Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« D’abord il dit et ordonna... »

 | 
Marie-Thérèse Lorcin

Troisième partie. Faire son salut

Introduction

Texte intégral

1Parmi les actes notariés d’usage très répandu à la fin du Moyen Âge, il en est deux qui contiennent davantage de référence religieuses que les autres. Le premier est le contrat de mariage, qui évoque le sacrement imposé au cours du xiie siècle comme étape obligatoire de l’union légale. Le second est le testament, préparation à la mort et à ce qui la suit en ce monde et dans l’autre. Nul chrétien ne peut en effet se targuer d’être à coup sûr sauvé. Le testateur met donc tout en œuvre pour réussir, autant que faire se peut, le redoutable passage.

2Dans le discours testamentaire courant, les invocations pieuses tiennent moins de place que les piécettes, les rentes et les aumônes. C’est la « comptabilité de l’au-delà », formule devenue « classique » depuis un quart de siècle... On entrevoit peu de ce qui touche au dogme chrétien et guère plus de ce qui concerne la morale, sinon indirectement. Quelle que soit la procédure testamentaire, l’accent est mis sur les rites, ceux qui entourent le décès et ceux qui doivent commémorer ce dernier pendant un laps de temps variable, voire à perpétuité. Partout les clauses énumérant et décrivant ces rites ont tendance à s’allonger. Au cours des derniers siècles du Moyen Âge se diffuse, chez les élites de la naissance et de la fortune, un mode de funérailles spectaculaire. Tandis que le petit peuple des campagnes conserve dans l’ensemble des rites de coût modeste et de durée limitée, les privilégiés semblent obsédés par cette parole du Christ : « il est plus difficile à un riche d’entrer au paradis qu’à un chameau de franchir la porte qu’on appelle le Trou de l’Aiguille ».

3La troisième partie fera donc la plus large place aux rites. Loin de vouloir dissimuler la mort et les morts, les testaments montrent au contraire combien il semble alors important de maintenir un lien entre les vivants et les morts par des commémorations, les unes calendaires, d’autres confraternelles, d’autres propres à chaque lignage.

4Non moins important, surtout au xive siècle, est de s’assurer les prières de ces intercesseurs privilégiés que l’on appelle « les pauvres ». Ce terme englobe des bénéficiaires aussi divers que les formes empruntées par la charité. Le nombre et la nature des aumônes mettent en lumière de notables différences de comportement.

5Enfin la mort ne saurait être apprivoisée sans le concours permanent des spécialistes de la prière et surtout des spécialistes de la messe, de plus en plus recherchés. C’est un mouvement de fond, plus ou moins fort selon les temps et les lieux et selon le rang social. Les gens d’Église apparaissent dans le corpus testamentaire comme un monde multiforme, où les clivages sociaux sont perpétués par le recrutement et par la nature des services demandés. Si tous les chrétiens ont besoin des prêtres pour la messe et les sacrements, l’élite urbaine et les nobles ne s’adressent pas au même clergé que la masse des fidèles pour éduquer leurs enfants, pour abriter leur dépouille mortelle et pour commémorer leur décès.

  • 1 Lorcin. 1972.

6On a remarqué partout qu’un fossé semble se creuser entre les usages des villes et ceux des campagnes. L’étude de quelques isolats supplémentaires a pour but d’analyser les facteurs de ce phénomène. Ni la distance, ni le nombre des habitants ne semblent déterminants. La nature de l’économie et des échanges entretenus avec l’extérieur, le rythme de renouvellement de la population, jouent, semble-t-il, un rôle plus important1.

7Peut-être la conscience de ces décalages a-t-elle contribue à pousser les pouvoirs ecclésiastiques et civils à multiplier les prêtres-notaires au cours du xive siècle. Ces derniers, grâce à leur double compétence, élèvent le niveau de l’encadrement dans les paroisses rurales.

8Le prêtre et le notaire sont tous deux inséparables de l’histoire des testaments, mais la présence du prêtre est antérieure à celle du notaire. Même si elle se fait plus discrète au fil du temps, elle demeure. C’est dans le testament nuncupatif oral qu’on perçoit le mieux, car parmi les plus anciennement enregistrés, le prêtre de la paroisse, venu confesser le malade, est le premier témoin interrogé. Les autres témoins peuvent être très peu nombreux : le droit canon considère comme valide le testament oral reçu par un prêtre et deux autres personnes. Ainsi dans l’isolat de Millery, les testaments antérieurs à 1350 ont comme témoins :

À Millery : 2, 3, 5 et 2 personnes, dont le prêtre

À Irigny : 6 et 3 personnes, dont le prêtre

À Grigny : 4, 5 et 5 personnes, dont le prêtre

9Le testament public qui, tôt ou tard, l’emporte partout, réduit en apparence le rôle du prêtre dont la présence n’est plus de règle parmi les témoins. Mais la bonne mort c’est-à-dire la mort préparée et qui ne surprendra pas le chrétien intestat et non confessé, lui laisse le rôle principal.

10L’archidiocèse de Lyon est une mosaïque de coutumes locales. Les évolutions en sens contraire ne sont pas rares. De plus, les paroisses comprises dans les actuels départements de l’Ain et de l’Isère sont, comme on l’a vu précédemment, laissées de côté la plupart du temps.

11Vouloir tenir compte de tant de nuances et de contradictions est impossible. L’accent sera mis ici sur deux cas que l’on peut considérer comme extrêmes : les campagnes du comté de Forez et la ville de Lyon.

Notes

1 Lorcin. 1972.

© Presses universitaires de Lyon, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site