Version classiqueVersion mobile

« D’abord il dit et ordonna... »

 | 
Marie-Thérèse Lorcin

Première partie. La pratique du testament

Chapitre III. Mesurer, peser, compter, dater : l’outillage matériel et mental du quotidien

Texte intégral

I. Mesurer

1Les mots qui servent à désigner les unités de surface montrent que pour les terres et les prés, ces unités furent calculées d’après la quantité de semence, pour les vignes d’après le temps de travail.

2Bien que les mots soient les mêmes dans toute la région, ils ne désignent pas nécessairement la même superficie. En effet chaque châtellenie avait ses propres mesures. Aussi les valeurs indiquées sont-elles toujours approximatives.

  • 1 Vial, 1920.

3Pour mesurer les grains1

en Forez

à Lyon

bichet (ou métier)

20 litres environ

34 litres environ

demenc- 2 bichets

40””

quartal- 4”

80 »”

ânée =6”

120”

209””

émine- 8”

160”

setier-16”

320””

4Un setier de grains correspond à la ration (de pain et de bouillies) d’un moine pendant un an.

-1 quarteron = 1/2 bichet

-1 coupe = 1/3,1/4 ou 1/6 de bichet selon les lieux

5Pour mesurer le vin

à Lyon

-1 barrai

46,60 litres

-1 ânée = 2 barraux

93,21”

-1 carte (ou quarte) = 1/4 barral

12”

-1 botte = 4 à 6 ânées

6Pour mesurer les terres

Lyonnais

méterée ou bicherée

12,93 ares en moyenne

coupée = 1/2 bicherée...

3,24 »

ânée =6

77,52”

demencherée = 2

25,86”””

7Pour mesurer les vignes

journée (= hommée = fesorée)

4,31 ares””

8Pour mesurer les prés

sétérée ou seytour

32 ares

II. Compter

  • 2 Fournial, 1970.

9Comme ses voisins, le royaume de France a une monnaie de compte qui traverse les siècles sans changer : 1 livre vaut 20 sous, 1 sou vaut 12 deniers. Mais les monnaies réelles sont diverses et instables. Les princes qui ont le droit de battre monnaie font frapper des deniers, des pièces valant 1/2 ou 1/3 de denier (oboles, agulhons, mailles, etc.) et des sous ou gros, dont la teneur en métal et la valeur déclarée sont variables. Dans la région circulent surtout le viennois2, frappé par l’archevêque de Lyon, et le tournois, venant du domaine royal. L’instabilité étant grande, les testateurs prennent parfois soin de préciser de quelle monnaie ils parlent. Ex. : « à son fils Étienne, il donne 15 livres de viennois en 2 ans, de la monnaie dont 1 gros tournois d’argent vaut 20 deniers viennois » (4G 41, 21vo). Entre 1350 et 1377 se met en place un système plus stable fondé sur le florin et sur le franc or :

1 florin =12 gros.

1 gros = 24 deniers petits ou oboles parisis.

On revient au système livre, sou, denier dès 1377 :

1 franc or = 1 livre tournois = 16 gros de florin.

1 écu = 22 sous 6 den. ou 18 gros ou 1 florin et demi.

III. Dater

10Le testament est en principe toujours daté, et s’il est fait selon la procédure orale puis enregistré, il peut contenir jusqu’à 5 ou 6 dates.

11Pour tous les Foréziens, à peu d’exceptions près, l’année commence à Pâques. Mais les notaires emploient et propagent le système de datation dont nous usons encore actuellement (le mois et le quantième du mois), tandis que pour la plupart de leurs clients les repères normaux sont des fêtes liturgiques et des travaux et rites agraires. Par exemple, un paysan dira que un tel a testé 3 jours avant la Saint-Barthélemy, ce que le notaire traduit par « le 21 août », ou bien le lendemain de la Saint-Jean-d’hiver, ce qui pour le notaire veut dire le 28 décembre.

  • 3 Lorcin, 1987.

12Comme ailleurs, la datation laïque progresse. Sur 2 569 dates relevées entre 1300 et 1460, les dates données sans référence liturgique représentent entre 1300 et 1320 : 18,7 % du total, alors qu’entre 1420 et 1460, elles représentent 72,8 %3. Mais les documents donnent ici une image déformée de la réalité. Si les testaments nuncupatifs oraux restaient majoritaires comme ils le sont au début du xive siècle, la datation liturgique garderait certainement une place plus importante.

13Le calendrier liturgique est le calendrier rural par excellence pour plusieurs raisons (cf. fig. 5). La première est qu’il est seul annoncé : le curé chaque dimanche dit au prône quelles sont les fêtes de la semaine à venir. La seconde est que ce calendrier en usage depuis des siècles est intimement lié au rythme des travaux agricoles. Les semaines chômées obligatoires sont placées hors de la période des gros travaux : entre Noël (25 décembre) et l’Épiphanie (6 janvier) puis de part et d’autre du jour de Pâques. En revanche, certains rites agraires, certaines obligations sont accrochés aux fêtes du calendrier chrétien. À l’Annonciation (25 mars), on paie les dots et les pensions, à la Saint-Jean Baptiste (24 juin), on embauche les valets, à la Saint-Michel (29 septembre), on paie les redevances annuelles et l’on ouvre les champs à la dépaissance. D’anciens rites agraires d’origine païenne, ayant pour but d’attirer sur les champs et les troupeaux la faveur des puissances d’en haut, sont toujours célébrés lors de fêtes chrétiennes, par exemple les Rogations pendant les trois jours qui précèdent l’Ascension. Le premier dimanche de Carême ou dimanche des Brandons, avait une grande importance en Forez, où les jeunes gens du village parcouraient les vergers, armés de brandons enflammés, en sommant les arbres de donner de bons fruits.

14L’inconvénient de ce calendrier est que le cycle de Pâques est mobile : Pâques tombe selon l’année entre le 22 mars et le 25 avril. Le Carême commence donc à une date comprise entre le 8 février et le 14 mars, Pentecôte tombe entre le 10 mai et le 13 juin. Mais le reste de l’année n’a que des fêtes fixes, et l’année entière est jalonnée de fêtes en l’honneur de la Vierge ou des saints qui sont toutes fixes. On remarque dans les testaments que les fêtes fixes sont les repères préférés.

Figure 5. Calendrier liturgique et agraire (ci-dessus et page ci-contre)

15Pour les habitants des campagnes, villages et villotes, très sensibles aux rythmes biologiques, ce calendrier à la fois liturgique et agraire fait partie intégrante de la coutume.

Notes

1 Vial, 1920.

2 Fournial, 1970.

3 Lorcin, 1987.

Table des illustrations

Légende Figure 5. Calendrier liturgique et agraire (ci-dessus et page ci-contre)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19819/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19819/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 293k

© Presses universitaires de Lyon, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search