Version classiqueVersion mobile

La Suite à l'ordinaire prochain

 | 
Chantal Thomas
, 
Denis Reynaud

Les formes du discours

Chronographie : la parade de l'écriture

Christophe Cave

Texte intégral

  • 1 Pour simplifier abusivement, on appellerait récit : l'enchaînement d'actions (fondé sur la prévisib (...)

1Entre des informations politiques clairement identifiables comme telles (guerres, décisions politiques, discours ou arrêtés) et des événements correspondant à des formes reconnaissables (faits divers, anecdotes), la gazette propose des types d'énoncés dont la forme textuelle singulière est, semble-t-il, propre à ce support. Il s'agit de toutes les "informations" qui concernent la représentation politique et qui, à travers la représentation d'une société de cour, disent un certain ordre politique et social, une certaine représentation du monde. En relèvent les multiples indications de fêtes et de cérémonies, des "relations" de cortèges, de supplices et de courses de traîneaux. Information réduite à quelques signes abstraits ou développée, sa mise en forme semble dans tous les cas être, davantage qu'un récit, le déroulement fondé sur la successivité ou la description d'un ensemble temporel. Aussi serions-nous tentés d'appeler ce mode discursif spécifique à la gazette : "défilé", entre récit, description et énumération1.

2Le "récit" de ce type d'événements dans la gazette se mue en effet très vite en "description", car dans un grand nombre de cas l'événement se trouve reproduire une situation ritualisée, elle-même conçue comme un tout fini, prévisible et décomposable. L'entrée de Catherine II à Moscou est un événement, présenté comme tel, puisqu'il est unique. Mais il correspond à une mise en scène politique codifiée, dont la gazette rend compte.

  • 2 Notre emploi du terme n'est pas conforme à la tradition rhétorique. L'article "Description" de l'En (...)

3La description est très rarement description ou découpage d'un ensemble essentiellement spatial, visuel, mais d'ensembles prédécoupés en fonction d'un axe temporel. Elle est "chronographie"2. Il ne s'agit pas de décrire un palais, un carrosse, un paysage, une salle, ou tout autre espace ; mais de décrire un ensemble tout aussi clos, défini, décomposable, mais en mouvement : un cortège, un défilé de carrosses, une course de traîneaux, une cérémonie, une fête, une soirée. Cela s'appelle, dans la gazette même, indifféremment "description" ou "relation".

4Ce que l'on raconte – ce qui arrive – n'est rien d'autre que ce que l'on décrit ou que l'on énumère : ce n'est pas ce en quoi une action modifie l'observateur, le monde ou les sujets de l'action ; c'est la décomposition de cette action réduite à un rite constitué de constantes et de variantes, assimilable à une suite finie d'éléments prévisibles, déclinables sur l'axe paradigmatique.

La course de traîneaux

  • 3 Marie-Antoinette tenta bien d'en établir la mode à Paris, mais le public vit d'un mauvais œil cette (...)

5Prenons un exemple saisonnier et local3. La cour de Vienne donne en décembre 1774 plusieurs courses de traîneaux, dont les gazettes rendent différemment compte.

  • 4 Sans doute erreur pour I&R (Impériales et Royales). SMI = Sa Majesté Impériale ; LAR = Leurs Altess (...)

De Vienne, le 28 Janvier.
Le 26, la Cour a donné une superbe course de traîneaux qui a commencé à midi et demi et a traversé les rues et places principales de cette Ville. Un détachement de Cavalerie et quelques Officiers de la Cour, des domestiques de différents Seigneurs qui étaient de la course, tous à cheval, des Gens et Officiers des Ecuries de la Cour, un grand traîneau attelé de 6 chevaux avec les trompettes et timbales I. et A.4, plusieurs Ecuyers et Sous-écuyers de la Cour allaient en avant : puis venaient : 1) le Comte de Dietriechstein, Grand Ecuyer, seul dans un traîneau, deux Coureurs, deux Sous-Ecuyers ; 2) S. M. l'Empereur& Mad. l’Archiduchesse-Duchesse de Saxe-Teschen précédés de plusieurs Ecuyers et suivis de 4 Pages et de 4 Gardes Nobles Hongrois ; 4 Coureurs le plus richement vêtus, marchant au côté du traîneau ; 3) Msgr le Duc de Saxe-Teschen et Madame l'Archiduchesse Elisabeth ; des Ecuyers, deux Gardes Nobles Hongrois, deux Coureurs etc. En un mot pour abréger, tous les traîneaux au nombre de 29, étaient accompagnés d'un Ecuyer et de deux Coureurs et suivis d'un traîneau de relais de la Cour, après lequel venaient plusieurs officiers des Ecuries Impériales, ainsi qu'un grand nombre de Palefreniers tant de la Cour que des Seigneurs de la Course, tous à cheval et portant des brancards de relais. Tous les Officiers de la Cour étaient en habit galonné en or ; ceux des Seigneurs en habit de gala et leurs domestiques dans leur grande livrée. Après la course, toutes les personnes qui en étaient, ont eu l'honneur de dîner avec S.M.I. et L.A.R., le soir, il y eut bal au Palais. (GC 7 fév. 1775)

  • 5 Si dans nos journaux du XXe siècle nous pouvons lire que tel président s'est rendu à tel endroit, i (...)

6La course de traîneaux n'est pas la mise en œuvre d’interactions entre les sujets et l'espace ; le texte n'en rend pas compte comme d'un défilé du paysage, dans l'actualisation des lieux traversés. En parler consiste à faire défiler comme un paysage la succession hiérarchique – donc politique, symbolique – des occupants des traîneaux. De même pour n'importe quel cortège. Pourtant, établir cette hiérarchie n'apprend rien5.

7La gazette ne se contente donc pas de fournir une information brute (il y a eu une course de traîneaux), non plus qu'elle ne la raconte véritablement : elle donne à voir un ordre, même s'il est aléatoire.

De Vienne, le 1er Février.
Le 30 du mois dernier, les personnes de la Noblesse des deux sexes, nommées par la Cour pour se rendre en traîneaux, ou piroutsch à Luxembourg, se sont rassemblées dans les antichambres de l'Impératrice-Reine et elles en sont parties, à une heure et demi après midi, dans l’ordre que le sort avait décidé. La famille impériale était de cette course, où l'on comptait 45 traîneaux. L'Empereur et la Comtesse de Zichy, née Comtesse de Kollowrath ; le Comte de Dietrichstein, Grand Ecuyer, conduisant S.A.R. Madame l'Archiduchesse Marie-Elisabeth, ayant sa Grande Maîtresse assise auprès d'elle ; S.A.R. le Duc Albert de Saxe Teschen et Mad. la Comtesse de Trautsmandorff, Dame de la Clef d'or ; S.A.R. le Prince de Saxe, Duc de Courlande et S.A.R. M de l'Archiduchesse Duchesse de Saxe Teschen etc.
Arrivé à Luxembourg, on y dîna à deux tables de cent couverts chacune. (GC 14 fév.)

  • 6 Seule la Gazette des Pays-Bas, publiée avec privilège de la cour de Vienne, donne la composition ex (...)

8L'inachèvement de cette liste (le "etc." nous épargne la "description" du convoi qui énumérerait les 45 traîneaux6) est symptomatique, ainsi que l'ordre aléatoire du cortège ("l'ordre que le sort avait décidé") : lorsque l'ordre n'est pas d'abord hiérarchique, lorsque l'on joue à inventer un ordre hasardeux, la gazette nous montre que rien n'est changé dans la représentation de cette société d'ordre : la liste des noms confirme la possible permutation au sein d'un ensemble clos et fini, et affirme une société de cour homogène.

9Il n’y a pas là non plus de description à proprement parler. Absente dans ce dernier extrait, elle est ébauchée seulement dans d'autres cas. Elle est alors tout aussi ritualisée que l'ordre du défilé : la course du 19 janvier présente une description des habits identique, à un microscopique détail près, à celle du 26 janvier :

De Vienne, le 21 Janvier.
La Cour a donné avant-hier, une superbe course de Traîneaux, à laquelle l'Empereur, Me l'Archiduchesse Duchesse de Saxe-Teschen et le Duc son Epoux, ainsi que Me l'Archiduchesse Elisabeth, ont assisté. Tous les Officiers de la Cour étaient en habit d'écarlate galonné d'or. Ceux des Seigneurs en habits de gala et leurs Domestiques revêtus de leur grande livrée. Après la course, toutes les personnes qui en étaient ont eu l'honneur de dîner avec S. Maj. Imp. & L. A. Royales. Le soir, il y a eu Bal au Palais. (GU 10 fév., Suppl.)

10La Gazette d'Utrecht reprend ici l'essentiel : la liste des acteurs, et développe un deuxième paradigme, d'une parfaite cohérence lexicale : il s'agit de décliner les caractéristiques vestimentaires des actants subalternes. La seule différence avec la description de la course du 26 janvier est la précision de l'"écarlate" de l'habit "galonné d'or". Il est facile de noter que la description très embryonnaire des habits n'est là que pour désigner ces actants, qui participent ainsi accidentellement (par leur parure) à la cohorte de ceux à qui il suffit d'être (par leur nature même de Prince, par la simple mention de leurs noms et titres).

11Toute expansion descriptive est d'abord signe d'une étiquette et marque de la magnificence du spectacle.

  • 7 Voir Ph. Hamon, op. cit., pour la description en général, naturaliste-réaliste en particulier ; et (...)

12S'il y a pourtant description, c'est au sens de la décomposition d'un tout fini, d'un spectacle, en ses parties constitutives. Mais, pour en revenir à la course du 26 janvier, le Tout n'est concevable qu'en tant que somme chiffrable d’éléments numérotés. La "description" ne dresse pas de tableau organisé, qui supposerait un point de vue central et unificateur, comme c'est le cas dans la description réaliste ou d’histoire naturelle7 ; elle cède la place à une énumération, transcription objective d'un ordre interne.

13On n'identifie pourtant pas les 29 – ou ailleurs 45 – traîneaux. On appréciera le "en un mot pour abréger", qui met fin au détail et marque ainsi la conscience d'une virtualité énumérative qui, sans être illimitée (au contraire de la virtualité "descriptive"), menace le texte. D'ailleurs, dans la mesure où l'ordre est hiérarchique, la mention des premiers suffit. Abréger consiste alors à revenir à la globalité d'une scène menacée de se dissoudre dans le minutieux, à retrouver un ordre plus synthétique, qui sait abstraire des caractères communs et désigner une totalité (tous les, tous, toutes).

Le défilé

  • 8 Cérémonie du rétablissement du Parlement de Toulouse, GA 7 avril ; cérémonie de la réception au Par (...)

14Les grandes cérémonies monarchiques sont le parangon d'une écriture ritualisée ; la forme qu'utilise "idéalement" la gazette pour en rendre compte est mimétique de l'ordre politique que le pouvoir déroule spectaculairement. Les divertissements de la cour, les prises de fonction d'un officier du roi8 peuvent alors suivre ce modèle de relation descriptive et énumérative.

15L'entrée de Catherine II à Moscou déroule un certain nombre d'actions et de phases sur un axe temporel (d'abord un arc de triomphe, puis un second arc de triomphe, puis un cortège, etc.), qui pourrait sembler narratif s'il n'était exemplairement représenté par le déroulement du cortège.

Russie- De Petersbourg le 24 Février.
[...] Elle se plaça avec le Grand-Duc et la Grande-Duchesse dans un carrosse de parade, surmonté d’une couronne. Après quoi, le Cortège se mit en marche dans l'ordre suivant : I. Un détachement de la garde à cheval. II. Un Ecuyer entre deux Postillons. III. Sept Carrosses, occupés par les Seigneurs de la Suite de S.M. Imp. IV. Le Grand-Maître de Police de Moscou avec ses autres Officiers. V. Six Domestiques de la Chambre Impériale et 18 Valets-de-pied, marchant deux à deux. VI. Les Gentilhommes de la Cour à cheval, deux à deux. VII. Le Sous-Ecuyer. VIII. L'Equipage Impérial, dans lequel était assisté S. M. avec L. A. Imp., précédé de deux Coureurs, escorté des deux côtés par huit Heyduques, avec deux Pages sur l’avant-train. Près du Carrosse à droite marchait à cheval le Grand-Ecuyer Narischkin ; à gauche le Comte de Bruce, ainsi que Mr Potemkin, Adjudants-Généraux, suivis de trois Pages de la Chambre, et derrière le Carrosse défilait un convoi de la Garde à cheval, après lequel venaient l'équipage du Grand-Duc et la Grande-Duchesse, ceux des Dames d'honneur, chacun avec un Ecuyer et accompagné de deux Valets-de-pied en livrée de gala. (GA 21 mars)

16Dans la Relation de "l'heureuse arrivée de l'Impératrice, notre Souveraine", à Moscou, "cette ancienne capitale de l'Empire, après sept ans d'absence", l'essentiel est peut-être l'ordre de marche et ce qu'il représente. Car l'entrée, la marche, ne sont rien d'autre que le spectacle d'une "pompe" et d'un ordre : la succession d'étapes similaires (les arcs de triomphe, les corps constitués qui reçoivent l'Impératrice), l'énumération classée, numérotée, de ses parties constitutives. Ce qui est "magnifique" n'est pas l'expansion des prédicats (en quoi le carrosse "de parade" est beau, comment sont habillés les Gardes et autres Ecuyers...), mais le développement de la liste des "sujets" (un écuyer, les seigneurs, le grand-Maître, etc.) : l'ordre suffit à montrer cette magnificence. Celle-ci engage cependant une réalité supplémentaire par l'usage des chiffres (sept carrosses, deux écuyers, huit Heyduques avec deux pages...), les repères spatiaux, qui donnent du volume à ce "grand rouleau" (escorté des deux côtés, précédé, à droite, à gauche...) et les noms (connus du lecteur de gazette).

17Les relations se disent par un dispositif, le spectacle s'écrit mimétiquement sous forme tabulaire.

18Les cérémonies du sacre de Louis XVI à Reims en juin 1775 portent ce type d'écriture à l'extrême. La plupart des gazettes se contentent d'abord, faute d'information, de reproduire le texte de la Gazette de France qui fait une place à toutes les phases préliminaires du sacre, en ne réservant à ce dernier qu'une formule : "le Dimanche II du mois, S.M. se rendit vers les sept heures en grande pompe à la même église, et y fut sacré dans les formes d'usage" (phrase citée dans la Gazette de Leyde du 23 juin). Il est évident que les livraisons suivantes vont précisément développer les deux termes retenus : se rendre en grande pompe, être sacré selon les formes. La marche, le cortège et le rituel du sacre en seront l'objet.

19Mais il faut ici noter une initiative que la Gazette d'Utrecht semble seule avoir prise, qui exprime parfaitement la nature de l'événement et de l'écriture qui en rend compte. Plusieurs livraisons successives de cette gazette reproduisent en effet le programme du sacre de Louis XVI, publié avant le sacre. Intitulé "Détail de l'Ordre et des cérémonies, qui s'observent à Reims, au sacre et au couronnement de Louis XVI, Roi des Francs" (GU à partir du 13 juin), ce texte très détaillé codifie cette écriture de la gazette : modèle d'une "relation" qui est une dénégation de l'événement puisqu'antérieur à lui, il est son prédécoupage formel, qui trouve son équivalent dans l'écriture :

Arrive l'heure du Festin Royal. La grande salle de l'Archevêché destinée à cet effet est magnifiquement décorée. Cinq tables y seront dressées. Celle du Roi sera placée, selon la coutume, devant la cheminée, vis-à-vis l’appartement de S.Maj. sur une estrade élevée de quatre marches et sous un dais de velours violet semé de fleurs de lys d'or en broderie. Les tables des pairs ecclésiastiques
[...]
Cependant le Grand-Maître de la Maison du Roi, précédé du même cortège, ira avertir le Roi. Alors S. Majesté se rendre à la salle du festin dans cet ordre.
Les hautbois, les trompettes et les flûtes de la Chambre.
Les six Hérauts d'Armes.
Le Grand-Maître et le Maître des Cérémonies.
Les douze Maître d'Hôtel du Roi, deux à deux tenant leur bâton.
Le premier Maître d'Hôtel.[...] (GU 27 juin)

20Nous n'en sommes pas encore au Roi, lui-même suivi d'autres personnages. A tous moments, et systématiquement, la "relation" des phases du rituel s'interrompt pour donner l'ordre exhaustif des placements, de la marche, etc. (et nous avons abrégé dans cet extrait la description des lieux, tout aussi exhaustive). Virtualités énumérative et descriptive se combinent, et s'y trouvent exceptionnellement développées. Le mélange d'un présent atemporel et du futur montre qu'on a moins là un récit qu'un modèle d'organisation du réel et du texte selon la même loi de prévisibilité et de successivité.

21La gazette ne fait pas autre chose que donner une version abrégée de ces relations anticipées et de ces "descriptions" de détail : la lisibilité de l'information suppose en effet de réduire les listes, d'abréger les descriptions, mais la gazette ne rend pas autrement compte des événements royaux que sur ce mode "mimétique" d'un rituel que nous avons pu observer jusque dans la "description" des courses de traîneaux.

22Cette écriture tabulaire transforme le réel en liste, le temps en calendrier, l'espace en isolat. Écriture cellulaire et verticale. Ainsi lorsque la gazette se perd en conjectures sur l'état des forces militaires en présence, lorsqu'elle manque d’informations pour établir des corrélations et du sens, elle dresse des listes de bateaux dans un port, fait les statistiques des bombes tombées sur un camp (GA 21 mars). Ce n'est pas vraiment un bilan, ni une interprétation en creux, plutôt une manière de dire un réel fragmentaire sous forme paradigmatique.

23De la même manière, la gazette néglige un voyage en train de se faire ou une fête qui vient d'avoir lieu ; ou bien elle les réduit à quelques signes. Mais elle annonce le calendrier exhaustif du voyage ou des divertissements à venir : c'est le voyage de l'Empereur qui se rend de la cour de Vienne à Venise (GDP 18 fév.) ; le règlement des divertissements du carnaval (GDP 29 jan.), etc.

Le point de vue

24Toutes les gazettes ne partagent pourtant pas cette relation du défilé : la modernité d'une gazette se joue par rapport à cette écriture codifiée. Le Courier du Bas-Rhin, après lecture de la Gazette de Cologne – entre autres – écrit :

De Vienne, le 28 Janvier.
Le 26, la cour s'est amusée à prendre le divertissement d’une course de traîneaux, qui a traversé les principales rues de cette ville, au son des trompettes et des timbales impériales et royales. Nous ne nous arrêterons pas à une plus longue description de ces sortes de fêtes que tout le monde connaît. (CBR 11 fév.)

25La "description de ces sortes de fêtes" suppose une vision aristocratique de l'écriture et de l'information, très éloignée du style critique assez atypique qui est celui du rédacteur de cette gazette. Aussi, s'il ne fait pas ce que font les autres gazettes, c'est pour joindre à son refus une information biaisée : "la cour (sans majuscule) s'est amusée à prendre le divertissement" d'une course (qui n'est pas non plus "superbe"). Si "prendre le divertissement" de la chasse, d'une course ou d'autre chose est une expression consacrée par les gazettes, le verbe "s'est amusée" introduit une distance : en surenchérissant sur un topos, en introduisant un verbe peu consacré par l'usage, la gazette ne dit plus ce rituel ordonné, ni ne le mime ; elle renvoie la cour, via les gazettes qui en rendent compte, à elle-même, voire à sa vanité, en lui déniant le droit à la représentation.

26Une autre gazette, la Gazette des Deux-Ponts, trouve un moyen terme fort intéressant qui donne au même "événement" une forme assez moderne, celle d'une information qui ne sacrifie pas au rituel ni ne le rejette. Cet événement monarchique ne prend plus sens, comme dans la Gazette de Cologne ou celle d'Utrecht, par la reconstitution abstraite et interne du "défilé". Il est mis en scène par un jeu de regards, il est justifié par un point de vue :

Vienne, du 28 Janvier Le froid a repris de nouveau et une prodigieuse quantité de neige qui est tombée ces jours-ci a répondu aux désirs de ceux qui depuis quelques années souhaitaient de voir des courses de traîneaux. Il s'en est donnée une il y a quelques jours par la Cour ; elle a été magnifique ; le spectacle ne pouvait être plus brillant, tant par rapport aux personnes qui étaient de la partie, que par rapport à la richesse des habillements des équipages, etc. L'Empereur, le Duc Albert et les deux Archiduchesses étaient à la tête de cette course, composée de 29 traîneaux. (GDP 9 fév.)

  • 9 Si "la cour a donné une course", elle se la donne à elle-même puisqu’elle est aussi l’assistance (G (...)

27La Gazette de Cologne nous a précisément appris que tel n'était pas l'ordre exact de la course. La description synthétique va à l'encontre de la "description" détaillée, et correspond à un autre regard sur l'"événement". Celui-ci n’existe plus en soi, il est un spectacle explicitement désiré et convié par un observateur. A l'écriture ritualisée qui dit un spectacle réflexif que la cour "prend" ou "se donne" à elle-même9 se substitue l'ordre de l'information – qui du moins s'esquisse : la course n'existe que dans la mesure où on la voit et où l'écriture représente ce point de vue.

28La gazette n'est donc pas contrainte de recourir à cette écriture énumérative, ni de s'en contenter. Les gazettes font coexister des formes concurrentes. Se testent d’autres représentations de ce qui devient de plus en plus l'"événement".

29Ainsi dans la Gazette d'Utrecht, le sacre du Roi, reproduit in extenso sous la forme du programme de la cérémonie – ce qui exclut de résumer l'événement au moment où il se produit ou après qu'il a eu lieu, comme le font les autres gazettes – donne lieu simultanément à une information très ponctuelle : l'anecdote émouvante des larmes du Roi et de la Reine (GU 23 juin), dont la mention seule entend sans doute compenser l'abstraction désincarnée du rituel ici étiré jusqu'à menacer l'écriture et tuer le réel.

30La Gazette des Deux-Ponts choisit un regard beaucoup plus synthétique sur l'événement. A l'occasion de l'entrée de Catherine à Moscou, elle se refuse à ce qu'elle appelle les "détails" pour adopter le point de vue d'ensemble :

ALLEMAGNE. Lubeck, du 16 Mars.

Les lettres de Moscou ne contiennent que les détails de l'entrée de l’Impératrice de Russie dans cette ancienne Capitale [...] L'Impératrice ayant la petite Couronne sur la tête, et revêtue du manteau Impérial, se plaça dans le premier [carrosse de parade] avec le Grand-Duc et la Grande Duchesse : et la procession défila avec beaucoup d'ordre ; on n'a rien vu de plus magnifique, et de plus majestueux que le coup d'œil qu'offrait le spectacle d'une Princesse adorée au milieu de sa Cour, entrant dans une ville où l'on ne l'avait pas vue depuis longtemps, et où elle venait célébrer par des fêtes une paix glorieuse, qui rappelle une guerre dont tous les événements sont marqués par des victoires. [...] (GDP 27 mars)

31La liste n’est que l'expansion descriptive de ce qui, ailleurs, peut être désigné par l'"ordre" du "défilé". La Gazette des Deux-Ponts suppose un point de vue d'ensemble que désigne le "coup d'œil" et l'idée du "spectacle". Ces termes, employés dans d'autres gazettes comme embrayeur de description, peuvent être un moyen de restaurer l'unité que toute opération descriptive menace. Inversement, la Gazette d’Amsterdam ne suggère à aucun moment la présence d'un observateur ni ne souligne que cette entrée de Catherine II est un "spectacle magnifique". Mais elle le montre tel : précisément par une écriture mimétique qui fait défiler le cortège sous les yeux du lecteur.

32Par ailleurs la Gazette des Deux-Ponts substitue à ce mimétisme (forme-convoi, écriture en colonnes) des considérations abstraites (la paix, la guerre, la mémoire) qui introduisent une profondeur politique et une épaisseur temporelle. Elle suscite ainsi le recours à la mémoire du lecteur, au contraire du présent du défilé, de cette écriture presque atemporelle, de l'en deçà des temps verbaux, qui transforme le mouvement en structure, l'existence en essence : pure épiphanie royale.

  • 10 Ainsi en Pologne, au moment où la délégation veut en finir avec toutes les sales "affaires", le CBR(...)

33Cet idéal d'un point de vue synthétique qui résume, relie, et place la gazette en position de surplomb sur l'événement, se trouve parfois fantasmatiquement exprimé, dans les deux journaux les plus "modernes" de notre corpus, qui généralisent le commentaire et l'éditorial, la Gazette des Deux-Ponts et le Courier du Bas-Rhin10.

La fête

  • 11 C. Labrosse et P. Rétat, "Le texte de la gazette", XIX.

34Si "la gazette gère des isolats, dont elle est la collection aléatoire"11, si elle propose un monde fragmentaire fait de cellules (une ville, une date), elle est aussi le reflet d'un univers homogène.

35C'est la même société de cour qui se donne en représentation dans la gazette, de Paris à Vienne, de Moscou à Rome. Les grandes cérémonies monarchiques, mais aussi tous les rendez-vous officiels, sont conçus et transcrits de la même manière dans tous les pays de l'Europe continentale.

  • 12 CBR 18 fév. : "De Manheim — L’électeur est revenu ici, le 4, en parfaite santé, de son voyage d’Ita (...)

36Quelles que soient les occasions, mariage, naissance, mort, nomination, voyage, la représentation des fêtes qu'elles suscitent est identique. Si un "événement" relevant de la représentation politique n'a pas la même importance selon les gazettes des différents pays, il en a la même structure, et donne lieu à la même représentation. Ainsi il peut arriver que le retour de l'électeur Palatin en Allemagne tienne en une ligne unique du Courier du Bas-Rhin alors qu'il fait l'objet d'une page à chaque ville qu'il honore de son retour dans la gazette de ses Etats, la Gazette de Cologne12. Mais lorsque l'information est développée, elle prend toujours la forme d'une relation à forme fixe, combinant un certain nombre d'éléments récurrents, selon une structure formelle très voisine de la relation d'un cortège ou d'un sacre... La Gazette d'Amsterdam, la Gazette de Cologne ou n'importe quelle gazette décrivent plus ou moins en détail les "fêtes". Mais lorsque la Gazette de Cologne seule rend compte des huit jours de fêtes donnés à Bamberg au Margrave d'Ansprach, leur "description" pourrait être celle des fêtes que la Reine donne simultanément à Versailles à l'Archiduc Maximilien – que la Gazette d'Amsterdam ne raconte pas, mais que le Courier du Bas-Rhin détaille.

37Notre lecture est en effet attirée d’abord par les structures, par les constantes, davantage que par les variantes, les petites différences qui devaient alors suffire à justifier et à apprécier le retour du Même. C'est pourtant cette représentation d'une identité structurelle et d'une homogénéité sociale que l’information de la gazette fournit avant tout.

38La représentation des fêtes dans la gazette montre un univers qui combine un nombre très limité d'éléments récurrents, mais qui donnent eux-mêmes lieu à une gamme quasi infinie de substitutions. Une fête, c'est avant tout un bal et un repas, souvent un spectacle (opéra, concert, sérénade ; plus rarement, illuminations, feu d'artifice).

39Le renouvellement du point de départ justifie le retour des mêmes éléments : le destinateur et le destinataire de la fête, c'est-à-dire noms et titres. Que les fêtes soient habituelles (les fêtes de fin d'année, le carnaval) ou occasionnelles (une transformation dans la famille royale, une visite, ou une nomination officielle), leur description est la même.

40La plupart du temps, la description est minimale, elle mérite à peine ce nom. Elle se contente de spécifier la combinaison et les variantes. L'information peut même se réduire à dire qu'il y a fête – ou bal, ou bal et repas, etc. – et qu'elle est très belle. En cela, les gazettes à la main, ou leur équivalent dans les correspondances privées n'en disaient guère plus. La correspondance de Madame du Deffand à Horace Walpole, qui fait sa gazette de l'actualité, rapporte les bals et les dîners de la cour de manière très voisine de celle des gazettes.

  • 13 Du Deffand à H. Walpole, samedi 28 janvier 1775.

Les bals de la cour sont magnifiques et charmants : ce sont des quadrilles de quatre, de huit, de seize, qui représentent des nations différentes, ou des personnages du temps passé, les habits sont magnifiques ; ce sont les plus jolies femmes et les meilleures danseuses qui les composent ; il y entre du pantomime ; on représente des scènes. On prétend qu'à l'arrivée de l'archiduc, qu'on attend le mois prochain, il y aura un bal sur le grand théâtre, et qu'on exécutera un ballet de trente-deux personnes. La reine, toute la famille royale, y auront leurs rôles. J’exhorte fort vos parents de rester pour voir ce spectacle : ils hésitent à s'y déterminer ; mais ils iront du moins de lundi en huit à Versailles pour le bal : il y aura un quadrille de seize qui représentera les Scandinaves13.

  • 14 La fête qu’il y aura aujourd’hui, que Monsieur donne à la Reine, à la grande écurie : elle doit êtr (...)

41A la différence des gazettes pourtant, la nature de ce qui est représenté lors de ces bals est livrée : aucune gazette ne parle au même moment de "quadrilles". Ces précisions descriptives ne vont pourtant pas très loin, non plus que dans la gazette : Madame du Deffand règle d'ailleurs son sort à la plus grande des fêtes de la saison, en l'annonçant comme telle sans en reparler ensuite14. Comme dans les gazettes, la Marquise présente les fêtes indifféremment au passé ou au futur : qu'il s'agisse d'une annonce ou d'une relation, la qualification de l'information est stable. Tout y est magnifique ou superlatif, on y parle des actants comme des habits, des figures de quadrille comme des couverts... Parfaite représentante de cette société de la gazette que Madame du Deffand : rappelons qu'elle était aveugle...

42Dans la gazette, le bal est l'élément premier d'une "fête". Il est déclinable : il peut s'agir d'un simple bal, d'un "bal paré" (GC 27 jan.) ou d'un "bal masqué" (GC 24 jan.). Il peut être paré et masqué, "en domino" (GA 10 fév.), et peut aboutir à une "mascarade" (GA 7 fév., GA et GC 10 fév.). Il peut aussi s'agir d'un "grand bal", ou d'un bal "gratis" (plusieurs dans GC 10 jan.) ; on peut enfin le désigner par le terme "gala". Le calendrier des "divertissements" décline ces possibilités.

43Le repas est le second élément constitutif. Une bonne fête combine dîner, bal et souper, et peut y ajouter un spectacle. Qu'il s'agisse d'une fête ponctuelle donnée par un ambassadeur, de huit jours de fêtes données par un Prince à un autre Prince, ou des semaines de fêtes achevées par l'acmé du Lundi Gras que la Reine a réservées à l'Archiduc Maximilien lors de sa venue à Paris, la combinaison est toujours la même. Les grandes fêtes somptueuses donnent pourtant lieu à surenchère et à une inventivité supérieure, qui se marque essentiellement dans le spectacle, singulier ou imaginatif.

44Lorsqu'il s'agit du bal (cantonné dans une typologie restreinte) ou du repas, les différences sont au contraire de l'ordre du signe ; géométriques et algébriques. Ce qui varie est en effet le nombre de couverts ou de personnes invitées, ainsi que le nombre et la taille des tables ("Il y eut à midi grande table et le soir un brillant souper de 76 couverts", GC 10 jan.). Un "somptueux souper de 200 couverts" ne doit pas nous tromper, il ne diffère que par le chiffre d'un "somptueux repas à 40 couverts", ou d'un "somptueux dîner de 80 couverts". Si on a rarement vu de repas en deçà de 24 couverts, toutes les combinaisons sont possibles de 25 couverts à 700 personnes. Mais un ambassadeur par exemple peut inviter 500 personnes et ne dresser que 50 couverts, tandis que les Princes mangent aisément à deux tables de cent couverts...

45Cette codification chiffrée et formelle des fêtes permet d'en décrypter l'ampleur à la seule lecture des quelques signes qui les annoncent.

46Reprenons nos courses de traîneaux. Elles sont rarement isolées, car elles ne constituent que l'élément de "divertissement" – qui peut aussi consister en une chasse – d'un ensemble plus complet. Ainsi la combinaison des constantes peut, selon la cour, s'enrichir : "Il y eut, le même jour, grand gala, baisemains, table figurée à 64 couverts, appartement et souper" (GC 28 fév.).

Le 30 du mois dernier, les personnes de la Noblesse des deux sexes, nommées par la Cour pour se rendre en traîneaux, ou piroutsch à Luxembourg, se sont rassemblées dans les antichambres de l'Impératrice-Reine et elles en sont parties, à une heure et demi après midi, dans l'ordre que le sort avait décidé. La famille impériale était de cette course, où l'on comptait 45 traîneaux. [...] Arrivé à Luxembourg, on y dîna à deux tables de cent couverts chacune. Après le repas, il y eut musique et vers les 7 heures, on se remit en route pour revenir à Vienne dans le même ordre qu'on en était parti ; deux Palefreniers portant des flambeaux à côté de chaque traîneau. On descendit au Mel Gruben, dont la grande Salle destinée au Bal était richement illuminée : il commença bientôt. A 11 heures, on soupa à plusieurs tables dans différentes Salles ; le Bal fut repris ensuite et dura jusqu'à 2 heures du matin. (GC 14 fév.)

47La relation des différentes étapes du voyage met en œuvre cette déclinaison des quelques éléments qui constituent la vie de cour. On pourrait en faire ressortir le centre : le "demi-tour". Une fois arrivé, on revient, et "dans le même ordre". L'aller-retour est au voyage ce que le défilé est à l'écriture : le cheminement y est répétition du même, déclinaison du similaire ou du proche.

48Ce que l'on voit ici sur une journée vaut pour toute fête et s'applique encore lorsque se succèdent plusieurs jours de fêtes. Ce qui peut n'apparaître qu'esquissé comme signe n'est pas différent lorsque développé en "relation" ou "description" véritable.

49Prenons dans la Gazette de Cologne l'"Extrait des Lettres de Bamberg", qui montre la réception de Mgr le Margrave d'Ansprach et son Épouse avec leur "suite nombreuse" par le Prince-Evêque, à sa Maison de plaisance de Seehoff, et décrit les huit jours de fêtes dans le détail, à partir du premier jour :

[...] Vers le soir, il y eut appartement en considération de LL.AA.SS. ; puis souper à différentes tables. Le lendemain midi, après une Cour brillante, l'illustre compagnie fut se promener en calèches magnifiques, préparées à cet effet, dans le vaste et superbe jardin, au moment où l'on faisait jouer les eaux, tant des cascades que des fontaines, et revint ensuite dîner au château à une table de 54 couverts, celle du Ministre étant de 40 et celle des Cavaliers de 36. Le soir, on donna l'Opéra comique, intitulé La schiava amorosa, dont la représentation dura jusqu'à 10 heures : l'on passa ensuite dans la salle de l'Orangerie, éclairée par plus de 500 bougies, où le souper était servi à une table de 110 couverts, indépendamment des autres qui étaient dressées dans les appartements. Au sortir du repas, ces Sérénissimes hôtes furent agréablement surpris de voir les quatre ailes du château, ainsi que les principales allées illuminées dans un goût tout nouveau, et dont le dessin formait le coup d'œil le plus enchanteur. [...] Le 2, Msgr le Margrave, accompagné de quelques personnes de sa suite, alla prendre le divertissement de la chasse au cerf. A midi, il y eut Cour ; puis on dîna : au dîner succéda un concert donné au Théâtre de l'Opéra [...]. Le concert fini, on alla dans la grande salle de l'Orangerie, où le souper était servi comme le Mercredi précédent. Les illustres conviés, sortis de table virent le château ainsi que les vastes allées du jardin derechef illuminées. On y admira surtout un théâtre de verdure qui frappait par la variété de ses décorations. [...] Le 5 au matin, après le service ordinaire... (GC 27 juin)

50Si le programme des huit jours propose bien entendu des divertissements différents, on note la répétition des mêmes combinaisons ("comme le mercredi"), la reprise des mêmes spectacles (l'Opéra est rejoué le 5 avec quelques variantes), des mêmes illuminations ("derechef illuminée" le 2, et repris les autres jours). Le modèle d'une journée consiste à se rendre dans une ville proche et revenir. Il incombe donc au rédacteur de la "lettre", observateur qui adopte le point de vue de l'assistance surprise, émerveillée, de mettre en relief ce qui relève du "coup d’œil", de la nouveauté, de l'inattendu : la moindre variante prend la valeur d'un "événement".

  • 15 Certains journaux portent en effet un jugement sur la fête. Le Comte Branicki donne une fête à la P (...)

51L'expression du point de vue correspond au discours éditorial, sensible ou critique, qui peut aller jusqu'à refuser la description de "ces sortes de fêtes"15.

52Les "relations" les plus narratives de la gazette sont d'ailleurs souvent menacées de tabularité : le récit semble disparaître sous la pression de l'écriture descriptive et énumérative. Lorsque Pougatchev est conduit à son supplice, le récit de la Gazette d'Amsterdam (3 mars), qui visualise le poteau du supplice, nous fait d'emblée comprendre qu'on a là un tableau d'horreur. Mais si l'issue est connue, la forme du supplice ne l'est pas. Le récit établit cependant moins des corrélations qu'une pure successivité de phases. Le condamné défile, puis le bourreau fait défiler les mutilations... en l’occurrence dans le mauvais ordre, brisant le suspense prévu dans le texte (le bourreau, en effet, a mal lu l'ordre des mutilations), et ramenant l'illusion de suspense, l'axe des enchaînements et des combinaisons à l'axe paradigmatique, au stock des tortures disponibles, à la liste des possibles meurtriers en nombre limité. Le bourreau a symptomatiquement brisé le récit et l'a ramené à l'ordre de l'énumération, de la substitution, qui caractérise aussi ce type de mise en spectacle. C'est le même ordre encore recommencé, car l'écriture du supplice a la même valeur que celle d'une cérémonie ou d'une fête dans une gazette comme la Gazette d'Amsterdam.

53Le même journal est capable de faire du récit, lorsqu'il raconte une guerre indienne (GA 20 jan. 1775) ou les déboires de Melille, tous événements qui ne relèvent pas du prévisible. Il peut même être tenté de narrativiser artificiellement un rituel codifié, comme celui de la réception au Vatican du prince Cosini, ambassadeur d'Espagne (GA 10 jan. 1775). Qu'il s'agisse d'une écriture délibérée et maîtrisée ou non, le recours aux signes ostensibles du récit dit ici l'évidente impossibilité de transformer la nature et la représentation de certains types d'événements. Comique parce qu'artificielle, la dramatisation impossible d'une forme-sens essentiellement tabulaire montre par l'absurde la logique textuelle propre à ces représentations politiques. Peut-être aussi est-ce de la coexistence d'une certaine stabilité du rituel politique et du sentiment d'un nécessaire renouvellement formel que naît l'incongruité.

  • 16 Voir par exemple le récit de l’exécution de Pougatchev, GDP 2 mars.

54Cette tension entre un Ordre ancien et l'avènement d'une logique textuelle nouvelle sera ailleurs résolue. La Gazette des Deux-Ponts, en concentrant le récit, en renforçant les corrélations logiques, en dramatisant, est sans doute en train de faire tomber l'ancien univers du Rituel dans une logique du Texte, et de renouveler, par l'écriture, l'information16. Peut-être les bouleversements dans la vision et la représentation du monde commencent-ils à prendre forme à travers ces inflexions textuelles qui ne sont pas sans conséquences sur le lectorat.

  • 17 C. Labrosse et P. Rétat, art. cit.

55Si le texte de la gazette est "sous tension"17, c'est aussi parce qu'il ne propose pas de vision homogène, unifiée de l'écriture informative. Il propose au contraire des formes qui semblent en tension entre une vision archaïque, ordonnée mais de pure successivité, et une vision moderne en train de surgir, qui suppose un point de vue unifié ou critique sur un monde où tout devient "événementiel". Certaines gazettes représentent davantage ce premier aspect, d'autres le second, sans pour autant que l'on puisse résolument séparer deux écritures homogènes et deux visions du monde cohérentes et antithétiques.

56La représentation du cortège, de la cérémonie, de la fête, appelée sous la Révolution à d'abondants prolongements, correspond à un système politique et social, à une vision ritualisée du monde. Monde de signes abstraits, dans lequel un chiffre et un nom sont autant de variantes expressives ; univers vertical de la liste qui n'est que la répétition du Même ou la déclinaison des mêmes possibles. Cette forme suprême de la gazette qu'est le défilé (l'ordre d'une marche, ou la succession des phases qui énumèrent le tout d'une cérémonie ou d'une fête) nie encore l'événement, dénie au détail toute existence autre qu'essentielle, et refuse au texte d'autre temps que l'indifférence entre futur et passé, par laquelle ce que l'on annonce a déjà eu lieu, et ce que l'on relate n'est que la réitération d'un programme connu.

  • 18 Voir lettre à Mme du Deffand citée dans l'Introduction.

57Voltaire voyait dans la gazette un répertoire d'événements dont le défilement, aussi monotone et vertigineusement entraînant que celui de la lanterne magique, pourrait faire la matière d'un beau roman18. Mais ce défilé des images répétitives d'un monde qui ne fait sens qu'à condition de lui imposer un point de vue mésestime ce que le pacte de lecture de la gazette propose de manière spécifique : donner à lire, malgré la tension croissante de l'événementialité et de la surprise, un monde qui n'offre pas de sens mais reconduit des formes, dans lesquelles le lecteur reconnaît un ordre.

Notes

1 Pour simplifier abusivement, on appellerait récit : l'enchaînement d'actions (fondé sur la prévisibilité logique, ordonné sur un axe syntagmatique – corrélation et différence) ; description : le développement, l'analyse, le découpage d’un ensemble en ses éléments constitutifs (fondée sur la prévisibilité lexicale, ordonnée sur un axe paradigmatique – inclusion et ressemblance) ; énumération : la pure successivité d'éléments (liste virtuellement non finie mais potentiellement classée, pur paradigme).

2 Notre emploi du terme n'est pas conforme à la tradition rhétorique. L'article "Description" de l'Encyclopédie définit la chronographie comme "description du temps" (Voir Philippe Hamon, Du descriptif, Hachette, 1993, p. 11).

3 Marie-Antoinette tenta bien d'en établir la mode à Paris, mais le public vit d'un mauvais œil cette "prédilection pour les habitudes de Vienne" et elle y renonça. Voir GF jan. et fév. 1771, fév. 1772, etc. ; et Mémoires de Madame Campan, Mercure de France, 1988, pp. 91-92.

4 Sans doute erreur pour I&R (Impériales et Royales). SMI = Sa Majesté Impériale ; LAR = Leurs Altesses Royales, etc. Nous conservons – comme ailleurs – les majuscules, ici essentielles à la représentation archaïque et ordonnée d’un monde où les êtres sont avant tout des fonctions, où les objets et les activités reflètent la majesté d’une hiérarchie.

5 Si dans nos journaux du XXe siècle nous pouvons lire que tel président s'est rendu à tel endroit, il est rare que la liste protocolaire des ministres ou attachés de cabinet, ou la liste des limousines, soit communiquée et éventuellement glosée. La télévision et la radio peut-être s'y livrent, la première parce qu'elle donne à voir, la seconde dans de rares circonstances où le commentateur donne en temps réel le détail de la composition d'un défilé, à l'occasion d'un enterrement ou d'un événement à valeur nationale. Tel Léon Zitrone accompagnant à la radio ou la télévision un cortège funèbre ; telle la télévision israélienne proposant, en 1997 à l’occasion de la mort dans un accident d’hélicoptère de 73 soldats israéliens, la retransmission in extenso et en continu pendant trois jours, sur sa première chaîne, des 73 services funéraires rendus solennellement. L’effet de défilé est là aussi essentiel...

6 Seule la Gazette des Pays-Bas, publiée avec privilège de la cour de Vienne, donne la composition exhaustive des 45 traîneaux du 30 janvier, comme elle avait donné celle des 29 traîneaux du 26 janvier (GPB 16 et 9 fév. 1775).

7 Voir Ph. Hamon, op. cit., pour la description en général, naturaliste-réaliste en particulier ; et D. Reynaud pour la description d’histoire naturelle, par exemple “Pour une théorie de la description au 18e siècle”, Dix-huitième siècle, no 22, 1990.

8 Cérémonie du rétablissement du Parlement de Toulouse, GA 7 avril ; cérémonie de la réception au Parlement du Duc de Cossé, nouveau Gouverneur et Lieutenant général de la ville de Paris, GA 17 mars.

9 Si "la cour a donné une course", elle se la donne à elle-même puisqu’elle est aussi l’assistance (GU 10 fév.). La cour est destinatrice et destinataire d’un spectacle dont elle entend pourtant en effet implicitement que le peuple soit spectateur : la gazette relaie le système de représentation de la "société de Cour".

10 Ainsi en Pologne, au moment où la délégation veut en finir avec toutes les sales "affaires", le CBR commente : "La scène de misère et d’horreurs dont nous avons été les acteurs ou les spectateurs depuis huit ans, étant sur le point de finir, ce serait aujourd’hui le cas de retracer sous un seul point de vue les avantages que la plupart de nos grands et gens en place ont su retirer des calamités publiques : Mais cette énumération nous mènerait trop loin et l’on s’en rapporte à cet égard à la mémoire des lecteurs." (CBR 5 avril).

11 C. Labrosse et P. Rétat, "Le texte de la gazette", XIX.

12 CBR 18 fév. : "De Manheim — L’électeur est revenu ici, le 4, en parfaite santé, de son voyage d’Italie, après trois mois d’absence" ; la GC suit le retour, par Düsseldorf, Ebersfeld, Solingen, Barmen, Ravenstein, Aix-la-Chapelle, pendant février et mars, du Prince Electeur.

13 Du Deffand à H. Walpole, samedi 28 janvier 1775.

14 La fête qu’il y aura aujourd’hui, que Monsieur donne à la Reine, à la grande écurie : elle doit être superbe. Je compte qu’on en imprimera la description, ce qui épargnera la peine de la raconter : tout cela méritait la curiosité." (à Walpole, le 27 février). De toutes les gazettes que nous avons lues, seuls la GDP (6 mars) et le CBR décrivent cette fête (abondamment, et par deux fois, dans les livraisons du 11 et 18 mars du CBR).

15 Certains journaux portent en effet un jugement sur la fête. Le Comte Branicki donne une fête à la Princesse Csartorinska : "cette fête a eu lieu, elle a été magnifique ; les personnes du plus haut rang, les Ministres étrangers, la principale Noblesse y ont été invités ; on remarque qu’on se réjouit en Pologne comme ailleurs ; on se console, par des fêtes, des malheurs publics ; on chante, on danse, on ne songe point à des pertes qu'on ne peut empêcher." (GDP 12 jan. 1775).

16 Voir par exemple le récit de l’exécution de Pougatchev, GDP 2 mars.

17 C. Labrosse et P. Rétat, art. cit.

18 Voir lettre à Mme du Deffand citée dans l'Introduction.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search