Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« D’abord il dit et ordonna... »

 | 
Marie-Thérèse Lorcin

Quatrième partie. Activités et pluriactivité

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Judet, 2004.
  • 2 Pfirch, 2002.

1La définition orthodoxe de la pluriactivité donnée par les contemporanéistes s’applique malaisément au Forez médiéval. Il faudrait en effet ne considérer que l’individu, et non la maisonnée dont il fait partie, la femme et les enfants pouvant avoir d’autres sources de revenus que le maître de maison. Il faudrait distinguer aussi les activités menées1 simultanément de celles qui n’occupent qu’occasionnellement ou pendant une seule saison. Les testaments ne sauraient permettre d’aussi fines distinctions. Mais la pluriactivité semble bien être un état normal. La terre, dans ce petit comté rural et pauvre, est une base essentielle. Celui qui s’annonce comme savetier, boucher ou corroyeur, conserve s’il le peut ses biens fonciers qu’il possède. Cumuler n’est pas une tare mais une sage précaution. Aussi la rencontre-t-on partout, aussi bien en ville qu’à la campagne. « Pour les élites urbaines médiévales, la possession de multiples compétences et l’exercice simultané d’activités diversifiées étaient en effet les conditions de l’enrichissement et de la stabilité sociale. Chez les travailleurs non qualifiés, on sait que la pluriactivité était également très forte. La pluriactivité était alors une nécessité pour pouvoir travailler de manière plus ou moins continue et s’assurer un revenu minimal2. »

2La chose est d’autant plus aisée en Forez que les métiers ne sont ici soumis à aucune réglementation, et d’autant plus naturelle que les cadres de la société, prêtres et hommes de loi, donnent l’exemple du cumul. Quelle que soit la production principale, on décèle la trace des activités complémentaires pratiquées dans chaque maisonnée. Prenons l’exemple d’un des rares inventaires contenus dans le corpus. Un paroissien de Saint-Just-sur-Loire mourut en 1420 en laissant pour seule parenté un fils mineur. Le tuteur désigné par le juge de Forez fit faire l’inventaire des biens meubles et immeubles. Le défunt possédait deux maisons, une terre, quatre vignes dont une récemment plantée, et sa cave contenait deux grandes cuves à vin, une dizaine de tonneaux et tous les paniers et bennes nécessaires aux vendanges. Cela donne une idée suffisamment nette de son activité principale. Mais la maison contenait aussi, outre la literie, la batterie de cuisine et les ustensiles habituels, 25 corbeilles rondes dans lesquelles ont mettait lever le pain avant de l’enfourner, 2 blutoirs et un van. Il y avait également des peignes à chanvre, 16 livres de fil et 6 livres de chanvre non filé (B 1890, 84v°).

3La préparation des fibres textiles, comme l’avait remarqué Étienne Fournial, est omniprésente dans la campagne. Le teillage et filage du chanvre sont l’objet des allusions les plus fréquentes. Mais on lègue aussi des toisons de brebis, du fil de laine, voire des tissus. Un habitant de Viricelle en 1378 lègue à sa femme « unam flazatam lane quant operatur in hospicio ipsius testatoris » (B 1871,57). À noter que la quenouille est la grande absente de ces textes. Bien que la préparation des fibres soit l’opération la plus ordinaire qui soit, aucune testatrice n’en parle. On en est réduit à supposer que cet outil aussi indispensable que symbolique passe automatiquement de mère à fille et de tante à nièce. Il est souvent question de peignes à chanvre, que manient hommes et femmes, mais de quenouilles ou de fuseau, jamais.

4Notons qu’aucun des auteurs de ces legs ne se dit tisserand ni fileur, pas plus que ne disent charpentiers ceux qui lèguent du bois d’œuvre. Tel lègue « 10 chevrons de chêne qui se trouvent dans sa grange », tel autre du bois pour « facere d’araures pro agricolando terras suas ». Avoir plusieurs sources de gain est si naturel et si nécessaire que les intéressés ne jugent pas utile de se présenter. Faute de rencontrer dans les textes un terme adéquat, l’historien est tenté de les appeler paysans-artisans, mais la frontière avec le paysan qui fait un peu de tout est poreuse.

  • 3 Howell, 1998, p. 105.

5Le silence des testaments sur le travail accompli par les femmes, pluriactives par définition, est rarement rompu. Jamais une testatrice ne fait état d’un métier. Nous avons rencontré plus haut une forgeronne et une boulangère. On trouve aussi, comme par accident, une couturière parmi les témoins et une nourrice parmi les légataires... Maigre bilan. L’identité d’une femme est d’être « fille de X, couturier ; épouse de Y, forgeron ; veuve de Z, boucher », mais son rôle dans la boutique ou l’ouvroir n’est jamais précisé. Comme le remarque Martha Howell dans son étude sur Douai, le travail de la femme n’est pas considéré indépendamment : c’est le simple prolongement de son travail « for the household3 ».

6La seule fonction qui fasse l’objet de quelques lignes dans les testaments de certains nobles, de bourgeois, d’officiers judiciaires, de prêtres, est celle de servante. Un prêtre qui teste sur sept lègue à sa servante, et ces legs sont souvent généreux. Dom Pierre Legaton, de Saint-Galmier, lègue en 1379 à sa servante son bréviaire, pour qu’elle le vende. Elle possédait en propre dans la maison du testateur deux tonneaux de vin qu’on lui rendra, avec un troisième tonneau. Le prêtre lui lègue aussi le cellier et la cuisine contiguë avec tout son « garnimento » (B 1876,145). Ce qui semble indiquer une cohabitation de longue durée. Les biens meubles de l’un et de l’autre se trouvent quelques peu mêlés. Un esprit malicieux conclurait que le prêtre et sa servante, comme les testaments en apportent souvent la preuve, ont « mélangé leurs sabots », expression qui du temps de Maupassant, était lourde de signification.

Tableau 75. Pluriactivité déclarée

Cote

Date

Nom

Paroisse

Professions déclarées

B 1896, 106 v

1435

 P. Moleyn

Saint-Héand

Tailleur, portier de Saint Héand

B 1866, 23 v

1375

 P. Sapientis (T)

Montbrison

Drapier, juré de la cour de F.

B 1883, 118 v

1400

 P. Alberti (T)

Saint-Bonnet-le-Château

Drapier, bourgeois

B 1881, 140 v

1400

 J. Pinatelli

Saint-Bonnet-le-Château

Drapier, marchand

B 1897, 24 v

1434

P. Giraud (T)

Montbrison

Marchand, drapier

B 1882, 114 v

1398

P. Giraud (T)

Montbrison

Ferratier, apothicaire

B 1890,44 v

1418

J. Vachonis

Saint-Bonnet-le-Château

Meunier, boulanger

B 1895, 76 v

1429

J. Sorelli (T)

L’Hôpital-Rochefort

Meunier, clerc

B 1876, 10 v

1368

André Pageys

Saint-Bonnet-le-Château

Charpentier ou maçon (sic)

B 1880,122 v

1398

J. Brun (T)

Montbrison

Charpentier et maçon

B 1879, 43 v

1411

J. Thone

La-Tourette

Maçon, clerc

B 1879, 83 v

1428

J. Moncel (T)

La-Tourette

Maçon, charpentier

(T) = testateurs - Les autres sont légataires, exécuteurs ou témoins.

Notes

1 Judet, 2004.

2 Pfirch, 2002.

3 Howell, 1998, p. 105.

© Presses universitaires de Lyon, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site