Version classiqueVersion mobile

« D’abord il dit et ordonna... »

 | 
Marie-Thérèse Lorcin

Document 1

Testament nuncupatif oral de Julien Seguedilla, paroissien de Roanne, fait le 16 novembre 1311 (Arch. Dép. Loire, B 1851bis, 89)

Texte intégral

1Ce premier testament oral montre quelles sont les questions rituelles que pose le notaire à chaque témoin après avoir noté la déposition de ce dernier. Les questions portent sur les circonstances et elles ont pour but de vérifier la validité du testament.

2La copie enregistrée comporte normalement la déposition de chacun des témoins, puis leurs réponses aux questions, puis le texte définitif du testament élaboré d’après les dépositions. En fait, l’enregistrement n’est pas toujours intégral. Dans le corpus des testaments lyonnais (Arch. Dép. Rhône, série 4G) il manque souvent tout ou partie des dépositions.

Texte latin

3Testamentum nuncupativum Juliani Segundel nuper deffuncti.

41311, 16 novembre.

Déposition des témoins

51312 n.s., mardi après la Saint Martin (5 mars).

6Petrus Pegini et Guillermus Moderii, clerici Curie forensis jurati.

Publication

71312 n.s., 5 mars.

8Nos Girardus de Rumano, judex forensis... depositiones testium legi fecimus et publicavimus... et ipsis publicatis in hanc scripturam seu formam publicam... de verbo ad verbum redigi fecimus in hunc modum.

9Primo Guillerminus Fatilers primus testis juratus et interrogatus et diligenter examinatus super testamento seu ultima voluntate nuncupativa dicti Juliani Segundel, dixit per juramentum suum ea que inferius continentur. In primis dixit dictus testis quod Julianus Segundel in infirmitate qua decessit, in presentia ipsius testis et aliorum testium infrascriptorum, sepulturam suam elegit in cimiterio Sancti Juliani Rodane. Item dedit et legavit Christi pauperibus parochie Rodanne quinque bichetos siliginis semel. Item dedit et legavit Johanne, fìlie sue, uxori dicti Jaquet, suos ayssos ad tenendum, quos existimavit valere 20 s.v., una cum dote eidem Johanne per ipsum testatorem olim data in contractu matrimonii contracti inter ipsam Johannam ex una parte et dictum Jaquet ex altera, et super hoc voluit quod dicta Johanna et ejus maritus super premissis se haberent pro contentis. Item dedit et legavit Stephane, fìlie sue, uxori dicti Berteler Pepini 10 s.t. semel una cum dote olim sibi eidem Stephane data, premissa in contractu matrimonii inter ipsam Stephanam ex una parte et dictum Barteler ex altera et super hiis voluit quod dicta Stephana et ejus maritus in bonis ejus ipsius testatoris se haberent pro contentis. In omnibus bonis autem aliis bonis suis mobilibus et immobilibus et juribus quibuscumque, suam instituit et ordinavit heredem universalem, videlicet Beatricem, fìliam suam, juniorem et voluit et ordinavit quod dicta ipsa Beatrix clamores suos, debita sua et legata solvere teneatur. Item voluit et ordinavit quod Beatrix, uxor ipsius testatoris, post obitum suum, gubernatrix et administratrix omnium bonorum suorum, quamdiu contingeret ipsam Beatricem uxorem suam vivere et esse in humanis.

10Interrogatus dictus testis de loco, dixit quod in domo in qua habitabat idem testator. Interrogatus si erat compos et sane mentis, dixit quod sic. Interrogatus dictus testator requisivit ipsum testem et alios testes qui interfuerunt ut de premissis ferrent testimonium loco et tempore opportunis (sic). Interrogatus si eodem contextu temporis et antequam dicti testes diverterent se ad alios actus ordinavit predicta, dixit quod sic. Interrogatus si hanc dixit esse suam ultimam voluntatem coram ipso testi et aliis testibus, revocata omni alia ultima voluntate si unquam aliam fecerat olim, dixit quod sic. Interrogatus de tempore, dixit quod decern annis circa et in infirmitate de qua decessit. Interogatus de astantibus, dixit quod Gaufridus de Sancto Rigaudo, dictus Gœrs, Guillermus Bœrons, Johannes Chaboz et Gaufredus de Puteo et plures alii de quibus non recolit. Interrogatus si perhibet tale testimonium prece pretio, timore vel amore, gratia vel odio, dixit quod non sed quia veritas sic est.

11Item Gaufredus de Sancto Rigaudo secundus testis... dixit iddem in omnibus et per omnia quod primus testis. Item Guillermus Bœrons tertius testis... dixit iddem in omnibus et per omnia quod primus testis. Item Johannes Chaboz quartus testis... dixit per juramentum suum iddem in omnibus et per omnia quod primus testis. Item Gaufredus de Puteo quintus testis... dixit iddem in omnibus etper omnia quod primus testis.

12In cujus rei testimonium, nos prefatus judex... Datum et actum anno et die quibus supra.

13(Publié dans Boyer, 1964, p. 163)

Traduction

14Les témoins déposent le 5 mars 1312 devant Pierre Pegin et Guillaume Modier, clercs jurés de la cour de Forez.

15Publication le même jour devant Girard de Ruman, juge de Forez, qui fit lire les dépositions des témoins publiquement et fit d’après ces dépositions mettre le testament en forma publica, copié mot à mot comme suit.

16Tout d’abord Guillermin Fatilers, premier témoin juré et interrogé au sujet du testament ou dernières volontés de Julien Segundel, déposa sous serment comme suit. Il dit que Julien Segundel, malade du mal dont il mourut, en présence des témoins dont les noms sont écrits plus loin, élit sa sépulture au cimetière Saint-Julien de Roanne. Item il légua aux pauvres du Christ de la paroisse de Roanne 5 bichets de seigle. Il légua à sa fille Jeanne, épouse dudit Jaquet, ses récipients (à contenir des liquides) qu’il estime valoir 20 s.v., ainsi que la dot jadis accordée à Jeanne par le contrat de mariage de Jeanne et Jaquet, et il veut que Jeanne et son époux se tiennent pour satisfaits. Il lègue à sa fille Stéphanie, épouse dudit Berteler Pépin, 10 s.t. ainsi que la dot jadis accordée par le contrat de mariage. De tous ses autres biens meubles et immeubles et droits de toutes sortes, il institue héritière universelle Béatrice, la plus jeune de ses filles, qui devra payer les dettes et réclamations ainsi que les legs du testateur. Il ordonne que Béatrice, épouse du testateur, soit après son décès gouvernante et administrateur de tous ses biens, aussi longtemps qu’elle sera en vie.

17Interrogé sur le lieu, (le témoin) dit que ce fut dans la maison d’habitation du testateur. On lui demanda si (le testateur) était sain d’esprit, il dit que oui. On lui demanda si le testateur requit le témoin (qui parle) et les autres témoins de porter témoignage en temps et lieu opportuns (il dit que oui). On lui demanda si ce fut fait de suite et avant que les témoins retournent à leurs affaires, il dit que oui. On lui demanda si (le testateur) déclara que ses dires étaient l’expression de son ultime volonté et que ce testament annulait les testaments antérieurs s’il en avait fait, il dit que oui. Interrogé sur la date, il dit que ce fut il y a dix ans environ et pendant la maladie dont mourut (le testateur). Interrogé sur les personnes présentes, il dit qu’il y avait Geoffroy de Saint-Rigaud, dit Gœrs, Guillaume Bœrons, Jean Chaboz et Geoffroy du Puits, et plusieurs autres dont il ne se souvient pas. Interrogé pour savoir s’il porte ce témoignage pour être payé, par crainte ou par amour, par reconnaissance ou par haine, il dit que non, mais parce que c’est la vérité.

18Item Geoffroy de Saint-Rigaud second témoin dit sur tous les points la même chose que le premier. Guillaume Bœrons troisième témoin etc., Jean Chaboz quatrième témoin dit sous serment la même chose. Geoffroy du Puits (etc.).

19En témoignage de quoi, nous juge susdit (formule de validation).

© Presses universitaires de Lyon, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search