Version classiqueVersion mobile

Éducation, prédication et cultures au Moyen Âge

 | 
Marie-Anne Polo de Beaulieu

Introduction

Jean Gobi le Jeune, un itinéraire

Texte intégral

Eléments biographiques

1On ne connaît ni la date de naissance ni celle de mort de Jean Gobi le Jeune, surnommé ainsi pour le différencier de son parent, peut-être son oncle, Jean Gobi l’Ancien, qui joua un rôle important dans l’ordre dominicain et pour lequel la documentation est plus abondante.

Jean Gobi l’Ancien1

  • 1 Sur Jean Gobi l’Ancien, voir : J. H. Albanès, « Le couvent royal de Saint-Maximin », dans Bulletin (...)
  • 2 J. Sclafer, texte latin édité « Iohannes Gobi senior OP Liber miraculorum Mariae Magdalenae », dan (...)

2Né à Alès à une date inconnue, il progressa dans la hiérarchie de l’ordre au sein duquel il occupa la fonction de sous-lecteur du couvent de Marvejols en 1281, puis de celui d’Alès en 1285. Il entreprit ensuite des études au studium generale à Paris entre 1291 et 1293. Il enseigna ensuite la théologie au couvent de Béziers et devint prédicateur général en 1300, puis prieur du couvent d’Avignon en 1301-1302. Lors de son priorat au couvent de Montpellier (1302-1304), Jean Gobi l’Ancien eut à affronter le conflit particulièrement violent qui opposa le pape Boniface VIII au roi Philippe le Bel. Les envoyés du roi convoquèrent les 28 et 29 Juillet 1303 un chapitre, où la majorité des frères (trente sur trente-quatre) refusa, à l’instigation de leur prieur, de signer un appel du roi contre le pape Boniface VIII. De ce fait, Jean Gobi l’Ancien et ses frères furent expulsés de France. Ils fuirent en Provence, à Saint-Maximin. Après le rétablissement de la paix entre Benoît XI (1303-1304) et Philippe le Bel, les frères purent rentrer en Languedoc. Jean Gobi le Jeune resta à Saint-Maximin comme prieur du couvent issu d’une fondation royale et placé au cœur du pèlerinage à Marie Madeleine. Il y composa un Livre des miracles de Marie Madeleine, qui recensait quatre-vingt-cinq miracles survenus entre 1279 et 1313, classés par catégories d’infirmités, ce qui constitue une nouveauté2. Ce prieur, extrêmement actif, fit avancer rapidement les travaux du couvent et de l’église, de sorte que dès 1315 les messes purent y être célébrées régulièrement. Il resta prieur de ce couvent jusqu’à sa mort, survenue en 1328.

Jean Gobi le Jeune3

  • 3 Histoire littéraire de la France, 35 (1921), p. 534-556. – Th. Kaeppeli, Scriptores Ordinis Praedi (...)
  • 4 M. A. Polo de Beaulieu, Jean Gobi : Dialogue avec un fantôme, Paris, Les Belles Lettres, coll. La (...)

3En revanche, seules quelques rares mentions permettent de situer Jean Gobi le Jeune, à quelques moments clés de sa vie. C’est en tant que prieur du couvent d’Alès qu’il serait intervenu durant l’hiver 1323 ou 1324 dans un curieux dialogue avec un revenant, Gui de Corvo, ancien bourgeois d’Alès. Il conjura ce revenant et réussit à le faire parler durant deux nuits sur le jugement individuel qui suit la mort, le purgatoire et les suffrages. Il organisa si bien les suffrages en sa faveur que le revenant cessa de hanter la maison de sa veuve terrorisée. Jean Gobi le Jeune avait demandé à un notaire d’Alès, Pierre Bruguière, de prendre en note ce dialogue, qui connut une très large diffusion par le réseau des couvents dominicains et par le biais de la curie pontificale installée en Avignon dès 1309. Le texte de Jean Gobi s’apparente à un procès-verbal et c’est ainsi que nous le désignerons par la suite. Il a été plusieurs fois recopié et accompagné de lettres le commentant et ajoutant de nouvelles révélations sur ce fantôme peu ordinaire4.

  • 5 Le couvent royal de Saint-Maximin, dans Mémoire Dominicaine, 8 (1996), spécialement M. A. Polo de (...)

4Divers actes citent Jean Gobi le Jeune comme lecteur du couvent dominicain de Saint-Maximin, sous le priorat de son oncle Jean Gobi l’Ancien (1304-1328), plus précisément dans les années 1327-13305. C’est à cette époque qu’il composa une vaste compilation d’exempla, intitulée l’Echelle du ciel (Scala coeli). Les quelque mille exempla collectés à des sources très variées, sont répartis dans 122 rubriques classées dans l’ordre alphabétique de Abstinence à Usure. Puis, nous n’avons plus de trace de Jean Gobi le Jeune. Quétif et Echard placent sa mort en 1350, sans fournir de document à l’appui de cette date, qui correspond aux ravages de la Peste noire arrivée dans le Sud de la France dès 1348.

5Nous tâcherons de combler les lacunes de la biographie de Jean Gobi le Jeune en recoupant des indices contenus dans son œuvre.

La formation d’un dominicain au début du XIVe siècle

  • 6 C. Douais, Essai sur l’organisation des Études dans l’ordre des Frères Prêcheurs (1216-1342), Pari (...)

6D’après ce que nous savons de l’organisation des études dans l’ordre des frères prêcheurs, il semble impossible de penser que le modeste couvent d’Alès ait pu suffire à assurer la formation6 d’un futur prieur, puis lecteur. Il semble raisonnable de conjecturer que Jean Gobi soit passé par un studium generale, peut-être celui de Montpellier, plus proche que ceux de Toulouse et Paris. Cette hypothèse est d’autant probable que l’oncle de Jean Gobi fut prieur du couvent de Montpellier de 1302 à 1304. Ce couvent, fondé en 1220 sur les lieux d’où partit la prédication de saint Dominique en Languedoc en 1206, est l’un des plus anciens de la province après ceux de Toulouse (fondé en 1215) et de Limoges (1219). Il est aussi le plus important en taille : il comptait environ 120 religieux à la fin du XIIIe siècle (Toulouse et Bordeaux : 100). Il se dote d’un studium generale en 1239, comme les autres Ordres Mendiants présents dans cette ville. En 1306, le couvent compte pas moins de six sous-lecteurs. De 1239 à 1306, neuf chapitres provinciaux et neuf chapitres généraux s’y déroulent, preuves de son dynamisme.

  • 7 Cl. Amado, G. Fabre, Th. Lochard, Montpellier : la ville médiévale, Paris, 1992.
  • 8 La papauté d’Avignon et le Languedoc (1316-1342), Cahiers de Fanjeaux, 26 (1991) Toulouse, Privat.
  • 9 Franciscains d’Oc. Les Spirituels 1280-1324, Cahiers de Fanjeaux, 10 (1975), Toulouse, Privat.
  • 10 A Boureau et alii (s. d.), Pierre de Jean Olivi, 1298-1998, Colloque internat, de Narbonne, 11-15 (...)

7Bien que récente, la ville de Montpellier7 connut un développement rapide lié à une croissance urbaine qui fit passer la population de 5 000 ou 6 000 habitants vers 1180 à 35 000 en 1328. Ce formidable essor s’explique par la position de Montpellier sur le Cami Reumieu des pèlerins de Saint Jacques de Compostelle et sur des axes commerciaux empruntés par les marchands italiens. La ville était animée par des écoles de médecine et de droit très réputées dès le XIIIe siècle, et par l’implantation de communautés juives très actives. A partir de 1309, la proximité de la cour pontificale d’Avignon8 stimula les études de l’école de droit, devenue université depuis 1289. La fin du XIIIe siècle et le début du XIVe siècle furent également marqués par la querelle des Spirituels9, qui bouleversa les couvents des Mineurs de Montpellier. Rappelons d’ailleurs que deux grands représentants du mouvement spirituel vécurent à Montpellier : Pierre de Jean Olivi10, nommé en 1289 à la chaire de théologie du Studium Generale de Montpellier, qui se retira ensuite à Narbonne où il mourut en 1298, et Bernard Délicieux, également membre du couvent franciscain de Montpellier. Il dénonça en 1300 l’Inquisition, fut arrêté sur ordre de Jean XXII en 1318, et condamné à la prison à perpétuité jusqu’à sa mort, survenue en 1320. A l’époque où Jean Gobi a pu fréquenter cette ville, un retournement de conjoncture s’amorçait, aggravé par l’expulsion des Juifs en 1306. En 1332 une terrible famine sévit à Montpellier.

8On peut donc imaginer que Jean Gobi le Jeune a fréquenté le studium generale de Montpellier avant de devenir prieur du couvent d’Alès, à une date inconnue.

9Après avoir tenté de restituer le milieu intellectuel dans lequel a évolué le jeune Gobi, tentons d’entrevoir sa culture, à travers l’analyse des sources de ses deux œuvres : le procès verbal du Dialogue avec l’esprit de Gui et l’Echelle du ciel.

La culture d’un dominicain au début du XIVe siècle

Les sources du Dialogue de Gui

  • 11 Peter von Moos, « Le dialogue latin au Moyen Âge : l’exemple d’Evrard d’Ypres », dans Annales E.S. (...)
  • 12 J. Le Goff, La naissance du Purgatoire, Paris, 1981, p. 358-372, voir aussi p. 344 et 379.

10Le Dialogue de Gui s’inscrit dans une vaste tradition littéraire et didactique, mais ressemble également à un type d’exercice scolaire (la chria) qui consiste à mettre en forme dialoguée des traités théoriques11. La seule source explicitement citée par Jean Gobi le Jeune est le IVe livre des Dialogues de Grégoire le Grand, composés vers 593-594, livre essentiellement consacré à l’au-delà et aux récits d’apparitions de revenants. Il est évoqué à propos de la corporéité du feu purgatoire et de l’esprit qui souffre de cette peine du feu. Jean Gobi semble s’être également inspiré du Supplementum, à la Somme de Thomas d’Aquin restée inachevée, rédigé par ses disciples réunis autour de Reginald de Piperno. Le Supplementum se présente sous la forme d’un dialogue fictif, dont les éléments sont empruntés pour l’essentiel au Scriptum de Thomas d’Aquin, et sont agencés en une série de questions auxquelles répond le maître Thomas d’Aquin12. Les questions 69 à 74 du Supplementum portent sur le purgatoire et il semble que leur thématique fasse écho à certaines questions du dialogue de Gui de Corvo. Les questions du Supplementum sur la demeure des âmes après la mort, sur le purgatoire et sur les suffrages recoupent celles posées par le prieur à l’esprit. Sans prétendre que ce dialogue savant fut le modèle de Jean Gobi, il nous semble que celui-ci a fourni une matrice qui a informé partiellement le Dialogue de Gui. Rappelons que la Somme de Thomas (et donc le Supplementum) devait être présente dans toutes les bibliothèques des couvents dominicains. De plus, le chapitre général de Sarragosse avait ordonné en 1309 à tous les lecteurs de suivre un enseignement sur saint Thomas d’Aquin et leur avait interdit de vendre, même en cas de nécessité, leur bible et les ouvrages de Thomas d’Aquin.

  • 13 Traduction française du Livre III par Annie Duchesne, Le Livre des merveilles, Paris, Les Belles L (...)

11Jean Gobi a peut-être connu le dialogue avec un revenant contenu dans les Otia imperialia composés vers 1211 par Gervais de Tilbury13, alors juge supérieur du comte de Provence à Arles et maréchal du royaume d’Arles au nom de l’empereur Otton IV. Le Livre III comporte un chapitre « le revenant de Beaucaire » qui présente quelques points de ressemblance avec le revenant d’Alès. Jean Gobi a pu avoir accès à ce texte répandu dans le Sud de la France par quatre manuscrits des XIIIe et XIVe siècles. En juillet 1211, un jeune homme blessé à mort dans une embuscade apparaît quelques jours après sa mort à sa jeune cousine âgée de onze ans, et ensuite régulièrement à des heures fixées durant la journée. Seule cette jeune fille voit et entend le revenant, elle se charge de lui transmettre les questions que les voisins, le prieur de Tarascon, l’évêque d’Orange font poser au revenant et transmet les réponses. Le prieur demande au revenant où il est, ce qu’il fait, quel compagnon l’amène, quelle est la plus grande aide pour les morts, s’il voit Dieu, la Vierge, les saints, les bons et les méchants. Questions identiques à celles de Jean Gobi, comme celles que posent d’autres personnes : après la mort va-t-on directement au purgatoire ? Où se trouve la Géhenne ? Par quelle permission ce jeune homme défunt apparaît-il à sa cousine ? Combien de temps durera ce dialogue ? Les saints sont-ils en pleine gloire ? Quelles âmes du purgatoire profitent des messes particulières et des messes générales ?

  • 14 On trouvera une comparaison des deux dialogues dans M. A. Polo de Beaulieu, « De Beaucaire à Alès, (...)

12Cependant, des différences importantes avec le dialogue de Gui de Corvo sont à noter : seule la jeune fille peut communiquer avec le revenant, la géographie de l’au-delà est plus floue : le purgatoire est situé dans les airs, un ange gardien dicte au mort les réponses qu’il doit fournir. Plus tardif d’un siècle environ, le dialogue de Gui apparaît beaucoup plus structuré et révèle un état de la question plus élaboré et encadré par la hiérarchie ecclésiastique14.

13Deux autres documents plus proches de la liturgie ont pu contribuer à modeler le dialogue de Gui : les livrets d’exorcisme et le Rational de Durand de Mende. Le Rational ou Manuel des divins Offices de Durand de Mende, fut composé vers 1295, il offre des ressemblances avec les questions 15 et 16 consacrées à l’exégèse symbolique de l’office des défunts. Les manuels d’exorcisme donnent également les formules de conjuration et les questions à poser aux esprits, mais nous n’avons pas encore repéré lequel a été précisément utilisé par Jean Gobi le Jeune.

Les sources de l’Echelle du Ciel

14Dansl’Echelle du Ciel, œuvre de compilation, les sources sont beaucoup plus variées. Son prologue livre la liste des sources utilisées par Jean Gobi :

  • 15 [...] omis par le ms de Vienne 13538, complété d’après le ms Bruxelles, Bibl. roy., 3651-53.

« Afin que les lecteurs ne méprisent pas ces écrits, je présente les livres dans lesquels j’ai choisi des extraits selon ce qui m’était donné par Dieu : dans les Vies des Pères de Jérôme, les Dialogues de Grégoire le Grand, les Fleurs des saints de Jacques de [Voragine, les Histoires scolastiques, le Spéculum exemplorum de15] Jacques de Vitry, la glose de Jérôme sur la Bible, la Somme de frère Vincent, le grand Livre des dons du Saint-Esprit, le Grand livre marial, le Livre de la vie et de la perfection des Frères Prêcheurs, l’Alphabet des récits. J’ai parfois ajouté, en les adaptant aux coutumes ou en les reprenant littéralement, des choses que je n’ai pas trouvées dans des livres mais que j’ai entendues dans les sermons des autres. »

15Jean Gobi cite des auteurs essentiellement dominicains : Vincent de Beauvais, Etienne de Bourbon, Géraud de Frachet et Arnold de Liège, auteurs de traités sous forme d’encyclopédie (Vincent de Beauvais), de florilèges hagiographiques (Jacques de Voragine) ou de recueils d’exempla (Les Dons du Saint Esprit d’Etienne de Bourbon et l’Alphabet des récits d’Arnold de Liège). Il cite par ailleurs les ancêtres des premiers recueils d’exempla : les Dialogues de Grégoire le Grand (déjà utilisé dans le Dialogue avec Gui) et les Vies des Pères du Désert. Il attribue à Jacques de Vitry un recueil d’exempla, alors que celui-ci n’a composé que des recueils de sermons farcis d’exempla hauts en couleurs. Jean Gobi cite enfin la glose de Jérôme sur la Bible et l’Histoire scolastique de Pierre le Mangeur, deux ouvrages fondamentaux pour les études en théologie.

16En réalité, la palette des sources citées au fil des exempla est beaucoup plus diversifiée, elle se répartissent ainsi :

  • Antiquité païenne : Esope, Macrobe, Hermès Trismegiste, Ovide, Sénèque, Suétone, Valère Maxime, Gestes du philosophe Second, la Lettre d’Adrien, l’Histoire Troyenne.
  • Antiquité sacrée : Saint Augustin (La Cité de Dieu), Cassien (Collations des Pères), Cassiodore (Histoire tripartite), Eusèbe de Césarée (Histoire ecclésiastique), Fulgence, Grégoire le Grand (Dialogues), Grégoire de Naziance, Héraclide, Jérôme, Flavius Josèphe, Justin, Rufin.
  • Moyen Âge : Jean Damascène, Grégoire de Tours, Bède le Vénérable, Pierre Damien, saint Anselme, Pierre Alphonse (Disciplina clericalis), Pseudo-Turpin (Histoire de Charlemagne), Histoire d’Antioche, Sigebert de Gembloux, Guillaume de Malmesbury, Hugues de Saint-Victor, Pierre le Mangeur, Hélinand de Froidmont, Césaire de Heisterbach, les Gestes du comte de Montfort, les Gestes des souverains pontifes, Humbert de Romans, Jacques de Vitry, Jacques de Voragine, Géraud de Frachet, Vincent de Beauvais, Etienne de Bourbon, Arnold de liège, Guillaume Peyrault, Grand livre marial, Miracles de la Vierge, Vies de saints, Pseudo-Calixte, Pierre de Cluny et Hugues de Cluny.

17Cependant, plusieurs études particulières nous ont convaincu que Jean Gobi cite souvent la source originelle, alors qu’il utilise une compilation intermédiaire dont le titre est omis. C’est ainsi que dans la rubrique consacrée à la guerre, trois exempla se suivent qui sont successivement attribués à Suétone (no 143) et à Hélinand de Froidmont (no 144, 145), alors qu’ils proviennent à l’évidence de l’Alphabet des récits d’Arnold de Liège (no 103, 104 et 105).

  • 16 Bernard Gui, dans sa Chronique citée par Faillon t. II col. 781. Le couvent était aussi réputé pou (...)
  • 17 Lettre de Peiresc à Borilli du 10 septembre 1631 signalant que les livres du roi René ont été vend (...)

18L’on sait par divers témoignages que la bibliothèque du couvent de Saint-Maximin était fort réputée16, mais le seul inventaire conservé date de 1508. Les locaux de la bibliothèque ont été achevés dès 1318, ont reçu le fonds de Louis d’Anjou en 1298, puis ont été enrichis par 136 volumes offerts par le roi René (1434-1480). Quelques mentions éparses permettent de repérer le fonds dont a pu peut-être disposer Jean Gobi le Jeune : le Livre des propriétés des choses de Barthélemy l’Anglais, le Mammotrectus de Hugues de Saint-Victor et sans doute « des vieux psautiers, des livres d’heures et des vieux romans fort communs »17.

19Il est à noter que dès son prologue le dominicain prend soin de signaler qu’il ne négligea pas les sources orales (« J’ai parfois ajouté, en les adaptant aux coutumes ou en les reprenant littéralement, des choses que je n’ai pas trouvées dans des livres, mais que j’ai entendues dans les sermons des autres. »). Celles-ci sont annoncées par des formules diverses : « J’ai entendu d’un certain prédicateur digne de foi » (no 249), « J’ai entendu d’un homme saint dans sa prédication » (no 300), « J’ai entendu un saint homme raconter telle fable lors d’une visite de consolation » (no294). Elles sont fort peu nombreuses en regard des sources écrites et des exempla dépourvus de la mention de source (un quart de l’ensemble !). Elles attestent cependant d’une culture intermédiaire qui, tout en privilégiant l’écrit, demeure ouverte à l’oralité. Les quelques expressions en ancien provençal qui émaillent le recueil militent en faveur de cette ouverture sur le monde, hors du couvent.

Un Dominicain entre couvent et société civile

Les Dominicains et la ville : une relation privilégiée

20La biographie esquissée de Jean Gobi le Jeune s’inscrit dans le cadre de la Province dominicaine de Provence Seconde autour de deux pôles : Alès et Saint-Maximin.

21Cette province est définie en 1303 au chapitre général de Besançon, de manière à scinder la trop vaste province de Provence qui s’étendait de l’Atlantique aux Alpes. Désormais la province de Toulouse se tourne vers l’Atlantique, tandis que celle de la Provence Seconde se tourne vers la Méditerranée. Chacune comporte alors environ une cinquantaine de couvents.

22L’ordre fondé par saint Dominique en 1209 a donc connu un grand essor au XIIIe siècle. Ce mouvement de fondation s’apaise au XIVe siècle, quand tous les points stratégiques ont été occupés. Ce XIVe siècle est le siècle de l’insertion en profondeur des Ordres Mendiants dans les villes. Cette intégration ne se fait pas sans crise ni affrontement avec le clergé séculier à propos de la prédication, de la confession et du droit de sépulture. Mais la papauté appuya de tout son poids l’installation des Ordres Mendiants. Les frères prêcheurs choisirent plutôt les villes importantes pour y fonder des couvents de taille conséquente, tandis que les Mineurs optèrent plus souvent pour des établissements plus réduits et dispersés dans des petites villes ou bourgades. La familiarité de Jean Gobi le Jeune avec le monde des villes est indéniable, comme en témoigne la mise en scène de la ville d’Alès dans le procès verbal du dialogue avec le revenant Gui.

La mise en scène de la ville d’Alès dans le Dialogue de Gui

  • 18 A. Bardon, Histoire de la ville d’Alais, Nîmes, Clavel et Chastenier, 1894, 2 tomes.

23Alès18 est le berceau de la famille Gobi. Cette petite ville récente (début XIIe siècle) est située près d’Anduze au pied des Cévennes sur la Voie Regordane qui reliait Nîmes à l’Auvergne. En ce début du XIVe siècle, Alès connaît un essor économique fondé sur l’exploitation du charbon (depuis 1240) et diverses activités artisanales et commerciales (foires). Elle devait faire preuve d’un certain dynamisme culturel, puisque l’on y signale depuis le XIIIe siècle des troubadours et une école de droit. Sa vie politique est quelques peu troublée par des réaménagements dans les règles d’élection des consuls et de leurs conseillers ; la charte communale de 1200 est complétée par différents arbitrages survenus à la suite de divers conflits. Elle comportait deux couvents Mendiants : des Mineurs, fondé en 1241, et des Prêcheurs en 1251, ainsi que deux couvents de femmes : des Cisterciennes, fondé en 1254, et le couvent de sainte Ursule (voir carte).

  • 19 Des relations étroites entre consuls et Frères Prêcheurs ont été mises en évidence pour la ville d (...)

24La ville apparaît en filigrane dans les déambulations de la veuve entre sa maison hantée et le couvent des Dominicains. Nous n’avons pas de précision sur la localisation de l’habitation de Gui de Corvo si tant est qu’elle ait existé. Le nom même de Gui de Corvo, n’apparaît pas dans les listes d’habitants ayant prêté hommage au seigneur Raymond Pelet en 1291, ni dans les listes de consuls et de bonnes familles dressées par A. Bardon. En revanche, le couvent des Dominicains est bien localisé, sur la rive droite du Gardon, reliée à la ville (place du marché) par un pont de pierre (le pont des Prêcheurs) dès 1258. La veuve de Gui de Corvo avait cependant le choix entre plusieurs couvents. Elle a sans doute préféré s’adresser au prieur des Dominicains car natif de la ville et issu d’une famille qui avait donné plusieurs consuls19. De plus, il semble avoir été bien connu de feu son époux ; peut-être était-il son confesseur ? En effet, au cours du dialogue, Jean Gobi demande à l’esprit s’il le connaît ; il répond oui ; et quand il lui demande de l’identifier, l’esprit répond : « Li priour », seule expression en langue vernaculaire de tout le texte. Au début du procès-verbal, c’est une bonne partie de la société alésienne qui défile à titre de témoins.

  • 20 Une des lettres accompagnant le procès-verbal du Dialogue de Gui est cachetée par le sceau des con (...)
  • 21 Alès en 1323-24 est gouvernée par deux co-seigneurs et un consulat. Les deux co-seigneurs sont Ray (...)

25Autour de Jean Gobi et de la veuve se tiennent des témoins directs habitants d’Alès, dont certains ont pu être identifiés. Le notaire Pierre Bruguière est mentionné dans un acte de vente de 1327 et en tant que consul en 1328. C’est lui qui enseigne à la veuve la formule destinée à interpeller le fantôme de feu son mari, puis qui prend en notes l’interrogatoire du revenant. Cette place majeure accordée au notaire local nous rappelle l’importance du notariat dans les pays de langue d’Oc au Moyen Âge. Le notaire est associé aux personnages les plus importants de la cité qui entourent Jean Gobi : les consuls20, le seigneur et un membre de la famille Cadoine. Cette famille est l’une des plus anciennes et des plus fameuses familles nobles du Gévaudan, elle est vassale de l’évêque de Mende. La filiation prouvée remonte à Guillaume Cadoine attesté en 1279, qui épousa Béatrix des Barres en 1290, et dont ils eurent Guillaume Cadoine, peut être celui qui est cité ici (G. Cadoine). Le seigneur d’Alès est sans doute Raymond Pelet, co-seigneur d’Alès (f 1341)21. Sont encore cités, d’autres personnages : des laïcs (P. Navarre, appelé « prieur du castrum », et G. de Pugillano Durant) et des religieux (Jean Bonafous, lecteur en philosophie, Déodat Durand, Guillaume Raoul de Millau, Jean d’Agout et Raymond Cabasse, second lecteur en philosophie). Ces derniers appartiennent à la catégorie des clercs « obscurs », qui n’ont laissé ni écrits, ni preuve de sainteté, qui de ce fait n’apparaissent pas dans la documentation (souvent lacunaire, il est vrai, pour cette période).

26Il faut ajouter à cette liste les cent laïcs, choisis parmi les « meilleurs de la ville » et destinés à assurer la surveillance de la maison hantée et des demeures voisines. Ils se précipitent pour voir ou du moins entendre quelque chose dès que le dialogue s’instaure. Dans les lettres accompagnant le procès-verbal le nombre de témoins a tendance à gonfler de façon extraordinaire : il passe à 5000, puis devient innombrable dans une autre lettre signalant une seconde enquête réclamée par le pape Jean XXII lui-même. La ville d’Alès comptait environ 3000 habitants d’après l’estime de 1393 ; elle avait baissé dans la seconde moitié du XIVe siècle marqué par la peste noire et les débuts de la guerre de Cent Ans. Le chiffre de 5000 est donc plutôt symbolique, synonyme d’un grand nombre. Cette seconde enquête aurait été confiée au seigneur d’Alès, aux consuls déjà impliqués dans la première, mais aussi au juge du roi de France, un certain Jean, docteur en droit, difficile à identifier.

  • 22 M. Foumié, « Les prêtres du purgatoire (XIVe-XVe siècle) », dans Etudes rurales, 105-106 (1987), p (...)

27Le paysage urbain est esquissé par les mentions de castrum, de maisons, du couvent des Frères Prêcheurs et du prieuré de Saint-Germain-de-Montaigu qui domine les faubourgs de la ville et dont les cloches se font entendre dans la chambre hantée par l’esprit. Localement, ce texte semble avoir bouleversé la société alésienne, tout en s’inscrivant dans un « horizon d’attente » qui intégrait des questions concernant le devenir des « âmes séparées ». Le culte des âmes du purgatoire semblait déjà profondément ancré à Alès, comme le suggère le testament d’un médecin qui fait en 1341 un legs, entre autres, au « bassin (de quête) des âmes du purgatoire »22.

28Dans une deuxième partie de sa vie, Jean Gobi a vécu dans une ville radicalement différente : Saint-Maximin.

Saint-Maximin, fondation royale et centre de pèlerinage

29L’importance de la documentation et l’originalité de cette fondation font apparaître une ville dominée par un couvent dominicain hors du commun. Il déroge en effet à trois règles fondamentales des fondations dominicaines : implantation dans une ville assez importante pour vivre de mendicité, pauvreté et mendicité, austérité architecturale. En effet, à l’origine, bien que placée sur une voie de communication importante Est-Ouest entre Italie et Languedoc, la ville de Saint-Maximin n’est qu’une petite bourgade. Citée au XIe siècle comme une villa entourée de murs et de tours dans une plaine qu’il faut assécher, elle prend quelque importance au XIIe siècle et devient ville royale du comte Raymond Béranger. Mais elle ne compte encore que 320 feux à la fin du XIIIe siècle, en 1295. Cette petite ville avait été dotée précocement d’une abbaye, filiale de Saint-Victor de Marseille, qui avait adopté la règle de saint Benoît en 1079. Le sort de cette paisible bourgade est bouleversé par l’invention des reliques de Marie Madeleine le 3 décembre 1279, à l’instigation du fils de Charles Ier d’Anjou, le futur Charles II d’Anjou (1285-1309).

  • 23 V. Saxer, Le culte de Marie Madeleine en Occident des origines à la fin du Moyen Âge, Paris-Auxerr (...)
  • 24 Il est à noter que l’Echelle du Ciel est dédiée, entre autres, à saint Dominique et à sainte Marie (...)

30Jusqu’alors le culte de Marie Madeleine se concentrait sur trois centres religieux d’importance inégale : Vezelay le plus important où les reliques avaient été transférées depuis Saint-Maximin en 745, la Sainte-Baume, montagne isolée proche de Saint-Maximin où Marie Madeleine aurait passé les dernières années de sa vie et les Saintes Maries de la Mer (depuis 1200). L’invention des reliques de 1279 à l’intérieur du sarcophage de saint Sidoine dans la crypte de l’église de Saint-Maximin fut, selon l’expression de V. Saxer23, entourée de bien des mystères. Le fils de Charles Ier d’Anjou organisa le 5 Mai 1280 une exaltation solennelle des reliques. Le culte de Marie Madeleine se répandit rapidement en Provence, appuyé par Boniface VIII, qui accorda en 1295 l’indulgence à tous les pèlerins et autorisa l’installation de Dominicains auprès du tombeau de Marie Madeleine24.

  • 25 Fra Salimbene de Adam, Chronica, éd. Scalia, t. 2, p. 761-764. – traduit par O. Guyotjeannin, Sali (...)
  • 26 Saint-Maximin est le pendant provençal de l’église dédiée à sainte Marie Madeleine que Charles II (...)
  • 27 B. Montagnes, Architecture dominicaine de Provence, Paris, éd. du CNRS, 1978.
  • 28 C’est à Jean Gobi l’Ancien que l’on doit la construction des deux ailes Nord et Est avec la sacris (...)

31Quelques indices prouvent l’extension de ce culte : ce pèlerinage est imposé comme pénitence aux Albigeois convertis, plusieurs chapelles, églises et couvents du pays prennent le nom de Marie Madeleine. Le franciscain Salimbene rend compte dans sa chronique de l’essor du pèlerinage, qu’il a lui-même accompli25. A partir de 1295 les Victorins sont écartés de Saint-Maximin au profit des Dominicains, par la volonté de Charles II d’Anjou qui est l’instigateur principal de leur installation à Saint-Maximin avec l’appui renouvelé de Boniface VIII. Cette fondation est ratifiée ensuite par le chapitre provincial de Castres dont Bernard Gui était alors prieur. Son témoignage prouve que le chapitre a été mis devant le fait accompli. Elle enfreint en effet les principes de base de l’ordre de saint Dominique, dans la mesure où Saint-Maximin n’était pas une ville assez importante pour justifier une fondation et lui donner les moyens d’y faire subsister par l’aumône une communauté de frères assez conséquente. Ce problème est résolu par la dotation de la communauté en revenus royaux, « en raison de l’endroit et de la pauvreté de la terre », ce qui revient à abolir l’obligation de pauvreté et de mendicité. Dès le départ, le couvent est prévu pour 25 frères (alors que le minimum requis est 13) dans la perspective d’atteindre 100 religieux. Enfin, la volonté de Charles II d’Anjou d’offrir un magnifique sanctuaire au culte de Marie Madeleine le conduit à faire construire une église dont les caractéristiques architecturales n’ont plus rien à voir avec les normes d’austérité voulues par l’ordre26. La nef de Saint-Maximin est plus de deux fois plus longue (80 mètres) que celle des autres églises dominicaines du Sud-Est. L’architecture marie le gothique rayonnant de la face septentrionale aux particularités du gothique provençal. Pour implanter à l’intérieur de l’enceinte de la ville cet ensemble imposant de bâtiments, on dut détruire des maisons et percer deux rues afin de relier l’église aux voies de communication préexistantes, alors que dans les autres villes les couvents Dominicains se sont installés le plus souvent hors des enceintes sur des terrains ingrats et peu chers27. Grâce aux moyens mis en œuvre le couvent fut pratiquement achevé sous le priorat de Jean Gobi l’Ancien (1304-1328), et les travaux de l’église bien avancés28.

32C’est donc dans un cadre dominicain très particulier qu’a évolué Jean Gobi le Jeune : une abbaye comblée par les rois Angevins de Naples, mais totalement dépendante de leur bon vouloir. Le 6 avril 1321 le roi Robert le Sage (1309-1343) revendique le droit de contrôler le recrutement des frères et l’élection du prieur, qui est perpétuel, alors que c’était une prérogative du chapitre provincial annuel de mettre fin à la charge du prieur. Ce même roi Robert interdit de tenir à Saint-Maximin le chapitre provincial « sans notre autorisation spéciale ». De fait, aucun chapitre ne se tint à Saint-Maximin. Ce couvent devient rapidemeht, selon la volonté de son fondateur, « un centre de fidélité à la dynastie angevine » en Provence et joue un rôle politique non négligeable.

33La protection particulière accordée par la papauté aux Dominicains a également joué un rôle indéniable dans la carrière des deux Jean Gobi.

Relations étroites entre les Dominicains et la papauté

  • 29 C. Douais, Les Frères Prêcheurs en Gascogne, Paris, Auch, 1885, p. 391-392. – Th. Kaeppeli, Script (...)
  • 30 B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon (1309-1376). Etude d’une société, Paris, 1962, Bibl. (...)
  • 31 B. Guillemain, op. cit., p. 339, n. 386. – Th. Kaeppeli, Script. Ord. Pra éd., t. 2, 1975, p. 319.

34Le pape Jean XXII (1316-1334), ancien chancelier de Charles II d’Anjou en 1308, est directement impliqué dans l’enquête sur le revenant d’Alès, comme le prouve le dossier épistolaire qui accompagne le procès verbal. La rumeur a circulé dans la ville d’Alès, sa région, puis a gagné Avignon. A partir de ce véritable « écho sonore de la Chrétienté », des prélats de l’entourage pontifical ont envoyé dans leur pays le texte du procès verbal accompagné de lettres, donnant des précisions détaillées sur le dialogue, sa diffusion auprès du pape et des cardinaux. Bernard de Ribéra29 est l’auteur de deux lettres commentant abondament l’apparition de l’esprit de Gui. Il est alors hôte à la curie avignonnaise. Ce frère prêcheur fut lecteur en théologie (1296-97) à Rieux, puis à Bayonne (1305), ensuite prieur du couvent de Morlaix (1305 à 1307). Elu au priorat du couvent d’Agen, il y renonce (1309-1312), devient familier du cardinal Arnaud de Pellegrue à partir de 1312. L’une de ses lettres est destinée à l’évêque de Majorque, Gui Terrain (1322-1330), maître en théologie et général des Carmes (1313-1318), lui-même en relation avec le pape Jean XXII, à qui il fit des réponses sur la sorcellerie et à qui il dédia son De perfectione vitae. Bernard de Ribéra se recommande du cardinal Arnaud de Pellegrue, un gascon neveu du pape Clément V et promu par lui en 1305. Sous ce pontificat (1305-1314) il fut considéré comme le personnage le plus puissant de la cour ; mais à l’avènement de Jean XXII son rôle déclina30. Cette lettre donne des précisions inédites sur l’enquête confiée par le pape Jean XXII à Jacques de Concots31, encore un Dominicain († 1327), lecteur de plusieurs couvents du Midi, puis prédicateur général en 1315, enfin évêque d’Aix, pénitencier apostolique et certainement confesseur du pape.

  • 32 F. D. Logan, art. « Walter Reynolds », dans New Catholic Encyclopedia, 14 (1967), p. 791.

35Jean de Rosse, également auteur d’une lettre, est lui aussi un membre de l’entourage de Jean XXII : chanoine d’Hereford, puis évêque de Carlisle (jusqu’en 1333). Il est chapelain du pape et auditeur des causes au palais apostolique. Le destinataire appartient au haut clergé anglais proche de la couronne : Walter Reynolds32, évêque de Worcester et trésorier d’Angleterre, puis chancelier du roi (1307 à 1314) et enfin archevêque de Cantorbery à partir du 16 novembre 1327.

36C’est donc au plus haut niveau de la hiérarchie religieuse et séculière, par le réseau épiscopal, que le procès verbal est passé, via la curie pontificale d’Alès vers Majorque et l’Angleterre.

37De plus, la lecture en plein consistoire du procès verbal de Jean Gobi représente une formidable chaire pour faire connaître l’événement. En effet, lors des consistoires publics les cardinaux et les officiers honoraires entourent le pape et ne sont pas tenus au secret sur les débats qui y ont lieu. Il est utile de noter que sous Jean XXII la langue utilisée en consistoire était le latin, car le pape comprenait difficilement le français. Or, nous n’avons pas retrouvé de procès verbal traduit en langue vulgaire.

38Le couvent de Saint Maximin et les deux Jean Gobi ont bénéficié de la protection de la papauté de Rome, puis d’Avignon. Le prieur du couvent est un véritable prélat privilégié, en vertu d’une juridiction ordinaire directement tenue du pape, qui lui confère le pouvoir épiscopal d’excommunier et d’absoudre. Les prélats avignonnais entreprennent des fondations à Saint-Maximin comme le cardinal Gaillard de la Mote neveu de Clément V qui fonde en 1335 un anniversaire et une chapelle dédiée à la patronne de son titre cardinalice : sainte Lucie. De nombreux prélats font le pèlerinage de Saint-Maximin.

39Saint-Maximin est l’une des tribunes de la papauté : elle y fit afficher ses avis importants comme l’excommunication de Louis de Bavière par Jean XXII le 9 décembre 1324.

40Jean Gobi a donc évolué durant la composition de son Echelle du ciel dans un couvent très particulier, étroitement lié à la royauté angevine et à la papauté d’Avignon et placé au cœur du culte de Marie Madeleine, avec tout ce que le centre d’un pèlerinage peut comporter de faste, de piété et de mouvement de foule.

Les liens de Jean Gobi le Jeune avec la société civile de Saint-Maximin et Aix-en-Provence

41Malgré ce protectorat royal, le couvent de Saint-Maximin a entretenu des relations avec la société environnante. Le prieur est une sorte de lieutenant du roi : il est membre de droit du conseil de la ville de Saint Maximin, qui ne peut se tenir en son absence (13 octobre 1319). Le couvent de Saint-Maximin a dû, comme les autres, être mêlé concrètement à la vie de la cité par le voisinage des métiers les plus divers, les confréries, la rencontre des fidèles par la direction spirituelle, la prédication, la confession (souvent accompagnée de conseil) et l’arbitrage de conflits locaux publics ou privés.

42Le couvent a également noué des relations avec le siège de l’archevêché à Aix-en-Provence. C’est ainsi qu’en 1300, les fondements et les premiers murs du couvent sont bénis par l’archevêque d’Aix, Rostang de Noves. De plus, la dédicace de l’Echelle du ciel à Hugues de Collobrières, prévôt de la cathédrale d’Aix en Provence (1322-1330) :

43« A l’attention du vénérable et très cher père et seigneur Hugues de Collobrières, prévôt de l’église d’Aix [en Provence], frère Jean Gobi le Jeune de l’ordre des frères précheurs, votre humble fils se recommande à vous humblement et dévotement » témoigne de cette intégration profonde des Dominicains dans l’environnement social. Jean Gobi le Jeune s’était lié à la famille de Collobrières, il était héritier d’une de ses filles, Béatrix de Collobrières.

  • 33 Voir nos contributions sur la condamnation des soins de beauté par les prédicateurs, p. 139-153, e (...)
  • 34 Sur le fils ingrat, voir J. Berlioz, « L’homme au crapaud. Genèse d’un exemplum médiéval », dans T (...)
  • 35 En revanche, la vie rurale semble très stylisée, présentée au travers de topoï, surtout si Ton com (...)

44L’Echelle du Ciel regorge d’allusions à la vie sociale : excès des soins de beauté33, problèmes liés à la cohabitation de plusieurs générations dans une même demeure34, devoirs moraux liés aux statuts sociaux (usurier, chevalier, juge, marchand, etc.) ce qui confirme (au-delà des seuls stéréotypes) une véritable attention de Jean Gobi le Jeune à la société35 urbaine.

45Dans des perspectives différentes, les deux ouvrages de Jean Gobi le Jeune laissent clairement poindre l’affirmation d’un auteur.

L’affirmation d’un auteur

La direction du dialogue avec l’esprit de Gui

46Jean Gobi le Jeune évince rapidement la veuve qui est pourtant à l’origine de toute l’affaire du revenant d’Alès. Bien que ce soit par son truchement que se fait l’identification de l’esprit au début des apparitions, Jean Gobi semble se méfier d’elle et l’a fait entourer par des dames bien choisies. De sorte que le procès-verbal a été établi à la première personne du singulier, sous la responsabilité du prieur des Dominicains d’Alès.

47A la demande de la veuve, il est venu dans la maison de feu Gui (appelé parfois Guillaume) de Corvo en compagnie de religieux et de laïcs. Il s’est muni d’une hostie emportée à l’insu de tous. C’est la veuve qui pose sur son conseil la première question visant à identifier le revenant. Puis Jean Gobi fait une conjuration destinée à obliger l’esprit à rester et à répondre à ses questions. Jean Gobi se préoccupe de savoir si c’est un esprit bon ou mauvais, s’il sera sauvé et pourquoi il fait ici son purgatoire. Une nouvelle série de questions porte sur les suffrages, ces œuvres de piété accomplies par les vivants en faveur d’un défunt (messes, aumônes, legs pieux, prières particulières) et sur les châtiments du purgatoire. Puis, Jean Gobi risque une question-piège destinée à mesurer l’étendue des connaissances de l’esprit sur la vie ici-bas. Il lui demande à qui était dédiée sa messe du jour. Après cet examen, Jean Gobi offre à l’esprit toutes les indulgences qu’il avait acquises durant une année, ce qui le réconforte grandement. Il s’ensuit une série de questions sur le moment de la mort et du jugement personnel post mortem. Ainsi, Jean Gobi demande si les démons accourent vraiment autour des moribonds, si les diables croient en la Trinité, pourquoi les esprits fuient la lumière, si les péchés confessés sont comptés une nouvelle fois au moment de la mort.

48Le dominicain propose alors une seconde question-piège à l’esprit pour savoir s’il voit l’hostie cachée ; cette fois-ci l’esprit répond parfaitement. Jean Gobi en profite pour lui demander quelle action l’hostie peut avoir sur les démons. La suite de l’interrogatoire porte sur les modalités de l’apparition de l’esprit et sur ce qui aide le plus l’homme au moment de mourir. L’esprit répond avec une parfaite orthodoxie que ce sont les mérites de la Passion, de la Vierge et des saints. Puis le prieur tente de déplacer l’esprit en direction de la porte, mais un évanouissement de la veuve interrompt l’expérience sur laquelle s’achève cette première nuit d’interrogatoire.

49Celui-ci reprend la veille de l’Epiphanie selon les mêmes modalités d’identification et de conjuration. Puis Jean Gobi pose une série de questions portant sur la croyance en la virginité de Marie, sur l’efficacité des suffrages faits en faveur de Gui, sur son double purgatoire (commun et particulier), sur sa non-corporéité (a-t-il des mains, des oreilles ?). L’esprit disparaît brutalement lorsque le prieur lui demande combien de temps il doit rester dans le purgatoire commun. Au cours de ces deux nuits d’interrogatoire Jean Gobi est le seul personnage reconnu par le revenant, ce qui suppose éventuellement un lien antérieur entre Jean Gobi et Gui de Corvo et justifie son rôle de médiateur privilégié avec ce défunt si bavard.

50Selon d’autres modalités, mais avec autant de conviction, Jean Gobi le Jeune revendique la paternité de son recueil de récits exemplaires : l’Echelle du Ciel.

La signature de l’Echelle du Ciel

  • 36 Texte traduit à partir du ms Vienne 13538. En cela le prologue de Jean Gobi le Jeune constitue une (...)

51Le prologue de Jean Gobi est signé sans ambiguïté : la mention du nom complet (Johannes Gobi) et de l’appartenance à l’ordre des Frères Prêcheurs apparaissent dans le corps du texte (et non dans un incipit), après la dédicace au prévôt de la cathédrale d’Aix-en-Provence. Reconnaissons cependant que selon les manuscrits le nom Gobi disparaît ou fait l’objet de variations graphiques importantes : Geby, Ageby, Gebii. Le texte même du prologue est écrit à la première personne du singulier, comme le procès-verbal. Il est sans aucun doute le lieu de l’affirmation d’un auteur36 :

  • 37 [...] omis par le ms de Vienne 13538, complété d’après le ms Bruxelles, Bibl. roy. 3651-53.

« A l’attention du vénérable et très cher père et seigneur Hugues de Collobrières, prévôt de l’église d’Aix [en Provence], frère Jean Gobi le Jeune de l’ordre des frères prêcheurs, votre humble fils se recommande à vous humblement et dévotement.
Comme, en effet, révérend père, il nous est impossible d’appréhender la lumière divine si ce n’est sous le voile de la similitude et de l’image, comme saint Denis le montre dans le livre sur le hiérarchie angélique, ici-bas la faible intelligence de notre esprit n’est pas touchée par une lumière aussi parfaite, si elle ne la regarde pas par le biais des similitudes et des exempla. D’où, pour que le verbe unique né de Dieu élève vers le monde céleste ceux qui sont dans les ténèbres et l’ombre de la mort, il s’exprimera par des exempla et des paraboles, car ils émeuvent plus fortement et sont retenus avec plus d’intérêt et de façon plus durable, et élèvent le plus facilement l’esprit des soucis terrestres vers la vie éternelle, comme l’atteste Augustin. L’esprit semble s’attacher aux réalités célestes quand il est charmé par les récits et les exemples des saints ; c’est pourquoi à la gloire et en l’honneur de Dieu tout-puissant, de la très sainte Vierge sa mère, de saint Dominique, mon père, et de la très sainte Madeleine, j’ai composé cette Echelle du ciel, afin que grâce à elle, délaissant de temps en temps une préoccupation studieuse ou terrestre, nous gravissions ses degrés, pour contempler quelque autre réalité éternelle.
Le premier montant est la connaissance des réalités supérieures avec l’amour de celles-ci ; le second montant est la connaissance des réalités inférieures et passagères avec la honte de celles-ci. Par le premier montant les péchés sont extirpés et les vertus cultivées, par le second montant s’enracinent rapidement dans l’esprit toutes les actions célèbres accomplies depuis l’origine du monde jusqu’à nos jours, selon l’ordre chronologique et les sept états. Les degrés de cette échelle sont les divers thèmes qui sont assemblés dans l’ordre alphabétique.
Afin que les lecteurs ne méprisent pas ces écrits, je présente les livres dans lesquels j’ai choisi des extraits selon ce qui m’était donné par Dieu : dans les Vies des Pères de Jérôme, les Dialogues de Grégoire le Grand, les Fleurs des saints de Jacques de [Voragine, les Histoires scolastiques, le Spéculum exemplorum de]37 Jacques de Vitry, la glose de Jérôme sur la Bible, la Somme de frère Vincent, le Grand livre des dons du Saint-Esprit, le Grand livre marial, le Livre de la vie et de la perfection des Frères Prêcheurs, l’Alphabet des récits. J’ai parfois ajouté, en les adaptant aux coutumes ou en les reprenant littéralement, des choses que je n’ai pas trouvées dans des livres mais que j’ai entendues dans les sermons des autres.
Que votre bonté veuille bien considérer mon travail et cette courte compilation d’exempla. Et je vous supplie, ainsi que tout lecteur, de pardonner mon ignorance et de me faire participer aux biens spirituels, pour que je puisse atteindre le terme de la béatitude éternelle, là où nous contemplerons sans recours aux exempla mais dans une lumière resplendissante, la vérité infaillible. Les degrés de cette première partie de l’ouvrage sont les suivants :

52Suit la liste des rubriques.

53Il est indéniable que dans ce texte introductif Jean Gobi assume et revendique sa fonction de « compilateur » et le travail intellectuel qu’elle suppose. Les verbes mêmes employés revendiquent et décrivent le travail de la compilation : associer en un tout original des éléments empruntés à divers auteurs, un travail reposant sur le choix, l’extraction d’informations et la mise en relation de ces données. Jean Gobi désigne son ouvrage par les termes : « une brève collection de récits exemplaires (recollectionem exemplorum brevem) » ; cette qualification de brève visant à minorer l’ampleur de l’ouvrage (dont le nom technique est collection) est à replacer dans une véritable rhétorique de l’humilité à l’œuvre dans tous les prologues des recueils d’exempla. Ce qui n’empêche pas les auteurs de rappeler la dureté de ce travail, Jean Gobi Gobi ne manque pas de l’évoquer par ces mots : mes travaux (meos labores). L’étude des textes réunis, présentés voire réécrits par Jean Gobi fait apparaître des méthodes de travail ouvertes sur deux nouveautés relativement récentes (fin XIIIe siècle) : l’usage de l’ordre alphabétique et la moralisation des récits.

La mise en ordre des récits au service de la pastorale

  • 38 B. P. McGuire, « The Cistercians and the Rise of the Exemplum in early Thirteenth Century France : (...)
  • 39 J.-Cl. Schmitt, « Recueils d’exempla franciscains et perfectionnement des techniques intellectuell (...)
  • 40 Ajoutons que ces recueils sont en général accompagnés d’une table des matières extrêmement commode (...)

54Les premiers recueils de récits exemplaires ont suivi des plans thématiques comme les sept dons du Saint Esprit pour la vaste compilation d’Etienne de Bourbon († 1261). Puis une répartition des récits dans des rubriques thématiques est apparue, la plus ancienne est signalée dans un recueil cistercien des débuts du XIIIe siècle38. Ces rubriques recouvrent les champs traditionnels des vices et des vertus, des statuts sociaux (dans l’optique des sermons par statuts) et les clés d’un catéchisme de base. Ce sont les Franciscains anglais qui, les premiers, ont rangé ces rubriques dans l’ordre alphabétique, obéissant à l’impératif d’efficacité des outils de travail mis à la disposition des prédicateurs (comme dans les concordances bibliques et les recueils de distinctiones)39. Jean Gobi suit l’exemple de son confrère Arnold de Liège et son Alphabet des récits (composé vers 1297-1308), pour mettre en ordre le millier de récits réunis sous le titre d’Echelle du Ciel. La mise en ordre alphabétique y est combinée avec une mise en ordre numérique : les rubriques sont divisées en leçons numérotées et parfois au sein même d’un récit les arguments d’une démonstration sont eux-mêmes numérotés. L’intérêt de ce système est la rapidité du repérage du récit40 pertinent par rapport au thème d’un sermon, mais également sa mémorisation aisée.

55C’est ainsi que la rubrique « pèlerinage » est divisée en plusieurs parties, elles-mêmes divisées en sous-parties rythmées par des leçons numérotées :

I – Du pèlerinage : qualités requises (3 leçons)
Premièrement, il doit être sobre (un exemplum)
Deuxièmement il doit être fidèle [au vœu] (deux exempla)
Troisièmement il doit être humble (un exemplum)

II – Des bienfaits du pèlerinage (4 leçons)
Premièrement il nourrit (deux exempla)
Deuxièmement il libère de la mort (un exemplum)
Troisièmement il met en fuite les démons (un exemplum)
Quatrièmement il sauve (un exemplum).

56Jean Gobi le Jeune introduit dans son ouvrage une technique bien connue dans les textes romanesques, mais encore peu répandue dans ce genre particulier : l’exégèse allégorique du récit appelée plus simplement la moralisation.

Moralisation des récits et zèle pastoral

57Si Jean Gobi n’évoque pas cet aspect de son travail dans le prologue de l’Echelle du Ciel, il est néanmoins l’un des premiers à le mettre en pratique sur environ 16 % des exempla. La moralisation repose sur un transposition des éléments narratifs dans un autre registre : moral ou théologique. Ce type de mise en perspective du récit représente le point le plus abouti de l’encadrement de la narration par le projet pastoral. En règle générale, la moralisation est annoncée par l’adverbe « spirituellement », elle est aussi développée que le récit, mais il arrive parfois qu’elle prenne le pas sur la narration, lorsque le zèle pastoral emporte la plume de l’auteur, ce qui semble être arrivé dans la rubrique consacrée à la Passion du Christ :

58Exemplum no 817, rubrique De la Passion du Christ :

On lit dans le Livre des Sept Sages que Virgile fit placer sur une colonne un miroir très beau qui avait la propriété et l’avantage de révéler tout préparatif d’un royaume contre cette ville, ce qui permettait à ses citoyens de se protéger et de se préparer à la guerre ; de telle sorte que grâce à ce miroir ils échappaient toujours à leurs ennemis.
Spirituellement, Virgile est le Saint Esprit, qui érige une colonne dans la cité de la vie présente. Cette colonne est la croix du Christ. Sur cette colonne il place un miroir et ce miroir composé de verre et de plomb est le Christ béni, possédant le plomb de l’humanité et le verre de la divinité. Dans celui-ci se reflètent parfaitement toutes les attaques des péchés et les moyens de les vaincre pour notre sauvegarde et notre salut.
Car si nous contemplons sa tête couronnée d’épines enfoncées profondément, arrachant les cheveux et dénudant les chairs jusqu’aux os, alors nous voyons la désobéissance se révolter contre nous, péché qui ne peut être vaincu que par l’abdication de notre propre volonté.
Si nous contemplons à nouveau cette tête dans le miroir, nous y verrons l’inclinaison et nous y reconnaîtrons l’ingratitude préparant son attaque. En effet, cette tête nous supplie de nous convertir et nous la négligeons, elle nous appelle et nous nous détournons, elle nous recherche et nous fuyons.
Troisièmement, si nous contemplons dans ce miroir l’effusion de larmes [du Christ] pour les pêcheurs, cela nous conduira à la miséricorde et à la compassion pour ceux qui connaissent les tribulations, et nous verrons la malice préparer ses attaques contre nous.
Quatrièmement, si nous regardons dans ce miroir les oreilles qui reçurent des paroles moqueuses, de fausses accusations de crimes, des insultes et des reproches, et qui, avec une parfaite humilité et comme sourdes n’y prêtèrent pas attention, alors nous découvrirons que le péché d’orgueil prépare ses attaques contre nous.
Cinquièmement, si nous contemplons dans ce miroir la bouche qui, pleine de paroles clémentes, pria pour les boureaux, intercéda pour nous, et qui pour elle-même ne se plaignit pas et donna plus qu’on ne lui demandait, nous verrons le blasphème préparer ses attaques contre nous.
Sixièmement, si nous regardons dans ce miroir son abstinence, nous verrons que la gloutonnerie prépare une attaque contre nous.
Septièmement, si nous regardons sa nudité, nous verrons la vanité du monde préparer ses attaques contre nous.
Huitièmement, si nous contemplons les blessures de ses mains, nous verrons l’avarice préparer ses attaques contre nous.
Neuvièmement, si nous contemplons ses bras grand ouverts par une excessive charité, de même verrons-nous l’envie.
Dixièmement, si nous contemplons les blessures sur tout son corps, il apparaîtra que la luxure nous prépare des embuscades.
Onzièmement, si nous contemplons l’ouverture de son côté, nous découvrirons que la colère nous prépare des embuscades.
Douzièmement, si nous contemplons les clous sur ses pieds, nous verrons notre paresse.

  • 41 Voir la traduction d’un exemplum des Gesta Romanorum dans J. Berlioz et alii (s.d.), Formes médiév (...)

59Le récit du miroir de Virgile reçoit ici une interprétation pour le moins inattendue, surtout lorsque l’on compare le traitement de la même trame narrative dans la rubrique consacrée aux vices des femmes. Jean Gobi propose au simple fidèle (via la prédication), à partir de l’exégèse allégorique d’un récit bien connu, un véritable exercice spirituel fondé sur la contemplation ou la mémorisation du crucifix. Cette extension de pratiques monastiques au monde des laïcs est l’un des enjeux de la pastorale mendiante visant à faire intérioriser à la masse des auditeurs les grands mystères du dogme chrétien, dont le plus dramatique est la Passion du Christ. Dans ce cas précis, l’équilibre entre le récit et la moralisation a été rompu, celle-ci prolifère alors selon ses propres règles d’écriture et dépasse largement le cadre du récit initial. Cette veine reste minoritaire dans l’Echelle du Ciel, cantonnée à la rubrique consacrée à la Passion du Christ, elle deviendra une norme dans le recueil composé dans les années 1342 : les Gesta Romanorum41.

  • 42 Les recueils d’exempla diffusent sur un mode narratif les décrets du IVe concile de Latran (1215) (...)

60Les autres modalités de cette intériorisation est la diffusion de modèles hagiographiques choisis, une redondance des rubriques en relation avec la confession42 (contrition, confession, confesseur, pénitence, satisfaction) et le culte de la Vierge. Celle-ci est véritablement mise en vedette dans le recueil, qui lui est dédié (entre autres dédicataires) et qui lui consacre une très longue rubrique : 55 récits exemplaires, alors que la moyenne est de 8 récits par rubrique !

61Le projet pastoral de Jean Gobi le Jeune fait feu de tout bois et utilise toutes sortes de sources. Cependant certaines se révèlent moins malléables que d’autres, et imposent leur logique propre. Il semble que dans quelques cas le Dominicain ait perdu prise sur son matériau narratif et se soit laissé aller à une coupable fascination littéraire, pour le plus grand plaisir de ses lecteurs.

La fascination pour les romans et les contes

62L’Echelle du Ciel comporte un nombre non négligeable de contes et d’extrait sou résumés de romans, dont l’ampleur donne à penser qu’il ne s’agit pas d’un simple accident de parcours dans le projet pastoral d’un Dominicain du XIVe siècle, mais d’une composante de sa culture et de celle de son public.

  • 43 On trouvera une recension des contes et des fables de l’Echelle du Ciel ici-même p.103-118.

63Il serait fastidieux de donner ici une liste des fables, contes et romans intégrés à ce recueil d’exempla43. L’analyse de quelques exemples donnera un aperçu de la richesse du corpus.

Le Roman des Sept Sages de Rome

64Le résumé du Roman des Sept Sages de Rome par Jean Gobi (voir traduction p. 213-232) s’inscrit dans une rubrique résolument misogyne, consacrée aux vices exclusivement féminins. Après avoir aligné une série d’exempla dans la veine la plus traditionnelle, Jean Gobi clôt sa rubrique par ce texte extrêmement long qui déroge à deux règles fondamentales du genre : la brièveté et la leçon (morale ou théologique) explicite. Dans ce très long récit la moralisation est mise au service exclusif de l’intrigue, qui guide la succession des quinze récits. L’histoire du miroir de Virgile, est largement développée, tandis que sa moralisation ne vise qu’à introduire le récit suivant. Les derniers mots prononcés par un enfant sont bien loin de toute perspective chrétienne. Comment expliquer cette intrusion romanesque si ce n’est par un goût certain de l’auteur ?

65Ajoutons que les personnages féminins semblent favoriser chez Jean Gobi l’émergence de cette culture autre, ainsi les rubriques à la chasteté et à l’aumône mettent-elles en scène de véritables héroïnes de romans.

Les héroïnes féminines de l’Echelle du ciel

  • 44 Voir la traduction et le commentaire de cet exemplum qui s’apparente au conte-type 706, dans J. Be (...)

66La rubrique sur la chasteté ne comporte que deux héros masculins : Grégoire de Naziance (no°179) et un chrétien resté chaste malgré les tentations auxquelles le soumirent ses geôliers musulmans (no 187). Elle propose essentiellement une galerie de figures féminines plus séduisantes les unes que les autres dans leurs combats héroïques pour préserver leur chasteté. La première est la fille du comte de Poitou (no 180)44 qui n’est autre qu’une des figurations de la Manekine, rendue célèbre par le roman de Philippe de Beaumanoir au XIIIe siècle. Pour échapper aux assauts de son père veuf, Marguerite, la fille du comte de Poitou, décide de s’enfuir. Recueillie par le comte de Saint-Gilles, elle épouse le fils du roi d’Arles touché par sa grande beauté, et ce malgré les réticences de sa belle-mère. Le jeune marié doit partir à la guerre laissant son épouse enceinte. Le belle-mère en profite pour se venger : elle fait falsifier des lettres entre les époux pour obtenir la mise à mort de Marguerite et de son fils. Les boureaux n’ont pas le courage de les tuer et leur laissent la vie sauve à condition qu’ils s’enfuient au loin. Le récit s’achève sur des retrouvailles générales et larmoyantes et la dénonciation de la ruse de la belle-mère. La longueur de ce récit, les détails de ces nombreuses péripéties sont destinés à illustrer la leçon : la chasteté libère des dangers. Il faut avouer que Jean Gobi semble bien avoir cédé au plaisir de la narration et dépassé son projet initial.

  • 45 Ces exempla se rattachent à des contes-types selon la classification internationale de Anti Aame e (...)

67Il en est de même pour les autres exempla de cette rubrique. Le troisième leçon « La chasteté épargne l’honneur » est illustrée par une longue histoire (no 181) proche de l’intrigue du roman de l’Escoufle de Jean Renard (1195-1202) et par l’histoire d’Assenech et de Joseph (no 182). La quatrième et dernière leçon, « La chasteté console », est suivie du long récit des tribulations de Macidiana, mère de saint Clément (no 183) et de l’histoire de l’épouse calomniée qui guérit les lépreux (no 184)45. Les derniers récits de la rubrique retrouvent la taille habituelle des exempla et une thématique plus traditionelle.

68La rubrique consacrée à l’aumône offre un récit, La nef de saint Nicolas (no 474), dont le but est de montrer que l’aumône est le meilleur placement financier à long terme. De cette vérité témoigne l’aventure d’un jeune Bordelais qui place cinquante livres dans la reconstruction d’une église dédiée à saint Nicolas, puis cent livres dans le rachat d’une esclave orientale, et qui finit par recevoir, après bien des tribulations, une fortune considérable. Le ressort décisif de cet enrichissement est la mise sur le marché d’un tissu précieux sur lequel la jeune fille brode des motifs qu’elle seule sait faire : équivalant à une signature, ces motifs ne manquent pas d’attirer l’attention du père de la brodeuse, le sultan, si bien que dans l’espoir de retrouver sa fille, il débourse un trésor pour acquérir l’étoffe.

  • 46 Voir la traduction et le commentaire de Claude Bremond, dans Formes médiévales, op. cit., p. 123-1 (...)

69Les sources de ce récit orientalisant s’apparentent à plusieurs cultures : la chanson de geste Hervis de Metz (1255, cycle des Lorrains), un récit tiré des Mille et une Nuits, Myriam la brodeuse de ceintures et une figure hagiographique : saint Nicolas qui remplacerait celle du mort reconnaissant des versions antérieures46.

  • 47 Voir la traduction et le commentaire de ces deux textes : Conte-type 654 : les trois frères adroit (...)

70Notons encore que la rubrique consacrée aux devoirs des fils présente une des plus anciennes attestations écrites du conte de la quête du remède merveilleux pour le père (no 538) et d’un récit qui s’apparente au genre des gaberies, d’origine carolingienne, sorte de concours de vantardises (no 537)47.

  • 48 Saint Gangulf : no 38, Robert le Diable : no 679 et 930, Ami et Amile : no 64, Le commandeur de pi (...)

71Le recueil de Jean Gobi recèle encore bien des récits qui explorent les marges de l’hagiographie (saint Gangulf, Robert le Diable, Barlaam et Josaphat, Ami et Amile...) ou le thème si fécond du mort reconnaissant ou vengeur (le commandeur de pierre)48. Cette richesse narrative explique l’intérêt des folkloristes et des historiens de la littérature pour les recueils d’exempla en général, et celui de Jean Gobi en particulier, dans lesquels ils retrouvent les premières mentions écrites de motifs narratifs parfois encore vivants dans la littérature orale.

Postérité de l’Œuvre de Jean Gobi le Jeune

Dialogue de Gui

Le traité de l’esprit de Gui

72De nombreux manuscrits offrent un texte bien différent du procès-verbal rédigé par Jean Gobi le Jeune ; il s’agit alors d’un véritable petit traité sur le purgatoire en forme de dialogue. Cette version longue du texte repose sur une dilatation du dialogue originel, tant dans le libellé des questions que dans celui des réponses. De plus, l’auteur de ce texte a ajouté des questions nouvelles, plus proches sans doute de la sensibilité de la fin du Moyen Âge, de ses débats théologiques et de ses innovations liturgiques. Certains éléments donnent à penser que Jean Gobi n’est pas l’auteur du remaniement du dialogue, qui serait l’œuvre d’un confrère italien.

73En effet, le cadre du récit est marquée par une indéniable italianisation. Alès est appelée Vérone ou Boiana et située près de Rome et non plus d’Avignon. Le manuscrit 31 du Getty Museum précise même que Vérone se trouve en Basse Lombardie, et que l’auteur du dialogue est un certain Anthone de Beauchant, du couvent des Augustins de Vérone. De plus, le texte de l’édition incunable évoque (question 29) un parent de Gui de Corvo qui poursuit grâce à la générosité du défunt des études à Bologne, grand centre universitaire. On peut dès lors se demander si l’auteur ne serait pas un frère prêcheur de cette même ville, puisqu’il est fait clairement allusion au couvent de cet ordre à Bologne au cours de la question 22, dans laquelle l’esprit de Gui décrit très précisément le jugement post-mortem d’un frère de ce couvent, dont la mort est survenue le jour même.

Dialogue avec l’esprit du Gui (dessin de B. Parent) ms 31, fol. 1 du Getty Museum, Malibu

74Cette version longue aborde le problème de la Vision Béatifique, qui a agité la fin du pontificat de Jean XXII (dans les années 1331-1334) mettant a posteriori en relation la querelle de la Vision Béatifique et la lecture de ce texte par Jean XXII. Or, ce pape n’a pu avoir en main que le premier texte, et non pas cette continuation composée vraisemblablement après sa mort, dans la seconde moitié du XIVe siècle.

Les emprunts au Dialogue de Gui

  • 49 J.-Cl. Schmitt, Les revenants, Les vivants et les morts dans la société féodale, Paris, 1994, p. 1 (...)
  • 50 A. Franzen, art. « Jean de Essen », dans Dict. d’Histoire et de Géogr. Ecclésiast., 15 (1963), col (...)

75Dans sa vaste étude des récits de revenants, Jean-Claude Schmitt a souligné les proximités entre le texte de Jean Gobi le Jeune (ou de son continuateur) et un dialogue mis par écrit (en latin) par un autre Dominicain, Jean de Essen en 1444. Il s’agit d’un compte-rendu des quatorze apparitions d’un défunt, Heinrich, à son petit-fils, Arndt49, simple paysan rhénan, entre le 11 novembre 1437 et l’Ascension 1438, soit quarante ans après son décès. Devenu Prémontré, Arndt aurait lui-même écrit en allemand ce dialogue, et l’aurait présenté au pape Nicolas V en 1450. Mais c’est la version latine de Jean de Essen50 qui semble avoir connu la plus vaste diffusion. Ce Dominicain est signalé comme maître en théologie, puis comme prieur du couvent de Wesel (1442-44), puis en tant que prieur de la province de Saxonie (à partir de 1450), jusqu’à sa mort le 2 mars 1457. Les questions qui semblent proches du Dialogue de Gui (dans se forme première) concernent le purgatoire en général, l’efficacité des suffrages, les rapports entre le corps et l’esprit, les péchés les plus condamnables, la confession et le salut. D’autres questions renvoient à la version longue, elles portent sur la durée de ce monde et la date de la venue de l’Antéchrist. Quatre manuscrits du dialogue d’Arndt et Heinrich par Jean de Essen ont été conservés à Düsseldorf, Göttingen, Coblence et Utrecht. Notons que dans les villes de Düsseldorf et Utrech se trouvent également des manuscrits du Dialogue de Gui, sous sa forme longue.

La mise en image du Dialogue de Gui

  • 51 J.-Cl. Schmitt, Les revenants...op. cit., voir le dossier iconographique et son commentaire.

76Un manuscrit offre même une représentation figurée de l’être invisible autour duquel s’est noué ce dialogue d’outre-tombe. Ce manuscrit conservé au Getty Muséum donne à la suite de la célèbre Vision de Tnugdal le Dialogue de Gui. Il a été illustré par Simon Marmion, un des plus célèbres peintres et enlumineurs pour la période 1450-1459, à la demande de Marguerite d’York épouse du puissant duc de Bourgogne Charles le Téméraire. La miniature (voir reproduction, p. 32) présente un condensé des principaux éléments du récit. Elle se situe dans la chambre conjugale dans laquelle se déroule le dialogue, avec les meubles cités par le texte : le lit du défunt, une banquette où siègent Jean Gobi et ses conseillers munis de leurs livres, insignes de leur savoir et de leur fonction. Un autel évoque les messes dites en faveur du défunt. Cet espace est à la fois clos et fermé par la présence d’une porte et d’une fenêtre. Six personnages forment un cercle ouvert qui intègre le lecteur à la scène. Au premier plan du cercle se font face Jean Gobi et la veuve. Le prieur esquisse les gestes de la dispute. Son autorité et son rôle crucial dans ce dialogue avec l’invisible sont clairement exprimés dans cette miniature. Celle-ci constitue un hapax étonnant : dans les miniatures du XVe siècle les revenants sont figurés sous la forme de fantômes51 avec des variations dans l’espace et dans le temps, mais jamais par cette absence, ce vide vers lequel convergent les regards des participants à cette étrange cérémonie.

77L’autre ouvrage de Jean Gobi le Jeune a également connu des remaniements au gré des copistes et de nombreux emprunts.

L’Echelle du ciel. Esquisse d’une continuation de l’Echelle du ciel ?

  • 52 Ces considérations confortent le stemma codicum élaboré par A. Guerreau et moi-même dans notre étu (...)

78Dans le manuscrit conservé à la bibliothèque d’Avignon (qui ne comporte pas de prologue) l’Echelle du ciel est suivie d’une brève chronique universelle annoncée par la formule : « l’autre partie suit », ouverte par « Au début Dieu créa le ciel et la terre », et close par : « Rebeca fille de Bathuel est donnée comme épouse à Ysaac... » Puis une table des matières reprend les rubriques alphabétiques de l’Echelle du ciel, suivie d’une liste de titres reprenant la chronique universelle avec pour titre : Les degrés de cette seconde partie sont les suivants, et commençant par : « Ce qui advint depuis l’origine du monde jusqu’au déluge » et s’achevant par : « Ce qui advint depuis Benoît jusqu’au pape Martin » (Martin V, 1417-1431). L’écart entre l’explicit de la chronique et son dernier titre dans la table finale prouve que le projet n’a pas été mené à son terme, la chronique s’arrêtant à Ysaac et ne comportant que 6 folios. Or, nombre de manuscrits filent la métaphore d’une échelle spirituelle (dans le prologue) comportant deux montants, le premier étant le recueil d’exempla et le second cette chronique. Mais le texte de ces manuscrits ne donne que le recueil d’exempla. Il faut donc recourir au seul manuscrit d’Avignon pour trouver, bien partiellement, cette chronique annoncée dans le prologue de ces manuscrits. Ce projet établissant un lien fort entre un recueil d’exempla et une chronique universelle grâce à l’interprétation métaphorique de l’échelle, correspond-il au projet initial élaboré par Jean Gobi ? Le caractère unique du manuscrit d’Avignon, ses dates tardives (XVe siècle) ainsi que celles du pontificat de Martin V par rapport à la date de mort de Jean Gobi (1350) donnent plutôt à penser que cette chronique serait le fruit d’une réécriture postérieure, suggérée par l’annonce dans le prologue d’une seconde partie jamais écrite. Le copiste d’Avignon a sans doute voulu combler cette lacune, tandis que celui qui est à la tête de la tradition manuscrite « simplifiée » du prologue a certainement choisi de supprimer cette annonce d’une seconde partie, dans la mesure où elle n’apparaissait jamais dans le texte52. En tout état de cause, l’indéniable succès de l’Echelle du ciel est attesté par la quarantaine de manuscrits conservés et les quatre éditions incunables, mais également par les emprunts faits par les recueils postérieurs.

Les emprunts à l’Echelle du ciel

79Dès le XIVe siècle les recueils intitulés le Viatique des récits (Viaticum narrationum) et les Gesta romanorum ont démarqué des exempla de l’Echelle du Ciel. Au siècle suivant le Miroir des exemples (Spéculum exemplorum, 1480), le Livre des miracles du saint mystère (Liber Miraculorum sacri mysterï) et le Miroir de la conscience (Spéculum consciencie, v. 1424) d’Arnold de Geilhoven ne manquent de puiser dans les riches récits réunis par Jean Gobi. Au XVIe siècle certaines fables de l’Echelle du Ciel ont été reprises dans les Fables d’Esope (Fabulae Aesopi) réunies par Lucas Lossius (Francfort, 1571). Les prédicateurs de la Réforme n’ont pas négligé les arguments narratifs des recueils d’exempla : le Promptuarium illustrium exemplorum du pasteur protestant André Hondorff († 1572) emprunte des récits à Jean Gobi. Enfin, le volumineux Grand miroir des exemples (Magnum Spéculum exemplorum) du Jésuite Jean Major (Douai, 1619) se réfère explicitement 36 fois à l’Echelle du Ciel.

***

80L’Echelle du Ciel a reçu des appréciations très contrastées : J. B. Hauréau déclare sans ambages : « Mais qu’est-ce que cette Scala coeli ? Un recueil de fables pour la plupart démoniaques, et empruntées à Césaire de Heisterbach, à Jacques de Vitry, à l’auteur qui n’est pas nommé du Traité des Sept Dons du Saint-Esprit, etc., soit pour la première fois racontées dans ce livre par un narrateur sans esprit », tandis que T. F. Crâne, l’éditeur des exempla extraits des sermons de Jacques de Vitry, affirme au contraire : « La Scala cœli est, après les Gesta Romanorum, le plus intéressant de tous les recueils de récits du Moyen Âge. »

81Sans vouloir départager des points de vue aussi éloignés, notons que la répugnance de J. B. Hauréau pour le travail de la compilation semble déplacée dans la mesure où dès le prologue Jean Gobi le revendique hautement et cite ses sources. Reconnaissons tout de même que si le style de Jean Gobi le Jeune apparaît un peu plat par rapport au talent de narrateur d’un Jacques de Vitry, le genre n’est pas exactement le même : le recueil d’exempla ne compile que des canevas que le prédicateur étoffera, tandis que le recueil de sermons est une œuvre beaucoup plus élaborée.

82Il semble qu’il soit raisonnable de ne pas chercher dans un recueil d’exempla un chef-d’œuvre littéraire, ce serait faire fausse route. En revanche, il est tout à fait possible d’y suivre les contours d’une culture intermédiaire, au sein de laquelle les oppositions par trop tranchées entre religieux et profane, populaire et savant, tombent d’elles-mêmes pour faire apparaître dans toute sa vigueur une écriture qui tente de soumettre à un projet pastoral une très grande variété de textes, et qui succombe de temps à autre au charme de la narration. Le merveilleux plus ou moins profondément christianisé, qui imprègne ces anecdotes, résonne d’échos divers dans l’imaginaire des prédicateurs et des fidèles, lecteurs et auditeurs de ces récits proposant comme finalité suprême le salut mis à la portée de tous.

Notes

1 Sur Jean Gobi l’Ancien, voir : J. H. Albanès, « Le couvent royal de Saint-Maximin », dans Bulletin de la Société d’Études de Draguignan, 1880, p. 60-82. – Th. Kaeppeli, Scriptores Ordinis Praedicatorum, Rome, 1975, t. 2, p. 442. – Histoire littéraire de la France, 31 (1893), p. 47-65 et 35 (1921), p. 532-534.

2 J. Sclafer, texte latin édité « Iohannes Gobi senior OP Liber miraculorum Mariae Magdalenae », dans Archivum Fratrum Praedicatorum, 1993, p. 113-206 ; eadem, Jean Gobi l’Ancien, Miracles de sainte Marie Madeleine, (édition et traduction), Paris, CNRS Editions, 1996, coll. Sources d’histoire médiévale, 31 ; présentation dans « Le pèlerinage de Saint-Maximin en Provence de 1279 à 1313. Un témoin Jean Gobi l’Ancien », dans C. Bourlet et A. Dufour, L’écrit dans la société médiévale. Divers aspects de sa pratique du XIe au XVe siècle, Paris, Ed. du CNRS, 1991, p. 61-74.

3 Histoire littéraire de la France, 35 (1921), p. 534-556. – Th. Kaeppeli, Scriptores Ordinis Praedicatorum médiiaevi, Rome, 1975, p. 442-446. – J. Quétif, J. Echard, Scriptores Ordinis Praedicatorum, Paris, 1719, rééd. 1910-1914, Picard, p. 633. – M.A. Polo de Beaulieu, La Scala coeli de Jean Gobi, Paris, Ed. du CNRS, 1991, p. 13-77.

4 M. A. Polo de Beaulieu, Jean Gobi : Dialogue avec un fantôme, Paris, Les Belles Lettres, coll. La roue à livres, 1994.

5 Le couvent royal de Saint-Maximin, dans Mémoire Dominicaine, 8 (1996), spécialement M. A. Polo de Beaulieu, « Jean Gobi Junior, lecteur du couvent de Saint-Maximin », p. 39-53.

6 C. Douais, Essai sur l’organisation des Études dans l’ordre des Frères Prêcheurs (1216-1342), Paris, Picard et Toulouse, Privat, 1884.

7 Cl. Amado, G. Fabre, Th. Lochard, Montpellier : la ville médiévale, Paris, 1992.

8 La papauté d’Avignon et le Languedoc (1316-1342), Cahiers de Fanjeaux, 26 (1991) Toulouse, Privat.

9 Franciscains d’Oc. Les Spirituels 1280-1324, Cahiers de Fanjeaux, 10 (1975), Toulouse, Privat.

10 A Boureau et alii (s. d.), Pierre de Jean Olivi, 1298-1998, Colloque internat, de Narbonne, 11-15 mars 1998, actes à paraître.

11 Peter von Moos, « Le dialogue latin au Moyen Âge : l’exemple d’Evrard d’Ypres », dans Annales E.S.C., 4, Juillet-août 1989, p. 993-1028.

12 J. Le Goff, La naissance du Purgatoire, Paris, 1981, p. 358-372, voir aussi p. 344 et 379.

13 Traduction française du Livre III par Annie Duchesne, Le Livre des merveilles, Paris, Les Belles Lettres, coll. La Roue à Livres, 1992, p. 112-128.

14 On trouvera une comparaison des deux dialogues dans M. A. Polo de Beaulieu, « De Beaucaire à Alès, les revenants et leurs révélations sur l’au-delà », dans Cahiers de Fanjeaux, 33, 1998 p. 319-341.

15 [...] omis par le ms de Vienne 13538, complété d’après le ms Bruxelles, Bibl. roy., 3651-53.

16 Bernard Gui, dans sa Chronique citée par Faillon t. II col. 781. Le couvent était aussi réputé pour son trésor et ses riches ornements.

17 Lettre de Peiresc à Borilli du 10 septembre 1631 signalant que les livres du roi René ont été vendus au comte de Sault. Voir M. A. Polo de Beaulieu, La Scala coeli..., p. 28-30.

18 A. Bardon, Histoire de la ville d’Alais, Nîmes, Clavel et Chastenier, 1894, 2 tomes.

19 Des relations étroites entre consuls et Frères Prêcheurs ont été mises en évidence pour la ville de Montpellier dans l’organisation de la religion civique, voir J. A. Derens, « La prédication et la ville : pratiques de la parole et « religion civique » à Montpellier aux XIVe et XVe siècles », dans Cahiers de Fanjeaux, 32 (1997), p. 335-362.

20 Une des lettres accompagnant le procès-verbal du Dialogue de Gui est cachetée par le sceau des consuls d’Alès.

21 Alès en 1323-24 est gouvernée par deux co-seigneurs et un consulat. Les deux co-seigneurs sont Raymond Pelet et le roi de France depuis 1243 et jusqu’en 1344.

22 M. Foumié, « Les prêtres du purgatoire (XIVe-XVe siècle) », dans Etudes rurales, 105-106 (1987), p. 93-121.

23 V. Saxer, Le culte de Marie Madeleine en Occident des origines à la fin du Moyen Âge, Paris-Auxerre, 1959, coll. Cahiers d’archéologie et d’Histoire, 3. – Faillon, Monuments inédits sur l’apostolat de Marie Madeleine en Provence, Paris, 1948, 2 tomes.

24 Il est à noter que l’Echelle du Ciel est dédiée, entre autres, à saint Dominique et à sainte Marie Madeleine, seule allusion au pèlerinage de Saint-Maximin, jamais évoqué au cours des récits exemplaires ou de la rubrique particulièrement soignée consacrée au pèlerinage en général.

25 Fra Salimbene de Adam, Chronica, éd. Scalia, t. 2, p. 761-764. – traduit par O. Guyotjeannin, Salimbene de Adam, un chroniqueur franciscain, Turnhout, Brepols, 1995, p. 182-188.

26 Saint-Maximin est le pendant provençal de l’église dédiée à sainte Marie Madeleine que Charles II d’Anjou fit construire pour les Frères Prêcheurs de Naples à la même période de 1239 à 1324.

27 B. Montagnes, Architecture dominicaine de Provence, Paris, éd. du CNRS, 1978.

28 C’est à Jean Gobi l’Ancien que l’on doit la construction des deux ailes Nord et Est avec la sacristie, le chapitre, la salle et le dortoir commun, voûtés, avec des nervures et des clefs de voûtes. L’église fut achevée seulement au début du XVIe siècle sous le priorat de Damiani après une longue interruption de plus d’un siècle (de 1360 à la fin du XVe siècle).

29 C. Douais, Les Frères Prêcheurs en Gascogne, Paris, Auch, 1885, p. 391-392. – Th. Kaeppeli, Scriptores Ordinis Praedicatorum, t. 1, 1970, no 646.

30 B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon (1309-1376). Etude d’une société, Paris, 1962, Bibl. des Ecoles franç. d’Athènes et de Rome, fasc.201, p. 236.

31 B. Guillemain, op. cit., p. 339, n. 386. – Th. Kaeppeli, Script. Ord. Pra éd., t. 2, 1975, p. 319.

32 F. D. Logan, art. « Walter Reynolds », dans New Catholic Encyclopedia, 14 (1967), p. 791.

33 Voir nos contributions sur la condamnation des soins de beauté par les prédicateurs, p. 139-153, et sur la femme : Mulier et femina : les dénominations de la femme dans l’Echelle du Ciel de Jean Gobi, p. 155-165.

34 Sur le fils ingrat, voir J. Berlioz, « L’homme au crapaud. Genèse d’un exemplum médiéval », dans Tradition et Histoire dans la culture populaire. Rencontres autour de l’œuvre de Jean-Michel Guilcher, Grenoble, Musée Dauphinois (20-21 janvier 1989), Grenoble, Centre alpin et rhodanien d’ethnologie, 1990 (Documents d’ethnologie régionale, vol. 1), p. 169203, ill. [conte-type 980D, Tubach, Index exemplorum, no 4883].

35 En revanche, la vie rurale semble très stylisée, présentée au travers de topoï, surtout si Ton compare l’Echelle du Ciel avec le recueil franciscain anonyme Paris, BnF, 3555, présenté dans notre contribution, p. 197-212.

36 Texte traduit à partir du ms Vienne 13538. En cela le prologue de Jean Gobi le Jeune constitue une quasi-exception : voir J. Berlioz et M. A. Polo de Beaulieu, « Les prologues des recueils d’exempla (XIIe au XVe) : étude de vocabulaire », dans J. Hamesse, A. Vauchez, Les prologues médiévaux, colloque de Rome, 26-28 mars 1998, sous presse.

37 [...] omis par le ms de Vienne 13538, complété d’après le ms Bruxelles, Bibl. roy. 3651-53.

38 B. P. McGuire, « The Cistercians and the Rise of the Exemplum in early Thirteenth Century France : Revaluation of Paris BN lat. 15912 », dans Classica et Mediaevalia, 34 (1983), p. 211-267.

39 J.-Cl. Schmitt, « Recueils d’exempla franciscains et perfectionnement des techniques intellectuelles au XIIIe siècle », dans Bibliothèque de l’École des chartes, 135 (1977), p. 5-21.

40 Ajoutons que ces recueils sont en général accompagnés d’une table des matières extrêmement commode. De plus, nombre de manuscrits comportent des indications marginales, voire des numérotations, signalant les exempla.

41 Voir la traduction d’un exemplum des Gesta Romanorum dans J. Berlioz et alii (s.d.), Formes médiévales du conte merveilleux, Paris, Stock/Moyen Age, 1989, p. 75-83.

42 Les recueils d’exempla diffusent sur un mode narratif les décrets du IVe concile de Latran (1215) visant à inculquer la pratique de la confession auriculaire annuelle chez les fidèles. – Voir J. Berlioz, « Quand dire c’est faire dire. Exempla et confession chez Étienne de Bourbon († vers 1261) », dans Faire croire. Modalités de la diffusion et de la réception des messages religieux du XIIIe au XVe siècle. Actes de la Table ronde de Rome, 22-23 juin 1979, Rome : École française de Rome, 1981, p. 299-335.

43 On trouvera une recension des contes et des fables de l’Echelle du Ciel ici-même p.103-118.

44 Voir la traduction et le commentaire de cet exemplum qui s’apparente au conte-type 706, dans J. Berlioz, Cl. Bremond, C. Velay-Vallantin (s.d.), Formes médiévales du conte merveilleux, Paris, Stock/Moyen Âge, 1989, p. 113-121 ; et Jean Maillart, Le Roman du comte d’Anjou, éd. Fr. Mora-Lebrun, Paris, Folio-Classiques, 1998.

45 Ces exempla se rattachent à des contes-types selon la classification internationale de Anti Aame et Stith Thompson, The types of the folktale, Helsinki, 1961 (abrégé AT pour les contes-types et ST pour les motifs narratifs) : exempla no 180 : AT 706 ; no 181 : AT 884 ; no 183 : ST 2112 ; no 184 : AT 712.

46 Voir la traduction et le commentaire de Claude Bremond, dans Formes médiévales, op. cit., p. 123-129.

47 Voir la traduction et le commentaire de ces deux textes : Conte-type 654 : les trois frères adroits, Conte-type 551 : La quête du remède merveilleux pour le père dans Formes médiévales, op. cit., p. 95-105.

48 Saint Gangulf : no 38, Robert le Diable : no 679 et 930, Ami et Amile : no 64, Le commandeur de pierre : no 756.

49 J.-Cl. Schmitt, Les revenants, Les vivants et les morts dans la société féodale, Paris, 1994, p. 178-182.

50 A. Franzen, art. « Jean de Essen », dans Dict. d’Histoire et de Géogr. Ecclésiast., 15 (1963), col. 1008-1012. – Th. Kaeppeli, Scriptores Ordinis Praedicatorum, Romae, ad S. Sabinae, t. 2, 1975, p. 415-416 (Johannes de Essendia).

51 J.-Cl. Schmitt, Les revenants...op. cit., voir le dossier iconographique et son commentaire.

52 Ces considérations confortent le stemma codicum élaboré par A. Guerreau et moi-même dans notre étude commune : « Classement des manuscrits et analyses factorielles. Le cas de la Scala cœli de Jean Gobi », dans Bibliothèque de l’École des chartes, 154 (juillet-déc. 1996), p. 359-400.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19977/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Dialogue avec l’esprit du Gui (dessin de B. Parent) ms 31, fol. 1 du Getty Museum, Malibu
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19977/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 427k

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search