l'histoire et celui du discours"8. Si "l'énonciation historique" consiste en la "présentation des faits survenus à un certain moment du temps, sans aucune intervention du locuteur dans le récit", relève au contraire du discours "toute énonciation supposant un locuteur et un auditeur et chez le premier l'intention d'influencer l'autre en quelque manière". Ces rappels nous permettent de souligner la présence, dans la page de la Gazette des Deux-Ponts, de deux exceptions évidentes à sa nature de récit. Celle, d'abord, de la phrase "Nous comptons pouvoir les faire connaître incessamment." L'embrayeur "nous" manifeste le correspondant du gazetier comme le sujet de l'énonciation et l'on sait comment Benveniste exclut strictement le présent de l'indicatif (ici "comptons") de la liste des temps du récit. Mais l'exception majeure est bien entendu constituée par le discours du président de la noblesse qui occupe les deux tiers de la nouvelle. Le terme "discours" se ramifie ici en deux acceptions. La première fait sens dans l'ordre journalistique et manifeste que cette partie de la nouvelle relève de ce que nous avons appelé le "document inséré" : le document, ici, est un "discours" au sens propre et ordinaire du terme c'est-à-dire une allocution, la performance publique d'une parole. La seconde acception, linguistique, est conforme à la signification donnée au mot par Benveniste : "Chaque fois qu'au sein d'un récit historique apparaît un discours, quand l'historien par exemple reproduit les paroles d'un personnage ou qu'il intervient lui-même pour juger les événements rapportés, on passe à un autre système temporel, celui du discours." A deux reprises dans notre dépêche le cours du récit se voit interrompre par des occurrences de discours : la première a pour locuteur M. de Servent et la seconde le correspondant lui-même. Il faut donc ici parler d'un double emboîtement : insertion, sur le plan de l'organisation générale du texte de la gazette, d'un "document" dans une "dépêche" ; insertion, en termes linguistiques, de deux éléments relevant du discours dans un plan d'énonciation ressortissant au récit.

9Les insuffisances de nos catégorisations ayant ainsi été suggérées, soumettons-les néanmoins à l'épreuve de l'usage.

Le "discours" éditorial

  • 9 Dans Figure III, Seuil, 1972, p. 260.
  • 10 Un mot cependant des trois fonctions que la nature de l'objet considéré nous amène à mettre ici ent (...)
  • 11 Figures III, op. cit., pp. 261-262.

10Pour l'heure, si nous essayons d'isoler ce qui, dans le texte de la gazette, relève de la stricte locution du gazetier, nous sommes d'abord amenés à constater qu'entre Renaudot et Révolution, son domaine d'activité semble a priori infiniment plus réduit que celui de ce narrateur dont Gérard Genette a montré9 que, dans la fiction narrative, il remplissait de multiples fonctions : narrative, bien sûr, mais aussi de régie, de communication, testimoniale et idéologique. Importée du roman au journal, la taxinomie genettienne nous semble pouvoir être restreinte à deux seulement de ses termes, ici essentiels10. Le gazetier en effet semble souvent limiter ses interventions à cette sphère de la régie qui le voit produire des énoncés méta-journalistiques destinés – la prose de Gérard Genette est ici immédiatement transposable – à "marquer les articulations, les connexions, les interrelations, bref l'organisation interne"11 d'un texte du journal dont on répétera que la matière première textuelle n'est que rarement due à sa propre plume. La GDP du 19 mai 1775 clôt ainsi la première partie de sa livraison de L'Instruction envoyée par ordre de S. M. à tous les Curés de son Royaume" par une formulation dont tout lecteur des gazettes sait la nature figée : « La suite à l'ordinaire prochain." Dans la même page est soumise au lecteur une "Suite de l'ordonnance relative à la marine du Roi" dont la publication aura en définitive été fractionnée sur trois numéros. Ainsi la voix du gazetier ne se fait-elle entendre sans brouillages qu'à la faveur d'interventions où la subjectivité est aussi indéniable qu'a priori peu significative :

[...] Parmi les discours que plusieurs Nonces ont prononcés dans les dernières séances de la Diète, il n'y en a eu aucun si vigoureux que celui que le Grand général Comte Branicki fit dans celle du 4. de ce mois, (comme nous l'avons dit dans notre avant-dernier Supplément.) En voici la traduction.
SERENISSIME ROI. TRES-GRACIEUX SEIGNEUR !
Illustres Etats Confédérés de la République !
Envoyés par vous, SÉRÉNISSIME ROI, dans les Pays Etrangers, pour y avoir soin des affaires désolées de notre Patrie, [...] (GL 28 avril 1775)

11La voix du gazetier se signale ici grammaticalement (l'embrayeur "nous"), typographiquement (les parenthèses dont les italiques redoublent les effets diacritiques) mais surtout, sémantiquement, par la nature méta-journalistique du propos qu'elle véhicule. La question se pose du statut de la phrase "En voici la traduction" qui relève elle aussi évidemment du discours méta-journalistique – métalinguistique si l'on préfère. Qui en est l'énonciateur ? Est-elle le fait du gazetier ou de son correspondant ? Le problème, si délicat à poser clairement à propos de la gazette, du sujet de l'énonciation journalistique, révèle ici une partie de sa complexité. Si la phrase est probablement à mettre au crédit du correspondant, elle fait en revanche assurément partie des énoncés assignables à un "journaliste", si l'on accepte de réserver ce terme aux gazetiers et à leurs correspondants rédacteurs des dépêches – ce qui revient à exclure de cette catégorie les producteurs de documents insérés.

  • 12 Ibid., p. 262.

12L'exemple suivant manifeste clairement le gazetier dans sa fonction de régisseur, d'"organisateur du discours"12 :

Conformément à ce que nous annonçâmes dans le dernier supplément, nous allons donner ici la suite des détails des cérémonies qui ont eu lieu à Vienne. Mais afin de donner quelqu’ordre à ce narré nous allons décrire celles qui eurent lieu, le 16 du mois dernier, lorsque Mr. l'Ambassadeur de France fit la demande solennelle de Me. l'Archiduchesse Antoine.
S. Exc.
se rendit à cette audience dans un Carrosse de L. Maj. Imp. & R. Apostolique, attelé de 6 Chevaux, dans lequel se trouvait aussi le Chambellan Comte de Sternberg, [...] (GU 4 mai 1770)

13Le "nous" ici est celui d'un gazetier qui met en ordre le discours de la gazette. L'organise. En orchestre la rhapsodie. Régisseur, il "marque les connexions" et produit ainsi de l'intelligibilité. Finissons avec le Courrier de Londres qui, évoquant "la trentième session de la diète", présente ainsi sa page :

De Varsovie, le 10 Décembre.
[...]
On croyait d'abord que la diète serait terminée le 13 Décembre ; mais les États confédérés viennent de prendre la résolution de la proroger pour un temps illimité, & jusqu'à ce que les affaires militaires aient été terminées. Ils ont arrêté, en même temps, d’envoyer des ministres aux principales cours de l'Europe, le prince Czartoryski ayant été nommé pour aller résider à la cour de Berlin.
*** Voilà, enfin, le superbe coursier Polonais sellé & bridé : jusqu'ici il avait erré en bondissant en liberté dans ses prairies ; il a appelé l'homme à son secours pour le défendre, & le voilà assujetti & dompté. Dans quinze ans, il ne sera parlé de la Pologne que comme il est parlé aujourd'hui de la Finlande & de la Poméranie ; dans trente, on la trouvera encore sur la carte mais il n'en sera plus fait aucune mention dans les traités. On écrit probablement aujourd'hui le dernier volume de son histoire.

De Vienne le 16 Décembre.
Depuis quelques jours on a appris ici la nouvelle de la prise de l'île de Berezan, sur les côtes de laquelle le Capitan-Pacha avait mouillé avec sa flotte depuis [...]

  • 13 Si chaque numéro de gazette multiplie les discours dans tous les sens, ordinaire comme linguistique (...)
  • 14 "[...] les interventions, directes ou indirectes, du narrateur à l'égard de l'histoire peuvent [... (...)

14Est-il besoin de souligner que le discours du gazetier prend ici l’allure d'un embryon d'éditorial ? Le commentaire est distingué de la relation des faits d'abord par plusieurs signaux typographiques (le symbole ***, l'interligne double), ensuite et surtout par le fait que, considéré sous l'angle linguistique, il appartient à un plan d'énonciation (le discours) différent de celui dont relève la correspondance de Varsovie, qui est un récit. Le gazetier multiplie ces "réflexions, comparaisons" – ici, des métaphores – proscrites par l'énonciation historique. Aussi bien cette présence d'une séquence discursive dont le locuteur est le gazetier13 – qui se ramène aussi, en termes journalistiques, à la présence d'une esquisse d'éditorial – s'explique-t-elle par le fait que cette livraison du Courrier de Londres, fort tardive, est du 3 janvier 1789. Avec cet exemple, et pour renouer avec les catégories genettiennes, la fonction du gazetier n'est donc plus "de régie" mais se fait "idéologique"14.

  • 15 Voir J. Herman, Le Mensonge romanesque. Paramètres pour l'étude du roman épistolaire en France, Leu (...)

15On le voit, lire le travail du gazetier à la lumière des concepts élaborés par Gérard Genette pour rendre compte du narrateur introduit un certain nombre de clarifications mais impose d'adapter vigoureusement le modèle aux spécificités de l’objet gazette. Au terme du parcours, c'est sans doute alors moins la figure du narrateur qui s'impose comme permettant de rendre compte au plus près du personnage et des fonctions du gazetier que celle de l'"éditeur" du roman par lettres, genre dont on sait le succès que lui fit l'Age classique. Jan Herman a adapté à la figure de l'éditeur fictif les catégories proposées par Genette pour rendre compte de celle du narrateur15. Ajoutant, aux niveaux narratif et extra-narratif distingués par Genette, un troisième plan "méta-narratif", il repère à l'œuvre dans le roman par lettres sept fonctions méta-narratives (élagage, répartition, classement, édition, traduction, correction, mise en vente) assurées par cinq instances différentes (rédacteur, éditeur, traducteur, correcteur et libraire). Il semble licite d'affirmer que, dans le cadre de la gazette, toutes ces tâches d'élagage, de répartition, de classement d’une matière qui n'est plus ici épistolaire mais informative, mais aussi, on l’a vu, toutes ces tâches de traduction, de mise en vente, etc.... sont assurées par l'instance du gazetier – instance qui n'est plus ici fictive mais de chair et d’os.

  • 16 J. de Vet, "Le Courier du Bas-Rhin de Jean Manzon et les Provinces-Unies (1787-1795) : un traitemen (...)
  • 17 Ce terme de "discours", l'un des plus polysémiques qui soient dans les sciences humaines (voir D. M (...)

16Par quoi l'on comprend que, dans la gazette, la fonction de régie, d'organisation du texte, fait immédiatement effet dans la sphère idéologique. Par quoi l'on comprend aussi et en conséquence que le "discours" éditorial ne passe pas – ne passe pas seulement – par des interventions affectant immédiatement des données textuelles. Bien sûr, au fil du temps, une parole indiscutablement éditoriale peut se faire entendre dans la gazette : c'est l'exemple, précédemment développé, du Courrier de Londres. Jan de Vet a montré aussi comment le conservatisme de Jean Manzon, gazetier du Courier du Bas-Rhin, s'exprimait à la faveur d'une réécriture du texte des nouvelles expédiées par ses correspondants16. Il n'en reste pas moins qu'avant la Révolution les moyens du "discours"17 éditorial tiennent à la composition du numéro, à sa mise en page, soit à des gestes, à des actes qui affectent le langage mais ne sont pas en eux-mêmes des actes de langage.

17"Élagage", comme l'écrit Jan Herman. "Répartition, classement". Choix de telle nouvelle plutôt que de telle autre. Silence sur les défaites militaires ou publication d'un compte rendu dont la rhétorique étudiée saura minimiser l'ampleur de la déroute. Choix de commencer chaque livraison du journal (ou telle livraison particulière) par des correspondances d'ici plutôt que d'ailleurs, du Vatican ou de Pologne plutôt que de France ou des Amériques. La logique géographique, même si on peut la considérer comme dictée, au moins à l'origine, par des considérations postales, même si elle est bien sûr largement conventionnelle et fixée par les usages éditoriaux propres à chaque gazette, peut aussi parfois révéler ou enregistrer des données politiques, au sens large de ce dernier terme.

18Ainsi, tout au long du XVIIIe siècle, quand il en est parvenu au bureau du gazetier, la Gazette d'Amsterdam ouvre ses livraisons par des nouvelles venues de Russie. Le fait dit davantage l’éloignement de ce territoire exotique et les difficultés que l'on a de correspondre avec lui qu'il ne manifeste le poids diplomatique que ce pays a su gagner entre Pierre le Grand et Catherine II. En revanche, si les numéros de la Gazette de Leyde commencent par des dépêches de provenances variées mais toujours éloignées du centre rédactionnel, les correspondances venues de France apparaissent quasi systématiquement au second rang des nouvelles. Alors – et la remarque vaut aussi pour la Gazette d'Amsterdam – Versailles passe toujours avant Paris et, a fortiori, Paris avant la province. Autre remarque, entre mille possibles de cette nature : au XVIIe siècle, la Gazette de France met les nouvelles de Rome (du Vatican, en fait) en tête de chacune de ses livraisons. Au XVIIIe, gallicanisme oblige, Rome ne bénéficie plus de ce traitement de faveur.

19Un tel travail de régie (et une régie, donc, travaillée d'idéologie) est sensible jusque dans l'intitulation, la rubrication. La Gazette des Deux-Ponts des années 1770 répartit ses matériaux en quatre rubriques régulières auxquelles peut éventuellement venir s'en adjoindre une cinquième, à l'intitulé variable : "Nouvelles des cours et objets divers", "Affaires ecclésiastiques", "Administration, finances et Police", "Variété" enfin, cette dernière rubrique étant distinguée du reste de la livraison par un filet horizontal. La nature essentiellement diplomatique (militaire) et politique de l'information dispensée par les gazettes est ici éloquemment dite par la rubrication introduite par le gazetier. De même, l'expression "nouvelles des cours" et la situation de ces nouvelles au premier rang de l'information attestent qu'au moment même où, dans ces ultimes décennies du siècle, se met en place une opinion publique bientôt appelée à jouer un rôle politique majeur, les media en restent à des conceptions où mariages princiers, escarmouches, réceptions d’ambassadeurs, feux d'artifice et bruits d'antichambres sont à la fois la matière unique et le seul moyen de la vie politique des nations. Les cadres éditoriaux (qui renvoient bien sûr à des cadres mentaux) sont en train de prendre du retard par rapport à l'actualité des rapports institutionnels et politiques. L'incroyable développement du journalisme de Révolution rattrapera en quelques semaines ce retard entre la vie publique et son écho journalistique – écho qui en est aussi un constituant essentiel.

20De même, les choix typographiques – dont on sait l'effet de muet commentaire qu'ils exercent sur les textes qu'ils affectent – balisent la lecture d'avertisseurs puissants. L'emploi de l'italique par les gazettes semble particulièrement significatif. Son analyse impose de mettre en place les éléments d'une sémiologie de la typographie minimale. Hors les titres et en-têtes, le texte des gazettes est composé pour l’essentiel en romain bas de casse. Par rapport à cette valeur – au sens typographique du terme – l'italique est donc perçu par le lecteur comme un écart signifiant qui s'offre aujourd'hui à l'interprétation. Ainsi dans la nouvelle suivante, représentative de tant de celles qui font l'essentiel du texte de la gazette :

FRANCE
De Paris, le 26 Juin.
Le Roi a nommé le Cardinal de Tavannes Grand Aumônier de France, & a accordé la charge de Grand Aumônier de la Reine, que S. E. avait, à M. de Rochechouart, Evêque-Duc de Laon. L'Evêque de Strasbourg s'étant démis de la charge de Premier Aumônier du Roi, elle a été donnée à l'Abbé de Bouillé Comte de Lion & S. M. a chargé de la Feuille des Bénéfices M. de Jarente de la Bruyere, Evêque de Digne. (GC 1er juil. 1757)

  • 18 Même si elles n'affectent ici que des substantifs renvoyant à des titres ou à des charges : le fait (...)
  • 19 les modalités d’apparition du "peuple" dans la gazette, voir notre contribution "L'ordinaire du rel (...)

21S'il faut se garder de surinterpréter dans le sens d'une lecture politique la présence, à l'initiale des substantifs, de lettres capitales18, on constate en revanche que la valeur italique affecte systématiquement les noms propres et eux seuls, noms de lieux comme de personnes – noms de famille en fait et l'on sait d'ailleurs que, lieu ou famille, c'est tout en un temps où parfois le nom et la terre se confondent. Or cet usage est propre aux gazettes ; à certaines d'entre elles à tout le moins, et en certains moments de leur histoire. Ainsi se voient typographiquement mises en scène une conception et une pratique de la politique qui assimilent le mouvement du monde aux aléas de la vie dynastique et l'art de gouverner à celui de guerroyer. L'usage sélectif de l'italique arrêtant volens nolens l'œil sur un contenu essentiel fait de noms de lieux et de personnes, est ainsi rendue possible une lecture quasi mondaine de la gazette par laquelle on s'informe du rejeton au loin parti faire la guerre. Plus vite cernée la promotion d'un lointain cousin au grade de capitaine ou la nomination d'une filleule à la tête d'une abbaye. On se doute qu'en revanche et symétriquement la présence, la visibilité sinon d'un insaisissable "peuple" au moins d'une entité collective quelle qu'elle soit (un parlement, une corporation, etc.) est infiniment problématique dans la gazette19 : à certains égards, portée qu'elle est par le nom de son chef, la "révolte de Pougatchev" (1773-75) est mieux visible, mieux lisible dans la gazette, que le soulèvement des "Insurgents" de l'Amérique (1763-76).

22On le voit par les analyses ci-dessus esquissées, le discours du gazetier tient pour une part à des pratiques qui, si elles affectent des éléments verbaux, ne sont pas toujours en elles-mêmes des pratiques scripturaires. Si chaque élément du texte de la gazette signifie en lui-même et pour lui-même, dans l'autonomie de sa nature générique (lettre, texte de loi, etc.) et de son contenu (récit de fête, cours de la bourse, etc.), c'est aussi et surtout l'ensemble de la livraison qui signifie et tient un discours implicite sur le monde comme il va. Tri, montage, mise en page, style typographique, traduction, intitulation, réécriture..., toutes ces pratiques aboutissent à l'élaboration, à partir d'éléments textuels génériquement variés et dont les locuteurs, le plus souvent anonymes, sont très nombreux, d'un texte de la gazette unique mais composite. Ainsi le silence éditorial n'est-il pas moins signifiant qu'une parole éditoriale directe dont on vient de voir la très générale discrétion. Pas moins signifiant pour le commentateur d'aujourd'hui.

23Pas moins significatif pour le lecteur d'alors. C'est assez dire que la lecture de la gazette est toujours une lecture méfiante, alertée. Suspicieuse. Pas d'autre consommation philosophique de la gazette qu'une consommation circonspecte et amusée. Qui ne doute pas est un gobe-mouches.

Quand texte et événement ne font qu'un, ou la sortie de la subjectivité

  • 20 La prise en charge de l’événement par le récit dans la gazette a été analysée en particulier par C. (...)
  • 21 Sur ces termes (respectivement empruntés à H.-R. Jauss et à N. Zemon Davis), voir Y. Séité, "Le'Rom (...)
  • 22 E. Benveniste, Problèmes de linguistique générale, 1, op. cit., p. 241.

24De ces règles du jeu chacun, sous l'Ancien Régime, est au fait, à commencer par des gazetiers qui savent que l'austérité de leur feuille est la plus manifeste garantie de son sérieux. Plus une gazette tend à l'anecdote, plus elle est d'une lecture frivole, et plus elle est suspectée de répandre des fausses nouvelles. On le comprend, l'événement est à la fois la chance de la gazette (la matière première de ses livraisons) et sa perte. Au vrai, ce n'est pas de l'événement lui-même que nous parlons mais de sa mise en mots20. Du passage du factuel au textuel. Du récit, si l'on veut, mais aussi dans une large mesure, de la description et, plus généralement, de toutes ces formes toujours déjà affectées d'un indice de littérarité. La question qui se pose aux gazetiers est celle du passage des res factae aux res fictae. La question du fingere21. Comment échapper aux soupçons de subjectivisme qui, toujours, pèsent sur un récit même et surtout lorsqu'il s'adosse sur l'autorité d'un témoin des faits qui s'instaure leur rapporteur ? Comment soustraire le lecteur aux charmes du "narré", de la "relation", de ce plan d'énonciation dont Émile Benveniste a mis en évidence toute l'indépassable ambiguïté, a souligné la nature de piège fondamental lorsqu'il remarque que dans le récit pur, "il n'y a même plus alors de narrateur. Les événements sont posés comme ils se sont produits à mesure qu'ils apparaissent à l'horizon de l'histoire. Personne ne parle ici ; les événements semblent se raconter eux-mêmes"22. Autant dire que, dans le pur récit, c'est l'objet et non le sujet du récit qui paraît avoir la parole.

25La gazette combat cette feinte objectivité du récit en faisant du discours l'autre grand type de matériel auquel elle recourt dans l'élaboration de son texte. La parole journalistique (celle du gazetier, celle de ses correspondants réguliers dont les dépêches font la part belle au récit) est concurrencée, on l'a dit, par des paroles étrangères à celles institutionnellement rattachées au journal. Austérité, disions-nous. Si les gazettes ouvrent leurs colonnes aux textes de tant de discours (allocutions) ici ou là prononcés, à tant d'écrits officiels, ce n'est pas seulement sous la pression d'un pouvoir qui exigerait leur publication mais c'est aussi parce que faire ainsi entendre des voix autres que celles des gazetiers, fussent-elles officielles, élaborer le texte de la gazette dans le sens d'une polyphonie, c'est échapper au récit, c'est-à-dire en fait aux périls de la transposition des res factae en res fictae. Et c'est aussi, nous le verrons, mettre en pratique une conception éclairée de la lecture et de la vie publique.

26Ainsi les gazetiers ouvrent volontiers leurs colonnes à ces "documents insérés" que nous avons définis plus haut et en lesquels se manifestent des genres (ou types) de textes d'une grande variété mais qui ont à notre sens ceci de commun qu'en eux, pour le dire vite, l'événement et son texte sont confondus. Se trouvent ainsi fédérés sous l'enseigne accueillante du "document inséré" tous ces genres non narratifs dont le texte de la gazette est tramé ; toutes ces nouvelles (listes, textes juridiques, discours au sens propre du terme, cours de la bourse...) où la voix éditoriale ne se fait pas entendre – même si l'on sait qu'un "discours" (un méta-discours, si l'on veut) éditorial, qu'une posture idéologique du gazetier est toujours saisissable dans l'organisation du texte de la gazette.

  • 23 Le terme de "document" envisage les données qu'il désigne sous l'angle matériel, journalistique. Po (...)

27L'allocution du comte de Sevent que nous avons citée plus haut appartient à la gamme des documents insérés. Elle est, au vrai, un discours rapporté. Mais discours23 inséré encore que cet "Ukase ou Ordonnance, dont il a été parlé" et par lequel Catherine II allège l'impôt de ses sujets pour un total d'"un million six-cents mille roubles par an". "Comme le détail des grâces, que Sa Maj. a accordées à ses Sujets, mérite d'être connu", poursuit le journal, "en voici les premiers Articles".

  • 24 Dans ces notes infrapaginales se fait entendre une pure voix éditoriale. Cette pratique de l'annota (...)

ART. I. Les Nobles ou Gentilhommes, qui servent dans notre Armée avec le grade d'Officier subalterne, seront traités à l'avenir, quant aux punitions qu'on leur infligera, de la même manière que les Officiers d'un grade supérieur.
II. Aucun des Bas-Officiers ou Soldats, qui forment les rangs dans nos Armées de terre ou de mer, ne pourra à l'avenir être soumis aux peines du batog, du coschki, ou des verges, (I) sans une Sentence préalable ; car de telles peines ne sont point une simple correction, mais de véritables supplices.
III. Nous ordonnons, que la Ration de gruaux, qu'on distribue aux Soldats, soit augmentée d'un demi Garetz (2).
IV. Nous voulons, que toutes Personnes d'état militaire, de quelque rang ou condition qu'elles soient, qui ont jusqu'ici volontairement déserté au service, reçoivent leur pardon, si elles comparaissent dans le terme d'un an, ou de deux ans si elles se trouvent dans les Pays Etrangers, & se présentent à un de nos Commandants ; ordonnant de les recevoir de nouveau à notre service, sans leur infliger aucune punition, après leur avoir fait de nouveau prêter serment.
Nous abrogeons & supprimons dès ce moment tous les Impôts, dont la perception devait cesser à la conclusion de la Paix, en vertu de notre très gracieuse promesse ; & nous ordonnons, qu'à l'avenir ils ne soient plus perçus ni payés.
V. Nous supprimons très gracieusement l'Impôt établi sur les Marchands & les Corps de Métier ou Tribus [...]
(1) Le supplice du batog consiste en des bâtons fort minces & longs d'environ un pied & demi, avec lesquels ordinairement deux Hommes frappent le Patient étendu par terre. Le coschki est une espèce de fouet ou de verge armée de pointes de fer.
(2) Le
Garetz est une certaine mesure servant à distribuer les Rations aux Soldats24. (GL 19 mai 1775)

  • 25 Même si, selon la procédure attendue, la lettre de Sidi-Hamet Elgazel est incluse dans la dépêche q (...)

28Seize des articles de l'oukase se voient ainsi publiés qui occupent plus de deux colonnes. Mandements, bulles, arrêts, ordonnances, lettres-patentes... et d'une manière générale tous les textes officiels, qui sont autant de documents de nature juridique, relèvent, nous l'avons dit, de ce type d'énoncés. Mais discours inséré aussi que la lettre suivante, suscitée par un épisode de la querelle des années 1770 entre l'Espagne et la "Barbarie" et que son statut de document diplomatique distingue des dépêches rédigées par les correspondants de la gazette25 :

SUITE des Nouvelles de MADRID du 4. Avril.
[...]
Voici la traduction littérale de la Lettre, que Sidi-Hamet Elgazel avait remise à Don Jean Sherlock, pour la faire tenir au Marquis de Grimaldi.
A l’excellentissime Seigneur Marquis de
Grimaldi, Premier-Secrétaire d'Etat du Roi d'Espagne.
Je me réjouis de ce que votre Excellence & le Roi votre Maître jouissent d’une bonne santé et prospérité. Lorsque je reçus la Lettre de V. Exc. je la lus, conjointement avec quelques autres, au Roi mon Maître ; Il en écouta la lecture avec beaucoup de plaisir à cause des sentiments & du jugement dont elle abonde ; & il donna ordre sur le champ de lever le Siège de Melille & de suspendre le feu, en disant mille biens du Monarque votre Maître, & ajoutant que, tant que vivrait le Roi Charles, il ne consentirait jamais qu'il y eût dans ses États aucun Esclave Espagnol, parce qu'il se déclarait véritable Ami de ce Monarque en paix & en guerre. Il a été fort sensible à ce qu’on disait de lui [...] (Suppl.. à GL 25 avril 1775)

29Et discours inséré encore – au contenu économique et non plus politique ou juridique – que ces données chiffrées relatives à la Compagnie des Indes :

Les Actions de la Compagnie des Indes font de 1895 à 18921/2 livres ; dito 16mes. à deux Coupons de 12121/2 à 1215 livres ; dito huitièmes à un Coupon, sans prix ; dito 25mes. à un Coupon, à 76 livres ; les Billets d’Emprunt d’Octobre, à 400 livres. (GA 11 avril 1775)

30Ou que ces résultats de la loterie :

ALLEMAGNE.
De MANHEIM le 23 Mars.
Le CLXXIIme. tirage de la Loterie Electorale Palatine, érigée en cette Ville par Lettres-Patentes de S.A.S. Elect. sous la date du 25 Août 1764, s’est exécuté aujourd'hui dans la grand Salle de l'Hôtel-de-Ville de cette Résidence avec les formalités ordinaires. Les Numéros, sortis de la roue de fortune, sont 59, 6, 65, 66 & 26. Le CLXXIIIme. tirage de cette Loterie aura lieu le 12 du mois prochain. (GA 31 mars 1775)

31Par delà la variété de leurs formes, ces types d'énoncés nous semblent se caractériser d'une double manière. D'une part, leurs producteurs n'appartiennent pas à cette sphère des journalistes dont nous avons posé plus haut qu'elle regroupait l'instance éditoriale et ses correspondants réguliers. D'autre part, comme nous l'avons déjà suggéré, ils ont ceci de particulier qu'en eux l'événement et le texte tendent à se confondre.

  • 26 La plus récente formulation par O. Ducrot de la théorie polyphonique (par laquelle le linguiste s'a (...)

32Concernant d'abord le premier critère, nous ferons remarquer, rendant à Oswald Ducrot sinon ses concepts au moins son vocabulaire, que tout numéro de la gazette est génériquement et par définition "polyphonique", c'est-à-dire qu'il multiplie les instances de l'énonciation, les producteurs d'énoncés emboîtés. Du coup, l'expression même d'"instance de l'énonciation" montre ses insuffisances. Qui décrit la gazette se voit contraint de distinguer entre le "sujet parlant"26, qui est l'auteur empirique de l'énoncé, la source de sa production physique et le "locuteur", cet "être qui, dans le sens même de l'énoncé, est présenté comme son responsable, c'est-à-dire comme quelqu'un à qui on doit imputer la responsabilité de cet énoncé" (p. 193). Ce lexique permet de rendre compte avec une certaine rigueur des phénomènes d’emboîtement que nous évoquions au début de cette étude et qui sont par exemple perceptibles dans le récit que font les gazettes de la réintégration du parlement de Bordeaux. On sait comment le début du règne de Louis XVI fut en effet marqué par le rétablissement des cours supérieures provinciales démantelées par son prédécesseur lors de ce que l'histoire a retenu sous le nom de "coup de Maupeou". L'événement est d'importance :

De PARIS le 7 avril.
Voici le Discours, que Mr. le Berthon, Premier-Président du Parlement de Bordeaux, prononça le 2 du mois dernier lors de la réintégration de cette Compagnie, & dont nous avons promis de donner le contenu.

MESSIEURS,
UNE certitude, résultante de la nature même des choses, dut entretenir constamment en nous la ferme confiance de voir bientôt anéantir le Système destructeur des Lois de propriétés, d'inamovibilité, de liberté ; Lois précieuses, sur lesquelles repose la tranquillité publique. Nous en attendions les effets de la justice du Souverain avec la plus respectueuse sécurité, lorsqu'ils furent suspendus par le dernier malheur, qui nous restait d'éprouver, d'avoir à pleurer le plus aimé des Rois, avant que sa bienfaisance, éclairée par la vérité, eût pu nous rendre ses anciennes bontés.
Mais ce funeste revers, qui éloignait nos espérances, ne put les détruire. [...]

Enfin n'oublions jamais que l'amour du bien, qui anime toujours les grands Corps, le zèle pour la gloire du Roi, le dévouement le plus absolu pour sa Personne, l'émulation noble de concourir aux vœux de ses Ministres pour l'avantage de l'Etat, doivent être, pour ainsi parler, le Code de nos démarches, de notre attachement à nos devoirs & de l'exemple que nous laisserons à imiter. Tels sont, Messieurs, les sentiments de cette auguste Compagnie, dont je me sens honoré d'être aujourd'hui l'organe ; sentiments qui par leur sincérité, par leur immutabilité ont droit (nous nous en flattons) de trouver une place distinguée dans le compte que vous rendrez à S. M. de l'exécution de ses ordres. (GA 4 avril 1775)

  • 27 Mais en publiant le texte, le gazetier en endosse ce que l'on pourrait appeler l'énonciation journa (...)

33Le sujet parlant ("Je") est ici le Sieur le Berthon, premier président du parlement ressuscité. Mais de cette compagnie, il n'est, comme il le souligne lui-même, que "l'organe", simple porte-parole de ce locuteur qui, "différent du sujet parlant effectif" (p. 195), est une entité collective. Le locuteur ("Nous") est donc le parlement lui-même s'adressant à "Messieurs" les représentants du roi menés par le comte de Noailles. Dans le cas de la gazette se pose enfin la question du statut du sujet auquel renvoie le "nous" de "nous avons promis". Ce sujet, c'est bien sûr celui d'un gazetier que l'on saisit ici dans son activité de régie, sorte de méta-locuteur intégrant, insérant dans le méta-discours (au sens idéologique du terme) éditorial le discours (au sens linguistique du terme) du parlement-locuteur27.

  • 28 A l’inverse, dans le récit, il y a toujours distinction originelle du texte et du fait ; le premier (...)

34La deuxième caractéristique de ces discours insérés affecte leur contenu et repose sur le fait qu'ils sont à la fois un texte (du verbe ou du chiffre) et un événement. L'événement ici est de nature textuelle ou plus exactement c'est la publication – au sens étymologique du terme – du texte qui est l'événement. Dans l'exemple ci-dessus, l'événement se confond avec la prononciation du discours par Le Berthon qui marque l'accession du texte à la publicité (à la sphère publique). On peut donc poser, sans molester outre mesure la rigueur intellectuelle, l'équation suivante selon laquelle, dans les documents rapportés, texte = événement, ou encore res factae = res dictae (ou scriptae)28

35.Afin de faire saisir ce qui sépare les deux régimes énonciatifs essentiels sollicités par la gazette, le récit d'une part et le "discours inséré" de l'autre, développons l'exemple maritime plus haut esquissé. Dans le cas du cours des actions de la Compagnie des Indes, l'événement, de nature strictement économique, est porté par les nombres : le fait, c'est le chiffre. On conçoit pourtant aisément que ces données économiques reposent sur les gestes (gestes de la navigation, de l'agriculture, du commerce...) de ceux qui dirigent comptoirs et plantations, navires et ports. Les données chiffrées reflètent des activités multiformes dont elles sont la traduction, le résultat économique. Dans la logique journalistique de la gazette, ce sont pourtant ces données qui constituent l'événement – ce qui arrive (evenio), ce qui advient et importe. Considérons en contraste l'extrait suivant :

De DUNKERQUE le 27. Décembre.
Le Capitaine Jacques Canon, Commandant le Corsaire Le Prince de Soubize, continue de se signaler & de s'enrichir dans ses croisières. Lundi au soir, il quitta notre rade avec un autre petit Corsaire de 6. canons de 4. livres de balle, qui lui avait demandé sa protection jusqu'à 20 ou 25 lieues au large. Le lendemain matin étant à cette distance, ils s'emparèrent de deux Bâtiments Anglais, dont l’un est un Brigantin de 70. à 80. tonneaux, venant de Malaga avec une cargaison d'oranges, de citrons & de raisin. L'autre est un Snaw d'environ 160. tonneaux, chargé d'huiles, venant de Gallipoli. Ces deux Prises valent au moins 120. mille livres. Nos Armateurs les conduisirent à Calais le 22., & après y avoir débarqué leurs prisonniers ils remirent à la voile pour la Manche. (GA 4 jan. 1757)

  • 29 Dans un usage strict, on rappellera qu'Austin (Quand dire c'est faire, tr. fr., Seuil, 1970) appell (...)

36Entre les deux nouvelles, les différences priment sur la proximité apparente des formes et contenus. Différence dans le régime énonciatif tout d'abord : là où la liste est sans auteur (c'est la finance même qui, en elle, s'exprime), le récit est le fait d'un correspondant (probablement très occasionnel) qui l'organise et dont l'embrayeur "notre" (plusieurs lignes de discours – au sens benvenistien du terme – précèdent et "lancent" en effet le récit) signale l'origine dunkerquoise. Différence ensuite dans la nature de la nouvelle : la liste est un événement économique, le récit relate (construit) un événement politique. La publication de la liste, à certains égards, relève d'un acte de langage. Sa dimension performative29 est redoublée par les conséquences que sa publication aura sur le mode du négoce, sur les livres de l'intendant qui gère les finances de son maître et, de proche en proche, sur une foule d'effets micro-économiques. En contraste, dans le récit des exploits corsaires, le fait et le verbe sont disjoints. L'événement est un geste (l'abordage). Ses conséquences, s'il y en a, seront d'ordre politique et secondairement seulement économiques, tant on sait les fortunes que, de Calais à Nantes, les corsaires surent établir. En dépit des réalités maritimes sur lesquelles l'une et l'autre nouvelle reposent implicitement ou explicitement, en dépit des intérêts économiques qui sont en jeu dans l'un et l'autre cas, tout sépare donc ces deux éléments textuels.

37De même que quand un navire marchand arrive à bon port, son arrivée n'est pas un fait divers (son naufrage l'eût été et eût donné lieu à la reconstruction d'un récit) mais un événement économique qui tient tout entier dans des chiffres, de même, lorsque La Chalotais prend la parole devant le parlement de Bretagne l'événement est en lui-même de nature verbale. La gazette, publiant ses propos, se contente de renouveler et de multiplier leur force illocutoire qui déjà était présente lors d'une publication initiale réalisée au seul bénéfice de ceux, auditeurs et non lecteurs, qui étaient présents dans l'enceinte du parlement. On l'aura compris, c'est quand l'événement est de texte ou de chiffre que la gazette est le plus à l'aise, la moins moquée, la plus fiable. Autrement dit lorsqu'elle élabore son propre texte, son propre discours, à partir de "discours insérés" que caractérise leur dimension performative. Le dire ici est un faire. C'est aussi un faire faire. Telle est d'ailleurs la définition même de l'arrêt, de la lettre-patente, de l’oukase, du mandement... qui font l'essentiel de ces discours insérés et que leur dimension réglementaire constitue, au propre, en actes.

Les paradoxes de la gazette

  • 30 Ph. Hamon, Introduction à l'analyse du descriptif, Hachette, 1981, p. 263.

38Deux remarques pour nous amener à notre conclusion. La première vise à souligner une fois encore l'insuffisance de notre distinction entre récit et discours inséré pour rendre compte de l'ensemble des formes textuelles sollicitées par la gazette dans l'élaboration de son texte. La distinction oublie en particulier les séquences descriptives, dont la gazette fait un ample et singulier usage. En un mot, dans la perspective qui est ici la nôtre, il semble que la description doive être rangée au côté du récit pour la capacité – qui est à la fois, au regard du fonctionnement de la gazette, une vertu et la source possible d'une lecture suspicieuse – qui est sienne à rendre la chose même en l'absence apparente de tout locuteur. A propos du "texte lisible" – mais nous restreindrons sa remarque aux seules séquences descriptives-, Philippe Hamon, dans une formule dont la parenté avec le "il n'y a même plus alors de narrateur" de Benveniste est évidente, souligne "qu'il tend à gommer les traces de ses processus de fabrication"30. Et de fait, dans tant de textes de la gazette, tout se passe comme si c'était l'objet décrit lui-même qui se disait, s'énonçait : c’est ce dont on parle qui parle.

  • 31 C'est le cas de la bête du Gévaudan, dont la monstruosité doit beaucoup à l'encre et au papier.

39On peut poser que l'idéal descriptif de la gazette consisterait en une description qui, de l'hypotypose, conserverait la puissance d'évocation, de présentification, tout en faisant l'économie de ce que l'efficacité de cette figure doit à un usage trop visible, trop véhément des tropes, du style... de l'écriture, de l'art d'un auteur en un mot. Une description sans sujet descripteur. A certains moments (et la gazette se souvient alors qu'elle est héritière des "canards"), lorsque l'énoncé descriptif est explicitement rapporté à un témoin qui en est la source, il arrive à la gazette de construire si évidemment ses objets que, concurrençant le roman sur le terrain de la fantaisie, elle court à un discrédit ostensible31. A d'autres au contraire, elle atteint ce point d'équilibre où la chose même se peint ; où la neutralité étudiée du dire donne à l'imagination du lecteur une impulsion idéale. Par un suprême tour de force, c'est le lecteur, alors, qui fait le travail en lieu et place d'une gazette dès lors insoupçonnable. L'ascendance alors ne renvoie plus aux canards mais, par exemple, aux livrets d'entrée, ces opuscules qui ont longtemps été un vecteur essentiel de la manifestation des puissances du pouvoir princier. Ainsi des pages d'une absolue précision que la Gazette de Cologne consacre, en 1739, à l'entrée à Paris du prince de Lichtenstein (nous les donnons en annexe). Entre liste et récit, ce texte atteste de la capacité de la gazette à brouiller l'énonciation, à inventer des formes textuelle hybrides qui ne ressortent à proprement parler d'aucun des genres ordinaires mais visent cependant toujours à permettre l'effacement de leur énonciateur. De toutes ces données, notre distinction de base est incapable de rendre compte. Elle n'ambitionnait pas, il est vrai, d'y parvenir mais entendait cerner les efforts de la gazette pour s'arracher à une lecture soupçonneuse.

40Une seconde remarque alors s'impose, qui tient du paradoxe et s'assimilera à une conclusion. Dans la perspective ici dessinée (et pour reprendre, en la détournant, la formule de Louis Marin), "le récit est un piège". Est-il anecdotique, écrit, mis en scène, littérarisé, porteur d'une morale (les "variétés" de la Gazette des Deux-Ponts) qu'il engendre une lecture sceptique, amusée, défiante quant au substrat factuel. Au contraire, si son propos est sérieux et l'effectivité de ce qu'il rapporte indiscutable (accueil d'ambassadeurs, fait de guerre, etc.), le soupçon change de nature. Car, l'instance narrative effaçant alors les traces de sa présence, l'apparente neutralité du rendu linguistique va bénéficier majoritairement à ce pouvoir dont de tels récits magnifient, amplifient si souvent les faits et gestes. De deux choses l'une, donc : si l'objet du récit est anecdotique, la suspicion de fausseté affecte le fait ; si l'objet du récit est un événement politique, la suspicion de fausseté se reporte alors sur l'interprétation qu'en livre la narration.

  • 32 Sur la description de ces cadeaux, voir C. Thomas et R. Favre, "Le mariage du Dauphin et de Marie-A (...)

41On peut mener des analyses rigoureusement semblables à propos des séquences descriptives. Décrit-on la bête du Gévaudan ? La recréation est patente et le lecteur s'amuse de ce monstre hybride. Décrit-on par le menu les carrosses qui processionnent lors d'une entrée royale ou les cadeaux échangés à l'occasion du mariage du dauphin et de Marie-Antoinette32 ? Le malaise naît alors de ce que ce sont les objets-symboles mêmes du pouvoir qui ont la parole. Proposant ces analyses, nous nous rendons coupable d'anachronisme : les contemporains étaient bien sûr dans l'incapacité de rendre compte de leur malaise et de leur plaisir à la lecture de la gazette dans les termes d'une telle modélisation rhétorique ou linguistique. Il n'empêche que la nature par définition fiable, crédible de ces "discours insérés", dont nous avons montré qu'en eux le texte et l'événement se confondaient, ne pouvait leur échapper.

42Car échapper aux séductions, au "piège" du récit ou de la description, ce peut être, pour le gazetier, recourir aux documents insérés. Le piquant de la situation tient alors à ceci que nombre de ces discours insérés sont des textes officiels dont le prince, s'il n'en est pas le sujet parlant, est au moins le locuteur. Le paradoxe peut alors être formulé ainsi : plus le récit offre une neutre apparence (Benveniste), plus la description se fait idéalement impassible (Hamon) et plus est en eux manifeste l'activité d'une instance générale de l'énonciation qui a partie liée avec le pouvoir quand elle ne se confond pas tout simplement avec lui. Au contraire, le discours inséré n'étant pas la relation d'un événement mais cet événement lui-même (conception pragmatique), il ne constitue pas une interprétation. Pourtant – et la présomption de manipulation se referme alors sur le journal-, dès lors qu'il s'agit d'une pièce officielle, la gazette qui le reproduit s'expose à passer pour une pure feuille de propagande.

43On voit comment une gazette qui, à force d'insérer dans ses livraisons des documents officiels, peut se croire menacée de passer pour la voix de son maître n'a d'autre alternative que de recourir à des formes rhétoriques (récit ou description) qui, en elles-mêmes et d'une manière ou d’une autre, sont, elles aussi, soupçonnables par le lecteur. Charybde est politique : publiant ce discours, je manifeste des faits indiscutables puisqu'aussi bien ce discours, c'est le fait. Mais en même temps je manifeste mon statut de quasi journal officiel et me rends donc suspect à mes lecteurs. Scylla est rhétorique : si je recours aux séductions du récit anecdotique ou à l'austérité du "narré" objectif d'un événement à caractère politique, je suis passible de mensonge (le fait et le dit sont ici disjoints), d’intimidation. On le voit, pour qui produit ou lit la gazette, la manipulation a deux visages, l'un politique, l'autre rhétorique, énonciatif. Entre ces pièges divers, le gazetier et son lecteur naviguent.

44D'où l'allure généralement austère d'une gazette, qui postule un lecteur adulte. D'où encore les évolutions considérables qui, entre Renaudot et la Révolution, affectent le medium gazette. Au fil des décennies, la naissance d'une opinion publique, parallèle à la multiplication des sources de l'information, permet au lecteur, au "nouvelliste", de mettre en perspective cet arrêt, ce mandement, ces lettres-patentes... que publie la gazette. Il est hors de doute que la compétence civile croissante du lecteur, sa culture politique lui permettent de mesurer de mieux en mieux les enjeux des documents insérés que publie la gazette, quand bien même ils sont officiels. A qui sait lire, l’oukase cité plus haut offre en creux un portait peu flatté de la Russie de Catherine II... : pour être officiel, le document n'en est alors pas moins lui-même porteur d'un antidote à un éventuel soupçon de propagandisme pesant sur le journal qui le reproduit.

  • 33 Cité par J. Cornette, Le Roi de guerre, op. cit., p. 378.

45Mais aussi, mais surtout, au fil de deux siècles de presse périodiques antérévolutionnaires, les sources de ces discours insérés se multiplient, se complètent et se contredisent ; le locuteur du discours inséré n'est plus seulement le pouvoir royal mais se révèle souvent être un corps constitué qui s'oppose à lui. A la parole du conseil peut alors faire pièce, dans un même numéro de gazette, celles, respectueusement mais décidément antagonistes, du parlement ou de la cour des aides. C'est "arrêt" contre "remontrances". Aux discours suscités en Angleterre, dans les chambres et le cabinet, par les mouvements qui agitent les colonies d'Amérique répondent les proclamations du "congrès général de Philadelphie". On est loin des conceptions et des pratiques de Richelieu ("La Gazette fera son devoir, ou Renaudot sera privé des pensions dont il a joui jusqu'à présent"33) sans pour autant qu'une seule parole éditoriale soit explicitement prononcée, tant il est vrai que la fonction idéologique du gazetier tient largement dans des gestes. On voit comment, au fur et à mesure que l'on s'avance dans le temps, le lecteur postulé par les gazettes est de plus en plus éclairé. Comment en somme il est possible de résumer le trajet historique du medium gazette en le peignant comme l'histoire d'une substitution du locuteur gazetier au locuteur princier. En Renaudot parle le roi. Au contraire Manzon, Luzac et leurs confrères, quels que soient leurs propres ancrages idéologiques, produisent un discours polyphonique à partir de la parole d'institutions plus variées que celles du prince et de son conseil.

46Il y a donc bel et bien deux types de lectures suspicieuses, alertées de la gazette. L'une, liée à l'événement et au genre du récit qui s'y rattache, s'interroge sur la réalité des faits, sur l'objectivité d'un narrateur qui en a rarement été témoin direct. Elle est en outre consciemment ou inconsciemment sollicitée par la neutralité du dire qui – la remarque vaut aussi pour tant de descriptions – manifeste de fait toujours la présence d'un méta-locuteur qui se confond avec le pouvoir. Il s'agit d'une suspicion rhétorique. L'autre, rassurée sur l'authenticité des faits en cela qu'elle s'exerce sur le "discours inséré", pèse les significations politiques de ces faits, en mesure les effets. Son existence témoigne de la modernité d’une gazette qui, privilégiant les formes discursives, installe son lecteur en juge d'enjeux alors moins rhétoriques que politiques.

Annexes

Annexe

FRANCE.

De PARIS, le 26 Décembre.

[...] La description de l’Entrée publique du Prince de Lichtenstein, Ambassadeur de l’Empereur, laquelle a été publiée ici, étant défectueuse & fausse en divers points, comme nous l’avons dit, le public ne sera peut-être pas fâché d’en voir une plus fidèle & plus détaillée. La voici.

1) Un détachement du Guet à cheval. 2) Le Carrosse de l’Introducteur. 3) Le Carrosse du Maréchal de France. 4) Les Pages dudit Maréchal. 5) Un Suisse de l’Ambassadeur à cheval. 6) Trente-six Valets de pied de l’Ambassadeur en deux files, habillés d’écarlate chamarrée d’un double galon d’or, lisière de velours bleu, les vestes bleues & chamarrées d’or en plein, avec les nœuds d’épaule bleu & or, & le chapeau avec un point d'Espagne & un plumet blanc. 7) Le Maître d’Hôtel à cheval. 8) Un Officier de l’Ambassadeur à cheval. 9) Un Ecuyer de l’Ambassadeur. 10) Douze chevaux de main conduits par douze Palefreniers à cheval ; les caparaçons de velours couleur de feu, brodés d’or relevé en bosse avec les armes de l’Ambassadeur, les selles & housses de velours de différentes couleurs, brodées les unes en or & les autres en argent.

11) Huit Palefreniers à cheval. 12) Le premier Ecuyer de l’Ambassadeur à la tête de Huit Pages habillés de velours couleur de cerise avec un point d'Espagne fort riche sur toutes les coutures, la veste de velours bleu avec un point d'Espagne de même ; les nœuds d’épaule or & brodés. 13) Le Carrosse du Roi. 14) Le Carrosse de la Reine & ceux de tous les Princes & Princesses du Sang, comme on l’a déjà dit.

A une distance de trente à quarante pas 15) Cinq carrosses de l’Ambassadeur précédés d’un Suisse à cheval, & accompagnés de quelques Palefreniers à cheval & de deux Garçons d’attelage par carrosse. Les Carrosses de l’Ambassadeur étaient suivis des équipages de quelques Seigneurs Etrangers. 16) Le Carrosse du Prince de Ligne. 17) Celui du Duc à'Ursel. 18) Celui du Comte de Jorger. 19) Celui du Comte de Pachta. 20) Celui du Baron de Quadt. 21) un détachement du guet à cheval fermait la marche.

Description des Carrosses de Mr l'Ambassadeur.

Le premier Carrosse sculpté par le Sr Gervais, Sculpteur du Roi, doré par le Sr Neufmaison, & peint par le Sr Lucas, Peintre de l’Académie Royale de Peinture. Le carrosse garni d’un velours cramoisi brodé en or relevé en bosses, les glands, cordons, franges & crépines d’or ; la housse & les soupentes de même. L’Impériale couverte du même velours, contournée de bronzes dorés & couronnée d’une boule qui représente le monde surmonté d’un Aigle, aussi bronze doré : Attelé de huit beaux chevaux noirs du haras du Prince, dont la crinière était ornée des deux côtés de points d'Espagne, festonnés avec des rosettes brodées & garnies de glands à crépines d’or ; les aigrettes d’un goût nouveau avec de riches crépines & cartisannes d’or, entremêlées de plumets blancs : Les harnais couverts du même velours, galonnés d’or & garnis de bronzes dorés.

La Peinture exprime les effets de la Paix. Le panneau du devant représente la Déesse de la Paix qui fait brûler les instruments de Guerre par des Amours. Le Dossier représente au panneau d’en haut l’Union du Danube, du Rhin & de la Seine ; au panneau d’en bas l’Abondance avec ses attributs. La portière droite représente Minerve & Apollon avec des Amours qui s’appliquent aux Arts & Sciences. La gauche représente d’un côté la Déesse des Grandeurs & de l’autre côté la Déesse des Richesses.

Le second carrosse en argent, sculpté par le Sr Pelletier, garni d’un velours bleu, brodé en argent relevé en bosse. L’Impériale contournée de bronzes argentés & couverte d’un velours brodé ; attelé de huit chevaux de Frise gris-pommelés, les ornements des crinières & les aigrettes bleu & argent dans le goût des précédents. Les harnais couverts du même velours galonnés d’argent & garnis de bronzes argentés.

Le troisième : La Calèche dorée par le Sr Martin le jeune, garnie d’un velours vert brodé en or ; l’Impériale couverte du même velours, contournée & couronnée de bronzes dorés. La Peinture représente des Vertus Héroïques & Morales. La Calèche était attelée de huit chevaux pies ; les ornements des crinières garnis de rubans & glands d’or, les aigrettes, crépines & cartisannes d’or ; les harnais couverts du même velours piqué d’or de trait, & garni de bronzes dorés.

Quatrième carrosse : Berline dorée par le Sr Martin l’aîné, garnie de velours cramoisi, ornée d’une broderie d’or ; l’Impériale contournée de bronzes dorés, attelée de huit chevaux bais Danois. Les ornements des crinières & les aigrettes or & cramoisi, les harnais de maroquin rouge garnis de bronzes dorés.

Cinquième Carrosse : Une Berline dorée & garnie de velours cramoisi ciselé, attelée de six chevaux, les harnais de maroquin rouge & de bronzes dorés.

On a employé les plus habiles Ouvriers de cette Capitale pour faire faire les susdits équipages. Les chevaux de Carrosse, les chevaux de main & la plus grande partie des autres chevaux montés par les Domestiques étaient de l’écurie de l’Ambassadeur.

(Gazette de Cologne, 2 janvier 1739)

Notes

1 Voir D. Reynaud, "Les 'Variétés' de la Gazette des Deux-Ponts", XXII.

2 Concernant cette "littérarité" des gazettes, voir Introduction de ce livre et Y. Séité, "Le 'Roman hebdomadaire'. Fiction et information dans la gazette au XVIIIe siècle", XXII. Sur la description, quelques éléments dans Y. Séité, "La bête du Gévaudan dans les gazettes. Du fait divers à la légende", XIX, pp. 145-153.

3 C. Labrosse et P. Rétat, "Le texte de la gazette", XIX, pp. 135-144.

4 C. Labrosse et P. Rétat, XXIX, p. 216.

5 Dont la GA du 4 jan. 1757 publie les "Observations sur la Déclaration du 10. Décembre 1756., au sujet de la Constitution Unigenitus".

6 C’est bien sûr du soulèvement des colonies d'Amérique qu'il est ici question.

7 Dans toutes nos citations de la gazette, nous nous sommes attaché à restituer dans la mesure du possible la typographie originale.

8 Comme les suivantes, cette citation est extraite du ch. XIX d'E. Benveniste, Problèmes de linguistique générale, 1, Gallimard, 1966, "Les relations de temps dans le verbe français", pp. 237-250.

9 Dans Figure III, Seuil, 1972, p. 260.

10 Un mot cependant des trois fonctions que la nature de l'objet considéré nous amène à mettre ici entre parenthèse. A la "fonction narrative" correspond bien sûr chez le gazetier une "fonction journalistique" : il transmet de l'information comme le narrateur "raconte l'histoire". "L'orientation du narrateur vers lui-même" détermine, à suivre Genette, une "fonction testimoniale ou d'attestation". Rarement sensible chez le gazetier lui-même, celle-ci est bien évidemment à l'œuvre chez ceux qui envoient à la gazette le récit d’un fait dont ils se présentent comme ayant été les témoins :
EXTRAIT d'une Lettre, datée de MOSCOU le 23 Janvier.
A Vanthier, je fus de fort près témoin de l’Exécution du fameux Monstre
Pugatschev & de quelques-uns de ses Conjurés. [...] (GA 3 mars 1775)
Quant à la fonction de communication, elle est postulée par la nature journalistique de la gazette. Il arrive souvent que la parole éditoriale sollicite immédiatement le lecteur. Dans la page suivante les "on" éditoriaux postulent un "vous" lecteur par rapport auquel le verbe avertir prend sa signification :
En conséquence de la convention des Auteurs de Gazettes Etrangères avec Mrs les DIRECTEURS du Bureau-Général desdites Gazettes, le prix de celle-ci est de 36 livres en France, rendue chez les Particuliers à Paris &, franche de port, dans toute l'étendue du Royaume [...]
On avertit qu'il y a aussi dans les Villes, ci-après désignées, des Bureaux particuliers, où l'on peut s'abonner pour cette Gazette ; à
Amiens, chez François, Libraire ; à Cambrai, chez [...] (GU 4 mai 1770)
Doublant la fonction de communication s'en repère ici une autre, inconcevable dans le cadre d'une fiction narrative puisqu'aussi bien le gazetier, à la différence du narrateur qui est une structure, est un être de chair et d'os : la fonction administrative.

11 Figures III, op. cit., pp. 261-262.

12 Ibid., p. 262.

13 Si chaque numéro de gazette multiplie les discours dans tous les sens, ordinaire comme linguistique, de ce dernier terme et avec eux les locuteurs, il est rare en revanche de compter le gazetier lui-même parmi les producteurs d'énoncés. La position ordinaire de ce dernier est celle d'un métalocuteur qui endosse la responsabilité éditoriale du discours global du journal, discours dont il n'a, le plus souvent, produit aucun des éléments constitutifs.

14 "[...] les interventions, directes ou indirectes, du narrateur à l'égard de l'histoire peuvent [...] prendre la forme plus didactique d'un commentaire autorisé de l'action : ici s'affirme ce qu'on pourrait appeler la fonction idéologique du narrateur [en l'occurrence : du gazetier] [...]", G. Genette, Figure III, op. cit., pp. 262-263. Dans les matières politiques débattues par le Courrier, le terme "idéologique", tout en conservant son sens narratologique, doit également être pris dans une acception étroitement politique.

15 Voir J. Herman, Le Mensonge romanesque. Paramètres pour l'étude du roman épistolaire en France, Leuven U. P. & Amsterdam, 1989, en part. pp. 44-50.

16 J. de Vet, "Le Courier du Bas-Rhin de Jean Manzon et les Provinces-Unies (1787-1795) : un traitement idéologique de l'information", XIX, pp. 107-120.

17 Ce terme de "discours", l'un des plus polysémiques qui soient dans les sciences humaines (voir D. Maingueneau, L'Analyse du discours. Introduction aux lectures de l'archive, Hachette, 1991, pp. 14-16), est ici employé dans une troisième de ses acceptions – après celle, ordinaire, d'allocution et celle, proprement linguistique, introduite par Benveniste. Nous en usons ici avec une valeur plus foucaldienne que strictement linguistique, valeur que D. Maingueneau (ibid., p. 18) explicite en ces termes : "Le geste inaugural de l'analyse du discours consiste à ramener à l'unité d’un positionnement une dispersion d'énoncés. Elle se distingue d'autres disciplines par la nature du principe qui préside à ce regroupement. Pour elle ce n’est pas un critère formel, d'ordre typologique en particulier, qui doit intervenir, mais le rapport à un lieu d'énonciation permettant d'identifier ce qu'on appelle à la suite de L'Archéologie du savoir de M. Foucault une formation discursive'". Dans le cas de la gazette, l'institution de production et de diffusion du discours est le journal lui-même que caractérisent sa "polyphonie" et sa capacité à produire un "discours" à partir d'énoncés de types très variés. Si on la considère isolément, la gazette ne saurait être approchée strictement en termes de "formation discursive". En revanche, si on met la Gazette de France des années 1618-48 (guerre de Trente ans) en série avec les livraisons du Mercure, les pamphlets commandés par Louis XIV à des propagandistes, les gravures représentant le roi en Hercule, les statues équestres du souverain, etc., se dessinent alors les contours d'un lieu (en l'espèce, le souverain et son cabinet) de production de ce qui constitue à proprement parler des formations discursives. J. Cornette a décrit un tel dispositif dans Le Roi de guerre. Essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Payot, 1993. Ici nous appelons "discours" de la gazette le commentaire de l'actualité que produit, dans l'accomplissement de sa fonction idéologique, le gazetier ; soit directement (par ses activités de rédacteur, de "rewriter"), plus souvent indirectement (composition d'un numéro, gestes de la mise en page, etc.).

18 Même si elles n'affectent ici que des substantifs renvoyant à des titres ou à des charges : le fait, lié au contenu de la nouvelle, est peu significatif. Dans la nouvelle qui suit celle-ci, tous les noms communs (Trésorier, Cour, Acte, Mathématiques, etc.) bénéficient de ce signe d'une élection qui ne fait dès lors sens que dans la sphère grammaticale et non dans celle des mentalités politique et/ou journalistique. Un tel usage des capitales, sans être général, est courant au XVIIIe siècle et se laisse repérer dans bien d'autres textes que celui de la gazette. Voltaire ainsi, en plus d'une occasion, se désole de cette manie qu’ont les "maudits compositeurs" de ses libraires genevois Cramer "de mettre de grandes lettres partout" (Best. D. 1652) et aujourd’hui encore, la langue allemande en use pareillement avec ses substantifs.

19 les modalités d’apparition du "peuple" dans la gazette, voir notre contribution "L'ordinaire du religieux", XXI.

20 La prise en charge de l’événement par le récit dans la gazette a été analysée en particulier par C. Labrosse, "Stratégie et discours : les nouvelles de Pologne dans quelques périodiques français de décembre 1734", V, pp. 5-21 et P. Rétat, "Les Gazettes : de l’événement à l'histoire", V, pp. 23-38.

21 Sur ces termes (respectivement empruntés à H.-R. Jauss et à N. Zemon Davis), voir Y. Séité, "Le'Roman hebdomadaire'. Fiction et information dans la gazette au XVIIIe siècle", XXII.

22 E. Benveniste, Problèmes de linguistique générale, 1, op. cit., p. 241.

23 Le terme de "document" envisage les données qu'il désigne sous l'angle matériel, journalistique. Pour faire place à une logique textuelle, linguistique, si le recours au terme d'"énoncé" offre d'abord certains avantages, c'est pourtant une fois de plus le terme de "discours" qui s'impose mais c'en est la quatrième acception dans le cadre de la présente étude ! Lorsqu'il sera question du fonctionnement rhétorique, pragmatique des "documents insérés", nous nous proposons néanmoins de parler d’"énoncés insérés" mais plus encore de "discours insérés", considérant, avec L. Guespin (cité par D. Maingueneau, op. cit., p. 15) que "l'énoncé, c'est la suite des phrases émises entre deux blancs sémantiques, deux arrêts de la communication ; le discours, c'est l'énoncé considéré du point de vue du mécanisme discursif qui le conditionne. Ainsi un regard jeté sur un texte du point de vue de sa structuration 'en langue' en fait un énoncé ; une étude linguistique des conditions de production de ce texte en fait un 'discours'." Nous faisons le pari que le lecteur sagace et longanime saura s'y retrouver dans la prolifération des sens du mot "discours".

24 Dans ces notes infrapaginales se fait entendre une pure voix éditoriale. Cette pratique de l'annotation va dans le sens d’une légitimation du rapprochement plus haut proposé entre l"'éditeur" du roman par lettres, grand annotateur (Rousseau, Laclos et d'autres nous l’apprennent) des lettres qu'il édite, et le gazetier.

25 Même si, selon la procédure attendue, la lettre de Sidi-Hamet Elgazel est incluse dans la dépêche que le correspondant adresse au gazetier.

26 La plus récente formulation par O. Ducrot de la théorie polyphonique (par laquelle le linguiste s'attache en particulier à rendre compte du phénomène de l'ironie) se trouve dans Le Dire et le dit, Minuit, 1984, dont sont extraites toutes les citations qui suivent. Les emprunts que nous effectuons font un usage simplificateur d'un édifice théorique subtil et rigoureux.

27 Mais en publiant le texte, le gazetier en endosse ce que l'on pourrait appeler l'énonciation journalistique. Le terme d'énonciation ne renvoie plus alors à une activité strictement linguistique mais symbolique : si le gazetier ne signe aucun des textes particuliers qui composent un numéro de sa gazette, il assume en revanche la responsabilité de l'énonciation globale du numéro. L'existence de privilèges nominativement accordés au gazetier ne fait d'ailleurs que manifester, sur les terrains juridique et commercial, cette posture linguistique (de métalocuteur) et morale (le gazetier garantit a priori, statutairement, l'authenticité des faits qu'il rapporte).

28 A l’inverse, dans le récit, il y a toujours distinction originelle du texte et du fait ; le premier étant une interprétation du second par le moyen du langage verbal. Si donc l'événement est, dans le document inséré, de nature verbale, une approche pragmatiste de la gazette, conforme aux perspectives ouvertes par les travaux de J. L. Austin, J. Searle, O. Ducrot et d'autres, voit sa légitimité renforcée.

29 Dans un usage strict, on rappellera qu'Austin (Quand dire c'est faire, tr. fr., Seuil, 1970) appelle "performatifs" les verbes qui, par le seul fait de leur énonciation à la première personne du présent de l'indicatif, accomplissent l'acte qu'ils énoncent ; cas de "jurer", par exemple. On voit l'usage bien relâché que nous faisons ici des concepts de la pragmatique...

30 Ph. Hamon, Introduction à l'analyse du descriptif, Hachette, 1981, p. 263.

31 C'est le cas de la bête du Gévaudan, dont la monstruosité doit beaucoup à l'encre et au papier.

32 Sur la description de ces cadeaux, voir C. Thomas et R. Favre, "Le mariage du Dauphin et de Marie-Antoinette : estampe et feu d'artifice", XXII, p. 214.

33 Cité par J. Cornette, Le Roi de guerre, op. cit., p. 378.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540