Version classiqueVersion mobile

Éducation, prédication et cultures au Moyen Âge

 | 
Marie-Anne Polo de Beaulieu

Exemplarité et éducation

Didactisme ou persuasion ?

Les recueils d’exempla au Moyen âge1

Texte intégral

  • 1 Ce texte a été publié dans les Cahiers du CRISIMA, 1 (1993), p. 397-410, reproduit avec l’aimable a (...)

1Apprentissage, initiation, éducation, chacun de ces trois termes renvoie à un mode particulier de transmission de connaissances et d’expériences. Si le premier terme semble se rattacher au monde du travail et le second à toutes les formes de la littérature d’initiation, le troisième renvoie à la littérature didactique, au sein de laquelle l’exemplum joue un rôle spécifique au Moyen Âge. En effet, l’exemplum met en œuvre des procédés didactiques et mnémotechniques – le renvoi à une autorité (auctoritas), l’usage répétitif de certaines formules – qui le rattachent à la littérature didactique. Sa spécificité réside dans une stratégie de persuasion originale fondée sur diverses procédures d’« exemplification » du récit, dont nous examinerons les modalités et les conséquences sur la réception de l’exemplum.

Définitions de l’exemplum

  • 2 J. Berlioz et M. A. Polo de Beaulieu, « Les recueils d’exempla et la diffusion de l’encyclopédisme (...)
  • 3 Cl. Bremond, J. Le Goff, J.-Cl. Schmitt, L’Exemplum, Typologie des Sources du Moyen Âge Occidental, (...)
  • 4 Le Livre du Chevalier de La Tour Landry pour l’enseignement de ses filles, Kraus Reprint, 1970 ; A. (...)
  • 5 Jacques de Cessoles, Le livre du jeu d’échecs, J. M. Mehl (trad.), Stock/Moyen Âge, 1995.
  • 6 Ch. Amalvi-Mizzi, « Le Doctrinal aux simples gens ou Doctrinal de Sapience. Edition critique », dan (...)
  • 7 A. Dubrulle, « Le Spéculum Dominarum de Durand de Champagne. Edition critique », dans Positions des (...)

2Par sa définition même et sa vocation l’exemplum apparaît comme un vecteur privilégié de connaissances2. En fonction de la finalité de cette transmission, il est possible de distinguer trois niveaux de sens du terme exemplum3. Le sens général hérité de l’Antiquité est celui d’exemple à suivre, de modèle de comportement. De cette définition au sens large dérivent deux sens plus techniques. Le premier, également hérité de l’Antiquité, est une figure de rhétorique fondée sur le rappel d’une parole ou d’un fait exemplaire appartenant au passé, cités par un personnage digne de foi. Cet exemplum appuyait les stratégies de persuasion à l’œuvre dans les discours judiciaires comme ceux de Cicéron. La littérature médiévale a largement accueilli cette figure de rhétorique dont l’usage a été analysé dans le Roman de la Rose, ou le Jugement dou Roy de Guillaume de Machaut. Mais ce sont les ouvrages à visée explicitement didactique qui ont fait le plus large usage de cet exemplum rhétorique : les miroirs des princes, les encyclopédies, les traités moraux. Citons entre mille : Le Livre du chevalier de La Tour Landry4, le Livre du jeu d’échecs (Solacium Ludi Schaccorum) de Jacques de Cessoles5, le Doctrinal aux simples gens6 ou le Miroir des Dames (Spéculum Dominarum) de Durand de Champagne7.

3Le second sens particulier du terme exemplum s’insère dans un contexte religieux, il est alors : « un récit bref donné comme véridique et destiné à être inséré dans un discours, en général un sermon, pour convaincre un auditoire par une leçon salutaire. » On évoque dès lors l’exemplum homilétique. Il apparaît très tôt dans les sermons et les traités religieux. C’est à partir du XIIIe siècle dans le cadre de l’intense effort de prédication entrepris par les Ordres Mendiants que les recueils d’exempla se multiplient. Ils connaissent un âge d’or entre 1250 et 1350. Ces recueils rassemblent une masse narrative importante empruntée à toutes sortes de sources et insérée dans un cadre didactique de plus en plus sophistiqué. Les premiers recueils comme celui d’Etienne de Bourbon adoptent un ordre logique (Les Sept Dons du saint Esprit), puis à la fin du XIIIe siècle apparaissent des recueils à rubriques classées dans l’ordre alphabétique. A partir du XIVe siècle des recueils en langue vernaculaire font leur apparition. A la fin du Moyen Âge ces recueils ont connu un nouvel usage : celui de la lecture pieuse individuelle ou collective. Enfin, ces récits exemplaires ont poursuivi leur trajectoire jusqu’à nos jours dans divers genres littéraires, les nouvelles et les contes.

4Nous saisissons donc l’exemplum dans un sens particulier, celui d’exemplum homilétique à un moment précis de son histoire : l’âge d’or des recueils d’exempla. Ils s’adressent alors à un double public : le prédicateur et les auditeurs. Seul le premier a un accès direct aux exempla, les seconds les reçoivent par l’intermédiaire du prédicateur qui les adapte à la forme orale, à son sermon et à son public.

Structure didactique de l’exemplum

5A cette époque l’exemplum présente une structure stéréotypée qui, malgré quelques variantes, présente les quatre éléments de base : la leçon, le canal d’information, le récit et la moralisation.

  • 8 M.A. Polo de Beaulieu (éd.) La Scala coeli de Jean Gobi, Editions du CNRS, Série Sources de l’Histo (...)
  • 9 Voir du dominicain Guillaume Peyrault, la Summa de virtutibus et viciis, (1275) éditée à Cologne en (...)
  • 10 Jacques de Vitry et Guibert de Tournai ont laissé de nombreux sermones ad status.

6C’est ainsi que se présentent les exempla d’un recueil du début du XIVe siècle, l’Echelle du Ciel8 de Jean Gobi le Jeune, composée dans les années 1327-1330 au couvent de Saint-Maximin. Jean Gobi était alors lecteur de ce prestigieux couvent de fondation royale situé au cœur du nouveau pèlerinage à sainte Marie Madeleine. Son recueil intitulé Scala coeli, c’est à dire Echelle du Ciel, comporte un millier d’exempla répartis entre 125 rubriques classées dans l’ordre alphabétique de Abstinence à Usure. Ces titres de rubriques renvoient à trois grandes thématiques traditionnelles : celle des vices et des vertus (49 % des rubriques) issue des traités de morale9, celle des rubriques sur les statuts sociaux (29 % des rubriques) sur le modèle des sermones ad statusï10, qui regroupent les exempla destinés à offrir un modèle de comportement à tel ou tel groupe social (la femme, les fils, les avocats, les chevaliers...). Enfin, les rubriques théologiques offrent une sorte de catéchisme fondé sur l’explication des sacrements, des principaux actes de piété (prière, pèlerinage...) et des grands points de la doctrine chrétienne (Jugement dernier, gloire de Dieu, Vierge Marie, ange, diable, purgatoire...). Dans le cadre de ces rubriques, l’exemplum déploie diverses stratégies de persuasion des fidèles par la transmission de connaissances et de modèles de comportements.

  • 11 « Récit efficace » expression de Jacques Berlioz qui, s’appuyant sur la pragmatique (K. Stierle et (...)

7Nous examinerons à partir du recueil de Jean Gobi quels types de messages religieux transmettent les leçons introduisant les exempla, puis à quelles autorités se réfère Jean Gobi pour donner du poids à ses anecdotes exemplaires. Enfin, nous tenterons de cerner la logique des récits et leur moralisation l’ensemble de ces quatre registres faisant de l’exemplum un récit exemplaire dont la première qualité requise par les prédicateurs est l’efficacité11.

Les leçons de l’exemplum

8Tous les exempla s’ouvrent sur une leçon qui se présente comme un brève affirmation de portée universelle exprimée au présent d’éternité. Le vocabulaire de la leçon est pauvre et répétitif du fait de son caractère lapidaire, il présente l’avantage d’être aisément mémorisable.

9Chaque rubrique est rythmée par un ensemble de leçons entretenant entre elles des relations hiérarchiques ou logiques. La première leçon est extrêmement générale, d’elle découlent toutes les suivantes, qui se présentent sous la forme d’un inventaire systématique et numéroté de tous les aspects de la notion mise en vedette. La conception d’ensemble de ces leçons est quelque peu mécanique : on soupèse les apports de chaque notion dans un jeu de balance entre bien et mal. Si la notion est positive (vertu, sacrement, œuvre de piété...) elle rapproche le chrétien d’un être surnaturel positif : Dieu, les anges ; la Vierge, elle augmente les bienfaits, les vertus, les mérites ; elle diminue les péchés, les peines, les maladies ; elle révèle l’intelligence et le cœur.

10Si la notion est négative (vice, démon, statut social déprécié) elle augmente les péchés, les vices, les maladies, les peines du purgatoire ; elle diminue la grâce divine ; elle révèle la bêtise, la méchanceté, les vices.

11Un troisième type de leçon renvoie aux devoirs des personnes mises en vedette dans les intitulés des rubriques. Dans ce cas la leçon est articulée autour de la notion de devoir exprimée par le verbe devoir (debere).

12Ainsi, la rubrique consacrée aux fils est-elle rythmée par cinq leçons particulières placées à la suite de la leçon introductive « Les fils doivent se comporter de la manière suivante envers leurs parents ».

13– Premièrement, ils doivent les aimer.

14– Deuxièmement, ils doivent leur assurer un revenu.

15– Troisièmement, ils doivent les nourrir.

16– Quatrièmement, ils doivent les honorer.

17– Cinquièmement, ils doivent leur obéir.

18L’efficience mnémotechnique de telles formules ne fait guère de doute, surtout lorsque l’une d’elle fait écho au cinquième commandement : « Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu. [Exode, 20,12]. »

19Cependant, pour être reçues ces leçons devaient être marquées du sceau de l’autorité (auctoritas).

Le sceau de l’auctoritas

20Afin de rendre crédible son récit, le compilateur se devait de donner ses sources, et des sources dignes de foi. Ce maillon indispensable dans la structure de l’exemplum, le canal d’information, peut se présenter au degré minimal sous la simple mention « on lit (legitur) ». En ce début de XIVe siècle, la connaissance et la lecture du latin restent l’apanage de clercs instruits, cette simple mention, qui peut nous paraître dérisoire aujourd’hui, représentait pour l’auditoire du prédicateur une forme tout à fait convaincante d’auctoritas. Cependant, Jean Gobi cite le plus souvent une œuvre ou un auteur dans des formules tel que « on lit dans les Vies des Pères » ou « Jacques de Vitry raconte ». Au total, le nombre d’œuvres et d’auteurs cités est impressionnant : 65 !

  • 12 Pour L’Echelle du Ciel nous n’avons pas repéré de florilège particulier utilisé par Jean Gobi, mais (...)
  • 13 Echelle du Ciel, dans la rubrique Bellum, la guerre, les exempla 143, 144 et 145 attribués à Suéton (...)

21Mais ce chiffre est loin d’être un indicateur fiable du niveau culturel du compilateur. En réalité, les auteurs sont souvent cités d’après des florilèges12 ou des compilations antérieures, mais ces intermédiaires sont passés sous silence. Jean Gobi pille ainsi des passages entiers de l’Alphabet des récits de son confrère Arnold de Liège sans le citer, mais en indiquant seulement la source donnée par Arnold de Liège13. Ce procédé extrêmement fréquent prouve à quel point la notion d’autorité est fragile, mais indispensable pour donner du poids à un récit exemplaire.

  • 14 J. Berlioz, « Héros païen et prédication chrétienne : Jules César dans le recueil d’exempla du domi (...)
  • 15 Jacques de Voragine, Legenda Aurea, éd. Graesse, Breslau, 1890. Traduction française de J.B. Roze, (...)
  • 16 Vincent de Beauvais, Spéculum majus, comportant le Spéculum historiale, le Spéculum doctrinale et l (...)

22S’ils ne transmet guère de connaissances approfondies, le canal d’information répète inlassablement des noms prestigieux qui évoquent la sagesse antique, les écrits patristiques, la grande tradition de l’Historia de l’Antiquité14 au Moyen Âge, le savoir encyclopédique, les vies de saints, les recueils de miracles de la Vierge et les principaux auteurs de recueils d’exempla. En réalité, les vies de saints proviennent essentiellement de la Légende Dorée de Jacques de Voragine composée avant 126415, la tradition historique du Miroir historial (Spéculum Historiale) de Vincent de Beauvais et le savoir encyclopédique (herbier, bestiaires, lapidaires) du Miroir naturel (Spéculum naturale) du même auteur16. Seul un comptage du nombre de ces citations révèle le fonds véritablement exploité par l’auteur de l’Echelle du Ciel. On s’aperçoit alors que les neuf auteurs ou œuvres les plus cités sont dans l’ordre : Etienne de Bourbon, Jacques de Vitry, Césaire de Heisterbach, les Vies des Pères (Vitae Patrum), le Miroir des exemples (Spéculum exemplorum), Grégoire le Grand (Dialogues), saint Jérôme, Valère Maxime et Hélinand de Froidmont.

23Dans les cas très rares où Jean Gobi semble recourir à une source orale signalée par un « audivi » que l’on peut traduire par « j’ai ouï dire... », il a soin d’insister sur la qualité de son informateur. Dès son prologue il avait annoncé : « j’ai parfois inséré des exempla que je n’ai pas trouvés dans des écrits mais que j’ai entendus dans les prêches des autres. »

  • 17 Echelle du Ciel, exempla no 249, 294, 300, 593 et 686.

24Les cinq mentions de sources orale dans l’Echelle du Ciel insistent sur la bonne foi ou la sainteté de ces prédicateurs17.

25Autre pôle de l’auctoritas, la citation scripturaire, apparaît rarement dans la leçon ou le canal d’information, elle est le plus souvent insérée dans le récit. Nous avons relevé dans l’Echelle du Ciel 162 citations bibliques. Le Nouveau Testament est le mieux représenté avec 99 mentions (dont 36 pour saint Matthieu), tandis que les 63 mentions de l’Ancien Testament insistent sur les Psaumes, ce qui ne nous étonne guère lorsque l’on connaît l’importance du Psautier dans l’apprentissage de la lecture au Moyen Âge.

  • 18 no 531 : Ces. de Heisterbach, Dialogus Miraculorum, VIII, 2-50 – no 532 : Liber Exemplorum, dans He (...)

26Notons toutefois que certains exempla sont dépourvus de canal d’information. C’est le cas lorsque Jean Gobi compile à la suite plusieurs exempla dans un même ouvrage, dont il ne rappelle pas à chaque fois le titre, il indique parfois par les expressions « De même » (Item) ou « De même sur le même sujet » (Item ad idem) que la série se poursuit. Cependant, cette indication minimale manque parfois, alors que nos recherches nous ont permis d’identifier la source probable de Jean Gobi. C’est le cas dans la rubrique consacrée aux fils, dont 2 exempla sur 8 sont dépourvus de canal d’information, tandis que celui des autres est une laconique mention du type « on lit ». Les sources que nous avons repérées renvoient à des recueils antérieurs : le Dialogue des miracles (Dialogus miraculorum) de Césaire de Heisterbach (1219-1223), le Livre des exemples (Liber exemplorum, 1275-1279), la Compilacio singularis exemplorum (1270-1297), le traité d’Etienne de Bourbon (1250-1261), les Fables et Paraboles extraites des sermons d’Eudes de Cherinton (1ère moitié du XIIIe siècle)18.

27Après avoir introduit une leçon de portée générale, et avoir donné ses sources, Jean Gobi nous livre enfin le cœur de l’exemplum : le récit.

Les récits exemplaires

  • 19 Voir J. Berlioz, Cl. Bremond et C. Velay-Vallantin (s.d.), Formes médiévales du conte merveilleux, (...)
  • 20 Dans L’Exemplum op. cit., Typologie des sources..., p. 111-143, Claude Bremond applique cette métho (...)

28Les récits exemplaires prennent des formes extrêmement variées : conte, roman d’aventure19, fable, dit d’un sage ou d’un Père du désert, récit de vision, vie de saint, etc. Dans cette diversité de formes narratives Claude Bremond20 a proposé de distinguer deux logiques du récit exemplaire. La première relève de la synecdoque ; dans ce cas l’exemplum illustre une règle générale par une de ses manifestations particulières. Le fait relaté est alors présenté comme vraisemblable. Il existe une certaine identité de statut entre l’un des héros de l’anecdote et les destinataires de l’exhortation. Le processus d’« exemplification » de l’anecdote repose alors sur une démarche inductive.

29Le second type d’exemplum dégagé par Claude Bremond relève de la comparaison : la leçon de portée générale est illustrée par un exemplum qui recourt à l’analogie. Le récit ne cite plus alors un échantillon de la règle, mais un fait qui lui ressemble. Le statut des protagonistes de l’anecdote est radicalement différent de celui des destinataires possibles de l’exhortation. Nous pouvons classer dans cette catégorie les fables animalières, certains contes, les paraboles, les similitudes et les allégories. Ici, le mécanisme de l’« exemplification » suppose, non la simple généralisation, mais la transposition de l’anecdote par une série d’assimilations.

30Enfin, des types mixtes peuvent exister dans certains exempla où comparaison et synecdoque sont emboîtées.

  • 21 Cet exemplum a été traduit et étudié par J. Berlioz, dans « L’homme au crapaud. Genèse d’un exemplu (...)

31La rubrique sur les fils, ou plus précisément sur les devoirs des fils à l’égard de leurs parents, nous offre un exemplum qui illustre parfaitement le mécanisme inductif de la synecdoque. Il s’agit de l’histoire de l’homme au crapaud très largement diffusée dans la littérature exemplaire et didactique21 :

« Ils (les fils) doivent leur assurer un revenu.
De même, on lit qu’un chevalier et son épouse donnèrent tous leurs biens à leur fils pour qu’il fasse un beau mariage. Ils tombèrent dès lors dans la pauvreté. Une fois, alors que la mère se rendait auprès de son fils pour lui montrer le dénuement de son père et lui demander du secours, le fils dès qu’il entendit venir sa mère, cacha la poule qui mijotait sur le feu. Lui ayant refusé tout secours, comme une fois la poule (rapportée) sur la table, il en saisissait un morceau, celui-ci se transforma en un crapaud qui entra par les viscères, le faisant parcourir le monde en exemple d’ingratitude. »

32Cet exemplum est nettement marqué par la logique du conte avec des circonstances introductives : un jeune homme obtient de ses parents tous leurs biens afin de faire un beau mariage, puis il les abandonne. Vient ensuite une mise à l’épreuve : alors que le jeune homme s’apprête à manger un plat délicieux sa mère vient lui demander secours. Le démérite du fils se dévoile alors : il fait cacher la nourriture et renvoie sa mère comme un fils ingrat. Le châtiment est immédiat : un crapaud entre certainement par sa bouche jusqu’au fond de ses viscères. Dans les autres textes du XIIIe siècle c’est un crapaud qui se colle au visage, ou un serpent qui s’enroule autour du cou du fils ingrat.

33Jean Gobi termine l’exemplum par l’errance pénitentielle sans fin du pêcheur. Chez d’autres auteurs le jeune homme est débarrassé du crapaud dès qu’il va en Terre Sainte (Etienne de Bourbon) ou à Rome (Vie des Pères) ou que des saints prient pour lui (Thomas de Cantimpré).

34Cet « exemplum inductif » est marqué de quelques « effets de réel ou de vérité » pour reprendre l’expression de Roland Barthes, notamment le réalisme des indications de statut social et des étapes du repas, qui le fait passer pour un fait divers avéré. L’irruption du surnaturel à la fin du récit ne rompt pas cette trame réaliste, elle fait corps avec elle, puisque pour les hommes du Moyen Âge la justice immanente de Dieu est une réalité infrangible.

35De plus, le récit s’inscrit parfaitement dans la réalité socio-économique du XIIIe siècle (période de sa genèse), au cours de laquelle la cellule familiale passe du modèle patriarcal au modèle conjugal, remettant en cause le statut des parents après le mariage de leurs enfants. Dans le but d’assurer par un mariage hypergamique de leurs enfants une promotion sociale de la famille, des parents ont alors accepté de faire une donation totale et définitive de leurs biens (à la différence du testament qui peut être modifié jusqu’à la dernière heure) en faveur de leurs enfants. Ceux-ci s’engageaient moralement à subvenir à leurs besoins, c’est ainsi que s’explique la leçon de l’Echelle du Ciel : les fils doivent assurer un revenu à leurs parents. Mais dans la réalité, des parents pouvaient être littéralement abandonnés par leurs enfants et tomber dans la misère, comme le montre ce récit.

36Au cœur de ce drame familial des plus réalistes, le récit est marqué de signes destinés à en rappeler la portée morale. Le crapaud est un animal diabolique, il est aussi le symbole de la cupidité, l’orgueil et la luxure. Dans l’Echelle du Ciel de nombreux exempla évoquent des visions de l’enfer où les damnés coupables de ces trois péchés sont torturés par des crapauds. Dans cette optique, l’histoire de l’homme au crapaud apparaît comme un témoignage vivant de ce qui attend tout fils ingrat dans les supplices de l’enfer. D’ailleurs, la dernière phrase du récit évoque son errance sans fin et son statut d’exemple vivant. Une variante de manuscrit remplace le terme exemplum par signum (signe, symbole) qui marque bien l’utilisation d’un certain réalisme pour figurer une réalité autre : celle des valeurs morales inscrites dans une dynamique du péché et de son châtiment.

37Le second type d’exemplum, l’exemplum métaphorique, est également illustré dans la rubrique consacrée aux fils.

  • 22 Texte traduit d’après le manuscrit 13538 de la Bibliothèque nationale de Vienne, noté C dans les va (...)

38Cet exemplum (no 538) contrairement à la brièveté coutumière de ces anecdotes est fort développé22.

39Il suit la cinquième leçon : « Ils (les fils) doivent obéir à leurs parents. »

« De même, un roi atteint d’une maladie incurable apprit par les médecins que seule l’eau de la fontaine de jouvence pourrait le guérir car elle était la panacée universelle. Si bien qu’il appela ses fils et les supplia de parcourir le monde pour goûter ses eaux et il promit le royaume à celui qui lui rapporterait l’eau de la fontaine de jouvence.
Alors les fils, munis d’une somme d’argent, se partagèrent le monde : l’aîné passerait par les rivages, le second par les plaines et le plus jeune par les montagnes. Or, ce cadet trouva dans une grande forêt la maison d’un vieillard, qui lui apprit où se trouvait la fontaine de jouvence, et lui énuméra les divers dangers auxquels il s’exposait, l’avertissant qu’il valait mieux renoncer s’il ne se sentait pas capable de les affronter.
La première épreuve était la rencontre d’un serpent qu’il fallait tuer. La seconde, la rencontre d’un chœur de jeunes filles qu’il ne fallait pas regarder. La troisième était la rencontre de chevaliers et de barons portant toutes sortes d’armes, et dont il ne fallait rien accepter. La quatrième était l’ouverture de la porte du palais où se trouvait la jeune fille détenant la clef de la fontaine de jouvence. Mais la porte était pourvue de cloches qui sonnaient au moindre toucher. Afin de pallier ce danger, l’ermite lui donna une éponge pour bourrer les cloches et ainsi les empêcher de sonner.
Alors, le jeune homme se mit en route, et quand le serpent l’attaqua il le tua virilement d’un coup de lance. Ensuite, il entra dans un pré où de très belles femmes vinrent à sa rencontre, mais lui, se voilant la face, repartit sans un mot. Comme il atteignait un beau château, des barons et des chevaliers vinrent à sa rencontre, lui offrant gracieusement toutes sortes d’armes et les chevaux les plus beaux ; mais lui, méprisant tout cela, se dirigea vers le palais.
Ayant bourré les cloches avec les éponges, il entra dans le palais et vit une très belle femme, qu’il supplia humblement de lui montrer la fontaine de jouvence. Elle lui répondit : “Mon père m’a dit que j’épouserai le chevalier vainqueur de toutes les épreuves mises sur son chemin et arrivé sain et sauf jusqu’à moi ; et puisque tu es celui-là, tu auras non seulement l’eau de la fontaine de jouvence, mais aussi moi-même pour épouse.”
Revenu chez son père avec l’eau par un autre chemin, après son mariage, il reçut de lui le royaume. »

  • 23 Conte-type 550-551 de la classification internationale de A. Aarne et St. Thompson.

40Ce conte merveilleux largement attesté dans la tradition folklorique23 est doté de tous les marqueurs d’un récit classique de quête initiatique. Même s’il présente la même structure narrative que l’exemplum précédent : circonstances introductives, mise à l’épreuve, mérite, récompense (avec une inversion de valeur des deux derniers termes), tous les éléments de cette quête se détachent du réalisme quotidien et offrent d’emblée une dimension abstraite, encore soulignée par la symbolique des nombres (les trois fils, la numérotation des épreuves rencontrées par le jeune héros). Aucun détail concret ne vient colorer les paysages traversés par les protagonistes ou affiner le caractère de chacun d’entre eux. D’emblée, l’auditeur est transporté dans un univers où tout est signe.

41Jean Gobi approfondit cette dimension symbolique en faisant suivre ce récit d’une moralisation, de manière à le détacher totalement d’une thématique romanesque (qui est sa source), pour l’amarrer solidement à la thématique religieuse annoncée par l’adverbe Spiritualiter, que l’on peut traduire par : sur le plan spirituel.

La moralisation du récit

42Moralisation :

« Sur le plan spirituel, ces trois fils du genre humain dont le père est malade, représentent trois sortes d’hommes. L’un est celui qui recherche les plaisirs et il passe par les rivages ; l’autre les richesses et il parcourt les plaines ; le troisième passe par la pénitence et se hâte sur les routes de montagne. Il subit quatre épreuves : le goût de la vengeance représenté par le serpent, les plaisirs de la chair représentés par les femmes, l’attachement aux choses terrestres et la peur de la pauvreté représentés par les chevaliers ; l’appétit des honneurs représenté par les cloches. Il évite la première par la lance de la mémoire de la Passion du Christ, la seconde par le refus de la facilité, la troisième par l’espoir d’une récompense, et la quatrième par l’éponge de l’humilité. Alors seulement il pénètre dans le palais de la Grâce, il y trouve la charité qui est fille de Dieu, et obtient non seulement l’eau de la rémission des péchés, mais aussi cette jeune femme pour épouse et le royaume éternel. »

  • 24 J. Berlioz, « La relecture du récit. Allégorie et récit exemplaire (XIIIe-XVe siècle) », dans Group (...)

43Cette moralisation24 se rattache de façon maladroite au récit de Jean Gobi ; quelques ruptures thématiques rendent difficile le travail de la moralisation : ainsi les deux autres fils perdus de vue dès le début du récit réapparaissent-ils dans la moralisation sans que leur statut négatif corresponde à leur rôle dans le récit. Pour rétablir la continuité entre la leçon, le récit et sa moralisation, il nous faut prendre en compte certains éléments du conte merveilleux omis par l’exemplum de Jean Gobi (qui n’est qu’un canevas), mais certainement connus de lui et de ses auditeurs. Le conte folklorique précise que les deux frères gaspillèrent l’argent du voyage pour leur plaisir et non pour chercher l’eau de vie réclamée par leur père. Puis, jaloux du succès de leur frère cadet, ils lui dérobèrent l’eau de vie. Celui-ci ne la récupéra qu’après de nombreuses péripéties et renonça à toute vengeance. Ces frères aînés coupables de désobéissance, de vol et de mensonge ne peuvent donc qu’apparaître sous un jour négatif dans la moralisation. La leçon consacrée au problème de l’obéissance filiale prend plus de relief lorsqu’elle est ainsi mise en relation non seulement avec l’obéissance exemplaire du benjamin, mais aussi avec la désobéissance des frères aînés. L’allusion au désir de vengeance comme tentation symbolisée par le serpent ne s’explique que par les péripéties du conte merveilleux intégral.

44Mis à part ces quelques éléments qui créent un hiatus, la moralisation se conforme au récit de Jean Gobi, qui est entièrement centré sur le personnage du fils cadet. De plus, même si elles n’affleurent pas dans le texte sous forme de citations, des références bibliques sous-tendent certainement cette thématique : l’Ancien Testament avec l’histoire de Josèphe vendu par ses frères (Genèse, 37), et le Nouveau Testament avec le modèle christique de la Passion. En effet, nouveau Christ, le fils benjamin est l’objet de tentations, de trahison et finit par accorder son pardon à ses persécuteurs. La moralisation de l’éponge comme signe d’humilité rappelle une scène de la Passion bien connue des prédicateurs et de leur public.

45Ce système d’exégèse allégorique épuise tous les éléments du récit dans un système strict d’équivalences contrôlé par le prédicateur. Même si durant quelques instants en racontant cet exemplum, celui-ci a pu éveiller l’imaginaire de ses auditeurs, il les a bien vite ramenés par la moralisation dans une dimension morale et religieuse strictement délimitée et rigoureusement structurée.

46Ajoutons que dans les exempla dépourvus de moralisation, une « séquence herméneutique » dévoile souvent la dimension métaphorique ou symbolique des éléments du récit. Cette séquence est alors prise en charge par un héros du récit. Dans les cas d’apparition ou de visions, c’est un personnage de l’au-delà (revenant, ange, Vierge) qui est ainsi mis à contribution.

***

47Tentons pour conclure de dresser une sorte de bilan de l’apport didactique des recueils d’exempla en général, à partir du cas précis de celui de Jean Gobi.

48Ces ouvrages fortement structurés offrent plusieurs registres de transmission de connaissances qui fonctionnent chacun selon leurs modalités propres. L’incontournable condition requise par une bonne réception de ces connaissances est le sceau de l’autorité, dont les auteurs de recueils font un usage intensif, même s’il ne correspond pas à une connaissance approfondie des sources citées. Le premier registre de transmission du catéchisme exemplaire est la rubrique qui évoque les deux pôles de la vie morale (vices et vertus), leur projection sociale dans les rubriques ad status et leur répondant théologique dans les rubriques consacrées aux grands points de la doctrine de l’Eglise, mais aussi à ses sacrements et à ses serviteurs.

49Le second registre est constitué par les courtes leçons, dont la mémorisation est facilitée par leur brièveté et leur structure stéréotypée. Mises bout à bout toutes les leçons d’un même recueil forment un véritable abécédaire de la foi.

50Mais cette édification morale et religieuse ne se transmet que grâce à l’incarnation de ces notions dans des personnages et des actions qui fondent le troisième registre : le récit lui-même, placé au cœur de la stratégie de persuasion à l’œuvre dans tous ces recueils.

51Que le récit se dote de tous les attributs du réel ou qu’il se place d’emblée dans une dimension symbolique, il reste un signe. Cette fonction est soulignée par la moralisation qui achève ainsi l’encadrement de la matière narrative.

52Cet usage intensif de récits exemplaires dans la prédication correspond certainement à un horizon d’attente de la part des fidèles. Aussi, le récit a-t-il pu créer des passerelles entre culture folklorique et culture cléricale, même si cette dernière ne perd pas de vue le but poursuivi par ces recueils : moraliser la vie des laïcs et contrôler leurs croyances et les gestes qui les expriment.

Annexes

ANNEXE

Les sources utilisées par Jean Gobi se répartissent ainsi :

– Antiquité païenne : Esope, Macrobe, Hermes Trismegiste, Ovide, Sénéque, Suétone, Valère Maxime, Gesta philosophi Secundi, Epistola Adriani, Historia Troiana, Historia Antiqua.

– Antiquité sacrée : Saint Augustin (la Cité de Dieu), Cassien (Collaciones Patrum), Cassiodore (Historia Tripartita), Eusèbe de Césarée (Historia Ecclesiastica), Fulgence, Grégoire le Grand (Vita, Dialogues), Heraclides, saint Jérôme, Flavius Josèphe, Justin, Rufin, Vitae Patrum.

– Moyen-Age : Saint Jean Damascène, Bède le Vénérable (Vita – Historia Anglorum), Pierre Damien, saint Anselme, Pierre Alphonse, Pseudo Turpin (Historia Karoli Magni), Historia Antiochena, Sigebert de Gembloux, Guillaume de Malmesbury (Gesta Regum Anglorum), Hugues de Saint Victor, Pierre de Clairvaux, Pierre le Mangeur (Historia Canonica), Hélinand de Froidmont, Gesta Romanorum, Chroniques, Vies des Saints, Césaire de Heisterbach, Géraud de Frachet (Vita et Perfectione Fratrum Predicatorum), Vincent de Beauvais (Spéculum Historiale), Gesta Comitis Montisfortis, Gesta Summorum Pontificum, Historia Regum Francie, Jacques de Vitry (Sermons, Historia Transmarina, Vie de Marie d’Oignies), Etienne de Bourbon (Liber de Septem Donis Spiritus Sancti), Humbert de Romans (De Dono Timoris), Guillaume Peyrault (Summa de Viciis et Virtutibus), Liber de Septem Sapientibus, Miracula Corporis Christi, Mariale Magnum, Miracula Beate Virginis, Alphabetum Narrationum d’Arnold de Liège, Tabula Exemplorum, Jacques de Voragine (Gesta Lumbardorum), Spéculum Exemplorum, Historiographus, Barlaam, Calixte, Gesta Alexandri, Hugues de Cluny.

Notes

1 Ce texte a été publié dans les Cahiers du CRISIMA, 1 (1993), p. 397-410, reproduit avec l’aimable autorisation du comité de rédaction.

2 J. Berlioz et M. A. Polo de Beaulieu, « Les recueils d’exempla et la diffusion de l’encyclopédisme médiéval », dans L’Enciclopedismo medievale, a cura di M. Picone, Ravenne, Longo, 1994, p. 179-212.

3 Cl. Bremond, J. Le Goff, J.-Cl. Schmitt, L’Exemplum, Typologie des Sources du Moyen Âge Occidental, fasc. 40, Brepols, Tumhout, 1982.

4 Le Livre du Chevalier de La Tour Landry pour l’enseignement de ses filles, Kraus Reprint, 1970 ; A. M. de Gent, « Por ce a cy bon exemple » Morale et récit dans le Livre du Chevalier de La Tour Landry », dans Non nova, sed nove. Mélanges de civilisation médiévale dédiés à W. Noonen, éd. M. Gosman et J. Van Os (Mediaevalia Groningana, 5), Groningen : Bouma’s Boekhuis, 1984, p. 67-79 ; Edition en cours par D. Régnier-Bohler ; D. Ruhe, « Pour raconte ou pour dottrine. L’exemplum et ses limites », dans J. Berlioz et M. A. Polo de Beaulieu (s.d.), Les exempla médiévaux : nouvelles perspectives, Paris, Champion, 1998, p. 331-352.

5 Jacques de Cessoles, Le livre du jeu d’échecs, J. M. Mehl (trad.), Stock/Moyen Âge, 1995.

6 Ch. Amalvi-Mizzi, « Le Doctrinal aux simples gens ou Doctrinal de Sapience. Edition critique », dans Positions des thèses.... Ecole des chartes, Paris, 1978, p. 9-14 ; édition en cours.

7 A. Dubrulle, « Le Spéculum Dominarum de Durand de Champagne. Edition critique », dans Positions des thèses..., Paris, Ecole des chartes, 1988, p. 71-74 ; édition en cours.

8 M.A. Polo de Beaulieu (éd.) La Scala coeli de Jean Gobi, Editions du CNRS, Série Sources de l’Histoire Médiévale de l’IRHT, 1991.

9 Voir du dominicain Guillaume Peyrault, la Summa de virtutibus et viciis, (1275) éditée à Cologne en 1479, 2 vol.

10 Jacques de Vitry et Guibert de Tournai ont laissé de nombreux sermones ad status.

11 « Récit efficace » expression de Jacques Berlioz qui, s’appuyant sur la pragmatique (K. Stierle et S. Suleiman), analyse les ressorts de cette efficacité dans « Le récit efficace, l’exemplum au service de la prédication (XIIIe-XVe siècles), dans Rhétorique et histoire. L’exemplum et le modèle de comportement dans le discours antique et médiéval. Table Ronde organisée par l’Ecole Française de Rome, (18 Mai 1979), Mélanges de l’Ecole Française de Rome, Moyen Âge – Temps modernes 92 (1980\l) p. 113-146.

12 Pour L’Echelle du Ciel nous n’avons pas repéré de florilège particulier utilisé par Jean Gobi, mais pour le Manuscrit dit de Beaupré (BnF, lat. 15912,) recueil cistercien daté de 1200 environ, les emprunts au Liber Deflorationum, florilège inédit du XIIe siècle, sont nombreux. L’édition du manuscrit de Beaupré est en cours au sein du séminaire de recherches sur les exempla médiévaux (EHESS).

13 Echelle du Ciel, dans la rubrique Bellum, la guerre, les exempla 143, 144 et 145 attribués à Suétone et Hélinand de Froidmont proviennent de l’Alphabetum narrationum (ex. no 103, 104, 105) édition sous presse par C.Ribaucourt, Tumhout, Brepols.

14 J. Berlioz, « Héros païen et prédication chrétienne : Jules César dans le recueil d’exempla du dominicain Etienne de Bourbon (mort vers 1261) », dans Exemplum et similitudo. Alexander the Great and other Heroes as points of reference in médiéval literature, ed. W. J. Aerts et M. Gosman, Groningen : Egbert Foster, 1988, p. 123-143 ; Id., « La matière antique dans les recueils d’exempla (XIIIe-XIVe siècles) », dans Annuaire, Comptes-rendus des cours et conférences 1987-1988, Paris, EHESS, 1989, p. 221-224.

15 Jacques de Voragine, Legenda Aurea, éd. Graesse, Breslau, 1890. Traduction française de J.B. Roze, Paris, 1967. Un des best sellers du Moyen Âge, dont il nous reste un millier de manuscrits.

16 Vincent de Beauvais, Spéculum majus, comportant le Spéculum historiale, le Spéculum doctrinale et le Spéculum naturale, éd. Douai, 1603.

17 Echelle du Ciel, exempla no 249, 294, 300, 593 et 686.

18 no 531 : Ces. de Heisterbach, Dialogus Miraculorum, VIII, 2-50 – no 532 : Liber Exemplorum, dans Herbert, p. 417, n°38 - no 533 : Compilacio Singularis exemplorum (ms Upsal) f° 113 - no 534 : Ces. de Heisterbach, Dialogus Miraculorum VI, 22 - no 535 : Et. de Bourbon (éd. Lecoy) 161 - no 536 : E. de Cherinton, Hervieux, Les fabulistes latins depuis le siècle d’Auguste, IV, p. 315 - no 537 : Hervieux, op. cit., Il, p. 291 – no 538 : seul texte antérieur : Gauvain et l’échiquier XIIIe siècle.

19 Voir J. Berlioz, Cl. Bremond et C. Velay-Vallantin (s.d.), Formes médiévales du conte merveilleux, Paris, Stock/Moyen Âge, p. 95-129 ; et notre article « Exempla et contes populaires », p. (103-118).

20 Dans L’Exemplum op. cit., Typologie des sources..., p. 111-143, Claude Bremond applique cette méthode aux exempla de Jacques de Vitry.

21 Cet exemplum a été traduit et étudié par J. Berlioz, dans « L’homme au crapaud. Genèse d’un exemplum médiéval » dans Tradition et Histoire dans la culture populaire. Rencontres autour de l’œuvre de J-M. Guilcher, Grenoble (20-21 Janvier 1989), Centre alpin et rhodanien d’ethnologie, 1990 (Documents d’ethnologie régionale, 11), p. 169-203.

22 Texte traduit d’après le manuscrit 13538 de la Bibliothèque nationale de Vienne, noté C dans les variantes de notre édition. Traduction d’après l’édition incunable d’Ulm, 1480 et commentaire dans Formes médiévales du conte... op. cit., p. 99-105.

23 Conte-type 550-551 de la classification internationale de A. Aarne et St. Thompson.

24 J. Berlioz, « La relecture du récit. Allégorie et récit exemplaire (XIIIe-XVe siècle) », dans Groupe d’Histoire religieuse, Rencontre de Dole-Montroland, 1991 [Liège, 1992], non paginé [p. 23-31].

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search