Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« D’abord il dit et ordonna... »

 | 
Marie-Thérèse Lorcin

Troisième partie. Faire son salut

Chapitre VII. Maintenir le lien entre vivants et morts

Texte intégral

1À l’époque, chacun voit mourir autour de lui plus de jeunes et d’adultes dans la force de l’âge que de vieillards. La mort est omniprésente par la force des choses et nul de tente de la dissimuler. Bien au contraire, des rites nombreux et répétitifs cherchent à maintenir le contact entre le monde des vivants et celui des morts : rites calendaires, cérémonies confraternelles, funérailles et commémorations demandées par les testateurs et entretenues par leurs descendants et autres bénéficiaires. Chaque décès apporte quelques éléments de plus à la chaîne dont les fondations perpétuelles assurent la continuité et qui, théoriquement, ne devrait prendre fin qu’au Jugement Dernier...

I. Commémorations collectives

  • 1 Gonon, 1960, 2 et 1972.

2On célèbre en Forez au moins quatre fêtes des morts dans l’année1. Les testateurs ne précisent pas toujours les dates. Les plus citées sont le lendemain de la Toussaint (2 novembre) et la Saint-Hilaire (14 janvier), ainsi que le lundi de Pâques et le lundi de Pentecôte. Le plus souvent, testateurs et testatrices se contentent de dire « la fête des morts que l’on célèbre après la Nativité de N. S. », ou « après la fête de Pâques ». Publiques ou privées, les fêtes des morts qui ne sont point fixes se placent volontiers le lundi, selon une tradition biblique largement observée et qui évite de surcharger le dimanche.

3Les fêtes calendaires sont les fêtes de tous. Celles que célèbrent les confréries paroissiales prennent aussi l’allure de fêtes collectives, bien que les confrères soient une minorité de la population et que les legs aux confréries soient peu nombreux. C’est là un des paradoxes de l’histoire des confréries.

  • 2 À partir de sources normandes, Mathieu Arnoux a montré l’importance que pouvaient prendre les comm (...)
  • 3 Chiffoleau, 1987.

4Celles-ci existent dans chaque paroisse du Forez, alors que les confréries professionnelles sont très rares. La confrérie la plus souvent nommée est celle de Saint-Esprit (265 mentions sur 355 au xive siècle), puis vient celle du Corps du Christ, qui progresse au siècle suivant. Mais les testateurs en leur grande majorité se contentent de dire « la confrérie ». C’est une émanation de la communauté paroissiale et bien souvent la seule2. Aussi joue-t-elle un rôle social important, voire un rôle politique : les consuls qui dirigent la confrérie, en l’absence d’élus, sont les seuls représentants. « C’est, écrit Jacques Chiffoleau, une institution unitaire, sinon unique3. »

5La mission charitable de la confrérie, bien souvent la seule qui apparaisse dans les testaments, s’exerce dans un cadre rituel précis qui montre le lien maintenu par les confrères entre les vivants et les morts.

6Les legs aux confréries sont peu nombreux et comme l’ensemble des legs pieux et charitables, ils vont déclinant :

Tableau 43. Testateurs laïcs du Forez léguant aux confréries (en %)

Campagnes

Villotes

Montbrison

1300-1350

14,6 %

28,5 %

?

1350-1370

8,7 %

3,8 %

11,7 %

1400-1420

2,3 %

26,6 %

9,7 %

7Mais ce constat risque d’induire en erreur. Témoin le testament d’un ancien dirigeant de la confrérie du Saint-Esprit de la paroisse Saint-Victor. L’auteur récapitule les noms de ceux qui lui versèrent pour le repas annuel un demenc de seigle (40 litres) : 16 personnes. Or aucun testament de Saint-Victor ne mentionne de legs à la confrérie, et l’ancien consul n’en fait pas non plus (B 1866, 31).

8On entrevoit aussi que les confréries se constituent peu à peu un petit patrimoine fait de biens fonciers et de rentes. Les premiers apparaissent soit en tant que legs, soit en tant que confront d’un jardin, d’une maison. Il en est ainsi dans les terriers où « la maison de la confrérie », « la vigne de la confrérie », sont des repères connus de tous les habitants. La confrérie paroissiale reçoit aussi des rentes, qui sont en principe perpétuelles. Ainsi les héritiers de P. Fabri doivent payer 10 d.t. l’an « censuales cum laudibus » à la confrérie de Saint-Michel de Marcilly (B 1899, 139).

  • 4 Gonon, 1973, 3.

9Certes pendant la grande dépression, nombre de parcelles durent rester en friche faute de bras pour les cultiver, des rentes ne peuvent être payées régulièrement, comme partout. Mais le souvenir ne s’en perd pas automatiquement. Une fois passée la mauvaise période, les confréries firent faire l’inventaire de leur patrimoine par leurs consuls, celle de Marclopt en 1418 par exemple4. En Lyonnais, la confrérie de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, a laissé un « terrier pour la communauté des pauvres de la paroisse » fait entre 1476 et 1513 (A. D. Rhône série E, Fonds des Communes, Saint-Cyr, I, 1).

10La mission de la confrérie paroissiale est partout une mission charitable, au point que nombre de legs sont adressés à « la charité » comme synonyme de la « confrérie ». Mais c’est une charité qui s’exerce à date fixe et qui n’a pas pour seul but de secourir les déshérités. Elle manifeste et renforce le lien entretenu entre vivants et morts. En témoigne le vœu émis par 58 testateurs foréziens du xive siècle qui voulaient être maintenus par leurs héritiers au sein de la confrérie comme « confrères vifs ». L’un d’eux s’exprime ainsi : « [...] vult quod unus pauper comedat in dicta confratia pro dicto testator » (B 1853, 114). Les héritiers payent la cotisation et choisissent un pauvre qui occupe la place du défunt lors du banquet annuel.

  • 5 Canard, 1973-74.

11Les statuts des confréries ont disparu. Les quelques témoignages qui substituent sont tardifs, tels ceux de la confrérie du Corps du Christ de Saint-Bonnet-le Château, rédigés en 15415. 8 articles sur 17 décrivent les obligations des membres, clercs et laïques, à l’égard des confrères malades ou décédés. Lorsqu’un prêtre va porter le saint sacrement à un confrère malade, tous les membres, avertis par sonnerie de cloches, doivent accompagner le prêtre de l’église au domicile du mourant en portant chacun un cierge allumé. Sitôt un confrère décédé, le héraut de la confrérie doit annoncer la nouvelle par la ville. Tous les membres assisteront à l’enterrement revêtus des chapes et autres insignes de la confrérie. « Item et ne sera loisible esd. Confreres [...] divaguer ou se promener pendant le service de lad. Confrérie [...] a peyne dix den. Tournois » Ils assisteront également aux messes célébrées le lendemain et le surlendemain pour le défunt. Chaque confrère laïque versera 15 d.t. pour la célébration de la messe du troisième jour.

12Entourer celui qui va mourir se fait spontanément à la campagne, on le sait par les dépositions des témoins. L’un d’eux fut réveillé et accourut à la maison du mourant quand il entendit « sonitum campane » (B 1871, 47). La cloche annonce la venue du prêtre qui porte la communion au malade ; le voisin laisse son bois à couper, la jeune mère accourt portant son bébé dans les bras, l’un abandonne sa bêche, l’autre ses tonneaux, on voit venir même « ceux qui moissonnaient » et que l’on ne nomme ni ne compte. Silencieux pendant le rite religieux, ils le sont souvent moins lorsque le malade fait son testament, comme nous l’avons vu précédemment. Mais ils sont là. C’est, au reste, ce que prévoient les statuts synodaux.

13Toutefois Saint-Bonnet-le-Château est dès la fin du xive siècle une bourgade fortifiée où l’artisanat, stimulé par le trafic qui reprend sur les routes transversales, est très actif. Elle peut compter 1 500 habitants, dont un clergé nombreux et bien organisé. Sa collégiale gothique est réputée, la crypte attire les curieux. On ne peut considérer les statuts de cette confrérie comme l’exact reflet du mouvement confraternel omniprésent dans les villages. On le peut d’autant moins que les campagnards emploient souvent une formule qu’ignorent les villes, grandes ou petites : « à la charité qui se fait le jour de la Saint-Esprit... »

  • 6 Cf. chap. VIII, II.
  • 7 Fabre, 1988, p. 120.

14Ces expressions mettent l’accent sur la rencontre organisée à date fixe, et qui est un banquet. Le repas de la confrérie, organisé longtemps à l’avance, rassemble bien plus de monde que les seuls membres, car c’est une charité, une aumône. Seront assis à table les pauvres choisis pour remplacer les confrères défunts qui l’ont voulu ainsi. Participeront aux largesses les « pauvres du Christ » de la paroisse. La commensalité fait partie intégrante de l’accueil aux pauvres dans la majorité des paroisses rurales, tant lors des funérailles6 que lors de la fête de la confrérie. « Les confréries villageoises se présentent moins comme une société d’individus contractant un engagement mutuel profitable à tous qu’en tant qu’émanation d’une communauté : la fête prime la prière7. »

II. Commémorations familiales

15Le testateur a d’autres occasions encore de manifester son attachement à la communauté paroissiale faite de vivants et de morts : léguer au luminaire, aux cloches, à l’hôpital s’il y en a un, à la fabrique, qui en aurait grand besoin pendant cette période troublée mais qui est presque toujours oubliée... En revanche, tous déclarent, et c’est la première clause du testament, vouloir être ensevelis au cimetière paroissial, dans la tombe où il rejoint ses parents et ancêtres, et près de laquelle la famille se rend le dimanche quand le curé célèbre l’annuel commandé.

  • 8 L’abandon du cimetière au profit de l’église est, comme dans les autres régions, un fait surtout u (...)

16Le cimetière jouxte l’église. Il n’est pas toujours aussi bien clôturé que le voudraient les visiteurs pastoraux en 1378-1379 et il faut en chasser les bestiaux accoutumés à y pâturer, voir à y fouir. Mais tous les testateurs et plus du tiers des testatrices déclarent y placer leur dernière demeure. Rares sont ceux qui ne respectent pas la coutume. Les familles nobles qui appartiennent à la paroisse ont en général leur tombeau lignager dans un monastère proche. Quant aux prêtres des paroisses rurales, ils veulent en majorité rester dans la paroisse où ils exercent8 (cf. tableau 43).

17La persistance du choix que font les testateurs ruraux est sans doute un des traits qui différencie le plus nettement la campagne et la ville, témoin le choix fait par les habitants de Montbrison. La tradition situait la tombe au cimetière de Savignieu (à présent faubourg de la ville) mais les Frères Mineurs et l’église Notre-Dame, comblée de faveurs par les comtes, lui font concurrence.

Tableau 44. Sépulture demandée par les prêtres du Forez (en %)

Curés

Autres prêtres

Tombe des prêtres dans la paroisse

55,6 %

21,1 %

Tombe de parents dans la paroisse

18,4 %

62,0 %

Tombe de parents au cimetière d’une autre paroisse

23,7 %

13,5 %

Autres cas

2,16 %

3,25 %

Tableau 45. Les testateurs de Montbrison voulant être enterrés (en %)

Chez les F. M.

Cimetière N. D.

Cimetière du prieuré de Savignieu

1305-1350

13,3 %

6,3 %

80,4 %

1350-1375

14,1 %

51,5 %

35,4 %

1400-1420

36,8 %

10,5 %

52,7 %

1421-1440

36,9 %

33,2 %

29,9 %

  • 9 Cf. chap. VII, III.

18À Lyon9, la concurrence des Ordres mendiants est très sensible également.

19Aux fêtes liturgiques calendaires et aux « charités » des confréries s’ajoutent les rites demandés par les testateurs et leurs familles. Les milliers de données des testaments ruraux appellent les remarques suivantes.

20Les testateurs de la campagne sont beaucoup moins bavards que ceux de la ville. D’une part, leurs vœux en matière de funérailles et commémorations sont plus modestes que ceux des citadins. D’autre part, ils sont de plus en plus enclins à confier à leur héritiers et exécuteurs le soin d’organiser leurs funérailles et déterminer les legs pieux. Les traditions familiales mieux conservées, une coutume locale plus contraignante, expliquent sans doute cette évolution, qui est particulièrement nette dans les montagnes de l’Ouest :

Tableau 46. Pourcentage de testateurs s’en remettant à leur famille

Monts du Forez

Plaine du Forez

1400-1420

40,7 %

9,1 %

1421-1440

65,3 %

24,1 %

21Les commémorations demandées par les testateurs ruraux qui ne sont ni nobles ni clercs sont en général de courte durée. Le rite le plus souvent réclamé est Γ« annuel de pain, vin et chandelle », qui coûte 5 s.t. et se célèbre tous les dimanches (parfois dimanches et lundis) qui suivent les funérailles pendant un an. Le prêtre, suivi des clergeons et des parents et amis du défunt, se rend après la messe sur la tombe, qu’il asperge d’eau bénite en récitant des prières. Il reçoit de la famille un pain, un pot de vin et une chandelle. Le testateur commande parfois plusieurs annuels, en variant les jours de la semaine choisis, en s’adressant à plusieurs prêtres, voire à une paroisse voisine. Mais en Forez, l’annuel est en régression.

Tobleau 47. Pourcentage de testateurs ruraux demandant des annuels

Un annuel

Plusieurs annuels

Total %

1305-1350

33,9 %

21,1 %

55,0 %

1351-1375

36,5 %

15,6 %

52,1 %

1400-1420

23,6 %

3,3 %

27,0 %

1421-1440

11,5 %

1,7 %

13,3 %

  • 10 Schmitt, 2002.

22Inversement, comme dans les villages du Lyonnais, on voit progresser l’anniversaire qui se célèbre un an après les funérailles et s’appelle aussi le « bout-de-l’an ». Il marque la fin de la période de deuil. Mais les anthropologues voient aussi dans cette durée le temps que met l’âme à se détacher complètement du corps. C’est une période qui peut être dangereuse si le défunt est mécontent. Il est rare que l’on perçoive dans les testaments un écho de cette croyance bien antérieure au christianisme10. Pourtant en voici un, que rapporte la veuve d’un paysan forézien, qui dit à ses exécuteurs « Si vos non fecitis quod ordinam, et ego habeo potestatem apud Deum, ego bene vos satisfaciam et penes Deum impetrabo contra vos quidquid potero, quod de vobis multum confido et nollem esse deceptus per vos » (B 1877, 63, Saint-Nizier-de-Fornas, 1391). D’ordinaire, pour stimuler le zèle des exécuteurs, le testateur se contente de leur attribuer une petite somme, en livres ou en sous, selon ses moyens...

  • 11 Gonon, 1968, 1973.

23Enfin il faut remarquer que tout ce qui concerne les rites commémoratifs est souvent fort imprécis dans les testaments ruraux. Chaque terme peut avoir plusieurs sens. Ainsi du début à la fin du corpus, le mot trentain peut désigner soit la messe célébrée le 30e jour, soit une série de messes célébrées trente jours de suite. L’anniversaire peut être une cérémonie placée un an après l’enterrement ou répétée chaque dimanche pendant un an, ou une fois par an pendant plusieurs années, voire à perpétuité. En revanche les mots qui désignent les outils, les ustensiles, la forme des champs, les bêtes d’élevage, etc., sont précis11. Ce n’est pas le cas du seul Forez, certes, mais ce qui laisse perplexe est que le testateur rural n’éprouve pas toujours le besoin de préciser ce qu’il entend par annuel, anniversaire, etc. On en est souvent réduit à deviner ce dont il s’agit d’après le prix indiqué. L’anniversaire, par exemple, coûte à la fin du xive siècle, de 2 à 20 sous.

24Cette imprécision est due à ce que le testateur rural compte sur la tradition de la paroisse et sur les traditions de son lignage pour interpréter correctement ses dires. C’est aussi, semble-t-il, parce qu’à ses yeux les cérémonies commémoratives ont moins d’importance que l’enterrement, toujours décrit de façon plus précise.

III. Les funérailles : la coutume et le spectacle

25Au cours des xive et xve siècles se diffusent en ville les « pompes baroques » offertes en spectacle par les citadins riches et qu’imitent ceux qui le peuvent. Tissant des liens avec Avignon, avec l’Italie, avec Paris, avec Bâle, Lyon ne pouvait ignorer la nouvelle mode. L’étude des testaments ne peut esquiver le sujet.

26Mon but ici n’est pas de refaire le tour complet de la question. Il est de repérer, autant que faire se peut dans le corpus, l’apparition de nouvelles pratiques et – les deux choses sont liées – de nouvelles façons d’exprimer les préoccupations des testateurs. Il sera fait peu de place aux cérémonies commémoratives et aux legs pieux (bien que ces clauses s’étalent souvent plus largement dans le texte que ce qui concerne l’enterrement) car il en est parlé ailleurs. Le dépistage des changements concerne évidemment Lyon au premier chef. Nous lui opposerons ensuite un simple village.

1. Lyon

27Dans la première moitié du xive siècle, l’organisation de la cérémonie est le plus souvent passée sous silence. Le testateur fait confiance à ses exécuteurs et à ses héritiers. On connaît donc fort mal l’enterrement tel qu’il se déroule à Lyon avant 1350.

28La seule indication qui figure presque toujours est celle qui à priori nous semble à présent aller de soi, c’est le choix du lieu. Presque tous les testateurs désignent le cimetière de leur paroisse, là où ils résident. Comme le montre le tableau 49, plus de la moitié sont paroissiens soit de Saint-Nizier, soit de Saint-Paul. Mais déjà 15 testateurs (soit 12,6 %) demandant à être accueillis dans le cimetière d’un des quatre Ordres mendiants, parmi lesquels les Frères Mineurs ont pour l’instant la préférence.

29Quelques lignages de patriciens ont déjà leurs entrées dans une église (les Chaponnay à Saint-Nizier) ou dans un cloître canonial (les Varey à Saint-Paul, où ils ont fait construire une chapelle). Ces privilégiés ont encore peu d’émules. On ne voit pendant le premier demi-siècle qu’un seul nouveau venu, le « phisicien » Jean de Beaujeu qui en 1309 demande à être enseveli dans l’église des Frères Prêcheurs (4G 39, 46vo). La norme est alors que les habitants de Lyon, citoyens ou non, soient enterrés dans un cimetière, dans la tombe qu’ils désignent pour y rejoindre leurs père et mère ou quelqu’autre parent. Tout cela n’a rien de surprenant pour l’époque.

30Ce qui n’est pas très original non plus mais qui intrigue tout de même parce qu’on connaît la suite est le peu de place donné aux modalités des funérailles. Le testateur paraît pressé de dire ce qu’il souhaite comme anniversaires et comme legs aux institutions pieuses et charitables. De l’enterrement lui-même, il n’indique en général que la rémunération à donner au clergé.

31Girard Genevois, citoyen de Lyon, en 1307, veut être enterré au cimetière de Saint-Paul. Pour le lit funéraire, les cierges etc., 60 s.t. À chacun des chanoines de Saint-Paul, 2 s.v. ; à chacun des chapelains, 1 d.v„ à chacun des clercs, 6 d.v. ; à chacun des clergeons, 3 d.v. (4G 39,44).

32Berthet Filiatre, en 1342, veut être enterré au cimetière de l’église SaintPaul, dans la tombe de son père. À l’église Saint-Paul, 10 l.v. pour un anniversaire perpétuel. À chacun des 2 vicaires 10 s.v., à chacun des 2 matriculaires, 2 s.v. ; à chacun des chanoines chapelains qui assisteront à sa sépulture, 12 d.v., à chacun des clergeons, 6 d.v. (4G 41, 110).

33On ne sait si les prêtres doivent être nombreux, ni s’ils diront tous une messe. Le testateur se fie à la coutume paroissiale et paraît compter sur une sorte de bénévolat rémunéré : « à tous ceux qui viendront, on donnera tant... » Parfois la reconnaissance du testateur à l’égard de la communauté religieuse qui l’accueille se manifeste par un repas, une pidancia. Me P. de Kadrellis, clerc, en 1309, veut être enterré au cimetière de Saint-Irénée de Lyon, où l’on célèbrera à perpétuité son anniversaire, pour lequel il donne 10 l.v. Le jour de son décès, on donnera 30 s.v. à Saint-Irénée pour une pitance. Aux chapelains et autres membres du clergé qui assisteront à ses funérailles, 1 s.v. chacun ; aux clercs 6 d v. chacun, aux petits clercs 4 d.v. (4G 39, 57).

34Dans les testaments de la décennie 1340-1350 apparaissent des vœux plus précis. Certains fixent le nombre de prêtres qu’ils souhaitent, comme cela se fait normalement à la campagne. Peut-être sont-ils installés en ville depuis peu, mais rien ne permet de l’affirmer. Un fabriquant d’armures, en 1341, veut être enterré au cimetière de Saint-Pierre-le-Vieux, dans la tombe de ses parents. Que l’on convoque 12 prêtres, qui recevront chacun (illisible) (4G 42, 3). Un escoffier, en 1343, veut être enterré au cimetière de Saint-Pierre-les-Moniales. On distribuera aux pauvres dans les 3 semaines suivant son décès 30 l.v. Convoquer 13 prêtres qui liront le psautier le jour de sa mort et recevront chacun 2 s.v. Pour son enterrement, 12 prêtres et le curé de Saint-Saturnin de Lyon, qui recevront pour une messe des défunts chacun 3 s.t. (4G 41, 121vo).

35Au cours de la même décennie, on relève aussi quelques détails sur l’apparat des funérailles, en particulier sur le luminaire. Jean Yvernal en 1343 veut être enterré dans le cimetière de la paroisse où il décèdera. Son luminaire sera de 6 torches de cire du poids de 6 livres. Sur son corps sera posé un drap blanc avec une croix de soie rouge au milieu (4G 41, 105vo).

36Enfin en 1347 apparaît le vœu que le cortège funèbre soit suivi par des processions conventuelles. Mathieu Brunet en 1347 veut être enterré au cimetière de Saint-Paul dans la tombe de son père. Il souhaite pour son enterrement « toutes les processions des quatre Ordres mendiants », et leur attribue à chacune 1 florin (4G 43, 52).

37Première trace écrite de cet usage qui fera fureur quelques décennies plus tard. On ne peut affirmer que ce sont les patriciens qui ont lancé l’idée, car la période est pauvre en testaments venant d’hommes ou de femmes appartenant à l’ancienne élite urbaine étudiée par G. de Valous. En revanche, on voit que ces quelques patriciens jouent le rôle de précurseurs sur deux points. D’une part, ils passent déjà commande de messes au détail, et ce sont de grosses commandes : 50, 100, 200 messes et même davantage. Les Varey ont déjà l’habitude d’ordonner « 1 000 messes à dire dans l’année qui suivra leur décès » (4G 47, 1 ; 4G 44, 38 ; 4G 44, 53). D’autre part, ils font tous encore plus de legs pieux que les autres Lyonnais. Eglises, pauvres, couvents à la campagne, hôpitaux, lépreux, pauvres filles à marier : ils n’oublient personne. Chaque testament déclenche un arrosage de crédit.

Tableau 48. Nombre de legs pieux par testament à Lyon

Patriciens compris

Sans les patriciens

1300-1340

11,3

8,8

1340-1380

8,3

8,2

1380-1420

5,1

3,7

1420-1460

4,8

4,3

1460-1500

2,9

3,3

38Le lot de 38 testaments fait entre 1360 et 1362 est trop petit pour autoriser des statistiques, mais il porte la trace de quelques changements introduits entre les deux épidémies de peste (1348 et 1362).

39Les legs aux Ordres mendiants se multiplient et s’adressent à présent aux quatre couvents ensemble, bien que Carmes et Augustins soient peu sollicités d’accueillir en leur cimetière les dépouilles de laïcs. La collaboration des Frères aux funérailles est requise de diverses façons ; un épicier citoyen de Lyon qui veut être enterré au cimetière de Saint-Paul dans la tombe de son épouse lègue 1 gros t. à chacun des prêtres qui participeront à la procession de son enterrement. On convoquera ce jour-là les 4 Ordres mendiants de Lyon ; chaque couvent recevra 1 florin. Le jour de la réception du legs, ils devront célébrer une messe conventuelle pour le repos de son âme (4G 49, 6vo).

40Le testateur sait bien que ses exécuteurs ne pourront payer le jour même de l’enterrement les cérémonies requises, ni les legs à distribuer dans et hors la ville. Mais le legs une fois reçu, le légataire est prié de ne point attendre pour rendre le service spirituel demandé. La formule ci-dessous revient comme un leitmotiv.

41Convoquer « les 4 couvents de Mendiants de Lyon » ou « les processions des 4 Ordres mendiants » revient sans doute au même et le prix annoncé est identique. Mais la seconde expression connaît à présent un succès indéniable. Le goût pour les processions devient si vif que la présence des Frères n’est pas toujours jugée suffisante. Quelques testateurs souhaitent grossir le cortège, dût le prix passer de 4 à 24 florins. « Pour son enterrement dans l’église des Frères Mineurs, dans la tombe de ses parents, on habillera de noir 13 hommes pauvres, dont 7 porteront son corps et 6 autres des torches de cire. » Il fonde 2 anniversaires perpétuels, l’un chez les Mineurs, l’autre dans l’église de sa paroisse, Saint-Nizier. Pour son enterrement, convoquer les processions d’Ainay, Saint-Paul, Saint-Nizier, B. M. de la Platière et des quatre Ordres mendiants. Chaque procession recevra 2 florins. À chaque prêtre présent, 2 g.t., à chaque clerc, 1 g. » (4G 49, 73vo).

  • 12 Rossiaud, 1990, p. 355-370.

42Un précurseur demande même la présence du chapitre cathédral. Il veut la procession de l’église Sainte-Croix (4 florins) et celles des 4 couvents de Mendiants (2 florins chacune) et celle de l’église cathédrale de Saint-Jean, qui recevra 10 florins. Ce testateur est juré de la cour de l’official. C’est donc un habitué du quartier ecclésial et administratif12 (4G 49, 117).

43La présence des seigneurs chanoines avec leur suite de prêtres, de clercs et de clergeons, est susceptible d’ébahir grandement les badauds qui verront défiler l’imposant cortège jusqu’à l’église de Saint-Pierre-le-Vieux où veut être enterré le juriste.

44Enfin les détails sur le luminaire, sur les pauvres à vêtir de neuf, sur le tombeau, se font moins rares. L’un des testateurs, un drapier, exprime des volontés originales à ce propos. Au lieu d’ornements sculptés ou gravés, il réclame une peinture. Il veut être enterré au cloître de Saint-Paul, dans la tombe d’un chanoine, Jean de Ronchems. Sur cette tombe, le testateur veut « que l’on repeigne en couleurs les images de Jean de Ronchems, de lui-même et de sa mère » (4G 50,15).

45On ne voit point, à la charnière des xive et xve siècles, s’introduire d’éléments nouveaux, mais se répandre dans la ville, toutes professions confondues, les messes au détail et les processions. Une minorité de testateurs conserve l’usage de fixer le nombre de prêtres à convoquer pour l’enterrement. Il faut croire que ce sont des gens modestes car le nombre n’augmente pas, et la moyenne reste de 13. En revanche, 2 testateurs sur 3 entre 1380 et 1420 commandent des messes au détail qui semblent remplacer les anniversaires. Pour quitter plus vite le purgatoire, mieux vaut faire dire des messes dans un délai déterminé (il va de 48 heures à 2 ans). Ces messes sont plus nombreuses que celles qui se disent le jour des funérailles : tel demande 60 messes dont 12 le jour de l’enterrement, tel autre en veut 100 le jour même et 400 plus tard. Les testateurs éparpillent les commandes entre plusieurs églises pour ne pas excéder les possibilités des officiants.

46La procession et le luminaire sont l’objet d’une grande attention. 9 testateurs sur 10 réclament à présent des processions pour accompagner leur corps à l’église choisie puis au cimetière. Le clergé de l’église paroissiale ne suffit plus, on fait appel aux collégiales et aux couvents, dont les 4 Mendiants. Certains demandent « toutes les processions de Lyon », ce qui fait 13. La rémunération n’est pas immuable, mais de toutes façons le testateurs respecte une hiérarchie :

À la grande église (Saint-Jean)

60 s.t.

Aux églises de Saint-Just

40 s.t.

des Mineurs 20 s.t.

de Saint-Paul

40 s.t.

des Carmes 15 s.t.

de Saint-Nizier

30 s.t.

des Augustins 15 s.t.

d’Ainay

30 s.t.

de la Déserte 15 s.t.

de Saint-Irénée

15 s.t.

de B. M. de la Platière

10 s.t.

de Saint-Sorlin

7 s.t. » (4G 60, 1)

47Au couvent des Prêcheurs 20 s.t.

48Le second trait à noter dans les testaments de cette période est la place que tient la description du luminaire, même dans les vœux émis par de modestes artisans. Combien de torches, de quel poids, à quel prix, tenues par qui, et à qui les donner après la cérémonie : l’habitude se prend de tout préciser. Pourtant on peut supposer que de toutes manières les torches et chandelles non consumées étaient offertes à l’église. Mais cela va encore mieux en le disant. Les testateurs ont un projet précis à ce sujet, et la distribution des restes de cire prend le relais des distributions de piécettes de jadis. Elle occupe plusieurs lignes du manuscrit.

49« 2 au sacriste de Saint Paul

502 au grand autel de Saint Paul

512 à la confrérie du Corps du Christ de Saint Paul

521 à la confrérie de Sainte-Croix

532 aux Frères Prêcheurs

542 aux Frères Mineurs

552 aux Frères Carmes

562 aux Frères Augustins

572 au couvent des Dames de la Déserte

582 aux Célestins

592 aux religieuses de la Chana

602 à la confrérie du Corps du Christ de Sainte-Croix

61I à la confrérie de Saint Georges » (4G 60, 36)

62Longueur du cortège, abondance des lumières sont les signes les plus manifestes d’un changement d’attitude. Les Lyonnais veulent un bel enterrement.

63Le second tiers du xve siècle est à Lyon une période très pauvre en archives, et les testaments ne font pas exception à la règle. Il faut traverser ce désert pour retrouver, vers 1460, une documentation assez fournie pour que des traits dominants soient perceptibles.

64L’attention des testateurs se porte plus que jamais sur l’infime détails : luminaires, lecture à faire pendant la veillée funèbre, situation de la tombe, sonnerie des cloches. Ainsi une testatrice qui veut être enterrée à Saint-Nizier demande en 1474 que la grosse cloche de l’église sonne trois fois le glas : un glas aussitôt après sa mort, un autre à l’entrée de la procession, le troisième pendant l’inhumation (4G 70, 259).

65En second lieu, on voit que la mode des processions a nettement régressé. Un testateur sur 5 sollicite la présence des Ordres mendiants, et rares sont ceux qui demandent les 4 couvents à la fois. La procession du chapitre cathédral ne figure plus dans aucun testament, et plus personne ne demande « toutes les processions de Lyon ».

  • 13 A Douai, l’attitude choquante du clergé rend, semble-t-il, sa participation au cortège plus redout (...)

66Le recul de cet usage a sans doute des raisons financières, car les processions le plus souvent réclamées sont les moins coûteuses, celle des Carmes, des Augustins, ou celles de petites paroisses comme Saint-Sorlin. Mais il se peut aussi que les églises collégiales et conventuelles, trop souvent dérangées dans leurs occupations normales, rechignent à suivre les enterrements des laïcs. Pour la procession, demande un testateur en 1482, que l’on convoque les quatre couvents de Mendiants qui recevront chacun 15 s.t. S’ils ne veulent pas venir, que l’on emploie les 15 s.t. à dire des messes13 (4G 72, 62).

67Il y à cela une autre raison encore : presque tous les testateurs commandent à présent des messes au détail, qu’ils distribuent dans toutes les églises qui abritent des prêtres. Ce qui avant 1350 était l’exception est devenu la règle.

68Cette diffusion va de pair avec une relative modestie de la demande. Dans ce dernier lot d’une centaine de testateurs, 1 seul demande 1000 messes
6 demandent entre 200 et 600 messes
12 demandent 100 messes
et tous les autres moins de cent.

69D’autre part, les trentains connaissent un retour de faveur et un testateur sur deux commande un ou plusieurs anniversaires. La logique de la répétition et celle de l’accumulation coexistent.

  • 14 Sur la place des pauvres dans les cérémonies, voir plus loin pages 142 et 143.

70En définitive, les Lyonnais à la fin du xe siècle font des choix à la fois raisonnables et conformes à la catéchèse. La messe est passée au premier rang de leurs vœux et de leurs dépenses funéraires. Elle est à la fois le meilleur gage de salut et le moyen de procurer des ressources au clergé de la ville, devenu surabondant. Elle induit un tri dans la masse hétéroclite des légataires de jadis. Mis à part les pauvres et la paroisse du testateur, seuls reçoivent beaucoup ceux à qui on peut demander des messes14.

71Les funérailles sont devenues moins ostentatoires qu’au début du siècle. On ne voit plus « toutes les processions de Lyon » traverser la ville derrière le cercueil d’un simple particulier. Mais le testateur s’occupe minutieusement des détails matériels, et tout est prévu avec soin. Un « tissotier » en 1502 veut être enterré au cimetière de l’église Saint-Pierre-les-Nonnains, dans la tombe de sa femme. Son luminaire sera de 13 torches et 2 cierges. Une torche sera donnée à l’église Saint-Pierre, le reste à l’église Saint-Saturnin. On sonnera trois glas le jour des funérailles. On convoquera la procession de Saint-Saturnin. Dans les deux églises susdites, on célèbrera une grand-messe le jour des funérailles et 100 messes basses, c’est-à-dire 80 le jour des funérailles et le lendemain et 20 dans l’année, le tout comme le veut la coutume (4G 76, 174).

72Une petite centaine de testaments échelonnés sur 30 ans ne représentent pas toute la population de la ville, c’est évident. On ne sait rien de l’enterrement d’un pauvre. En revanche, parmi ceux qui se font enterrer à Saint-Nizier, à Saint-Paul ou chez les Frères Prêcheurs, quelques-uns se situent au sommet de l’échelle des laïcs et doivent être ajoutés. Trois Varey, un Buatier, un Thomassin suffisent pour montrer que l’élite urbaine conserve ses traditions. Certes, il n’ordonnent pas des messes par milliers comme cela se fait en d’autres villes : 100 à 300 leur suffisent. Ils ne demandent guère plus de processions que les autres Lyonnais. Mais leur cercueil recouvert d’un drap coûteux est entouré de 16 à 24 pauvres vêtus à neuf de noir et blanc ; ils ont leur chapelle ; luminaire, trentains grégoriens et aumônes sont en proportion.

Tableau 49. Lieux de sépulture choisis par les testateurs de Lyon

Tableau 49. Lieux de sépulture choisis par les testateurs de Lyon

2. Saint-Étienne-sur-Furan

  • 15 Cf. chap. II.

73La confrontation a déjà été opérée entre Lyon et les compagnes à l’aide d’isolats choisis tant en Forez qu’en Lyonnais15 Il est tentant d’essayer la même opération à partir d’un seul village.

74La difficulté est que la plupart des paroisses rurales n’ont laissé chacune qu’un nombre de testaments trop mince pour être signifiant. C’est précisément ce qui contraint à ne travailler que sur des isolats rassemblant quelques centaines de textes. Toutefois le village de Saint-Étienne-sur-Furan est riche de 55 testaments. De plus, ces testaments sont relativement groupés puisque 2 seulement sont antérieurs à 1340 et qu’aucun n’est postérieur à 1435.

75Il est inutile de chercher le nom de ce village sur une carte actuelle comme je le fis à mes débuts. Non qu’il ait disparu, mais parce qu’il est devenu la ville du charbon bien connue, dont la population, avant même la fin du xixe siècle, atteignait 100 000 habitants...

76Pourtant c’est bien, au temps de la guerre de Cent Ans, un simple petit village. Il n’avait ni foire ni marché, il n’était le siège ni d’un archiprêtré ni d’une châtellenie comtale, il n’exploitait pas encore le charbon de terre, et les voies du commerce ou du pèlerinage l’évitaient. Étienne Fournial a minutieusement suivi les premières phases de son développement et montré que cette paroisse rurale ne commence à s’éveiller à la vie urbaine qu’au cours du dernier tiers du xve siècle, lorsque marchands et pèlerins allant vers Le Puy et Toulouse, vers Montbrison et Clermont, adoptent de nouveaux itinéraires (cf. carte 6).

Carte 6. Le village de Saint-Étienne et ses environs aux xive et xve siècles

77Les testaments de Saint-Étienne présentent grosso modo les traits qui caractérisent tous les testaments ruraux, mais s’en distinguent aussi par quelques particularités.

78Les clauses de piété, comme partout, sont brèves et monotones, les commandes de rites religieux sont modestes. Ce qui concerne l’enterrement se borne à trois indications : le lieu de sépulture, le nombre des prêtres requis et leur rémunération, les quantités de denrées à prévoir pour le repas et la distribution aux pauvres. Les legs pieux sortent peu de la paroisse et sont destinés surtout aux luminaires. Les nouveautés qui se propagent de ville en ville ont peu de succès : peu ou pas de messes au détail, pas de pratiques ostentatoires comme les processions conventuelles ou les pauvres vêtus de neuf. Le manque de moyens et le manque de clergé œuvrent tous deux en faveur du maintien de coutumes locales peu dispendieuses.

79Le particularisme stéphanois est donc peu accentué. On pourrait dire que, vu à travers les testaments, il se résume ainsi : les testateurs sont peu généreux ; ils détestent le changement ; ils avouent que les banquets les préoccupent plus que les rites religieux. Ceux qui encadrent la société forézienne (notaires, prêtres, familles de la petite noblesse) leur inculquent les normes administratives, comme en témoigne le nombre des testaments publics, mais ne se soucient pas de la façon dont s’expriment les testateurs.

80On ne trouve pas trace ici de l’évolution observée dans l’ensemble de la région, où le nombre de prêtres requis pour l’enterrement augmente petit à petit en deux siècles, tandis que le nombre des legs pieux s’effondre. Dans les paroisses rurales, le testateur demande en moyenne 8 prêtres avant 1350 et 11 au xve siècle. À Saint-Étienne, il en va autrement : la moyenne est à la fois plus élevée et plus stable. Elle oscille entre 12 et 13. Par exemple une testatrice en 1375 demande pour son enterrement 13 prêtres à qui on offrira 2 parpaillotes et refectionem epularum, c’est-à-dire pain, vin « et pidancia » (B 1885, 113).

  • 16 Cf. chap. VII, I.

81Peut-être est-ce parce qu’à 2 km au sud du village, au bord de la même rivière, le Furan, se trouve l’abbaye cistercienne de Valbenoite, fondée entre 1180 et 1210. C’est une abbaye de modestes dimensions, qui ne posséda jamais qu’une seule grange. Mais elle participe à la vie de la paroisse. Les familles nobles du voisinage ont coutume de s’y faire enterrer, tels les seigneurs de Saint-Priest et de La-Tour-en-Jarez. Quatre testateurs de la paroisse de Saint-Étienne émettent le même vœu. De plus, les moines servent parfois de témoins. Dans un cas sur cinq environ ils sont sollicités de participer à la cérémonie des funérailles et au repas qui la suit. Les testateurs demandent aussi le concours des prêtres de Saint-Priest, de la Tour ou de Rochetaillée, trois paroisses fréquemment associées à celle de Saint-Étienne, bien qu’il ne soit jamais question ici des Rogations16. Les testateurs de La-Tour-en-Jarez demandent tous (sauf quelques femmes mariées ou veuves) à être ensevelis au cimetière paroissial de Saint-Étienne « dans la tombe de leurs parents ». Peut-être n’y a-t-il pas encore de cimetière à la Tour. Toujours est-il que cet échange de services spirituels assure aux Stéphanois un clergé suffisant : 12 à 13 prêtres pour la sépulture n’ont rien d’exceptionnel ici. En 1397, un testateur demande 13 prêtres « comme c’est la coutume » (B 1897, 73vo).

82Autre originalité : le nombre des legs pieux est plus faible qu’ailleurs, mais il ne baisse pas.

83Les légataires des Stéphanois sont les mêmes qu’ailleurs (cf. tableau 52). Le Puy et Saint-Antoine-en-Viennois passent avant la capitale du diocèse. Les testateurs donnent surtout aux luminaires, à leur petit hôpital (qui existe dès le xiiie siècle), fort peu à la confrérie et pas du tout à la fabrique. Mais un legs moyen dépasse rarement 5 sous, alors que les legs des paroissiens de La-Tour-en-Jarez, par exemple, sont de 1 à 10 sous. Bien plus, le nombre de legs faits par un testateur stéphanois parait incroyablement faible à côté de ce qu’il est dans deux isolats foréziens.

Tableau 50. Nombre de legs pieux dans 2 isolats foréziens (10 paroisses de plaine, 10 de montagne)

Legs

Testaments

Nombre de legs par testateur

1310-1339

297

43

6,9

1340-1379

1 373

220

6,2

1380-1419

799

223

3,5

1420-1460

258

115

2,2

Total

2 227

601

4,5

84Le nombre de legs faits par les Stéphanois ne baisse pas, mais il est étonnamment bas et l’on ne sait comment l’expliquer.

Tableau 51. Les legs des testateurs de Saint-Étienne

Destinataires

xive siècle

xve siècle

Saint-Étienne

1 par testament

1,3 par testament

Luminaires voisins

0,5 par testament

1,7 par testament

Hôpitaux hors Saint-Étienne

0,5 par testament

0,6 par testament

85La tradition locale, dans l’ensemble, contente les habitants, qui la conservent sans changement perceptible. Aucun ne commande de messes au détail ; tous restent fidèles aux annuels et aux trentains. Le choix est très souvent justifié par la coutume, mot qui figure à plusieurs reprises dans bon nombre de testaments. Un testateur en 1382 demande que l’on convoque tous les prêtres de Saint-Étienne et que l’on donne à chacun 4 blancs et la réfection « juxta usum et consuetudinem dicti loci ». Au curé, un annuel « consuetum ». Que l’on fasse dans les deux ans « prandium sive reffectio » pour les mêmes prêtres, auxquels on donnera 4 bl. « secundum consuetidunem » (B 1885, 103).

86Il se peut que le village, évité jusqu’au dernier tiers du xve siècle par le trafic interrégional, ait vécu particulièrement replié sur lui-même. Sur 48 testateurs qui disent où ils veulent être enterrés, 41 désignent le cimetière paroissial et 4 celui de Valbenoite. Trois seulement, dont 2 femmes mariées, font le choix d’une autre paroisse. Sur les 45 dont la tombe est à Saint-Étienne ou à Valbenoite, 38 rejoignent leurs parents ou leurs ancêtres. Mais l’échantillon est trop mince pour justifier ce genre de supposition.

87Ce qui est beaucoup plus évident, en revanche, est le flottement constant du vocabulaire. Les mots qui désignent les rites religieux sont employés comme au hasard. « Son trentain ou retour devra se faire dans l’année, avec 8 prêtres qui recevront chacun 20 d. et la réfection. » « Son trentain en l’église de Saint-Étienne chaque jour pendant 30 jours », c’est-à-dire un annuel de pain, vin et chandelle « secundum usum et consuetudinem » (B 1885, 96vo).

88Les testateurs des paroisses voisines paraissent mieux informés et n’hésitent pas à user de mots précis. Ainsi une femme de La-Tour-en-Jarez en 1412 lègue à son église un revenu de 3 s.t. « pour messe et commémoration » perpétuelles au jour anniversaire de sa sépulture (B 1884, 98vo). Un donzeau qui veut être enterré dans la tombe de ses parents à Valbenoite lègue à ce monastère 20 s.t. de cens en directe pour une messe anniversaire « cum processione super tumulo suo ». Chaque moine présent recevra 1 g.t. (1428, B 1894, 118).

  • 17 Lorcin, 1978, 2.

89Le repas servi à l’issue des cérémonies fait l’objet à Saint-Étienne d’une terminologie non moins hésitante. Refectio, prandium, pidancia sont employés indifféremment. Or Marguerite Gonon a montré qu’en Forez, refectio désigne normalement ce que l’on offre au clergé venu officier, et prandium ce que l’on offre aux parents, aux amis, aux pauvres et de façon générale « à toutes les personnes présentes ». Ces distinctions n’ont pas cours, semble-t-il, à Saint-Étienne. Un testateur demande le jour, de l’enterrement « 13 prêtres qui recevront chacun 4 oboles et la réfection ainsi que les pauvres et toutes les autres personnes qui viendront » (B 1885,149vo). « On offrira dans sa maison aux pauvres du Christ et aux prêtres 18 bichets de froment, 6 bichets de seigle et 7 francs or “pro pidancia”, avec le vin nécessaire » (1401, B 1882, 79vo). Qu’importe, dira-t-on ? L’essentiel est de servir à manger et boire à tous ceux qui font, au mort et à sa parenté, l’honneur et l’amitié de venir à l’enterrement17.

90C’est si bien l’opinion des testateurs de Saint-Étienne que souvent le repas qui succède à la cérémonie à l’église est la seule chose qu’ils jugent utile de mentionner. Seul le fait qu’ils précisent la rétribution à donner au clergé fait comprendre qu’il s’agit bien d’une célébration religieuse que suivra le traditionnel banquet... Un testateur décide que « Pendant 5 ans, les héritiers offriront 2 prandia par an aux prêtres de Saint-Étienne, à qui on donnera 4 oboles chacun ». Une testatrice en 1372 veut que l’on convoque tous les prêtres de Saint-Étienne, les moines de Valbenoite et les curés de Rochetaillée, Saint-Priest et la Tour, qui recevront chacun 4 bl. et la réfection. Pour celle-ci il faut prévoir 1 émine de froment, 1 émine de seigle, 3 barraulx de vin, 1 vache valant jusqu’à 3 florins et un demi petason. Dans les trois ans, que l’on offre un autre repas à tous les prêtres qui recevront 2 parpailloles chacun, 12 bichets de froment, 12 bichets de seigle, 1 ânée de vin, 1 petason et 1 vache valant jusqu’à 2 florins seront consacrés à ce repas (B 1885, 114vo).

91Le mot prandium est utilisé au lieu de commemoratio et tend à le remplacer. Les nobles du voisinage ne s’expriment pas autrement que leurs paysans, comme le montre par exemple le testament d’un donzeau de La-Tour-en-Jarez qui en 1359 veut être enterré au monastère de Valbenoite. Comme services commémoratifs, il demande que l’on fasse « in die festo animarum quod est in crastina festi omnium sanctorum [...] unum prandium anno quolibet si currones anglicorum vel inhimicorum (sic) exeant in patria », cela à l’abbaye de Valbenoite. Pour ce repas, 1 barrai de vin, 1 mouton et du pain en suffisance. L’héritier devra faire en sa maison le jour de la Sainte-Agathe « alium prandium seu commemoratio » où seront conviés les moines de Valbenoite, et tous les prêtres de la Tour, de Saint-Étienne et de Saint-Priest (B 1863, 4). On ne peut, comme on le voit, accuser les testateurs de lésiner sur la nourriture. Bien au contraire, la prodigalité s’impose le jour de l’enterrement. Les Stéphanois serrent les cordons de la bourse s’il s’agit de donner aux églises, aux confréries et autres institutions. Mais ils les dénouent sans hésitation pour contenter tous ceux qui viennent, quel que soit leur nombre, et qui comptent bien, pour une fois, manger autre chose que du lard salé. « Ripailles de funérailles... »

  • 18 Cf. chap. I, III.

92Les 11 notaires qui reçurent les testaments de Saint-Étienne ne semblent pas s’inquiéter des impropriétés de terme de leurs clients. Peut-être n’en sont-ils pas choqués. Peut-être aussi ne peuvent-ils pas tout transformer en même temps. On constate en effet que les notaires ont déployé une grande activité à partir de 1370-1380 dans le secteur de Saint-Étienne, dans les villages situés entre la Fouillouse et Saint-Jean-Bonnefonds. Le nombre de testaments enregistrés en fait foi. C’est une zone frontière, et comme l’a remarqué Marguerite Gonon, l’administration s’efforce d’affirmer la présence et les droits du comte dans toutes les zones frontières. De plus, sur 55 testaments, 4 seulement furent faits selon la procédure orale. Tous les autres sont des testaments publics, la procédure d’avenir. Les deux prêtres-notaires qui ont instrumenté dans le secteur ont dû contribuer activement, du fait de leur double compétence, à persuader leurs paroissiens de tester selon les règles. L’un d’eux, Mathieu de Ville, qui fut curé de Saint-Étienne, resta longtemps en activité dans le dernier tiers du xive siècle. Il reçut 20 testaments de Saint-Étienne et 7 de paroisses voisines. Il tint ses papiers en bon ordre, et tous les textes qu’il n’avait pas eu le temps de grossoyer le furent après sa mort par un autre notaire. C’est un des nombreux « hussards noirs du droit savant » à l’œuvre dans un petit village. Mais il ne peut empêcher les testateurs de faire passer le banquet avant la messe ni de réduire les rites liturgiques au rôle de sous-entendu rétribué18.

Tableau 52. Saint-Étienne-sur-Furan et ses environs

Paroisses

Nombres de legs venant de Saint-Étienne

Nombre de testaments conservés dans la série B

Rochetaillée

13

5

Saint-Priest-en-Jarez

12

5

La-Tour-en-Jarez

9

24

Valfleury

5

Villars

4

4

Saint-Jean-Bonnefonds

4

Saint-Genest-Lerpt

3

6

Sorbiers

2

15

La Fouillouse

1

25

Le Chambon

1

21

Firminy

1

42

Roche-la-Molière

1

2

56 = 39,1 %

Le Puy-en-Velay

24

Saint-Antoine-Viennois

18

Lyon

5

47 = 32,8 %

Saint-Étienne

40 = 27,9 %

55

Dont : luminaire

26

Hôpital

12

Confrérie

2

Total

143

Notes

1 Gonon, 1960, 2 et 1972.

2 À partir de sources normandes, Mathieu Arnoux a montré l’importance que pouvaient prendre les communautés paroissiales dans le fonctionnement de l’économie rurale (Arnoux, 2003).

3 Chiffoleau, 1987.

4 Gonon, 1973, 3.

5 Canard, 1973-74.

6 Cf. chap. VIII, II.

7 Fabre, 1988, p. 120.

8 L’abandon du cimetière au profit de l’église est, comme dans les autres régions, un fait surtout urbain et réservé aux élites. Cf Deregnancourt, 1983 ; Chiffoleau, 1980, p. 153-193.

9 Cf. chap. VII, III.

10 Schmitt, 2002.

11 Gonon, 1968, 1973.

12 Rossiaud, 1990, p. 355-370.

13 A Douai, l’attitude choquante du clergé rend, semble-t-il, sa participation au cortège plus redoutée que souhaitée. Deregnancourt, 1993, p. 159. Aucune allusion ne permet d’affirmer qu’il en fût de même à Lyon.

14 Sur la place des pauvres dans les cérémonies, voir plus loin pages 142 et 143.

15 Cf. chap. II.

16 Cf. chap. VII, I.

17 Lorcin, 1978, 2.

18 Cf. chap. I, III.

Table des illustrations

Titre Tableau 49. Lieux de sépulture choisis par les testateurs de Lyon
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19846/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Carte 6. Le village de Saint-Étienne et ses environs aux xive et xve siècles
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19846/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

© Presses universitaires de Lyon, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site