Version classiqueVersion mobile

Éducation, prédication et cultures au Moyen Âge

 | 
Marie-Anne Polo de Beaulieu

Exemplarité et éducation

Des Histoires et des images au service de la prédication : L’échelle du ciel de Jean Gobi le Jeune († 1350)1

Texte intégral

  • 1 Cet article est une large amplification du poster proposé à la poster session du congrès internatio (...)
  • 2 Cl. Bremond, J. Le Goff, J.-Cl. Schmitt, L’exemplum, (Typologie des Sources du Moyen-Âge Occidental (...)

1L’Echelle du Ciel est un recueil d’exempla composé dans le premier tiers du XIVe siècle par le Dominicain Jean Gobi le Jeune († 1350). Rappelons que l’exemplum est selon Jacques Le Goff « un récit bref donné comme véridique et destiné à être inséré dans un discours (en général un sermon) pour convaincre un auditoire par une leçon salutaire. »2 Cette définition a l’avantage de mettre en valeur les caractéristiques principales de l’exemplum : son aspect narratif, inscrit dans une rhétorique de la persuasion, orientée vers le souci des fins dernières de l’homme. Au-delà de cette stricte définition, force est de constater la diversité des types d’exempla selon leur origine et la nature du canal d’information, selon la nature des personnages mis en scène (êtres surnaturels, hommes, animaux) et enfin selon la structure formelle et logique de l’exemplum (analogie ou métonymie).

  • 3 A. Vauchez (s. d.), Faire Croire, Modalités de la diffusion et de la réception des messages religie (...)

2L’exemplum, déjà utilisé par la rhétorique antique, a été repris par des auteurs chrétiens tels saint Ambroise et Grégoire le Grand. Mais ce n’est qu’aux XIe-XIIe siècles que l’on assiste à la véritable création de l’exemplum médiéval, d’abord dans le milieu monastique, puis dans le milieu scolastique urbain. L’un des premiers, sinon le premier recueil d’exempla est la Disciplina Clericalis de Pierre Alphonse composée au début du XIIe siècle. Le succès et la grande diffusion de l’exemplum dès la fin du XIIe siècle et surtout au XIIIe siècle, s’expliquent par sa parfaite adaptation à la prédication, devenue alors le souci premier de l’Église3. La période d’affirmation de l’exemplum (XIIIe siècle) dans sa structure, sa fonction et sa diffusion coïncide avec l’action apostolique des Ordres Mendiants pour faire face aux hérésies et aux « superstitions ». Nous en donnerons pour preuve le témoignage d’un des contemporains de saint Dominique, l’abbé bénédictin Guillaume Peyrac, qui disait de lui :

  • 4 M. H. Vicaire, Saint Dominique, La vie apostolique, Paris, 1965, p. 75-91.

« Il se donnait avec tant de ferveur à la prédication qu’il exhortait et obligeait ses frères à annoncer la parole de Dieu jour et nuit, dans les églises et les maisons, par les champs et les chemins, en un mot partout et à ne jamais parler que de Dieu »4.

3Dans cette prédication intensive, l’exemplum joue un rôle fondamental puisqu’il offre de nombreux attraits à ce nouveau public. En effet, réduisant les raisonnements à la portion congrue, il tâche de persuader en s’adressant aux sens, à l’imagination et aux sentiments des simples gens (Humbert de Romans), du peuple (Jacques de Vitry).

  • 5 J. Berlioz, « Le récit efficace, l’exemplum au service de la prédication, XIIe-XIVe siècles », dans(...)

4Pour obtenir un effet immédiat et affectif sur les foules, l’exemplum présentait toute une panoplie d’avantages : sa brièveté (avec quelques notables exceptions), son univocité, son aspect vraisemblable : (appel aux autorités et à un informateur digne de foi), ses sources d’inspiration souvent liées à la culture folklorique. Dans son fonctionnement même, l’exemplum fait appel au principe de plaisir, Humbert de Romans évoque le plaisir et Jean Gobi dans son prologue écrit : « Comme il semble que notre esprit s’émerveille des choses célestes, parce qu’il prend plaisir à écouter les récits et les exemples des Saints, j’ai donc composé cette Échelle du Ciel…. » En outre, par sa brièveté et la simplicité de sa structure l’exemplum est facilement mémorisable. De par sa nature métaphorique, il transmet une narration implicitement reliée à une leçon théologique ou à un principe moral5.

5Pour présenter l’Echelle du Ciel de Jean Gobi nous donnerons un portrait de Jean Gobi le Jeune, puis nous replacerons cette compilation exemplaire dans son œuvre, avant d’analyser les histoires et les images transmises par ce recueil d’exempla, qui connut un succès durable, attesté jusqu’au début du XVIIe siècle.

Jean Gobi le Jeune

  • 6 Bibliographie sur Jean Gobi l’Ancien, voir M. A. Polo de Beaulieu, La Scala coeli de Jean Gobi, Par (...)
  • 7 B. Montagnes, O.P. « La légende dominicaine de Marie Madeleine à Saint-Maximin » dans Le Peuple des (...)

6L’auteur de l’Echelle du Ciel est appelé Jean Gobi Junior, le Jeune, pour le distinguer de son oncle Jean Gobi l’Ancien. Nous n’avons que quelques jalons sur la vie de Jean Gobi le Jeune, alors que celle de son oncle Jean Gobi l’Ancien est mieux connue6, car celui-ci fut d’un rang plus élevé dans la hiérarchie dominicaine. En effet, après des études au Studium Generale de Paris entre 1291 et 1293, Jean Gobi l’Ancien enseigna la théologie au couvent de Béziers (dès 1293), et devint prédicateur général en 1300, puis prieur du couvent d’Avignon de 1301 à 1302. En 1302-1304, il fut prieur du couvent de Montpellier, dans une période particulièrement troublée de la lutte qui opposait le roi Philippe le Bel au pape Boniface VIII. C’est dans ce contexte houleux que les Dominicains de Montpellier furent expulsés du Royaume. Jean Gobi l’Ancien se réfugia au couvent de Saint-Maximin, dont il fut élu prieur après Pâques 1304, fonction qu’il assuma jusqu’à sa mort en 1328. En 1312, le chapitre d’Orange le désigna comme Provincial de la seconde province de Provence. Il occupa ce poste jusqu’en 1314. Lors de son priorat à Saint-Maximin, Jean Gobi l’Ancien fit avancer de façon remarquable les travaux du couvent et de l’église. Il composa vers 1315 un Livre des Miracles de Sainte Marie Madeleine, comprenant 85 miracles survenus de 1279 à 1315, et classés par catégories d’infirmités7.

  • 8 Sur Jean Gobi le Jeune, voir bibliographie finale, p. 233-237.

7Jean Gobi le Jeune8 serait le neveu de Jean Gobi l’Ancien. L’on connaît l’importance des relations entre oncle et neveu dans la société médiévale, souvent dénoncées sous le terme péjoratif de népotisme. Jean Gobi le Jeune suivit presque le même parcours que son oncle, mais à un niveau inférieur dans la hiérarchie dominicaine. Originaire également d’Alès, il est signalé en tant que prieur du couvent dominicain de sa ville en 1323 et 1324. Puis il rejoignit son oncle, alors prieur à Saint-Maximin, en 1327 au poste de lecteur en théologie. Nous ignorons la date exacte de sa mort. J. Quétif et J. Echard la placent vers 1350.

  • 9 C. Douais, Essai sur l’organisation des études dans l’ordre des Frères Prêcheurs (1216-1342), Paris (...)

8Tâchons de pallier les zones d’ombre concernant Jean Gobi le Jeune par le recours aux connaissances que nous avons de la formation intellectuelle des Dominicains9 présentée par Humbert de Romans dans ses trois traités : le Miroir des religieux (Spéculum religiosorum), l’Exposition de la règle de saint Augustin (Expositio régulé Beati Augustini), le traité sur l’Erudition des prédicateurs (De eruditione predicatorum).

  • 10 Acta Sanctorum, 4 août, 1, p. 573 et sq. ; A. Vauchez, art. Dominique, Histoire des Saints et de la (...)

9Selon le vœu de leur fondateur même, « qu’ils étudient et qu’ils prêchent »10, les disciples et fils de saint Dominique devaient s’attacher à l’étude pour mieux s’opposer par la prédication aux erreurs, hérésies et superstitions qui menaçaient l’unité de l’Eglise. Ainsi chaque frère devait-il passer son baccalauréat et sa licence. Certains passèrent aussi le doctorat et devinrent d’éminents maîtres des universités. La formation intellectuelle des Dominicains comportait alors trois étapes : le studium artium où l’on enseignait la rhétorique et la logique ; le studium naturalium pour s’apprendre à la philosophie naturelle grâce aux ouvrages d’Aristote : De l’âme (De anima), l’Ethique, Du ciel et du monde (De celo et mundo), De la mémoire (De memoria) ; et enfin le studium theologiae fondé longtemps sur les quatre Livres des Sentences de Pierre Lombard, mais aussi sur des livres de réfutation des hérésies et des autres religions. Au XIVe siècle, ce studium fut complété par des studia Bibliae et Sententiarum. On réservait à l’élite des étudiants le studium solemnium ou generale, consacré à la théologie. Il y en avait un à Montpellier. Jean Gobi le Jeune a dû le fréquenter, car il était réservé aux étudiants destinés à devenir lecteurs.

10Jean Gobi a donc certainement parcouru ce cursus pour devenir prieur du couvent d’Alès, puis lecteur de celui de Saint-Maximin. Son rôle de lecteur le mettait en contact avec les étudiants du couvent, mais aussi avec l’ensemble des frères tenus d’assister aux cours de théologie. Du fait de cette charge importante, le lecteur était dispensé d’entendre les confessions, de prêcher à l’extérieur du couvent et d’assister à certaines parties de l’office. Enfin, il avait accès à tous les livres de la bibliothèque de son couvent, alors que les étudiants ne pouvaient consulter qu’une partie du fonds. Hélas, nous ne possédons pas de catalogue de la riche bibliothèque de Saint-Maximin pour l’époque qui nous intéresse.

L’œuvre de Jean Gobi le Jeune

  • 11 Voir notre traduction Jean Gobi, Dialogue avec un fantôme, Paris, Les Belles Lettres, coll. La Roue (...)
  • 12 J. Chiffoleau, La comptabilité de l’Au-delà. Les hommes, la mort et la religion dans la région d’Av (...)

11De l’œuvre de Jean Gobi nous avons conservé deux témoignages fort différents. Le premier est une œuvre brève, composée à Alès en 1323, et intitulée De l’esprit de Gui. Dialogue entre Jean Gobi et l’esprit de Gui, (de Corvo)11. Il s’agit d’une sorte de procès-verbal quelque peu étoffé d’un surprenant dialogue entre notre dominicain, alors prieur du couvent d’Alès, et l’âme du défunt Gui de Corvo, décédé huit jours plus tôt. Celui-ci fit entendre sa voix à sa veuve dans la chambre conjugale. Ce dialogue prit la forme d’une véritable discussion théologique en présence de la veuve et de nombreux laïcs et de religieux. Les questions posées par Jean Gobi ont trait au Purgatoire, aux suffrages et aux indulgences. Ce procès-verbal aurait été présenté au pape Jean XXII (1316-1334), en Avignon. Ce texte, sous une forme amplifiée, a connu une grande diffusion ; nous en avons conservé environ 100 manuscrits, il a été édité et traduit en français, en allemand, en gallois, en anglais, en suédois et en catalan. Et récemment J. Chiffoleau a souligné l’intérêt de ce dialogue et en a donné une traduction partielle12.

  • 13 Le Dialogue de Gui a-t-il été utilisé par les prédicateurs ? Il semble que oui, d’après les travaux (...)

12L’autre œuvre de Jean Gobi le Jeune est l’Echelle du Ciel, composée entre 1327 et 1330 au couvent de Saint-Maximin. Nous nous attarderons plus longuement sur cette dernière, car elle est plus explicitement destinée à la prédication13.

L’Echelle du Ciel

13L’Echelle du Ciel est un recueil rassemblant quelque 972 exempla classés dans 122 rubriques rangées par ordre alphabétique, de Abstinence à Usure. Pour le composer Jean Gobi a recueilli les fruits de la tradition du genre exemplaire et a mis en pratique des innovations dans la classification et le traitement de l’exemplum. Comme tous les recueils d’exempla, l’Echelle du Ciel repose sur un travail de compilation que l’auteur rappelle en citant ses sources dans le prologue et au début de chaque exemplum.

  • 14 C. Ribaucourt, L’Alphabetum narrationum, un recueil d’exempla compilé au début du XIVe siècle, thès (...)

14Les nombreuses sources citées par Jean Gobi ressortissent pour un quart de l’Antiquité païenne et surtout chrétienne, et pour trois quarts des auteurs médiévaux (voir liste p. 12-13, 51). Cependant, ces citations d’auteurs n’impliquent absolument pas un recours direct de Jean Gobi à ces sources, car on s’aperçoit qu’il s’est souvent inspiré d’une compilation sans la citer. Ainsi dans la rubrique « Guerre », nous trouvons trois exempla successifs (no 143, 144, 145) attribués à Suétone (no 143) et à Hélinand de Froidmont (no 144-145). Or la recherche des sources montre que ces exempla sont en fait tirés de l’Alphabet des récits14 (exempla no 103, 104, 105). D’autres fois, c’est Vincent de Beauvais qui a manifestement servi de relais avec les sources antiques. L’analyse plus précise des sources nous montre donc les limites de cette culture « savante ». Jean Gobi a fait un travail de compilation, qui s’est appuyé essentiellement sur des recueils d’exempla antérieurs : ceux de Césaire de Heisterbach, d’Etienne de Bourbon, d’Arnold de Liège et sur le Miroir des exemples (Spéculum exemplorum). Les auteurs de ces différents recueils cités par Jean Gobi donnent souvent leurs sources et Jean Gobi dans bien des cas reprend cette citation sans préciser le nom de l’intermédiaire. Sa connaissance des textes est donc, semble-t-il, souvent indirecte. La notion de source doit être complétée par celle de citation si importante dans un travail de compilation.

15Nous avons relevé 162 citations bibliques dans l’Echelle du Ciel. Le Nouveau Testament apparaît 99 fois avec une prépondérance de Matthieu (36 citations), tandis que l’Ancien Testament est cité 63 fois avec une nette prépondérance des Psaumes (presque la moitié des occurrences). Mises à part ces réminiscences bibliques, Jean Gobi n’accompagne pas ses exempla de citations patristiques ou autres, sauf dans la rubrique Passion du Christ truffée de citations de la Bible, de saint Bernard, de saint Anselme et de saint Augustin (exempla 807, 810, 812).

  • 15 Voir la liste des nombreux contes-types repérés dans l’Echelle du Ciel, ci-après p.103-118 ; à titr (...)

16On ne saurait clore l’enquête sur les sources de l’Echelle du Ciel sans mentionner l’importance des fables et des contes romanesques, tels celui de La fille sans main (no 180) ou le Roman des Sept Sages de Rome (no 520), puisés dans des chroniques, mais également dans des œuvres littéraires15.

  • 16 Géraud de Frachet, Vitae Fratrum, ed. Berthier, Rome, 1896.

17Notons enfin que cinq récits (no 249, 294, 300, 593, 686, 756) semblent avoir une source orale, puisqu’ils sont introduits par la mention « j’ai ouï dire (audivi) ». Dans son prologue, Jean Gobi met en avant cette source d’information : « Parfois j’ai inséré (pour les appliquer aux mœurs et les citer à mon tour) certains exempla que je n’ai pas trouvés ainsi rédigés, mais que j’ai entendus dans les prêches des autres. » Ces exempla ne sont pas répertoriés dans l’index de F. C. Tubach et il est possible que ces thèmes aient été reçus par Jean Gobi par voie orale. Ces sources orales sont délicates à manier. La hiérarchie dominicaine a suscité ce type de sources, comme l’atteste la recommandation du chapitre de Montpellier (1252), qui demande d’envoyer au Provincial par écrit le récit des morts édifiantes ou merveilleuses des frères. Cette demande émanait peut-être de Géraud de Frachet alors provincial (1251 à 1259), dont les Vies des Frères (Vitae Fratrum) proposent un chapitre entier sur ce thème16. En revanche, la mention « on dit (dicitur) » dans le canal d’information (employée 28 fois) n’est absolument pas gage d’une transmission orale. En effet, dans certains cas, Jean Gobi ajoute lui-même après cette mention le nom d’une œuvre.

18S’appuyant sur la tradition pour accumuler des matériaux narratifs, Jean Gobi a porté ses efforts d’innovation sur l’organisation de son recueil en rubriques classées dans l’ordre alphabétique.

Des histoires en ordre alphabétique

  • 17 B. Guenée, Histoire et culture historique au Moyen Âge, Paris, Aubier, 1980, p. 227 et sq ; Daly L. (...)
  • 18 M. B. Parkes, « The influence of the concepts of ordinatio et compilatio on the development of the (...)

19L’histoire du classement alphabétique a été étudiée par B. Guenée et R. H. Rouse17, et nous nous contenterons de rappeler brièvement les étapes de cette évolution. Dès le IIIe siècle avt. J-C. des papyrus de l’administration égyptienne utilisèrent des listes alphabétiques. Dans l’empire romain l’emploi de ces listes alphabétiques disparut peu à peu, il subsista seulement dans quelques ouvrages érudits. Ce n’est qu’au XIIe siècle que réapparaissent les classements alphabétiques dans divers documents : catalogues de bibliothèques, encyclopédies (lapidaires, herbiers…), glossaires, dictionnaires. Mais ce n’est qu’après 1275 (environ) que l’on peut véritablement parler d’un triomphe de l’ordre alphabétique18, qui touche les instruments de travail des prédicateurs : les recueils de distinctiones et les concordances bibliques.

  • 19 L. J. Bataillon « Intermédiaires entre les traités de morale pratique et les sermons, les distincti (...)

20Les distinctiones de Nicolas de Byard datent d’environ 1280, elles comportent 254 articles classés par ordre alphabétique de absconditur à zelatus est19. Ces distinctions donnent accès aux diverses significations figurées ou symboliques d’un terme trouvé dans la Bible, en illustrant chaque sens au moyen d’un passage de la Bible. Par la suite, les recueils de distinctiones s’étoffent avec de nouvelles subdivisions et intègrent des éléments nouveaux : des moralisations, des citations patristiques et des exempla.

  • 20 R. H. et M. A. Rouse, « Biblical Distinctiones in the XIIIth. Century », dans Archiv. d’Hist. Doctr (...)
  • 21 Th.M. Charland, Artes Predicandi. Contribution à l’histoire de la rhétorique au Moyen-Âge, Paris, 1 (...)

21L’autre instrument de travail du prédicateur, la concordance, donnait pour chaque mot-clé extrait de la Bible sa localisation dans le livre et le chapitre. Peu avant 1286, la concordance de Saint-Jacques connut un grand succès, car elle donnait pour chaque vocable son contexte (de 4 à 7 mots). Cette concordance connut une très large diffusion (on en a dénombré 80 copies)20. A partir du XIVe siècle les Arts de prêcher (Artes predicandi) considèrent que tous les prédicateurs ont accès à ces deux instruments de travail21. Après s’être familiarisés avec cette technique de classement, les prédicateurs l’ont utilisée avec plus ou moins de facilité dans leurs recueils d’exempla et leurs florilèges.

  • 22 Pour cette étude, voir J.-Cl. Schmitt, « Recueils franciscains d’exempla et perfectionnement des te (...)
  • 23 Liber exemplorum ad usum predicantium saecula XIII, compositus a quodam fratre Minore Anglico de Pr (...)
  • 24 Voir les exempla no 609 (renvoi au no 128) ; no 898 (renvoi aux no 121 et 122) ; no 899 (renvoi à l (...)

22C’est en 1275, que pour la première fois un franciscain anglais anonyme disposa une partie des récits du Livre des exemples à l’usage des prédicateurs (Liber exemplorum ad usum predicantium) dans des rubriques classées dans l’ordre alphabétique22. Cette méthode fut aussitôt généralisée dans de nouveaux recueils franciscains britanniques : la Table des exemples selon l’ordre alphabétique (Tabula exemplorum secundum ordinem alphabeti, vers 1277) ou le Miroir des laïcs (Spéculum laicorum, entre 1279 et 1292)23. Ce survol chronologique nous permet de placer l’Echelle du Ciel parmi les premiers recueils d’exempla en France utilisant les rubriques classées dans l’ordre alphabétique. Comme les autres recueils, elle présente une table alphabétique des rubriques (voir annexe, p. 79). Mais la technique atteignit un point de sophistication supérieur dans l’Alphabet des Récits d’Arnold de Liège (1297-1308) dans lequel chaque exemplum est suivi de la mention « Cela vaut également pour… » (Hoc eciam valet ad) renvoyant à d’autres rubriques du recueil. Dans l’Echelle du Ciel, on ne trouve que quelques amorces de ces renvois à la fin des exempla24.

23Jean Gobi ne maîtrise pas parfaitement l’ordre alphabétique ; il l’étend selon les cas aux 2e, 3e ou 4e premières lettres et de façon irrégulière. De plus, il est à noter que lorsque l’intitulé de la rubrique est composé de plusieurs mots, ce n’est pas forcément le premier mot qui est pris en compte. Ainsi, la rubrique Nom de Jésus est classée d’après Jésus tandis que Vaine Gloire est classée d’après Vaine (alors que dans d’autres recueils c’est Gloire qui a servi de point de repère). Dans d’autres cas, les irrégularités de classement sont manifestement volontaires. Elles visent à rapprocher deux thèmes voisins par un effet de redondance, de liaison logique (d’opposition ou de cause à effet) ou chronologique. Jean Gobi fait suivre les rubriques suivantes dans cet ordre : corea (danse), correctio (correction), Corpus Christi (Corps du Christ), crux (croix), cruce signatis (croisés). Il y a manifestement là une volonté de rapprocher et d’ordonner les notions liées à l’Incarnation du Christ : Corps du Christ et Croix, et de faire découler l’expression croisés du mot croix si lourd de significations, et qui donne toute sa dimension mystique à la dernière rubrique.

24Voyons maintenant de quelle manière Jean Gobi a utilisé le cadre de la rubrique. Nous avons classé les 122 rubriques de l’Echelle du Ciel selon leur contenu, en quatre catégories répondant à quatre thématiques traditionnelles : les vices et les vertus (sur le modèle des traités de ce nom tel celui de Guillaume Peyrault), les statuts sociaux (sur le modèle des sermones ad status, comme ceux de Jacques de Vitry) et les notions théologiques nécessaires à un catéchisme de base. Une étude comparative fait apparaître une nette orientation des rubriques vers les notions morales (vices et vertus) qui représentent la moitié des rubriques. Si l’on ajoute que les rubriques fondées sur des statuts sociaux sont souvent destinées à illustrer les travers de leurs représentants (pour l’usurier, le marchand, l’avocat) ou leurs vertus (pour le chevalier), ou les qualités qu’ils doivent acquérir (pour le bailli, le prince, le prédicateur), ce sont autant de notions éthiques qui renforcent l’orientation de l’Echelle du Ciel vers une morale pratique. Celle-ci est à la fois quotidienne et replacée dans une perspective eschatologique. Les notions théologiques sont tout de même bien représentées : 29 % des rubriques et 36 % des exempla. D’ailleurs les 3 rubriques les plus riches en nombre d’exempla sont des rubriques de ce registre : la rubrique consacrée à la Vierge Marie comporte 55 exempla, celles consacrées à la croix et la confession 24 exempla (rubriques de taille importante par rapport au nombre moyen d’exempla par rubrique : 8). Ces trois notions renvoient à des thèmes majeurs de la prédication du XIVe siècle : le culte marial, l’incarnation du Christ et la diffusion de la confession (sacrement rendu obligatoire un fois par an au concile de Latran IV, 1215).

25Le fonctionnement de la rubrique permet à Jean Gobi de contrôler la variété des récits qu’il insère dans son recueil afin de capter l’attention des fidèles. La rubrique est une notion qui ne se veut point abstraite, mais rend compte d’une réalité d’autant plus concrète que des leçons successives donnent un nouvel éclairage sur un de ses aspects. La rubrique adulation par exemple, fournit un inventaire systématique et numéroté (de 1 à 18) de tous les aspects de la notion, exposés successivement dans 18 leçons. La conception d’ensemble de ces leçons est quelque peu mécanique : on soupèse les apports de chaque notion dans un jeu de balance entre Bien et Mal. Si la notion est positive (vertus, sacrements, œuvres de piété, bienfaits divins), elle rapproche le chrétien d’un être positif : Dieu, les anges, la Vierge ; elle augmente les bienfaits, les vertus, les mérites ; elle diminue la maladie, les péchés, les peines du purgatoire ; elle révèle des vertus, l’intelligence, le cœur. Si la notion est négative (vice, travers d’une profession) elle rapproche le chrétien d’un être négatif les démons ou le diable ; elle aggrave les péchés, les vices, les maladies, les peines du purgatoire ; elle diminue la grâce divine ; elle révèle la bêtise, la méchanceté, les vices.

26Une autre particularité de l’Echelle du Ciel réside dans la circulation de certains exempla entre les rubriques, au gré des besoins de la leçon théologique ou morale. La légende de Robert le Diable est ainsi présentée d’abord sous le no 679, dans la rubrique consacrée à la Vierge Marie, puis sous le no 930, dans la rubrique Satisfaction. Dans le premier cas, cet exemplum est destiné à fustiger la culpabilité du duc de Normandie, qui a joui de sa femme un jour de continence, la veille de Pâques (malgré leur vœu commun de chasteté) et à montrer les conséquences terribles d’un tel parjure. En revanche, la même histoire dans l’exemplum no 930 permet de mettre en valeur les possibilités de salut d’un être aussi négativement prédestiné que Robert le Diable. Ces deux rubriques ont un rapport très lâche entre elles et l’on voit, sur cet exemple, à quel point la matière des exempla est malléable, selon la leçon et la rubrique que le prédicateur désire illustrer.

La moralisation du récit exemplaire

  • 25 M. Zink, La prédication en langue romane avant 1300, Paris, 1976, surtout p. 278 et sq. ; H.R. Jaus (...)

27Le goût de Jean Gobi pour la mise en ordre de son matériau narratif intervient directement dans le corps du texte, dans lequel le récit subit une moralisation, qui reprend presque mot à mot les détails de l’anecdote exemplaire pour leur conférer une signification allégorique, destinée à établir un lien univoque entre le concept de la rubrique et le récit qui l’illustre25. Cette exégèse allégorique consiste à donner aux éléments d’un texte (mots, phrases, paroles prononcées, personnages, actions) une signification autre que leur signification habituelle dans la pensée courante, et autre que celle qu’appelle la compréhension littérale du texte. Cette signification nouvelle doit obéir à deux conditions : d’une part, il ne doit pas y avoir d’interférence entre le signifié et le signifiant ; autrement dit, la nouvelle signification se substitue à l’ancienne et ne peut s’ajouter à elle, ni se combiner avec elle. D’autre part, elle doit donner au texte une nouvelle cohérence. Il suffit alors comme avec une grille, d’oblitérer les anciens signifiés et de faire surgir les nouveaux, pour que l’ensemble du texte reçoive un nouveau sens satisfaisant. Ainsi, l’allégorie est à la fois cohérente et pauvre, c’est à dire qu’un système d’équivalences épuise sa signification.

28Le développement de l’allégorie dans les exempla doit être replacé dans le développement généralisé de la moralisation dans la littérature profane et religieuse (De planctu Naturae d’Alain de Lille, Le Roman de la Rose, Le Songe d’Enfer et La voie de Paradis de Raoul de Houdenc…), mais aussi dans les instruments de travail de tous les prédicateurs : les bibles moralisées, les distinctiones, les encyclopédies.

29Cependant dans quelques cas, Jean Gobi aménage la narration de manière à offrir une transition entre celle-ci et la moralisation. Ainsi dans l’exemplum no 781 c’est une jeune femme, allégorie de la prière, qui explique à un saint homme sa vision et prend ainsi en charge dans la narration même l’exégèse allégorique du récit. Ailleurs, c’est un ange qui joue ce rôle (no 783). Quel que soit le procédé narratif adopté, la moralisation accentue nettement le rôle du prédicateur, seul détenteur de l’interprétation orthodoxe du récit. Il maîtrise désormais l’exemplum en amont par la leçon et le canal d’information, et en aval par la moralisation. Enfin et surtout, le prédicateur donne un sens univoque au récit de l’exemplum. Les Gesta Romanorum au milieu du XIVe siècle sont le premier recueil recourant presque systématiquement à la moralisation et lui donnant une grande ampleur par rapport au récit. Dans l’Echelle du Ciel, même si elle est fortement marquée, la moralisation n’affecte que 156 exempla sur 972, soit 16 % des exempla.

30Mais voyons à partir d’un exemplum précis de quelle manière Jean Gobi le moralise.

31Exemplum no 457 de la rubrique Richesses :

« Autre exemple sur le même sujet. On lit dans le livre des Sept Dons du Saint Esprit qu’un certain prédicateur blâmant le caractère trompeur des richesses, disait que nous devrions agir comme Hippocrate avait agi envers sa mère. En effet, Hippocrate revenant de ses études, doté d’une très grande science, connaissant l’affection débordante de sa mère à son égard, afin qu’elle ne succombe à la joie et au plaisir de son retour, envoya un messager chargé de lui raconter tous les déboires, toutes les douleurs et tous les malheurs qui lui étaient arrivés, de manière à ce que ces nouvelles tempèrent la joie de sa venue.
Cet Hippocrate est le monde, et sa mère est l’âme. Afin que l’âme ne se tue pas dans le plaisir et l’abondance des richesses, le monde lui-même lui envoie et lui fait connaître les douleurs, l’anxiété et les craintes qui nous sont données en même temps que les richesses. »

32La moralisation est juxtaposée au récit de façon abrupte, alors que d’habitude Jean Gobi l’annonce par la mention au sens spirituel (loquendo spiritualiter). Dans certains manuscrits on trouve la mention « au sens allégorique » (allegoriter) et « au sens moral » (moraliter). Dans cet exemplum l’on passe brutalement du temps du récit (parfait) au temps de l’exégèse. Ce présent gnomique, qui est en fait un refus de la temporalité et de ses contingences, opère la transition entre l’univers des tribulations mondaines et un univers de vérités intemporelles et universelles. La perspective se déplace du cas particulier de la relation entre Hippocrate et sa mère, à la relation entre l’âme et le monde.

33Ce traitement particulier du récit limite beaucoup la marge de manœuvre des auditeurs (au niveau de l’imaginaire et de l’interprétation) et des utilisateurs de recueils d’exempla. En effet, dès lors qu’il est moralisé, l’exemplum ne peut plus se rattacher qu’à une seule thématique. En outre, le caractère narratif et le caractère édifiant de l’exemplum sont nettement dissociés, ce qui modifie sa transmission par le prédicateur et sa réception par les fidèles.

  • 26 G. Dubuis, Les 100 Nouvelles nouvelles et la tradition de la nouvelle en France au Moyen Âge, Greno (...)

34Malgré le carcan de la rubrique, de la leçon et de la moralisation, certains récits semblent échapper à Jean Gobi. En effet, dans quelques cas (minoritaires) l’auteur a, semble-t-il, été fasciné par une histoire, dont la narration est devenue une fin en soi, sans rapport structurel profond avec sa rubrique et la leçon qu’elle est censée illustrer. Cette fascination est l’un des prémisses du passage de l’exemplum à la nouvelle26. Le cas le plus extraordinaire dans l’Echelle du Ciel est le résumé du Roman des Sept Sages de Rome (exemplum no 520) qui ne compte pas moins de 715 lignes dans notre édition ! Un tel récit extrêmement complexe semble tout de même difficile à intégrer dans un sermon. En cela, l’Echelle du Ciel est un des premiers jalons de la « dérive littéraire » de l’exemplum.

Le bilinguisme dans l’Echelle du Ciel

  • 27 Notons que dans le Dialogue avec l’esprit de Gui, conservé en latin un seul mot en occitan est pron (...)
  • 28 G. Huet avait déjà signalé ces passages en provençal dans son article « Les rédactions de la Scala (...)

35La langue de Jean Gobi est un latin émaillé de provençal27. On trouve six passages en provençal28 et également quelques mots provençaux plus ou moins latinisés : li anstour, l’autour (oiseau de proie) et vanascellos, qui vient de bavastel (la marionnette). Il est à noter que le provençal n’apparaît que dans les rubriques liées à des statuts sociaux (Femme, Enfant, Fils, Bon religieux, sorcière) ou des actes de sociabilité (Danse). Mais ce n’est pas pour autant seulement une langue parlée, dans deux cas nous avons affaire à un texte écrit en provençal : une sorte de testament rédigé par un bourgeois (no 533) et une formule magique contre les maux de tête (no 935 C). Dans le cas où le provençal est employé oralement, les locuteurs sont un démon sous les traits d’un jeune danseur (no 341), un citadin (au statut social moyen), un enfant s’adressant à son frère, le père de saint Bernard s’adressant à son fils. Il est frappant de voir que le provençal est vécu comme la langue de la sociabilité (la danse) et surtout des relations familiales. Les citations en provençal de Jean Gobi prouvent de sa part une certaine familiarité avec cet univers profane, mais aussi peut-être une volonté de nettement le circonscrire à un milieu précis et à certaines activités.

36De plus, certains exempla montrent bien la conscience aiguë du bilinguisme qui prévaut chez notre auteur. L’exemptum no 262 de la rubrique Confession est à cet égard très instructif. Il raconte l’histoire d’un prêtre qui, ayant péché avec l’épouse d’un chevalier, est traîné par le mari outragé dans une maison où un démon disait la vérité sur tout. Le prêtre, désemparé, se confesse dans l’étable à un paysan, donc en langue vernaculaire. Quand il comparaît devant le démon, celui-ci déclare :

37« Je ne sais rien sur lui », mais en latin, langue que seul le prêtre comprenait, il ajouta : « Il a été pardonné dans l’étable. »

38Cette analyse de la langue et de la rhétorique de Jean Gobi se doit d’être complétée par l’examen attentif des manuscrits et éditions incunables qui ont fait connaître dans toute l’Europe cette collection originale. Certains copistes de manuscrits ou éditeurs de l’Echelle du Ciel ont ajouté au début du texte une représentation de l’Echelle du Ciel ou échelle spirituelle, dont on ne peut négliger la portée didactique, surtout à la fin du Moyen Âge, à une période où les recueils d’exempla sont devenus des livres de lectures pieuses.

Des images au service de la prédication

  • 29 Article « Echelle Spirituelle » dans le Dictionnaire de Spiritualité, tome 4, 1 1ère partie, col. 6 (...)

39Le thème de l’échelle spirituelle propose une représentation concrète de l’ascension morale que devrait constituer la vie de tout chrétien. Le terme même d’Echelle du Ciel n’est pas nouveau, il a suscité des réflexions nombreuses, des Pères de l’Eglise aux mystiques et théologiens du Moyen Âge29.

  • 30 Jean Climaque, Echelle, Pat. graeca 88, col.630-1164 ; J.B. Martin, The Illustration of the Ladder (...)
  • 31 Passio Sanctarum Perpetuae et Felicitatis, éd. bilingue de H. J. Musurillo, The Acts of the Christi (...)

40Dans la Bible, l’image de l’échelle apparaît à Jacob : « Il eut un songe, et voici : une échelle était appuyée sur la terre et son sommet touchait au ciel, et voici : les anges de Dieu montaient et descendaient et en haut se tenait Yahvé (Gen. 28, 11). » Ces anges symbolisent les états spirituels qui mènent à la perfection. Les Pères de l’Église évoquent cette échelle, soit sur le mode eschatologique comme Jean Climaque30, soit sur le plan individuel comme saint Isaac le Syrien, qui note : « L’échelle de ce royaume est cachée au-dedans de toi, dans ton âme. Lave-toi donc du péché et tu découvriras les degrés par lesquels monter. » Cette ascension individuelle est aussi celle accomplie par les martyrs comme sainte Perpétue († 202/203)31, qui a cette vision :

« Je vois, dit-elle, une échelle d’airain, d’une étonnante grandeur, atteignant jusqu’au ciel et si étroite qu’on ne pouvait y monter qu’un à un : sur les montants de l’échelle toutes sortes de fers sont fixés ; il y a là des épées, des lances, des hameçons, des glaives ; de telle sorte que si quelqu’un montait avec négligence et sans fixer son attention vers le haut, il était déchiré et perdait des lambeaux de chair sur les fers. Et il y avait, reposant sous l’échelle, un dragon d’une étonnante grandeur qui dressait des embûches à ceux qui montaient, et les épouvantait pour les empêcher de l’escalader. Saturnus monta le premier… et il parvint au sommet de l’échelle ; il se retourna alors et me dit : Perpétue, je t’aide : mais prends garde que le dragon ne te morde. Et je lui dis : Il ne me mordra pas, au nom de Jésus-Christ. Alors le dragon, comme s’il me craignait, sortit la tête dessous l’échelle, et moi, alors que je foulais le premier échelon, je lui foulais la tête. Et je montai, et je vis un jardin immense, etc… ».

  • 32 S. Augustin, Sermo, 280, 1 et 4, Pat. Lat. 38, col. 1281-1282.

41Commentant cette vision, saint Augustin32 expliqua que la tête du dragon formait le premier degré de l’échelle : on ne peut commencer l’ascension sans d’abord fouler au pied le dragon.

42Les théologiens et auteurs mystiques du XIIe siècle reprennent cette symbolique de l’échelle. Saint Bernard évoque dans un sermon le baiser des pieds, des mains et de la bouche du Christ (Sermon, 3), ce qui représente une forme d’ascension graduelle. Il est à noter par ailleurs que des monastères cisterciens ont porté le nom d’Echelle de Dieu (Scala Dei).

43Guillaume de Saint Thierry, décrivant les sept degrés de l’âme, explique qu’elle fait son anabathmon, c’est à dire son ascension et traverse les degrés du cœur, afin de parvenir à la vie céleste. Nombreux sont les auteurs qui se sont interrogés sur le nombre de degrés de cette échelle mystique. Pour Cassien, elle en comporte 10, pour Saint Benoît 12 et pour Jean Climaque 30, en souvenir des trente années de vie cachée du Christ, pour Guillaume de Saint Thierry 3, pour Alain de Lille 7.

44Dans tous ces textes, l’échelle apparaît donc comme le symbole du mouvement qui conduit l’homme de sa condition terrestre à l’état angélique, par différents degrés semés d’embûches. Dans quelques cas, l’image de la Croix vient se mêler à cette symbolique ascensionnelle en se fondant sur ces paroles du Christ : « Vous verrez les cieux ouverts et les anges montant et descendant sur le Fils de l’Homme (Jn.1, 51). » Ainsi, Jean de Saroug († 521) évoque sur ce mode l’échelle spirituelle :

« Vois, le chemin du Fils apparaissait par cette échelle. La croix se dresse comme une échelle merveilleuse, par laquelle les hommes ont été en vérité conduits au ciel. Par la naissance du Fils, les anges descendaient vers les habitants de la terre, et les hommes s’élevaient des profondeurs jusqu’à l’habitation des êtres célestes. Par elle, enfin, le ciel et la terre étaient réunis. Il (le Christ) se tenait sur la terre comme une échelle riche en échelons, et se dressait afin que tous les êtres terrestres fussent élevés par lui. Elle (la Croix) est un chemin large ; elle est comme une échelle entre les êtres terrestres et les êtres célestes. Elle est si facile à suivre que même les morts marcheront sur elle. Elle a vidé les enfers, et voici : même les mortels montent sur elle ».

45Ce dernier texte rend bien sensible la double dimension du symbole de l’échelle mystique : une aventure spirituelle proposée à l’humanité, mais aussi une image très concrète, facile à intégrer dans des sermons appuyés sur des exempla faisant appel à l’imagination visionnaire.

  • 33 H. Barré, Anciennes prières de l’Occident à la mère du Sauveur, Paris, 1963, p. 220 (III) et p. 270 (...)

46Ajoutons que la Vierge Marie, qui tient une grande place dans l’Echelle du Ciel (dans la dédicace et dans la plus importante des rubriques), est appelée Echelle du Ciel dans plusieurs textes de prières33.

47Six exempla de l’Echelle du Ciel évoquent concrètement cette image de l’échelle sans toutefois la mêler à la thématique de la croix. L’exemplum no 60 (rubrique Amitié) évoque les mésaventures d’un jeune homme trompé et abandonné par ses trois amis. Il échappe de justesse au gibet grâce à l’intervention d’un véritable ami de son père. L’exemplum s’achève sur cette moralisation : « Ce troisième ami, c’est à dire le diable, enlève l’échelle qui représente l’espoir promis, pour ôter la gloire et donner la damnation éternelle. » Cette image place d’emblée l’échelle du salut entre élection et damnation. C’est la seule allusion dans l’œuvre de Jean Gobi à la dimension complète de ce symbole, les autres exempla insistent soit sur l’ascension, soit sur la descente qui oriente cette image de l’échelle spirituelle. On trouve une échelle orientée vers l’Enfer dans les exempla no 42, 139 et 910.

48Dans l’exemplum no 42 (rubrique avocat), un homme veut s’enrichir en poussant son fils dans la carrière d’avocat, mais un sage le prévient que cette profession conduit à la damnation éternelle : « Celui qui choisit d’être avocat se met aussitôt au cou une échelle de 12 degrés, par laquelle il descend vers la damnation éternelle, et dont les montants sont l’honneur et l’avarice. Le premier degré de cette échelle est de ne pas subvenir aux besoins des pauvres…, le douzième est l’infidélité. »

49L’exemplum suivant présente une échelle de damnation qui se confond avec un arbre généalogique :

50Exemplum no 910 (rubrique Rapine)

« Deuxièmement, elle [la rapine] accumule les châtiments.
Pierre Damien rapporte qu’au pays des Teutons il y avait un comte de bonne réputation, qui, après sa mort apparut à un religieux. Il se tenait au sommet d’une échelle de feu au pied de laquelle se trouvait une personne couchée sur le dos, les yeux levés vers le ciel, et sur les barreaux, de nombreuses personnes.
Comme il demandait la signification de cette échelle, on lui répondit que celui qui était en quelque sorte à l’origine de son lignage avait commis un vol, et que personne ne l’avait réparé, ni ne s’était soucié de découvrir la vérité à ce sujet ; de telle sorte que tous ses successeurs avaient été damnés, et les peines de tous les autres devaient s’accumuler sur celui qui en avait été la cause. « Et moi, qui suis le dernier représentant de ce lignage, je siège sur l’échelon le plus haut. Pour que mon châtiment ne soit pas aggravé, je te demande de dire à mes héritiers de faire les restitutions nécessaires. »

51Cet exemplum démontre la solidarité des générations dans la faute et le châtiment. L’échelle apparaît alors comme un double de l’arbre généalogique de la famille mise en cause. Cependant l’échelle met également en valeur des degrés dans la culpabilité : celui qui a commis le crime est tout en bas de l’échelle, donc au plus près de l’enfer, tandis que le comte dont il est question, apparaît sur le plus haut degré de l’échelle, car sa culpabilité est la plus légère par rapport à ses ancêtres. Ainsi donc l’échelle permet d’établir et de hiérarchiser des degrés aussi bien dans la culpabilité que dans le mérite.

52Deux autres extraits de l’Echelle du Ciel nous présentent l’autre dynamique de l’image de l’échelle : la montée vers le ciel. Dans un cas, c’est la pénitence qui permet cette ascension, dans l’autre c’est la connaissance progressive de la parole divine jusqu’à la contemplation. La première conception est illustrée par l’exemplum no 338, rubrique conversion, où 5 sages tentent à tour de rôle d’expliciter le verset : « Etroite est la voie qui mène à la vie » (Matt. 7,14 ; Luc 13,24). Le troisième sage utilise à cette fin l’image de l’échelle :

« Le troisième répondit comme les premiers par une parabole. Un certain noble vit une échelle d’or placée entre la terre et le ciel, si étroite qu’on ne pouvait y monter que l’un après l’autre. De chaque côté des montants étaient fixés des couteaux en nombre infini difficiles à distinguer et un dragon effrayant se tenait au pied de l’échelle. Ainsi, pour celui qui gravit cette échelle, étroite est la voie qui mène à la vie.
Cette échelle est la pénitence, on ne peut la gravir que seul, car celui qui est chargé de péchés n’est pas seul, mais celui qui possède la grâce est unique. Les montants de cette échelle sont au nombre de deux, à savoir : le penchant pour les vices spirituels et le penchant pour les vices charnels. Les couteaux en nombre et en variété infinis sont les pensées. Le dragon est la damnation éternelle. Les pénitents ont donc une voie étroite à parcourir pour parvenir à la vie. »

53La description de l’échelle semble ici très proche de celle de la Passion de Perpétue citée plus haut. Cet exemplum insiste sur les embûches semées sur le chemin du pénitent pour atteindre la Vie éternelle, mais ces embûches ne sont pas insurmontables car elles viennent de l’homme lui même : ses vices charnels et spirituels. Le combat est intérieur contre les pensées impures. Entre les deux dimensions de l’échelle spirituelle, individuelle ou universelle, Jean Gobi a, semble-t-il, privilégié la première dans cet exemplum et dans son prologue :

« J’ai composé cette Echelle du Ciel pour que, grâce à elle, ayant abandonné tout souci et curiosité pour les éléments du monde, nous nous élevions quelques fois vers la contemplation des éléments éternels. Les montants de cette échelle sont au nombre de deux, c’est à dire : la connaissance des choses supérieures et l’amour pour celles-ci, par lesquels sont éloignés les péchés et cultivées les vertus. Les degrés de cette échelle sont les divers matériaux qui ont été rangés suivant l’ordre alphabétique. »

54Jean Gobi nous donne la clef et le mode d’emploi de son œuvre et la place d’emblée dans une perspective eschatologique. Deux éditions incunables ont élaboré un schéma précis à partir de ce texte somme toute très général. Ces illustrations (voir reproduction p. 72-73) proposent autant un programme de vie chrétienne qu’un mode d’accès à la connaissance du divin. Ces deux illustrations reposent sur un cheminement en 9 degrés, divisé en 3 étapes. Elles abandonnent la thématique infernale au profit de l’image d’une ascension de la terre vers le ciel.

55L’édition incunable de Louvain, 1485 propose le schéma suivant :

56Remarquons que les 3 premiers degrés de cette échelle concernent directement la confession, sacrement ancien mais d’obligation récente (IVe Concile de Latran, 1215), sur lequel les sermons de toutes sortes insistent beaucoup. Les trois degrés suivants illustrent le combat traditionnel entre les vices et les vertus. Enfin, les trois derniers degrés révèlent déjà une victoire dans ce combat et sont des aspects de la perfection. On retrouve ce regroupement par trois dans les trois catégories des débutants, des progressants et des parfaits. Ce rythme ternaire de l’ascension spirituelle renvoie sans aucun doute à la symbolique de la Trinité.

57L’illustration de l’édition incunable de Strasbourg, 1483 plaque sur le schéma de base, qui reste inchangé, une véritable iconographie de l’échelle spirituelle. L’homme y est entouré par les démons et les anges, tiraillé d’un côté ou de l’autre, dans un paysage plus symbolique que réaliste : quelques arbres et un enclos représentant les réalités terrestres. Sur la gauche de l’échelle, nous assistons à l’ascension d’un homme vêtu comme un clerc, gardant les mains jointes lors des deux premières étapes, puis s’agenouillant à la dernière. Le combat initial qu’il doit mener est inégal : trois démons affreux le tirent vers le bas, un quatrième (à droite de l’échelle) semble lui présenter une belle jeune femme et un beau jeune homme (portant une épée) aux vêtements très soignés. Les deux personnages représentent sans doute l’amour, la jeunesse et les honneurs, dont il faut se dégager pour gagner le Ciel.

58Quand le saint homme aborde les degrés des « débutants », il ne reste plus qu’un diable et un ange. L’ange fait le même signe que celui représenté plus bas, il lève un doigt vers le haut de l’échelle pour encourager son ascension. Enfin arrivé au sommet de l’échelle, le saint homme s’agenouille pour recevoir des mains de la Vierge la couronne du mérite, tandis que les anges entonnent une mélodie céleste. La position des mains du saint homme n’indique plus alors la prière, mais l’action de grâce. Le Christ s’apprête en même temps à couronner la Vierge. Cette représentation très concrète met en scène à la fois des images, des personnages et des idées, parfois assez abstraites comme la satisfaction, la pureté du cœur, la contemplation.

59C’est précisément cette alliance du concret et de l’abstrait qui fait la saveur de ces exempla, dans lesquels récit et leçon théologique se mêlent et se répondent. A un autre niveau, certaines étiquettes qui rythment l’image de l’échelle spirituelle (contrition, confession, satisfaction, tentation, charité, contemplation) font écho aux rubriques de l’Echelle du Ciel.

60Le schéma proposé par les illustrateurs des deux éditions incunables semble avoir puisé à trois sources : la philosophie néoplatonicienne et les échelles spirituelles élaborées entre autres par Jean Climaque et saint Bonaventure. Les trois étapes de l’ascension spirituelle (débutants, progressants et parfaits) remontent aux sources néoplatoniciennes de l’échelle spirituelle. En effet, Platon avait déjà distingué le principe de trois vies : purgative, illuminative et unitive, qui se succèdent sur une échelle. Philon d’Alexandrie († après 39) identifia ces trois étapes avec trois sortes de fidèles : les débutants, les progressants et les parfaits.

61Jean Climaque († 649) proposa le premier schéma chrétien complet de l’échelle spirituelle. Celle-ci était composée de trente degrés et divisée en trois étapes : le détachement des biens terrestres, la lutte contre les vices et l’acquisition des vertus pour atteindre la charité. L’iconographie de l’édition incunable de Strasbourg reprend le premier thème du détachement des biens terrestres figurés par l’enclos planté d’arbres, dans lequel un diable présente des jeunes gens vêtus avec recherche. La lutte contre les vices et l’acquisition des vertus sont évoquées en toutes lettres dans les 4e et 5e étapes des deux schémas. La notion de charité de Dieu est placée à l’ultime étape de l’état de progressant, la contemplation divine étant réservée aux parfaits. Cette contemplation couronne l’Itinéraire de l’esprit vers Dieu élaboré par saint Bonaventure († 1274), qui propose à la fois un mode de vie chrétienne et de connaissance universelle.

  • 34 Jacques Berlioz, « Quand dire c’est faire dire. Exempla et confession chez Etienne de Bourbon » dan (...)

62L’originalité des deux schémas placés en tête de l’ouvrage de Jean Gobi réside dans leur insistance sur la confession, dont chaque étape est rappelée : la contrition, la confession et la satisfaction. Ce fondement de tout l’édifice nous rappelle un des thèmes majeurs de la prédication des Ordres Mendiants et donc un des leitmotive des recueils d’exempla34.

L’Echelle du Ciel (dessin B. Parent)
édition incunable, Louvain, 1485

L’Echelle du Ciel (dessin B. Parent)
édition incunable, Strasbourg, 1483

L’Echelle du Ciel (dessin B. Parent)
ms. 13538, fol. 1 (xve siècle) de la Bibliothèque nationale de Vienne

63En outre, un manuscrit du XVe siècle (Vienne 13538) présente une iconographie originale de l’Echelle du Ciel. La miniature de ce manuscrit autrichien privilégie la dimension individuelle de l’ascension spirituelle : une échelle relie un personnage religieux au Christ placé dans les nuées bleues. Un ange prend la main du religieux pour l’encourager à s’engager sur cette échelle. Cette miniature placée en haut à gauche de la page, juste au sommet de la colonne où commence le prologue de l’Echelle du Ciel propose un programme radicalement différent de celui des éditions incunables. Délaissant le lourd appareil didactique des schémas, le peintre a choisi de privilégier une relation individuelle et directe entre un religieux agenouillé et le Christ. Les seuls intermédiaires entre l’ici-bas et l’au-delà sont l’échelle spirituelle et un ange. Celui-ci remplit une fonction herméneutique, il donne le sens de la vision inscrite sur un phylactère (Voici l’Echelle du Ciel) et encourage le religieux en le prenant par la main. Peut-être s’agit-il de l’ange gardien de l’orant ? Cette miniature met l’accent sur l’intériorisation de l’ascension spirituelle déjà évoquée au VIe siècle par Jean Saroug, mais réactualisée en cette fin du Moyen Âge. Cette nouvelle dévotion semble correspondre à une utilisation plus individuelle du recueil d’exempla, non plus seulement destiné à la prédication massive, mais aussi à la lecture pieuse individuelle ou limitée à un cercle étroit (confrérie, monastère, famille, collège…).

64La variété des récits et la spacialisation du concept d’ascension spirituelle ont assuré le succès de l’Echelle du Ciel. Quelques jalons nous donnent la mesure de ce succès et de sa diffusion.

La diffusion de l’Echelle du Ciel

  • 35 M. Pellechet, Catalogue général des incunables dans les bibliothèques publiques de France, Paris, 3 (...)

65Une quarantaine de manuscrits datés pour leur majorité du XVe siècle ont été retrouvés. La diffusion de ces manuscrits est particulièrement marquée dans les pays germaniques et en Europe Centrale. Les éditions incunables35 confirment cette diffusion vers l’Europe septentrionale et orientale avec les éditions d’Ulm, 1480, de Lubeck, 1476, de Strasbourg, 1483 et de Louvain, 1485 (voir carte p. 77).

66Un autre moyen d’évaluer la postérité de l’Echelle du Ciel est de rechercher dans les recueils postérieurs ses traces sous forme d’emprunts et de citations. Sans prétendre à une étude exhaustive, quelques sondages ont donné des indices intéressants d’une diffusion dans des genres didactiques variés.

  • 36 Viaticum narracionum d’Heusmann Bononiensis, éd.A. Hilka, Berlin, 1935.
  • 37 Gesta Romanorum, éd. O. Oesterley, Berlin, 1872. – Die Gesta Romanorum Nach der Innsbrucker Handsch (...)
  • 38 A. Hilka, Die Fassung der Scala coeli des Johannes Gobi dans Sammlung Mittellateinischer Texte, Hei (...)

67Pour le XIVe siècle : le Viatique des récits (Viaticum narracionum)36, les Gesta Romanorum37 (dont le plus ancien manuscrit remonte à 1342) citent l’Echelle du Ciel parmi leurs sources. Le résumé du Roman des Sept Sages de Rome (exemplum no 520) a été repris et condensé dans la Summa recreatorum38.

  • 39 J. Th. Welter, L’exemplum dans la littérature…, op. cit., p. 370, 390, 394, 411.

68Pour le XVe siècle nous avons pu aussi suivre les emprunts à l’Echelle du Ciel dans le recueil clunisien intitulé Livre des miracles du mystère sacré (Liber Miraculorum Sacri Mysteri, seconde moitié du XVe s.), le Miroir de la conscience (Spéculum conscientie) d’Arnold de Geilhoven composé vers 1424 et dans le Miroir des exemples (Spéculum Exemplorum) composé par un frère Mineur rhénan vers 1480. J. Th. Welter39 a recensé dans ce dernier recueil 29 exempla explicitement empruntés à l’Echelle du Ciel.

  • 40 J. Pauli, Schimpf und Ernst, éd. J. Bolte, Berlin 1924.
  • 41 A. Taylor, « What bird would you choose to be ? A médiéval taie. », Fabula, 7, (1965), p. 97-114 re (...)

69Au XVIe siècle nous retrouvons certains exempla de Jean Gobi dans le recueil du franciscain alsacien Johannes Pauli : Schimpf und Ernst40 composé en 1519, mais aussi dans le recueil de fables Fabulae Aesopi41 de Lucas Lossius (éd. Francfort, 1571).

  • 42 J. Th. Welter, L’exemplum dans la littérature…, op. cit., p. 450-452 ; W. Brückner, Volkserzählung (...)
  • 43 Magnum Speculum Exemplorum, édité par Jean Major, à Douai en 1619. – R. Alsheimer, Das Magnum Spécu (...)

70Les prédicateurs de la Réforme ont puisé dans le trésor des exempla comme le pasteur luthérien André Hondorff († 1572) dans son Promptuarium illustrium exemplorum42. Dans le cadre de la Contre-Réforme les Jésuites n’ont pas manqué d’avoir recours aux recueils d’exempla, ce qui explique la date tardive (1619, Douai) de l’impressionnant recueil de Jean Major : le Grand Miroir des exemples (Magnum Spéculum Exemplorum)43. Ce volumineux recueil de 1428 exempla, compte 36 exempla explicitement tirés de l’Echelle du Ciel, avec une mention du type : « On lit dans l’Echelle du Ciel du Dominicain Jean le Jeune. »

***

Carte de la répartition des manuscrits de L’Echelle du Ciel

71L’œuvre de Jean Gobi est représentative de la culture d’un dominicain à l’orée du XIVe siècle et des préoccupations de son milieu. Elle intègre tant les apports traditionnels (auteurs classiques et méthodes de prédication éprouvées) que les évolutions « d’avant garde » (classement des exempla dans des rubriques classées par ordre alphabétique et moralisation de ces récits). Jean Gobi participe ainsi au mouvement propre au XIVe siècle : le champ des exempla étant quasiment clos, toute cette matière narrative est travaillée, transformée, reclassée, bref contrôlée, dans le but d’en faire une parole efficace dans la lutte contre les hérésies et les « superstitions ».

  • 44 Dans un tout autre contexte, les folkloristes ont souvent relevé la richesse narrative de l’Echelle (...)

72Cependant, cette matière vivante et riche échappe déjà en partie à ce contrôle clérical en s’orientant vers des formes purement littéraires : le livre pieux destiné à la lecture individuelle, la nouvelle et le conte44. L’Echelle du Ciel offre donc à des historiens d’horizons divers des textes souvent hauts en couleur, passionnants relais culturels entre les fidèles et le clergé, entre le monde de l’écriture et celui de l’oralité.

Annexes

ANNEXE

Table des rubriques de l’Echelle du Ciel (la traduction en français a bouleversé l’ordre alphabétique des termes latins)

Abstinence

Acédie

Adulation

Adultère

Avocat

Ambition

Amitié

Amour

Ange

Regard

Avarice

Ecoute

Baptême

Bailli

Guerre

Bénéfices

Blasphème

Chant

Charité

Chasteté

Clerc

Pensée

Compassion

Communion

Confession

Confesseur

Conseiller

Habitude

Consolation pour un décès

Contemplation

Contrition

Conversion

Danse

Correction

Corps du Christ

Croix

Croisés

Tromperie

Dîmes

Plaisirs

Désespoir

Calomnie

Diable

Aimer

Vagabondage

Richesses

Ebriété

Aumône

Eucharistie

Exécuteur testamentaire

Excommunication

Exemplum

Fou

Femme (femina)

Foi

Fils

Vol

Gloire de Dieu

Action de grâces

Goinfrerie

Hérésie

Histrion

Hospitalité

Humilité

Jactance

Vertu de T Incarnation

Indulgences

Envie

Colère

Nom de Jésus

Jugement dernier

Parole incontrôlée

Jeu

Luxure

Vierge Marie mère de

Dieu

Mariage

Médecin

Mensonge

Marchand

Chevalier

Miséricorde

Messe

Mort

Prier pour les morts

Femme (mulier)

Récrémination

Paix

Négligence

Obéissance

Prière

Vains ornements

Monde

Patience

Passion du Christ

Pauvreté

Péché

Pénitence

Pèlerinage

Parjure

Persévérance

Prédicateur

Prélat

Princes, Rois, Comtes,

Barons

Enfant

Purgatoire

Quêteur

Rapine

Religieux bon

Restitution

Prêtre

Sagesse

Satisfaction

Compagnon

Sorcière

Suspicion

Sens du toucher

Tentation

Faux témoignage

Vaine Gloire

Parole de Dieu

Virginité

Usure

Notes

1 Cet article est une large amplification du poster proposé à la poster session du congrès international de l’association Médiéval Sermon Studies à Louvain, 9-12 juillet 1992, actes publiés sous la direction de J. Hamesse, De l’homélie au sermon, Louvain, 1994, p. 279-313 ; repris ici avec l’aimable autorisation de J. Hamesse.

2 Cl. Bremond, J. Le Goff, J.-Cl. Schmitt, L’exemplum, (Typologie des Sources du Moyen-Âge Occidental) 40, Brepols, Tumhout, 1982, p. 37-38.

3 A. Vauchez (s. d.), Faire Croire, Modalités de la diffusion et de la réception des messages religieux du XIIe au XVe siècle, Rome, Ecole Française de Rome, 1981.

4 M. H. Vicaire, Saint Dominique, La vie apostolique, Paris, 1965, p. 75-91.

5 J. Berlioz, « Le récit efficace, l’exemplum au service de la prédication, XIIe-XIVe siècles », dans Rhétorique et Histoire, l’exemplum et le modèle de comportement dans le discours antique et médiéval, Mélanges de l’Ecole Française de Rome, 92 (1980) 1, p. 113-146. F. Yates, The art of memory, Harmondworth, Penguin, 1969, trad. franç. 1975, Paris ; sur l’exemplum rappelons la thèse de J. Th. Welter, L’exemplum dans la littérature religieuse et didactique du Moyen Âge, Paris-Toulouse, 1927 ; puis F.C. Tubach, Index exemplorum, FFC Communications no 204, Helsinki, 1969 rééd. 1981 ; et pour une mise à jour bibliographique : J. Berlioz et M. A. Polo de Beaulieu (s.d.), Les exempla médiévaux. Nouvelle perspectives, Paris, Champion, 1998.

6 Bibliographie sur Jean Gobi l’Ancien, voir M. A. Polo de Beaulieu, La Scala coeli de Jean Gobi, Paris, CNRS, 1991, introduction.

7 B. Montagnes, O.P. « La légende dominicaine de Marie Madeleine à Saint-Maximin » dans Le Peuple des Saints. Croyances et dévotions en Provence et dans le Comtat Venaissin à la fin du Moyen Âge, Avignon, 1987, p. 7386. Id. « Saint-Maximin foyer de production hagiographique. Le liber miraculorum beate Marie Magdalene (1315) » dans Marie Madeleine dans la mystique, les arts et les lettres, Paris, éd. Beauchesne, 1990, p. 48-70 ; J. Sclafer, Jean Gobi l’Ancien, Miracles de sainte Marie Madeleine (éd. et trad.), Paris, CNRS éditions, 1996.

8 Sur Jean Gobi le Jeune, voir bibliographie finale, p. 233-237.

9 C. Douais, Essai sur l’organisation des études dans l’ordre des Frères Prêcheurs (1216-1342), Paris et Toulouse, 1884.

10 Acta Sanctorum, 4 août, 1, p. 573 et sq. ; A. Vauchez, art. Dominique, Histoire des Saints et de la sainteté chrétienne, t. VI, 1986, p. 112-123.

11 Voir notre traduction Jean Gobi, Dialogue avec un fantôme, Paris, Les Belles Lettres, coll. La Roue à Livres, 1994.

12 J. Chiffoleau, La comptabilité de l’Au-delà. Les hommes, la mort et la religion dans la région d’Avignon à la fin du Moyen Âge, Rome, Ecole française de Rome, 1980, p. 419-421.

13 Le Dialogue de Gui a-t-il été utilisé par les prédicateurs ? Il semble que oui, d’après les travaux d’Hervé Martin, Le Métier de prédicateur à la fin du Moyen Âge (13501520), Paris, Cerf, 1988, plus particulièrement p. 493-494.

14 C. Ribaucourt, L’Alphabetum narrationum, un recueil d’exempla compilé au début du XIVe siècle, thèse de 3ème cycle dactyl. Université de Paris X Nanterre, décembre 1985, sous presse aux éditions Brepols, coll. CCCM.

15 Voir la liste des nombreux contes-types repérés dans l’Echelle du Ciel, ci-après p.103-118 ; à titre d’exemple voir : G. Huet, « Un récit de la Scala coeli », dans Bibliothèque de l’Ecole des chartes, 76 (1915), p. 299-314, G. Huet évoque le récit de la nef de Saint Nicolas (exemplum no 474) inspiré de la Chanson de Geste Hervi de Metz, qui appartient au cycle des Lorrains.

16 Géraud de Frachet, Vitae Fratrum, ed. Berthier, Rome, 1896.

17 B. Guenée, Histoire et culture historique au Moyen Âge, Paris, Aubier, 1980, p. 227 et sq ; Daly L.W., Contributions to a History of Alphabetization in Antiquity and Middle Ages, Bruxelles, 1967.

18 M. B. Parkes, « The influence of the concepts of ordinatio et compilatio on the development of the Book », in Médiéval Learning and Literature. Essays presented to Rich. Will. Hunt (JJ. Alexander and M.T. Gibson eds.), Oxford, 1976 ; O. Weijers, « Les dictionnaires et autres répertoires » dans O. Weijers (ed.), Méthodes et instruments de travail intellectuel au Moyen Âge. Etudes sur le vocabulaire, Tumhout, Brepols, 1990, p. 197-208.

19 L. J. Bataillon « Intermédiaires entre les traités de morale pratique et les sermons, les distinctiones bibliques alphabétiques », dans Les genres littéraires dans les sources théologiques et philosophiques médiévales, Université Catholique de Louvain, Publications de l’Institut d’Etudes médiévales, 2e série, Textes, Etudes, Congrès, 5, 1982, p. 213-226 (évoque Nicolas de Biard et Maurice de Provins).

20 R. H. et M. A. Rouse, « Biblical Distinctiones in the XIIIth. Century », dans Archiv. d’Hist. Doctrin. et Litt. du. Moyen Âge, 40, 1974, p. 23-37.

21 Th.M. Charland, Artes Predicandi. Contribution à l’histoire de la rhétorique au Moyen-Âge, Paris, 1936.

22 Pour cette étude, voir J.-Cl. Schmitt, « Recueils franciscains d’exempla et perfectionnement des techniques intellectuelles du XIIIe au XVe siècle », dans Bibliothèque de l’Ecole des chartes, 135, 1977, p. 5-21.

23 Liber exemplorum ad usum predicantium saecula XIII, compositus a quodam fratre Minore Anglico de Provincia Hiberniae, ed. A.G. Little, Aberdeen, 1908, (réimp. Famborough, 1966).
-Tabula exemplorum secundum ordinem alphabeti, ed. J.-Th. Welter, Toulouse et Paris, 1926.
-Spéculum laicorum, Edition d’une collection d’« exempla » composée en Angleterre à la fin du XIIIe siècle par J.-Th. Welter, Paris, 1914.

24 Voir les exempla no 609 (renvoi au no 128) ; no 898 (renvoi aux no 121 et 122) ; no 899 (renvoi à la rubrique Balivus, du bailli).

25 M. Zink, La prédication en langue romane avant 1300, Paris, 1976, surtout p. 278 et sq. ; H.R. Jauss, « La transformation de la forme allégorique entre 1180 et 1240 », dans L’humanisme médiéval dans les littératures romanes XIIe-XIVe siècles, ed. A. Fourrier, Paris, 1964, p. 107-146 ; Allegoresis. The Traps of Allegory in Médiéval Literature, ed. J. Stephen Russel, Garland, N.York, 1988 ; A. Strubel, « Exemple, fable, parabole. Le récit bref figuré au Moyen Âge », dans Le Moyen Âge, no 3-4, 1989, p. 341-361.

26 G. Dubuis, Les 100 Nouvelles nouvelles et la tradition de la nouvelle en France au Moyen Âge, Grenoble, Presses de l’Université de Grenoble, 1973, p. 485 et sq. ; C. Delcorno, Exemplum e letteratura tra Medioevo e Rinascimento, Bologne, Il Mulino, 1989.

27 Notons que dans le Dialogue avec l’esprit de Gui, conservé en latin un seul mot en occitan est prononcé par le revenant, pour désigner Jean Gobi le Jeune lui-même : « Li priour ».

28 G. Huet avait déjà signalé ces passages en provençal dans son article « Les rédactions de la Scala cœli », dans Bibliothèque de l’Ecole des chartes, 81 (1920), p. 305-319, ainsi que J.B. Hauréau, Notices et extraits de quelques manuscrits de la Bibliothèque Nationale, (1891), t. 2, p. 401 d’après le manuscrit latin 3506 de la Bibliothèque nationale.

29 Article « Echelle Spirituelle » dans le Dictionnaire de Spiritualité, tome 4, 1 1ère partie, col. 62-86 et T. Erikson, « L’échelle de Perfection », dans Cahiers de civilisation médiévale, Oct-Déc. 1964, p. 439-449 (bonne étude d’iconographie) ; Ch. Heck, L’Echelle céleste dans l’art au Moyen Âge. Une image de la quête du Ciel, Paris, Flammarion, 1997 (col. Idées et recherches).

30 Jean Climaque, Echelle, Pat. graeca 88, col.630-1164 ; J.B. Martin, The Illustration of the Ladder of J. Climacus, Princeton, 1954.

31 Passio Sanctarum Perpetuae et Felicitatis, éd. bilingue de H. J. Musurillo, The Acts of the Christian Martyrs, Oxford, 1972.

32 S. Augustin, Sermo, 280, 1 et 4, Pat. Lat. 38, col. 1281-1282.

33 H. Barré, Anciennes prières de l’Occident à la mère du Sauveur, Paris, 1963, p. 220 (III) et p. 270 note 9, qui cite : l’Office quotidien en l’honneur de la Vierge par Pierre Damien, lectio III, auteur connu de Jean Gobi (manuscrit latin 3797, Vatican, f° 366) ; le Psautier d’Ellinger (f° 34 v°), abbé de St. Quirin de Tegernsee (1017-1056), daté de 1050 environ dans le diocèse de Freising.

34 Jacques Berlioz, « Quand dire c’est faire dire. Exempla et confession chez Etienne de Bourbon » dans Faire Croire, Rome, Ecole Française de Rome, 1981, p. 299-335 ; J. Berlioz et C. Ribaucourt, « Images de la confession dans la prédication au début du XIVe siècle. L’exemple de l’Alphabetum narrationum d’Arnold de Liège », dans Groupe de la Bussière, Pratiques de la confession. Des Pères du désert à Vatican II, Paris, Cerf, 1983, p. 95-115.

35 M. Pellechet, Catalogue général des incunables dans les bibliothèques publiques de France, Paris, 3, (1909) p. 594-595. Copinger, Supplément to Hain’s Repertorium bibliographicum, 1895, II, I, 2742. – Graesse, Trésor des livres rares et précieux, Milano, Görlich, t. 3 (1950) p. 466 et t. 6 (1950), p. 288.

36 Viaticum narracionum d’Heusmann Bononiensis, éd.A. Hilka, Berlin, 1935.

37 Gesta Romanorum, éd. O. Oesterley, Berlin, 1872. – Die Gesta Romanorum Nach der Innsbrucker Handschrift v.J.1342 und vier Münchener Hanschriften, éd. W. Dick, Erlanger Beiträge zur englischen Philologie, 7, 1890.

38 A. Hilka, Die Fassung der Scala coeli des Johannes Gobi dans Sammlung Mittellateinischer Texte, Heidelberg, 1912.

39 J. Th. Welter, L’exemplum dans la littérature…, op. cit., p. 370, 390, 394, 411.

40 J. Pauli, Schimpf und Ernst, éd. J. Bolte, Berlin 1924.

41 A. Taylor, « What bird would you choose to be ? A médiéval taie. », Fabula, 7, (1965), p. 97-114 repris dans Formes médiévales du conte merveilleux, Paris, 1989, p. 8593.

42 J. Th. Welter, L’exemplum dans la littérature…, op. cit., p. 450-452 ; W. Brückner, Volkserzählung und Reformation. Ein Handbuch zur Tradierung und Funktion von Erzählstoffen und Erzählliteratur im Protestantismus, E. S. Verlag, Berlin, 1974, p.168, 200-202, 213, 236-237.-E. H. Rehermann, Das Predigtexempel bei Protestantischen Theologen des 16. und 17. Jahrhunderts, Verlag O.Schwartz & Co, Göttingen, 1977, p.14-15, p.121.

43 Magnum Speculum Exemplorum, édité par Jean Major, à Douai en 1619. – R. Alsheimer, Das Magnum Spéculum Exemplorum als Ausgangspunkt populärer Erzähltraditionen, H. Lang Bern, P. Lang Frankfurt/M, 1971, p. 114.

44 Dans un tout autre contexte, les folkloristes ont souvent relevé la richesse narrative de l’Echelle du Ciel, voir : J. Boite, G. Polivka, Anmerkungen zu den Kinder und Hausmärchen der Brader Grimm, Leipzig, 1913, I, p. 295-311,510-513 ; III, p. 10-12, 45-58, 167, 207, 219 395, 510-511 ; IV, p. 133. Wesselski, Märchen des Mittelalters, Leipzig, 1909.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19986/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende L’Echelle du Ciel (dessin B. Parent)édition incunable, Louvain, 1485
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19986/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende L’Echelle du Ciel (dessin B. Parent)édition incunable, Strasbourg, 1483
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19986/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende L’Echelle du Ciel (dessin B. Parent)ms. 13538, fol. 1 (xve siècle) de la Bibliothèque nationale de Vienne
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19986/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Carte de la répartition des manuscrits de L’Echelle du Ciel
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19986/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 217k

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search