Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« D’abord il dit et ordonna... »

 | 
Marie-Thérèse Lorcin

Deuxième partie. Patrimoines et familles

Chapitre IV. Organiser la succession

Texte intégral

I. Avoir des descendants

1Le modèle que suivent les testateurs de la région, avec des nuances locales et sociales, est le plus naturel qui soit : transmettre leurs biens et leurs valeurs à leurs enfants et petits-enfants. S’ils ne peuvent « faire descendre » l’héritage en ligne directe, ils cherchent des héritiers de remplacement en suivant les échelons de leur parenté : conjoint, frères et sœurs, neveux et nièces, ascendants, cousins. Hors de leur parenté, le choix est vaste, mais c’est dans la plupart des cas, un pis-aller.

Tableau 25. Attribution de l’héritage en % des cas sur 2942 testaments (sans noble ni ecclésiastique)

Testateurs sans enfant vivant

Testateurs avec enfants

Hors parenté et sans héritier direct désigné

33,2 %

4,1 %

Descendants directs

10,3 %

91,4 %

Conjoint

23,0 %

2,2 %

Collatéraux

12,9 %

1,1 %

Ascendants

2,8 %

0

Neveux et nièces

11,3 %

0,5 %

Autres parents

6,5 %

0,7 %

100 %

100 %

2La famille conjugale, conjoint et enfants, est prédestinée à recevoir l’essentiel du patrimoine. Les autres bénéficiaires, qui sont pourtant nombreux : parents, amis, voisins, paroisse, pauvres, etc. se partagent peu de chose.

3C’est pourquoi la pratique successorale est étroitement dépendante de la conjoncture démographique. Chez les testateurs qui forment le plus gros du contingent, les paysans et artisans des campagnes, on la voit évoluer de manière significative. Pendant la dépression qui dure jusqu’au début du xve siècle, nombreux sont les testateurs qui, faute d’enfants et petits-enfants, sont obligés d’éparpiller leurs biens sous forme de legs ou d’attribuer l’héritage à des collatéraux, voire à des étrangers au lignage.

  • 1 Fédou, 1954 et 1966.

4Voici quelques exemples pris dans l’isolat de Chazay d’Azergues. Chazay est un castrum situé à 15 km au nord-ouest de Lyon, et dont le seigneur est l’abbé d’Ainay. Le site fortifié surveille l’entrée d’une vallée importante. Il se trouve, ainsi que les villages qui l’entourent, en des terres alluviales fertiles, très recherchées par les habitants de Lyon, dont le célèbre Hugues Jossard, devenu seigneur de Châtillon d’Azergues1.

5En 1347, un testateur de Morancé teste alors qu’il n’a aucun enfant vivant. Il désigne donc comme héritier le posthume dont « semble être enceinte son épouse Jeannette ». Si cet enfant ne nait pas, tout son avoir ira aux pauvres. Il lègue à Jeannette 20 livres viennois et un coffre de noyer, à sa sœur Étiennette 20 sous viennois, au chevalier Hugon de Marzé 2 florins d’or. Il prend les dispositions d’usage concernant son enterrement et lègue à la confrérie, au curé de la paroisse et à trois ponts sur l’Azergues (4G 56,6). Un habitant de Chazay, qui teste en septembre 1348, donc pendant l’épidémie de peste, n’a pas d’enfants non plus, sauf un « donat » (bâtard) auquel il lègue 20 florins. Il lègue une vigne à ses deux neveux et 11 florins à son cousin. Il désigne comme héritier Marguerite, la fille que son épouse eut d’un précédent mariage. Si Marguerite meurt sans avoir d’enfants, il lui substitue sa femme, qui héritera de tout sauf d’une maison à Chazay qui irait alors à son cousin. Si le cousin en question meurt avant, la maison sera vendue et le prix distribué aux pauvres. Sa femme aura l’usufruit de tous les biens tant qu’elle vivra (4G 43,158).

6L’essor de la population change tout. Dans le dernier tiers du xve siècle, le baby-boom réduit à néant les chances des candidats à la succession autres que les descendants directs et le conjoint. Le retour à la normale, c’est-à-dire à la « démographie gaspilleuse » de l’ancien régime démographique, incite les testateurs surchargés de progéniture à ne laisser échapper à la famille conjugale que le strict minimum. Non seulement celle-ci reçoit 9 héritages sur 10, mais les legs aussi sont réduits en nombre et en importance.

Tableau 26. Attribution de l’héritage en % des cas (campagnes)

Descendants directs

Conjoint

Total

1300-1339

51,9 %

12,5 %

64,4 %

1340-1379

42,6 %

13,1 %

55,7 %

1380-1419

49,8 %

16,2 %

66,0 %

1420-1459

66,6 %

3,7 %

70,3 %

1460-1500

80,9 %

8,1 %

89,0 %

7Dès le milieu du xve siècle, les familles nombreuses sont redevenues chose courante, à Chazay d’Azergues comme partout.

Tableau 27. Héritiers désignés dans l’isolat de Chazay d’Azergues

1ère moitié du xive siècle

1460-1500

Enfants :

14 cas = 40 %

19 = 79 %

Posthumes :

2 cas

Conjoint :

2 cas

Divers apparentés :

9 cas

4

Tiers :

2

1

Pauvres :

3

Sans h. v. :

2

35

24

8Le maréchal-ferrant de Chazay qui teste en 1479 a un fils qu’il désigne comme héritier, à condition de garder chez lui avec sa propre famille sa mère et ses sœurs non mariées. Car il a 6 filles, dont 4 sont déjà mariées, à qui il attribue 10 sous chacune en plus de leurs dots. Les deux plus jeunes, Françoise et Philippa, auront chacune 20 livres tourn. de dot et deux vêtements nuptiaux dont un de couleur (sans dépasser 30 sous l’aune de drap). En attendant le mariage, elles seront nourries, logées et habillées par l’héritier chez lui, au prix de « quelques services dans la maison ». Si le testateur décède avant son épouse, celle-ci aura l’usufruit et l’administration des biens du testateur. Elle habitera dans la maison de l’héritier sauf si elle se remarie, et à condition qu’elle fournisse elle aussi « quelques services dans la maison ». Le testateur laisse à son héritier le soin d’organiser ses funérailles et ne fait aucun legs autre que ceux qu’il destine à ses filles (4G 74, 181).

II. Succès variable de l’héritier unique

9Le testament n’ayant pas à décrire l’héritage, on ne connaît du patrimoine que ce qui en est soustrait sous forme d’aumônes, de dots, de legs. On doit cependant tenter d’expliquer les choix dissemblables que font les testateurs ayant apparemment les mêmes charges de famille. Il manque pour cela des éléments d’information importants, tels que l’âge des enfants, leur état de santé physique et mentale, et la nature des relations qu’ils entretiennent avec leurs parents.

10Les trois catégories de testateurs distinguées en Lyonnais n’ont pas, en ce qui concerne l’institution d’héritier, les mêmes habitudes. Le plus frappant est le pourcentage fort inégal de ceux qui, ayant plusieurs fils en vie, désigne un seul d’entre eux pour héritier.

Un seul fils

Plusieurs fils

Nobles

55,2 %

44,7 %

Roturiers des campagnes

31,2 %

66,0 %

Habitants de Lyon

14,0 %

86,0 %

  • 2 Dans le Comtat, malgré les crises démographiques, le partage en parts égales progresse encore au x (...)

11À Lyon où les patrimoines comportent plus qu’à la campagne des biens mobiliers, des créances, du numéraire, les habitants n’hésitent pas à partager l’héritage entre 2, 3, 4 enfants, voire davantage, quel que soient le nombre et le sexe. De plus, les logements sont plus petits et surtout les familles sont organisées autrement, comme on le verra plus loin. Il est rare que la veuve reste au foyer avec ses enfants et la maisonnée se fractionne plus vite2.

12Il surprend, de prime abord, de voir quatre nobles sur dix partager l’héritage. Mais ce partage ne va jamais au-delà de deux parts. Il s’agit le plus souvent de seigneurs qui possèdent plusieurs ensembles distincts de châteaux et de terres, dont l’attribution est relativement aisée.

13Un chevalier institue héritier en 1383 ses deux fils entre lesquels il partage ses biens, l’un recevant le château d’Apinac et son mandement (dans le Velay), l’autre tout ce qui se trouve en Forez et en Jarez. Il les substitue l’un à l’autre. S’ils meurent tous deux sans descendants directs, il leur substitue son gendre. Si la femme de celui-ci, fille du testateur, meurt sans lui donner de descendance, il substitue à son gendre le frère de ce dernier. Tous deux « debeant portare arma ipsius testatris et eius cognomen » (B 1876, 111).

14En revanche on en voit guère les nobles transmettre l’héritage en indivis, ce que font parfois les paysans.

15Les simples habitants des campagnes, paysans et artisans, se maintiennent à mi-chemin entre la ville, où l’on scinde couramment les patrimoines en plusieurs lots, et la noblesse qui désigne un ou deux héritiers au plus. L’exploitation agricole forme un tout que le partage peut déséquilibrer et rendre inopérant.

16Mais la statistique embrassant deux siècles en un tout rend mal compte de la réalité. L’important est que les habitants de Lyon et ceux des petites villes se montrent au fil des ans de plus en plus enclins à partager. Les campagnes font le choix inverse. C’est le second constat et peut-être le plus important.

Tableau 28. Proportion de testateurs ayant plusieurs fils en vie qui désignent un seul d’entre eux pour héritier.

Roturiers du plat pays lyonnais

Habitants de Lyon

Habitants d’Anse

1300-1349 : 10,6 %

1300-1340 : 40,0 %

1300-1350 :25,0 %

1350-1399 : 11,7 %

1400-1449 : 56,2 %

1450-1500 : 39,6 %

1460-1500 : 15,4 %

1450-1500 : 15,4 %

Monts du Forez

Plaine du Forez

1300-1350

5 %

40 %

1350-1370

7 %

41 %

1400-1420

46 %

58,8 %

1420-1440

46 %

58,4 %

17Toutes les zones rurales manifestent la même tendance au xve siècle, voire dès la fin du siècle précédent. Le passage du creux démographique à la stagnation puis à la reprise est sans doute le principal responsable de la nouvelle politique successorale. Pendant la récession, les survivants ont acquis des terres vacantes dans des conditions avantageuses et arrondi leur domaine. La natalité qui repart à la hausse leur fournit la main d’œuvre nécessaire, mais elle risque aussi de détruire l’ouvrage des « rassembleurs de terre ». Pour préserver le patrimoine foncier, il est divers moyens dont le plus énergique est de désigner un seul héritier.

18Cependant l’héritier unique a plus ou moins de succès selon les secteurs. En Lyonnais, il domine nettement dans l’Ouest du comté : 64 % des cas en Jarez, 80 % dans l’isolat de Saint-Symphorien (paysans seuls). En montagne, où le sol est médiocre et les pentes gênantes, beaucoup de tenures créées au xiiie siècle sont encore formées de parcelles contiguës sur lesquelles pèse une redevance globale. L’habitat comporte nombre de fermes isolées et de hameaux, où de vastes maisons abritent parfois plusieurs familles. C’est là que les paysans réagissent le plus vigoureusement contre le partage.

  • 3 Lorcin, 1981, p. 41-54.

19En revanche, l’héritier unique n’a aucun succès dans le petit massif calcaire situé au nord de Lyon, les Monts d’Or, spécialisés dans la viticulture et l’élevage des chèvres. Ici chaque famille tient une collection de parcelles (de 5 à 30) pour la plupart minuscules, éparpillées dans le terroir et supportant chacune sa propre redevance. Il est facile de distribuer terres et vignes à plusieurs enfants. Les pères sont pourtant tout aussi riches de progéniture qu’ailleurs, mais seuls 7,1 % de ceux qui ont plusieurs fils font héritier l’un d’eux3.

20Les sondages effectués en Forez montrent que l’héritier unique progresse partout bien qu’inégalement. Il est regrettable que l’on ne puise suivre le mouvement au-delà de 1440 faute de textes.

III. Le privilège de masculinité

21Les exemples donnés ci-dessus montrent que ce privilège pèse sur le sort des enfants dans tous les milieux. Il pèse même sur les enfants à naître. En règle générale, le posthume n’hérite que si c’est un mâle.

22Ainsi Lancelot de Tolone, sergent d’armes du roi, décide en 1453 que si sa femme accouche d’une fille, celle-ci sera dotée « juxta decenciam ». Si c’est un garçon, il héritera avec son frère Louis (4G 65, 39vo).

23Comme on pouvait s’y attendre, c’est dans la noblesse que la primauté des mâles est la plus visible.

Tableau 29. Pourcentage des enfants désignés comme héritiers

Fils

Filles

Nobles

65,6 %

10,0 %

Roturiers des campagnes

67,2 %

15,9 %

Habitants de Lyon

79,2 %

28,8 %

24Chevaliers et donzeaux transmettent non seulement des biens à gérer, mais des pouvoirs à exercer, des tâches militaires à accomplir. Même le manque de fils ne garantit pas que les filles seront nommées héritières à leur place. Témoin le testament de noble Zacharie de Fontaneys, fait en 1425. Il a 5 filles, dont trois sont moniales, une mariée et une autre veuve. Il désigne comme héritier Arnod de Fontaneys, son neveu, qui devra porter « cognomen et arma » du testateur. Si le neveu meurt sans descendant direct, lui sera substituée Catherine, sa fille qui est veuve, puis les enfants de Marguerite, sa fille épouse du donzeau P. de Tarare (4G 66, 14). Sans doute Catherine sera-t-elle remariée dans l’intervalle.

25Le plus souvent en effet, la fille nommée héritière l’est parce qu’il n’y a pas d’autre descendant direct et qu’elle est déjà mariée. Son époux la secondera dans les responsabilités du seigneur foncier ou du châtelain, qui en même temps est vassal d’un plus grand. C’est le cas par exemple dans le testament du donzeau Berthier d’Affoux en 1341 (4G 41, 117) et dans celui du donzeau Jean Arod en 1449 (4G 66, 54v).

26Il arrive aussi qu’un seigneur sans enfant désigne pour lui succéder « le ou la posthume » sans distinction de sexe, comme le fait G. Jossard en 1466 (4G 69, 54). Les origines urbaines de ce lignage ont-ils influencé sa décision, on ne saurait le dire.

27Mais dans la majorité des cas, la maisonnée du chevalier ou du donzeau paraît suffisamment riche en descendants mâles... Le surplus des enfants est dirigé vers les ordres religieux. Le chevalier Jean de Bonefond, seigneur d’Eys dans les Monts du Forez, a 4 fils dont un héritera. Les autres sont ou seront d’Église. Il a également 6 filles, dont quatre seront dotées et deux mises au couvent (B 1881,61). Ce genre de règlement successoral est courant, surtout en Forez où les familles seigneuriales semblent particulièrement prolifiques. Mettre une fille au couvent revient moins cher que de la marier, comme on le verra plus loin.

28Les monastères féminins n’accueillent alors que des filles de la noblesse, à la rigueur du patriciat urbain. Les paysans chargés de famille n’ont donc pas cette ressource. Pourtant le privilège de masculinité est moins impérieux que chez les nobles. Il arrive plus souvent qu’une fille soir préférée à son ou ses frères. L’essentiel est en effet que les terres et les bêtes soient gouvernées par quelqu’un de capable. Le testateur ni la testatrice n’explique les raisons de son choix, mais on peut supposer que l’héritière en question est plus robuste et expérimentée que ses frères. Ainsi un testateur de Messimy en 1492 lègue 20 l.t. à son fils Antoine ainsi qu’à sa fille Marie. Celle-ci recevra sa dot par 2 l.t. chaque année à partir de son mariage. Le père désigne comme héritier sa fille Jeanne, qui est mariée (4G 75, 131).

29Il peut se faire tout simplement que les garçons soient trop jeunes, ce qui doit arriver surtout dans des familles recomposées.

Notes

1 Fédou, 1954 et 1966.

2 Dans le Comtat, malgré les crises démographiques, le partage en parts égales progresse encore au xve siècle, en ville surtout. « La vie de famille s’inscrit dans le temps court, elle n’a pas de profondeur généalogique. » Chiffoleau, 1980, p. 66-72.

3 Lorcin, 1981, p. 41-54.

© Presses universitaires de Lyon, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site