Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« D’abord il dit et ordonna... »

 | 
Marie-Thérèse Lorcin

Quatrième partie. Activités et pluriactivité

Chapitre XI. « Paysages avec cultures et animaux1 »

Texte intégral

  • 1 Arnoux, 1997.
  • 2 Lorcin, 1974, p. 50-56.

1La formule imagée de Mathieu Arnoux peut s’appliquer à l’ensemble de la région couverte par le corpus. Aucune paroisse du Lyonnais ni du Forez ne s’adonne à la monoculture, même dans la zone viticole. Aucune n’est dépourvue de bétail : où les vaches semblent absentes, il y a toujours des porcs, des chèvres et des bêtes de travail, sans parler des volailles. Toutes ces bêtes restent dehors le plus longtemps possible pour économiser le foin en prévision de l’hiver à venir et pour fumer le sol. C’est ce que montrent les accords conclus entre paroisses au sujet de la pâture2.

  • 3 Colombet-Lasseigne, 2003 ; Lorcin, 1974.

2Mais il n’est pas question de passer en revue toutes les variétés d’économie rurale rencontrées, ce qui a déjà été fait sous une autre forme3. J’ai choisi, à titre d’exemple de ce que l’on peut tirer des testaments lorsqu’on les traite comme une banque de données, deux milieux que tout oppose. Éleveurs des Monts du Forez et vignerons de la côtière de la Saône et du Rhône sont opposés non seulement par la situation géographique, mais par bien des traits sociaux et culturels.

I. Éleveurs du haut Forez

3Il arrive presque chaque hiver que la circulation soit rendue impossible par la neige et le verglas sur l’autoroute Lyon-Clermont-Ferrand qui franchit les Monts du Forez près de Cervières. La paroisse de Salles-et-Cervières fut érigée en châtellenie comtale au xiiie siècle pour contrôler ce qui était déjà le principal passage entre l’Auvergne et le Forez. Le comte n’implanta pas d’autre châtellenie dans l’imposante barrière des Monts du Soir, dont la plupart des paroisses continuèrent de dépendre de Montbrison (cf. carte 8).

4Ces montagnes forment de tous temps un monde à part. Au xixe siècle et jusque vers 1960, le système agro-pastoral organisé autour des jasseries régnait sur les sommets et produisit un fromage bien connu, la « fourme de Montbrison », à présent fabriquée à plus basse altitude.

Carte 8. La partie sud du Haut Forez

  • 4 Cf. chap. II, II.

5Dans les testaments de la fin du Moyen Âge ne figurent ni le mot jasserie, ni le mot fromage. Mais le bétail gros ou menu est présent dans chaque texte et il est décrit avec plus de précision qu’ailleurs. Le cœfficient familial, on l’a vu précédemment4 est plus élevé qu’en plaine. D’autres traits originaux paraissent dans la Visite pastorale de 1378-1379, qui contient des exemples effarants de la rudesse des mœurs. Enfin les testaments fournissent assez de renseignements pour qu’on puisse leur demander par quels moyens les habitants parvenaient à tirer parti d’une nature difficile. Les pentes sont raides, le climat froid et humide, les cours d’eau torrentiels et les villages loin les uns des autres. Pourtant les testaments ne donnent pas du tout une image de misère ni d’isolement. On voit au contraire un réseau de hameaux fortement organisés, des familles larges où le père gouverne jusqu’à sa mort les personnes et les biens, un vigoureux essor de l’élevage bovin dans la seconde moitié du xive siècle, une solidarité active entre les paroisses. De plus, la montagne a une proportion exceptionnellement élevée de prêtres qui sont en même temps notaires.

6Pour décrire cette microsociété, les exemples seront pris dans quatre paroisses : Chalmazel, Sauvain, Saint-Bonnet-le-Courreau, et Saint-Just-en-Bas. C’est la partie sud de « l’isolat montagne », qui n’a ni prieuré, ni châtellenie comtale, ni route interrégionale, donc le secteur le plus isolé.

7La plus grande partie de la population vit dans des hameaux, et non autour de l’église et du cimetière : 85 % des testaments viennent des écarts. Le réseau d’habitat est stable : les 2/3 des 66 lieux habités figurent encore comme tels sur les cartes au 25 000e. Mais entre les hameaux et le centre, les liens semblent forts. Les testaments oraux se font devant de nombreux témoins, le curé ou le vicaire est présent chaque fois, aucun testateur ne se plaint de n’avoir pas trouvé de notaire.

8Tous les testateurs sans exception veulent être ensevelis au cimetière de leur paroisse, et presque toutes les testatrices. Les seigneurs de Chalmazel, eux aussi sont fidèles à la paroisse. Ils ont leur tombeau dans l’église.

9La forte organisation de ces hameaux, on est tenté de dire leur personnalité, se manifeste par un usage original pour une zone rurale. Plusieurs ont « leur » tombe au cimetière paroissial. Dans la paroisse de Saint-Just par exemple, « ceux du Creux », « ceux de Colonge », « ceux de la Jutya », ont leur propre tombeau. D’après les termes utilisés, on a l’impression que le tombeau se rattache non pas à une famille, mais à un habitat. À l’origine, cela revenait au même.

10Un habitant de Chaseaux, hameau de Saint-Just-en-Bas, veut être enseveli au cimetière paroissial avec ses parents, « in tumulo pertinenta hospicio in quo inhabitat ». (B 1871, 96)

11Défrichés tardivement, ces terroirs d’altitude ne sont pas encore très loin du temps où à chaque famille correspondait un écart.

12À beaucoup de testateurs du xive siècle, le lieu dit sert encore de nom de famille.

Tableau 68. Pourcentage de patronymes tirés de toponymes

1300-1330

1330-1360

1360-1400

Monts du Forez

63,1 %

 ?

57,0 %

Plaine du Forez

32,3 %

30,8 %

29,8 %

13Les mariages unissent des conjoints nés dans la même paroisse ou dans une autre paroisse de la montagne. Ce sont des échanges entre hameaux. Annette, fille de Martin de Chazeaux, épouse Mathieu de Goutte Claire. L’un des conjoints change de hameau mais ne va guère loin. C’est pourquoi chacun et chacune peut émettre le vœu d’être enseveli « dans la tombe de ses parents ».

14Diverses clauses testamentaires visent à maintenir un seul chef à la tête de chaque exploitation.

15En premier lieu, le fils marié et lui-même père de famille n’est pas automatiquement libre de tester. Il en est qui demandent pour cela l’autorisation de leur père. Jean, fils de Stéphane Pasturalis, paroisse de Chalmazel, a testé du consentement de son père « in domo sua chalfeuri, vestitus et calciatus supra lectum suum ». L’héritier sera tenu de « alimentare in victu et vestita » son père Stéphane et de le faire ensevelir. Il donnera à Jeannette, fille du testateur, 9 setiers de seigle et autres choses coutumières pour sa dot. Il rendra à Et. Vincent, fils du testateur, chacun 3 setiers de seigle et 2 brebis à laine, et pour les deux ensemble, un coffre pris parmi les coffres de la maison, ainsi qu’un lit. Les deux frères pourront tenir le coffre et le lit dans la grange du testateur sise vers la Trabuyn aussi longtemps qu’ils le voudront. L’héritier rendra à Martin, fils du testateur et frère des précédents, 3 setiers de seigle, 2 brebis à laine, coffre et lit pour tous droits. Il devra nourrir et vêtir ledit Martin « donee potuerit lucrare panem suum ». L’héritier est Jean, le fils premier né (B 1871, 51vo).

16Les choix de ce testateur sont conformes aux usages locaux : un seul de ses fils héritera, les trois autres recevront un petit pécule fait de seigle et de brebis. Chacun d’eux pourra laisser « son coffre et son lit » dans un des bâtiments appartenant à la famille et travaillera sur les biens de la famille.

17En second lieu, le chef de famille parfois administre la dot de sa bru et décide par son testament sous quelle forme la restituer quand le moment sera venu.

18Un testateur de Saint-Bonnet-le-Courreau reconnaît en 1386 avoir reçu pour dot de sa bru Catherine Cruzilli, 16 setiers de seigle et 16 « vacchas matrimoniales, quarum prima duplex est », 6 brebis et leurs agneaux (« agnis suis sive anulis ») et un lit garni de couvertures, traversin, draps et couvre-lit. Pour la restitution de ces biens dotaux, le testateur attribue à Catherine 27 brebis, 3 vaches et un petit veau (les vaches nommées Greya, Bruna et Rigota), 2 chèvres, 7 ruches d’abeilles et 2 coffres, l’un de 8 setiers de teneur et l’autre de 2 setiers et 1 quart, un lit garni comme dessus, et de plus 16 brebis avec leurs agneaux (B 1872, 92vo).

19Le père administre aussi les biens que sa bru lègue à son mari. Une femme de Saint-Just en 1337 fait plusieurs légataires dont son mari. Elle décide que son beau-père sera l’administrateur de tous les biens qu’elle donne à son mari (B 1856, 29).

20L’organisation de ces noyaux familiaux apparaît encore mieux dans les testaments qui créent une communauté de biens et de vie, à l’imitation de l’Auvergne voisine. Dans chacun des cas connus, le donateur conserve les rênes du pouvoir jusqu’à son décès et les donataires perdent leur droit sur l’héritage s’ils meurent sans descendance. Ainsi en 1429, Jean de Montaigu, paroissien de Sauvain, fait donation de ses biens à deux de ses fils à l’occasion de leur mariage. Ils épousent deux jeunes filles du hameau d’Yglesieux, dans la paroisse de Roche, qui jouxte celles de Sauvain au sud. Les conditions imposées aux héritiers sont les suivantes :

21Ils devront habiter avec leur père « et eidem servire et obedire ». Ils le feront ensevelir ainsi que la femme du testateur. Si l’un d’eux meurt sans descendant légitime, le donateur pourra lui substituer son troisième fils, Thomas, si celui-ci n’est pas encore marié. Si le testateur meurt avant sa femme, celle-ci deviendra « domina et administrator » de tous les biens tant qu’elle vivra. Le testateur retient 100 s.t. pour les « pias causas » (B 1896, 126).

22La majorité des testateurs ne désignent qu’un seul de leurs fils comme héritiers. Lorsqu’il en fait deux, le père s’efforce de les dissuader de partager le patrimoine. Un testateur de Roche en 1401 désigne comme héritiers son fils Étienne et Thomas, fils de son défunt fils Pierre, en indivis. Ils pourront partager, mais celui qui n’aura pas demandé le partage pourra choisir sa part (B 1886, 33bisvo).

23Pour ceux et celles qui meurent sans descendant direct, il est un risque supplémentaire à conjurer : laisser choir le patrimoine en des mains étrangères au lignage. La parentèle recueille davantage d’héritages qu’en plaine.

Tableau 69. Héritiers désignés par les testateurs sans enfant (en %)

Monts du Forez

Plaine du Forez

Conjoint

32,3 %

31,4 %

Parentèle

47,1 %

32,8 %

Pauvres

8,8 %

10,4 %

Autres

11,8 %

25,4 %

24Il arrive en montagne comme ailleurs que le testateur sans descendant désigne les pauvres comme héritiers. Mais en fait, il ne leur laisse guère que des biens mobiliers, ayant auparavant légué les terres à une personne nommément désignée.

25Un testateur de Saint-Bonnet-le-Courreau en 1361, n’ayant pas d’enfant, désigne comme héritiers les pauvres. Mais il lègue auparavant à un habitant de la paroisse « totam hereditatem suam, videlicet bona immobilia [...] et fenum suum et pasturam hospicii sui anni presenti, ainsi que deux vaches suitées et bona, utensilia et garnimenta dicti hospicii sui » (B 1865, 78).

26La transmission d’un héritage à une nièce donne l’occasion au témoin d’évoquer une gestuelle que l’on aurait pu croire tombée en désuétude.

27Un témoin rapporte les paroles de la testatrice, qui demande à ceux qui l’entourent de l’aider à faire son testament. Elle désigne, sur l’avis des témoins, sa nièce et le mari de celle-ci comme héritiers. « Et post hoc, Catherina vocavit dictum Johanem et Johanetam eius uxorem, neptem ipsius Catherina et eosdem cum manu sua tetigit et ipsi ambo Johanem et Johanetam conjuges predicti promiserunt insimul eidem Catherina quod ipsi fecerent tant, de bonis suis » (B 1881, 30).

28La petite centaine de testaments provenant des quatre paroisses donne l’image de communautés stables et prospères, car presque tous les testateurs sont des chefs de famille. Les 25 testatrices possèdent elles-mêmes en propre des terres et du bétail. C’est en effet de l’élevage que les montagnards tirent visiblement l’essentiel de leurs revenus. L’altitude ne permet de cultiver que du seigle. Le pain blanc est, comme le vin, une denrée de luxe que l’on achète dans la plaine et qui est réservée aux banquets. Mais le bétail est partout. Le repas servi à ceux qui assistent aux funérailles comporte toujours non seulement du lard, ce qui est très ordinaire, mais de la viande fraîche.

29Avant 1375-1380, le testateur prévoit en général un ou deux porcs, ou une brebis. Par la suite, tout change : les bovins sont devenus si nombreux que l’on sacrifie couramment » deux bonnes vaches » qui valent vers 1380 environ 3 à 5 florins chacune. Génisses, vaches et porcs forment l’essentiel du cheptel désigné pour le sacrifice en l’honneur du défunt. On ne mange ni porcelet, ni agneau et presque jamais de veau mâle, car il ne faut pas mettre en danger l’avenir du troupeau, ni de bœufs de labour parce qu’ils coûtent très cher. Seuls quelques testateurs des plaines se le permettent, et rarement. Les génisses, faut-il croire, surabondent car on en mange presque autant que de vaches.

30La plupart des bêtes mentionnées dans les testaments ne sont pourtant pas destinées aux repas d’enterrement. Elles sont léguées à des enfants, des voisins, des parents, qui les élèveront, et c’est souvent à titre de dot. Alors que dans les paroisses de basse altitude la mariée apporte en général une somme (promise par annuités), des meubles, des outils, quelques parcelles de terre, en montagne aucune dot ne se conçoit sans bétail gros ou menu. Un paroissien de Saint-Just-en-Bas reconnaît avoir reçu pour la dot de sa femme 7 setiers de seigle, 1 lit garni, 8 brebis portant laine, 6 ruches d’abeilles, 1 petite vache et des outils. Les héritiers lui rendront le tout. Il ajoute comme augment de dot 1 franc or, 1 vache et son veau femelle qui sont dans la maison d’un habitant de Saint-Didier-sur-Rochefort (B 1866, 71).

31Un autre reçut en dot d’Anette sa femme, 8 setiers de seigle et 1 émine, 7 vaches « matrimoniales duis flor. auri » et un lit garni. Tout cela devra être rendu dès la mort du testateur. Il veut que les animaux à restituer à son fils et à sa fille « alimententur de feno et pastura existentibus in suo hospicio quamdiu durabunt ipsa pastura etfenum » (B 1872, 92vo).

32La mariée arrive avec vaches, brebis et ruches, et se retirera de même. En effet le testateur de ces paroisses de montagne laisse toujours à son épouse le gouvernement des biens et des enfants si ces derniers sont encore mineurs. Si la veuve désire se retirer de la communauté, il n’est pas prévu, sauf dans un seul testament, que les héritiers aient à lui verser une pension. La norme est que la paysanne ait un logement, quelques parcelles, et un petit troupeau. Il ne s’agit pas seulement du rituel porc pour faire son lard, de quelques poules ou une chèvre. Les femmes possèdent des vaches en propre dans la majorité des cas.

33Il s’agit de vaches réelles. La précision n’est pas superflue car les dots comportent souvent des vaches dotales ou matrimoniales que l’on dit « ad bonos usu patrie forensis ». Elles sont estimées quelques sous, ce qui ne correspond plus au prix du marché. Ce sont des vaches fictives : la mariée – ou plutôt le mari ou le beau-père – recevra chaque année une petite somme, doublée la première année.

34Les vaches réelles dont les testateurs indiquent la valeur coûtent vers 1380 de 3 à 5 florins, vingt ans plus tard 3 à 4 livres t. Les vaches distribuées aux enfants et autres légataires sont souvent suitées, comme les brebis. Donner « une vache et son veau », « une brebis et son agneau » est une largesse on ne peut plus courante.

35La coutume des vaches dotales se maintient en montagne plus longtemps qu’ailleurs. Après 1400, elle ne subsiste plus qu’en haut Forez. Quant aux vaches du troupeau, elles sont volontiers désignées par leur nom. Cette pratique n’est pas inconnue en plaine, mais elle est beaucoup plus répandre en montagne. Sur 63 vaches connues par leur nom grâce aux testaments, 41 vivaient en montagne. Cela témoigne d’une familiarité à l’égard des bêtes dont on a rarement la trace dans les textes du Moyen Âge. Une femme de Saint-Just en 1375 lègue du bétail à plusieurs personnes. Les vaches sont désignées par leur nom : la Bonda, la Bochana, la Rignade, la Bera (B 1866, 72). Barthélémy du Genetey en 1375 lègue des vaches dont chacune porte un nom : Colusa, Bouchoda, la Bayeta (B 1866,71vo).

36Quelques testateurs n’hésitent pas à préciser aussi la couleur de la robe de leurs bovins, voire leur âge. Le petit bétail n’a pas l’honneur d’être décrit de manière aussi individualisée.

37Comme on l’a constaté en d’autres montagnes, les habitantes des quatre paroisses ne vivent pas en vase clos. Ils prennent femme dans les hameaux voisins certes, mais ils vendent leurs bêtes sur les marchés aux bestiaux des villes situées au contact de la plaine (Saint-Germain-Laval, Boën, Montbrison,...) étudiés par Étienne Fournial. Aussi sont-ils parfaitement au courant de l’évolution des prix. Ils se rendent à Montbrison pour faire publier les testaments de leurs proches. Quelques testateurs de Saint-Bonnet-le-Courreau lèguent aux Mineurs de Montbrison, et l’un d’eux demande même la présence de deux frères à son enterrement (B 1875, 29vo). On ne sait s’il les obtient. Les plus riches donnent volontiers à l’hôpital du Puy et mettent un de leurs fils « aux écoles », mais ils ne disent pas où. En revanche, nul ne lègue à Saint-Antoine-en-Viennois ni à Lyon, sauf les prêtres qui attribuent à l’archevêque les rituels 5 sous ou la livre de cire.

38Les relations les plus suivies sont évidemment celles qu’entretiennent les paroisses voisines. C’est un des secteurs du Forez où plusieurs paroisses font ensemble la procession des Rogations. On demande « le curé et les chapelains » pour l’enterrement, on lègue aux luminaires proches (certaines églises en ont jusqu’à 4). Aux paroisses prises ici comme exemple s’ajoutent parfois Roche, Châtelneuf ou Lérigneux, qui sont aussi des paroisses de la montagne. Un témoignage de la solidarité qui unit ces paroisses est le fait que les legs aux ponts se maintiennent dans la pratique. Aux ponts « prout in talibus dari assuetum est » (B 1876, 5vo) : en général le testateur ne précise pas quels sont ces ponts dont chacune a besoin, qu’ils se trouvent dans sa propre paroisse ou une autre. Que deviendrait le pays si l’on n’entretenait plus les ponts qui permettent de franchir les torrents ?

39C’est un secteur où la cérémonie du testament oral semble prise très au sérieux. Certes le hasard peut être responsable de ce trait, car le nombre des textes utilisés est bien mince. Mais on ne rencontre pas dans ces testaments de témoins se querellant autour du malade. Les dires des témoins mettent volontiers l’accent sur la solennité du moment et la gravité des propos.

40Le testateur fut administré, dit un témoin, « et quando curatus apportavit Eucaristiam, dixit très vel quater : misere me, Deus » (B 1885,117vo).

41Le vicaire de Saint-Bonnet lui conseilla « ut de facto et bonis suis ordinaret in presencia testium ut superius est expressum ». Et tunc dictus vicarius respondit : « Garita, tu recepisti Corpus Jhesu Christi et Creatorem tuum, et de facto tuo ordinavisti in presencia testium predictorum qui de premisses perhibrent dicit (sic) verum » (1360, B 1864, 76vo).

42L’attachement du haut Forez à de vieilles coutumes comme les « vaches dotales » n’empêche nullement les habitants de développer un élevage bovin qui trouve des débouchés dans les plaines voisines et entretient l’activité des villes situées au pied des montagnes. Quant à l’autorité indéracinable du père de famille, elle trouve dans le droit savant que propagent les notaires une justification a posteriori.

II. Les vignerons de la côtière

43Quitter des testaments des Monts du Forez pour ceux du ruban de paroisses qui bordent la rive droite de la Saône et du Rhône est passer d’un monde à un autre. Les testateurs ne mentionnent pas de vaches, mêmes anonymes. Ils ne semblent pas préoccupés par l’idée de transmettre intact un patrimoine foncier et lèguent force parcelles de terre et même de vignes. La pension viagère de la retraitée comporte peu de protéines animales, mais elle assure à la veuve une moyenne de 1,3 litre de vin par jour et la vaisselle vinaire figure dans plus d’un testament sur 10.

44Ces clauses sont le reflet de la réalité : nous sommes ici dans la zone viticole, qui n’est point alors beaujolaise mais lyonnaise (cf. carte 9). Terriers seigneuriaux et documents fiscaux de Lyon montrent que la viticulture prospère depuis Anse au Nord jusqu’à Givors au sud, englobant les collines de la ville de Lyon et poussant des digitations vers l’Ouest en remontant les vallées affluentes et s’étalant sur le plateau autour de Brignais. Ce n’est en aucun lieu une monoculture. La carte indique le pourcentage de parcelles de vigne des censives seigneuriales, et non le pourcentage du sol couvert de ceps, car les terriers de la région donnent très rarement la superficie des parcelles. La viticulture fut encouragée d’abord par les seigneurs d’Église, dont la plupart ont leur siège en ville, si bien que le vignoble est en place au début du xive siècle. Il ne migre pas au cours des deux derniers siècles médiévaux, mais par phases successives se densifie ou se restreint, selon la conjoncture. Les habitants de Lyon s’y intéressent vivement, d’autant plus que la charte de 1320 les dispense de payer la taxe sur le vin produit sur leurs propres vignes. En 1388,403 familles de contribuables lyonnais possèdent environ 878 ha. de vigne aux environs de Lyon.

Carte 9. Le vignoble du Lyonnais au xve siècle

45Le ruban de paroisses de la zone viticole n’a pas la vigne pour seul atout : il est riche aussi de bonnes terres à froment et, dans les zones basses, de prés de fauche. Aussi la partie orientale du Lyonnais est-elle très peuplée. Les villages sont à faible distance les uns des autres et s’étalent déjà hors de leurs murailles le long des charrières qui quadrillent le paysage. La viticulture trouve sans peine, sauf en période de pandémie, la main-d’œuvre dont elle a besoin. Bien qu’aucun testateur de ces paroisses ne soit identifié comme vigneron, la majorité des tenures comportent des vignes. Ceux qui n’en possèdent pas cultivent les parcelles d’autrui, entre autres celles qu’ont acquis les habitants de Lyon.

46Les testaments complètent et confirment ce que l’on tire des sources seigneuriales et urbaines. Les exemples seront empruntés aux textes venant des Monts d’Or, jusqu’ici laissés de côté. C’est un petit massif situé au nord de Lyon, qui dresse au-dessus de la Saône ses falaises calcaires et fournit à Lyon la belle pierre à bâtir.

47La première chose qui frappe le lecteur est la très faible présence de l’élevage, bien que la majeure partie du terroir se situe entre 400 et 600 m. Rares sont les legs de bétail. On ne les rencontre que dans les paroisses situées sur les flancs ouest et nord du massif, où l’orientation et les sols réduisent les chances de la viticulture. Encore s’agit-il de brebis et de chèvres, et non de vaches. Dans les villages tournés vers l’est et le sud, les quelques allusions rencontrées concernent des bêtes de somme ou de labour. Mais les bœufs de labour de ces testateurs ne se trouvent pas dans les Monts d’Or : ils sont loués à des paysans de la rive gauche, qui ne manquent pas de terrains humides. Ainsi un paroissien de Collonges en 1361 lègue à sa femme, entre autres biens, 2 bœufs que tient en commande un habitant de Fontaines et la moitié des messis dus par le preneur comme loyer des bœufs. Il lègue à la même un roncin et un âne tenus de lui en commande dans la même paroisse de Fontaines, et les loyers dus pour les deux bêtes (4G 49, 75vo). Un testateur de Saint-Didier en 1378 lègue à sa filles comme complément de dot, une pièce de terre, 2 bœufs que tiennent en commande deux habitants de Miribel, et la moitié de 4 bœufs tenus en commande par un autre habitant de Miribel (4G 55, 36).

48Dans les legs comme dans les dots, la vigne, les tonneaux et le vin occupent la place que tiennent les vaches, veaux et génisses dans les Monts du Forez. La viticulture se manifeste aussi dans les fondations d’anniversaires et de pensions, (cf. tableau 70)

49Les parcelles de vigne, de superficie en général plus faible que les champs labourés, sont des biens précieux, choyés, convoités. Le cens qui pèse sur elles est supérieur à celui des autres biens cultivables. De plus, leur desserte est mieux assurée. Dans les Monts d’Or au xive siècle, 70 % des vignes touchent un chemin et 11 % des autres ont un accès indirect au réseau par l’intermédiaire d’un communal ou d’une parcelle appartenant au même tenancier. Pourtant les testateurs n’hésitent pas à s’en défaire au profit de leurs proches, et les legs de parcelles de vigne sont plus fréquents que les legs de tonneaux. Un paroissien de Saint-Cyr en 1348 lègue à ses neveux une vigne, un plantier de vigne que « de novo fecerit et plantavit », au territoire de Spelleu, et la vigne de la Veya. À sa femme, en paiement de la dot qu’il reçut, il donne la maison qu’il habite avec un curtil, des tonneaux jusqu’à teneur de 20 ânées, une des 2 grandes cuves, et tout le mobilier de la maison, sauf le reste des tonneaux et un coffre de noyer. Il lui lègue aussi la terre et la vigne d’Écully, et la vigne appelée Vigni Belli (4G 44, 25vo). À sa femme Paule, un autre habitant de Saint-Cyr en 1340 lègue 12 ânées de vin, soit 6 ânées de vin pur et 6 ânées de vin mediocris, cela chaque année tant qu’elle vivra, et des tonneaux pour mettre ces 12 ânées. Item il lui lègue la maison qu’il a fait construire dans la terre appartenant à sa femme. Il désigne comme héritiers ses trois fils Jean, Pierre et Aymon. Entre autres legs, il donne au fils bâtard de son défunt fils Mathieu la moitié de la vigne de Mongela. Le légataire ne devra ni vendre ni aliéner cette vigne sans le conseil de ses oncles, les héritiers. S’il meurt sans enfant, la vigne reviendra aux héritiers (4G 41, 22).

50Cependant soustraire une parcelle de vigne, voire un plantier, encore plus apprécié, n’est pas un geste anodin. Non seulement la fréquence des dons varie d’un lieu à l’autre, mais elle est très soumise à la conjoncture démographique. C’est pendant la dépression que ce genre de legs est le plus courant. Il est le fait avant tout de testateurs sans descendance directe, et profite au conjoint, aux collaborateurs, et plus encore aux églises et institutions charitables.

Tableau 70. Les legs caractéristiques des vignerons

Tableau 70. Les legs caractéristiques des vignerons

Tableau 71. Légataires recevant des parcelles de vignes entre 1340 et 1380

Légataire

Monts d’Or

Isolat de Millery

Conjoint

15

3

18 = 21,1 %

Descendants directs

5

7

12 = 14,1 %

Collatéraux

16

2

18 = 21,1 %

Autres personnes

10

1

11 = 12,9 %

Legs pieux

23

3

26 = 30,5 %

69

16

85 = 100 %

51Pendant cette période, nombre de parcelles sont léguées aux pauvres, à l’église paroissiale, à la confrérie. Par exemple, « À la charité de Saint-Cyr que fit in ascensionis domini » (sic), un paroissien lègue sa vigne sise en Larbent (4G 45, 126).

52Plus souvent encore, les vignes sont, comme d’autres biens immobiliers, chargées d’une rente qui payera l’anniversaire perpétuel célébré pour l’âme du testateur et pour celle de ses parents.

53Un paroissien de Limonest lègue au curé une rente de 5 s.v. pour un anniversaire perpétuel, rente assise sur maison, terre et vigne au Puy de Limonest (4G 47, 30vo).

54D’autres parcelles, elles aussi désignées par celui qui teste, seront vendues par les exécuteurs pour payer dettes et aumônes. Tel paroissien de Saint-Cyr qui teste en 1348 et n’a pas d’enfant, enjoint de vendre la vigne qu’il acheta à André Serpolet, citoyen de Lyon, et des parcelles contiguës si besoin est. Si cela ne suffit pas, qu’on vende vigne, terre et pré contigus, sis à la Brugère, jouxte le chemin qui va au moulin (4G 46, 103).

55Comme on le voit, la mobilité des biens immobiliers est grande dans toute la partie orientale du Lyonnais, la plus influencée par la grande ville.

56On rencontre moins souvent la vaisselle vinaire que les parcelles de vigne. C’est sans doute parce que les récipients sont indispensables à la bonne marche de l’exploitation et restent sagement confinés dans la cave ou le cellier qui échoit à l’héritier en même temps que la maison et les terres. Cependant cuves et tonneaux ne sont pas totalement absents des testaments. Parmi les divers légataires, l’épouse arrive en tête : le testateur lui attribue parfois les tonneaux qui contiendront le vin de sa pension annuelle ou celui qu’elle produira sur ses propres vignes.

57Le testateur indique une fois sur deux la capacité des tonneaux qu’il veut distraire de l’héritage. Ces tonneaux sont d’une grande diversité : leur contenance va de 2 à 12 ânées (l’ânée vaut environ 93 litres). Les plus nombreux contiennent de 4 à 8 ânées. La région lyonnaise n’exporte pas son vin au loin, car on en trouve déjà de bien meilleurs dans la France de l’époque. Il n’y a donc guère de raison pour que la vaisselle vinaire de transport soit normalisée comme elle l’est en Bordelais. Elle est aussi de plus faible contenance : les 2/3 des tonneaux mentionnés contiennent moins que les 800 litres du tonneau bordelais, qui devient l’étalon des mers du Ponant. Quant aux grandes cuves qui en principe ne sortent pas des caves, elles contiennent de 10 à 40 ânées. Toute cette vaisselle vinaire est l’affaire de spécialistes : chaque village de la zone viticole a au moins un « charpentier de tonneaux » qui fabrique et qui répare.

58Comme dans bien d’autres régions de France à la fin du Moyen Âge, le vin est en Lyonnais un produit de consommation courante et, comme le pain, un aliment de base. Dans les paroisses viticoles, la pension de la veuve comporte toujours l’un et l’autre. La moyenne de la ration journalière calculée d’après les testaments est de 1,3 à 1,5 litre par jour. Certaines veuves reçoivent bien davantage. Dans l’exemple qui suit, la femme aura 10 ânées par an, ce qui fait 2,5 litres par jour. Elle aura le gouvernement des biens et des enfants tant que non remariée. Si elle ne peut demeurer avec les héritiers, qui sont leurs cinq fils, elle aura la maison dite chaufour, et les héritiers lui verseront chaque année 2 ânées de froment, 2 ânées de seigle et 10 ânées de vin (4G 41, 66). Peut-être cette veuve est-elle censée entretenir une servante ou plusieurs, peut-être même vendre une partie de son vin.

59Bien entendu, le repas des funérailles comporte toujours du vin. Ceux qui ne peuvent faire plus prévoient pain et vin, le minimum indispensable. À tous les assistants, prévoit un paroissien de Poleymieux en 1342, on offrira du pain et du vin (4G 41,49).

  • 5 Cf. chap. VIII, II.

60De fait, « une réfection de pain et de vin » est une expression assez répandue. Mais la plupart des testateurs voient plus grand et confient aux exécuteurs le soin d’ajouter d’autres denrées. Dans les Monts d’Or comme on l’a vu précédemment5, l’usage est de prévoir une distribution de piécettes aux pauvres et un repas pour le clergé et les proches. La réfection offerte au clergé seul est parfois calculée exactement par le testateur. À Saint-Cyr, un habitant prévoit d’offrir aux 12 prêtres et aux clercs 1 barrai de vin pur, 2 sous v. de pain et 2 s.v. « pro pictancia », (c’est-à-dire pour les autres denrées). Un an plus tard, pour le bout-de-l’an, seront convoqués de nouveau 12 prêtres. Ils recevront chacun 12 d.v. et on leur offrira 1 barrai de vin pur, du pain et autres denrées pour 5 s.v. (4G 43, 95vo).

61Si le banquet d’enterrement comporte du vin bien au-delà de la zone où il est produit et même dans les Monts du Forez, les paroisses viticoles sont les seules où l’on distingue parfois deux sortes de vin. Distinction qui n’est pas fondée sur la couleur, dont il n’est jamais question dans les testaments, mais sur la qualité (cf. l’exemple supra). Certains testateurs évoquent « le bon vin pur » et le « vin médiocre » ou « vin de convent ». La deuxième catégorie est le vin que l’on boit dans les réunions : banquets de funérailles, de confrérie, repas de vendanges, etc. Ce « vin de convent » est évidemment moins cher et moins bon. On peut supposer que lorsque le testateur ne précise pas de quel vin il s’agit, il songe au vin courant. On ne peut, évidemment, savoir quelle est la teneur en alcool du bon et du moins bon.

62Les habitants de la zone viticole vivent-ils mieux ou moins bien que ceux des Monts du Lyonnais et du Forez dont l’économie fait une grande place à l’élevage et aucune à la viticulture ? Il est plus sage de dire qu’ils vivent autrement, car la comparaison est sur tous les points hasardeuse. Dans un village de l’Est lyonnais, la veuve du paysan boit du vin et mange un pain plus blanc que celui que l’on consomme en montagne, mais elle n’a d’autre viande que du lard salé. En montagne, la veuve ne boit pas de vin et son pain est de seigle, mais elle tient du menu bétail et parfois des vaches.

63Le montant moyen des dots fournit à priori un élément de comparaison plus solide. Les deux isolats de la zone viticole sont sur ce point nettement défavorisés :

Tableau 72. Montant moyen de la dot dans quatre isolats

Isolat de Saint-Genis-Laval

30 livres

Monts d’Or

24 livres

Isolat du Jarez

40 livres

Isolat des Monts de Tarare

40 livres

64Mais le numéraire ne représente bien souvent qu’une partie de la dot et le cas des « vaches dotales » montre combien il est hasardeux de vouloir établir des équivalences entre les biens meubles ou immeubles et les monnaies. Ajoutons que le numéraire, qui tend à remplacer les autres biens au fur et à mesure que les années passent, est une solution de facilité qui n’est point sans risque. L’héritier est chargé de payer les dots de ses sœurs lorsque celles-ci se marieront et par annuités. C’est une sorte d’hypothèque sur l’héritage qui suppose que ce dernier soit productif et bien géré pendant les temps à venir. Or on sait par les testateurs eux-mêmes que les dots ne sont pas toujours payées.

65Peut-être la différence majeure entre les deux types d’économie rurale et d’organisation sociale réside-t-elle dans la gestion des patrimoines. Lorsque les familles redeviennent nombreuses au cours du xve siècle, le chef de feu des Monts du Lyonnais réagit en désignant un seul de ses fils comme héritier, ce que le paysan des Monts du Forez n’a jamais cessé de faire. Dans l’Est lyonnais en revanche, l’exploitation n’est plus un domaine cohérent et d’un seul tenant. C’est une collection de parcelles éparpillées dans le terroir. Le père continue de désigner plusieurs fils comme héritiers et ne leur impose jamais l’indivision. Lorsqu’un couple sans descendance fait donation en viager à un tiers, il se réserve l’usufruit, et non le gouvernement, des biens.

66Lyon n’est pas loin, la terre a cessé d’être le seul bien qui vaille la peine, les familles sont moins stables et les enfants qui n’héritent pas peuvent tenter leur chance à Lyon...

Notes

1 Arnoux, 1997.

2 Lorcin, 1974, p. 50-56.

3 Colombet-Lasseigne, 2003 ; Lorcin, 1974.

4 Cf. chap. II, II.

5 Cf. chap. VIII, II.

Table des illustrations

Légende Carte 8. La partie sud du Haut Forez
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19867/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Carte 9. Le vignoble du Lyonnais au xve siècle
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19867/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Tableau 70. Les legs caractéristiques des vignerons
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19867/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© Presses universitaires de Lyon, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site