Version classiqueVersion mobile

« D’abord il dit et ordonna... »

 | 
Marie-Thérèse Lorcin

Deuxième partie. Patrimoines et familles

Conclusion

Texte intégral

1En parcourant les clauses qui concernent la partie matérielle, souvent même terrienne, des patrimoines, nous avons rencontré les divers personnages qui bénéficient des largesses passées ou posthumes du testateur : enfants et petits-enfants, future veuve, frères et sœurs, neveux, cousins et autres parents. Ces auréoles de parenté, la famille conjugale et la parentèle, reçoivent l’essentiel des biens sous forme d’héritage et de legs. Il est bien d’autres légataires, serviteurs et servantes, sans parler de ceux auxquels sont destinés les legs pieux et charitables et qu’il est souvent difficile d’isoler des autres, tant les membres du clergé cités sont nombreux.

2Ces bénéficiaires furent l’objet d’une étude détaillée dans l’ouvrage paru en 1981, de l’enfant légitime au bâtard, de l’oncle chanoine à la servante du curé. Pour éviter la même dispersion, le présent travail mettra plutôt l’accent sur les diverses formes de communauté de vie et de biens auxquelles font allusion les testaments. La structure sociale la plus courante partout et à tout moment est de loin la famille conjugale (parents et enfants), parfois recomposée. Elle peut se survivre sous forme de famille monoparentale ayant souvent à sa tête une veuve. Mais on voit aussi des communautés de biens, voire de vie, entre frères, entre un couple âgé et des jeunes institués héritiers. Il y a même des familles larges où des fils mariés vivent sous le même toit que leurs parents, où le père reçoit et gère les dots de ses brus et gouverne une nombreuse maisonnée.

3Ces diverses structures sociales ne sont pas réparties également dans le temps ni dans l’espace d’où provient le corpus testamentaire. Les communautés, qu’elles soient fondées sur l’indivision ou sur un contrat notarié, se rencontrent surtout à partir de la fin du xive siècle et semblent associées à certaines formes d’économie et d’habitat. Les Monts du Forez d’un côté, la ville de Lyon et la côtière viticole de l’autre, constituent les extrêmes opposés d’une mosaïque dont nous analyserons bientôt quelques cas.

© Presses universitaires de Lyon, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search