Version classiqueVersion mobile

Éducation, prédication et cultures au Moyen Âge

 | 
Marie-Anne Polo de Beaulieu

Exemplarité et éducation

Les prologues des recueils d’exempla (xiiie-xive siècles)

Une grille d’analyse1

Texte intégral

  • 1 Communication présentée en collaboration avec Jacques Berlioz au colloque « La predicazione dei Fra (...)
  • 2 De façon générale, l’intérêt des prologues pour les œuvres médiévales n’est plus à établir. Sur les (...)

1L’étude des prologues des recueils médiévaux d’exempla offre a priori une voie d’accès intéressante à l’étude de la prédication médiévale. Pourquoi ? Parce que ces prologues dévoilent les intentions des compilateurs qui s’adressent par leur intermédiaire aux utilisateurs de leur recueil. Désirant promouvoir leur œuvre et la rendre la plus efficace possible, les auteurs sont amenés à décrire leur but et leurs méthodes de compilation, à convoquer parfois des modèles de prédicateurs ayant utilisé des récits exemplaires, à définir le public visé, à décrire les atouts des exempla, à en réglementer l’usage, etc. Bref, à justifier leur entreprise, en l’insérant dans la stratégie du salut chrétien : les récits exemplaires se voient replacés dans une pratique (la prédication), soutenue par une théorie (souvent implicite) du savoir sacré et de sa transmission2.

2Ce préambule appelle immédiatement trois réserves :

  1. Cette étude demande à être menée de façon systématique, sur l’ensemble des recueils disponibles. Y compris d’ailleurs dans la tradition manuscrite d’un même recueil (le prologue s’est-il modifié ? a-t-il été abandonné ?). Or, si nous avons entrepris de recenser ces prologues, tous les recueils ne sont pas publiés, tant s’en faut. Nous avons donc essayé de prendre comme échantillons les principaux recueils des XIIIe et XIVe siècles dont nous pouvions disposer. Nous avons également utilisé quelques prologues édités par J.-Th. Welter dans sa thèse de 1927. Notre ensemble documentaire reste donc limité.

    • 3 Cf. les analyses statistiques menées par A. Guerreau sur les exempla intéressant saint Bernard : J. (...)

    Une analyse statistique du vocabulaire s’avère indispensable : le corpus est limité et cohérent et sa langue est généralement le latin. Après l’établissement d’une série de données objectives, une analyse factorielle des correspondances est envisageable, pour définir notamment des ensembles de textes, que leur seule analyse textuelle, ou que la seule intuition du chercheur, ne pourrait mettre en évidence3. La mise sur ordinateur de tous nos textes a été entreprise, sans hélas avoir été achevée pour cette rencontre, ce qui nous a empêché de mettre en œuvre toute méthode statistique. Nous ne proposerons donc ici que quelques observations préliminaires.

  2. Il faut faire la part du genre même du prologue, se méfier des lieux communs, des copies d’un auteur à l’autre de prologues anciens. De plus, les déclarations d’intention ne reflètent pas obligatoirement les réalités : le prologue aura tendance à définir un auditoire idéal qui ne fut peut-être pas celui réellement atteint. Si leurs limites documentaires ne doivent pas faire condamner sans appel les prologues, la prudence est de mise.

L’ensemble documentaire

  • 4 Citons quelques exemples : Manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 15912 [début XII (...)

3Il convient de remarquer tout d’abord que bien des recueils sont dépourvus de prologues4. Cette absence est instructive, même s’il est difficile parfois d’en préciser les causes (sauf en cas d’accident dans la transmission manuscrite). Remarquons que les recueils sans titre sont souvent moins soignés et ne possèdent point de prologue. Seule une étude exhaustive permettra de définir la proportion de recueils ne possédant pas de prologue.

  • 5 On trouvera les références des éditions citées en annexe no 1.

4Les recueils retenus pour cette enquête préliminaire sont les suivants5 :

5Pour le XIIIe siècle le Dialogue des miracles (Dialogus miraculorum) du Cistercien Césaire de Heisterbach, la Compilation des exemples (Compilatio singularis exemplorum) d’un dominicain anonyme, le Traité des diverses matières à prêcher du dominicain Étienne de Bourbon, les Fables de Eudes de Cheriton, le Don de crainte du dominicain Humbert de Romans, les Sermons du Temps et les Sermons pour le peuple de Jacques de Vitry (chanoine augustin), le Communiloquium du Franciscain Jean de Galles, le Miroir des laïcs (Spéculum laicorum) et enfin le Bien universel des abeilles (Bonum universale de apibus) du Dominicain Thomas de Cantimpré.

6Pour le XIVe siècle l’Alphabet des récits (Alphabetum narrationum) du Dominicain Arnold de Liège, le Ci nous dit, l’Echelle du Ciel (Scala cœli) du Dominicain Jean Gobi, la Somme des prédicateurs (Summa praedicantium) du Dominicain John Bromyard, le Lacteus Liquor d’un Cistercien anonyme, le Livre des statuts (Liber ad status), le recueil contenu dans le manuscrit Add. 33956 du British Muséum, le Dialogue des créatures (Dialogus creaturarum) de Mayno de Mayneri, les Contes moralisés de Nicole Bozon (franciscain), l’Opuscule des exemples (Opusculum exemplorum), le Reductorium morale du Bénédictin Pierre Bersuire et le traité sur La vie et des mœurs des philosophes (De vita et moribus philosophorum) de Walter Burley.

7Sur la répartition de ces recueils (21 auteurs pour 22 œuvres) l’on remarquera que sept sont dominicains (XIIIe siècle : Étienne de Bourbon, Humbert de Romans, Compilatio singularis exemplorum, Thomas de Cantimpré ; XIVe siècle : Arnold de Liège, Jean Gobi le Jeune, John Bromyard), quatre sont franciscains (XIIIe siècle : Jean de Galles, Spéculum laicorum ; XIVe siècle : ms. Add. 33956, Nicole Bozon), deux sont cisterciens (Césaire de Heisterbach, Lacteus Liquor), un appartient à un chanoine augustin (Jacques de Vitry), un autre à un séculier (Eudes de Cheriton). L’un est dû sans doute à un médecin (Mayno de Mayneri), l’un à un Bénédictin (Pierre Bersuire), l’un à un clerc (Walter Burley). Trois recueils voient leur auteur non identifié : Ci nous dit (séculier ?), Liber ad status (Rambert de Bologne, évêque de Castellane, mort en 1308 ?), Opusculum exemplorum (membre d’un ordre mendiant ?). Près de la moitié des compilateurs sont dominicains ; suivent les franciscains et les cisterciens, ce qui respecte d’ailleurs la proportion générale des auteurs de recueils.

La grille d’Analyse

8Cette grille comporte douze interrogations portant sur :

  1. La désignation nominale de l’auteur du recueil

  2. La désignation du recueil

  3. Les causes immédiates de sa composition ; sa justification

  4. Les modèles de prédication par les récits exemplaires

  5. La définition de l’exemplum

  6. Les destinataires de l’exemplum

  7. Les buts de l’exemplum

  8. Les atouts et les moyens de l’exemplum

  9. Les conseils d’utilisation des exempla

  10. Les sources du recueil

  11. Les méthodes de travail de l’auteur

  12. L’annonce et la justification du plan ; le mode d’emploi du recueil

9Chacune de ces questions fera l’objet d’un rapide examen et d’une conclusion provisoire, assortie parfois d’hypothèses dont le caractère prématuré ne nous échappe pas.

La désignation nominale de l’auteur

10Ne comportent pas d’indication de nom d’auteur les prologues suivants : Compilatio singularis exemplorum, Ci nous dit, Lacteus Liquor, Liber ad status, Add. 33956, Dialogus creaturarum, Opusculum exemplorum, Étienne de Bourbon, Eudes de Chériton, Humbert de Romans, Jacques de Vitry, Jean de Galles, Reductorium morale, Walter Burley. Mais signalons qu’Arnold de Liège, John Bromyard et Walter Burley (laboravi) parlent à la première personne.

11Certains auteurs fournissent sur eux-mêmes quelques indications, entachées de topoi visant à mettre en avant leur caractère indigne : Étienne de Bourbon se dit « frère R., humble (minimus) dominicain, peu tourné vers les choses élevées ».

12D’autres enfin donnent leur nom. Césaire de Heisterbach, dans son Dialogus miraculorum, a sa coquetterie. Il tait son nom dans le prologue (« Aussi longtemps que l’ouvrage tait le nom de l’auteur, le fiel des détracteurs vient à manquer et s’assèche plus vite »), mais le livre par acrostiche : il suffit d’assembler les premières lettres des douze distinctions que comporte l’ouvrage. Césaire s’accuse par ailleurs d’écrire fort mal en latin et d’être ainsi sujet aux attaques. Thomas de Cantimpré livre son nom dans une lettre introductive à Humbert de Romans. Jean Gobi le Jeune se présente : « Frère Jean Gobi de l’ordre des frères prêcheurs… ». Nicole Bozon ne livre son identité que dans l’explicit.

13Même si dans plus de la moitié des cas, l’auteur ne se cite pas dans le prologue – il faut sans doute y voir une modestie convenue –, il reste que plusieurs auteurs n’hésitent pas à se faire connaître, surtout au XIVe siècle. Les recueils participeraient alors de cette reconnaissance de l’auteur, chère à la fin du Moyen Âge.

La désignation du recueil (titre, dénomination)

14Certains auteurs justifient le titre de leur ouvrage dans le prologue. Césaire de Heisterbach décrit la forme du dialogue qui va s’instaurer entre le moine (en l’occurrence Césaire lui-même) et le novice ; il justifie l’appellation de Dialogue des miracles car l’œuvre contient beaucoup de miracles. Pour Étienne de Bourbon, l’incipit est clair : Traité des diverses matières à prêcher. Thomas de Cantimpré justifie le titre de l’ouvrage : « J’ai choisi le nom de ce livre : le Bien universel des abeilles… » Arnold de Liège explique le titre par le choix de l’ordre alphabétique. Jean Gobi le Jeune (j’ai composé cette Echelle du Ciel…) a – comme nous le verrons plus loin – de hautes visées mystiques. Pierre Bersuire parle d’un « volume appelé de la moralisation des propriétés des choses ».

  • 6 Sur l’importance du vocabulaire employé, cf. O. Weijers, Dictionnaires et répertoires au moyen âge. (...)

15Il convient d’attacher la plus grande importance aux appellations fournies par les auteurs eux-mêmes6. Avec l’emploi de dénominations larges, comme traité (tractatus) – avec son diminutif petit traité (tractaculus) – ou livre (liber). Nombreuses sont les dénominations restrictives (sans doute par modestie) : petit livre (libellus), opuscule (opusculum). Les appellations techniques ne manquent pas de s’imposer : alphabet des récits (alphabetum narrationum), compilation (compilatio), collection (collectio). Certains recueils ne reçoivent pas de dénomination (Eudes de Cheriton, Humbert de Romans, Jacques de Vitry).

16Sept auteurs trouvent important de donner le titre de leur ouvrage et de le justifier dans le prologue. Tous (sauf Eudes de Cheriton et Humbert de Romans) le dénomment d’une façon ou d’une autre, renvoyant à un mot général : livre, volume, opuscule (liber, volumen, opusculum), à sa forme : dialogue (dialogus), à l’ambition de l’auteur : traité (tractatus). Au XIVe siècle, des termes plus techniques s’affirment : compilation, collection : il est manifeste que se forme une nette prise de conscience autour de l’utilité du recueil, s’assumant en tant que tel (Alphabetum narrationum du dominicain Arnold de Liège, par exemple), même si certains auteurs comme Jean Gobi le Jeune persistent à mettre en valeur le caractère mystique de leur œuvre.

Les causes immédiates de la compilation

  • 7 Sur le thème de l’utilité dans les prologues voir Nadeau, « Faire œuvre utile. Notes sur le vocabul (...)

17Quatorze auteurs ne fournissent pas de causes immédiates à la rédaction de leur ouvrage. Certains mentionnent une composition sur demande ou ordre : Césaire de Heisterbach a le devoir de raconter aux novices les faits miraculeux survenus dans l’Ordre cistercien et qui se produisent chaque jour ; c’est sur les ordres de l’abbé de Heisterbach et de celui de Marienstatt qu’il se met à l’ouvrage, pour conserver la mémoire de l’Ordre. Thomas de Cantimpré compose son ouvrage (opus) sur la demande expresse de quelques frères. D’autres auteurs – mais ne voit-on pas poindre un topos ? – souhaitent rendre service : l’auteur du Spéculum laicorum, bien que protestant de ses faiblesses, le compose pour un jeune frère chargé d’âmes… Arnold de Liège souligne qu’il est bien difficile de retenir par cœur tous les exempla nécessaires à la prédication et bien trop pénible de transporter de nombreux livres : il rend donc service aux prédicateurs en général. Quant à Jean Bromyard, il a accompli ce travail pour lui et pour les autres (ad meum et aliorum utilitatem)7. Quant aux raisons désintéressées ou spirituelles, elles ne manquent pas. Etienne de Bourbon veut être utile au salut de l’homme. Jean Gobi Junior, s’il dédie son ouvrage à Hugues de Collobrières, prévôt de la métropole d’Aix (1322-30) – l’a-t-il poussé à écrire ? –, avoue l’avoir composé en l’honneur du Christ, de sa Mère, de saint Dominique et de sainte Marie Madeleine. Le Lacteus Liquor, note son anonyme auteur, est écrit non pour recevoir gloire ou faveur, mais pour louer le Christ et être utile à l’Église.

18Les motifs d’écriture, même s’ils sont peu dévoilés, ne manquent pas d’être intéressants. S’y révèlent les pressions des supérieurs comme le désir d’aider les confrères devant l’urgence de la prédication au peuple. Un sacrifice nécessaire, d’autant que plusieurs auteurs - nous y reviendrons - insistent sur la difficulté du travail : Thomas de Cantimpré a mis quinze ans à composer son œuvre, et son travail fut pénible.

Les modèles concrets de prédication par les récits exemplaires

19Quinze recueils ne fournissent pas de modèles de prédication par les exempla. Les deux auteurs qui fournissent le plus de modèles sont les dominicains Étienne de Bourbon et Humbert de Romans (qui s’en inspire beaucoup). Étienne de Bourbon place comme modèle principal le Christ. Ce que fait également le ms. Add. 33956, comme le Dialogus creaturarum, où le Christ est qualifié de premier des prédicateur pour la perfection de ses paraboles (omnium praedicatorum perfecta forma fabulis). Étienne de Bourbon, pour justifier l’utilité des exempla cite également saint Dominique qui émaillait ses propos et ses sermons d’exempla destinés à convertir ses auditeurs, Barlaam qui convertit Josaphat à l’aide de paraboles et d’exempla. Il cite également deux faits tirés de l’Histoire ecclésiastique de Bède le Vénérable : saint Augustin, premier évêque de Bretagne, et ses compagnons convertirent le roi Heldebert et ses gens ; le missionnaire Adam, s’appuyant sur des exempla dans sa prédication, réussit à convertir le peuple du roi Odoald, ce en quoi un prédicateur trop subtil avait échoué. Les saints les plus prestigieux se voient convoqués : Victorinus, rhéteur qui s’est converti et a été baptisé publiquement à Rome, pousse saint Augustin à se convertir ; et après avoir entendu raconter par Pontianus la vie de saint Antoine, Augustin se retire pour pleurer, puis se fait baptiser par saint Ambroise. Humbert de Romans commence par reprendre quasiment mot à mot le prologue d’Étienne de Bourbon, mais il ajoute à cette liste l’Ancien Testament ; il cite les paraboles, proverbes, exempla bibliques (dont abonde la sagesse de Salomon) ; les Prophètes ont parlé de façon exemplaire (exemplariter), sous des sentences faisant appel aux choses sensibles. Humbert, emporté par son élan, va jusqu’à dire que les rites des sacrements de l’Église sont des aspects visibles et exemplaires qui représentent une réalité spirituelle (forma sensibilis et exemplaris spirituale aliquid repraesentans…). Quant à Grégoire le Grand, conclut Humbert, il parle sous forme d’exempla, et Jacques de Vitry – le grand modèle des dominicains du XIIIe siècle – utilise dans sa prédication des exempla. Celui-ci n’hésite à se donner comme exemple en train d’utiliser avec succès un exemplum pour réveiller un auditoire endormi.

20Tout se passe comme si les modèles fournis – et qui plus est, par peu d’auteurs – étaient en fait de peu d’utilité. Que le Christ parlait par paraboles, cela était connu de tous. Il s’agit plus à notre avis de modèles donnés a posteriori de manière obligée : l’efficacité des exempla constatée avant la rédaction des recueils rendait le recours à des modèles peu utile. En un mot, dès le XIIIe siècle, l’emploi des récits exemplaires n’avait plus besoin dans le milieu des prédicateurs populaires d’être appuyé… par des exempla.

La désignation et la définition des récits exemplaires

21Comment les auteurs nomment-ils dans les prologues de leurs recueils les récits exemplaires, les « exemples » ? L’étude pourrait être très longue : nous ne retiendrons ici que l’essentiel.

  • 8 Et ce, à travers une citation du Prologue des Dialogues de Grégoire le Grand : Et sunt nonnulli quo (...)

22Si certains auteurs n’emploient aucunement le terme exemplum, la plupart l’associent directement à des mots exprimant une forme narrative. Exemplum est souvent employé en liaison avec d’autres mots, de sens voisin, comme parabole, miracle, similitudes, proverbes, dit. Il faut compter aussi avec d’autres associations : Jacques de Vitry (Sermones de tempore) oppose les sermons complexes à la simplicité. Pour l’auteur du Spéculum laicorum, les rustres seront réchauffés grâce aux paradigmes, paraboles et exemples. Le Ci nous dit comporte en des titres marginaux d’instructives notations : examples moraux ; fables morales et notables examples. Le Reductorium morale parle de moralisations des propriétés (des choses), d’applications exemplaires ; il associe exempla et figures. Le mot exemplum peut être employé en opposition : Jacques de Vitry oppose les exempla aux autorités et aux sentences profondes ; Humbert de Romans oppose, comme Étienne de Bourbon, les exempla aux verba8 Il faut aussi noter l’emploi de termes parallèles. Humbert de Romans parle de fable édifiante (il ne faut pas en abuser et préciser que cela n’est pas vrai…). Mais le mot exemplum peut être employé seul, et manifestement dans le sens d’un récit moral ou parfois accompagné d’un adjectif (jocunda, fabulosa).

  • 9 Cette question a été longuement débattue lors de la rencontre Les exempla médiévaux : nouvelles per (...)

23Le terme d’exemplum – au sens strict de récit placé dans un sermon – est-il une création d’érudits contemporains9 ? L’influence de l’exemplum comme modèle (au sens ancien du terme) est toujours vive, ce qui ne permet pas à une nouvelle acception de s’imposer sans ambiguïté : la présence d’autres termes le prouve. Mais il reste que l’exemplum apparaît indiscutablement dans les prologues comme un récit qui doit être doté d’un sens moral. Les définitions modernes ne sont donc pas inexactes.

Les destinataires

24Chaque recueil à usage homilétique possède en principe un double ensemble de destinataires : les prédicateurs et le public assistant aux sermons. Souvent les prologues des recueils omettent de citer les premiers comme si, sans doute, cela allait de soi. Mais certains recueils – comme le Ci nous dit, ou le De vita et moribus philosophorum de Walter Burley – ont dû atteindre directement un public de lecteurs.

25Quatre recueils ne font aucune référence aux destinataires (Compilatio singularis exemplorum, Ci nous dit, Liber ad status, Nicole Bozon). Font allusion aux prédicateurs : Étienne de Bourbon ; Eudes de Chériton (de façon générale : celui qui a des oreilles pour entendre, des yeux pour lire, qui annonce l’esprit pour…) ; Humbert de Romans (les prédicateurs) ; Jacques de Vitry (Sermones vulgares) : il faut mettre par écrit les proverbes, les exempla et les comparaisons pour fournir des éléments à ceux auxquels Dieu a donné la grâce d’émouvoir les auditeurs par leur talent oratoire ; le Spéculum laicorum, à propos de l’ordre alphabétique des rubriques évoque les utilisateurs (les prédicateurs) ; Thomas de Cantimpré parle de ses confrères lecteurs ; Arnold de Liège pense qu’il est nécessaire que les prédicateurs aient à leur disposition des exempla ; l’Add. 33956 évoque les prédicateurs et leur public (auditores).

26Sont évoqués à la fois sermons et entretiens privés chez Étienne de Bourbon, Humbert de Romans, Thomas de Cantimpré, dans le Dialogus creaturarum et le Reductorium morale. Notons que certains auteurs évoquent des personnes savantes, pouvant sans doute se changer en prédicateurs, comme les novices visés par Césaire de Heisterbach, ou les hommes lettrés, les étudiants, les religieux, les philosophes et les moines dont parle Jean de Galles.

27Les auteurs ne manquent pas d’évoquer le public ultime visé par les exempla. Public large comme chez Étienne de Bourbon (les hommes, les salut des hommes…), Thomas de Cantimpré (des hommes de toutes conditions), Arnold de Liège (tout genre d’hommes), Lacteus Liquor (les chrétiens ; les petits fils de l’Eglise) John Bromyard (les hommes à qui l’on doit parler et que l’on doit prêcher) ; Dialogus creaturarum (l’auteur a composé ce livre pour que nous soyons tous ensemble enseignés), Reductorium morale (les fidèles). Humbert de Romans insiste sur le nombre d’auditeurs visé. Ce public est souvent décrit « sans lettres ». Pour Césaire de Heisterbach, les destinataires sont « pauvres en savoir mais non en grâce » ; Jacques de Vitry vise les simples, les médiocrement instruits ; Étienne de Bourbon évoque l’impéritie des hommes simples ; Humbert de Romans adresse les exempla à ceux qui sont dotés d’une moindre intelligence. Jean de Galles oppose aux hommes instruits, les illetrés, à qui sont destinés les exempla. Le Spéculum laicorum montre que les laïcs à instruire sont faibles en connaissance et rustres dans leur foi ; ils n’ont pas de dents et ne peuvent boire que du lait, incapables de se nourrir de viande ou de nourriture solide. Le Dialogus creaturarum parle aussi de simples gens. Ce public « illettré » est composé de laïcs et de paysans. Jacques de Vitry (Sermones de tempore) parle de jeunes enfants (parvuli), de laïcs simples, rustiques, incultes… (Sermones vulgares). Pour l’auteur du Spéculum laicorum, ce sont les laïcs qui sont à instruire. Il est intéressant de noter que l’Add. 33956 parle d’auditeurs (auditores) alors que Jean Gobi évoque des lecteurs (sûrement les prédicateurs utilisant son ouvrage), tout comme Walter Burley qui évoque un public utilisant son œuvre comme un ouvrage de lecture morale. Les prologues sont précieux pour analyser les niveaux de lecture et d’usage.

28Les exempla s’adressent dans un premier temps aux prédicateurs qui en prendront connaissance par la lecture. Dans un second temps ils se destinent à tous, mais d’abord aux laïcs et aux gens de peu d’instruction. Reste la question des exempla cisterciens qui manifestement doivent sortir du monastère pour gagner un public plus large, mais cela n’est pas avoué directement.

Le but de l’exemplum

29Seuls trois œuvres (Ci nous dit, Lacteus Liquor, Liber ad status) n’exposent point les buts des exempla. Les autres le font généralement selon deux axes complémentaires : la valeur morale et le plaisir.

30La valeur morale des exempla s’exprime en des termes forts et simples : édification, instruction, salut, encouragement, enseignement, conseil, admonition. Mais plusieurs auteurs proposent un véritable programme moral, en forme de chemin de perfection : Étienne de Bourbon affirme que grâce aux matériaux donnés (autorités, raisonnements d’ordre scolastique, exempla), l’homme pourra craindre les maux futurs, fuir le péché, aller vers le bien, éviter les tentations, persévérer dans le bien, vivre dans l’honnêteté, se comporter dans la modération, choisir le bien plutôt que le mal, comprendre, croire et sentir de façon droite. L’idée d’une progression morale, par la lutte contre les vices et la promotion des vertus, se retrouve dans Nicole Bozon, l’Add. 33956 ou le Dialogus creaturarum. Pour Thomas de Cantimpré, chaque être doué de raison pourra voir clairement (lucide videre). Le thème du chemin des vertus qu’adopte Arnold de Liège est aussi celui de Jean Gobi qui a une vision mystique du récit exemplaire : pour lui l’exemple est un intermédiaire temporaire et imparfait entre l’homme et la lumière divine ; il élève l’esprit des soucis terrestres vers la vie éternelle. Ce rôle d’intermédiaire est souligné aussi par le Reductorium morale de Pierre Bersuire.

31Le plaisir de l’écoute possède une vertu pédagogique. Jacques de Vitry (Sermones vulgares) évoque une récréation concomitante à l’édification. Humbert de Romans est du même avis. Pour Thomas de Cantimpré les sentences et les récits agréables conviennent pour le plus grand nombre. Jean Gobi montre que l’esprit est charmé par les récits et les exemples des saints et s’attache ainsi aux réalités célestes. Le Dialogus creaturarum, dont le prologue est très riche, expose que l’ouvrage a été fait pour la saine et morale doctrine de tous, mais aussi pour lutter contre l’ennui des auditeurs et aider leur mémoire. Ce livre, écrit l’auteur, est utile contre un certain découragement, « afin que, par la délectation de la joyeuse matière qui y est contenue, aucunes fois entremise et interposée à l’entendement de l’intention de l’étude de raison, les courages des simples gens soient attraits à de plus hautes choses ». Il est un repos nécessaire. Peindre des matières joyeuses revient à orner la gravité des mœurs et la « convenabilité » de la doctrine des autorités des saints docteurs. Mais déjà le départ vers des formes narratives plus libres est annoncé : la Compilatio singularis exemplorum avoue naïvement que certains récits sont utiles pour l’édification, d’autres pour la récréation.

  • 10 Le rire du prédicateur. Récits facétieux du Moyen Age. Textes traduits par A. Lecoy de la Marche. P (...)

32Au-delà des termes communs évoquant le caractère didactique des exempla, certains auteurs assignent au récit exemplaire une visée plus haute qu’une simple illustration de la doctrine. Il élève l’esprit, il participe à toutes les étapes de la vie du chrétien, mieux, il est un intermédiaire entre Dieu et l’homme (Jean Gobi). Le caractère ludique de l’exemplum est aussi clairement mis en avant et exploité. Ce qui prouve que l’Église est attentive aux « faiblesses » de l’auditoire et sait s’y adapter10.

Les atouts et les moyens de l’exemplum

33Si les prologues ne fournissent pas une définition des récits exemplaires, ils exposent volontiers les qualités intrinsèques des exempla, ce qui justifie leur travail de compilation. Dix recueils sont pourtant silencieux ; mais ce sont pour l’essentiel des ouvrages du XIVe siècle, comme s’il était désormais inutile de faire la démonstration de l’utilité des récits exemplaires.

34L’exemplum apparaît tout d’abord comme un élément palpable et concret. Il s’oppose aux paroles – la citation tirée du prologue des Dialogues de Grégoire le Grand est reprise sans cesse par les auteurs. Pour Jacques de Vitry, il faut proposer des choses quasiment corporelles et palpables, apporter aux laïcs une parole claire et limpide comme une gemme. Étienne de Bourbon affirme à sa suite que l’exemplum rend la doctrine – le dominicain parle du Christ – grosse, comme corporelle et visible. Ainsi la doctrine prend-elle chair.

  • 11 Sur l’exemplum et la mémoire, cf J. Berlioz, La mémoire du prédicateur. Recherches sur la mémorisat (...)

35Ce caractère concret fait que le récit s’imprime littéralement dans le cœur. Mais comment va-t-il y parvenir ? Les auteurs du XIIIe siècle sont quelque peu embarrassés. Pour Étienne de Bourbon, sous le couvert d’une citation de saint Denis, et dans une perspective augustinienne, les récits s’adressent à l’esprit (sensus, de traduction difficile, peut-être s’agit-il de la sensibilité) – Humbert de Romans parlent d’intellectus – et gagnent l’imagination puis la mémoire. Le rôle de la mémoire est souligné par Étienne de Bourbon, mais aussi par Humbert de Romans, Eudes de Chériton, Arnold de Liège11. A travers une autre image, certes moins riche, certains auteurs (Jacques de Vitry, Spéculum laicorum) voient les exempla comme du lait s’opposant à une nourriture solide. Les deux images – un exemplum dur, un récit fluide –, ne sont pas contradictoires. La première oppose un exemplum solide face à la fluidité des paroles qui ne s’impriment pas dans l’esprit, la seconde évoque l’aspect fluide des exemples devant une doctrine indigeste pour des personnes peu cultivées.

36Les recueils qui utilisent des récits issus du monde naturel tentent aussi d’expliquer leur efficience. Pour le Dialogus creaturarum c’est par la beauté des créatures que l’homme retourne à la beauté du Créateur ; elles ne parlent pas par « voix formée » (ce que feint ce livre par ses dialogues) mais elle peuvent nous corriger, par inclinatio et propriété de la nature. Pour Nicole Bozon la nature des créatures, qui sont sans raison, incite au bien ou à ne pas faire le mal.

37Les prologues montrent une volonté évidente de rendre compte de l’efficacité potentielle des exempla. Cette volonté reste la plupart du temps maladroite, car les auteurs de recueils (hormis peut-être Humbert de Romans) ne sont pas de grands théologiens.

L’utilisation des exempla

38On ne s’étonnera pas de voir les deux grands praticiens de la prédication que sont Jacques de Vitry et Humbert de Romans livrer un petit ars praedicandi dans leur prologue. Le premier donne dans le prologue aux Sermones vulgares des indications sur la qualité de la prédication : elle doit être nuancée selon la qualité des auditeurs, le moment du prêche est à considérer, les bouffonneries sont à éviter. Mais ce sont là des conseils pour le sermon en général. C’est en fait Humbert de Romans qui est le plus disert sur l’emploi des exempla dans un sermon. Il donne sept conseils : ne point raconter d’exempla si on ne sait pas le faire ; s’adapter au public ; user modérément des exempla ; ajouter une citation ou un raisonnement à l’exemplum ; choisir des récits courts ; raconter des récits vraisemblables ; citer des récits avec une autorité suffisante.

39La question se pose de savoir pourquoi si peu d’auteurs ont fourni un mode d’emploi des exempla. Sans doute ont-ils pensé que le but essentiel de leur œuvre n’était point là et que d’autres ouvrages (comme les Artes praedicandï) devaient remplir cet office. Cette première réponse est pauvre : le problème devra être repris.

Les sources du recueil

  • 12 Sur ce sujet, cf J. Berlioz, Saints et damnés. La Bourgogne du Moyen Âge dans les récits d’Étienne (...)

40Les auteurs donnent-ils dans le prologue des indications sur leurs sources ? En règle générale, oui. Fort peu sont ceux (Eudes de Chériton, Jean de Galles, Liber ad status, Dialogus creaturarum) qui restent muets. Les auteurs du XIIIe siècle mentionnent la double source de leurs récits, écrite et orale. Dans ce dernier cas, ils insistent sur l’autorité que doit avoir l’informateur. Jacques de Vitry (Sermones de tempore) évoque maîtres et sages. Étienne de Bourbon tient à ce que ses informateurs soient dignes de foi12. Humbert de Romans demande d’employer des récits dont la source possède une autorité suffisante (théologien, évêque, cardinal). Thomas de Cantimpré, pour les sources orales, indique qu’une enquête a été menée auprès des frères après une demande lors d’un chapitre général. Césaire de Heisterbach ne mentionne que des sources orales : il a même retenu des exempla intéressants des faits survenus hors de l’Ordre et racontés par des hommes religieux ; il rejette leur fausseté possible sur ses sources. Et il proteste à l’avance de son innocence : il n’a pas inventé un seul récit.

41D’autres recueils ne citent que des sources écrites. Le Speculum laicorum mentionne les légendes et les écrits des saints docteurs et des saints pères, les faits des temps passés et modernes, les exemples naturels. Arnold de Liège a extrait de divers livres des histoires diverses, au gré de ses préférences. Jean Gobi le Jeune indique en quelques lignes ses principales sources savantes. Le Ci nous dit cite l’Ancien et le Nouveau Testaments, les légendes des saints, les Vies des Pères, les Dialogues de Grégoire le Grand. Certains recueils sont plus vagues. John Bromyard justifie l’emploi de sources païennes (il faut en profiter, et apprendre de l’ennemi) ; s’il tolère aussi l’emploi des récits traitant des mœurs des animaux, des hommes ou des choses inconnus, il convient que l’auditeur puisse y croire.

42L’utilisation des sources orales tend à ne plus s’avouer (et à baisser effectivement dans les traités) à partir de la fin du XIIIe siècle. De façon générale, l’accent est mis sur la diversité de l’information et sur l’autorité nécessaire. Il y a une tendance évidente à citer ses sources, le grand exemple étant Etienne de Bourbon qui les livre longuement et quasiment exhaustivement. Cette citation exhaustive tend aussi à diminuer à la fin du XIIIe siècle.

Les méthodes de travail

43Nombreux sont les auteurs qui n’exposent pas leur méthode de travail. Mais certains insistent sur le travail nécessaire, mais difficile, de compilation et de résumé : Jacques de Vitry (Sermones de tempore) dit avoir mis les exposés contenus dans plusieurs volumes dans un seul. Étienne de Bourbon avoue qu’il a résumé les textes, répartis dans une foule de livres, en n’en retenant que le sens ; il dit les avoir ordonnés (car ils étaient sans ordre et sans titre).

44Thomas de Cantimpré précise avoir mis quinze ans à rédiger son œuvre et se targue d’avoir réalisé un dur travail. Jean Bromyard dit avoir fait des résumés et des augmentations de textes. Le Reductorium morale souligne que les prédicateurs doivent trouver tout prêt (paratum et ordinatum) ce dont ils doivent parler.

Annonce et justification du plan

45Quasiment tous les auteurs annoncent leur plan et le justifient. Césaire de Heisterbach a choisi la forme du dialogue et annonce qu’il a réparti les exemples dans l’ordre le plus convenable : la moitié de son prologue est consacrée aux raisons doctrinales (progression morale) et à la symbolique des nombres fondant son plan. Étienne de Bourbon s’étend très longuement sur la division de son traité selon les dons du Saint-Esprit ; il fournit aussi un mode d’emploi détaillé de son volume (chapitres, rubriques, versus). Humbert de Romans, moins disert, expose également son plan. Thomas de Cantimpré évoque la division de son recueil selon la vie des abeilles, mais sans s’attarder. Jean de Galles présente les sept parties de son traité, avec un court résumé pour chacune d’entre elles. Présentent un plan détaillé le Ci nous dit, le Lacteus Liquor (10 distinctions), le Liber ad status et l’Opusculum exemplorum.

46Les auteurs de recueils élaborés selon l’ordre alphabétique de rubriques sont prolixes. Pour le compilateur du Spéculum laicorum, il s’agit de faciliter l’utilisation du volume. Arnold de Liège indique très précisément sa manière de procéder : il suit l’ordre alphabétique – il fournit même des exemples de recherche –, et propose un système sophistiqué de renvois de rubrique à rubrique. Jean Gobi le Jeune développe le thème de l’échelle du ciel comme progression spirituelle, tentant de justifier non sans embarras le choix de l’ordre alphabétique :

  • 13 Il y a là une contradiction théologique puisque l’ordre alphabétique des mots-clés, par essence alé (...)

« […] j’ai composé cette Echelle du Ciel pour que grâce à elle, de temps en temps, délaissant une préoccupation studieuse ou terrestre, nous gravissions ses degrés pour contempler quelque autre réalité éternelle. Les montants de cette échelle sont au nombre de deux, à savoir la connaissance des réalités supérieures et leur amour : par eux les péchés sont extirpés et les vertus cultivées. Les barreaux de cette échelle sont les diverses matières assemblées selon l’ordre alphabétique13. »

47La majorité des auteurs exposent le mode d’emploi des recueils, qu’ils veulent efficaces. Ainsi Jean Bromyard n’indique-t-il pas son plan, mais souligne la division de son ouvrage en chapitres, et la présence des numéros en marge. L’Add. 33956 insiste sur les titres qu’il a trouvés. Les recueils à classement alphabétique et le Dialogus creaturarum fournissent une table rangée selon l’ordre alphabétique, aussitôt après le prologue, destinée au prédicateur pour qu’il trouve rapidement sa matière.

48Pour les compilateurs, il s’agit donc d’être efficaces en proposant une plan détaillé et en donnant le mode d’emploi des recueils.

***

49En conclusion générale, l’on peut faire quatre courtes remarques :

  1. Ces prologues, dont l’étude n’a été qu’amorcée, montrent d’ores et déjà une étonnante richesse. Si l’influence de Jacques de Vitry et d’Étienne de Bourbon est manifeste sur l’ensemble des prologues, l’on sent toutefois une volonté personnelle d’originalité, à travers la recherche de l’efficacité.

    • 14 Cf A. Boureau, L’Événement sans fin. Récit et christianisme au Moyen Age, Paris, 1993.

    On remarquera, la confiance immense dans la narration au service du salut personnel. L’exemplum est la répétition de l’acte salvateur14. Il est en condensé une vie d’un chrétien.

  2. Se perçoit fort bien la prise en compte des besoins du public. D’où cette domestication du plaisir, du sourire, voire du rire.

  3. A travers ces prologues souvent maladroits et naïfs, une évidence s’impose : les auteurs ont la conscience nette d’être un rouage essentiel dans une mission capitale : prêcher au peuple.

Annexes

ANNEXES

1. – Editions et traductions des recueils cités

– Césaire de Heisterbach : Dialogus miraculorum : Éd. J. Strange, Cologne, Bonn, Bruxelles, 1851 [réimpr. Ridgewood, N. J., USA 1966], 2 vol. Traduction française par André Barbeau : Césaire de Heisterbach, Le Dialogue des Miracles. Livre I : De la conversion, Oka 1992, 1-3. Sur Césaire, cf en dernier lieu : J. Berlioz, Tuez-les tous Dieu reconnaîtra les siens. Le massacre de Béziers et la croisade des Albigeois vus par Césaire de Heisterbach, Portet-sur-Garonne 1994.

Compilacio singularis exemplorum : J.-Th. Welter, L’Exemplum dans la littérature religieuse et didactique du Moyen Âge, Paris-Toulouse 1927 [réimpr. Genève 1973] 240-241. Cf. M. Vaisbrot, Édition critique de la Compilatio singularis exemplorum (seconde partie), d’après les mss. d’Upsal, de Tours et de Berne, dans Positions des thèses…, Paris, 1968, 183-184.

– Étienne de Bourbon : Manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 15970 (XIIIe siècle), f°s 137a-139a. Édition partielle dans A. Lecoy de la Marche, éd., Anecdotes historiques, légendes et apologues tirés du recueil inédit d’Étienne de Bourbon, dominicain du XIIIe siècle, Paris, 1877, 3-14.

– Eudes de Cherinton : Éd. L. Hervieux, Les Fabulistes latins depuis le siècle d’Auguste jusqu’à la fin du moyen âge. T. IV. Eudes de Chériton et ses dérivés, Paris 1896, 173-175. Sur ce texte, cf. J. Berlioz et M. A. Polo de Beaulieu, Les exempla médiévaux. Introduction à la recherche, suivie des tables critiques de l’Index exemplorum de Fr. C. Tubach, Carcassonne, 1992, 153-163.

– Humbert de Romans : De dono timoris (Du don de crainte) : D’après le manuscrit Paris, Bibl. nat., lat. 15953 (XIIIe s.), transcription dactyl. G. Blangez et J.-L. Eichenlaub. La traduction française de ce prologue (par G. Blangez) est fournie ici-même, en annexe.

– Jacques de Vitry : Sermones de tempore : J.-Th. Welter, L’Exemplum…, op. cit., 119-121. Sermones vulgares : éd. T. F. Crane, The Exempla or illustrative stories from the Sermones vulgares of Jacques de Vitry, Londres 1890, XLI-XLIII ; traduction française in J.-Cl. Schmitt, dir., Prêcher d’exemples. Récits de prédicateurs du Moyen Âge, Paris, Stock, 1985, 45-53.

– Jean de Galles, Communiloquium : J.-Th. Welter, L’Exemplum…, op. cit., 234.

Spéculum laicorum. Édition d’une collection d’exempla composée en Angleterre à la fin du XIIIe siècle, Éd. J.-Th. Welter, Paris, 1914, 1.

– Thomas de Cantimpré : Exemples du Livre des abeilles, trad. partielle de H. Platelle, Tumhout, Brepols, 1996, p. 57-58.

Alphabetum narrationum : traduction française in J.-Cl. Schmitt, dir., Prêcher d’exemples…, op. cit., 108-109.

– Ci nous dit : Éd. G. Blangez, t. 1, Paris, 1978, 34-35.

La Scala cœli de Jean Gobi : Éd. M.-A. Polo de Beaulieu, Paris, CNRS, 1991, 165-166 ; traduction française in J.-Cl. Schmitt, dir., Prêcher d’exemples…, op. cit., 125-125.

– Jean Bromyard, Summa predicantium : Éd. J.-Th. Welter, L’Exemplum…, op. cit., 330.

Lacteus liquor : Èd. J.-Th. Welter, L’Exemplum…, op. cit., 240-241.

Liber ad status : Éd. C. Guillaume, Édition critique d’un recueil d’exempla du XIVe siècle, le Spéculum exemplare ou Liber ad status, Paris, 1991, thèse d’École des chartes, dactyl, 1.

– Manuscrit add. 33 956 : Éd. J.-Th. Welter, L’Exemplum…, op. cit., 268. A été déposé au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France (Nouv. acq. lat. 2632) un fort cahier (450 fol.) de J.-Th. Welter contenant notamment la transcription, accompagnée de notes de sources, de ce manuscrit add. 33 956.

Dialogus creaturarum : voir la traduction française du XVe siècle : éd. P. Ruelle, Le Dialogue des créatures. Traduction par Colart Mansion (1482) du Dialogus creaturarum (XIVe siècle), Bruxelles, 1985, 81-82.

Les contes moralisés de Nicole Bozon : Éd. L. T. Smith et P. Meyer,, Paris 1889, p. 8.

Opusculum exemplorum : Éd. J.-Th. Welter, L’Exemplum…, op. cit., 282-283.

– Le Reductorium morale de Pierre Bersuire : Éd. J.-Th. Welter, L’Exemplum…, op. cit., 347. Sur cet ouvrage, en dernier lieu : M.-H. Tesnière, « Le Reductorium morale de Pierre Bersuire », dans L’enciclopedismo medievale, a cura di M. Picone, Ravenne, 1994, 229-249.

– Walter Burley, De vita et moribus philosophorum, Éd. H. Knust, Tübingen, 1886, p. 1-3.

2. – Traduction du prologue du Don de crainte de Humbert de Romans

Traduction française par Gérard Blangez d’après le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 15953 (XIIIe s.), f° 188r. Notes de Jacques Berlioz.

Les exemples, disait saint Grégoire, émeuvent mieux que les discours ; ils se font mieux comprendre et s’enracinent mieux dans la mémoire ; bien des gens aiment qu’on leur raconte des histoires et, attirés par le charme qu’elles produisent, viennent écouter les sermons. Aussi faut-il que ceux qui se consacrent à la prédication soient riches d’exemples de cette sorte pour en faire usage aussi bien dans les sermons publics que dans leurs entretiens avec des personnes soucieuses de spiritualité ou dans des rencontres amicales, à l’adresse de toutes les catégories de gens, pour procurer leur édification et leur salut.

Vraiment ce procédé d’enseignement n’est pas à dédaigner, car il présente des garanties solides : Le Très-Haut a donné de la sagesse à toutes les créatures animées. Salomon dit [Prov. 6,6 ; 30,25] que les fourmis sont des modèles de sagesse. Presque toute la loi a été donnée à Moïse sous forme de figures qui en indiquaient le vrai sens. Les prophètes, que le Saint-Esprit inspirait, nous ont livré tout leur message de manière exemplaire, sous des formes accessibles aux sens. Toute la sagesse de Salomon ne nous est-elle pas parvenue en paraboles et en proverbes comme sous forme d’exemples ? Le Sauveur lui-même ne parlait-il pas presque toujours en similitudes et en exemples ? Enfin que sont les rites des sacrements et des sacramentaux de l’Eglise sinon des aspects visibles et exemplaires qui représentent une réalité spirituelle ? Pour ces raisons entre bien d’autres on voit donc que ce procédé d’enseignement ne manque pas de garants. Aussi trouve-t-on quantité de saints et de savants qui ont employé ce procédé. Ainsi faisait saint Grégoire, qui dans tout discours insérait des exemples, comme on le voit dans ses ouvrages. Ainsi faisait le fondateur de l’ordre des frères prêcheurs, saint Dominique, dont on a écrit qu’il débordait d’exemples sur la route avec ses compagnons ou bien dans les réunions amicales15. Ne nous étonnons pas de leur attachement à cette façon d’enseigner, car elle se révèle très efficace. Bède le Vénérable, dans son Histoire d’Angleterre raconte qu’un évêque intelligent et cultivé fut envoyé d’Ecosse par les autres évêques pour convertir les Anglais, mais les démonstrations et les raisonnements qu’il exposait dans ses sermons n’aboutirent à rien. On envoya un autre prédicateur, moins instruit mais plus avisé, qui utilisait en prêchant exemples et paraboles : il convertit presque toute l’Angleterre16. Maître Jacques de Vitry, saint homme et érudit, qui fut d’abord chanoine régulier, puis évêque d’Acre et finalement cardinal-évêque de Tusculum, prêchait à travers le royaume de France en se servant d’exemples dans ses sermons. Il remua à tel point toute la France qu’il n’est pas souvenance que personne l’ait ainsi remuée avant lui ni depuis. Jean Damascène raconte dans son livre appelé Barlaam que Barlaam, un saint ermite, fut envoyé par Dieu pour convertir Josaphat, fils d’un roi païen, qu’on tenait enfermé pour que la prédication chrétienne ne puisse parvenir jusqu’à lui. Dans ses longs travaux d’approche pour l’instruire de la foi, il s’exprimait toujours sous forme de paraboles et de beaux exemples. C’est ainsi que Josaphat se convertit et qu’il atteignit même un tel degré de perfection que lorsqu’il succéda à son père sur le trône, il convertit tout son royaume à la foi chrétienne et qu’il finit par se faire ermite et mourir saintement17. Saint Augustin fut davantage poussé à la conversion par l’exemple de Victorin raconté par Simplicien et par la Vie admirable de saint Antoine ermite, exemples qu’il conservait au plus profond de son cœur, que par les sermons de saint Ambroise, les prières et les larmes de sa mère, que par le fouet de la maladie. C’est ce qu’on lit dans sa Légende18. On voit donc, d’après les deux premiers personnages cités, que des personnes illustres ont utilisé les exemples pour le salut des âmes ; d’après les deux suivants quelle efficacité a ce mode d’enseignement dans les sermons publics ; et d’après les deux derniers quels fruits peuvent produire ces exemples dans les entretiens amicaux.

Notons toutefois que ce procédé d’enseignement appelle plusieurs réserves :

  1. quant à l’enseignant. Il y en a beaucoup qui ont le don de parler en citant les bons auteurs, en raisonnant ou en interprétant, bref, en s’y prenant autrement qu’avec des exemples, genre pour lequel ils n’ont pas l’art de raconter. Il n’est pas souhaitable que ceux-là abandonnent le genre dans lequel ils sont doués pour cet autre où ils ne le sont pas.

  2. quant à l’auditoire. Ce n’est pas aux personnes de haut savoir qu’on peut se permettre de proposer ces exemples (excepté ceux qui seraient très recommandables et dignes de la chaire), mais à un auditoire moins intellectuel à qui ils conviendront mieux, comme le lait aux nourrissons.

  3. quant à l’usage qu’on en fait. On ne doit pas construire tout un sermon avec des exemples, mais en user modérément, à la façon de saint Grégoire qui en plaçait un ou deux par sermon, comme dans les nobles banquets on ne sert des entremets que pour l’agrément des convives.

  4. quant à ce qu’on joint à l’exemple. Il faut s’efforcer de toujours ajouter un auteur ou un raisonnement à l’appui de l’exemple pour lui donner plus d’efficacité.

  5. quant au choix. Dans la masse des exemples on choisira les plus utiles, ceux dont l’application est évidente, et les plus courts. Si le récit est trop long, on en retranchera tout ce qui est inutile ou accessoire et on gardera ce qui a trait à la démonstration.

  6. quant à la vérité. Ne jamais raconter d’histoires incroyables ou peu vraisemblables. Si jamais on introduit une fable pour l’édification ou pour sa moralité (ce qu’il ne faut guère se permettre), il faudra toujours préciser que ce n’est pas une histoire vraie et qu’on la raconte pour la moralité qu’elle amène.

  7. quant à l’autorité. Ne rien citer qui ne soit garanti par une autorité suffisante. On peut qualifier d’autorité suffisante les paroles d’un personnage comme serait un théologien, un évêque, un cardinal, etc ; mieux, ce qu’on lit dans un livre traditionnellement en usage dans l’Eglise, même sans garantie d’authenticité, comme sont la Vie des Pères ou la Légende des Saints ; mieux encore, ce qu’on lit chez les docteurs de l’Eglise, Grégoire, Isidore, Jérôme et autres ; mieux encore ce qu’on trouve dans le texte de la Bible. Est également d’autorité suffisante ce qu’on trouve chez les grands philosophes et dans le Livre de la Nature. Telles sont les sources de presque tous les exemples contenus dans ce traité. En ce domaine toutefois il faut veiller à ne pas donner pour certain ce qui ne Test pas, afin de ne pas mélanger des élucubrations avec la vérité.

Étant donné que toute matière de sermon peut être ramenée aux sept dons du Saint-Esprit ou à leurs annexes, le présent traité se divise en sept parties selon les sept dons de l’Esprit-Saint septiforme qu’il nous faut invoquer pour mener ce travail à fin utile. La première partie, le don de crainte, contient dix chapitres : I- Les sept sortes de crainte ; II- Les neuf effets de la crainte de Dieu ; III- Les onze raisons de craindre Dieu ; IV- La crainte de l’enfer ; V- La crainte du purgatoire ; VI- La crainte du Jugement à venir ; VII- La crainte de la mort ; VIII-La crainte du péché ; IX- La crainte du péril présent ; X- La crainte du diable.

Notes

1 Communication présentée en collaboration avec Jacques Berlioz au colloque « La predicazione dei Frati dalla meta dell’200 alla fine del’300 », Assise, 28-30 octobre 1994, publié à Spolète, 1995, p. 270-299, repris ici avec l’aimable autorisation de J. Berlioz et de la Società Intemazionale di Studi Francescani.

2 De façon générale, l’intérêt des prologues pour les œuvres médiévales n’est plus à établir. Sur les prologues en langue latine, cf. T. Janson, Latin Prose Préfacés, Stockholm, Göteborg, Uppsala, 1964 (Studia latina Stockholmensia, 13) ; Voir les actes du colloque international Les prologues médiévaux, Rome, 23-26 mars 1998, à paraître sous la dir. de J. Hamesse et A. Vauchez.

3 Cf. les analyses statistiques menées par A. Guerreau sur les exempla intéressant saint Bernard : J. Berlioz, M.-A. Polo de Beaulieu et C. Ribaucourt, Saint Bernard dans les exempla médiévaux et A. Guerreau, Quelques remarques statistiques sur le corpus des exempla bernardiniens, dans Vies et légendes de saint Bernard. Création, diffusion, réception (XIIe-XXe siècles). Actes des Rencontres de Dijon, 7-8 juin 1991, publiés par P. Arabeyre, J. Berlioz et Ph. Poirrier, Cîteaux 1993, 116-140, 141-151.

4 Citons quelques exemples : Manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 15912 [début XIIIe s., cistercien] ; Liber exemplorum : éd. A. G. Little, Liber exemplorum ad usum praedicantium saeculo XIII compositus a quodam fratre minore anglico de provincia Hibemiae [franciscain, 1275-1279], Aberdeen, 1908 [réimpr. Famborough, 1966] ; Tabula exemplorum, éd. J.-Th. Welter, La Tabula exemplorum secundum ordinem alphabeti. Recueil d’exempla compilé en France à la fin du XIIIe siècle, Paris-Toulouse, 1927 [réimpr. Genève, 1973] ; Promptuarium exemplorum de Martin le Polonais (Strasbourg, 1483) ; Manuscrit Arras, Bibl. mun. 1019 [recueil de 259 exempla compilé par un frère Sachet, originaire de Provence, entre 1251 et 1295] : éd. J.-Th. Welter, Un recueil d’exempla du XIIIe siècle, dans Études franciscaines (1913), 646-655, (1914), 194-213, 312-330 ; Liber de exemplis sacre scripture de Nicolas de Hanapes († 1291) ; Doctorum doctorale (XIIIe s.) ; Gesta Romanorum (XIVe s.) ; Sertum florum moralium (XIVe s.) : au seul manuscrit qui nous reste (Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 13475) manque le premier feuillet.

5 On trouvera les références des éditions citées en annexe no 1.

6 Sur l’importance du vocabulaire employé, cf. O. Weijers, Dictionnaires et répertoires au moyen âge. Une étude du vocabulaire, Turnhout 1991.

7 Sur le thème de l’utilité dans les prologues voir Nadeau, « Faire œuvre utile. Notes sur le vocabulaire de quelques prologues dominicains du XIIIe siècle », dans M. Paulmier, S. Lusignan, Lector et compilator. Vincent de Beauvais frère prêcheur. Un intellectuel et son milieu, Crâne, 1997, p. 77-96.

8 Et ce, à travers une citation du Prologue des Dialogues de Grégoire le Grand : Et sunt nonnulli quos ad amorem patriae caelestis plus exempla quam praedicamenta succendunt (Prologue). Le terme praedicamenta, entré dans le vocabulaire philosophique a été remplacé chez nos auteurs par le mot verba.

9 Cette question a été longuement débattue lors de la rencontre Les exempla médiévaux : nouvelles perspectives, Saint-Cloud, 27-28 septembre 1994, actes publiés sous la dir. de J. Berlioz et M. A. Polo de Beaulieu, Paris, éd.Champion, 1998.

10 Le rire du prédicateur. Récits facétieux du Moyen Age. Textes traduits par A. Lecoy de la Marche. Présentation, notes et annexes par J. Berlioz, Turnhout, 1992 ; J. Horowitz et S. Menache, L’humour en chaire. Le rire dans l’Église médiévale, Paris, 1994.

11 Sur l’exemplum et la mémoire, cf J. Berlioz, La mémoire du prédicateur. Recherches sur la mémorisation des récits exemplaires (XIIIe-XVe siècles), dans Temps, mémoire, tradition au Moyen Age, Actes du XIIIe congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Aix-en-Provence, 4-5 juin 1982, Aix-en-Provence, 1983, 157-183.

12 Sur ce sujet, cf J. Berlioz, Saints et damnés. La Bourgogne du Moyen Âge dans les récits d’Étienne de Bourbon, inquisiteur (1190-1261), Dijon, Le Bien public, 1989.

13 Il y a là une contradiction théologique puisque l’ordre alphabétique des mots-clés, par essence aléatoire, contredit une progression spirituelle. Ce qui explique par ailleurs que les premiers rédacteurs d’exempla - comme Césaire de Heisterbach ou Étienne de Bourbon aient adopté un ordre logique (ou spirituel) pour leur recueil.

14 Cf A. Boureau, L’Événement sans fin. Récit et christianisme au Moyen Age, Paris, 1993.

15 Cf. Constantin d’Orvieto, Legenda, 60 (éd. P. A. Waltz, MOPH, 16, p. 328-329).

16 Cf. Bède le Vénérable, Hist. eccl. gent. Angl., 1, 25 et 3, 5-6 ; II, 5.

17 Cf. les nombreux apologues de la Vita sanctorum Barlaam eremitae et Josaphat Indiae regis, parmi lesquels : les trompes de la mort, 6 (PL 73, 462C-463B) ; les coffres, 6 (463B-464B) ; l’archer et le rossignol, 10 (479B-480A) ; la licorne, 12 (493A-494A) ; les trois amis, 13 (494A-495B) ; le roi pour un an, 14 (496B-497A) ; le jeune homme riche et la jeune fille pauvre, 16 (505D-5O7B).

18 Cf. s. Augustin, Confessions, 8, 1-5, 10, 13-14, 16, 19 ; 12, 28-29 ; 9, 14.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search