Version classiqueVersion mobile

« D’abord il dit et ordonna... »

 | 
Marie-Thérèse Lorcin

Troisième partie. Faire son salut

Chapitre IX. Le clergé dispensateur de rites et de services

Texte intégral

  • 1 Lorcin, 1982, 2.

1Les 650 testaments de membres du clergé utilisés sont avant tout ceux de prêtres, et de prêtres ruraux. Le lot comprend seulement 62 testaments du clergé de Lyon et 34 de Montbrison (dont une quarantaine de chanoines). Le clergé du corpus testamentaire est donc essentiellement le bas clergé séculier rural1.

2Les testaments des laïcs ne font que conforter cette priorité car à la campagne comme en ville, ils évoquent surtout la fonction liturgique du clergé, auquel on demande messes et autres rites. Seuls les testaments des nobles nous font rencontrer le clergé régulier : un réseau de monastères anciens accueille de nombreux enfants de seigneurs, surtout des filles, et souvent pour la vie entière.

3La priorité donnée au clergé séculier pour accomplir les rites est pourtant menacée comme partout à l’époque par l’engouement pour les Ordres mendiants dont font preuve les élites urbaines et les nobles. Non que les chevaliers soient tentés de caser là leurs cadets, mais ils cherchent de nouveaux lieux de sépulture et de nouveaux célébrants.

4On aimerait savoir comment la hiérarchie diffuse ses directives au bas clergé, veille à son instruction, parvient à redresser la situation que décrit la Visite pastorale de 1378. On aimerait aussi voir en combien de temps et par quels relais parviennent aux simples fidèles les fêtes à ajouter au calendrier les dévotions. Les testaments renseignent bien mal en ce domaine. Ils montrent simplement quels sont les réseaux auxquels peuvent se rattacher les prêtres éparpillés dans l’archidiocèse et qui peuvent entretenir des relations entre eux. On connaît un peu mieux les relations du prêtre avec les fidèles de sa paroisse.

I. Organisation

5Dans la multitude de légataires que font les prêtres, il faut extraire ceux qui donnent une idée des relations professionnelles.

6L’archevêque est leur seigneur à tous et figure parmi les légataires rituels, souvent en tête de liste. Mais c’est pour peu de chose. Les legs vont de 5 à 20 sous ; la majorité est de 5 s. Minimum incompressible utilisé, on l’a vu, en diverses circonstances. C’est le « prix plancher » de la légitime, permettant de déshériter un enfant sans que le testament soit attaqué devant les tribunaux. C’est aussi le legs rituel « à tous les ayants droit » qui évite de nommer les membres de la parenté au risque d’en oublier un, et c’est le legs au seigneur foncier, encore fréquent au xive siècle.

7Pourtant un prêtre forézien sur trois oublie de léguer à l’archevêque. C’est un lointain seigneur pour ceux qui habitent à l’Ouest des Monts du Lyonnais... Plus proche, moins intimidant et peut-être plus efficace, l’archiprêtre est un supérieur dont l’influence est fort inégale selon les temps et les lieux.

Tableau 57. Membres du clergé léguant à leur archiprêtre (en %)

1300-1350

1460-1500

Lyonnais

29,2 %

35,7 %

Forez

23,7 %

41,6 %

Rive gauche

52,5 %

54,2 %

Ensemble

33,1 %

49,1 %

8Ce sont les prêtres de Dombes et de Bresse qui font preuve à tout moment du plus grand empressement, et ceux du Lyonnais qui en montrent le moins.

9Le plus important à noter est que le pourcentage s’effondre entre 1350 et 1450, la période difficile. La restauration matérielle et spirituelle, lente à opérer, se manifeste avec éclat dans la Visite Pastorale de 1469-1470. Or le pourcentage des testateurs qui lèguent à l’archiprêtre entre 1460-1500 s’élève fortement. Il faut croire que la discipline se rétablit, au moyen de synodes et d’inspections selon un rythme plus régulier.

10Les legs à l’archiprêtre sont de valeur inégale. Les prêtres de l’archiprêtré de Pommiers (nord-ouest du Forez) lèguent surtout de la cire. Ceux du Jura lèguent en moyenne 3 s., ceux du Forez et du Lyonnais environ 6 s. On ne trouve pas l’uniformité réglementaire des legs à l’archevêque. Les relations personnelles comptent ici davantage.

  • 2 Gonon, 1974-75.

11Marguerite Gonon a tenté d’expliquer pourquoi des 286 testaments de prêtres du Forez, les uns furent enregistrés à Montbrison par la cour comtale et d’autres à Lyon par l’official2. En fait, il ne semble pas y avoir d’autre règle que le bon plaisir des exécuteurs testamentaires. On ne saurait dire pourquoi 15 testaments furent intitulés par le juge de Forez, mais enregistrés ensuite par l’official, ni pourquoi 38 autres furent intitulés par les deux autorités garantes, mais enregistrés ensuite par la seule cour de Montbrison... Toujours est-il que les legs à l’official s’ajoutèrent à la liste des legs à la hiérarchie. Au cours du xve siècle on voit s’installer aussi peu à peu dans les habitudes des legs (minimes, il est vrai) aux porte-sceaux de la cour de l’officialité. Se concilier les bonnes grâces des scribes est une sage précaution face à toute administration civile ou militaire.

12La hiérarchie ecclésiastique entretien donc des relations entre la tête et les membres. Les confréries de prêtres donnent une autre notion de la sociabilité cléricale. Les membres du clergé lèguent certes aux confréries paroissiales, mais ils le font plus volontiers à leurs propres associations ou « société de prêtres ».

Tableau 58. Membres du clergé léguant aux confréries (en %)

1300-1350

1460-1500

Lyonnais

9,3 %

0 %

Forez

15,8 %

8,3 %

Rive gauche

51,9 %

54,5 %

13Ces confréries sont plus vivaces aux deux extrémités de l’archidiocèse : Forez d’une part, Bresse et Dombes de l’autre. En Forez, les plus souvent mentionnés ont leur siège à Néronde, Pouilly-en-Roannais, Saint-Germain-Laval, Saint-Galmier, qui sont des bourgades. Il en existe aussi dans de simples villages comme Marcilly, Saint-Priest-la-Roche. Elles rassemblent les prêtres de plusieurs paroisses et leurs membres peuvent dépasser la centaine, comme celle de Néronde.

14Beaujolais et Lyonnais font figure de zones presque vides. On ne trouve trace de confrérie de prêtres qu’à Villefranche, Anse et Saint-Symphorien-sur-Coise. Cette dernière a laissé des archives de l’époque moderne, preuve de sa longévité. Mais elle ne compte au début du xive siècle qu’une trentaine de membres que l’on peine parfois à réunir. Dom P. Alaveysin, curé de Saint-Étienne-sur-Coise, demande à son enterrement tous les prêtres de la confrérie des prêtres de Saint-Symphorien. S’il n’y en a pas 30 qui veuillent venir, que l’on en convoque d’autres de telle sorte qu’il y en ait 30 en tout. On leur offrira repas convenable et 3 s.v. chacun. Les prêtres de la confrérie qui n’auront pas voulu venir à son enterrement ne recevront rien du tout (4G 52, 61).

15À plus petite échelle, on entrevoit des relations au sein d’un petit groupe de paroisses mitoyennes, 4 à 6, où l’on a coutume de célébrer ensemble les Rogations. Au cours des trois jours, le clergé au complet, portant les croix paroissiales et suivi des fidèles, parcourt en procession le terroir des paroisses en appelant la bénédiction du ciel sur les futures récoltes. C’est un usage si anciennement établi que les testateurs se contentent de demander la présence des « croix des Rogations » à leur enterrement. Les prêtres demandent en priorité des collègues venant de ce petit noyau de paroisses. Un vicaire de Soucieu veut que l’on convoque à sa sépulture toutes les « rogationes propinquiores », c’est-à-dire Orliénas, Messimy, Thurins et Rontalon. Chaque prêtre qui viendra recevra 4 blancs et la réfection, ou 6 blancs sans la réfection. Un an après, on convoquera pour l’anniversaire 6 prêtres venant des mêmes « paroisses des Rogations », dont la rémunération sera la même que supra. À chaque « luminaire des Rogations », il donne 1 s.t. (4G 70, 69).

16Ce trait de la vie inter-paroissiale n’apparaît pas partout. On le rencontre en Dombes, sur le plateau Lyonnais et surtout dans les monts du Lyonnais. Il témoigne d’une collaboration plus étroite entre membres du clergé des paroisses associées.

17Il est aussi quelques exemples de prêtres ruraux qui décident de mettre en commun leurs biens meubles et immeubles, ainsi que leurs droits casuels, pour la durée de leur vie.

18C’est le cas des curés de Solaize et de Ternay, deux paroisses du Bas Dauphiné riveraines du Rhône. Ils résideront tous deux dans la cure de Solaize « tanquam fratres ». Après leur mort à tous deux, leurs biens serviront à construire une chapelle pour la chapellenie qu’ils ont fondés (sans date, 4G 66,93). On trouve en Beaujolais un cas analogue en 1454. Le curé de Ternand et un prêtre de Saint-Jean-la-Bussières s’associent et se font donation mutuelle de tous leurs biens. Ils vivront ensemble dans la maison de la cure de Ternand et prendront soin mutuellement de leurs funérailles (4G 67,106vo). Ces communautés se fondent avec l’accord de la hiérarchie, puisque celles que l’on connaît sont fondées par un acte enregistré par l’officialité.

II. Relations avec les fidèles

19Le sujet serait extensible à l’infini. Prenons simplement deux exemples : les liens étroits qu’entretient la noblesse avec les monastères féminins, et l’insertion du prêtre dans la paroisse rurale.

1. Le monastère annexe des châteaux

  • 3 Cf. chap. VI, IV.

20Un paysan aisé s’efforce parfois de hisser un de ses fils vers la cléricature3. La chose est bien plus fréquente chez les nobles, qui dirigent vers l’Église leur excédent de progéniture. L’Église semble être vue comme un pensionnat de jeunes filles destiné à devenir aussi maison de retraite. Voici un extrait du testament de Jean du Verney, chevalier.

21« A sa fille Marguerite, nonne à Saint-Thomas, le chevalier Jean du Verney accorde une pension de 100 s., 1 setier de froment, 1 émine de seigle, 4 ânées de vin, et du bois de chauffage. À sa fille Alice, nonne à Leigneux, tous les cens qu’il possède à Saint-Didier-sur-Rochefort. À sa fille Hénarde, nonne à Beaulieu en Roannais, des cens revenus et dîmes dans la paroisse de Crémeaux. Sa fille Béatrice sera nonne à Bonlieu à la place de Catherine, sa fille défunte, et recevra 3 émines de seigle, 2 ânées de vin, 1 quartal de froment, 1 quartal d’avoine et 100 s. l’an ». Son fils Antoine, clerc, hérite des biens de dom P. de Verney, jadis chanoine de Vienne, décrits dans l’inventaire, en particulier, il recevra la maison de Montbrison, la dîme de la Mota et de Saint-Laurent-la-Conche, des revenus en vin à Saint-Galmier et trois autres paroisses, et le droit de prendre son bois de chauffage dans les bois de Luigneu, le tout en viager (B 1865,127).

22Si pour un paysan, pousser un enfant vers l’Église implique un sacrifice financier, pour un noble c’est au contraire une économie. En Forez au xive siècle la moniale reçoit en moyenne 120 l.t. ; sa sœur que l’on marie reçoit 788 l.t. Estimations faites à partir des seules dots et pensions libellées en numéraire. Il faudrait ajouter à la pension de la moniale la somme versée lors de son entrée au couvent (50 à 60 l.t.). À la dot de sa sœur s’ajoutent les vêtements et joyaux de la mariée, et les frais de la noce. Même si la dot n’est pas toujours intégralement versée, marier une fille est plus coûteux que la placer au monastère.

23La jeune fille ne semble pas choisir son point de chute, c’est le père qui dit dans quel couvent l’héritier devra la placer, si elle n’y est déjà. Mais chaque lignage a ses traditions, et la jeune moniale a des chances de retrouver là sa sœur aînée, une tante célibataire ou veuve, voire sa grand-mère. De toutes manières, on ne l’envoie guère loin. Le monastère féminin le plus éloigné se trouve à Vienne (cf. carte 7).

Tableau 59. Monastères où les nobles du Lyonnais et du Forez envoient leurs filles

Saint-Pierre-les-Moniales (Lyon) :

6 cas

Saint-Thomas de Montbrison :

7 cas

Saint-Martin-lo-Pol (Lyon) :

2

Leigneux :

6

Alix :

2

Bonlieu :

3

Dorieux :

3

Beaulieu :

2

B. M. de Largentière :

2

Marcigny :

2

Pouilly-les-Moniales :

2

Jourcey :

1

Saint-André-de-Vienne :

2

Chazeaux :

1

Sainte-Claire-de-Vienne :

1

24Il est prévu dans un cas sur trois que la jeune fille destinée au monastère puisse refuser. Le donzeau G. de Tarare qui teste en 1342 a 5 filles dont 2 sont déjà moniales, l’une à Bonlieu, l’autre à Pouilly. Les 3 autres sont censées suivre le même chemin, chacune avec la même pension que leurs aînées, c’est-à-dire 60 s.v. par an et tous les trois ans un costume neuf. « Si elles ne veulent pas être religieuses », chacune recevra 60 l.t. au rythme de 100 s.v. par an (4G 42,48Avo).

25Le droit de refuser se rencontre dans les testaments de la première moitié du xive siècle où le pourcentage de filles nobles destinées au couvent bat des records. C’est la période où les nobles ont les maisonnées les plus nombreuses. Or 76 % des filles orientées vers l’Église viennent de familles comptant 5 enfants et plus. En Forez, sur 23 nobles qui utilisent cet exutoire, 10 sont des pères de 7 enfants ou davantage.

Carte 7. Principales routes (xiiie-xve siècle)

26Le pourcentage des futures moniales parmi les filles de nobles ne cesse de décliner de demi-siècle en demi-siècle. De 63 % avant 1350, il passe à 40 % puis 28 %, et il tombe à 14 % entre 1450 et 1500. Ce déclin est dû sans doute à ce que la famille du chevalier ne retrouve pas ses effectifs d’avant 1350 et qu’il est dès lors moins coûteux de caser les enfants. Il est vraisemblablement dû aussi à la crise durable que traversent les monastères ruraux au xive siècle. L’effondrement des revenus rend la vie conventuelle impossible. L’insécurité oblige les moniales à se réfugier en ville ou dans leurs familles. Le testament d’un bourgeois d’Anse donne une idée de ce que pouvait être la situation d’un monastère féminin en 1380 malgré les efforts de ses protecteurs. Il s’agit du couvent de Clarisses de Brienne, près de la petite ville d’Anse. François Eurerd demande « à être enterré au monastère des dames de Brienne dans la tombe de son père. Pour le repas de ses funérailles, il donne au couvent 4 bichets de froment, 1 ânée de vin à la mesure d’Anse, et 2 fr. or. Pour que le couvent puisse continuer à manger en communauté, il lui donne 30 ânées de grains, 30 ânées de vin et 3 fr. or, à remettre aux dames dans les mois suivant son décès ». Et pour les encourager à reprendre la vie commune, en particulier à manger ensemble, il leur promet une rente annuelle de 12 fr. or, à charge de faire célébrer une messe par jour pour l’âme du testateur et celles de ses ancêtres. Cette pension est assise sur des biens immobiliers situés avec soin (des maisons à Anse, un pré, une terre, un grand curtil clos de murs). Il renouvelle la coutume observée par ses prédécesseurs de « fournir le pain bénit dans l’église paroissiale d’Anse et dans celle du monastère de Brienne », et assoit cette charge sur sa vigne de Charogneu (10G 1362,1).

27Les testaments postérieurs à 1400 sont trop peu nombreux pour que l’on puisse savoir si devant cette situation, les nobles ont désormais dirigé toutes leurs filles vers les monastères urbains. Lorsqu’ils le font, ils choisissent de préférence Saint-pierre. Les patriciens lyonnais, étudiés par Gui de Valous, mettent leurs filles dans des couvents de la ville, mais fort peu réussissent à les introduire à Saint-Pierre. Moins aristocratique, l’ordre des Clarisses semble servir de lieu de rencontre pour la noblesse et le patriciat à Lyon, à Vienne, à Brienne.

28Le recrutement des monastères féminins est donc, mis à part l’ordre des Clarisses, doublement discriminant. Le barrage est à la fois social et financier.

29Devant les fils de nobles orientés vers l’Église s’ouvrent des chemins variés où les seuls testaments ne permettent pas de les suivre. Car le père se contente de leur attribuer un legs ou une pension, mais la pension prendra fin lorsque le clerc obtiendra un bénéfice. Qu’il devienne chanoine, moine, prêtre ou simple clerc, le cadet devra subvenir à ses besoins, alors que la moniale conserve des liens avec sa famille qui lui sert une pension à vie. Fidèles aux choix ancestraux, les fils de nobles que l’on pousse vers l’Église vont vers les couvents bénédictins comme Ainay, les chapitres, les ordres anciens comme Saint-Jean-de-Jérusalem. Très peu semblent choisir les Ordres mendiants. D’après les quelques renseignements que l’on glane dans les testaments, les affinités entre le réseau des châteaux et le réseau d’établissements religieux installé aux siècles précédents se maintiennent sans grand changement.

2. Le prêtre dans sa paroisse

30Les 650 testaments utilisés viennent presque tous, comme on l’a dit plus haut, du bas clergé rural, celui qui vit dans les villages et les petites bourgades disséminées dans l’archidiocèse, et principalement des archiprêtrés de la rive droite.

31Ces testaments donnent une image d’ensemble rassurante, celle d’un bas clergé stable et sans difficultés exceptionnelles. Certes de temps à autre, quelques lignes ouvrent une faille dans cette sérénité, par exemple cet extrait du testament du curé de Dracé en Beaujolais, fait en 1361. Que l’on rende à Peronin Fabre un coffre « quant olim idem curatus habuit a dicto Peronino in remissionem et exquictationem peccati » (4G 49, 16). La visite pastorale de 1378-1379 n’est pas loin, qui fait l’affligeant portrait d’un clergé accablé par la misère, l’ignorance, l’absentéisme, le concubinage, voire la criminalité. Mais ces brefs aperçus sont très rares : les testaments gomment les calamités individuelles et collectives. On ne trouve guère trace non plus du « chômage des clercs » affectant le xve siècle et auquel l’archevêque tenta de porter remède en ordonnant en 1446 de régulariser la situation des sans prébende en les admettant gratuitement dans les sociétés de prêtres là où il en existait.

32650 testaments en deux siècles et pour environ 400 paroisses (la moitié de celles que contient le diocèse) ne peuvent tout dire. De plus, les prêtres qui testent sont ceux qui ont quelque avoir à transmettre. Comme dans le monde laïque, les plus pauvres n’ont pas leur place dans le corpus. Rares sont les actes qui laissent entrevoir l’indigence. C’est peut-être le cas de ce prêtre de Firminy qui rappelle que seule la générosité des paroissiens lui permit de faire les études, « et cum donnus Jacobus testator de helemosina boni populi Firmignaci steterit in studiis et se promoverit ad divina officia celebrari et de ipsis helemosinis acquisierat omnia universa » (B 1872, 59vo).

33Les prêtres que l’on connaît par leur testament sont tous fixés en une paroisse où ils disposent d’un bénéfice quelconque. Ils ne sont pas tous dits curés, loin de là, et le pourcentage des curés parmi eux ne cesse de décliner :

Tableau 60. Pourcentage de curés parmi les prêtres qui testent (Lyon exclu)

1340-1379

1380-1419

1420-1459

1460-1500

65,2 %

51,9 %

46,2 %

23,1 %

34Le pourcentage de curés est plus élevé dans les villages. La différence est très sensible en Forez :

Tableau 61 Pourcentage de curés parmi les prêtres qui testent en Forez

Curés

Autres prêtres

Petites villes

23,1 %

76,9 %

Campagnes

63,4 %

36,6 %

35Il diffère aussi d’un secteur à l’autre :

Tableau 62. Pourcentage de curés chez les testateurs membres du clergé (Lyon exclu)

Lyonnais : 48,9 %

Jura : 50 %

Forez : 56,8 %

Bresse et Dombes : 51, 6 %

36Sur ce point, le corpus testamentaire est en accord avec la Visite Pastorale de 1378. C’est en Lyonnais que les visiteurs et les paroissiens déplorent le plus fort taux d’absentéisme des curés. Ce n’est pas flatteur pour les chanoines de Saint-Jean et autres églises de la ville, qui sont patrons de la majorité des paroisses du comté.

  • 4 Cf. chap. I, II.

37Cependant le vocabulaire des testaments est trompeur lorsqu’il s’agit d’identifier les testateurs4. Ainsi on repère dans le corpus, par recoupement, des prêtres notaires qui, lorsqu’ils testent eux-mêmes, ne disent pas qu’ils sont notaires. De même, les testaments nuncupatifs oraux font intervenir le prêtre qui a confessé le mourant et lui a donné les derniers sacrements, qui l’a aidé ensuite à faire son testament, et qui intervient ensuite en qualité de témoin. Or il est souvent désigné simplement comme « le prêtre de tel endroit ». Les fidèles ni le notaire n’éprouvent le besoin d’en dire davantage. Il est prêtre, on sait où le trouver si besoin est, qu’il soit curé, vicaire ou simple chapelain. Il se peut donc que le pourcentage des curés répertoriés soit inférieur à la réalité. Quoi qu’il en soit, les testaments de ceux qui sont dits curés ne se distinguent en rien des autres par leurs clauses.

38On a vu précédemment que 77,4 % des prêtres veulent être ensevelis dans la paroisse où ils exercent, le plus souvent dans la tombe de leurs prédécesseurs. On a vu aussi que les prêtres donnent la préférence à leur parenté lorsqu’ils désignent les héritiers (60 à 80 % des cas) ainsi que les légataires. Dans la majorité des cas connus, le prêtre a obtenu une prébende non loin de la maison familiale.

39Ce sont les principaux témoignages de son enracinement dans la paroisse, mais il en est d’autres. Acquérir des immeubles et des parcelles de terre est certainement un bon moyen de s’insérer dans le microcosme de la paroisse. C’est une sécurité pour l’avenir, c’est montrer aux paroissiens que l’on est là pour longtemps, et c’est l’occasion de partager les activités des laïcs. Le prêtre teille le chanvre, fait sa vendange et boit sa piquette, comme les autres... Mais évaluer le domaine foncier des prêtres est très difficile. Si l’on se fie aux seuls legs, le clergé rural paraît mal pourvu : 12,4 % de ses legs consistent en biens immobiliers. Les laïcs du plat pays font mieux (13,7 % des legs) et les nobles aussi (14,4 %). Mais la plupart des anniversaires et autres fondations qu’instituent les prêtres sont assis sur des maisons, des vignes, des terres... dont on apprend par ce biais l’existence (car elles font partie de l’héritage). Prenons l’exemple d’un prêtre d’Anse qui teste en 1399 et désigne comme héritiers ses deux frères et sa sœur. « Il veut être enterré dans la tombe de son père au cimetière de Saint-Pierre d’Anse. Aux prêtres qui liront le psautier : chacun 3 oboles du roi. Pour son enterrement, 18 prêtres, qui recevront chacun 4 ob. Au curé, « un annuel ou anniversaire de 10 s.v. assigné sur ses maisons et sur la vigne qu’il possède au manse de Brienne ». À la confrérie de Saint-Pierre d’Anse, « ultra jus quod confratres dicte confratrie qui obiunt debent eidem confratie », 1 livre de cire, à condition qu’il ait le luminaire de la confrérie à son enterrement. « Le blé qu’il possède dans 2 pièces de terre sera battu et transformé en pain pour les pauvres » (4G 57,188).

40Parmi les créances que des membres du clergé signalent en leur testament, il en est qui appartiennent à coup sûr au curé, ce sont les droits paroissiaux. La somme due n’est jamais indiquée. Le testateur se contente de dire s’il remet tout en partie de la dette. Ainsi un curé d’Izieux en 1394 remet à chacun de ses paroissiens « quartam partem omnium debitorum » (4G 57, 274). Il est plus que vraisemblable que les droits paroissiaux constituent une partie de ces dettes. Mais un cadeau posthume de ce genre est rare : le prêtre craint sans doute de léser son successeur et d’encourager les paroissiens dans leur négligence. Il peut aussi transférer ses droits de manière à ce que la paroisse n’y perde pas. Le curé de Saint-Julien-la Vestre en 1446 lègue à cette église « pro renovatione missalis eiusdem ecclesie et non alias » la moitié de tous les droits et arrérages qui lui sont dus en raison des sépultures et des mariages (B 1899, 180vo).

41En fait, le clivage que l’on perçoit au sein du clergé ne se situe pas entre ceux qui ont la cura animarum et les autres. Il sépare ceux qui exercent dans de simples villages et ceux qui exercent dans les villes. C’est un constat que l’on a pu faire en toutes régions. Signalons simplement par quoi se manifeste le fossé dans le corpus testamentaire.

42En premier lieu, le clergé rural n’est pas pléthorique, bien au contraire. Il est de nombreux exemples de testament où les fidèles se plaignent de manquer de prêtres même en dehors des pointes de mortalité. Ainsi un testateur de Saint-Étienne (alors un simple village) en 1310 demande à être enterré au cimetière paroissial. Si au moment de sa mort, ajoute-t-il le culte est interrompu en l’église de Saint Étienne, qu’on l’enterre dans le cimetière du monastère de Valbenoite. Vingt ans plus tard, un autre Stéphanois prend la même précaution (4G 43, 19vo et 46).

43Ce que les fidèles craignent plus souvent, c’est que l’on ne puisse réunir le jour de leur sépulture le nombre de prêtres qu’ils demandent de convoquer. Parfois ils suggèrent aux héritiers une solution de rechange, comme de réunir le nombre de prêtres souhaité pour le 30e jour ou un an plus tard. Le plus souvent, il indique de quelles paroisses proches les faire venir, sachant que sa propre paroisse ne pourrait seule les procurer.

44La difficulté de rassembler assez de prêtres pour une sépulture, ou à trouver assez de prêtres pour célébrer les messes demandées, freine certainement l’augmentation des exigences en ce domaine. À la campagne, la demande reste constamment modeste. Dans les isolats ruraux du Lyonnais, le nombre moyen de prêtres demandés passe de 8 entre 1300 et 1350 à 11,2 entre 1450 et 1500.

45En second lieu, et malgré le grand nombre de legs en nature que font les prêtres, l’écart de fortune semble considérable entre la ville et la campagne. C’est ce que l’on déduit du legs moyen en numéraire.

Tableau 63. Classement des testateurs du clergé d’après les legs en numéraire

En % des testateurs

-de 10 livres

10 à 30

30 à 60

+ de 60

Ville de Lyon

20,7 %

13,2 %

13,2 %

52,8 %

Anse et Montbrison

31,8 %

25,0 %

15,9 %

27,2 %

Secteurs ruraux lyonnais

41,2 %

39,1 %

10,1 %

9,4 %

Forez

48,7 %

36,5 %

7,3 %

7,3 %

Bresse- Dombes - Jura

53,5 %

27,4 %

11,7 %

7,1 %

Moyenne

39,7 %

29,6 %

16,7 %

13,7 %

Legs moyens dans chaque catégorie, environ

4 livres

15 livres

27 livres

155 livres

46L’écart est du même ordre que celui que l’on constate chez les laïcs. De plus, il va croissant.

Tableau 64. Les legs en numéraire des membres du clergé (en livres)

1300-1350

1350-1400

1400-1450

1450-1500

Ensemble

22 1

21 1

191

29 1 environ

Lyon et Montbrison

361

381

311

84 1 environ

47Certes il s’agit là d’un ordre de grandeur et non de valeurs absolues, car le numéraire tient évidemment une place plus grande dans la fortune des habitants de la ville, qu’ils soient clercs ou laïcs. Mais l’écart, en ce qui concerne le clergé, trouve une confirmation dans les legs de livres. Ceux qui lèguent le plus de manuscrits sont les plus à l’aise, et les plus à l’aise sont les chanoines et prêtres de Lyon et de Montbrison.

Tableau 65. Testaments du clergé où l’on trouve mention de manuscrits

 % des testaments

Lyon

34,9 %

Montbrison (ville)

29,4 %

Lyonnais

10,7 %

Forez

16,6 %

Bresse- Dombes

16,8 %

Jura

12,9 %

48Pour ces professionnels des rites et de l’écriture, posséder des manuscrits est à la fois un signe extérieur de richesse et un outil de travail. Le clergé rural semble manquer souvent du strict nécessaire. À travers 650 testaments, on glane seulement une centaine de bréviaires, 11 psautiers, 8 missels... La bibliothèque du prêtre se réduit souvent au seul bréviaire ; encore peut-on douter que chacun possède ce minimum. Rarissimes sont les testateurs qui peuvent léguer plusieurs manuscrits, tel ce prêtre de Montbrison qui teste en 1360. Parmi les legs qu’il fait, plusieurs sont caractéristiques de sa situation de fortune et de son niveau culturel. Il s’agit de dom P. Raynaud, courrier de Notre-Dame de Montbrison.

  • À l’église Notre-Dame, une « pintam stagni pro tenendo vinurn de quo conficitur sanguis Christi ».
  • À l’église de la Chamba, son calice.
  • ÀMeA. Pagan, son « librum vocatumflorum sanctorum ».
  • À J. Pagan, frère du susdit, « librum suum parvum copertum de rubco vocatum pater noster ».
  • Au plus proche prêtre de sa famille, son bréviaire, à moins que son frère n’ait l’intention de pousser un de ses enfants dans les ordres, auquel cas il lui donne le bréviaire.
  • Aux desservants de Saint-Martin-la-Sauveté tous ses autres livres ecclésiastiques et « almissam suam ».
  • À ceux qui vêtiront son corps, sa cape noire, ses meilleurs souliers et ses bottes (4G 48, 79vo).
  • 5 Cf. chap. I. III.

49La plupart des prêtres vivant dans les villages doivent sans doute compter sur les livres appartenant à l’église ou à la chapelle qu’ils desservent. Mais comme le montrent les deux visites pastorales, l’équipement des paroisses en livres liturgiques varie considérablement selon les lieux et selon la conjoncture. Si l’on en juge d’après les testaments, hors de Lyon et de Montbrison, il n’y a que deux sortes de prêtres normalement fournis en textes écrits. Ce sont d’une part ceux des villes secondaires où siègent des sociétés de prêtres, comme Anse ou Saint-Bonnet-le-Château, et d’autre part ceux qui exercent en même temps la fonction de notaire5.

50On peut tirer des conclusions analogues des legs faits à la domesticité. Les chanoines, voire les prêtres des villes, ont souvent plusieurs serviteurs, et des serviteurs masculins. Le prêtre de village lègue à une servante, seul luxe qu’il puisse se permettre.

Tableau 66. Testateurs qui lèguent à leur domesticité

Clercs

Laïcs

Nobles

Lyon

Un testateur sur 2,3

Un sur 8,3

Un sur 8

Villages

Un testateur sur 7,2

Un sur 78,4

Notes

1 Lorcin, 1982, 2.

2 Gonon, 1974-75.

3 Cf. chap. VI, IV.

4 Cf. chap. I, II.

5 Cf. chap. I. III.

Table des illustrations

Légende Carte 7. Principales routes (xiiie -xve siècle)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k

© Presses universitaires de Lyon, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search