Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« D’abord il dit et ordonna... »

 | 
Marie-Thérèse Lorcin

Épilogue

Texte intégral

1Les synthèses sont comme les façades des immeubles, il faut les refaire tous les 25 ans et ne jamais les considérer comme définitives. Le but de celle-ci serait atteint si de jeunes historiens y puisaient quelques projets de recherche pour combler les vides béants.

  • 1 Deregnancourt, 1998, p. 191 et suiv.

2Il reste en effet beaucoup à découvrir. Les clauses pieuses à elles seules constituent un domaine immense auquel je n’ai accordé qu’une place restreinte. Bien des pistes pourraient être explorées : les prières choisies pour la veillée funèbre, les formes de la dévotion à la Vierge, les saints auxquels les testateurs consacrent chapelle, autels et autres fondations1. De même, les dons pour la restauration des édifices religieux, les legs de livres et autres objets liturgiques, les images peintes ou sculptées, mériteraient d’être recensés systématiquement à la lumière des deux visites pastorales du diocèse de Lyon que sépare un siècle fertile en évènements. Il faudrait aussi approfondir la sociologie de la mort : les 10 000 testaments du corpus sont loin d’avoir tout dit. Bien d’autres thèmes de recherche ne sont qu’ébauchés, les uns à l’aide de textes foréziens, les autres à l’aide de textes lyonnais.

3Au reste, chaque génération avance de nouvelles interrogations. Dans les décennies à venir, on trouvera dans des sources que l’on croit connaître à fond des objets d’histoire dont nous n’avons pour l’instant aucune idée. Les testaments, souhaitons-le, feront partie du lot.

4Une des particularité du corpus lyonnais et forézien est que l’on y voit évoluer la procédure en même temps que le contenu du testament. Or les deux mouvements sont l’indice de transformations sociales.

  • 2 Lorcin, 1998, 1.

5Les testaments que nous lisons dans les registres sont des transcriptions, et non des originaux, ce qui présente à la fois des inconvénients et des avantages. Certains textes sont défectueux, d’autres ne sont que des fragments inutilisables. Mais les avantages l’emportent : l’enregistrement permet de mieux connaître le corps notarial, dont un membre sur cinq est prêtre, et le fonctionnement de l’administration du comte de Forez et de l’officialité diocésaine. Qui plus est, on peut observer le passage d’une procédure orale à une procédure écrite depuis longtemps en usage dans les pays de langue d’oc2. Or abandonner la procédure coutumière encore largement pratiquée dans les campagnes au début du xive siècle au profit d’une procédure qui exige la présence d’un notaire est un phénomène socioculturel dont l’importance n’est pas mince. C’est en effet passer de la coutume au droit savant, du témoignage oral à la preuve écrite, et c’est substituer au contrôle exercé par le groupe des parents et amis le contrôle imposé par l’État princier et par l’Église. Le notaire, cet indispensable intermédiaire culturel, est institué par le comte ou par l’official, et les actes qu’il reçoit n’ont de valeur que scellés par eux. Le corpus, surtout dans sa partie forézienne, montre à la fois les progrès du pouvoir et les résistances qu’il suscite.

6Ce mouvement n’a pas empêché, comme on l’observe partout, la « démocratisation » du testament. Les plus anciens textes conservés, ceux du xiiie siècle, viennent de nobles, de chanoines, de quelques bourgeois de Lyon ou de Montbrison, alors que dès les premières décennies du siècle suivant affluent les testaments de petites gens des campagnes et des villes. Remarquons toutefois que le testament nuncupatif oral, qui se raréfie sans jamais disparaître, était par sa simplicité le plus « démocratique » qui fût, le testateur s’exprimant devant un groupe de parents et voisins sans limite de nombre ni de qualité, sans qu’il soit besoin de faire venir un notaire ni même une personne sachant écrire.

7Le triomphe du testament dit public est le signe que la preuve écrite est jugée plus sûre. Cette procédure a d’autres caractéristiques qui toutes tendent à donner au testateur davantage d’autonomie vis-à-vis de son entourage. Les personnes mises au courant des volontés du testateur se limitent aux sept témoins « mâles et pubères ». La liberté de décision du testateur semble profiter surtout au père de famille. Ajoutons que le testament dicté au notaire est seul capable de transmettre sans erreur l’infini détail de certaines clauses.

8On suit avec curiosité le passage des dépositions orales pleines de détails pittoresques au testament écrit où le notaire enseigne à ses clients des formules et des dispositions moins fantaisistes. Mais la formation du corpus tel qu’il nous est parvenu présente des irrégularités que l’on peine à expliquer. Le rythme de l’enregistrement n’est pas rigoureusement calqué sur celui de la pratique testamentaire, car il est influencé par les conflits de pouvoir. Il dépend aussi des capacités de l’administration, qui peine parfois à copier la masse des textes qui lui parviennent lors des grandes épidémies. On ne sait pourquoi l’enregistrement s’arrête à Montbrison vers 1455, à Lyon un demi-siècle plus tard. Peut-être le comte et l’official ont-ils décidé de confier aux notaires le soin de conserver désormais testaments et contrats. Si c’est le cas, ils semblent avoir été mal obéis.

9Le contenu du testament est ce qui retient le plus l’attention des chercheurs, et c’est en effet l’essentiel. Le déclin des legs pieux et charitables, le choix des héritiers, le sort ménagé à la veuve, les dots des filles et des garçons, le soin avec lequel les citadins décrivent leur enterrement et bien d’autres notions ne peuvent guère se trouver que dans les testaments.

10Relevons simplement quelques traits qui, pris isolement, semblent importer peu, mais dont l’ensemble témoigne de transformations profondes qui s’opèrent dans l’économie et dans la société.

  • 3 Howell, 1998, p 137.

11Les testaments provenant des paroisses rurales vont, dans l’ensemble, en se simplifiant. Au xve siècle, rares sont les legs faits à la parentèle et aux amis, jadis très nombreux, mais de plus en plus souvent remplacés par un legs uniforme à tous les ayants droit. En même temps, les legs en nature font place aux legs en numéraire. Tout cela traduit en même temps le repli sur la famille conjugale et sur la paroisse, et la commercialisation de l’économie. Mais le rythme de ces mouvements est très variable selon les secteurs. Lyon ne renonce pas, bien au contraire, à l’usage de donner aux parents et amis, aux prêtres et aux serviteurs, des objets de valeur fort diverse. Le cercle des relations reste en effet beaucoup plus vaste en ville, et le statut des objets (vêtements et bijoux, livres et ustensiles de cuisine) est différent. Le fait d’être légué à une personne précise, note Martha Howell, confère à de menus cadeaux une valeur supérieure à celle que leur attribuerait le commerce3.

12C’est un des multiples traits par lesquels le testateur de la ville se distingue des testateurs ruraux. Qu’il s’agisse des structures familiales, de la place du clergé ou des manières d’enterrement, la grande ville diffère du village, et le fait d’englober le Forez dans l’aire des recherches a, dans tous les domaines, creusé l’écart entre Lyon et les régions qui l’entourent. Pourtant il est quelques domaines où ville et campagnes semblent marcher dans la même direction. Le pourcentage des testatrices diminue lentement mais régulièrement partout, en même temps que le passage du testament oral au testament public ôte aux femmes le droit de témoigner. Effet pervers du remplacement de la coutume par le droit romain, qui nous rappelle qu’aucun acquis, aucun progrès, n’est jamais définitif.

Notes

1 Deregnancourt, 1998, p. 191 et suiv.

2 Lorcin, 1998, 1.

3 Howell, 1998, p 137.

© Presses universitaires de Lyon, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site