Version classiqueVersion mobile

La Suite à l'ordinaire prochain

 | 
Chantal Thomas
, 
Denis Reynaud

Les formes du discours

Le discours éditorial

Simone Carpentari Messina

Texte intégral

  • 1 Relation des nouvelles du monde reçues tout le mois de décembre 1633. L'auteur de ce mensuel politi (...)
  • 2 Sur la textualité de la gazette, voir C. Labrosse, P. Rétat, "Le texte de la gazette", dans XIX : " (...)
  • 3 Voir Jean Sgard, "On dit", dans XVIII.

1Dans le système de presse d'Ancien Régime, qui se met en place dès la fin du XVIIe siècle, la forme gazette se caractérise par la densité et l'impersonnalité de l'information. La gazette conserve de ses origines de feuille commerciale le goût de la brièveté ; elle n'a qu'un objectif : donner à lire "les seules et simples narrations des choses qui se trouvent les mériter, à mesure qu'elles se présentent"1. Ce sont ces qualités que la bourgeoisie d'affaires apprécie dans la Gazette d'Amsterdam, dans les premières décennies du XVIIIe siècle. La juxtaposition des nouvelles dans la feuille par ordre d'arrivée et d'éloignement, sans aucune hiérarchie, sans qu'aucun lien soit jamais établi d'une rubrique à l'autre, crée l'impression d'un texte sans auteur. L'autonomie de chaque nouvelle est si rigoureusement respectée qu'on peut lire, dans le même numéro, des informations contradictoires provenant de sources différentes, sans que la moindre intervention du rédacteur vienne interpréter ces divergences2. Aucun signe, d'ailleurs, ne révèle un sujet d'énonciation. Le gazetier s’emploie à masquer l'énonciation sous des formules impersonnelles qui renforcent l'illusion d'une information pure3 : "on dit" ; "on débite" ; "on apprend" ; "on mande de..." ; "la cour reçut quelques dépêches importantes portant que..." ; "des lettres de Smyrne – diverses lettres de Constantinople – marquent..." ; etc.. Rassembler et transcrire les dépêches provenant des différents correspondants, rapporter des textes officiels, arrêtés ministériels, discours, déclarations diverses, telle est la fonction du gazetier. Il n'est qu'un simple intermédiaire, écrivain manqué souvent, méprisé par ses confrères plus heureux qui lui reprochent de mal écrire et de colporter des "romans".

  • 4 Voir K. M. Baker, Inventing the French Revolution, Cambridge University Press, 1990 ; trad. fr. : A (...)
  • 5 Voir J. D. Popkin, XXX. Voir aussi : J. D. Popkin, "The Gazette de Leyde and French Politics Under (...)
  • 6 Voir III et XVII.
  • 7 Un indice de cette évolution est donné par la diminution de l'importance accordée à la circulation (...)
  • 8 Voir C. Labrosse, P. Rétat, art. cit. p. 141.

2La situation évolue au cours du XVIIIe siècle, en liaison avec la transformation des rapports entre le pouvoir monarchique et une opinion publique naissante. L’opposition des Parlements au pouvoir absolu et la publicité croissante qui lui est donnée est l'un des facteurs essentiels de cette évolution4. Alors que la Gazette de France continue à n'être que la voix de son maître, un journalisme politique de langue française incisif se développe à l'étranger à partir des années 1750. Il ne se contente plus de faire simplement circuler les nouvelles mais prend position sur les grandes questions du moment et porte les débats d'ordre politique devant l'opinion publique. La Gazette de Leyde, le journal le plus sérieux et le mieux informé d'Europe, est la plus représentative de cette nouvelle génération de feuilles politiques5. Fortement marquée par la personnalité de son rédacteur, Jean Luzac, elle exerce une influence certaine sur les débats d'idées, voire sur le déroulement de certains événements. Dans le dernier tiers du siècle, parallèlement aux grandes gazettes traditionnelles, de nouvelles feuilles apparaissent, dirigées, comme la Gazette de Leyde, par de fortes personnalités : Jean Manzon fonde en 1767 le Courier du Bas-Rhin, Dubois-Fontanelle, la Gazette des Deux-Ponts en 17706. Ces nouveaux gazetiers ne sont plus des artisans subalternes se contentant de transcrire les relations des correspondants et de les mettre bout à bout ; ils multiplient les sources d'information et battent en brèche, par une série d'initiatives, leur primauté absolue7. Ce sont de véritables journalistes, pleinement responsables de la publication. A ce titre, ils désirent faire entendre leur voix en dépit des contraintes de la forme journalistique qu'ils utilisent. Dans la seconde moitié du siècle, on voit le discours éditorial chercher à se frayer une voie dans les feuilles les moins traditionnelles, sans toujours parvenir à trouver sa place et à obtenir une véritable autonomie dans l’économie générale du journal8.

3Un certain nombre de contraintes limitent la pénétration du discours éditorial dans les gazettes. Au premier chef, le système même de l'information et le pacte de lecture de ce type de périodique. Les nouvelles parviennent au lieu d'édition de la feuille, de tous les points cardinaux, en ordre dispersé, sans classification préalable, submergeant le journaliste isolé qui travaille dans la hâte et qui doit répondre à la curiosité du public. On attend de lui des informations rapides et objectives, des nouveautés, de la variété. D'autres publications, les mensuels politiques, qui proposent de larges commentaires synthétiques des événements, sont là pour satisfaire le goût de la réflexion et l'intérêt pour l'histoire ; dans un autre domaine, les feuilles littéraires et morales mettent le lecteur en contact direct avec un journaliste qui s'exprime librement sur les sujets les plus variés. Le gazetier, quant à lui, doit s'effacer devant les faits : "Un bon gazetier doit être promptement instruit, véridique, impartial, simple et correct dans son style", selon l'article "Gazetier" de l'Encyclopédie, qui ajoute : "cela signifie que les bons gazetier sont très rares". D'autres renchérissent :

Un gazetier qui fait des commentaires est une personne vulgaire. Ses réflexions sont généralement, soit partiales, soit dictées par la corruption, ou encore banales ou fausses.

  • 9 J. F. von Bielfeld, Institutions politiques. Je retraduis la citation donnée en anglais par J. D. P (...)

4Il devrait "laisser au lecteur le soin de faire des réflexions"9. Le rédacteur de gazette est ainsi prisonnier d'une structure journalistique et d'une conception de la neutralité qui excluent la parole éditoriale ; quelles que soient ses velléités d'expression personnelle, il se sent tenu de reproduire, ou tout au moins de rapporter, sans intervenir, toutes les dépêches qui lui parviennent.

  • 10 On peut, à l'occasion, déceler l'intervention de la censure dans le passage d'une même gazette d'un (...)

5D'autres obstacles encore barrent la route au discours éditorial. Le journaliste se trouve souvent dans la nécessité de pratiquer l’autocensure. Il importe, en effet, de ne pas contrarier la puissance dont dépendent la diffusion et le sort économique de la gazette. S'agissant des feuilles de langue française, toutes doivent se réserver l'entrée en France et avoir la garantie de tarifs postaux permettant la survie de la feuille, d'où une inconditionnelle obligation de docilité. Suivant leur lieu de publication et leur situation particulière, les gazettes peuvent être soumises à d'autres contraintes : ménager certaines cours allemandes, pour la Gazette des Deux-Ponts, soutenir la politique prussienne, pour le Courier du Bas-Rhin. La politique d'Ancien Régime s'exerce d’ailleurs dans le secret des cours, elle ne se prête pas aux commentaires, tout au plus aux conjectures mais le gazetier évite de s'y compromettre. L'institution de la censure dans un certain nombre de pays européens, d'autre part, ne peut que limiter les manifestations éditoriales. Les pays qui n'ont qu'"une foi, une loi, une gazette" (CBR 3 juin) soufflent aux correspondants des différentes feuilles une sorte de langue de bois officielle, devant laquelle les gazetiers n'ont d'autre solution que de s'incliner. Les nouvelles de Russie vantent régulièrement la "généreuse souveraine" (GL 21 mars) qui "ne cesse de répandre ses bienfaits sur son peuple" (GL 26 mai). Les informations provenant des pays nordiques, Suède et Danemark, ont une sorte de neutralité aseptique : "Le roi et la reine [...] allèrent dîner chez la reine mère [...] Le duc d'Ostrogothie se rétablit de jour en jour [...] On apprend qu'il est arrivé 83 matelots de la couronne" (GDP 18 mai). Nous aurons l'occasion de revenir sur les subtilités idéologiques de la vigilante censure autrichienne. En ce qui concerne les nouvelles de France, on sait que le ministère diffuse ou laisse divulguer, selon les cas, sa version de certains événements ainsi que les nouvelles officieuses dont il accepte qu'elles soient connues. On retrouve ainsi, dans toutes les gazettes, les mêmes éloges du jeune roi, le même "complot" à l'origine des révoltes des grains de 177510.

  • 11 GA se distingue par une surabondance de nouvelles et de documents sur tous les grands problèmes du (...)
  • 12 "Débite"-t-on que les colons américains sont susceptibles d’acheter les soldats anglais ? "Le solda (...)
  • 13 Elles s'occupent "des opérations de gouvernement, des guerres, des traités, des alliances, en un mo (...)

6En dépit de ces contraintes, une parole propre de la gazette parvient à se manifester dans la deuxième moitié du siècle entraînant une diversification marquée des différentes feuilles. Si une gazette de large diffusion internationale, comme la Gazette d'Amsterdam, et certains journaux de moindre importance (la Gazette d'Utrecht), fidèles à la conception traditionnelle, se contentent de rapporter des faits sans intervenir sur l'information11, la plupart des feuilles se caractérisent par une ligne éditoriale bien précise. Certaines (GU, GDP) manifestent un intérêt prononcé pour des informations relevant de la vie quotidienne ; la Gazette des Deux-Ponts est une gazette de tendance moraliste, à qui les faits divers, grands et menus, les nouvelles politiques elles-mêmes, suggèrent des considérations sur les mœurs et sur le coeur humain12. Toutes, cependant, sont essentiellement des publications politiques13 ; elles suivent de près les grandes affaires qui occupent l'Europe au cours du premier semestre de l'année 1775 : situation polonaise, à la suite de la partition du pays entre trois grandes puissances, élection du pape Pie VI et politique de ce dernier, en particulier à l'égard des Jésuites, politique conciliatrice du nouveau roi de France, révolte des colonies anglaises d'Amérique. La comparaison du traitement de ces grandes questions par les diverses feuilles met en évidence, pour chacune d'elles, une réelle orientation éditoriale. Le suivi de telle ou telle affaire, le choix des faits rapportés et des documents publiés, le toilettage des nouvelles, sont des indices d'intérêts spécifiques en fonction desquels les gazettes gèrent l'information.

7Le rétablissement des parlements en France est couvert de manière exceptionnellement scrupuleuse dans la feuille qui s'est faite le champion de l’opposition à l'absolutisme royal dès la querelle du refus des sacrements, au début des années 1750. La Gazette de Leyde rend compte, de façon plus détaillée qu'aucun autre journal, des cérémonies de réception des anciens parlementaires de retour dans leur siège d'origine et des manifestations d'allégresse populaire, allant jusqu'à décrire la troupe des harengères de Toulouse qui embrassent le premier président du parlement (4 avril). La Gazette de Leyde tient de même ses lecteurs très informés des nouvelles d'Amérique, complétant par une large moisson dans les journaux anglais les nouvelles rapportées dans les dépêches de ses correspondants. Elle donne d'abondantes citations des lettres du Congrès américain. Alors que le Courier du Bas-Rhin, la Gazette d'Utrecht, prudentes ou plus ou moins réticentes à l'égard de la révolte, privilégient les correspondances signalant qu'à Boston "les factieux diminuent de jour en jour" (GU 24 mars) et que "la plus saine partie des habitants désire ardemment de terminer à l'amiable les dissensions qui divisent les colonies de la mère Patrie" (GU 10 mars), la Gazette de Leyde propose avant tout à ses lecteurs, dès le début de l'année 1775, des messages qui illustrent l'esprit de décision et la résolution des colons et stigmatisent la propagande gouvernementale :

La conduite que l'on continue à tenir dans les colonies [...] achève de détruire les efforts que l'on fait pour persuader au peuple, que ce n'est qu'un feu de paille dont le plus grand éclat annonce l'extinction. (23 juin)

  • 14 Manzon est au service de la Prusse mais il n'est pas homme à refuser les subsides d'où qu'ils vienn (...)
  • 15 La "Variété" du 13 avril 1775, qui décrit un meurtre particulièrement odieux, conclut ainsi : "Il n (...)
  • 16 "Le Pape actuel en défaisant ce qu'a fait son prédécesseur, est obligé cependant de ménager ses exp (...)

8Elle ébauche même une contre-propagande, appuyée sur des lettres d'Amérique qui soulignent la faiblesse des troupes anglaises. La Gazette d'Utrecht donne les nouvelles côté cour, le Courier du Bas-Rhin est attentiste, la Gazette de Leyde s'engage fermement contre le "despotisme royal" (26 mai) que dénoncent les messages des Américains. Le choix des documents publiés va dans le même sens, ainsi la Gazette de Leyde cite l'adresse de la ville de Londres au roi à propos du commerce avec les colonies et la réponse royale, la Gazette d'Utrecht décrit longuement le cortège du Lord Maire mais ne donne que le texte de la réponse du roi ! La complexité de la situation polonaise aussi bien que les initiatives du roi Stanislas-Auguste pour la publicité de sa cause sont également à l'origine de prises de position tranchées des différentes gazettes. La Gazette de Leyde et le Courier du Bas-Rhin, dont les informateurs sont acquis à la cause royale, multiplient les exemples d'avidité de la noblesse polonaise, dénonçant l'enrichissement et les abus de pouvoir du prince Poninski, partisan de la Russie, alors que la Gazette d'Utrecht les passe sous silence. Le Courier du Bas-Rhin se distingue par une double allégeance ; la suppression de toute information au sujet de l'opposition des districts polonais de la Nesse au serment exigé d'eux par le roi de Prusse, événement dont il est largement question dans toutes les gazettes, est significative du parti pris pro-prussien de la feuille14. Quant à la Gazette des Deux-Ponts, elle recueille des nouvelles de Pologne auprès du plus grand nombre de correspondants (Varsovie, Dantzig, Lubeck, Vienne) afin d'écraser indifféremment de son mépris agressif l'esprit de faction, l'arrogance des grands, la faiblesse et l'inertie de l'Etat, le "génie cultivé par l'anarchie, et rendu cruel par l'habitude" qui caractérise le pays ; elle juge les Polonais coupables de faire eux-mêmes leur malheur et leur oppose l'exemple des Suédois qui ont su profiter des réformes du sage roi Gustave15. En ce qui concerne la politique romaine, tous les regards sont fixés sur le sort des Jésuites. La Gazette de Cologne entretient l'espoir d'une "résurrection" de la Compagnie, encourant ainsi les foudres du Courier du Bas-Rhin qui dénonce avec la même virulence le prosélytisme de son confrère et la bienveillance dont jouissent des "prisonniers d'état, prévenus des crimes les plus graves" (28 jan.) et "une Société qui s'est rendue coupable de tant d'horreurs" (19 avril). La Gazette de Leyde – à qui les nouvelles parviennent de Bologne, ville peu docile – "ne sait que penser du peu de circonspection avec lequel le Saint-Père fait ouvertement paraître son penchant en faveur de la ci-devant Société" (5 mai), alors que la Gazette des Deux-Ponts, tablant sur la prudence politique du pontife, calme le jeu16, tout en menant, par ailleurs, de violentes campagnes anticléricales.

9Le classement et la localisation des nouvelles dans la série des rubriques sont particulièrement révélateurs de l'intervention éditoriale. L'événement le plus marquant du début de l'année 1775, par les bouleversements qu'il est susceptible d'engendrer dans l'équilibre européen, est, sans conteste, la révolte des colonies américaines. Toutes les gazettes donnent une information abondante sur cette question mais sa répartition dans les feuilles varie considérablement de l'une à l'autre. La Gazette d'Amsterdam, dans la mesure même où, conformément à sa stratégie journalistique, elle n'intervient pas sur l'information, tend à noyer les faits politiquement importants dans la masse des nouvelles diverses, brouillant ainsi les significations. Le numéro du 6 juin fournit un exemple particulièrement frappant, compte tenu de l'événement en jeu, de cette sorte de "degré zéro" de l'éditorialité. Il donne, en deux temps et quatre annonces, les nouvelles anglo-américaines. D'Amsterdam, le 5 juin, sont signalées des lettres de Londres démentant un bruit – le déclenchement des hostilités entre Anglais et colons – qu'une relation de Salem, du 25 avril, citée à la suite, dans la même rubrique, confirme ; la Suite, donnant les nouvelles de Londres du 30 mai, rapporte des avis reçus d'Amérique qui font naître "quelque espérance de réconciliation", avant de signaler, sans solution de continuité, l'exprès, arrivé "avant-hier au soir", par lequel le Général Gage rend compte de l'accrochage entre ses troupes et celles des colons. On appréciera, en comparaison, l'engagement éditorial dans le traitement de l'information par la Gazette de Leyde qui dramatise le tournant marqué par la première bataille anglo-américaine. Le numéro du 13 juin s'ouvre par un "extrait d'une lettre de Boston du 30 avril", qui introduit le texte intégral de la lettre du Congrès de la Nouvelle-Angleterre aux habitants de Grande-Bretagne par une déclaration saisissante :

Le sort de l'Amérique anglaise est jeté ; et dans l’extrémité où les choses en sont enfin venues, il semble ne lui rester que l'alternative de périr ou de se mettre dans une indépendance presqu'entière de la mère patrie.

10C'est dans le Supplément que l'on trouve les nouveaux ordinaires parvenus de Londres le 6 juin, auxquelles la lettre de Boston confère une signification politique : lettres et nouvelles orales d'Amérique relatant les événements successifs au premier engagement militaire, silence de la cour. La mise en évidence des nouvelles anglo-américaines est pratiquée, de façon presque systématique, par le Courier du Bas-Rhin qui les projette fréquemment en ouverture de numéro et les fait suivre, dans la plupart des cas, d'un commentaire éditorial soulignant l'importance décisive et historique pour l'Europe de la partie qui se joue dans un autre continent. En revanche, la stratégie de la Gazette des Deux-Ponts, qui consiste à regrouper les informations par grandes rubriques systématiques, tend à neutraliser la portée et la signification politique des événements en les insérant dans le cadre hétéroclite des "Nouvelles des cours et objets divers". La Gazette d'Utrecht, sans manquer à son devoir d'information sur les développements de l'affaire américaine, ne leur accorde pas une place privilégiée ; tous les numéros du mois de juin, moment où parvient la nouvelle du déclenchement des hostilités, consacrent un espace très important au sacre de Louis XVI.

  • 17 Voir XXX, pp. 261-262 : "Luzac wrote little of the content of the Gazette de Leyde. But he chose it (...)
  • 18 Pour J. Sgard, art. cit., le gazetier "fait parler ses sources".

11Quoique le gazetier n'apparaisse pas dans les différentes rubriques – encore que ce ne soit pas toujours le cas, nous le verrons – il faut se rendre à l'évidence : il est, en dernière instance, l'unique responsable de la feuille qu'il dirige d'une main ferme17. C'est lui qui sélectionne et ordonne les nouvelles qu'il décide de faire connaître au public ; d'un numéro à l'autre, on voit la Gazette de Leyde ou le Courier du Bas-Rhin suivre les grandes questions à l'ordre du jour, qu'elles distinguent du tout venant des nouvelles diverses, et, par une série de procédés éditoriaux, faire parler le matériau brut reçu des correspondants18. C'est aussi le gazetier qui choisit les correspondants. Les gazetiers les plus avertis ont une "équipe" répondant à des critères idéologiques précis. Celle des correspondants français de la Gazette de Leyde inclut des personnages qui, pour être proches du pouvoir, n’en partagent pas moins les opinions de Luzac et sont engagés avec lui dans la défense des libertés contre les excès de l'absolutisme. Manzon a un alter ego à Rome, d'un anti-jésuitisme virulent, et des correspondants à l'esprit critique aiguisé dans tous les lieux où il assure un suivi de l'information. On est donc fondé à considérer une forme indirecte de discours éditorial qui s'exerce par l'ensemble des manipulations que le gazetier fait subir à l'information brute qui lui parvient ; on pourrait parler de discours méta-éditorial.

  • 19 Par exemple : "Le roi qui ne perd pas de vue tout ce qui peut être avantageux à ses peuples et seco (...)

12La mise en forme des nouvelles pose le délicat problème de l'énonciation. Le système journalistique de la gazette est caractérisé par la mise en œuvre d’un double énonciation, dans la mesure où le texte publié par le gazetier n'a pas comme référent l'événement qu'il rapporte mais un énoncé préexistant, produit par le correspondant. En outre, la situation spécifique du journalisme politique d'Ancien Régime, contraint de composer avec la censure, détermine, dans certains cas, une situation de triple énonciation. Les textes provenant des royaumes du nord, de Russie, d'Autriche, de France, sont, en fait, des communiqués émanant d'une source officielle. Il est significatif que les nouvelles françaises, en particulier celles qui touchent à la personne et aux actes royaux, soient les seules informations accompagnées d'un commentaire d'introduction dans la Gazette d'Amsterdam19. Les nouvelles concernant les mesures de mise au pas des ordres religieux ou de réglementation des pèlerinages, dans les pays éclairés, Autriche et Grand-Duché de Toscane, sont présentées par une même introduction dans plusieurs gazettes, ou par une glose de teneur comparable dont la conformité à l'idéologie gouvernementale ne fait aucun doute :

  • 20 Exemple : les pélerinages "sous le prétexte d'une dévotion très souvent trompeuse ou imbécile, ne s (...)

Il y a encore des gens qui croient ne rien pouvoir obtenir du ciel, qu'en allant prier le plus loin qu'ils peuvent de chez eux [...] Ceux qui le font négligent leurs affaires, et deviennent ordinairement inutiles à la société au retour de leurs pèlerinages (GDP 15 mai, "nouvelle de Vienne" ; CBR 24 mai)20.

  • 21 "On s'occupe depuis longtemps des moyens d'abolir la mendicité qui entretient la paresse et perpétu (...)
  • 22 "Cette statue qui a été ordonnée et finie par ordre et suivant les idées de Son Excellence le Marqu (...)

13On a de même l'impression, compte tenu de leur présence dans plusieurs gazettes, de leur forme stéréotypée et de leur caractère de lieux communs, que les commentaires moraux sont partie intégrante d'un communiqué officiel, avec fonction d'explication du fondement éthique des mesures prises par le pouvoir21. Plus souvent qu'à leur tour, les gazettes sont la courroie de transmission de la propagande du pouvoir. La perfection de la statue équestre du roi de Portugal enthousiasme, certes, tous les correspondants, mais l'éloge hyperbolique du grand ministre qui a su choisir l'artiste capable d'exalter la grandeur royale et le génie portugais révèle la griffe du pouvoir (GA 24 jan.)22.

  • 23 Citons, entre autres, cette remarque : "Les Jésuites ne demandent pas qu'on leur restitue leurs bie (...)
  • 24 J. Sgard, art. cit., parle à ce propos de "pré-éditorialité".
  • 25 C'est moi qui souligne.

14En ce qui concerne les correspondants des gazetiers, ils ne sont plus des "utilités" anonymes et interchangeables, dans la seconde moitié du siècle. De Londres, parviennent à la Gazette de Leyde des analyses critiques de la politique anglaise, des remarques sarcastiques à l'égard du ministère et du Parlement britanniques et quelques anecdotes originales, comme celle de ces "quatre vénérables sénateurs ou membres de la Chambre très sérieusement occupés à jouer aux cartes tandis que le Sénat britannique débattait ses plus grands intérêts et discutait des mesures dont peut-être son existence dépendait" (GL 28 fév.). Les dépêches que le Courier du Bas-Rhin reçoit de Rome se distinguent par l'animosité contre les Jésuites et les attaques contre la politique de Pie VI à leur égard23. D'autre part, l'information ne se présente plus que rarement sous la forme neutre et sèche caractéristique des premières gazettes. Les dépêches prennent de l'ampleur, deviennent de véritables articles, manifestent un travail d'écriture. Les nouvelles sont annoncées, mises en place par des "chapeaux" d'introduction, le lieu, le moment, le contexte sont précisés24 ; la narration des événements, qui se développe et s'organise en paragraphes cohérents, est prise en charge par un sujet d'énonciation défini par l'usage de la première personne. Le correspondant polonais du Courier du Bas-Rhin parle du "vice principal de notre constitution" (10 mai) et déplore "les calamités des temps, [...] l'espèce d'incertitude où nous vivons encore sur notre sort" (11 jan.). Le correspondant à Londres constate que "déjà nous apercevons que notre commerce gêné par les circonstances de nos démêlés avec les colonies, cherche à se frayer de nouvelles routes" (CBR 29 avril). ; celui de la Gazette des Deux-Ponts observe que : "le ministère [...] a les yeux ouverts sur tous les mouvements qui se font en Europe, et les autres cours ne sont pas moins attentives sur ceux de la nôtre" (27 avril)25. Parfois le correspondant habituel cède la place à un témoin direct de l'événement qui relate les faits à la première personne ; ainsi, la Gazette d'Utrecht donne un compte rendu saisissant de l'exécution de Pugatchev :

J'ai été avant-hier témoin du supplice du monstre Pugatchev et de sa bande ;
j’étais tout près de l’échafaud [...] j'aperçus visiblement que cet aspect faisait une très profonde impression sur les spectateurs innombrables qui remplissaient la place [···] Je ne m'attardai pas à voir ces différentes exécutions, qui durèrent jusques au soir. (3 mars)

15On est bien loin de l'impersonnalité des premières feuilles politiques, "la gazette" fait entendre désormais une pluralité de voix et multiplie les sujets d'énonciation. Qui parle dans ces feuilles de la seconde moitié du XVIIIe siècle ? Le pouvoir, quel qu'il soit, qui diffuse ses communiqués ? Les correspondants, qui prennent la parole, chacun à leur tour, proposant aux lecteurs, avec les dernières nouvelles d'Europe et du monde, une série de points de vue sur les événements qu'ils relatent ? Le gazetier, à qui il revient de traduire les messages rédigés en langue étrangère, d'adapter le courrier reçu à l'espace dont il peut disposer sur la feuille, ce qui suppose qu'il soit amené à résumer ou à développer, à reformuler, ré-écrire à la limite ? Peut-on faire la part du responsable de la feuille et suivre la trace des opérations textuelles par lesquelles il "fait parler ses sources" dans le texte qui est soumis au lecteur ?

  • 26 Il est question dans les Mémoires de la Margrave de Bayreuth, sœur de Frédéric le Grand d'une demoi (...)
  • 27 Voici un exemple significatif d'introduction de la rubrique "Variété" : "Les grands crimes sont rar (...)

16Certains textes étant donnés entre guillemets, on pourrait supposer que l'absence de ceux-ci signale la plume du responsable de la publication, mais les guillemets n'encadrent que certains messages : "lettres particulières", citations d'articles d'autres périodiques, extraits annoncés comme tels. Les dépêches des correspondants habituels sont, en général, dépourvues de signes distinctifs, sans qu'on puisse pour autant en conclure que tout ce qui n'est pas entre guillemets est réécrit par le rédacteur. Une analyse méticuleuse des différentes versions d'un même événement rapporté dans plusieurs gazettes pourrait, dans une certaine mesure, rendre compte des interventions du gazetier. Encore faut-il être à même de cerner la source avec suffisamment de précision, ce qui n'est pas toujours le cas, et écarter l'hypothèse d'éventuels collaborateurs du rédacteur26. Devant la difficulté d'attribuer les textes avec une relative certitude, il est plus sage de ne pas faire de conjectures hasardées, imitant en cela la prudence des gazetiers qui laissent ce sport malaisé aux "spéculatifs". Cependant, lorsqu'on se trouve devant une forte personnalité, comme Dubois-Fontanelle et surtout Manzon, il est parfois relativement aisé de retrouver leur marque dans les articles. Deux mots soulignés composent un commentaire sarcastique qui n'est pas dans les procédés du correspondant : au parlement de Londres, deux Lords s'opposent vivement à des mesures favorables aux colons révoltés, "en soutenant que vu l'état où en étaient les choses, il n’y avait pas de plus sage parti à prendre que de maintenir par la force l'autorité suprême de la Grande-Bretagne" (CBR 3 fév.). Certaines gloses, absentes d'autres gazettes qui rapportent la même nouvelle à peu près dans les mêmes termes, dénoncent l'esprit critique toujours en éveil de Manzon ; ainsi ce commentaire du refus des Indiens américains de prendre parti dans le conflit opposant les colons aux Anglais, "qu'ils regardaient comme une querelle entre le père et l'enfant" (GA 7 fév.) : "réponse qui n'est rien moins que barbare, et qui peut faire rougir des peuples qui se vantent de leur police et de leur raison" (CBR 11 fév.). Le commentaire de l'engagement militaire anglo-américain, dans la Gazette des Deux-Ponts, reflète le faible intérêt de Dubois-Fontanelle pour la spéculation politique et son goût pour les singularités des hommes : "Voilà une guerre civile engagée ; elles offrent ordinairement des atrocités et des singularités, il est à souhaiter qu'il ne s'y passe que des faits de la dernière espèce" (15 juin). Dans la Gazette des Deux-Ponts, toutes les dépêches concernant des faits de superstition (particulièrement nombreuses) ont un air de famille qui rappelle de très près la rubrique éditoriale "Variété". A l'instar des mêmes "Variétés"27, les rubriques s'ouvrent fréquemment par une maxime de moraliste : "le crédit et les richesses ont souvent appuyé l'injustice" introduit, par exemple, une nouvelle de Constantinople, rapportée par ailleurs dans les mêmes termes que la Gazette de Leyde. On aimerait, à la limite, attribuer au journaliste certains traits d'esprit ou des mouvements d’humeur dans lesquels on croit le reconnaître : dans le Courier du Bas-Rhin, l’évocation de "Saint Ignace qui se faisait fouetter au collège de Salamanque à l'âge de trente-cinq ans parmi les grimauds qui y apprenaient le latin avec lui" (25 mars) ; ou cet éclat rhétorique, à un moment où le correspondant se distingue par un ton plus mesuré :

Tout est croyable, tout est possible dans ce monde ; un pape infaillible a pu détruire la Compagnie de Jésus, un pape infaillible peut la rétablir quelque temps après ; cela ne souffre pas la moindre petite difficulté. (17 juin)

  • 28 Quand la Gazzetta Universale de Florence écrit : "Nous nous honorons de rapporter dans nos feuilles (...)

17Quoi qu'il en soit et quelle que soit la part du gazetier dans les textes livrés au public, une impression diffuse d'éditorialité se dégage des gazettes de 1775. La voix des correspondants, tout en s'imposant comme parole de personnalités situées dans l'espace et le temps, se mêle inextricablement à la voix du rédacteur responsable de la feuille pour donner libre cours à une parole propre de la gazette, résultat de la fusion de plusieurs sujets d'énonciation. Cette impression est, certes, en partie, illusoire. Un texte senti comme éditorial, du moins par le lecteur actuel – qu'en était-il des contemporains ? – peut provenir, en réalité, d'une source officielle. C'est le cas de certains commentaires viennois qui semblent sortis tout droit de la plume anticléricale de Dubois-Fontanelle. La première personne peut n'être qu'une forme vide par laquelle s'exprime un lieu commun moral récurrent dans la plupart des gazettes28. Quelle que soit la part de leurre, l'impression d'éditorialité n'en est pas moins, pour le lecteur de notre temps, un trait caractéristique des feuilles politiques de la fin de l'Ancien Régime. Le texte est profondément marqué par la présence d'un sujet indifférencié de l'énonciation qui assure l'unité de la feuille et pose la question de l'identité auctoriale.

18Indépendamment de ces modalités d'éditorialité plurielle, un discours proprement auctorial, dégagé de toute promiscuité, se fait jour dans les gazettes de 1775, selon divers modes d'énonciation. Les feuilles présentant toujours l'aspect classique de la gazette, avec sa succession de bulletins et de citations de documents officiels, le texte éditorial n'apparaît pas d'emblée, pourtant la parole propre du gazetier se fait entendre sans aucune ambiguïté dans un nombre non négligeable d'occurrences.

19Dès les origines, des formes minimales de discours éditorial paraissent dans les gazettes. Ce sont, outre les prospectus de lancement, des "avis" figurant à la dernière page de certains numéros, indiquant les conditions de vente et de diffusion du journal, les lieux, prix et modalités de l'abonnement. Le gazetier ne s'y exprime qu'en tant que gestionnaire responsable de la diffusion du périodique. On retrouve, dans les gazettes de 1775, ce mode d'énonciation qui répond aux nécessités pratiques de la vie du périodique mais qui n'est certes pas significatif de la dignité nouvelle du gazetier.

  • 29 Voir le chapitre "Le gazetier idéal".

20A l'occasion, le journaliste des années 1770 avance encore masqué, en recourant à certains subterfuges du journalisme du XVIIIe siècle, en particulier au procédé de la lettre de lecteur. Ces lettres, fictives le plus souvent par manque de matière dans les Spectateurs, le sont d'autant plus dans les journaux politiques que les sujets dont ceux-ci traitent, bien qu'entrant dans le domaine public par la publication dans les gazettes, ne se prêtent pas à la discussion des particuliers. La lettre fictive assure pleine liberté d'expression au journaliste puisqu'il n'en endosse pas la responsabilité. C'est une spécialité de Manzon, un moyen pour lui d'aborder sans attendre des questions qui lui tiennent à coeur et d'exprimer énergiquement son point de vue dans la réponse. La lettre du négociant de Breslau (CBR 17 mai) dénonçant les "vaines déclamations insérées dans quelques gazettes" contre les conditions du traité de commerce entre la Prusse et Dantzig est trop agressivement favorable à la Prusse pour ne pas sortir de la plume du bouillant rédacteur, l'absence de réponse ou de commentaire de ce dernier étant en soi un aveu. Manzon s'acquitte ainsi loyalement de son devoir envers le roi de Prusse sans se compromettre aux yeux du roi de Pologne, ménageant avec élégance ses deux pompes à phynances. Dans un autre domaine, la série de lettres d'un prétendu correspondant sur le métier de gazetier et sur la gazette idéale, qui s’étale du 31 mai au 21 juin 177529, est le fait d'un homme non seulement très au fait de tous les problèmes que pose la forme journalistique de la gazette mais aussi soucieux de publier "des observations propres à diriger dans leur travail les rédacteurs de ces journaux publics", afin qu'ils puissent "honor[er] véritablement [leur] profession et [la mettre] de pair avec les professions les plus recommandables par leur utilité" (31 mai). Ces préoccupations professionnelles sont bien proches de celles de Manzon lui-même.

  • 30 "L'ordre et la clarté des choses exigent que nous revenions sur quelques détails des séances précéd (...)

21Le gazetier s'exprime, en revanche, à visage découvert dans une multitudes d'interventions discrètes, disséminées dans la feuille, qui concernent l'exercice de sa profession et ses rapports avec les lecteurs. On est frappé de l'importance de ce mode d'énonciation éditorial dans les gazettes de langue française des années 1770, par comparaison avec des feuilles traditionnelles, les gazettes italiennes de la même période, par exemple, dans lesquelles ce type d'intervention est exceptionnel. Il s'agit de propos à la première personne, accrochés à telle ou telle nouvelle, par lesquels le journaliste établit avec ses lecteurs un dialogue permanent sur les modalités de son activité. S'il intervient fréquemment dans le seul but de faciliter la compréhension d'événements souvent complexes (que les délais de transmission des nouvelles compliquent encore) par le rappel des développements antérieurs30, l'aspect le plus intéressant de ces propos est constitué par la série des remarques sur sa responsabilité professionnelle, en quelque sorte sur la déontologie de son métier. La Gazette de Leyde, le Courier du Bas-Rhin accordent une grande importance à des notations concernant la dignité professionnelle du journaliste. "Celui qui préside [...] à ces feuilles doit seul répondre de son ouvrage et réclamer jusqu'aux critiques bonnes ou mauvaises qu'on en fait", déclare le rédacteur de la Gazette des Deux-Ponts, en réponse à une lettre anonyme (9 fév. 1775) ; celui de la Gazette de Leyde définit son rôle dans la perspective de la conservation de la mémoire :

Attentifs à recueillir et consigner dans nos feuilles les pièces qui servent à l'histoire de nos jours, autant qu'il nous est possible de nous les procurer. (GL 6 juin)

  • 31 CBR évoque aussi : "La nécessité de remplir notre tâche et de jeter une sorte de variété dans nos a (...)

22Tous les gazetiers ont le souci d'assurer le public de leur respect du pacte de lecture de la gazette. Ils se préoccupent de "plaire", annoncent sans cesse des "nouveautés", s'ingénient, le cas échéant, à substituer à l’absence de nouvelles politiques des sujets intéressants et à assurer cette indispensable "variété que nous devons à nos lecteurs" (GL 10 jan.)31. Ils justifient la teneur de la feuille qu'ils soumettent au lecteur, rendent compte de leurs choix :

Faute de place, nous sommes obligés de renvoyer ces deux pièces à une feuille suivante. (GL 26 mai)

Quoique le plan et l'objet de notre feuille ne soit que de rendre compte des opérations des gouvernements, des guerres, des traités, des alliances, en un mot de tout ce qui concerne la politique en général, nous croyons cependant devoir y déroger dans cet article et faire connaître un remède. (CBR 3 mai)

23L'impératif fondamental, mais de réalisation difficile, pour le journaliste politique d'Ancien Régime est le respect de l'objectivité dans la réception et la transmission de nouvelles souvent incertaines. Aussi la question de la vérité de l'information est-elle constamment posée par le responsable de la feuille qui multiplie les affirmations de prudence et d'impartialité :

Les circonstances que l'on répand dans le public, sont trop confuses pour les présenter à des lecteurs qui aiment la précision [...] Ainsi nous croyons devoir nous borner à dire [...].

Mais ces conjectures sont trop hasardées pour trouver place ici. (CBR 18 fév.)

Mais nous attendrons que ces projets se soient réalisés pour en informer le public. (GL 28 fév.)

En rapportant ce fait, nous n'avons pas prétendu le garantir. (CBR 25 mars)

Nous croyons devoir à nos lecteurs une relation fidèle de ce qui s'est passé à cette occasion. (GDP 9 janvier)

Nous ne pourrions adopter l'une [relation] à l'exclusion de l'autre, sans paraître montrer de la partialité dans une affaire où nous ne devons avoir en vue que la vérité et la satisfaction du public. (GDP 13 juin) Il est juste que le public écoute les deux parties. (GDP 24 juin)

24Le journaliste proclame le caractère sérieux de ses fonctions, il se présente comme une tête raisonnable au-dessus des partis ; s'appuyant sur des formules clés telles que "bien des gens prétendent...", "ce qu'il y a de sûr...", il refuse de jouer les "spéculatifs" et ne se risque à des hypothèses sur le développement des affaires politiques que sur la base de la vraisemblance, du bon sens, des exemples du passé.

25Bien qu'ils restent étroitement liés au bulletin de nouvelles, ces textes fragmentaires, par leur importance en nombre et leur dissémination sur toute l'étendue de la feuille, constituent un réseau éditorial qui s'étend capillairement dans le tissu journalistique et modifie subtilement la textualité de la gazette. Faisant entendre la parole du journaliste à tous les détours du texte, ils désignent le sujet d'énonciation vers lequel convergent les différents faisceaux de l'éditorialité plurielle et contribuent ainsi de façon déterminante à l'unité éditoriale de la feuille.

  • 32 Voir C. Labrosse, P. Rétat, art. cit. : "La configuration de certaines gazettes préfigure déjà le d (...)

26Certains gazetiers, enfin, franchissent le pas, ils prennent ouvertement la parole dans des rubriques autonomes, nettement distinctes de celles des correspondants. Cette innovation marquante est le fait des deux fortes personnalités qui publient la Gazette des Deux-Ponts et le Courier du Bas-Rhin. La rubrique intitulée "Variété", placée en fin de numéro de la Gazette des Deux-Ponts est l'espace propre de Dubois-Fontanelle ; il y présente, sous forme de nouvelle morale ou de court apologue soigneusement composé, un fait divers curieux sélectionné dans l'actualité. De la multiplicité des faits – amours, suicides, vengeances, épisodes d'avidité ou de dévouement – il dégage des considérations, désabusées le plus souvent, parfois amusées, sur les hommes et les mœurs de son époque. Manzon s'exprime dans une rubrique datée du jour et du lieu d'édition de la gazette, Bas-Rhin ou Clèves. Il commente, à chaud, avec la vigueur intellectuelle qui le caractérise, les événements de l'actualité qu'il considère comme les plus remarquables, en général les développements de la révolte des colonies anglaises d'Amérique. Son article figure dans la presque totalité des numéros, immédiatement à la suite de la dépêche du correspondant, bouleversant ainsi l'ordre canonique des gazettes qui placent toujours en fin de numéro les rubriques datées du lieu d'édition de la feuille. Il s'agit d'un véritable éditorial politique. Pour la première fois dans l’histoire des gazettes, le Courier du Bas-Rhin et la Gazette des Deux-Ponts isolent ainsi formellement le texte éditorial dans l'économie générale de la feuille, le Courier du Bas-Rhin allant même jusqu'à l'insérer librement, innovations qui préfigurent, toutes proportions gardées, le dispositif des organes d'information modernes32.

  • 33 "Le projet de mettre fin à ses maux en se délivrant de la vie, est quelquefois accompagné de circon (...)
  • 34 Les exemples sont innombrables. Citons cette boutade : "Si le roi du Maroc continue de prendre ses (...)

27La physionomie de ces gazettes est essentiellement caractérisée par la présence concrète dans le texte d'un sujet d'énonciation matérialisé sous les espèces d'une personnalité qui, si elle n'est pas nommément désignée, est du moins bien connue des lecteurs. Les nouveaux gazetiers se distinguent par un style d'écriture et de pensée. L'un et l'autre sont des écrivains dont on reconnaît la touche. La discrétion élitaire de Luzac n'est pas leur fait. Dubois-Fontanelle répond directement, dans un "Avis" en fin de numéro, à l'auteur d'une lettre anonyme que "ses principes sont assez connus pour qu'il n'ait pas besoin d'avertir ceux qui les [les lettres anonymes] écrivent qu’ils se donnent une peine inutile" (GDP 9 fév.). Sa rubrique "Variété" est révélatrice de nombreux aspects de sa sensibilité : l'effroi devant l'indécrottable sottise, l'obscurantisme, les crimes des hommes de son temps ; la perplexité devant le caractère "romanesque" de la réalité ; l'émotion suscitée par de rares exemples de piété filiale, de générosité, de respect des autres33. L'absence de préjugés – autant que de scrupules ! – l'irrespect, l'agressivité, la passion de la politique et de la polémique, informent, en revanche, les commentaires de Manzon, ses boutades, ses attaques répétées contre Jésuites et journalistes ennemis, ses prises de position sans appel34. Dans un cas comme dans l'autre, ce type de discours éditorial exige du public réceptivité et disponibilité. On peut imaginer le lecteur des années 1770 choisissant sa feuille, comme nous choisissons notre quotidien, selon qu'il est plus ou moins porté à l’observation de la société de son temps ou à l'engagement militant dans le présent, selon sa sympathie ou son antipathie à l'égard de l'un ou de l'autre journaliste.

28Sous la pression d'un discours éditorial aussi fortement marqué de subjectivité, qui exalte l'identité de la feuille comme créature du gazetier, la gazette tend à devenir un journal à la première personne, selon des modalités fort différentes pour la Gazette des Deux-Ponts et le Courier du Bas-Rhin. Les éditoriaux de Dubois-Fontanelle insèrent, en contrepoint du politique, le point de vue supérieur d'un moraliste éclairé, inscrivant ainsi dans l'univers fragmenté de la gazette la continuité d'une réflexion sur les passions des hommes et sur les mœurs de son temps. Le fait divers et les individus hétéroclites qui le peuplent acquièrent dans ces fables édifiantes un statut journalistique et une dimension littéraire qui mettent en question l'étroitesse du champ d'information de la gazette. La feuille politique des Deux-Ponts s'écarte du cérémonial aristocratique, militaire et diplomatique, pour s'ouvrir, à la manière des fictions philosophiques, aux problèmes de la société contemporaine écartelée entre les "progrès de la philosophie" (29 jan.1775) et les résistances de l'obscurantisme. Le Courier du Bas Rhin, en revanche, relève du journalisme d'opinion, c'est déjà un organe d'information de type pré-moderne. A la différence d'une feuille "éclairée" comme la Gazette de Leyde, qui défend des positions idéologiques fondées sur un certain nombre de principes – dont l'idée de liberté – largement partagés dans certains secteurs de la société civile, ses prises de position provocantes sont d'abord l'expression d'une conviction personnelle du journaliste ; elles engendrent un nouveau type de rapport avec le public. Le Courier du Bas-Rhin sollicite, virtuellement du moins, une réponse de ses lecteurs, qui – potentiellement – porte à l'élargissement d'un espace public dans lequel toutes les nouvelles politiques seraient ouvertes à la discussion.

29La feuille de Manzon est aussi un journal politique tourné vers le présent avec la volonté de le comprendre et d'en prévoir l'évolution. L'originalité des éditoriaux qui, avec l'accélération du conflit anglo-américain au cours du premier semestre 1775, suivent au jour le jour l'actualité, réside dans la perspective strictement politique qui les caractérise. Le journaliste ne prend pas parti, pendant cette période du moins : la révolte des colonies anglaises est vue comme un "objet politique", "le plus digne de l'attention et de la curiosité du public" (4 fév.), c'est-à-dire un ensemble de situations objectives, de rapports de forces, d'initiatives stratégiques. L’information sur cet objet suppose donc autre chose que la simple chronique des faits, elle doit permettre une appréhension intellectuelle de la nature et des mécanismes des conflits.

30Le Courier du Bas-Rhin propose des analyses concrètes de situations et d'événements qui indiquent au lecteur des lignes directrices pour comprendre l'actualité. L'éditorial du 4 janvier envisage concrètement "les funestes conséquences qui doivent résulter pour l'Angleterre de ses démêlés avec les colonies" : compte des soldats engagés, "10 000 hommes de troupes" ; des effectifs qui seraient nécessaires pour tenter de réduire la résistance des Américains, "au moins 20 000 hommes" ; pertes commerciales à prévoir chiffrées à "14 millions de sterlings par an". Le 25 février, la nouvelle du rembarquement des troupes du général Gage sur les bateaux, pour ne pas avoir à affronter les Bostoniens (le texte est le même que celui de GA), est suivi d'un commentaire éditorial qui sollicite la réflexion du lecteur et en quelque sorte lui enseigne à "lire" les nouvelles :

Si cette nouvelle est vraie, elle prouverait, ou que le général Gage ne soumettra jamais l'Amérique septentrionale, s'il est obligé de fuir devant la populace d'une seule ville ; ou, ce qui est plus vraisemblable, qu'il a des ordres particuliers qui lui défendent de n'en venir aux voies de fait qu’à la dernière extrémité. (25 fév.)

31Ponctuellement, le journaliste porte des jugements techniques sur tel ou tel événement. Ainsi cette appréciation de l'absence de "plan relativement aux colonies" du ministère anglais, "ce qui est dans une affaire de cette importance, une conduite aussi criminelle que maladroite" (21 jan. 1775) ; le commentaire de la décision anglaise d’accuser de haute trahison les députés américains : "Qu'on juge l'effet que cette décision est capable de produire sur les esprits déjà trop aigris des Américains" (4 fév.) ; ou encore cette remarque sur l'issue du premier engagement anglo-américain : "Ce premier échec qui est, à la vérité, peu de chose par lui-même, signifie beaucoup dans l'opinion" (17 juin).

  • 35 Voici le jargon du correspondant, par rapport auquel on pourra apprécier la rédaction de Manzon : " (...)
  • 36 "Il y a dans ce moment-ci, pour l'Espagne et pour la France, un grand coup de politique à faire [.. (...)

32Il propose aussi des vues d'ensemble qui intègrent l'événement isolé rapporté par les dépêches dans un contexte politique général et incitent le lecteur à muer la curiosité superficielle qui l'intéresse à l'actualité en une réflexion sur le mécanisme et la portée historique des situations du présent. L’éditorial du 19 avril est, de ce point de vue, saisissant. La source probable est une correspondance de Londres, publiée par la Gazette des Deux-Ponts le 17 avril, qui signale l'imminence d'"une révolte générale [...] difficile à assoupir" dans les colonies anglaises et envisage l'indépendance de l'Amérique du nord, "tôt ou tard", suivie "dans un avenir plus éloigné encore,[d']une révolution générale"35. Le remaniement de ce texte par Manzon révèle des capacités d'analyse politique et une largeur de vue exceptionnelles. Il considère l'hypothèse d'une intervention étrangère – France et Espagne, dont il est question dans un autre éditorial36 – dans la "guerre civile" anglo-américaine et les développements qu'elle serait susceptible d'entraîner :

Il n'y a donc pas de la témérité à prédire que l'affaire des colonies anglaises prépare à une des plus grande révolutions dont il soit fait mention dans l'histoire des sociétés politiques ; et que le sceptre ébranlé des mers, est prêt de tomber des mains qui depuis si longtemps le portaient avec tant de gloire et de succès.

  • 37 "Un nouvel empire fondé en Amérique, ou peut-être une union de plusieurs petites républiques sous u (...)

33Le tableau qu'il trace des conséquences à long terme de la constitution d'une puissance extra-européenne sur les ruines de l'empire britannique37 est d'une perspicacité qui a de quoi surprendre- les plus chauds partisans des colons ne voient pas aussi loin. Par son ampleur, ce texte est l'équivalent d'un éditorial moderne ; en dépit de la part d'enthousiasme "spéculatif" qu'il comporte, c'est bien une réflexion politique appuyée sur des faits concrets, la rébellion ouverte des colons, la faiblesse des moyens militaires que la métropole pourrait leur opposer, les ingérences étrangères que les mystérieux préparatifs militaires de l'Espagne, dont il est souvent question dans les gazettes, rendent fortement probables. L'hypothèse d'"une combinaison nouvelle et inconnue en Europe" de "plusieurs petites républiques" révèle une imagination politique qui distingue Manzon de la masse de ses confrères. Inlassablement, avec une insistance qu'on ne retrouve dans aucune autre feuille, le Courier du Bas-Rhin signale l'importance exceptionnelle pour l'histoire de l'Europe de la révolte des colonies anglaises. Les événements se déroulant dans un continent lointain pourraient paraître étrangers aux préoccupations du public européen et moins importants pour lui "qu'une guerre entre deux puissances de cette partie du monde". "Il s'agit au contraire ici – souligne le journaliste – d'une affaire d'où peut dépendre le destin de l'empire britannique, et qui doit avoir une influence très grande, en bien ou en mal, sur le sort futur de tout un peuple" (11 jan.). "Tout semble se disposer pour mettre la Grande-Bretagne dans la crise la plus violente et la plus convulsive où jamais un état puisse s'être trouvé" (19 avril). C'est "une affaire si importante que nous ne croyons pas pouvoir y ramener trop souvent l'attention de nos lecteurs" (24 juin).

34La modernité des éditoriaux de Manzon se lit dans le passage du mépris à l'égard des "spéculatifs" à l'exercice d'une spéculation concrètement politique qui substitue aux "romans" des anciennes gazettes la connaissance des rouages d'un présent saisi dans sa contingence. En ce sens, ces commentaires, qui ouvrent la voie à des formes modernes de journalisme, constituent la dernière étape du développement de ce journalisme d'Ancien Régime qui a tant contribué à la naissance d'une opinion publique.

35L'innovation la plus remarquable du journalisme de langue française de la fin de l'Ancien Régime est l'intrusion du gazetier en soliste dans le concert des correspondants dont les voix font la gazette. D'abord discrète dans la Gazette de Leyde, la parole du journaliste s'impose et s'installe librement au coeur des feuilles nées à la fin des années 1760, transformant les gazettes en journaux d'opinion qui sollicitent une prise de position de leurs lecteurs sur tous les aspects de l'actualité. En ce sens, la place que le discours éditorial parvient à se tailler dans la gazette en modifie profondément l'impact sur le public et, dans certains cas, anticipe sur le développement ultérieur des organes modernes d'information. La textualité de la gazette, pourtant, n’en est que peu troublée ; l'article du rédacteur s'insère sans solution de continuité dans la succession des bulletins et textes divers. C'est, en fait, avant même le surgissement de la parole éditoriale que la textualité de la gazette s'est transformée, avec l'affirmation de sujets d'énonciation diversifiés dont chacun fait entendre une parole autonome et pourtant dépendante : parole des correspondants soumise à celle du gazetier qui la met en scène, parole du gazetier présentant – ou représentant – celle des correspondants, parole toujours soumise à l'événement. L’ambiguïté qui caractérise ainsi le sujet de l'énonciation, fondu dans la pluralité des voix, confère au texte sa spécificité et son originalité dans le champ des publications périodiques. L'indifférenciation de l'identité auctoriale, jointe à la structure fortement cohérente de la feuille, tend, en outre, à dénaturer la parole propre du rédacteur, si nettement qu'elle se fasse entendre. Celle-ci, d'ailleurs, ne s’élabore-t-elle pas à partir d'un message rudimentaire transmis par le correspondant : fait divers monté en fable, en conte, en épigramme par Dubois-Fontanelle, nouvelles éparses métamorphosées en faits politiques par Manzon ? Le discours éditorial des gazettes d'Ancien Régime se présente comme un phénomène complexe de mixage des voix ; il ne se confond pas entièrement avec cette parole isolée que privilégient notre goût et nos habitudes de lecteurs modernes de journaux.

Notes

1 Relation des nouvelles du monde reçues tout le mois de décembre 1633. L'auteur de ce mensuel politique déclare avoir adopté cette ligne de conduite à la demande de ses lecteurs était-ce, en réalité, intervention du pouvoir ? : "Quelques-uns trouvaient trop libre la naiveté des jugements que je croyais être obligé de faire dans mes relations des mois, sous le titre de l'Etat Général des Affaires" ; il se proposait d’"essayer par là de [leur] en rendre la lecture plus agréable".

2 Sur la textualité de la gazette, voir C. Labrosse, P. Rétat, "Le texte de la gazette", dans XIX : "La gazette gère des isolats, dont elle est la collection aléatoire, mais dont elle se sent absolument tenue de respecter la particularité. Le couple villedate d'origine est la clé de cet ensemble clos".

3 Voir Jean Sgard, "On dit", dans XVIII.

4 Voir K. M. Baker, Inventing the French Revolution, Cambridge University Press, 1990 ; trad. fr. : Au tribunal de l'opinion, Essais sur l'imaginaire politique au XVIIIe siècle, VI, "L'opinion publique comme invention politique", Payot, 1993.

5 Voir J. D. Popkin, XXX. Voir aussi : J. D. Popkin, "The Gazette de Leyde and French Politics Under Louis XVI", et Carrol Joynes, "The Gazette de Leyde : The Opposition Press and French Politics, 1750-1757", dans XII.

6 Voir III et XVII.

7 Un indice de cette évolution est donné par la diminution de l'importance accordée à la circulation des nouvelles, élément caractéristique des gazettes de facture plus ancienne. Le trajet des dépêches n'est signalé que lorsqu’il est porteur de sens dans GL (essentiellement pour les nouvelles d'Amérique) et il n'en est presque jamais question dans CBR ; GA, en revanche, continue à donner une place importante aux passages de courriers.

8 Voir C. Labrosse, P. Rétat, art. cit. p. 141.

9 J. F. von Bielfeld, Institutions politiques. Je retraduis la citation donnée en anglais par J. D. Popkin, XXX, p. 127.

10 On peut, à l'occasion, déceler l'intervention de la censure dans le passage d'une même gazette d'un point de vue à un autre. Du 3 au 17 mai, CBR révise radicalement sa position sur la question de la liberté du commerce des grains. La dépêche du 3 mai condamne l'initiative de Turgot en termes peu amènes : "M. le Contrôleur Général persistant toujours dans son système sur la liberté du commerce des grains, ne se rebute point de la cherté qui s'élève de toutes parts [...] En attendant le mal n'en est pas moins réel et pressant". Le 13 mai, une longue rubrique examine les deux théories opposées, contrôle ou liberté, et conclut (dans les mêmes termes que GDP) : "Deux extrémités entre lesquelles le milieu serait peut-être, comme en toute chose, le plus sûr", ajoutant : "Il n'y a pas d'homme juste qui ne soit convaincu des intentions patriotiques et des sages vues de M. le Contrôleur Général". Le 17 mai, le correspondant se rallie définitivement au seul système "qui puisse ramener la subsistance du peuple à un prix raisonnable".

11 GA se distingue par une surabondance de nouvelles et de documents sur tous les grands problèmes du moment, conformément à la conception d’une objectivité faite de points de vue multiples sur les faits.

12 "Débite"-t-on que les colons américains sont susceptibles d’acheter les soldats anglais ? "Le soldat vit de son métier, et de celui-là parce qu’il n'en a pas d’autre", commente GDP (19 juin).

13 Elles s'occupent "des opérations de gouvernement, des guerres, des traités, des alliances, en un mot de tout ce qui concerne la politique en général" (CBR 3 mai).

14 Manzon est au service de la Prusse mais il n'est pas homme à refuser les subsides d'où qu'ils viennent et son habileté lui permet d'être sans encombre serviteur de deux maîtres !

15 La "Variété" du 13 avril 1775, qui décrit un meurtre particulièrement odieux, conclut ainsi : "Il n’arrive plus de traits semblables dans les contrées de la Pologne qui ont passé sous domination étrangère".

16 "Le Pape actuel en défaisant ce qu'a fait son prédécesseur, est obligé cependant de ménager ses expressions ; il l'est aussi de ménager les puissances qui sont intéressées à tout ce que lui dicte son attachement, maintenant connu et hors de doute pour la feue Société [...] On est toujours persuadé que cela n’ira pas plus loin [les mesures en faveur des Jésuites], parce que l’on ne pourrait passer certaines bornes sans conséquence, et que la prudence doit régner et règne, sans doute, dans le conseil secret de S.S." (22 juin). Curieusement, à partir du 20 mai, CBR se met à tenir un discours semblable, mais l'annonce de la libération des Jésuites enfermés au château Saint-Ange met de nouveau le feu aux poudres.

17 Voir XXX, pp. 261-262 : "Luzac wrote little of the content of the Gazette de Leyde. But he chose its correspondents, he selected the documents it would publish, he decided which events it would single out for extensive coverage, and he did pen the short but often crucial comments that framed and interpreted this news coverage for the readers".

18 Pour J. Sgard, art. cit., le gazetier "fait parler ses sources".

19 Par exemple : "Le roi qui ne perd pas de vue tout ce qui peut être avantageux à ses peuples et secourable aux pauvres, surtout en ce qui concerne les besoins de la vie, a fait dresser un mémoire contenant les dispositions suivantes [...]" (GA 16 juin).

20 Exemple : les pélerinages "sous le prétexte d'une dévotion très souvent trompeuse ou imbécile, ne servent qu'à faire négliger aux particuliers leurs affaires les plus essentielles, à ruiner leurs familles, et à les plonger eux-mêmes dans la débauche, la fainéantise, la pauvreté" (GL 23 mai). L'existence d'agences à clients multiples n’explique aucun de ces cas, dans la mesure où la similitude de la glose ne se retrouve que pour ce type de nouvelles.

21 "On s'occupe depuis longtemps des moyens d'abolir la mendicité qui entretient la paresse et perpétue l'indigence" (GU 6 jan.). – "Les correcteurs de cette République ont frappé un coup aussi important que remarquable [l'abolition des jeux de hasard] [...] tant pour le bien de la Religion que de la vertu et de l'humanité" (GA 6 jan.).

22 "Cette statue qui a été ordonnée et finie par ordre et suivant les idées de Son Excellence le Marquis de Pombal, dont le discernement juste sait choisir et guider les artistes, capables d'exécuter ses vastes desseins, a été examinée avec attention par cet illustre protecteur des arts, dont le vaste génie sait apprécier à sa juste valeur un ouvrage aussi parfait". Quant au roi "juste et magnanime", on peut "à juste titre" le nommer "père de la Patrie" "puisque toujours occupé du bien-être de son royaume, il a su se choisir pour ministre Son Excellence le Marquis de Pombal, qui, guidé par ses sentiments, nobles et généreux, et toujours zélé pour le bien public [etc...]" !

23 Citons, entre autres, cette remarque : "Les Jésuites ne demandent pas qu'on leur restitue leurs biens ; mais qu'on les mette seulement là où il y en a, et qu'on se repose sur eux du soin de s'en procurer. Cette société avait-elle un sou lorsque St Ignace la fonda ? Et quels trésors ne possédait-elle pas lorsqu'on l'a détruite ?" (6 mai).

24 J. Sgard, art. cit., parle à ce propos de "pré-éditorialité".

25 C'est moi qui souligne.

26 Il est question dans les Mémoires de la Margrave de Bayreuth, sœur de Frédéric le Grand d'une demoiselle de compagnie “fille d'un moine italien qui s'était enfui de son couvent pour s’établir en Hollande où il avait abjuré la foi catholique [...] Sa fille avait gagné sa vie à corriger les gazettes” (Mercure de France, 1967, p. 25).

27 Voici un exemple significatif d'introduction de la rubrique "Variété" : "Les grands crimes sont rarement impunis. Il semble que la Providence permette que les coupables soient toujours découverts et qu'ils subissent le châtiment qu'ils ont mérité. Nous en avons déjà eu la preuve dans plusieurs faits ; en voici une nouvelle" (27 avril 1775). Voir D. Reynaud, "Violence et passion : les 'Variétés' de la Gazette des Deux-Ponts", XXII.

28 Quand la Gazzetta Universale de Florence écrit : "Nous nous honorons de rapporter dans nos feuilles tous ces actes de générosité qui méritent de servir d'exemple" (17 jan.) (souligné par moi), elle ne dit rien de plus que la formule impersonnelle de GL dans des circonstances comparables : "Les actes de générosité et de bienfaisance méritent d'être connus pour servir d'exemple à d'autres et récompenser ceux qui les ont faits par l'estime publique" (4 avr.).

29 Voir le chapitre "Le gazetier idéal".

30 "L'ordre et la clarté des choses exigent que nous revenions sur quelques détails des séances précédentes" (CBR 26 avr.) ; "comme nous l’avons dit dans le supplément du numéro V" (GL 7 fév.) ; "le roi du Maroc [...] a répondu à la déclaration de guerre du roi (insérée dans nos suppléments des numéros XCI et XCII de l'année dernière) par un manifeste" (GL 24 jan.).

31 CBR évoque aussi : "La nécessité de remplir notre tâche et de jeter une sorte de variété dans nos articles" (18 fév.). Le 31 mai, Manzon justifie ainsi des considérations sur le métier de gazetier : "Elles méritent peut-être autant de tenir une place dans nos feuilles, qu'une foule d'articles inutiles que la disette de nouvelles, jointe à la nécessité de remplir notre tâche, nous obligerait souvent d'y faire entrer".

32 Voir C. Labrosse, P. Rétat, art. cit. : "La configuration de certaines gazettes préfigure déjà le dispositif des futurs organes d'information, dans la mesure où ces anciens journaux semblent vouloir s'appuyer sur ce type de texte [éditorial] pour affirmer leur identité et construire leur unité".

33 "Le projet de mettre fin à ses maux en se délivrant de la vie, est quelquefois accompagné de circonstances propres à prouver que la raison ne jette encore que des lueurs bien faibles dans un grand nombre de cervelles" (29 mai) "L'ardeur de la vengeance est peut-être un des plus grands fléaux de l'humanité, et la source des crimes les plus atroces que l’esprit humain puisse concevoir, et exécuter. Cette passion farouche n'a quelquefois besoin que de bien faibles motifs pour s'éveiller et méditer des horreurs" (22 juin).

34 Les exemples sont innombrables. Citons cette boutade : "Si le roi du Maroc continue de prendre ses mauvais succès à coeur, comme il l'a fait jusqu'ici, on craint qu'à la fin il ne lui reste pas un poil de sa barbe" (22 fév.) où l'on remarque l'emploi ironique de l'expression canonique de l'impersonnalité des gazettes (souligné par moi). — L'éreintage de la satire Le Conclave, pourtant vantée par le correspondant de Rome comme "l'une des plus ingénieuses et des plus piquantes qui aient paru en Italie depuis longtemps" (7 jan.) ; le gazetier ne se gêne pas pour répondre : "Après l'avoir appréciée à sa juste valeur, nous ne craignons pas d'avancer que c'est une misérable satire, sans esprit, sans intérêt, et même sans méchanceté, qualité détestable sans doute mais indispensable dans une satire [...] Nous osons les [les lecteurs] prévenir qu’ils conforteront le jugement peu favorable que nous en avons porté" (15 fév.). — L'injure "faussaires" dont il gratifie les correspondants des gazettes d’un autre bord que le sien (28 juin). — Et surtout la violence de ses attaques contre les Jésuites "qui ont troublé les états, assassiné les rois pour la plus grande gloire de Dieu ; qui ont corrompu la religion, perverti la morale, pour la plus grande gloire de Dieu ; recherché les honneurs, les richesses, les biens, la considération pour la plus grande gloire de Dieu ; employé tour à tour le fer, la flamme, les poisons pour se venger de leurs ennemis ; et cela, toujours pour la plus grande gloire de Dieu, etc, [...] permettez à la raison de plaindre l’humanité de n'être pas encore délivrée de cette engeance de moines de tous les ordres et de toutes les couleurs, qui la dévorent, l'outragent et la déshonorent depuis si longtemps" (10 mai).

35 Voici le jargon du correspondant, par rapport auquel on pourra apprécier la rédaction de Manzon : "Et peut-être que tout ce qu'on fait ne fait-il que préparer l'indépendance de l'Amérique Septentrionale, dont il est certain qu'elle jouira tôt ou tard, et qui annonce dans un avenir plus éloigné encore, une révolution générale, qui doit avoir lieu, mais qu'il semble que les circonstances actuelles doivent hâter en partie".

36 "Il y a dans ce moment-ci, pour l'Espagne et pour la France, un grand coup de politique à faire [...] une occasion aussi favorable que celle-ci de s'assurer l’empire et le commerce de la mer" (13 mai).

37 "Un nouvel empire fondé en Amérique, ou peut-être une union de plusieurs petites républiques sous une combinaison nouvelle et inconnue en Europe ; mais dont la réunion formera une puissance redoutable, qui après avoir attiré chez elle les arts, les sciences et l'industrie de notre continent, commencera par s'agrandir et s'étendre dans le Nouveau-Monde, et viendra peut-être un jour nous conquérir, comme il a été notre conquête il y a quelques siècles : Et qui sait si l’Angleterre ne sera pas un jour elle-même une colonie américaine !"

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search