Version classiqueVersion mobile

Éducation, prédication et cultures au Moyen Âge

 | 
Marie-Anne Polo de Beaulieu

Une culture entre oralité et écriture

Exempla et contes populaires1

Texte intégral

  • 1 Communication présentée au colloque Le conte de tradition orale dans le Bassin méditerranéen, Carc (...)
  • 2 P. Delarue et M. L. Tenèze, Le Conte populaire français, catalogue raisonné des versions de France (...)

1Si l’on tente une archéologie des contes populaires l’on trouve au Moyen Âge des relais écrits et savants qui ont contribué à la conservation et à la circulation de ces récits dans diverses couches de la société. Les exempla sont un des plus importants jalons écrits de l’histoire de cette culture orale qui nous intéresse aujourd’hui2. Or les exempla n’ont pas été des relais neutres, nous verrons comment ils ont intégré les thèmes des contes dans leur projet pastoral. Puis, nous présenterons les instruments de travail qui permettent aux chercheurs de tous horizons (ethnologue, linguiste, historien…) de repérer des contes dans la masse des recueils d’exempla. Enfin nous terminerons par une étude précise, inscrite dans le domaine méditerranéen : un recueil d’exempla composé au XIVe siècle à Saint-Maximin : l’Echelle du Ciel de Jean Gobi.

  • 3 Cl. Bremond, J-CI. Schmitt, J. Le Goff, « L’exemplum », Typologie des sources du Moyen Âge occiden (...)
  • 4 J-Th. Welter, L’exemplum dans la littérature religieuse et didactique du Moyen Âge, Paris et Toulo (...)
  • 5 Cf. L’exemplum, op. cit. : 39-42.

2Le plus simple est de partir de la définition de l’exemplum la plus communément admise : « un récit bref donné comme véridique et destiné à être inséré dans un discours, en général un sermon, pour convaincre un auditoire par une leçon salutaire3. » A partir du XIIIe siècle et jusqu’au XVe siècle les recueils d’exempla se multiplient ; les plus célèbres souvent cités dans des anthologies de contes sont : le Dialogue des miracles de Césaire de Heisterbach, les exempla extraits des sermons de Jacques de Vitry, Le Traité des sept dons du Saint-Esprit d’Etienne de Bourbon et les Gesta Romanorum4. L’exemplum peut y prendre des formes très variées selon son origine et la nature des personnages mis en scène. Il peut être un récit hagiographique, un récit de vision de l’au-delà, un extrait de chronique, un dit ou un fait d’un personnage important, une fable, une légende, un récit facétieux ou un conte merveilleux5. C’est à ces derniers types que nous nous intéresserons plus particulièrement aujourd’hui.

3On a remarqué que les exempla fondés sur un conte sont souvent plus longs que les autres, preuve que leur insertion dans un contexte si particulier ne va pas sans contraintes. Il semble que le compilateur ait du mal à transcrire et à résumer en latin une matière narrative qu’il a pu entendre en langue vulgaire, et dont la richesse doit être soumise à la rhétorique de l’exemplum. Cette remarque pose le problème des sources de l’exemplum, et plus précisément des exempla comportant des contes.

La recherche des sources

  • 6 In visitatione mortuorum : mention unique, Echelle du Ciel no 294.
  • 7 A. Lecoy de la Marche, Anecdotes historiques, légendes et apologues tirés du recueil inédit d’Etie (...)
  • 8 Caesarii Heisterbachensis, Dialogus miraculorum, Ed. Strange, 1851, t. 1, p. 127.
  • 9 L’exemplum, op. cit89-90 ; McGuire, Brian Patrick, « Friends and Taies in the Cloister : Oral sour (...)

4Il existe deux sortes de canaux d’information introduisant l’exemplum : une mention de source orale et une mention de source écrite. La première est assez rare, elle est à chercher derrière les expressions : « on dit, on raconte, j’ai ouï dire, j’ai entendu dans un sermon, j’ai entendu dans une visite de deuil6. » Encore faut-il se méfier de certaines de ces expressions, car après vérification il s’avère qu’elles désignent une source écrite, d’ailleurs Jean Gobi écrit lui-même « on dit dans les Vies des Pères » (exemplum no 12). Une source orale ou l’expérience même du prédicateur peuvent être à l’origine des exempla dépourvus de source explicite. Retenons que la tradition orale dans les exempla n’est pas (ou très rarement) en prise directe avec la culture folklorique, le cas où les fidèles rapportent eux-mêmes un récit au prédicateur est exceptionnel7. Cependant, Césaire de Heisterbach nous présente un abbé à l’affût des rumeurs (fama divulgante) pour alimenter sa quête de récits exemplaires8. Il semble bien que dans la majorité des cas les contes, les fables ont été transmises comme bonnes histoires circulant entre cuisine et bibliothèque des monastères ; les novices, les convers et les laïcs de passage contribuant à leur renouvellement9. On a désigné cette circulation orale des récits dans les couvents par le terme de « folklore monastique ».

  • 10 L’exemplum, op. cit. : 86-87 ; J.-Cl. Schmitt, « La parola addomesticata. San Domenico il gatto e (...)

5Mais les contes ont pu également être connus par des sources savantes, écrites en latin : les Dialogues de Grégoire le Grand, les vies de saints, les bestiaires et les autres recueils d’exempla. Ces derniers ont parfois contribué à une « refolklorisation » de certains récits, d’origine folklorique, repris anciennement par la culture savante et à nouveau vulgarisés par la prédication10.

  • 11 Ordre logique : Le traité d’Etienne de Bourbon cité plus haut ; ou celui de Césaire de Heisterbach (...)

6Quoi qu’il en soit de son origine, le conte inséré dans un recueil d’exempla subit un traitement particulier. Il est contrôlé de l’extérieur par tout un réseau interprétatif : le plan du recueil (logique ou alphabétique11,) une leçon d’introduction et parfois une moralisation. La moralisation des exempla apparaît dans l’Alphabet des Récits, se développe dans l’Echelle du Ciel et prend une grande ampleur dans les Gesta Romanorum. Ce contexte religieux imprime au conte une dimension eschatologique. Le contenu narratif subit parfois des déformations notables. Il est quelques fois éclaté en plusieurs épisodes redistribués suivant leur pertinence dans divers chapitres ou rubriques (Echelle du Ciel no 609 et 610). L’intrigue peut être remaniée de manière à faire surgir clairement deux pôles : le Bien et le Mal, les êtres ambigus ou fantastiques étant souvent diabolisés.

Instruments de travail pour le repérage des contes

  • 12 Aarne A., Thompson St., The Types of the Folktale. A classification and bibliography ; 2e édition (...)

7Malgré ce remodelage, il est possible et passionnant de retrouver des contes populaires dans les recueils d’exempla, grâce à un certain nombre d’instruments de travail. Certains ne sont pas spécifiques et tous les folkloristes les manient souvent ; on citera pour mémoire des index de contes-types (Aame-Thompson), des anthologies (frères Grimm, repris par Boite et Polivka, Roehrich) et un dictionnaire des contes qui, tous, intègrent des recherches sur les sources médiévales12.

  • 13 F. C. Tubach, Index exemplorum. A Handbook of Médiéval Religious Tales, Helsinki, 1969, rééd. 1981 (...)

8En outre, il existe un index spécifique pour les exempla médiévaux13, l’Index exemplorum de F. C. Tubach. Dans sa conception il s’apparente à l’index des contes-types (The Types of the Folktale), dans la mesure où F. C. Tubach résume chaque exemplum. et fait figurer ce résumé sous un numéro de son index. Sa technique de classement et de référence croisée se ramène au choix d’un ou deux mots-clés. Le choix de la notion mise en vedette n’est pas toujours pertinent pour les diverses versions de l’exemplum analysé. Il suffit d’une légère différence dans le statut du héros pour ne pas le retrouver dans l’index. Dans certains cas la recherche n’aboutit pas. Pourtant cet index est actuellement irremplaçable pour toute recherche sur les exempla, car pour chacun des 5400 recensés F. C. Tubach donne la liste des œuvres où il se trouve, parfois la référence à The Types of the Folktale et au Motif index et une bibliographie citant les grands répertoires de contes du monde entier.

  • 14 Voir les Tables critiques à l’Index exemplorum, parues dans J. Berlioz et M. A. Polo de Beaulieu, (...)
  • 15 Depuis la parution de cet article le projet a pris une nouvelle orientation : l’idée d’étendre l’I (...)

9Un des projets de notre groupe de recherche est de rendre plus maniable cet index. Nous l’avons déjà saisi sur ordinateur pour 15 auteurs « classiques » de recueils d’exempla et nous l’avons trié, de manière à obtenir 15 index dont la clé est le numéro de l’exemplum de tel recueil, la deuxième colonne comporte la référence au numéro de F C. Tubach et la troisième des compléments et corrections14. Plus tard nous intégrerons à ce fichier des recueils inédits, mais dont l’édition est déjà en cours. A l’avenir, l’insertion des recueils d’exempla non pris en compte par F.C. Tubach impliquera une extension de la numérotation de l’index exemplorum. Ce projet d’amélioration et d’extension de cet index est étroitement lié à la seconde vocation de notre groupe de travail15 : le repérage des manuscrits comportant des exempla et éventuellement leur édition.

  • 16 Cl. Bremond, « Structure de l’exemplum chez Jacques de Vitry », dans L’exemplum, op. cit. : 110-16 (...)
  • 17 J. Berlioz, « Le récit efficace : « l’exemplum » dans la prédication (XIIIe siècle) », dans Mélang (...)
  • 18 J. Le Goff, « Réalités sociales et codes idéologiques au début du XIIIe siècle : un exemplum de Ja (...)
  • 19 J-CI. Schmitt, « Jeunes et danse des chevaux de bois. Le folklore, méridional dans la littérature (...)

10Ce corpus en voie de constitution a déjà été abondamment étudié selon trois axes qui recoupent les préoccupations des spécialistes du conte. L’étude structurelle des exempla a été menée par Claude Bremond16, qui a montré que les fonctions de Vladimir Propp sont à l’œuvre dans les exempla. A été naturellement analysée la prédication, qui est une forme particulière de la narration, car les exempla, bien que conservés sous une forme écrite, se rattachent à l’histoire de la parole. Jacques Berlioz a mis en lumière l’efficacité de cette parole sacrée17. Enfin des études sociales des exempla ont révélé toute leur richesse pour la connaissance de l’idéologie (cf. les travaux de J. Le Goff18), de la culture folklorique et de la dynamique des échanges culturels (cf les travaux de J.-Cl. Schmitt19).

11Voyons maintenant sur un exemple précis, l’Echelle du Ciel de Jean Gobi, tout ce qu’un recueil d’exempla peut apporter aux recherches sur le conte et sa diffusion.

Les contes de l’Echelle du Ciel de Jean Gobi le Jeune

  • 20 T.F. Crane, The « exempla » or illustrative stories from « the sermones vulgares » of Jacques de V (...)

12L’Echelle du Ciel est une importante compilation d’environ 1000 exempla, composée entre 1327 et 1330 à Saint-Maximim. Les exempla y sont répartis dans 122 rubriques, elles-mêmes classées suivant l’ordre alphabétique. Elles recouvrent quatre types de notions : les vices et les vertus, les statuts sociaux et les concepts élémentaires d’un catéchisme de base. Le texte est écrit en latin avec quelques passages en provençal. Tous les types d’exempla y sont représentés, mais le plus grand mérite de l’Echelle du Ciel est, aux yeux des spécialistes de la littérature orale, de nous livrer les premières versions écrites d’un certain nombre de contes. Dès 1890 T. F. Crâne a souligné l’intérêt de cette œuvre pour l’histoire de la littérature orale, plus récemment P. Delarue a repris cette piste de recherche20.

13L’Echelle du Ciel était inédite au moment de la réalisation de l’index exemplorum de F. C. Tubach ; en revanche, S. Thompson et P. Delarue la citent (d’après les éditions incunables Lubeck, 1476 ou Ulm, 1480), mais de façon irrégulière et parfois approximative. D’après mes premières recherches environ 159 exempla contiennent des contes types ou des motifs de contes. C’est parmi eux que l’on trouve les exempla les plus développés, d’une centaine de lignes, sans compter l’exemplum « monstrueux » de 715 lignes qui n’est autre qu’un résumé du Roman des Sept Sages. En règle générale, ces exempla se donnent une source savante soit très vague avec l’expression « on lit », soit précise : sont ainsi cités des recueils d’exempla antérieurs : Etienne de Bourbon, Jacques de Vitry, Pierre Alphonse, Césaire de Heisterbach, le Spéculum exemplorum. La moitié de ces exempla est introduite par une leçon comme celle qui ouvre le récit se rattachant au thème de la fille aux mains coupées : « Deuxièmement la chasteté libère des dangers ». Dans le récit de la quête du remède merveilleux (no 538, annexe 1, p. 113) la leçon fait défaut, en revanche une moralisation suit le conte, elle reprend chaque détail du récit pour lui conférer une signification symbolique ou morale, ce qui est le cas d’environ un quart des exempla comportant des contes.

  • 21 P. Delarue, op. cit., t. 1, p. 11.

14L’originalité de l’Echelle du Ciel n’est donc pas la transmission de contes déjà cités dans d’autres recueils, mais celle de contes pour lesquels nous n’avons pas de source écrite antérieure. Ce sont d’après P. Delarue21 :

  • La fille aux mains coupées ; conte type 706 ; exemplum no 180.
  • Les fils en quête d’un remède merveilleux pour leur père ; conte type 550-551 ; exemplum no 538 (cf. traduction en annexe).
  • Le garçon qui comprend le langage des oiseaux ; conte type 671 ; exemplum no 520, 15e récit du Roman des Sept Sages ;
  • Le mort reconnaissant ; conte type 506 var. ; exemplum no 474.
  • Le clerc qui fait le devin ; conte type 1535, exemplum no 207.

15P. Delarue ajoute un « et cetera » mystérieux dont je n’ai pas encore exploré toute l’étendue.

16Ma quête du conte dans l’Echelle du Ciel s’est poursuivie au delà de ces cinq exemples, au gré des références données par F.C. Tubach, P. Delarue et M.-L. Tenèze, L. Rohrich ; elle a permis la constitution du tableau (donné en annexe 2), qui n’a pour l’instant aucune prétention d’exhaustivité. Les rubriques les plus prolifiques en contes se rattachent à la famille : la femme, les fils ; aux vices ayant des conséquences sociales importantes : le vol, l’avarice, la tromperie, l’usure et la parole désordonnée (locutio inordinata). Une seule vertu fournit l’occasion de citer des contes : la chasteté. Quelques notions théologiques se prêtant facilement au miracle et au merveilleux en offrent aussi, la rubrique consacrée à la Sainte Vierge (la plus importante de l’Echelle du Ciel avec 55 exempla), la Passion du Christ et le Corps du Christ. Au total le recueil nous a fourni 57 contes-types et 204 motifs.

  • 22 J. Sonet, Le roman de Barlaam et Josaphat, recueil de travaux d’histoire et de philologie, Univers (...)

17L’exemplum a donc pu servir de conservatoire de contes oraux, de courroie de transmission de contes populaires passés dans la culture savante écrite. La situation d’intermédiaire culturel de l’exemplum en fait un remarquable poste d’observation des échanges culturels complexes à l’œuvre dans la société médiévale. Un des cas les plus étranges de ces « métissages culturels » est l’adoption par l’hagiographie chrétienne de la vie de Bouddha sous le nom de Barlaam, largement diffusée par les recueils d’exempla22. Les fables nous permettent également de mettre à jour divers processus de (re) folklorisation de thèmes savants ou devenus savants.

La moralisation des fables dans l’Echelle du Ciel

  • 23 T. Whitesell, « Fables in Médiéval “exempla” », dans Journal of English and Germanic Philology, 46 (...)
  • 24 Voir Welter, op. cit., p. 328-334.

18En effet, de nombreuses fables anciennes transmises aux fidèles par la prédication se retrouvent par la suite dans le corpus des contes animaliers ou autres. M’appuyant sur un article de T. Whitesell 23, j’ai tenté de répertorier les fables de l’Echelle du Ciel. Ses résultats diffèrent légèrement des miens ; au total T. Whitesell compte 61 fables (56 d’après mes relevés), ce qui est assez considérable et place Jean Gobi en quatrième position parmi les23 auteurs étudiés dans cet article, après Eudes de Chériton (116 fables), Jacques de Vitry (102 fables) et Jean Bromyard (83 fables). Il est nécessaire de relativiser ce classement dans la mesure où Eudes de Chériton a composé un recueil de fables tirées de ses sermons, Jacques de Vitry n’a pas à proprement parler composé de recueil d’exempla. Le seul auteur qui s’inscrive explicitement dans le même genre que Jean Gobi est Jean Bromyard 139024), (auteur d’un recueil d’exempla un peu plus volumineux que l’Echelle du Ciel (1200 exempla).

19L’étude de Whitesell insiste sur les efforts de christianisation des fables antiques et d’origine orientale (indo-arabe), l’apparition (et l’assimilation rapide) de nouvelles fables au XIIIe siècle sous la plume de prédicateurs des Ordres Mendiants, prompts à critiquer et à ridiculiser les divers états de la société. T. Whitesell propose de classer les fables d’après leurs origines, distinguant : les fables d’origine gréco-romaine, celles d’origine orientale, les fables communes aux deux traditions et les fables nouvelles (voir le tableau en annexe 3). Jean Gobi a largement puisé dans le fonds traditionnel gréco-romain souvent ésopique (17 fables), sans pour autant mépriser, tant s’en faut, les fables d’origine orientale (14 fables) et les fables communes aux deux traditions (10 fables essentiellement animalières), toutes déjà bien acclimatées à la société occidentale. Il utilise avec une certaine jubilation les « nouvelles fables » créées au XIIIe siècle par les religieux engagés dans le formidable mouvement de prédication populaire. Ces dernières se moquent à l’envie des membres du clergé séculier – évêques, abbés et abbesses, mais également des marchands trop âpres au gain, des femmes infidèles et des paysans trop goinfres…

20Si ce dernier type de fables n’exige guère de transposition pour faire passer son message auprès des auditeurs, le processus est parfois moins aisé dans les autres catégories, si bien que Jean Gobi a recours à l’exégèse allégorique de la fable, autrement dit à sa moralisation, comme on peut le voir dans cet exemple extrait de la rubrique consacrée à la compassion (exemplum no°226) :

« De même, on lit dans le traité des Sept Dons du Saint Esprit, que le pape Alexandre dans un sermon raconta que tous les membres d’un corps se révoltèrent contre l’estomac et le cœur, car il leur semblait qu’ils gardaient pour eux tous les aliments. Et pour cette raison ceux-ci se rétractèrent afin de ne pas leur prodiguer de nourriture. Alors les membres commencèrent à s’alanguir. Voyant cela, l’estomac et le cœur les aidèrent en leur donnant les aliments et les membres reçurent d’eux les mêmes bienfaits qu’auparavant.
Au sens spirituel, l’estomac est l’Eglise, le cœur donnant la vie est le Christ, mais les membres sont les riches et les puissants de ce monde. Quand en effet, la compassion est détournée par les fidèles, Dieu retire ses bienfaits ; mais quand l’Homme la déploie (sa compassion), Dieu augmente ses bienfaits aussi. »

21Ce rapide tour d’horizon de la fable dans l’Echelle du Ciel indique à quel point elle peut être un moyen puissant de persuasion dans la stratégie pastorale des prédicateurs. Mais Jean Gobi n’a pas toujours su maîtriser les matériaux narratifs qu’il a intégrés dans son recueil, on en voudra pour preuve la singulière allure de l’exemplum no 520.

Echec d’une moralisation : leRoman des Sept Sages de Rome

22En effet, le résumé du Roman des Sept Sages, qui constitue un exemplum de 715 lignes, semble avoir tellement fasciné Jean Gobi qu’il n’en tire qu’une très vague leçon morale « Sixièmement la femme est capable d’inventer toutes sortes de méchancetés », leçon annoncée au début mais qui ne reçoit aucun relais (leçon ou moralisation) au cours de ce long récit. Venu d’Inde à une date inconnue, ce récit a connu un très grand succès en Occident. Le premier texte latin date du XIIe siècle : le Dolopathos de Jean de Hauteseille ; le premier texte français apparaît vers 1235 sous la plume d’un certain Herbers « Li romans de Dolopathos ».

  • 25 Voir la traduction de cet exemplum et une bibliographie sommaire, ci-après, p. 213-232.

23Selon Gaston Paris, Jean Gobi nous livrerait le résumé d’un livre perdu intitulé « Livre des Sept Sages » écrit en latin (Liber de septem sapientibus). La trame en est une sorte de joute oratoire (à coup de contes), entre sept sages et l’impératrice, dont l’enjeu est la vie du fils de l’empereur ; cette joute dramatique se clôt sur un conte raconté par le vainqueur : le fils de l’empereur. Il en découle donc 15 histoires enchâssées dans un long récit-cadre25 :

  1. Du pin et du petit pin ;
  2. Le lévrier injustement tué26 ;
  3. Le berger et le sanglier ;
  4. Hippocrate et son neveu ;
  5. Le gardien du trésor royal tué par son fils ;
  6. L’épouse qui teste à ses dépens l’indulgence de son époux ;
  7. Le sénateur qui vend sa femme au roi Grossus ;
  8. Du chevalier qui aimait trop sa femme ;
  9. Prodiges de Virgile pour protéger une ville ;
  10. Mésaventures de la pie espionne ;
  11. Le roi Hérode et les sept sages ;
  12. La matrone d’Ephèse ;
  13. Le chevalier qui aimait trop sa fille ;
  14. La belle-mère jalouse ;
  15. Le prince qui comprenait le langage des oiseaux ;

24Dans ce cas précis, il est indéniable que Jean Gobi semble avoir perdu le contrôle de son récit et se soit laissé aller au plaisir de la narration.

***

25L’analyse des contes dans l’Echelle du Ciel prouve l’attention de Jean Gobi le Jeune pour ce type de récit et, implicitement, le goût des fidèles. La richesse de ce recueil en contes explique sans aucun doute son succès durable : de nombreux manuscrits ont été conservés dans toute l’Europe, des éditions incunables et les preuves d’emprunts dans des recueils postérieurs comme les Gesta Romanorum, au XVIe siècle, le Schimpf und Ernst du franciscain Jean Pauli et au XVIIe siècle le Magnum Spéculum Exemplorum du jésuite Jean Major. Gageons que lorsque ces recueils d’exempla sont devenus des livres de lecture (personnelle et silencieuse ou collective et à voix haute) l’Echelle du Ciel a pu apporter, au delà de son appareil didactique, un véritable plaisir au lecteur et au public.

Bibliographie

Bibliographie

Aarne A., Thompson St., The types of the Folktale, Helsinki, 1961, conte-type no 550-551.

Tubach F. C., Index exemplorum, Helsinki, 1969, no 521.

Delarue P., Tenèze M. L., Le conte populaire français, t. 2, Paris, 1964, p. 358-364.

Massignon G., Contes de l’Ouest, Paris, ed. Erasme, 1953, p. 250-252.

Crane T.F., « Two médiéval folktales », dans Germania, 30 (1885), p. 203.

Bolte J. et Polivka G., Anmerkungen zu den Kinder und Hausmärchen der Brüder. Grimm, Leipzig, 1913, t. 2, no 57, p. 510-513.

Bremond Cl., Berlioz J., Velay-Vallatin C., Formes médiévales du conte merveilleux, Paris, Stock/Moyen Âge, 1989, p. 99-105.

Annexes

ANNEXES

1. – Traduction de l’exemplum no 538 : La quête du remède merveilleux pour le père malade

De même, un roi atteint d’une maladie incurable apprit des médecins que seule l’eau de jouvence pourrait le guérir, car elle était la panacée universelle. Si bien qu’il appela ses fils et les supplia de parcourir le monde pour goûter ses eaux, et il promit son royaume à celui qui lui apporterait cette eau de jouvence. Alors, les fils ayant reçu de l’argent se partagèrent ainsi le monde : le plus âgé passerait par les rivages, le suivant par les plaines et le plus jeune par les montagnes. Or, le cadet trouva dans une forêt la maison d’un vieillard qui lui apprit où était la fontaine de jouvence et les divers dangers auxquels il s’exposait, en lui disant qu’il valait mieux ne pas y aller s’il n’était pas capable de les affronter. Le premier danger était la rencontre d’un serpent qu’il fallait tuer. Le second la rencontre d’un chœur de jeunes filles qu’il ne fallait pas regarder. Le troisième était la rencontre de chevaliers et de barons portant toutes sortes d’armes, et dont il ne fallait rien accepter. La quatrième était l’ouverture de la porte du palais où se trouvait une jeune fille détenant la clé de la fontaine de jouvence. Mais la porte était pourvue de cloches qui sonnaient au moindre toucher. Afin de pallier ce danger l’ermite lui donna une éponge pour remplir les cloches et ainsi les empêcher de sonner.

Alors le jeune homme se mit en route, et comme le serpent l’attaquait il le tua facilement avec sa lance. Il entra ensuite dans un pré où de belles femmes l’entourèrent, mais lui, se voilant la face repartit sans un mot. Comme il atteignait un beau château, des barons et des chevaliers accoururent pour lui offrir toutes sortes d’armes et de beaux chevaux, mais lui, méprisant tout cela se dirigea vers le palais. Ayant rempli les cloches d’éponge il entra dans le palais et vit une très belle femme, qu’il supplia humblement de lui montrer la fontaine de jouvence. Elle répondit : « Mon père m’a dit que j’épouserai le chevalier qui aurait vaincu toutes les épreuves mises sur son chemin et arriverait sain et sauf jusqu’à moi ; et puisque tu es celui-là tu auras non seulement l’eau de la fontaine de jouvence, mais aussi moi-même comme épouse. »

De retour chez son père après son mariage, il obtint en outre le royaume.

Sur le plan spirituel, ces trois fils du genre humain, dont le père est malade, représentent trois sortes d’hommes. L’un est celui qui recherche la richesse et il passe par les rivages ; l’autre les plaisirs et il parcourt la plaine, le troisième passe par la pénitence et emprunte les routes de montagne. Il subit quatre épreuves : le goût de la vengeance qui est le serpent ; les plaisirs de la chair qui sont les femmes ; l’attachement aux choses terrestres et la peur de la pauvreté qui sont les chevaliers ; l’appétit des honneurs qui sont les cloches. Il évite la première par la lance de la mémoire de la Passion du Christ, la seconde par la fuite dans la pauvreté, la troisième par l’espoir d’une récompense et la quatrième par l’éponge de l’humilité. Alors seulement il entre dans le palais de la grâce, il y trouve la charité, qui est fille de Dieu, et obtient non seulement l’eau de la rémission des péchés mais aussi cette jeune fille comme épouse.

2. — liste des contes-types de l’Echelle du Ciel

Listes des abréviations utilisées :

A.T. : A. Aame, S. Thompson The Types of the Folktale (FFC 184), Helsinki, 1961 (indication du numéro et du chapitre)

TU : F.C. Tubach, Index Exemplorum. A handbook of medieval religious Tales, FFC 204, Helsinki 1969.

Titre : Le titre de l’exemplum dans l’Echelle du Ciel.

No de conte-type

Echelle du Ciel

Titre

No dans l’Index de Tubach

Fables animalières

34A

no 111

La proie pour l’ombre.

TU. 1699

57

no 33

Le corbeau et le renard.

TU. 2177

59

no 294

Le renard et les raisins.

150

no 101

Le rossignol et l’oiseleur.

TU. 322

155

no 507

Le serpent réchauffé.

TU. 4254, 4256, 4262

179

no 932A

L’ours et les deux amis.

214*

no 751

L’âne et le cheval.

221

no 465

La ruse du corbeau au parlement des oiseaux.

TU. 1360

222

no 420

Légende de la chauve souris.

TU. 501

278

no 419

Le rat et la grenouille.

TU. 3425

Adversaires surnaturels

314

no 679, 930

Légende de Robert le diable.

TU. 4119

325

no 72

Le magicien et son élève.

TU. 3131

Tâche surnaturelle

470A

no 756

Le festin de pierre.

470B

no 797

Le pays où l’on ne meurt pas.

471A

no 556

Le moine et l’oiseau

TU. 3378

Aide surnaturelle

502

no 679, 930

Légende de Robert le diable.

TU. 4119

506A

no 474

Le mort reconnaissant.

516

no 64

Ami et Amile.

TU. 198

550

no 538

Les fils à la recherche d’un remède merveilleux pour leur père.

TU. 5214

Objets magiques

569

no 342

Les danseurs maudits.

TU. 1419

613

no 530

La foi du mage et la foi du juif.

TU. 304

Pouvoirs/savoirs surnaturels

654

no 537

Les trois fils habiles.

TU. 3638

671

no 520(15)

Le garçon qui comprend le langage des oiseaux.

TU. 636 var.

Autres contes surnaturels

706

no 180

Mésaventures de la chaste fille du comte de Poitou.

TU. 3035

712

no 184

L’épouse calomniée guérit les lépreux

TU. 1898

Contes religieux

759

no 85

L’ange et l’ermite.

TU. 2558

826*

no 251-655

Le diable au parchemin.

TU. 1630A

Romans – Nouvelles

884

no 181

La fille de l’empereur de Constantinople et le marchand toulousain.

TU. 4021

910B

no 794

Deux pèlerins en quête du bon chemin.

TU. 4111

920C

no 531

Le fils légitime refuse de tirer sur le corps de son père.

TU. 1272

922H

no 897

Le roi qui demande à ses sujets combien il vaut.

TU. 3465

934

no 819

Androclès.

TU. 215

938

no 813

Légende de Placide Eustache.

TU. 1920

960A

no 544

Le voleur et les perdrix.

981

n° 283

Les 3 meilleurs amis.

TU. 1997

982

no 533

L’héritage décevant.

TU. 965

Histoires stupides

1215

no 752

Le meunier, son âne et son fils.

TU. 382

1365

no 518

La femme noyée recherchée en amont.Histoires de ménage

TU. 5285

1380
1388

no 613

Ruse d’une prétendue sorcière pour rendre une jeune fille silencieuse.

TU. 2158-5290

1377
1476

no 520 (8)

Le chevalier qui aimait trop sa femme.

TU. 5246

1406

no 511

L’époux ivrogne mis au couvent.

TU. 1803

1416

var. no 760

La curiosité du serviteur

TU. 3427

1419C

no 509

Ruse de la femme d’un ivrogne pour faire échapper son amant.

TU 1943

Histoires de femmes

1430

no 733A

La laitière et le pot au lait.

TU. 3286

1510

no°520(12)

La matrone d’Ephèse.

TU. 5262

Histoires d’hommes : l’homme intelligent

1527A

no 542

Le marchand et le voleur.

TU. 4806

1535

no 207

Le clerc qui fait le devin.

1560-1561

no 32

Le serviteur Maimonde.

TU. 4288

1617

no 421

Les corbeilles d’argent et les corbeilles de sable.

TU. 4969

1626

no 418

Les rêveurs et le dernier pain.

TU. 1789

L’homme stupide

1678

no 89

Le jeune homme gardé 10 ans dans l’obscurité pour lui éviter la vue des femmes.

TU. 5365

Histoires de mensonges

1950

no 25

L’héritage confié au fils le plus paresseux.

TU. 2896-3005

« Cumulative tales »

2040

no 32

Le serviteur Maimonde.

TU. 4288

3. – Liste des fables de l’Echelle du Ciel

Certains exempla comptabilisés dans les contes-types se retrouvent dans le tableau suivant, les deux typologies se recouvrent en partie.

Nous indiquons pour chaque fable son titre, puis le numéro de l’exemplum dans l’Echelle du Ciel.

I – FABLES D’ORIGINE GRECO-ROMAINE

1) Véridique et Falsidique au pays des singes27 ; exemplum no 36 ;

2) Le lion et le rat ; exemplum no 227 ;

3) Le lion malade ; exemplum no 822A.

4-5) Le mariage du soleil et de la montagne (2 fables) exemplum no 617

6) Légende de la chauve-souris ; exemplum no 420

7) Le singe et le renard ; exemplum no 112

8) Le choix d’un bon abbé ; exemplum no 914

9) Les deux compagnons et l’ours ; exemplum no 932A

10) Le blessé et les mouches ; exemplum no 133

11) Le cheval et l’âne ; exemplum no 108

12) Le loup repenti ; exempla no 150 et 287 13) Le loup et le chien ; exemplum no 43828 14) L’âne brutalisé ; exemplum no 301 15) Androclès et le lion ; exemplum no 819 16) Le philosophe qui crache dans la barbe du roi ; exemplum no 790 17) Le corbeau et le renard ; exemplum no 33

II – FABLES D’ORIGINE ORIENTALE

1) Le savetier et le financier ; exemplum no 463,

2) L’hirondelle et l’oiseleur ; exemplum no 101 3) Le verger confié à un aveugle et à un paralytique ; exemplum no 43029

4) Le meunier, son fils et son âne ; exemplum no 752

5) Les trois rêveurs et le dernier pain ; exemplum no 418

6) Le paysan guéri par le fumier ; exemplum no 955

7) Le magicien et son élève ; exemplum no 72

8) Le chant du prêtre qui rappelle les cris de l’âne ; exemplum no 165

9) La laitière et le pot au lait ; exemplum no 733A,

10) Le chien injustement tué ; exemplum no 520 (2)

11) La truie au banquet du lion demande du son ; exemplum no 286

12) L’âne qui a peur de traverser le pont ; exemplum no 697

13) La ronce élue reine des arbres ; exemplum no 5

14) Légende de l’unicorne ; exemplum no 43530.

III – FABLES COMMUNES AUX DEUX TRADITIONS

1) Le rat et la grenouille ; exemplum no 419

2) Le serpent réchauffé ; exemplum no 507

3) La proie pour l’ombre ; exemplum no 111

4) La ruse du corbeau pour se rendre beau ; exemplum n o 465

5) La guerre des membres contre le ventre ; exemplum no 226

6) La matrone d’Ephèse, exemplum no 520 (12)

7) L’âne et le cheval ; exemplum no 751

8) Fable du cerf ; exemplum no 43731

9) Le renard et les raisins ; exemplum no 294

10) Gratitude du lion ; exempla no 149 et no 818

IV – NOUVELLES FABLES

1) Le choix entre deux routes ; exemplum no 43132

2) Date et Dabitur ; exemplum n o 97

3) Le singe qui jette dans la mer l’or d’un marchand ; exemplum no 69633

4) Un fou mange le faucon de son maître ; exemplum no 760

5) Sort des cigognes adultères, exemplum no 4034

6) L’évêque et les poires ; exemplum no 76

7) Le paysan au banquet royal ; exemplum no 43635

8) La fièvre et la puce ; exemplum no 433136

9) Le corbeau qui dit « cras, cras » ; exemplum no 327 ; T. Whitesell ne cite que l’Echelle du Ciel qui semble être le seul recueil à donner cette fable.

10) La maison de paille ; exemplum no 14

11) Les deux mendiants, l’un orgueilleux, l’autre humble ; exemplum no 823

12) La vache et le veau offerts par les deux parties d’un procès ; exemplum no 123

13) La courtisane pleure parce que son amant partant a encore son manteau ; exemplum no 517

14) Fausse conversion du loup ; exemplum no 150, no 287.

Notes

1 Communication présentée au colloque Le conte de tradition orale dans le Bassin méditerranéen, Carcassonne, actes publiés sous la direction de J. P. Piniès, Carcassonne, GARAE/Hésiode, 1986, p. 48-66, repris ici avec l’aimable autorisation du GARAE.

2 P. Delarue et M. L. Tenèze, Le Conte populaire français, catalogue raisonné des versions de France et des pays de langue française, 4 volumes, Paris, 1957-1985. Vol. 1 : 10-12.

3 Cl. Bremond, J-CI. Schmitt, J. Le Goff, « L’exemplum », Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 40 Tumhout Brepols, 1982, 37-38.

4 J-Th. Welter, L’exemplum dans la littérature religieuse et didactique du Moyen Âge, Paris et Toulouse, éd. E. H. Guitard, 1927 (rééd. Slatkine, 1973).

5 Cf. L’exemplum, op. cit. : 39-42.

6 In visitatione mortuorum : mention unique, Echelle du Ciel no 294.

7 A. Lecoy de la Marche, Anecdotes historiques, légendes et apologues tirés du recueil inédit d’Etienne de Bourbon, dominicain du XIIIe siècle, Paris, 1877 : 325-328.

8 Caesarii Heisterbachensis, Dialogus miraculorum, Ed. Strange, 1851, t. 1, p. 127.

9 L’exemplum, op. cit89-90 ; McGuire, Brian Patrick, « Friends and Taies in the Cloister : Oral sources in Caesarius of Heisterbach’s Dialogus miraculorum », dans Analecta cisterciensia, 36, 1980, p. 167-247.

10 L’exemplum, op. cit. : 86-87 ; J.-Cl. Schmitt, « La parola addomesticata. San Domenico il gatto e le donne di Fanjeaux, » dans Quademi Storici 41,2 (religioni delle classi popolari), 1979, p. 416-439.

11 Ordre logique : Le traité d’Etienne de Bourbon cité plus haut ; ou celui de Césaire de Heisterbach, Dialogus miraculorum, édité par J. Strange en 1851, 2 vol., Cologne, Bonn, Bruxelles ; Ordre alphabétique : Cf. M.M. Banks, An Alphabet of Taies. An English 15th Century Translation of the Alphabetum Narrationum of Etienne de Besançon, Londres, 19041905, 2 volumes (Early English Text Society) ou l’Echelle du Ciel de Jean Gobi ; Schmitt, Jean-Claude, « Recueils franciscains d’exempla et perfectionnement des techniques intellectuelles du XIIIe au XVe siècle », dans Bibliothèque de l’Ecole des chartes, 135, 1977, p. 5-21.

12 Aarne A., Thompson St., The Types of the Folktale. A classification and bibliography ; 2e édition Helsinki, 1961, FFC 184. Delarue P., Teneze M.L., Le conte populaire français, 4 vol. 1957-1985, Maisonneuve et Larose, Paris. Rohrich L., Erzhlungen des Späten Mittelalters und ihr Weiterleben in Literatur und Volksdichtung bis zur Gegenwart. Sagen, Marchen, Exempel und Schwanke mit einem Kommentar. Berne et Munich, 1962-1967, 2 vol. Bolte J., Polivka G., Anmerkungen zu den Kinder und Hausmärchen der Brüder Grimm, Leipzig, 1912-1932, 5 vol. Enzyklopadie des Màrchens, Handwortbuch zur historischen und vergleichenden Erzählforschung, Herausgegeben von Kurt Ranke, Göttingen, Walter de Gruyter, Berlin, New York, 1977-1984, articles Exemplum, Césaire de Heisterbach, Etienne de Bourbon, Jean Gobi, Eudes de Chérinton, Jacques de Vitry, etc.

13 F. C. Tubach, Index exemplorum. A Handbook of Médiéval Religious Tales, Helsinki, 1969, rééd. 1981 (FFC 204) ; voir p. 506 les renvois à l’index des contes-types de Aarne et Thompson.

14 Voir les Tables critiques à l’Index exemplorum, parues dans J. Berlioz et M. A. Polo de Beaulieu, Les exempla médiévaux, Introduction à la recherche, Carcassonne, GARAE, 1992.

15 Depuis la parution de cet article le projet a pris une nouvelle orientation : l’idée d’étendre l’Index exemplorum de F. C. Tubach a été abandonnée au profit du concept de banque de données bibliographique et textuelle des exempla, voir M. A. Polo de Beaulieu : « Pour un thésaurus des exempla médiévaux : enjeux théoriques, méthodes et problèmes », dans J. Berlioz et M. A. Polo de Beaulieu (s.d.), Les exempla médiévaux : nouvelles perspectives, Paris, Champion, 1998, p. 385-400.

16 Cl. Bremond, « Structure de l’exemplum chez Jacques de Vitry », dans L’exemplum, op. cit. : 110-164. ; auxquels il convient d’ajouter les nombreuses études narratologiques de Claude Cazalé Bérard.

17 J. Berlioz, « Le récit efficace : « l’exemplum » dans la prédication (XIIIe siècle) », dans Mélanges de l’Ecole Française de Rome, 1980, 113.

18 J. Le Goff, « Réalités sociales et codes idéologiques au début du XIIIe siècle : un exemplum de Jacques de Vitry sur les tournois », dans Europäische Sachkultur des Mittelalters, (Veröffentlichungen des Instituts fur mittelalterliche Realienkunde Osterreichs, Bd 40), Vienne, 1980, p. 101-112 ; « The Userer and Purgatory », dans The Dawn of Modem Banking, Center for Médiéval and Renaissance Studies, University of California, Los Angeles, 1979 : 25-52 ; « Les juifs dans les exempla médiévaux. Le cas de l’Alphabetum Narrationum », dans Mélanges Poliakof. Le racisme, mythes et sciences, Paris, 1981 : 209-220 ; « Philippe Auguste dans les exempla », dans Colloque international du CNRS « La France de Philippe Auguste », Paris, Octobre 1981, 145-155.

19 J-CI. Schmitt, « Jeunes et danse des chevaux de bois. Le folklore, méridional dans la littérature des exempla (XIIIe-XIVe siècles) », Toulouse, 1976, (Cahiers de Fanjeaux, no 11) : 128-158 ; Id„ « Temps, folklore et politique au XIIe siècle. A Propos de deux récits de Walter Map. De Nugis curialium I 9 et IV 13 », dans Le Temps chrétien de la fin de l’Antiquité au Moyen Âge. IIIe-XIIIe siècles, Colloque international du CNRS, Paris, 9-12 mars 1981, Paris : CNRS, 1984, p. 490-515 ; Jean-Claude Schmitt, « Les “superstitions” » dans Jacques Le Goff et René Rémond, dir., Histoire de la France religieuse, tome 1. Des dieux de la Gaule à la Papauté d’Avignon (des origines au XIVe siècle), Paris, Seuil, 1988, p. 416-551.

20 T.F. Crane, The « exempla » or illustrative stories from « the sermones vulgares » of Jacques de Vitry, Londres, 1890, réimp. anas. 1967 (publication of the Folklore Society, XXVI) et P. Delarue, op. cit., 11.

21 P. Delarue, op. cit., t. 1, p. 11.

22 J. Sonet, Le roman de Barlaam et Josaphat, recueil de travaux d’histoire et de philologie, Université de Louvain, 1949. Cf. les nombreux apologues de la Vita sanctorum Barlaam eremitae et Josaphat Indiae regis, parmi lesquels : les trompes de la mort (Patrologie latine, t. 73, col. 462C-463B) ; les coffres (ibid., col. 463B-464B) ; l’archer et le rossignol, (ibid., col. 479B-480A) ; la licorne (ibid., col. 493A-494A) ; les trois amis (ibid., col. 494A-495B) ; le roi pour un an (ibid., col. 496B-497A) ; le jeune homme riche et la jeune fille pauvre (ibid., col. 505D-5O7B) ; cf. Scala cœli, p. 745.

23 T. Whitesell, « Fables in Médiéval “exempla” », dans Journal of English and Germanic Philology, 46 (1947)), 348-366.

24 Voir Welter, op. cit., p. 328-334.

25 Voir la traduction de cet exemplum et une bibliographie sommaire, ci-après, p. 213-232.

26 Schmitt, Jean-Claude, Le Saint Lévrier. Guinefort, guérisseur d’enfants depuis le XIIIe siècle, Paris, Flammarion, 1979.

27 Voir la traduction et l’étude de Cl. Bremond dans Formes médiévales du conte merveilleux…, op. cit., p. 65-73.

28 Exemplum traduit dans J.-Cl. Schmitt (s. 1. d.), Prêcher d’exemples, Paris, Stock/Moyen Âge, 1985, p. 134.

29 Exemplum traduit dans Prêcher d’exemples, p. 128-129.

30 Exemplum traduit dans Prêcher d’exemples, p. 132.

31 Exemplum traduit dans Prêcher d’exemples, op. cit., p. 133-134.

32 Exemplum traduit dans Prêcher d’exemples, op. cit., p. 129-130.

33 Voir l’étude de C. Ribaucourt dans J. Berlioz et M. A. Polo de Beaulieu (s.l.d.), L’animal exemplaire au Moyen Âge, Rennes, PUR, 1999, sous presse.

34 J. Berlioz, « La cigogne adultère », dans La cigogne, Paris, Seuil, coll. Librairie du XXe siècle, sous presse.

35 Exemplum traduit dans Prêcher d’exemples, op. cit., p. 132-133.

36 Exemplum traduit dans Prêcher d’exemples, op. cit., p. 130-131.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search