Version classiqueVersion mobile

La Suite à l'ordinaire prochain

 | 
Chantal Thomas
, 
Denis Reynaud

Le gazetier idéal

Robert Favre

Texte intégral

Il est impossible de parcourir une gazette quelconque, de n'importe quel jour, ou quel mois, ou quelle année, sans y trouver, à chaque ligne, les signes de la perversité humaine la plus épouvantable, en même temps que les vanteries les plus surprenantes de probité
Baudelaire, Mon coeur mis à nu, LXXXI.

1On sait que les gazettes sont nourries du texte des lettres que les rédacteurs reçoivent de leurs correspondants, permanents ou occasionnels. Certaines de ces lettres ne transmettent pas de nouvelles, mais font l'objet d'un traitement spécial qui mériterait une étude particulière, ici ébauchée sur un cas particulier.

2A l'encontre du discours critique qui dénigre les gazettes pour leur fadeur et leur "désinformation" – comme nous dirions aujourd'hui –, on rencontre des textes qui sont comme des observations, des réflexions, de lecteurs ou même de journalistes, révélant un examen interne des conditions dans lesquelles travaillent les responsables de leur rédaction. La gazette s'ouvre çà et là – amusons-nous à ce néologisme à la mode – à un discours "métagazettique". Relevons d'abord le cas particulier que pose la réception de lettres anonymes adressées au journal, comme celles dont "l'auteur des deux gazettes politique et littéraire des Deux-Ponts" – Dubois-Fontanelle – fait état dans le numéro du jeudi 9 février 1775. Il proteste contre ce procédé, non du point de vue moral, mais en somme par déontologie professionnelle, en précisant que "celui qui préside à ces feuilles doit seul répondre de son ouvrage" ; et il en tire occasion pour préciser au passage qu'il "n'a point l'honneur d'être prêtre".

3L’apparition explicite du rédacteur dans le texte de sa gazette peut revêtir des formes diverses. Cela prend parfois la forme d'un commentaire, fût-ce par une simple épithète. Ainsi, à propos d’une recette contre le chancre publiée dans le "magasin de Londres" sous le titre de "Remède singulier", le jugement du gazetier des Deux-Ponts apparaît dans l'incipit de l'article :

On lit souvent des recettes dans les papiers publics ; on en essaie quelques-unes, on en trouve de bonnes, et encore plus de meurtrières... (GDP 13 mars 1775)

4Le même esprit critique, dominant ce périodique, se manifeste au sujet d'un fait divers, la naissance d’un enfant à la tête monstrueuse :

Parmi les phénomènes singuliers que la nature offre fréquemment, en voici un qui mérite d'être distingué. Nous ne garantissons pas le fait ; nous nous contenterons de rapporter la lettre qui en rend compte, nous ne changerons rien aux expressions. (GDP 16 mars 1775, "Variété")

5Le rédacteur du Courier du Bas-Rhin prend un jour parti dans une querelle opposant la gazette de Cologne à celle d'Essen, au sujet d'un article de cette dernière. Là aussi, on aborde un problème de déontologie, qui touche à l'objectivité souhaitée du journaliste. Jean Manzon fait ressortir les limites du pouvoir d’informer. Il plaide pour l'indulgence entre confrères, et se retranche derrière les autorités publiques qui peuvent seules s'engager sur la véracité des faits, ou plus exactement sur la responsabilité assumée à leur sujet :

Les rédacteurs des feuilles publiques ne pouvant être censés exactement au fait de toutes les particularités relatives aux événements qu'ils rapportent, leurs récits ne sauraient tirer à conséquence, ni préjudicier à qui que ce soit, aussi longtemps qu'ils ne sont pas autorisés publiquement et avoués par l'une ou l'autre des parties intéressées. (CBR 24 mai 1775)

  • 1 Ces pages ont été signalées par Mathias Beermann dans sa thèse : Zeitung zwischen Profit und Politi (...)

6Mais il arrive aussi qu'un envoi d'un correspondant produise une ébauche de dialogue avec le rédacteur. C'est ce qu'on peut observer dans le Courier du Bas-Rhin à partir du numéro du mercredi 31 mai jusqu'à celui du 21 juin 1775. Cette sorte d'essai critique sur la rédaction des gazettes n'apporte pas de révélation sensationnelle, mais elle témoigne des conditions matérielles de cette rédaction, et aussi sur ce que l'on peut attendre de la lecture des gazettes de langue française en dehors de la France. Elle peut aussi nous éclairer sur les relations entre le journaliste et l'homme de lettres1.

  • 2 N'excluons pas l'hypothèse que le mystérieux correspondant soit le rédacteur lui-même. Jean Manzon (...)

7L'auteur inconnu de cette longue lettre au Courier du Bas-Rhin, présentée comme venant de Clèves (la ville même du journal), se dit être seulement "un amateur de feuilles périodiques", offrant ses "observations" pour lutter contre les "abus qui s'y sont introduits" et pour proposer "les moyens de les rendre plus utiles". Il regrette que jamais avant lui on n'ait, comme pour les autres sciences et arts, présenté des principes aptes à "diriger dans leur travail les rédacteurs des journaux publics". Cette remarque sent l'homme d'écriture, et il dit d'ailleurs avoir songé à présenter ses remarques en forme d'"ouvrage suivi", mais avoir préféré "la méthode épistolaire". Il semble faire entrer l'art du gazetier dans le domaine de la littérature, digne d'avoir sa doctrine, et pour ainsi dire son art poétique. Le rédacteur semble partager l'avis de son correspondant2, puisqu'il lui ouvre, on l'a vu, largement ses feuilles, et il prendra même le soin de lui répondre. En introduction de ces lettres, il s'est d'ailleurs excusé du retard imposé à leur parution, justifié par "l'importance des objets qui attiraient alors l'attention publique".

8Pour fixer aussitôt l'idéal auquel il voudrait que les gazettes tendent, le correspondant énumère les objectifs, et les exigences qui en découlent. Nous reviendrons sur cette première lettre, car c'est là que nous paraît être l'essentiel du texte.

  • 3 La France est bien le pays d'"une gazette" (la Gazette de France), mais l'auteur s'est peut-être av (...)

9Dans les lettres suivantes, il présente d'abord un rapide survol historique et, à propos de l'origine des gazettes, il rappelle l'étymologie du mot : gazetta désignant en italien une petite monnaie valant un demi-sou de France. Puis, après l'évocation du cas chinois, il parcourt l'Europe des gazettes, vantant la liberté hollandaise et l'avantage que donne à la Hollande sa place au centre de l'Europe, et marquant en opposition la situation de l'Espagne, du Portugal, de la France, de la Suède, du Danemark, qui est définie par la formule "une foi, une loi, une gazette". D'autres remarques méritent d'être relevées, sur la situation du journalisme en Europe : l'Italie, riche de dix-sept gazettes, n'offre rien d'intéressant à cause de la primauté accordée à des "minuties" touchant la vie ecclésiastique locale, qui ne peuvent intéresser que les Italiens. Les gazettes de langue allemande sont elles aussi dépourvues d'intérêt, à l'exception de "trois ou quatre", car elles ne font que recueillir les nouvelles publiées ailleurs. Les plus notables sont publiées en France3 et en Angleterre plus encore.

Il est même à remarquer que, plus la masse des lumières est répandue parmi tous les individus d'une nation, je pourrais ajouter, que plus elle est libre, plus le nombre des feuilles périodiques est multiplié chez elle. (7 juin)

10Ayant fait observer que les feuilles hollandaises sont répandues partout en Europe et jusqu'à "Constantinople, à Smyrne, au Caire, dans toutes les échelles du Levant", et que le goût pour les gazettes s'est répandu d'Angleterre aux colonies anglaises d'Amérique, le correspondant calcule que

cette denrée politique occasionne annuellement une circulation de plus de deux millions de livres en supposant qu'il ne se débite que 600 exemplaires de chaque gazette, l'une portant l’autre.

11Ces observations attachent un grand prix à l'expression, et insistent sur la suprématie de la presse de langue française, même pour la qualité du papier ! Mais cette prééminence est supposée être en relation avec la qualité générale de la production littéraire : autre lien entre presse et littérature.

Il semble en effet qu'au privilège qu'a la langue française d'être aujourd'hui le langage habituel de tous les honnêtes gens soit attaché celui de n'admettre aucune production littéraire qui n'ait une sorte de mérite au-dessus du commun.

12Aussi les dernières remarques proposées concernent la correction et la précision du style. On met en relief la supériorité de la Gazette de France, "la seule qui ait toujours été correctement écrite", ce qui est naturel puisqu'elle est formée

dans le sein même de la capitale de la France, c'est-à-dire dans le centre du bon goût et de la belle littérature, et que d'ailleurs la rédaction en a presque toujours été confiée à des écrivains déjà connus par d'autres ouvrages estimables.

13Et il conclut en dénonçant tous les germanismes ou anglicismes, et les "constructions vicieuses ou louches" qui parsèment trop de gazettes publiées en dehors de la France. Les deux lettres suivantes (14 et 21 juin) seront remplies d'exemples de ces erreurs ou négligences, qui font condamner "l'impéritie ou la précipitation du rédacteur". C'est d'ailleurs à l'occasion de ces deux mots que le rédacteur du Courier du Bas-Rhin, réagit dans sa gazette : il admet "l'impéritie" puisque rares sont les journalistes dignes de leur métier ; mais récuse le reproche de précipitation, en remarquant que ne peut oser le faire qu'un homme ignorant les conditions du travail du gazetier et la nécessité d'écrire en se pliant aux règles du "départ du courrier", quelle que soit la saison, et qu’on ne peut exiger qu'il reste intéressant même dans "les moments où le monde politique et moral semble être dans un engourdissement profond" : il n'a pas "le pouvoir de commander aux éléments, de les soutenir l'un contre l'autre, ou de faire se battre les puissances de la terre pour amuser des lecteurs oisifs et trop exigeants".

14L'auteur des observations nous entraînerait trop loin de notre propos si l'on devait analyser les exemples des bévues dénoncées ici. Qu'on se contente de mentionner qu'il réprouve entre autres l'abus du conditionnel, des épithètes gonflées et redondantes, et quantité d'impropriétés :

dire, par exemple, derechef pour de nouveau, consomption pour consommation de denrées, un chacun pour chacun, depuis lors pour depuis, douarière pour douairière, etc. (14 juin)

15Mais c'est sans contredit la première lettre (31 mai) qui doit retenir notre attention. C'est elle qui se présente comme un véritable art poétique pour le rédacteur de la gazette idéale. Les exigences sont de tous ordres, et dépassent de loin les qualités souhaitées d'un bon écrivain

16– d’abord une sorte d'exhaustivité et un don exceptionnel de discernement dans la récolte de l'information : "Réunir le plus grand nombre de relations qu'il est possible, et surtout de relations véridiques" ;

17– en même temps l'aptitude à les dominer par un souci d'ordre, de clarté, d'efficacité :

les présenter avec ordre, netteté et précision ; suivre avec attention le fil des événements, pour le remettre sans cesse sous les yeux des lecteurs qui, distraits par leurs occupations ou par leurs plaisirs, perdent les objets de vue, et oublient d'un ordinaire à l'autre ce qu'ils ont lu.

18– l’honnêteté intellectuelle ajoute ses exigences : "Rectifier scrupuleusement ses erreurs, rétracter les faits faux annoncés comme vrais" ;
– à quoi s'ajoute une vision large, et on peut dire moderne, du champ couvert par la politique, car il faut

ne laisser rien à désirer au public de tout ce qui concerne les opérations politiques, qui ont une influence si étendue dans le commerce dont elles règlent la marche et les spéculations, ainsi que sur le sort des états, sur la fortune et la vie des particuliers.

19La personnalité du rédacteur est aussi l’objet de remarques attentives. Qu'on en juge par ces autres exigences :

20– "posséder la connaissance des principales langues de l'Europe, pour être à portée de faire passer dans celle dont on se sert les avis qu'il reçoit des autres contrées" ;

21– "s'exprimer toujours avec pureté, avec élégance ou avec simplicité suivant le ton que demande la chose, raconter avec brièveté, sans emphase comme sans verbiage" ;

22– avec des dons d'écrivain, de conteur, il faut posséder des qualités et une expérience qui seraient plutôt celles de l'homme politique et du diplomate :

connaître les intérêts généraux des princes, être au fait des convenances, savoir le nom et les qualités des personnages en place, pour n’être pas exposé à commettre des bévues ridicules ;

23– mais en outre, l'auteur de ces observations voudrait que le gazetier idéal fût en mesure de juger événements, hommes et actions selon leur "mérite", cela selon les circonstances – politiques, sans doute – dans lesquelles il travaille :

quand on le peut [...] faire tomber sur les opérations vicieuses, comme sur ceux qui en sont les auteurs, les traits de la honte et du ridicule.

24La conclusion de cette lettre I, qui donne l'essentiel de ce qui sera développé ensuite, est un éloge d'un genre décrié :

Une gazette bien écrite et bien rédigée est, en effet, plus avantageuse à la société qu'il ne le paraîtrait à des esprits superficiels, dont le plaisir est la plus grande affaire, ou à des hommes attachés à des occupations importantes et sérieuses, qui seraient portés à regarder en pitié tout ce qui se fait dans une sphère moins élevée que la leur.

25Il ajoute qu'"après avoir été utiles aux contemporains, ces sortes d'ouvrages périodiques le sont encore à la postérité". Pour nos neveux en effet, ils trouveront les matériaux dont on fait l'histoire. Pour les contemporains, en plus des informations fournies, elles offrent, "pour peu qu'on ait l'imagination vive", la possibilité d'"être présent" aux grands dîners, aux fêtes, "à tous les galas de toutes les cours de l’Europe", mais aussi aux batailles. Emporté par son élan, notre auteur vante les plaisirs que cette lecture nous procure :

On s'échauffe sans sujet ; on blâme, on approuve sans raison, on établit, on réforme ; on juge les actions des grands à tort et à travers, on bavarde enfin, et en attendant le temps s'écoule.

26N'est-ce pas là, in fine, l'aveu de ce que les lecteurs cherchaient en effet dans les gazettes, comme nous-mêmes dans nos périodiques ? Les illusions, l'étourdissement, l'oubli de notre condition ? C'est aussi un aveu du gazetier sur ce qui lui fait rattacher son art à la littérature, ainsi conçue d'une façon que nous dirions fort peu "engagée" et qui s'accorde bien à ce surcroît d’attention portée au style et à la correction grammaticale.

27Ces aspects formels de l'écriture de la gazette semblent être une préoccupation habituelle, dont nous avons perdu les repères. En qualité de lecteur, Montesquieu note dans son Spicilège (n°624) :

  • 4 Ces règles ne sont plus guère en vigueur dans les années 1770.

Dans la Gazette de France, la règle est qu'aucun article ne doit commencer par le mot on ; la seconde règle, qu'il ne doit jamais y avoir d'alinéa que dans l'article de Versailles4.

  • 5 "C'est le destin de cette gazette [de Bruxelles], reprit le chevalier, d'être toujours écrite par d (...)
  • 6 "Les bons écrivains sont attentifs à combattre les expressions vicieuses que l'ignorance du peuple (...)

28Ce genre de "règles" est senti comme artificiel et gratuit. Mais on trouverait aisément d'autres remarques touchant plus particulièrement aux insuffisances formelles des journalistes, par exemple dans Le Colporteur de Chevrier (1761), qui épingle en particulier Maubert de Gouvest et Toussaint pour leurs expressions et tours "vicieux"5. Le même reproche, plus général, se retrouve chez Voltaire à l'article "Langues" de son Dictionnaire philosophique6. Et l'on pourrait se demander si le mépris très général des écrivains pour les "folliculaires" ne tient pas autant à leur écriture hâtive et souvent incorrecte qu'à leur inexactitude.

29Mais ceci nous achemine à une autre question, qui mériterait peut-être une autre étude. Nous avons vu à travers les demandes formulées dans notre texte se dessiner un portrait du journaliste qui ressemble beaucoup à celui d'un philosophe, esprit d'une large culture et assez ouvert sur la société et les problèmes de son temps pour oser s'en instaurer le juge. Au moment où certains, comme notre auteur, voulaient faire entrer le journalisme dans le champ littéraire, les littérateurs ont lourdement marqué leur refus de cette prétention à leur être assimilés.

30Quant à nous, qui avons consacré notre recherche aux périodiques et à leur forme la plus souvent insipide et décriée, la gazette, nous trouvons dans le texte étudié un réconfort ; peut-être en fin de compte ne nous sommes-nous pas tellement écartés du domaine de la littérature !...

Notes

1 Ces pages ont été signalées par Mathias Beermann dans sa thèse : Zeitung zwischen Profit und Politik. Der Courier du Bas-Rhin (1767-1810), Leipziger Universitätsverlag, (Deutsch-Französische Kulturbibliothek, no 4), 1996, p. 122.

2 N'excluons pas l'hypothèse que le mystérieux correspondant soit le rédacteur lui-même. Jean Manzon était en effet coutumier de cette pratique ; et l'on sait qu'il rédigea par ailleurs un "ouvrage suivi" sur son métier : des Mémoires d'un gazetier, jamais publiés et malheureusement perdus. Voir le chapitre "Le discours éditorial".

3 La France est bien le pays d'"une gazette" (la Gazette de France), mais l'auteur s'est peut-être avisé de l'existence, à cette date, de la Gazette de santé, de la Gazette du commerce, de la Gazette des gazettes... ; le propos a en outre glissé des gazettes aux "feuilles périodiques".

4 Ces règles ne sont plus guère en vigueur dans les années 1770.

5 "C'est le destin de cette gazette [de Bruxelles], reprit le chevalier, d'être toujours écrite par des gens qui parlent notre langue, comme on la parle à Vienne dans le Léopoldstat. [... Maubert de Gouvest commence toutes ses phrases] par ces mots vicieux 'ç'a été' ; il met toujours le mot 'fut' pour 'alla', celui de 'récompense' pour 'indemnité' [...]. M. Toussaint, n’écrit pas une gazette qu'elle ne soit remplie d'inversions germaniques ; il ne sait pourtant pas un mot d'allemand : il faut que ce soit un vice du terroir." Romans libertins du XVIIIe s., éd. R. Trousson, BouquinsLaffont, 1993, p. 816.

6 "Les bons écrivains sont attentifs à combattre les expressions vicieuses que l'ignorance du peuple met d’abord en vogue, et qui, adoptées par les mauvais auteurs, passent ensuite dans les gazettes et dans les écrits publics." Les Conseils à un journaliste (1737) critiquaient déjà le conditionnel des articles de gazettes ("Nous apprenons que les assiégeants auraient un tel jour battu en brèche"). Les Commentaires sur Corneille font du "style de gazette" un des écueils de l'écriture : "On lui veut imputer est de la Gazette suisse" ; "il faut éviter ces expressions de gazette" ; "ce tour n'est pas assez élégant ; il est un peu de gazette"...

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search