Version classiqueVersion mobile

« D’abord il dit et ordonna... »

 | 
Marie-Thérèse Lorcin

Deuxième partie. Patrimoines et familles

Chapitre VI. Transmettre les biens

Texte intégral

1D’après les études menées en d’autres régions à partir de sources composites, les conflits éclatent souvent après la mort du père. Le corpus testamentaire n’en laisse presque rien voir. Le testament est une projection sur l’avenir dont on ignore comment elle se réalise.

2Toutefois l’usage de tester se répand rapidement au xive siècle de l’élite au commun des mortels. On peut donc supposer que, sauf en cas d’épidémie ou d’accident, le texte fait état de décisions qui ont eu le temps de mûrir, voire d’être concertées. La différence d’âge entre les enfants peut y contribuer : on voit souvent que le père a déjà marié, doté, installé ses aînés tandis que les plus jeunes sont encore « in pupillari etate ».

3De toutes manières, la transmission d’un patrimoine se fait rarement d’un seul coup. Mariages, donations en viager, dots et pensions dont le paiement s’étale sur des années, sont autant de moyens de répartir dans le temps la remise à chacun de la part qui lui revient.

  • 1 Cf. chapitre VI, III.

4Ce faisant, il faut se conformer aux us et coutumes de la seigneurie, qui en Lyonnais et Forez se montre peu arbitraire. La seule menace réelle venant du seigneur pèse sur les héritages sans descendants directs, mais le testament est précisément le moyen de la conjurer1.

I. Les conflits

5Ceux que l’on entrevoit dans le corpus éclatent le plus souvent soit entre la veuve et les héritiers, soit entre les héritiers.

6Malgré les précautions prises par le testateur, la veuve exige parfois de récupérer sa dot et refuse la tutelle qui lui était attribuée. Les témoins du testament oral fait par Barthélemy de Roche, paroissien de Morancé, comparaissent le 28 novembre 1440 devant le juge ordinaire de Morancé pour le seigneur Guichard de Marzé. Le défunt avait désigné sa femme comme tutrice des héritiers mineurs. Mais la veuve « non vult habere dictam tutelam, quia intendit agere contra heredi (sic) dicti sui mariti pro recuperacione sue dotis ». Les deux fils aînés du testateur, qui sont majeurs de 14 ans, « maioribus XXV etiam » demandent à en être chargés (4G 65,121vo).

7On sait que le testateur donne toujours à son épouse la possibilité de se retirer de la communauté pour vivre à part. Ce ne sont pas les héritiers qui peuvent mettre leur mère à la porte. Mais la fréquence croissante de la clause d’insupport laisse entendre que l’entente ne va pas de soi au sein de la famille monoparentale. Certains testateurs supplient leur femme de rester au moins 5 ans, au moins un an...

8Les testaments laissent dans l’ombre ce qui concerne les éventuels conflits entre héritiers. Pourtant c’est une éventualité qu’on ne peut négliger, étant donné le fort pourcentage des cas où l’héritage est attribué à plusieurs. La faveur croissante de l’héritier unique pendant l’essor démographique n’empêche pas que sur une durée de 2 siècles, il ne représente pas plus de 55 % des cas, sauf chez les nobles.

Tableau 35. Nombre d’enfants désignés comme héritiers (en % des cas)

Tableau 35. Nombre d’enfants désignés comme héritiers (en % des cas)

9Rares sont les testateurs qui précisent si les héritiers devront gérer le patrimoine en indivis ou s’ils pourront le partager. Certains envisagent le partage à regret. Un affaneur de Saint-Jean-des-Vignes désigne comme héritiers Antoine, Simon et Jean, les trois fils qu’il eut de sa première femme, et Pierre le fils qu’il eut de sa femme actuelle (en 1482). Si l’un de ces quatre héritiers ne peut plus supporter de loger ou d’être associé avec les autres, que ce soit de sa faute ou de celle des autres, il recevra en compensation et comme part d’héritage en s’en allant 15 livres t. (4G 72,139).

10Pour rendre la cohabitation ou même la simple cogestion moins difficile, les paysans du Forez au xve siècle préfèrent attribuer l’héritage à deux enfants seulement. Ces cas représentent en effet plus de 80 % des héritages à plusieurs.

11Dans quelques testaments, il est prévu une pénalité pour celui qui rompra la communauté. Tel fils recevra pour tout héritage 6 l.t. (B 1892, 94vo). Un testateur donne à son fils Etienne, s’il ne veut pas se marier et tenir le patrimoine avec son frère Jean, 8 fr. et un lit (B 1898, 99).

12On entrevoit enfin de possibles conflits entre des descendants privés de l’héritage que leur père ou le couple des parents a d’avance attribué à des étrangers à la famille. Jean Tyolat, paroissien de Civrieux d’Azergues, considérant les grands services à lui rendus par Humbert Camion, parcheminier de Lyon, et son épouse, leur fait donation pleine et entière de ses biens meubles et immeubles, dont il conserve l’usufruit sa vie durant : que ses héritiers ne puissent rien réclamer de cet héritage (série E, 65, no 5).

13Mais il est bien rare que les textes enregistrés soit par l’official, soit par l’administration comtale, nous fassent connaître un procès tel que celui qui se déroula à Chasselay en 1476 (4G 73, 54). Le corpus testamentaire donne sa propre version de la vie en société, en famille, en communauté, et cette version en gomme presque tous les accidents, sauf la mort.

IL La transmission par étapes

14Le processus commence en général par l’établissement des aînés. Le testament parfois montre que certains ont reçu leur part antérieurement au testament. Un testateur de Civrieux d’Azergues en 1396 attribue son héritage à ses deux fils Pierre et Antoine en parts égales. Pierre l’aîné est marié et il a trois enfants. Le testateur donne à Antoine, en plus de sa part, une verchère. Lorsqu’il en prendra possession, son frère Pierre devra l’aider à construire une maison dans cette verchère quand Antoine le voudra, et lui avancer 7 francs or (4G 57,119). Un testateur de Chazay désigne comme héritiers ses trois enfants, Pierre, Pernelle et Vincent. A Pierre son fils aîné il donne en plus de sa part issue du partage avec ses frères et sœur, une vigne située à Saint-Jean-des-Vignes (4G 44, 115).

15Mais ces précisions sont rares. Le testateur qui fait un legs à l’un de ses fils n’est pas obligé de dire si ce dernier est marié, s’il s’est établi ailleurs ou pas. En revanche, on sait si une fille légataire est mariée ou non, car si elle l’est, ce qu’elle reçoit vient en plus de sa dot. On sait ainsi que dans l’isolat de Chazay, 6 fils sur 78 sont mariés, mais 35 filles sur 63 parmi les enfants cités par les testateurs et testatrices.

16Un testateur de Chazay en 1340 lègue à sa fille Pétronille déjà mariée, un supplément de dot de 100 s.v. Mais la dot promise n’ayant pas encore été entièrement payée, il lui donne à ce titre une maison à Chazay, 2 pièces de terre et une vigne (4G 41, 17).

17Il en est de même des filles que chevaliers et donzeaux placent dans les couvents de la région, où souvent elles retrouvent tantes, cousines et amies.

18« À Catherine sa soeur, moniale à Saint Thomas, 25 s. l’an en viager. A Guillaume son frère, moine à Grandlieu, 40 s.v. l’an en viager. A Arthaude sa sœur, 40 s.t. en viager. À Paule sa fille, moniale à Saint Thomas, en plus des 50 l.v. qu’il a payées pour son entrée au monastère, une pension viagère de 14 s.v., 3 émines de seigle, 1 émine d’avoine, 1 setier de seigle.

19À Bertrand son fils, moine à Ainay, 60 s.t. l’an en viager. À G. son fils, chanoine, la maison du Payet avec ses revenus. À Sybilie sa fille, moniale à Vienne, 60 s.v. l’an en viager, en plus des 50 l.v. versées lors de son entrée au monastère. À Guicharde sa fille, 600 l.v. pour la marier avec vêtements de noces et selon les « consuetudinibus patrie ».

20Telles sont les dots et pensions promises aux siens par le chevalier Guichard du Says en 1341 (B 1857, 105vo).

21On ne saurait affirmer qu’il existe un « âge légal » auquel les enfants mineurs à la mort de leur père mais désignés comme héritiers seront mis en possession de leurs biens. La mère qui reçoit « le gouvernement des biens et des enfants » ne se voit point assigner de terme à son rôle. Elle perd cette responsabilité si elle se remarie ou si elle quitte le foyer pour vivre à part, c’est tout. L’âge semble avoir très peu d’importance aux yeux des testateurs. S’il s’agit de tenir une exploitation agricole, la force physique et l’expérience comptent évidemment davantage que le nombre des années. Pour tester, il faut avoir 14 ans. Il est aussi question parfois de fils « majeurs de 25 ans », mais ces précisions ne concernent pas la mise en possession du patrimoine. Il n’y a que peu d’exception, tel le testament du chevalier Guichard du Says en 1341. Après avoir pourvu aux besoins de sa nombreuse parenté comme on vient de le voir plus haut, il désigne comme héritiers son petit-fils François, fils de son défunt fils Arthaud. Cet enfant mineur sera placé « in regimine et gubernatione et custodia cum bonis suis », d’un de ses frères qui est chanoine, jusqu’à ce qu’il parvienne à l’âge de 20 ans (B 1857,105vo).

22Enfin les dots et pensions viagères qui constituent la part de beaucoup de descendants directs, de membres de la parentèle, de serviteurs, doivent être versées par annuités. Nobles et roturiers procèdent de même. À Marguerite sa fille, 500 l.v. pour la marier, avec costume et joyaux habituels, au rythme de 100 l.v. la première année, et ainsi de suite par 100 l.v. l’an (noble P. du Verney, s.d. B 1852, 28). À sa fille Marie, 20 l.t., par 2 l.t. chaque année en commençant à l’Annonciation qui suivra son mariage, et la même chose les années suivantes, prévoit un paysan de Messimy en 1492 (4G 75, 131).

23Le terme coutumier le plus répandu est en effet le 25 mars. On rencontre aussi en Forez un système à deux termes, où les annuités sont versées moitié en mars, moitié à Noël.

24Ce rythme de paiement évite aux héritiers d’avoir à se défaire d’une terre ou de payer d’un coup une forte somme, ce qui les obligerait peut-être à vendre des biens. De plus, les dots et pensions aux enfants mis en religion ont commencé d’être payées avant la mort du père. Le patrimoine est transmis avec des charges dont une partie est antérieure et calculée de manière à ne pas en excéder les possibilités. Du moins en théorie : on constate que nombre de dots sont payées avec retard, voire pas du tout. D’autres certainement prennent fin parce que leur bénéficiaire est mort jeune.

25Dots, legs et pensions sont de plus en plus souvent libellés en numéraire, surtout en Lyonnais où la vente de produits agricoles en ville procure des piécettes. C’est un moyen commode d’étaler les charges dans le temps.

III. L’encadrement seigneurial et princier

26Il semble y avoir un mur entre les testaments et les documents émanant d’une seigneurie. Les paysans n’annoncent jamais leur statut et ne disent que rarement de qui ils tiennent des terres. Les seigneurs font peu d’allusions à leurs tenanciers. Quand ils le font, c’est presque toujours pour faire cadeau à leurs dépendants d’une partie des taxes de mutation. Par exemple, un chevalier de Rive-de-Gier en 1361 exempte ses tenanciers de la moitié des reconnaissances qui seraient dues à son héritier à l’occasion du décès du testateur (4G 49,73A). Béatrice de Chaponnay en 1385 exempte ses hommes et tenanciers de Sathonay de la moitié des reconnaissances, lods et ventes qu’ils peuvent devoir à l’héritier (4G 54, 100).

  • 2 Lorcin, 1974, p. 91-99.

27Le statut normal de celui qui cultive des terres seigneuriales est d’être tenancier à titre héréditaire et perpétuel2. Que les parcelles doivent un cens annuel ou une tâche, celui à qui elles échoient doit promettre, par serment prêté sur les Évangiles, d’acquitter les charges et de « reconnaître » à chaque mutation de seigneur ou de tenancier, en payant les droits de mutation. Il doit « reconnaître » également lorsque le seigneur décide de refaire son terrier. C’est le cas normal en Forez comme en Lyonnais. En effet les alleux paysans sont des exceptions et ne constituent jamais qu’une petite part de l’exploitation. D’autre part, les paysans sont libres. On ne rencontre de servi que dans les États de duc de Savoie, de la Dombes aux montagnes du Jura. Ainsi le curé d’Arant en 1419 lègue à son neveu, noble A. Begueti, son manse de Vibignies « quod tenere solebat St. Bruyas, homo manusmortue et serve condicionis » (4G 60, 31vo).

28Mais la partie nord-est de l’archidiocèse de Lyon diffère sur beaucoup de points des pays de la rive droite, qui seuls nous occupent ici.

29Il faut toutefois préciser que dans les terriers des Monts du Lyonnais et de certaines seigneuries foréziennes, il est question de « levants et couchants, taillables et exploitables ». En fait, dès le milieu du xive siècle au moins, ces formules ont perdu leur sens originel. Si les terriers n’en faisaient mention, on ne se douterait pas que certains paysans portent cette étiquette car leurs testaments ne diffèrent en rien des autres. Par exemple dans la paroisse de Rontalon, au contact du plateau et des Monts du Lyonnais, « levants et couchants » et simples tenanciers partagent leurs biens s’ils le jugent bon entre plusieurs héritiers, lèguent des parcelles de terre à l’Église, instituent héritiers des filles, des collatéraux, des cousins. De simples tenanciers achètent des biens ayant appartenus à des levants et couchants sans paraître inquiets de leur sort. Ainsi Jean Glas en 1347, dont on apprend par un terrier de la Commanderie de Chazelles, qu’il est « levant et couchant » désigne comme héritiers son frère et son cousin parce qu’il n’a qu’un fils bâtard, auquel il lègue des terres. Il donne à ses seigneurs le Précepteur de Chazelles, aux donzeaux Jean et Humbert Ruffier, 5 s.v. chacun « pour qu’ils ne réclament rien de plus sur ses biens » (4G 45, 41). Mais les simples tenanciers font eux aussi des legs à leur seigneur foncier, en Forez comme en Lyonnais. La plupart de ceux qui font ainsi se trouvent sans descendant direct ; c’est une sage précaution. Mais cette coutume, qui n’est pas respectée dans toutes les paroisses, se rencontre aussi dans les testaments de pères de famille. Elle finit par tomber en désuétude et cela ne changera rien à la pratique successorale.

30En Lyonnais, les principaux bénéficiaires de ces legs, qui sont presque tous de 5 sous, sont les chanoines du chapitre cathédral et ceux du chapitre de Saint-Just, qui détiennent la plus grosse part des censives du comté. Mais quantité de petits seigneurs laïcs sont légataires dans les mêmes conditions.

Tableau 36. Legs aux seigneurs fonciers dans quelques isolats

Monts d’Or :

3 legs sur 208 testaments

St-Symphorien :

8 legs sur 103 testaments

Monts de Tarare :

5 legs sur 92 testaments

St-Genis-Laval :

30 legs sur 154 testaments

Jarez :

32 legs sur 241 testaments

31La seule chose certaine est que ces legs s’adressent au seigneur foncier. « Au Précepteur de Chazelles dont il tient sa maison, 5 s.v. (4G 48,25). « Aux seigneurs dont meuvent ses biens, 5 s.v. (4G 43,49). « À Jean d’Oingt, boucher et citoyen de Lyon, dont il tient des biens, 5 s.v. (4G 43, 89).

32En Forez, le comte et ses vassaux reçoivent aussi des legs, dont la fréquence, comme en Lyonnais, va diminuant.

Tableau 37. Pourcentage de testateurs foréziens léguant

Au comte

Aux seigneurs

xive siècle

8,75 %

5,0 %

xve siècle

2,2 %

0,9 %

33La crainte de voir le seigneur « réclamer » davantage des biens du testateur doit s’estomper au fil du temps, puisque ce type de legs devient de plus en plus rare.

Tableau 38. Legs au seigneur par les testateurs du Lyonnais (en %)

1300-1339

1340-1379

1380-1419

1420-1459

1460-1500

16,2 %

14,2 %

14,7 %

4,6 %

0,8 %

34Ce qui en revanche reste à bon droit redoutable est de mourir intestat si l’on n’a pas de descendance légitime. Le corpus ne contient pas d’exemple concernant les seigneuries canoniales. Mais quelques testaments provenant de tenanciers de l’abbaye d’Ainay montrent que la saisie des biens par le seigneur foncier est à craindre en ces circonstances. Il y a plusieurs procès du genre de celui-ci, qui oppose le représentant de l’abbé aux héritiers désignés par un défunt qui n’avait fait qu’un testament oral pas encore mis en forma publica.

35Le notaire Pierre de Gez, lieutenant à Orliénas du vénérable Pierre Burle, juge de toute la terre et baronie d’Ainay fit mettre en forma publica le testament d’Étienne de la Côte, à la requête de Perrin de Gornay, châtelain d’Orliénas. Le notaire, au nom de l’abbé, accusait Guillaume du Brochail, paroissien d’Orliénas, de détenir injustement les biens d’Étienne de la Côte, lesquels biens devaient revenir à l’abbé « propter quod dictus dominus dicto Stephano succedere debet pieno jure ». Mais ceux qui avaient été témoins du testament nuncupatif oral d’É. de la Côte firent leurs dépositions le mercredi avant l’Invention de la Sainte Croix, prouvant que le dit É. de la Côte avait institué G. du Brochail son héritier. Testament publié le 8 mai 1392 (4G 54, 95).

36Cette affaire et d’autres du même genre semblent révéler que la meilleure défense contre la saisie des biens d’un tenancier sans descendant direct et légitime n’est pas l’ancien legs de 5 sous, mais le testament en lui-même, fut-il oral. Ce fut sans doute un argument de poids qui incita de simples paysans, des petites gens de toutes professions, à faire leur testament. La saisie de l’héritage des intestats s’applique aussi aux membres du clergé, dont le seigneur est l’archevêque. Dom Pierre Mathei, curé de Chassellay, avait désigné l’héritier de ses biens, mais ce dernier mourut sans avoir testé. « heres nominatus decess intestatus, cui successor dominus noster Lugdun archiepiscopus J. de Talaru » (1388, 4G 57, 169). Seigneurs laïcs et ecclésiastiques ont intérêt à suivre de près les successions de ceux qui dépendent d’eux.

37Faire son testament : voila précisément à quoi incitent les pouvoirs princiers qui s’efforcent de diffuser, régulariser et contrôler la pratique de cet acte privé. Le corpus montre, en Forez mieux qu’en Lyonnais en raison du décalage chronologique, à la fois les progrès de ce contrôle par le comte et les résistances auxquelles il se heurte. Les sujets du comte manifestent leur mauvaise humeur en deux occasions : le contrôle des legs pieux et la nomination du tuteur. À des degrés divers, il semble en être de même en Lyonnais.

  • 3 Perroy, 1948.

38En Forez, l’officier responsable du contrôle est l’« auditeur aux causes pies ». E. Perroy a montré qu’on recrute les auditeurs parmi les clercs de la cour des comptes, habitués à exercer des fonctions diverses dans l’administration comtale. Ils sont le plus souvent issus de familles fournissant des hommes de loi depuis plusieurs générations, tels les Rajasse et les Robertet3.

39Leur tâche est de veiller à l’exécution des legs pieux. En fait, leur rôle ne se borne pas à cela. L’auditeur parfois note l’acquittement des dettes, ou la vente à la demande des créanciers. Ce qui parfois ne laisse rien aux héritiers : « non sunt heredes neque bona, quare fuerunt vendita ad decretus per n. curratorem request, creditorum » (B 1886, 165vo).

40Il arrive que l’auditeur annule un testament dont l’auteur, de notoriété publique, n’avait plus son bon sens (B 1872, 68) ou parce que les legs pieux n’ont pas été payés. Il peut aussi annuler les legs prévus par le testateur s’ils sont d’une valeur qui excède l’héritage et que les héritiers sont eux-mêmes misérables : « supercessum est propter paupertatum et juraverunt se non habere unde vitam suam sustinere et de quo informatus est dictas auditor per gentes fide dignos » (B 1884, 6vo).

41Ce qui laisse supposer que l’auditeur peut mener son enquête sur place et qu’il a un droit de regard sur l’ensemble des clauses testamentaires.

42Il faut croire que ces interventions n’étaient pas toujours bien accueillies car parmi les formules rituelles qui terminent un testament figure parfois une phrase qui interdit au pouvoir princier de changer la destination des legs faits par un testateur : « si quiconque, roi de France, archevêque de Lyon ou quelque autre grand laïque ou ecclésiastique, veut entraver dans ce testament l’exécution des legs aux pauvres ou pour des célébrations, le testateur annule tous ces legs et demande à son héritier de distribuer aux pauvres de Marcilly en quatre aumônes, 2 de nourriture et 2 de piécettes, jusqu’à concurrence de 24 livres tournois en 2 ans » (1345,4G 42,120).

43L’auteur de ce testament est Pierre Bordelin, un notaire de Marcilly d’Azergues. Mais ce n’est pas la spécialité des hommes de loi. La plupart des testateurs qui la font figurer parmi leurs dernières volontés sont de simples villageois. Cette formule acerbe se rencontre surtout au xive siècle, entre 1340 et 1370 environ, comme si c’était une maladie d’enfance de la pratique testamentaire. On ne peut savoir de quel cas personnel, de quel épisode jugé scandaleux a jailli cette protestation, ou de quelle rumeur.

44Il est un autre aspect du contrôle princier qui semble mal accepté, surtout en Forez, la désignation du tuteur.

45Marguerite Gonon avait déjà relevé qu’au xive siècle, on voit des officiers comtaux nommer 9 tuteurs, alors que 120 autres sont désignés par le testateur. Les tuteurs sont à vrai dire le plus souvent des tutrices, et c’est la mère des enfants mineurs que laisse le testateur. La confiance que celui-ci met en son épouse est soulignée par le fait qu’il la nomme en général sans qu’elle ait à faire d’inventaire ni à rendre des comptes. Dans 22 cas, le testateur décide et déclare que cela doit suffire : « absque confimatione alicujus judicis ». On ne sait comment réagit l’administration. Rien n’indique que ces testaments furent annulés. Les Foréziens sur ce point ignorent et veulent ignorer le droit écrit. C’est peut-être pour éviter que les officiers comtaux ne se mêlent d’une affaire qui doit rester à leurs yeux purement privée qu’ils emploient rarement le mot tutelle. Ils préfèrent confier à leur épouse « le gouvernement des enfants et des biens ». Tout compte fait, lorsque un Forézien fait allusion au pouvoir princier, c’est le plus souvent pour en écarter d’avance l’intrusion.

46De plus, les formalités sont coûteuses. Par exemple, un demi florin pour le scellement et 11 gros tournois pour les écritures (B 1858, 99). Tout cela explique que certains Foréziens testent de mauvais gré. Aux témoins qui le pressent de tester, un certain Étienne Fabri répond : « quod non faceret testamentum, quare si testamentum faceret, incontinenti haberet servien foren ad hostium suum » (B 1871, 14).

47Et pourtant il testa... comme bien d’autres. La preuve écrite, dûment enregistrée, empêche les clauses du testament de tomber dans l’oubli. Les officiers du comte se chargent de veiller à leur application. Le Forez avait un siècle de retard sur la Provence, mais une pratique accélérée au xive siècle lui permit de rattraper le peloton.

  • 4 Aboucaya, 1961, 151.

48Autre argument en faveur du testament : le régime dotal observé en Lyonnais fait courir à la veuve le risque de ne recevoir rien d’autre que sa dot si le mari meurt intestat. Risque souligné depuis fort longtemps par des juristes comme Aboucaya4. Le testament protège la veuve contre le dénuement, il protège aussi le patrimoine contre le droit d’écheute exercé par le seigneur lorsqu’il n’y a pas de descendant direct.

49Ce pourrait être là l’explication du fait qu’en certaines paroisses comme Yzeron, Vaugneray, Rontalon, les plus anciens testaments enregistrés, au reste très peu nombreux, ont pour auteur des paysans sans descendants directs. Mais c’est loin d’être le cas dans toutes les paroisses du Lyonnais.

IV. Les prêtres et leurs familles

  • 5 Clergé, 2005, passim.

50Le prêtre n’a en principe ni descendant direct ni patrimoine à transmettre. Pourtant des travaux récents sur le Gévaudan, les Pyrénées, le Rouergue et d’autres régions encore ont montré la richesse du thème qui consiste à placer le prêtre au sein de sa parenté5. À partir d’une source unique, il est impossible de donner de ce sujet une vision aussi élaborée. Toutefois les testaments des membres du clergé fournissent des données non négligeables (car ils sont nombreux) et que l’on peut croiser avec celles que l’on tire des testaments des laïcs.

  • 6 Lorcin, 1979 ; 1982, 2.

51Les 650 testaments de prêtres et chanoines utilisés ici correspondent à la répartition chronologique et géographique des quelque 880 que contient en tout le corpus. Les deux tiers furent faits entre 1340 et 1420, et proviennent de paroisses du Lyonnais, du Forez et du Beaujolais. Le tiers restant vient principalement de l’actuel département de l’Ain. Enfin ces testateurs sont des ruraux. Seuls 62 sont de Lyon et 34 de Montbrison6.

52La première chose qui attire l’attention est que ces testateurs attribuent à leur parenté l’essentiel de ce qu’ils possèdent. Les prêtres renoncent officiellement à la vie de famille, mais ce sont des séculiers : ils conservent des liens serrés avec leurs parents de tous degrés, et leur vie de relations semble active. Le classement des héritiers désignés est à peu près le même que chez les testateurs laïcs qui n’ont pas de descendants directs.

Tableau 39. Héritiers des prêtres du Forez (en %)

Neveux-nièces : 29 %

Oncle-tante : 1 %

Frères-soeurs : 27 %

Filleul : 0,3 %

Père-mère : 5 %

Amis : 10,7 %

Cousins : 3 %

Église-prébende : 10,7 %

Pauvres : 9,0 %

53Au total, la parenté reçoit 62 % des héritages. Avant 1340 et après 1420, le pourcentage s’élève même à 80 % et plus. S’il s’abaisse pendant la récession démographique, ce n’est pas l’effet d’un revirement de la pratique successorale, c’est que, autour des prêtres comme autour des testateurs laïcs, la peste et la misère ont éclairci les rangs de la parenté.

Tableau 40. Evolution du choix des héritiers par les membres du clergé (en %)

Tableau 40. Evolution du choix des héritiers par les membres du clergé (en %)

54Églises et prébendes profitent de ce qui ne peut être attribué aux neveux et autres parents. Enfin la hiérarchie des légataires, souvent nombreux dans le testament du clergé, est la même que celle des héritiers, et c’est encore une ressemblance avec les laïcs sans descendants directs.

55Qu’il s’agisse d’héritiers ou de légataires, les hommes l’emportent à 4 contre 1 dans chaque degré de parenté.

Tableau 41. Le privilège de masculinité chez les héritiers désignés

Hommes

Femmes

Parmi les frères et sœurs

79,6 %

20,3 %

Parmi les neveux et nièces

84,1 %

15,8 %

56Si les prêtres accentuent le privilège de masculinité que respectent tous les testateurs, c’est qu’ils témoignent de faveurs particulières aux neveux qui s’engagent comme eux dans la voie de la cléricature. Parmi les neveux désignés comme héritiers, près d’un sur trois est déjà d’Église. Pierre Prévot, curé de Brignais, lègue à son neveu Jean, fils de Barthélémy Jordan, 10 l.v. à verser dans les 6 ans. Il lui lègue aussi son bréviaire et tous ses autres livres sauf celui qu’on appelle « uffis » qu’il donne à la chapelle Saint-Bonnet de Vourles. Son neveu recevra chaque année 6 florins pour ses dépenses aux écoles, soit 2 fl. à la Saint-Martin, 2 à Noël et 2 à Pâques.

57Les livres liturgiques sont des outils de professionnels, et de grande valeur. Un bréviaire coûte entre 6 et 15 florins. Ils ne doivent donc pas tomber en n’importe quelles mains. Si l’héritier désigné n’est pas destiné à l’Église, le testateur a soin d’extraire les livres de l’héritage, au minimum le bréviaire. Un curé de Saint Romain-les-Atheux lègue sa bibliothèque à ses neveux s’ils deviennent prêtres. Sinon, les livres devront être donnés à l’église de la paroisse (B 1901, 191).

58Réduire la sollicitude du prêtre à l’égard des siens aux faveurs dont il comble les neveux aspirant à le suivre donnerait une fausse image du rôle que joue réellement ce prêtre. Les nombreux legs qu’il distribue à sa parenté témoignent de son attachement. Nombre d’entre eux apportent à leur proche famille un soutien matériel est moral que sans doute ils ne refusaient pas de leur vivant. Certains attribuent à leur mère ou à leur sœur veuve logement viager et pension annuelle, comme font les maris à l’égard de leur épouse survivante. Par exemple un curé de Saint-germain-Laval désigne comme héritiers deux neveux, fils de ses frères Berthet et Étienne. S’ils meurent sans descendants, il leur substitue sa sœur Guillemette. Celle-ci sera gouvernante des biens du testateur sa vie durant et logera dans une maison appartenant au testateur. Si elle ne peut vivre avec les héritiers, ceux-ci lui fourniront de quoi vivre tant qu’elle ne sera pas remariée et lui remettront les 80 livres que le testateur reçut en dépôt comme dot lors de son premier mariage. Enfin le testateur lègue au fils bâtard de son père une maison, un jardin et 10 setiers de seigle (4G 42, 26vo).

59Des testateurs laïques choisissent leur frère prêtre comme exécuteur testamentaire, voire comme tuteur des enfants au cas où la femme meure ou se remarie.

60La sollicitude du prêtre s’étend parfois aux enfants illégitimes d’un membre de leur parenté. Ceux qu’ils peuvent avoir eux-mêmes ne sont pas oubliés. D’après Marguerite Gonon, au moins 7 % des prêtres foréziens avaient des enfants naturels, pourcentage nettement dépassé au moment de la visite pastorale de 1378. Le prêtre ne peut désigner son bâtard comme héritier, mais rien ne lui interdit de lui faire un legs important. Un prêtre de Leignec lègue à son enfant naturel 20 fr. or et des animaux pour un total de 11 fr. (B 1900, 186).

61Un petit nombre de testateurs est formé de prêtres qui ont été mariés avant de recevoir les ordres et n’oublient pas les enfants qu’ils avaient eus. Un curé de l’Hôpital-le-Grand, qui fut marié avant de devenir prêtre, confie à son fils, qui est clerc, son bréviaire, pour qu’il le remette à son propre fils quand il sera ordonné prêtre (B 1892, 206).

62Le prêtre peut d’autant mieux jouer le rôle de soutien et de conseiller auprès des siens que dans la plupart des cas connus, il exerce ses fonctions à proximité, voire dans la même paroisse. Peut-être certains habitent-ils avec leur famille mais les testaments n’en disent rien.

63Certes le cursus d’un prêtre n’est point aisé à déterminer, car le testateur ne dit pas où il est né, ni où il a fait ses études, quels stages il a pu faire auprès d’un curé, de quels bénéfices il a été pourvu antérieurement. Cependant des indices concordants laissent entendre que le prêtre ne cherche pas à s’éloigner de son lieu de naissance et que la hiérarchie ecclésiastique ne l’oblige pas à s’expatrier.

64Près du quart des testateurs demandent à rejoindre leurs parents dans la tombe, soit dans la paroisse où ils exercent, soit dans une autre peu éloignée. Entre leur paroisse d’origine et celle où ils testent, la distance est en général inférieure à 20 km. Ainsi un prêtre de La-Tour-en-Jarez demande à être enseveli au cimetière d’Izieux (distant de 9 km). Au cas où les porteurs refuseraient de transporter son corps à Izieux, il choisit la tombe des prêtres de Saint-Étienne-sur-Furan (La-Tour-en-Jarez est à présent une digitation de l’agglomération stéphanoise) (B 1900, 186).

65De plus, ceux qui demandent à être ensevelis dans la tombe des prêtres de la paroisse où ils ont leur bénéfice ne sont pas nécessairement transplantés. En témoignent les legs qu’ils font à des parents résidant non loin de là.

Tableau 42. Choix de la sépulture par les prêtres des campagnes (385 cas)

Tableau 42. Choix de la sépulture par les prêtres des campagnes (385 cas)

66Le second indice se trouve dans les testaments des laïcs. On constate que dans l’ensemble de l’archidiocèse, le clergé rural recrute dans les familles les plus à l’aise de paysans et d’artisans. Tout comme le chevalier désigne lequel de ses fils sera d’Église (ou lesquels le seront), le roturier qui a plusieurs garçons élit celui que l’on poussera vers la cléricature.

67C’est une promotion en effet : le fils de paysan choisi n’aura pas à guider la charrue ni à soigner les bêtes. Il ira « aux écoles », il obtiendra un jour un bénéfice dont il vivra, et lorsqu’il mourra, ses frères récupèreront en partie les sacrifices financiers qu’ils ont supportés pour lui.

68Car il est coûteux d’étudier. La pension annuelle que les héritiers doivent payer à leur frère représente un capital d’environ 40 l.t. Estimation hasardeuse, car le temps des études est évalué selon le cas à 4 ou 6 ans, et souvent la pension comporte une partie en nature, surtout lorsque la famille possède une exploitation agricole. Ainsi un paysan de Saint-Médard en Forez en 1379 à 5 fils dont l’un a déjà commencé d’étudier aux écoles de grammaire. Ses frères devront lui servir pendant 4 ans une pension annuelle de 4 fr. or, 2 setiers de seigle et 3 ânées de vin (B 1871, 56vo).

69L’heureux élu semble bien conscient de ce qu’il doit à sa famille, puisque dans 60 à 80 % des cas le prêtre attribue l’héritage aux siens, héritage auquel s’ajoutent les legs. En théorie, les biens du prêtre échoient à l’évêque. En fait cela n’arrive jamais et l’archevêque de Lyon se contente des 5 sous ou de la livre de cire que lui attribuent les testateurs. D’autre part, le curé doit laisser à son successeur les biens qui appartiennent à la cure et ne doivent pas être confondus avec les biens personnels que peut posséder le prêtre. Il faut laisser, précise un mandement épiscopal, au prêtre et autres serviteurs de l’église de quoi vivre (« sustentari ») jusqu’à la récolte suivante... Lorsque un curé est resté longtemps en place, le tri entre biens de la cure et biens personnels est sans doute malaisé et source d’abus.

70Seule une minorité de testateurs prévoit pour un des fils l’accès à la cléricature, qui peut au reste conduire au notariat comme à la prêtrise. Il faut être sûr en effet que l’exploitation ne manquera pas d’héritier capable à la mort du père. Il faut aussi que le patrimoine puisse supporter la charge financière que cela implique. Aussi le père précise-t-il souvent que le clerc sera entretenu par les héritiers « jusqu’à ce qu’il obtienne un bénéfice de... livres ». Il est évident que seules les familles les plus aisées peuvent se permettre cette aventure. Dans les isolats du Lyonnais, 2,5 % des fils de paysans et d’artisans sont orientés vers la cléricature, alors que 7 % des fils d’habitants de Lyon et 23 % des fils de nobles sont dans le même cas. Mais nobles et Lyonnais sont surreprésentés dans le corpus testamentaire. Leur contribution à la cléricature est en réalité bien plus faible que celle des roturiers des villages et bourgades, car ceux-ci ont pour eux le nombre. En attendant d’avoir fait des comptages portant sur l’ensemble des testaments, on voit que si 2,5 % des fils sont candidats à la cléricature dans l’ensemble de l’archidiocèse, les petites gens l’emportent de loin sur les familles nobles et les habitants de Lyon. La visite pastorale de 1469-1470 en donne confirmation en indiquant le nom et la paroisse d’origine des nouveaux tonsurés. Sur 809 candidats, 9 seulement sont de naissance noble. Les 800 autres viennent de 256 paroisses (où manque malheureusement la ville de Lyon). Les nouveaux tonsurés viennent de tous les archiprêtrés du diocèse. Les 18 localités qui fournissent plus de 10 candidats chacune sont presque toutes des sièges de châtellenies et les 138 autres paroisses, celles qui fournissent de 1 à 9 candidats, forment un semis plus serré dans les Monts du Lyonnais et du Forez que dans les plaines. Ce sont les familles de paysans et d’artisans aisés, ainsi que (nous le verrons plus loin) les familles qui comptent déjà un clerc de notaire, qui procurent au clergé séculier l’essentiel de ses membres.

  • 7 Fabre, 1988, p. 102.

71« Pour une famille de paysans, compter des prêtres en son sein, c’est bien entendu répondre à un sentiment religieux, mais c’est aussi assurer la notabilité du lignage et garantir des perspectives d’ascension sociale7. » Le jour où un de ses membres parvient à la prêtrise est un succès pour toute la famille, célébré comme il se doit par un banquet... Le paysan de Saint-Médard évoqué plus haut enjoint aux héritiers que le jour où leur frère célèbrera sa première messe, ils devront lui fournir « unam vaccam usque ad valorem uniusfranci auri, unum sester frumenti et tres asinatas boni vini pro prandio ipsius Petri dicta die faciendo ».

72Aucun des testateurs ruraux qui aménagent l’avenir du fils choisi en lui permettant d’étudier ne fait allusion au fait que cela peut le conduire au notariat comme à la prêtrise. L’écrivain public, le clerc juré de l’official, et plus encore le notaire public, sont sans doute des cadres trop récents qui n’ont pas le prestige dont jouit le prêtre de la paroisse, investi d’un pouvoir, pas seulement d’une profession difficile d’accès, et qui restera près des siens. Pourtant les hommes de loi sont de plus en plus nombreux et les familles aisées des petites villes fournissent aux administrations une bonne part de leurs membres.

  • 8 Maurice, 2005, p. 35.

73Tous comptes faits, le diocèse de Lyon semble loin d’atteindre le score du Gévaudan où 18 % des testateurs, toutes professions confondues, encouragent par un legs l’entrée ou le maintien d’un jeune homme dans la voie du cléricat8.

Notes

1 Cf. chapitre VI, III.

2 Lorcin, 1974, p. 91-99.

3 Perroy, 1948.

4 Aboucaya, 1961, 151.

5 Clergé, 2005, passim.

6 Lorcin, 1979 ; 1982, 2.

7 Fabre, 1988, p. 102.

8 Maurice, 2005, p. 35.

Table des illustrations

Titre Tableau 35. Nombre d’enfants désignés comme héritiers (en % des cas)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19834/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 40. Evolution du choix des héritiers par les membres du clergé (en %)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19834/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Tableau 42. Choix de la sépulture par les prêtres des campagnes (385 cas)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19834/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© Presses universitaires de Lyon, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search