Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« D’abord il dit et ordonna... »

 | 
Marie-Thérèse Lorcin

Document 6

Testament de Guillemette, femme d’Étienne Buer, de la paroisse de Saint-Cyr-au-Mont d’Or, fait le 20 février 1385 (Arch. Dép. Rhône, 4G 55, 105vo)

Texte intégral

1À la campagne, il est fréquent de voir testateur ou testatrice ordonner de vendre quelque bien immobilier pour payer les cérémonies religieuses, aumônes et legs. Cette paysanne possédait en propre un petit domaine non négligeable, formé de parcelles éparses comme c’était en général le cas dans le secteur des Monts d’Or. Elle possédait aussi une partie de maison sise à l’intérieur du castrum de Saint-Cyr. Nombreux sont alors les villageois qui, même lorsqu’ils habitent un écart, conservent soigneusement un logis où ils puissent se réfugier en cas de besoin. En 1385, on n’a pas encore oublié les ravages commis par les Routiers... D’autres, qui n’ont pas cette possibilité, entreposaient leurs coffres dans l’église, autre édifice plus solide que les maisons paysannes.

  • 1 Cf. Howell, 1996.

2Contrairement à ce que produit notre société de consommation, vêtements et chaussures étaient confectionnés pour durer. Ils passaient très normalement des parents aux enfants, du maître au serviteur, du prêtre à la servante. Certains vêtements, et même des chaussures, étaient légués à des parents et amis nommément désignés en témoignage d’affection, et gagnaient à ce procédé une valeur affective supplémentaire1.

Traduction (en abrégé)

3Mathieu de Marcilly, official de Lyon..., Guillaume Fayel, clerc juré...

4La testatrice veut être ensevelie dans la tombe de ses père et mère au cimetière paroissial de Saint-Cyr. Que l’on fasse venir 25 prêtres pour célébrer sa sépulture. On offrira ce jour-là le repas à toutes les personnes présentes. Un an plus tard, que l’on convoque également 25 prêtres.

5Aux pauvres des paroisses de Saint-Cyr et de Saint-Didier, elle veut que l’on donne un petason (quartier de lard) valant jusqu’à 3 florins.

6À son mari, elle lègue tout le blé et tout le vin qu’elle possède, ainsi que un lit garni et les coffres qui se trouvent dans la maison du château de Saint-Cyr.

7À Martin Jay, son frère, elle lègue sa part des biens maternels et aussi une vigne sise...

8À Guillemette veuve de Jacquin Ferlat, elle lègue le moins bon de ses vêtements de camelin.

9À Jeanne, épouse de Jean Martio, elle lègue son corsetum.

10À Simonde, épouse de Jacquin Michon, elle lègue sa tunique.

11À Juliane, veuve d’Antoine Girardin, elle lègue son meilleur vêtement de serge, sa capuche, ses chausses et ses souliers.

12À Clémence épouse de Pierre Robert, sa tante, elle lègue son pré sis à la Servagère.

13Les exécuteurs vendront les biens suivants : la terre de la Servagère, la vigne et la friche du Pillot, le bois de la Voultillière, la vigne de la Rechanière, le pré de Buyat, la vigne du fromental, la part qu’elle possède de la maison sise dans le château de Saint-Cyr, et la friche située en Edullines.

14Elle veut que sa libra (part dans les distributions) dans la confrérie soit pendant sept ans donnée aux pauvres. Les héritiers devront la maintenir dans la confrérie pendant sept ans.

15Pour le reste de ses biens meubles et immeubles et une fois réglées pacifiquement ses dettes et aumônes, elle désigne comme héritiers universels Léonard et Guillemette, ses enfants. Elle les substitue l’un à l’autre au cas où l’un d’eux mourrait sans descendance. Son mari sera tuteur de Guillemette.

16Elle nomme exécuteurs de son testament Pierre Robert et Jean Vincent, auxquels elle donne tout pouvoir...

17Étaient présents Jean Bon dit Fiart et son fils Étienne, Jacquin Michon, Jean Bechonnier, Pierre Robert, Martin Jay, Étienne Buer son mari, Jean Vincent et Guillemet Robert.

Notes

1 Cf. Howell, 1996.

© Presses universitaires de Lyon, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site