Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« D’abord il dit et ordonna... »

 | 
Marie-Thérèse Lorcin

Quatrième partie. Activités et pluriactivité

Chapitre XII. Une petite ville, Anse

Texte intégral

1Consacrer l’ultime chapitre de ce livre aux petites villes et plus particulièrement à l’une d’elle, Anse, peut surprendre. Ce choix cependant s’explique.

  • 1 Pousson et Lonpès, 1985.

2En premier lieu, le réseau de petites villes mis en place entre le xiie et le xve siècle s’est révélé si nécessaire qu’en bien des régions de France, il persistera sans changement jusqu’au xixe siècle. Les petites villes ne sont pas des grandes villes avortées, elles jouent un rôle spécifique1. C’est le cas autour de Lyon, qui seule au moment du « monde plein » approche les 20 000 habitants. Montbrison oscille entre 5 et 6 000. Toutes les autres sont bien loin derrière, mais elles sont nombreuses. Au reste, le peuplement n’est qu’une valeur parmi d’autres : les fonctions assumées comptent bien davantage.

3Or il n’a été fait jusqu’ici que des allusions éparses aux localités secondaires de la zone d’où viennent les testaments enregistrés. On a vu précédemment que la manière de secourir les pauvres, de léguer aux confréries, de choisir les héritiers, de régler le sort du patrimoine, diffèrent selon que les testaments proviennent d’une grande ville, d’un village ou d’une petite ville. Le pourcentage de testateurs et de témoins dont est indiquée la profession n’est pas le même non plus.

  • 2 Bréchon, 1998.
  • 3 Lorcin, 1974, p XIII : papiers des notaires.

4En second lieu, l’étude de ce réseau si utile n’est point aisée. La problématique élaborée par les Modernistes n’est pas toujours transposable aux siècles antérieurs faute de documents. La méthode appliquée par Franck Bréchon au Vivarais2 n’est malheureusement pas utilisable en Lyonnais et Forez. En déterminant la zone d’influence de chaque notaire d’après l’origine de ses clients, en établissant la typologie des actes enregistrés, ce chercheur a pu reconstituer le réseau urbain et montrer la hiérarchie des localités le composant. Mais il faut disposer de registres notariés. La recette serait applicable à une partie du Beaujolais3. En revanche, en Lyonnais et Forez, les seuls actes notariés qui abondent sont les testaments enregistrés.

  • 4 Lorcin, 1973 et 1982, 3.

5Il faut donc se demander pour finir en quoi ceux-ci peuvent être utiles à l’étude des petites villes en tant que telles. Les cartes montrant la provenance des testaments (cf. carte 4 et 5) permettent de repérer la plupart des villotes, mais, comme on l’a déjà dit, elles n’y figurent pas toutes. Aussi le plus révélateur n’est-il pas le nombre des textes mais leur contenu. Celui-ci permet-il de déceler quelles fonctions exerce une petite ville et en quoi celle-ci diffère-t-elle éventuellement d’une autre petite ville ? La représentativité des testaments surgit une fois de plus. La petite ville d’Anse, étudiée jadis en parallèle avec Saint-Symphorien-le-Château, servira d’exemple4.

6Anse est une ville et non un simple village fortifié. Elle fit partie en 1360 des neuf villes du baillage de Mâcon appelées à fournir ensemble mille francs pour l’entretien des otages détenus en Angleterre depuis le désastre de Poitiers (1356). Au début du xxe siècle, sa population était d’environ 2 000 habitants. Elle ne devait pas en être loin en 1468 puisque l’on comptait alors dans ses murs 490 chefs de feux résidants parmi ceux qui possédaient des vignes dans la dîmerie. L’importance de la ville est due à l’origine à sa position stratégique.

  • 5 Feuillet, 1983 et 1990.

7Située à une trentaine de kilomètres au nord de Lyon, Anse commande un carrefour de vallées (l’Azergues, la Brévenne). À l’époque romaine, le site fut entouré d’une enceinte pourvue de 15 tours qui resta le cadre de l’agglomération pendant tout le haut Moyen Âge. L’archevêque Renaud de Forez (1193-1226), contemporain de Philippe-Auguste, fut, comme le roi, grand bâtisseur de châteaux : Condrieu, Givors, Rive-de-Gier, Ternand, Chasselay et, bien entendu, Anse, qui devait barrer la route aux ennemis venant du nord5. Au xiiie siècle fut ajoutée l’enceinte englobant château et agglomération. En 1362, le chef de Routiers Seguin de Badefol, très conscient de l’importance du lieu, s’en empara et s’y installa. De là, pendant plus d’un an, il put commodément piller et rançonner le pays alentour.

8Centre d’un archiprêtré, Anse fut aussi une des premières localités du Lyonnais à recevoir une charte dès le xiie siècle, suivie d’une autre en 1340. Chartes peu généreuses : le chapitre cathédral ne concédait à ses sujets que des garanties personnelles et des franchises économiques. Anse n’eut de consuls qu’en 1470. En revanche elle avait depuis longtemps deux foires l’an et un marché hebdomadaire. Entourée de sols fertiles, Anse est l’obéance châtellenie qui rapporte le plus aux chanoines de Saint-Jean.

9Il reste de la petite ville les testaments de 90 habitants (hommes et femmes) auxquels s’ajoutent 13 testaments de prêtres et une dizaine d’autres venant de nobliaux des environs. Les clauses de ces testaments évoquent tantôt la manière de tester les villageois, tantôt celle des Lyonnais.

10Les habitants d’Anse se distinguent des villageois par leur fortune, comme le montre le montant moyen des dots en numéraire, seul indice dont on dispose. Toutefois l’écart est modeste.

Tableau 73. Montant moyen de la dot (en livres) : ville et campagnes

Tableau 73. Montant moyen de la dot (en livres) : ville et campagnes

11La petite ville se distingue aussi de la campagne par la relative abondance de son clergé. Aucun des testateurs ne paraît craindre de manquer de prêtres pour sa sépulture ou pour le bout-de-l’an. Ils ne quantifient pas tous leurs souhaits, certains se contentent de demander « tous les chapelains qui sont à Anse ». Mais ceux qui se montrent plus précis sont plus exigeants qu’on ne l’est dans les paroisses rurales.

Tableau 74. Nombre de prêtres demandés pour la sépulture

Tableau 74. Nombre de prêtres demandés pour la sépulture

12Anse abrite un couvent de Frères mineurs, signe d’un relatif succès, comme chacun sait. Ce couvent ne paraît pas menacer le monopole du clergé séculier car aucun testateur, ni homme, ni femme, ni noble, ne demande à y être enseveli. Plus modestement, entre 1340 et 1380, quelques testateurs souhaitent la présence à leurs funérailles de 4 à 6 Frères. Après 1380, le couvent n’est plus mentionné dans les testaments. Les Ansois, peu nombreux, qui veulent léguer aux Mendiants choisissent les Frères mineurs de Villefranche, la ville du sire de Beaujeu puis duc de Bourbon, située à 4 km au nord... Pourquoi ? Toutes les hypothèses sont permises.

  • 6 Cf. chap. IX, ii, 1.

13Le clergé d’Anse semble s’être organisé assez tôt, comme le montre le testament de François Eurerd en 1380. L’auteur non seulement travaille à rétablir la vie commune au monastère des Dames de Brienne6, mais il fonde une prébende et insiste pour que le clergé séculier reste solidaire en tout. Il fonde en l’église d’Anse une chapellenie perpétuelle, sous le vocable de Saint-Clair. Le chapelain, qui devra célébrer une messe par jour, sera choisi par ceux de ses descendants qui tiendront la grande maison de la rue du Marché, avec l’aide du curé ou de son vicaire. Il pourvoit généreusement le chapelain (maison, curtil, terre, vigne, et une rente noble de 10 l.v. avec lods et mi-lods). Le chapelain résidera à Anse, desservira l’église paroissiale comme le font les autres prêtres, qu’on appelle sociétaires. Il entretiendra une lampe en permanence devant l’autel Saint-Clair. L’héritier achètera un calice et un missel pour cette chapelle. Il fonde au profit du curé et des desservants d’Anse un anniversaire de 20 s. affecté sur ses maisons de la rue de la Paneterie. Le chapelain de Saint-Clair devra avoir part en cet anniversaire comme les autres sociétaires (10 G 1362,1).

14Un prêtre d’Anse en 1503 lègue 2 s. 6 d. « à l’aumône de la messe des défunts du purgatoire qui est dite chaque jour en l’église d’Anse » (4G 76, 294). Ce genre de renseignement est rare. Le clergé a lancé la dévotion aux âmes du purgatoire et il y a sans doute un « bassin » où chacun est prié de déposer son aumône. Mais on ne sait ni depuis quand existe cette institution, ni quel succès elle a rencontré chez les simples fidèles, dont les testaments ne disent mot.

15Les paroissiens d’Anse semblent en effet peu enclins à suivre la mode en matière de rites religieux. On récolte dans les 90 testaments une cinquantaine d’anniversaires, dont la majorité ne va pas au-delà d’un an, et seulement 5 commandes de messes au détail. La coutume ansoise, qui est tenace, consiste à indiquer le nombre de prêtres souhaité pour les funérailles et souvent pour le bout-de-l’an. Ce qui ne veut pas dire qu’ils s’attendent à ce que chacun d’eux dise une messe, comme en témoigne le testament de Guillemet Constantin, bourgeois d’Anse qui demande en 1348 que tous les prêtres d’Anse viennent pour son enterrement. On donnera 15 d.v. à chacun d’eux, mais 18 d.v. à celui qui célèbrera la messe, et au curé 25 petits tournois (4G 44, 103vo).

16Les clauses pieuses évoquent les usages suivis dans les villages, et non ceux de la ville pourtant si proche (les tours d’Anse ne sont qu’à 22 km à vol d’oiseau des tours de la cathédrale Saint-Jean). Les legs pieux donnent la même impression. Au cœur de la dépression démographique, le pont, son hôpital et son reclus reçoivent quelques dons. Par la suite, les Ansois réservent leurs libéralités à leur église, à leur clergé, et aux pauvres. Ceux-ci ne sont jamais oubliés. Les testateurs leur attribuent des donnes préconisées en piécettes, en blé, en sel, en fèves, voire en pain et vin.

17Les Ansois font preuve d’un attachement indéfectible à leur paroisse. Sur 78 laïcs qui désignent le lieu où ils veulent être ensevelis, 68 choisissent le cimetière paroissial et 6 l’église. Ces derniers sont dits « bourgeois d’Anse ». Ils se trouvent en noble compagnie dans l’église Saint-Pierre, car la famille chevaleresque des Gleteins, vassale du chapitre cathédral, a là son tombeau dans la chapelle de Notre-Dame. Cependant la ségrégation par l’argent est loin d’être totale, témoin le testament d’Étienne Givre, bourgeois d’Anse, fait en 1348, qui veut être enseveli au cimetière de l’église Saint-Pierre d’Anse. Il lègue 6 l.t. pour un manteau de soie dorée qui sera posé sur son corps le jour de l’enterrement et deviendra ensuite une chasuble (4G 45, 99).

18La noblesse ne confère pas non plus un droit d’accès à l’église, qui en 1343 n’est sûrement pas encore surpeuplée de tombeaux. Guichard de Marzé, cette année-là, demande à être enterré dans l’église paroissiale d’Anse, devant l’image de la Vierge « depictam in quodam quadr. lapidis in introitu capelle beate Marie de Ansa ». Son neveu Etienne de Marzé, moine de Savigny, fera poser sur sa tombe une pierre idoine, au cours de l’année suivant sa mort. Qu’il y ait 30 prêtres pour sa sépulture, chacun recevant 2 oboles d’argent fleurdelisées... Sa femme Jeannette lui fera faire un anniversaire perpétuel de 10 s.v., si le curé consent à l’ensevelir où il le demande. S’il refuse, qu’on l’enterre au cimetière paroissial d’Anse. Les 10 s. assis sur une vigne serviront alors à faire dire 10 messes par an. Chaque semaine on célèbrera une messe en l’église paroissiale sur l’autel de la Vierge, le lundi ou le samedi. On la payera sur sa maison neuve qui jouxte celle d’André Luysin, bourgeois d’Anse, à moins que les héritiers n’achètent un revenu dans ce but (4G 41, 127vo).

19On ne sait s’il fut admis ou non avec les Gleteins. Toujours est-il qu’un chevalier de son lignage demanda en 1437 à rejoindre ses ancêtres dans la chapelle fondée par ceux-ci au monastère féminin d’Alix, dans la paroisse de même nom.

20Les habitants d’Anse qui ne sont pas nobles veulent en leur grande majorité que leur corps repose au cimetière, où ils déclarent rejoindre leurs ancêtres (2 sur 3) ou quelque parent nommément désigné.

21Par l’ensemble des clauses pieuses, les testaments d’Anse s’apparentent à ceux des campagnards plus qu’à ceux des habitants de Lyon. Aucun n’adopte, comme le font de riches drapiers et corroyeurs de Saint-Symphorien, l’usage de vêtir à neuf 6 ou 12 pauvres pour porter les torches de cire autour de leur cadavre.

22Parmi les testateurs et leurs témoins, on trouve des notaires et des bouchers, quelques charpentiers, laboureurs et affaneurs, mais aucun personnage ne se dit marchand, un seul couturier ; aucun n’appartient aux métiers des cuirs et peaux. Le contraste est grand avec Saint-Symphorien, qui fabrique du drap noir et des souliers, où une gamme de professions variées apparaît dans les testaments, où le commerce est le prolongement de cet artisanat spécialisé. En revanche, Anse semble n’avoir que les métiers dont toute agglomération a besoin (forgeron, charpentier, etc.) Seule la boucherie est développée plus que ne l’exigent les besoins de la localité. Anse fait figure de mini-capitale agricole, qui se contente de produire grains, vins et bestiaux pour la grande ville voisine.

23On peut expliquer par cette fonction agricole la manière dont les Ansois organisent leur succession. En effet 66 % d’entre eux désignent un seul héritier, et tous s’efforcent de limiter à la famille conjugale le cercle de leurs bénéficiaires. Parmi ceux-ci figurent quelques rares neveux mais aucun cousin. La parentèle se voit de plus en plus souvent attribuer « 5 sous à tous les ayants droit », comme dans les isolats ruraux. Les legs de biens immobiliers, en général viagers, sont destinés avant tout à la veuve. Au xve siècle, sur 22 legs en immobilier, un seul échappe à la famille conjugale.

24Les testaments donnent donc, malgré leur faible nombre, une image assez nette des habitants d’Anse, de leurs occupations et de leurs préoccupations. Cette image n’est pas contredite par les autres sources disponibles (terriers et comptes seigneuriaux, documents judiciaires et fiscaux). Bien au contraire, les autres sources avivent encore le contraste entre les deux petites villes, l’une transformant la laine, le chanvre, les peaux, l’autre accumulant et revendant les grains, les vins, les bestiaux.

  • 7 Lorcin, 1973

25Ce dont les testaments seuls ne peuvent cependant rendre compte est la structure sociale et son évolution. À Saint-Symphorien7, les lignages qui durent le plus longtemps s’enrichissent dans l’artisanat et le commerce, puis glissent vers les offices seigneuriaux et vers le notariat (qui investit dans la terre). Certains poursuivent jusqu’à l’anoblissement. Anse présente un cas différent. Pour négocier l’accord de 1470 qui créa officiellement un consulat, furent délégués 46 Ansois, dont 3 étaient notaires et les autres paysans. Les lignages les plus résistants sont ici les mieux possessionnés en biens fonciers : 56 testateurs sur 90 appartiennent à des lignages où l’on ne rencontre en deux siècles aucun métier autre que l’agriculture, mais la presque totalité de ceux qui se disent « bourgeois d’Anse ».

26Anse est sans doute trop proche de Lyon pour conserver un artisanat spécialisé. Étienne Fournial a remarqué en Forez que l’artisanat fut tout d’abord un fait rural, puis se rassembla dans les petites villes. Il semble s’exercer ici un mouvement analogue où la concurrence joue en faveur de l’agglomération la plus importante. Mais Anse vit fort bien en écoulant les produits agricoles vers la métropole. Il existe sans doute beaucoup de petites villes qui exercent cette fonction intermédiaire en vivant principalement de la terre. Au temps de Balzac, elles étaient encore nombreuses et le romancier nous en a laissé des portraits inoubliables.

27Le fait important est que les testaments expriment les différences de comportement par les activités pratiquées et par les structures sociales. Il ne suffit pas d’être nombreux, d’avoir des foires, un consulat et de grosses murailles pour se comporter comme les Lyonnais au moment de régler ses propres funérailles et le partage de ses biens. La manière de gagner sa vie, de s’enrichir, d’investir, semble plus déterminante.

Notes

1 Pousson et Lonpès, 1985.

2 Bréchon, 1998.

3 Lorcin, 1974, p XIII : papiers des notaires.

4 Lorcin, 1973 et 1982, 3.

5 Feuillet, 1983 et 1990.

6 Cf. chap. IX, ii, 1.

7 Lorcin, 1973

Table des illustrations

Titre Tableau 73. Montant moyen de la dot (en livres) : ville et campagnes
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 74. Nombre de prêtres demandés pour la sépulture
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19870/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© Presses universitaires de Lyon, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site