Version classiqueVersion mobile

« D’abord il dit et ordonna... »

 | 
Marie-Thérèse Lorcin

Document 4

Testament public de Jeannet fils de Pierre du Rivat, paroissien de Saint-Symphorien-le-Château, fait le 1er août 1338 (Arch. Dép. Rhône, 4G 42, 49-51)

Texte intégral

1Ce long testament laisse entrevoir ce que pouvait être une grande exploitation des Monts du Lyonnais qui pratiquait la polyculture et comportait des installations utilisant la force hydraulique (moulin à farine, moulin broyant les écorces à tan, gauchoir foulant les draps qui viennent d’être tissés). Le tenancier est assez riche pour assurer l’établissement de sa nombreuse famille. Trois fils héritent et une partie des biens restera indivise, mais chacun d’eux reçoit quelques biens en propre, en particulier un corps de bâtiment pour y vivre à l’aise avec femme et enfants. C’est le point de départ d’un hameau.

2Les noms de baptême rencontrés dans les testaments de la région sont peu variés (17 noms servent à désigner plus de 80 % des individus de sexe masculin. Pour distinguer les personnages, on utilise couramment les diminutifs (Jeannet au lieu de Jean), les surnoms (ex. dans le texte 1 : « alias Gœrs ») et surtout les noms de lieux comme compléments. C’est pourquoi les testaments, tout comme les terriers seigneuriaux, révèlent une collection de hameaux habités.

Traduction

3Testament de Jeannet, fils de Pierre du Rivat (de Ripparia), paroissien de Saint-Symphorien-sur-Coise, fait le 1er août 1338.

4Gui Caille, doc. en Lois, Official de la cour de Lyon, fait savoir que devant Jean Garembod, clerc de notre cour, comparut ledit Janet... qui en toute connaissance de cause, sain de corps et d’esprit, pour ne pas mourir intestat, redoutant les embûches de la mort... en l’honneur de la Sainte Trinité, Père, Fils et Saint Esprit, amen, de la Sainte et Glorieuse Mère de Dieu toujours vierge, de saint Symphorien et de tous les saints du paradis, il fait son testament nuncupatif comme suit.

5Premièrement, il recommande son âme et son esprit au haut créateur. Il veut être enseveli au cimetière de Saint-Symphorien-le-Château dans la tombe de ses parents. Que les réclamations qui s’élèveront lors de sa mort, les dettes, legs et aumônes, soient réglés par les mains de ses héritiers et exécuteurs ci-dessous nommés.

6Il donne à chaque prêtre de Saint-Symphorien le jour de sa sépulture, 1 gros tourn. d’argent en aumône. Aux pauvres du Christ venant à sa sépulture, 2 den. ou leur valeur en pain et viande. Pendant un an complet, que les héritiers lui fassent un annuel de pain, vin et chandelle chaque dimanche pour le repos de son âme et de celle de son père. À dom Thomas Ayet, Martin Blanchon, Guillaume Ganere, prêtres, habitants de Saint-Symphorien, à chacun un annuel de 5 sous forts. Au luminaire de Saint-Symphorien, 2 livres de cire. Aux luminaires de La Rajasse, Saint-Étienne-de-Coise, La Chapelle, Saint-Martin-de-Pomeys, chacun 1/2 livre de cire. À trois hommes et une femme pauvres choisis par les héritiers, chacun des chausses et des souliers. Aux pauvres du Christ, 30 aunes de drap de serge à distribuer aux plus indigents dans les 2 ans. À l’œuvre de Saint-Symphorien, 5 s. v. Pendant 10 ans, les héritiers donneront le vin à la Confrérie du Saint-Esprit. Ensuite qu’ils achètent un revenu au profit de cette confrérie à perpétuité.

7À Guigon Garembod, clerc, pour aller aux écoles, 15 s.v.

8À ses filles Antonia et Stéphanie, chacune 50 l.v. de monnaie courante, avec 10 l.v. et un lit garni, comme c’est la coutume, à titre de dot et pour tous droits, à leur remettre dans les 5 ans qui suivront leur mariage. Si l’une d’elles meure avant mariage et sans avoir d’héritier légitime, sa part fera retour aux héritiers ci-dessous nommés. À sa fille Jeannette, femme d’Étienne de l’Orme, une génisse d’une valeur de 30 s.v. maximum, ainsi que 60 l.v., 2 paires de vestibus, 1 lit garni, qui constituent la dot qu’elle reçut du testateur et du père du testateur (mêmes clauses que supra). À Jeanne, femme de Zacharie de Montagny, son neveu, 5 s.v. en plus de la dot déjà reçue.

9Il a reçu de sa femme 50 l.v. de monnaie faible courant à l’époque de son mariage. Elle en recevra 20 l.v. de la bonne monnaie courant à présent. Il ajoute 20 l.v. de même monnaie tant à titre d’augment que pour don et échoîte, et 15 l.v. de bonne monnaie que jadis le testateur paya sur son propre capital, tant pour la maison qui fut à Giraud Benon père de ladite Jeannette, que pour l’exécution des dernières volontés du père de Jeannette et pour les droits de reconnaissance dus sur cette maison au Précepteur de Chazelles.

10Tant qu’elle vivra, sa femme aura vivres et vêtements selon les besoins de sa personne, avec ses enfants et héritiers en la maison du testateur. Elle aura le gouvernement des biens et des enfants tant qu’elle le voudra. Si elle ne veut pas demeurer avec eux, ou si eux ne la veulent pas, elle aura la camera où ils ont demeuré tous deux depuis la mort de P. du Rivat son père, avec chaque année 12 bichets de seigle et 1 bichet de froment à la mesure de Saint-Symphorien, 20 sous, et le droit de prendre son bois de chauffage dans les bois du testateur ou dans la maison (hospicio). Elle recevra le seigle au moment de la moisson, le froment à la Saint-Martin, l’argent quand elle voudra. Elle aura également, toujours dans ce cas, la terre sise à la Rouzi.

11Que la procession ordonnée par son père soit faite chaque année comme prévu. Qu’on fasse la veille de l’anniversaire de sa sépulture une commémoration ou procession sur sa tombe et dans l’église. Distribuer 10 sous aux prêtres et clercs de Saint-Symphorien.

12À Jean, son fils aîné, il donne, dans le partage des maisons qu’il possède au curtil du Rivat, la maison appelée les Ecrables, où habite le bétail, i.e. depuis le jardin jusqu’à la charrière de dessus et de dessous, i.e. la maison à côté de laquelle il y a un conventus ( ?). Tant que durera cette maison, qu’elle soit édifiée et entretenue avec le bois tiré des bois du testateur, à frais communs de telle sorte que cette maison soit équivalent aux autres dans le partage et que Jean puisse y résider honorablement avec sa famille... avec la moitié de la cour et de l’entrée. Quand cette maison aura été édifiée, la maison du dessus (domus superiore) qui est près de l’entrée du grand jardin... sera et appartiendra à Pierre, son autre fils qui pourra y mettre son foin, i.e. depuis les premières poutres inférieures de cette maison jusqu’en haut (ad celum). À son fils Étienne, la maison appelée la grangi ou lo parlour, sis entre le bief qui dessert le moulin et la terre des enfants d’Heliet et Jean Coysi, frères (avec un chemin entre)... avec l’espace (solo) qui est devant la maison et dont il fera ce qu’il voudra. Le four du curtil restera en commun entre Jean, Étienne et Pierre, qui feront librement cuire leur pain... Étienne tiendra à perpétuité 1e fornii ou maison où se trouve ce four, il en aura les clés, mais sans causer de préjudice aux autres. À son fils Pierre, la maison appelée la chalfeni et la cameram contiguë qui fut à Jean Gorrini, avec la moitié de la cour intérieure, avec entrée par le grand portail... pour accéder à ces maisons... avec la charrière qui est devant les maisons susdites « pro paleis suis putrefaciendis et fimis suis interponendi » ainsi que la maison qui fut jadis à J. Gorini, qui est près de la porte du jardin... pour y mettre son foin sur les poutres comme il est dit plus haut. Tel est le partage que le testateur fit de ses maisons de telle sorte que lesdits Jean, Étienne et Pierre se tiennent pour satisfaits chacun de sa part... et ne cherchent point querelle aux autres...

13À Jean et Étienne, « molendinum suum galchia batiscoria nova et vetera » avec le cours d’eau coulant de l’écluse du testateur, et l’écluse avec les droits et dépendances, sis sur la rivière de Coise... en indivis entre les deux. Jean et Étienne devront prendre soin du bief et des installations... à travers le pré que feu P. du Rivat acquit dudit Reperinc... À condition aussi que son fils Pierre reçoive de ses deux frères sur lesdits moulins et installations 30 s.v. par an payés à la Toussaint chaque année, et que ledit Pierre puisse moudre son grain, fouler ses draps ainsi que « stanellum suum et cortices » dans les installations du moulin sans avoir à payer de droit.

14À Pierre aussi, le pré acheté par P. le père du testateur audit Ropin, sis sur la rive de la Coise jouxte le bief du moulin susdit... avec tout le bois qu’on peut recueillir dans cet espace... avec appartenances, entrées et sorties de ce pré, le droit de faire des béais (bialandi) et de prendre de l’eau quand il en aura besoin. Item, une verchère et une saigne appelée du Tour... sises jouxte le chemin qui va de Saint-Symphorien au Rivat... Que les plantes et buissons qui se trouvent dans ledit pré soient conservés audit Pierre... Que Jean et Pierre n’en prennent pas sans l’autorisation de Pierre.

15Que le bief coulant de l’écluse vers le moulin gauchoir et battoir susdit soit partagé également entre Jean et Etienne... Si l’écluse venait à être détruite, qu’elle soit réparée à frais communs par les deux.

16À Jean et Étienne en commun, le grand pré sis au bord de la Coise, entre la rivière et le pré d’Étienne Vaudeyn... avec la grande verchère sise entre le chemin de Saint-Symphorien au Rivat et le chemin de Saint-Symphorien à Jareys... de sorte que « solum seu aream dicte terre » reste commun entre les trois frères pour y battre leurs grains, entreposer leurs gerbes et leurs meules de paille. Item que les pommes et les fruits de la terre soient partagés entre les trois frères. Item, la terre et le jardin sis sous le chemin qui va du Rivat au Tour... seront indivisés... de même que les ruches d’abeilles... qui sont dans la verchère derrière la vieille maison, mais Pierre doit recevoir hors partage une des ruches de son choix (alvea seu bru). Item les planilia qui sont entre le bief du moulin et le vieux bief qui vient du moulin vers l’église de Lespinasse... « cum mayeriis, plantis et lignis » resteront indivis.

17À sa fille Lucie, 10 s.v. à payer outre la dot déjà assignée lors de son mariage avec Jean Capre.

18Si l’un de ses fils se rend coupable de vol ou d’un autre crime, sa part d’héritage ira aux autres. Si l’un d’eux vend ou aliène sa part, que les autres puissent l’avoir au prix coûtant sans fraude.

19Il désigne comme héritiers pour le reste de ses biens meubles et immeubles non partagés ses trois fils susdits Jean, Étienne et Pierre. Si l’un d’eux meurt sans héritier légitime, que sa part revienne de plein droit aux autres en indivis (etc.).

20Exécuteurs : Barthélemy Girard, Étienne de l’Orme, auxquels il donne pouvoir (etc.).

21Témoins : Berthet Girard, Étienne de l’Orme, Jean d’Eyminous, André, fils de Jaquemet dels Eyminons, Michel Dion, Pierre Jomart, Pierre de l’Orme.

© Presses universitaires de Lyon, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search