Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« D’abord il dit et ordonna... »

 | 
Marie-Thérèse Lorcin

Document 3

Testament nuncupatif oral de Michel Rostaing de la Fay, dans le mandement de La-Tour-en-Jarez, fait le 14 mai 1433 (Arch. Dép. Loire, B 1896, 29vo-31)

Texte intégral

  • 1 Cf. Gonon, 1969.

1Ce testament contient un exemple d’intervention des témoins dans l’élaboration du document, comme c’est souvent le cas1.

2Le testateur a fixé le montant des legs et des frais d’enterrement en numéraire. Mais il ne possède pas la somme (10 francs !) et l’entourage le sait parfaitement. D’où les tractations qui s’engagent autour du lit du malade. La solution proposée par celui-ci était qu’un des témoins achète une partie de ses terres pour fournir la somme nécessaire. Finalement le témoin sollicité accepte d’acheter deux parcelles (une terre et une vigne). C’est une promesse de vente, scellée par le geste (vendeur et acheteur se frappent les paumes de leurs mains droites) et la remise symbolique du « denier à Dieu » destiné à la paroisse. L’acheteur paiera plus tard et surtout en nature : il apporte même du vin au malade (le vin était aussi un remède) et fournit lors de l’enterrement des vivres pour le repas. Les dépenses en rites religieux sont sous-entendues : on suit la coutume de la paroisse, que chacun connaît. Les comptes faits avec les exécuteurs testamentaires, l’acheteur ne doit plus rien.

3Comme le testateur est mort bien avant les formalités devant notaire, le témoin désigne parfois le testateur comme « le défunt » en racontant la scène, ce qui surprend le lecteur actuel.

Traduction

4Publication du testament de Michel Rostaing de la Fay, du mandement de La Tour-en-Jarez, fait le jeudi avant les Rogations 1433 [14 mai], dans la maison haute de Pierre Bertrand de Chalvaucheria, à Saint-Christo-en-Jarez.

5Jacques de Vinols, chancelier, lieutenant du juge de Forez, fait convoquer les témoins pour le lundi 17 août 1433 devant Pierre Rostaing de La Fouillouse, notaire public.

6Publication le 11 juillet 1436 à Létra où le juge tenait ses assises.

7Témoins : dom Martin Barrier, prêtre ; Jean Berteart ; Jeanne sa femme ; André Johannier ; Jaquemet Treynet ; François Romant ; Étienne Gelibert.

8Déposition de dom Martin Barrier, prêtre, premier témoin, qui sous serment dit qu’il était vicaire à Saint-Christo lorsque Jean, fils de Bertrand Berterard du Fayet, vint lui demander d’aller donner la communion au testateur et de l’administrer.

9Clauses du testament de Michel Rostaing :

10Il veut être enterré en la tombe de ses parents au cimetière de Saint-Christo. Il veut que l’on donne pour l’âme de ses parents (et la sienne) 10 fr. par les soins de J. Bertheard et d’André Johannier qu’il désigne comme exécuteurs. Il donne au luminaire de Saint-Christo 2 gr., à celui de Valfleury 2 gr., aux exécuteurs 2 gr., à Martin Barrier, prêtre, 2 gr. Il donne à sa fille Annette 12 fr. or pour tous droits. Il désigne comme héritier universel son fils Jean et lui substitue sa fille Annette si Jean meurt sans descendance.

11Le testateur demanda à dom Martin Barrier et aux autres personnes présentes de lui désigner un homme qui lui achèterait ses biens parce qu’il ne possédait pas les 10 francs pour payer la sépulture ni pour s’alimenter pendant sa maladie. Alors le testateur et le témoin dirent à Étienne fils de Mathieu Vinet alias Gelibert du Fayet, également présent, qu’il pouvait acheter des biens du défunt assez pour subvenir aux besoins de celui-ci pendant sa maladie. Lequel Étienne répondit qu’il n’avait pas de quoi payer et qu’il avait assez de terre pour vivre. Mais le témoin et les autres témoins présents le pressèrent d’acheter quelque chose des biens du défunt, parce que celui-ci était bien assez durement éprouvé par sa maladie et le manque de vivres. Alors Étienne consentit et s’accorda avec le défunt pour acheter un pré et une terre pour le prix de 3 francs. Étienne remit alors le denier à Dieu et lui et le défunt se touchèrent de la paume des mains, et le denier à Dieu resta aux mains du témoin (le prêtre). Le petit pré vendu contient une demi sétive et il est situé dans la combe de la Botisseri (détails sur ses confins). La terre, dans laquelle était jadis une vigne, est située vers les prés de Fayet (détails).

12Il fut convenu que Étienne, en déduction du prix, apporterait au défunt pour se sustenter pendants sa maladie un barrai de vin, et qu’il payerait le reste du prix lorsque le défunt serait enseveli.

13Le testateur fut enterré le samedi après Pentecôte. Ce jour-là, devant le témoin, les exécuteurs J. Berteart et André Johannier firent les comptes avec ledit Étienne de ce qu’il avait fourni en pain, fromage, œufs et autres pour la sépulture du défunt, et ledit Étienne se trouva quitte des 3 fr.

14Les autres témoins déposent : Jean, fils de P. Berteart de Chalvencheria près du Fayet, paroissien de Saint-Christo, âgé de 30 ans et ayant mémoire de 20 ans ; Jeanne, femme dudit Jean, âgée de 20 ans, ayant mémoire de 14 ans ; André Johannier, âgé de 40 ans, ayant mémoire de 30 ans ; Jaquemet Treynet, âgé de 35 ans, ayant mémoire de 25 ans ; François de Chalvencheria, âgé de 40 ans, ayant mémoire de 30 ans ; Étienne, fils de Gelibert du Fayet, âgé de 30 ans, ayant mémoire de 20 ans.

Notes

1 Cf. Gonon, 1969.

© Presses universitaires de Lyon, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site