Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« D’abord il dit et ordonna... »

 | 
Marie-Thérèse Lorcin

Première partie. La pratique du testament

Chapitre II. Démographie et testaments

Texte intégral

  • 1 Voir la synthèse dans Carpentier et Le Méné, 1996, 361-453.

1Traiter la question de la démographie et des testaments oblige à raisonner sur des quantités et des pourcentages qui font sourire les spécialistes d’histoire contemporaine, plus gâtés en fait de sources, et contraint les médiévistes à multiplier les savants exercices d’autocritique. Ce sujet est pourtant un préliminaire indispensable. La conjoncture démographique pèse sur la manière dont les testateurs règlent leur succession et n’est pas sans influencer la manière dont ils distribuent aumônes, messes ou pensions. De plus, les testaments sont irremplaçables en tant que source pour étudier la population, et c’est le cas en Lyonnais comme en Forez. De fait, lorsqu’on aborde la démographie régionale d’une période connue pour ses fléaux, la famine, la peste et la guerre, il est commode et réconfortant de disposer d’une source sérielle telle que les testaments des xive et xve siècles. La continuité dans le temps, l’ampleur de l’espace balayé permettent de coordonner les renseignements ponctuels tirés des sources fiscales, des terriers, des livres de comptes1.

  • 2 Fournial, 1967, p. 263-399 ; Lorcin, 1974, p. 209-249 ; Lorcin, 1981, p. 11-23.

2Les conclusions tirées voici plus de trente ans sur le Forez par Étienne Fournial et par moi-même sur le Lyonnais ne seront point, on s’en doute, jetées bas par le présent passage2. Il s’agit simplement d’apporter des compléments et des nuances. Compléments tirés par exemple de la seconde série des testaments foréziens (de B 1882 à B 1901, soit 2977 textes de plus), qui permet d’allonger jusqu’au milieu du xve siècle l’étude qu’Étienne Fournial arrêtait à 1415. À l’aide d’isolats de sondage supplémentaires, on peut aussi affiner certaines démonstrations. Enfin quelques thèmes nouveaux sont introduits, par exemple l’étude du délai séparant le testament de sa publication, et par ce biais, du décès du testateur.

3Un corpus testamentaire permet d’aborder la démographie de trois manières. La date des testaments peut fournir la courbe approximative de la mortalité des adultes. Le nombre d’enfants nommés par des testateurs indique les variations du cœfficient familial. Enfin la carte des paroisses d’où proviennent les testaments correspond théoriquement à la répartition du peuplement.

4Chacun de ces thèmes exige une critique serrée des sources, le troisième tout particulièrement car la distribution géographique des documents fait intervenir des facteurs politiques et administratifs.

I. La mortalité des (hommes) adultes

5La courbe des testaments lyonnais, étalée sur deux siècles et celle des testaments foréziens, bornée à 150 ans (cf. fig. 2), présentent de frappantes similitudes mais aussi quelques bizarreries. Il est inutile d’en mener l’examen décennie par décennie car elles ont déjà été étudiées avec minutie dans le passé. Je reviendrai simplement sur ce qui concerne les premières épidémies de peste et leurs traces inégales.

1. La peste et ses traces

6Les pics de mortalité sont les mêmes sur les deux courbes. Ce sont, au reste, ceux de tout le royaume, brutalement atteint par la pandémie qui trouvait un terrain préparé par des famines.

Testaments enregistrés :

en 1348

en 1361

à Lyon

376

206

à Montbrison

173

271

7Dans le détail du corpus on constate parfois un léger décalage entre les deux zones. Mais si l’on considère non plus des années isolées, mais de courtes périodes de 3 à 10 ans, on voit que les « années noires » sont bien les mêmes.

Testaments lyonnais

Testaments foréziens

1347-1349

500

353

1360-1362

292

366

1390-1400

495

788

8Les deux courbes sont également d’accord pour montrer que la dernière crise démographique se prolonge jusque vers 1420, année marquée par un retour de la peste. Ces crises répétées jalonnent la longue dépression qui s’étire de 1340 à 1420 environ, et dont le cœfficient familial montrera, mieux que la courbe des testaments enregistrés, la durée et l’ampleur. Le xve siècle est dans l’ensemble moins éprouvé que le précédent. Toutefois les testaments foréziens n’étant plus enregistrés au-delà du milieu du siècle, les textes lyonnais seuls indiquent la brusque hausse de la mortalité qui se produit en 1482. Cette pointe ultime n’est pas isolée car le dernier quart du siècle est marqué par une recrudescence des décès.

9Dans ce survol de la longue durée, il ne faut pas perdre de vue qu’entre 1340 et 1420 environ, on est passé du « monde plein » à un monde vidé du tiers au moins de ses habitants. La ville de Lyon par exemple, pouvait avoir en 1320, d’après les estimations de J. Rossiaud, de 15 à 18 000 habitants, mais cent ans plus tard, on n’y dénombre qu’environ 1500 feux, avec un cœfficient familial en chute libre.

Figure 2. Comparaison du monde de testaments enregistrés chaque année entre 1300 et 1519 par l'Officialité de Lyon et la Cour de Forez

  • 3 Rossiaud, 1990, p. 351 et suiv.

10Dans des contextes si différents, le nombre des testaments enregistrés n’a pas la même signification. Dans la série 4G, 178 testaments entre 1420 et 1429 sont à peine moins inquiétants que 832 entre 1340 et 1349. Par la suite, entre 1420 et 1460, la moyenne annuelle se maintient constamment en dessous de 20. Tout semble donc aller pour le mieux, mais comment expliquer que d’autres documents d’archives, qui n’ont rien à voir avec la démographie, se raréfient en même temps3 ?

11Si les deux courbes présentent des similitudes évidentes, elles offrent aussi quelques sujets de perplexité.

12La moyenne annuelle des testaments enregistrés par la cour comtale de Forez est, rappelons-le, de 40, tandis qu’elle n’est que de 21 à Lyon. On s’attendrait donc à ce que la pointe record, celle de l’an 1348, s’élève plus haut en Forez qu’en Lyonnais. Or c’est l’inverse. Pourtant l’étude minutieuse conduite par Étienne Fournial à l’aide de tous les documents existants l’amenait à conclure que dans l’ensemble du comté, la ponction opérée sur la population par la première épidémie de peste fut du tiers. Cela met le Forez à égalité avec les régions voisines. Alors pourquoi « seulement » 165 testaments en 1348, pourquoi 353 testaments en trois ans quand à Lyon en sont enregistrés 500 ?

  • 4 Lorcin, 1998, 1.

13Il se peut que la peste ait effectivement sévi plus durement à Lyon et dans les autres localités situées dans le couloir rhodanien. Mais le rythme et les modalités de l’enregistrement portent sans doute leur part de responsabilité, dans cette affaire comme en bien d’autres circonstances. D’une part, la cour comtale dut se trouver devant un brusque afflux de textes à copier alors que juristes et scribes payaient leur tribut à la contagion comme les autres4. D’autre part les notaires qui instrumentaient dans le comté apportèrent sans doute les actes avec retard. Les testaments de la terrible année 1348 se trouvent en effet éparpillés dans 20 des registres foréziens, de B 1857 à B 1877. Bon nombre de testaments ne furent sans doute pas enregistrés du tout.

14C’était, au reste, un fait avéré. L’official de Lyon Guillaume du Bourg, qui s’occupa beaucoup de réglementer la pratique testamentaire, enjoignait aux curés et vicaires, dès 1325, d’enquêter dans leurs paroisses au sujet des testaments non enregistrés.

15À Lyon, l’enregistrement fut perturbé aussi.

16L’enregistrement des testaments de la Peste Noire

Forez :

les testaments faits en 1348.

Enregistrés dans 15 registres, (B 1857 à B 1877)

Nombre : 173

Les 5 premiers registres en contiennent 149 soit 86,1 %

Lyon :

les testaments faits en 1347, 1348 et 1349.

Nombre : 500

Enregistrés dans 11 registres (4 G 43 à 4 G 57)

Les 5 premiers registres en contiennent 372 soit 74,4 %

17Il est difficile d’expliquer la montée spectaculaire de la courbe forézienne entre 1310 et 1320. Étienne Fournial a décelé dans le premier tiers du xive siècle de mauvaises années marquées par de mauvaises récoltes, des épizooties et déjà une recrudescence de mortalité, avant même la décennie 1340-50. Mais dans le cas précis de la décennie 1310-1320, on peut se demander si le gonflement n’est pas en partie dû à ce que l’on passe d’un enregistrement ne portant que sur les testaments de l’élite (nobles, bourgeois de Montbrison) à un enregistrement plus large qui draine les testaments des petites gens, presque tous des testaments nuncupatifs oraux. Marguerite Gonon estime à 66 % la part des paysans dans les testaments du xive siècle, alors qu’au siècle précédent, un seul texte peut être attribué à un paysan.

18Un trait commun aux testateurs lyonnais et foréziens qui, au reste, n’en ont pas l’exclusivité, est l’importance qu’ils donnent aux grandes épidémies comme moyen de dater les testaments. Ce sont, dans les dépositions des témoins, des jalons exceptionnels dans le cours du temps qui ramène chaque année les mêmes travaux agraires, les mêmes fêtes calendaires, la même alternance de « jours gras » et de « jours maigres ». Il arrive que les témoins aient oublié quel jour de l’année le testateur s’est exprimé devant eux, mais si c’était « l’année de la grant mortelite », ceux qui survivent s’en souviennent longtemps après. Des sept témoins d’un testament fait en 1348 convoqués par le juge en 1357, il n’en peut venir que quatre. Les autres sont tous morts, « quia erat tanta pestis mortalitat » (B 1862, f° 148v.).

19On rencontre une trentaine de mentions de ce genre dans les testaments foréziens. Les testaments enregistrés à Lyon contiennent des témoignages analogues.

  • Hugonet, fils de feu J. Durand de Liergues, a testé « tempore mortalitat nuper preterita », disent les témoins le 7 décembre 1349 (4 G 45, 66)

  • Durand al Peyreu, de la paroisse de Châtillon d’Azergues, a testé « in mortalitate » vers la fête de l’Assomption (4 G 45, 117)

  • Romain Roland de Saint-Romain-de-Couzon, a testé « in magna mortalitat noviter lapsa ». Les témoins déposent le jeudi avant la Purification de la Vierge 1350 (4 G 45, 131).

  • Jean Purchier de Quincieux a testé « in mortalitate que fuit mense augusti nuper lapsus » (sic) (4 G 45, 136).

20L’épidémie de 1362 sert de repère elle aussi, mais avec une moindre fréquence.

21Une fois installée en Occident, la peste ne disparut pas, mais ressurgit de temps à autre sous forme d’épidémies régionales, voire locales. L’année 1420 par exemple vit une forte recrudescence des décès, que signale le brusque augmentation du nombre des testaments. On trouve dans le comté de Forez :

61 testaments en 1419

176 testaments en 1420

38 testaments en 1421

22À Montbrison, le testament du charpentier Pierre Bonit, fut fait « certa die [...] tempore impedinies (sic) que regnavit in hac villa ». (B 1891, 9). Jeanne, épouse de P. Pelletier, testa le jeudi 14 novembre « in lecto infecta moro seu impedimia » (B 1891, ln). Le même registre contient plusieurs testaments de malades « in lecto » datés de la même année 1420.

23Ces terribles souvenirs sont toujours évoqués avec brièveté. Un seul mot suffit : « la mortalité ». Les témoins ne vont jamais jusqu’à dire combien de personnes de leur parenté ou de la paroisse ont disparu. Ils ne donnent pas de détail distinguant une épidémie des autres, l’une tuant davantage les enfants, etc. Est-ce le notaire qui impose ce laconisme, est-ce les témoins qui préfèrent évoquer sobrement un passé effrayant et encore très proche, on ne sait.

2. Du bon usage des isolats

24Dépouiller une source sérielle pendant des années donne souvent l’occasion de s’interroger sur la valeur des sondages, sur la conformité de la partie avec le tout.

25La méthode la plus satisfaisante semble être celle des isolats, groupes de paroisses mitoyennes, si possible entourant une bourgade plus importante, dont on dépouille la totalité des textes disponibles. Une ville importante forme un isolat à elle seule. Si l’on confronte la courbe des testaments de Lyon et celle dressée à l’aide des 786 testaments de 5 isolats ruraux du Lyonnais (cf. carte 2), on voit qu’elles sont conformes à celle que l’on obtient à partir de l’ensemble des testaments de la série 4G. Une expérience analogue a été tentée sur les testaments foréziens (cf. carte 3). Les testaments de Montbrison, ceux d’un isolat de plaine (10 paroisses autour de Cleppé) et d’un isolat de montagne (10 paroisses autour de Saint-Just-en-Bas) soit 912 testaments en tout, donnent une courbe conforme à celle de l’ensemble de la série B. Les nuances locales s’effacent quand le nombre des documents dépasse 5 ou 600.

26Un seul isolat ne donne pas à lui seul des résultats fiables. Cependant les différences que l’on constate d’un isolat de sondage à un autre peuvent, avec prudence, être exploitées. C’est ainsi que l’on peut tenter d’estimer la différence de résistance face à la peste.

  • 5 Lorcin, 1973.

27L’isolat de Saint-Symphorien-sur-Coise (alors appelé Saint-Symphorien-le-Château) fournit 103 testaments. Deux seulement sont datés de 1347 (dont l’un d’un testateur dit « sain de corps et d’esprit »), deux de 1348. Le suivant est de 1359. La peste semble ici étonnamment peu meurtrière. On est tenté d’attribuer sa mansuétude au fait que le groupe de paroisses en question est située à plus de 600 m d’altitude. C’est un facteur favorable que les chanoines de Saint-Jean, seigneurs de Saint-Symphorien, connaissaient bien puisqu’ils se réfugient plusieurs fois dans la petite ville au cours des siècles suivants. Mais Saint-Symphorien est aussi une étape sur la « Voie Lyonnaise » qui relie Lyon à Montbrison et par où cheminent hommes, bêtes et contagion. Si les testateurs de 1348 ne sont que deux, ce peut être aussi parce qu’ils ne furent pas enregistrés faute de personnel ou pour quelque autre raison. Le cas de cet isolat est donc douteux5.

28Il paraît toutefois moins anormal si l’on recourt à d’autres sondages permettant d’opposer plaine et montagne. Rappelons tout d’abord qu’en Lyonnais la peste arriva par la vallée du Rhône. En juin 1348 on décèle deux principaux foyers de contagion : d’une part Lyon et ses paroisses limitrophes, d’autre part le confluent du Rhône et du Garon (vers Givors et Millery). Au cours des trois années 1347,

291348 et 1349, les localités qui payèrent le plus lourd tribut à la maladie sont toutes situées dans la partie orientale du comté, à proximité du Rhône et de la Saône. Cette partie orientale est faite de vallées et de plateaux. L’ouest du comté, formé par les Monts du Lyonnais et les Monts de Tarare, semble avoir moins souffert.

30Étienne Fournial a voulu vérifier si la résistance des humains croît en montagne en comparant un groupe de paroisses de la plaine du Forez, situées autour de Feurs à 350 m d’altitude, et un autre groupe situé autour de Bellegarde sur le revers occidental des Monts du Lyonnais, entre 400 et 700 m d’altitude. Il y aurait eu, d’après les testaments, deux fois moins de décès en montagne qu’en plaine en l’année 1348. Autour de Feurs, la mort aurait éliminé en 3 ans 32 % de la population et seulement 17 à 18 % en montagne.

31Toutefois la différence d’altitude est faible. Les Monts du Lyonnais, que se partagent les deux comtés, sont échancrés de cols d’accès aisé. Ils sont séparés des Monts de Tarare par la grande vallée de la Brévenne. Leurs villages les plus hauts perchés sont situés entre 700 et 800 mètres. Il en va tout autrement de l’imposante barrière que les Foréziens appellent les Monts du Soir et qui comprend les Monts du Forez, les Bois Noirs et les Monts de la Madeleine. Voilà, si j’ose dire, de la vraie montagne... Cette barrière culmine à 1 634 m et surtout elle est compacte, difficile à traverser en hiver, même de nos jours, comme si la nature avait voulu empêcher Auvergnats et Foréziens de fraterniser. Les 10 paroisses que j’ai choisies autour de Saint-Just-en-Bas se trouvent entre 890 et 1 050 mètres d’altitude. L’autre isolats, autour de Feurs, ne dépasse pas 300 à 350 m. Confrontons le stock de testaments des deux isolats et la place que tiennent ceux de la décennies 1340-1349 (cf. fig. 3) :

32Plaine : 68 testaments sur 195, soit 34,8 %

33Montagne : 36 testaments sur 406, soit 8,8 %

Carte 2. Les isolats de sondage du Lyonnais (série 4G)

34Le contraste apparaîtra mieux lorsque l’on étudiera plus loin le cœfficient familial. Mais dès à présent il paraît bien que la peste, qui franchit les frontières des Etats et les fortifications des villes, fait moins de ravages en montagne, et que les testaments en sont témoins. Faut-il attribuer ce privilège à l’altitude et au froid de l’hiver, à la dispersion de l’habitat et à sa faible densité, à l’éloignement des routes et des grandes agglomérations, foyers de maladie par excellence ? A tout cela ensemble sans doute. Toujours est-il que les Monts du Forez, comme nous le verrons bientôt, demeurent le réservoir de main d’œuvre dont la plaine a parfois besoin.

Carte 3. Les isolats de sondage en Forez

3. Le délai entre tester et mourir

35Tous les historiens qui utilisent les testaments ont un jour ou l’autre entendu cette question : ne peut-il se faire que les testateurs vivent encore des années après avoir testé ? Et peut-on se fier au nombre annuel de testament pour étudier les variations de la mortalité ?

  • 6 Le corpus ne fournit pas l’occasion d’étudier les « testaments multiples » faits par une même perso (...)

36Quelle que soit la procédure suivie, jamais le testament n’indique la date du décès. Aussi la réponse à la question est-elle malaisée si l’on ne peut trouver d’autres actes, tels que les inventaires après décès. Or dans la région, parmi les 10 000 textes du corpus, il y a une dizaine d’inventaires à peine. On ne peut guère compter non plus sur les codicilles, peu nombreux et souvent ajoutés le jour même du testament ou peu après. L’énorme majorité des testateurs appartenant à la foule des obscurs et des sans grade, la seule trace écrite de leur existence est précisément leur testament. Les nombreux terriers dépouillés jadis ne m’ont fourni que des compléments dérisoires6.

Figure 3. Testaments recencés sur 2 isolats de sondage en Forez et Montbrison

Tableau 17. Délai entre testament et formalités dans 996 testaments solennels et nuncupatifs oraux

Tableau 17. Délai entre testament et formalités dans 996 testaments solennels et nuncupatifs oraux

37Pourtant ce corpus régional offre des ressources que ne connaissent pas les collections formées uniquement de testaments publics, la forme la plus courante qui s’impose partout. Ce sont les formalités qui suivent la mort du testateur lorsqu’il s’agit d’un testament solennel ou d’un testament nuncupatif oral. Car si l’on procède à l’ouverture et à la publication du premier, si l’on convoque les témoins du second pour mettre par écrit ce qui restait jusqu’alors confié à leur seule mémoire, c’est que l’auteur du testament n’est plus.

38Le testament solennel ou mystique est écrit par le testateur s’il le peut, ou par un clerc sous sa dictée. Le document est présenté clos à sept témoins qui apposent leur sceau sans connaître la teneur de l’acte. Le rôle de ces témoins consiste simplement à reconnaître leurs sceaux lorsque après le décès, le juge de Forez ou le notaire par lui délégué leur présente le manuscrit. Après quoi le testament est ouvert et lu devant témoins, parents et amis assemblés. Il est ensuite copié et mis en forma publica, c’est-à-dire pourvu des signes d’authenticité par le notaire, qui le fait sceller par la cour comtale. Cette publicatio est, bien entendu, datée. Le texte enregistré contient donc deux dates, celle du testament et celle de la publication.

39Les testaments solennels enregistrés dès la fin du xiiie siècle ont presque tous pour auteur des nobles, ou sinon des hommes d’affaires de Montbrison. Ils organisent longtemps à l’avance leur succession, en multipliant les substitutions d’héritiers, en prévoyant le sort d’éventuels posthumes, etc. Les intérêts en jeu sont importants et la parenté n’attend guère, après le décès du testateur, pour demander l’ouverture du testament. On peut sans grand risque prendre la date de la publication comme butoir, faute de disposer de la date du décès. Mais ces testaments se raréfient dès le premier quart du xive siècle. Dès 1340, le testament solennel est devenu une exception. Au xve siècle, on en trouve un seul.

40Ce sont les testaments nuncupatifs oraux qui prennent le relais dans un premier temps, et cela dans tous les milieux sociaux. Pourtant la grosse masse de ceux qui affluent dès les premières décennies du xive siècle proviennent de petites gens des villages et des bourgades. Ce sont ces testaments oraux qui fournissent les dates les plus utiles à notre propos, mais leur cas est aussi plus compliqué que le précédent.

41Le texte enregistré d’un testament nuncupatif oral contient en principe trois dates, comme le montre l’exemple suivant. Le testament de Durand Menard, de la paroisse de Chérier, fut fait le jeudi avant la Saint-Martin-d’hiver (qui est le 11 novembre), dans la maison du testateur, en 1434. Le lieutenant du juge de Forez fit convoquer les témoins par Berthier Girard, sergent de Forez, pour qu’ils viennent le lundi veille de Saint-André, 29 novembre 1434, à Chérier dans la maison de la cure. Les témoins firent leurs dépositions en ce lieu devant Pierre Barelli, juré de la cour de Forez, pour ce mandaté. La publicatio (mise en forma publica) fut faite à Montbrison le samedi 19 mars 1435 (B 1896, 60v°).

42Le testateur dut mourir peu après avoir testé, puisque la première étape des formalités, la résomption des témoins, eut lieu dans le courant du même mois de novembre 1434. En général la seconde étape, la publication, suit quelques jours plus tard, mais dans le cas ci-dessus elle n’a lieu qu’en mars de l’année suivante. Si la date de la comparution des témoins manque, on peut à la rigueur prendre celle de la publication comme butoir.

43Jamais le notaire ne pose aux témoins la question de la date du décès, ou du moins jamais il ne juge nécessaire d’inclure ce renseignement dans le texte qu’il rédige. Il arrive cependant que les témoins évoquent le décès de façon détournée. C’est le cas en début de période, dans le registre B 1851 qui contient 50 testaments nuncupatifs oraux faits entre 1296 et 1317. Dans 42 de ces textes, les témoins disent que le testateur « mourut du mal dont il souffrait », sans doute peu de temps après.

  • 7 Howell, 1998, p. 93.

44Les testaments de paysans, artisans et autres petites gens que la cour comtale parvient à centraliser en quantité dès 1310 semblent faits en majorité à l’article de la mort. Le préambule signale que l’auteur était « malade de corps mais sain d’esprit », et de ce mal il meurt peu après, comme le disent les témoins. Martha Howell constate la même chose à Douai7.

45Cependant les mentions de ce genre vont se raréfiant. Peut-être l’hécatombe de 1348 les a-t-elle fait disparaître parce qu’inutiles, la mort rapide étant devenue la norme. Les épidémies suivantes ne firent pas ressurgir ces utiles renseignements. Mais au cours du premier tiers du xve siècle, on ne sait pourquoi, ils réapparaissent dans quelques dépositions sous une forme un peu différente. Tel testateur « fut enseveli le vendredi suivant » (B 1881, f° 150). Tel autre « vécut deux jours après avoir testé » (B 1888, f° 7).

46Ces cas peu nombreux (une cinquantaine) permettent de constater que lorsque les proches du testateur s’adressent à l’administration comtale pour que soient convoqués les témoins et que le testament devienne un écrit authentiqué, le testateur est mort depuis un certain temps, voire depuis longtemps. C’est du moins ce que l’on voit grâce au registre B 1851 cité plus haut. Dans les 42 cas où le testateur « est mort du mal dont il souffrait », le temps qui s’écoule entre le testament et la résomption des témoins est très variable. Dans 25 cas, le délai est inférieur à 3 mois, dans 7 cas de moins de 6 mois, dans 5 cas de moins d’un an, et dans trois cas de 1 à 4 ans. Il est même deux cas qui semblent aberrants : 5 ans et 14 ans.

47On a l’impression que si le comte de Forez depuis 1286 ordonne que les testaments soient régularisés et enregistrés, ses sujets n’en voient pas la nécessité, du moins au début. Ces formalités font perdre du temps puisqu’il faut se déplacer deux fois pour se rendre au chef-lieu de la châtellenie, voire à Montbrison, elles coûtent de l’argent, et surtout elles donnent aux hommes du comte, juristes et sergents, l’occasion de s’immiscer dans ce qui était, selon la coutume locale, une affaire privée.

48Cependant le nouvel usage, peu à peu, se généralise et les Foréziens s’y habituent. D’une part, dès la fin du xive siècle la plupart de ceux qui testent ont adopté la procédure du testament public, d’autre part l’entourage de ceux qui préfèrent l’ancienne procédure orale cesse de faire traîner les choses comme à plaisir. Les précisions données entre 1410 et 1435 montrent que le laps de temps entre testament et convocation des témoins fut deux fois de moins d’un mois, 5 fois de moins d’un an, 2 fois d’un an et plus. Mais il n’est plus aucun délai supérieur à 3 ans.

49Ces précisions sont trop rares pour se prêter à des statistiques. Il faut donc, pour disposer de plus grandes quantités, recourir à la méthode exposés plus haut : calculer la durée qui sépare le prononcé du testament par le testateur et le début des formalités qui suivent son décès. Ce qui est possible pour environ un millier de textes, dont les deux tiers sont antérieurs à 1380.

50Le tableau 17 confirme que la pratique testamentaire se régularise progressivement. Entre 1320 et 1440 environ, la durée la plus brève, qui est d’une semaine, passe de 3 à 11 % des cas. Les testaments publiés en moins d’un mois passent de 21 à 39 %, et les très longs délais, supérieurs à 5 ans, deviennent exceptionnels. Dans le second quart du xve siècle, 90 % des testaments nuncupatifs oraux enregistrés sont écrits et mis en forme authentique dans l’année. On ne peut savoir s’il existait un délai réglementaire. On ne sait pas non plus combien de testaments oraux ne furent jamais écrits et restent de ce fait ignorés de l’historien.

  • 8 Courtemanche, 1997, p. 15-45.

51Les testaments des « gens du roi » enregistrés par le Parlement entre 1420 et 1421 furent pour les deux tiers rédigés au cours de l’année qui précéda la mort, dont 30 % au cours du dernier mois8. On aimerait bien pouvoir en dire autant des 5 000 testaments publics foréziens, mais c’est impossible.

52Le notaire qui reçoit un testament selon cette procédure doit sans attendre le porter à la cour comtale pour le faire authentiquer. Chaque notaire fait le voyage à Montbrison pour porter dans une sacoche tous les actes qu’il a reçus, et cela plusieurs fois par an. Mais cela ne nous dit pas quand est mort le testateur. Les dates que contient le texte enregistré (il y en a parfois 4 ou 5) permettent de faire l’histoire du texte, mais non l’histoire de son auteur.

53On observe donc, pour conclure, une tendance générale à la normalisation de la pratique testamentaire. Les Foréziens font de plus en plus confiance en l’acte écrit et semblent faire les formalités nécessaires dans des délais qui raccourcissent. Cela conduit à penser que la courbe annuelle des testaments enregistrés donne une image satisfaisante, dans son tracé chaotique, de la courbe réelle de la mortalité des adultes. Elle est sans doute plus juste à la fin qu’au début, puisque la publication des testaments oraux a quelque peine à entrer dans les habitudes. Peut-être devrait-on l’imaginer légèrement décalée vers l’amont... Mais dès les premières pandémies, les bonds que fait le nombre des testaments sont très exactement placés en 1348, en 1362, etc. Voilà qui rassure et qui fait apprécier le corpus. Il faut nécessairement une brusque augmentation de nombre pendant les pandémies. À Douai, il n’existe aucun testament de l’an 1348. Certaines villes du Midi, comme Toulouse ou Avignon, ne se distinguent pas non plus par la recrudescence des textes. Comme la peste a sévi partout, on ne peut attribuer ces différences qu’à la manière dont se sont constituées les collections (registres notariés, dépôt d’une copie dans les archives de la municipalité, enregistrement imposé par une officialité ou par un seigneur laïque, etc.).

54Toutefois une réserve s’impose : il s’agit surtout de la mortalité des hommes adultes... La place des femmes parmi les testateurs foréziens ne cesse de décliner en 150 ans, passant de 32 % à 22 %. C’est une question d’importance, dont il sera question plus loin.

Tableau 18. Les femmes testatrices dans le corpus forézien

1300-1349

457 sur 1 415 soit 32,2 %

1350-1399

640 sur 2 334 soit 27,4 %

1400-1449

587 sur 2 596 soit 22,6 %

Total

1 632 sur 6 227 soit 26,2 %

55Dans les isolats ruraux du Lyonnais, on ne constate pas une baisse aussi forte. Mais la part des testatrices, calculée sur deux siècles, n’est que de 24,5 %.

  • 9 Desportes, 2003, p. XVIII et XXVII.

56Les testaments de Saint-Quentin faits entre 1336 et 1368 ont la remarquable particularité de présenter une égalité numérique parfaite : 20 testateurs, 20 testatrices. Le lecteur serait tenté de voir là un pur hasard dû à l’étroitesse du lot. Cependant, à Saint-Quentin, les femmes peuvent non seulement tester, mais servir de témoin et même d’exécuteur testamentaire, ce qui est peu courant9. Dans le corpus lyonnais et forézien, on ne rencontre aucune femme nommée exécuteur.

II. Le cœfficient familial

57Une pandémie qui en 18 mois fait disparaître le tiers des habitants est un fait si rare que six siècles plus tard il impressionne encore le chercheur qui en relève les traces. Au xxe siècle, deux guerres mondiales et quelques autres incidents n’ont pas réussi à battre ce record.

58Pourtant la mortalité des adultes n’est pas l’indice le plus éclairant. Les capacités de redressement d’une population meurtrie se mesurent mieux par le cœfficient familial. Ce que les testaments peuvent procurer aussi, bien que de façon approximative. Le nombre d’enfants vivants nommés par les testateurs est une donnée objet de mainte critique. En effet le seul point commun de ces enfants est d’être en vie au moment où teste leur père ou leur mère. Il peut y avoir dans le lot des nourrissons et des adultes, dont certains ont eux-mêmes des descendants, des familles au début de leur histoire, d’autres terminées, d’autres recomposées... Aussi faut-il s’attacher aux tendances plus qu’aux chiffres, aux comparaisons plus qu’aux données isolées.

59Mais il est autrement plus long de compter les enfants mentionnés que de compter les testaments. Aussi ne peut-on présenter que des résultats partiels, en Forez aussi bien qu’en Lyonnais. Ces résultats, au reste, sont concordants.

  • 10 Fournial, 1967, p. 348.

60Étienne Fournial a dressé la courbe du cœfficient familial du Forez entre 1300 et 1410 à l’aide de 3 444 textes. Avant 1340, le nombre moyen d’enfants par testateur oscille autour de 2. Entre 1340 et 1390, il se maintient en dessous de 1,5. La dernière décennie du xive siècle le porte à 1,96, et la décennie suivante à 2,30. Cela traduit une longue période pendant laquelle le remplacement des générations paraît aléatoire. Il en est de même dans les isolats ruraux du Lyonnais, si l’on regarde la courbe dressée à l’aide des 650 testaments de laïcs qui en proviennent (cf. fig. 4). En 1350 et en 1390, le cœfficient descend en dessous de 1. Ses oscillations montrent à quel point sont fragiles les reprises qui s’esquissent après chaque épidémie10.

Figure 4. Le cœfficient familial dans les isolats du Lyonnais (sans Lyon)

61La reprise en revanche se dessine plus nettement à partir de 1410-142 Malgré une rechute au milieu du siècle, qui ne fait pas descendre le cœfficie au-dessous de 2,5, l’essor se poursuit. Il devient si fort qu’à la veille de la mauvai année 1482, il dépasse 5. C’est un véritable baby-boom, qui laisse deviner très fort taux de natalité. Le testateur en effet ne dit pas combien d’enfants a vu mourir avant lui, sauf en des cas exceptionnels. Il est regrettable que I testaments foréziens ne soient plus enregistrés après 1460, car le baby-boc semblait s’esquisser ici aussi, et plus tôt qu’en Lyonnais. En Lyonnais, on regrette surtout que les testaments soient peu nombreux entre 1420 et 1460, car l’essor démographique du dernier tiers de siècle a l’air de surgir du néant. On aimer ; en mieux discerner les étapes. D’autres isolats de sondage étudiés depuis peu, centrés autour de Chazay d’Azergues et de Millery, n’ont fourni sur ce point aucun éclaircissement.

62La confrontation entre les deux isolats foréziens déjà évoqués, l’un autour Cleppé, l’autre au sommet des Monts du Forez, est plus révélatrice. Les capacit de résistance des deux populations semblent bien différentes.

63Dans l’isolat de plaine, le cœfficient familial est constamment inférieur celui de l’isolat montagnard, sauf entre 1380 et 1420. Puis le redressement manifeste partout, mais la montagne prend dès le début une confortable avance (3,2 contre 2,5) qui s’accentue par la suite (3,8 contre 2,5).

64Deux autres indices peuvent être tirés des mêmes textes. Le pourcentage des testateurs sans enfant, calculé sur 150 ans, est le même dans les deux cas, et il est élevé : 52 %.

65En revanche, le pourcentage des testateurs qui ont 5 enfants vivants ou davantage est en montagne presque le triple de ce qu’il est en plaine. Les paroisses de montagne sont particulièrement riches en familles nombreuses pendant la dernière période. Entre 1420 et 1460, près de la moitié des testateurs énumèrent au moins 5 enfants, et certains en ont 9, 10, 11 en vie. Ce qui confirme que le baby-boom débute tôt en Forez, mais pas partout à la fois, et qu’il n’a pas partout la même vigueur.

66Voici l’exemple d’un testament venant d’un village du haut Forez. Le père de famille a 9 enfants d’âges variés. L’un s’est engagé dans la carrière ecclésiastique mais n’a pas encore été ordonné prêtre. Un autre est déjà marié et il a reçu sa dot. L’héritier, sans doute marié lui aussi, reçoit le patrimoine à charge de l’exploiter au mieux et de « caser » ses frères et sœurs. Un autre fils, le 7e, est décédé et laisse un garçon. Jean Forestier, du Mas Arnodent, paroisse de Saint-Bonnet-le-Courreau, teste le 1er novembre 1421. il laisse à l’héritier le soin de décider du nombre de prêtres et du luminaire pour sa sépulture, où l’on offrira aux pauvres un repas convenable de pain, vin et « pitancia ». Il donne à Barthélémy son fils, outre sa dot, 20 s. t. pour tout droit. Il donne à Jean, Vital, Mathieu, Mariette, Mathie et Alichée, ses enfants, à prendre sur les biens du testateur, 66 1. t., c’est-à-dire 10 1.t. à chaque Annonciation suivant leur mariage. Si l’un deux meurt, sa part fera retour à l’héritier. Tous seront nourris et vêtus par l’héritier jusqu’à leur mariage et pourront dans la maison « tenere suum lectum et unam archam ». Il donne à dom Pierre Forestier, sous-diacre, son fils, en viager la moitié de la maison appelée « lo fornier ». Il pourra recevoir sa vie durant vivres et vêtements. Quand il célébrera sa première messe, l’héritier sera tenu de fournir le repas et ses vêtements. Il désigne comme héritier son fils Martin. Il lui substitue en cas de décès Jean, fils de son fils Jean décédé, puis Vial, et ainsi de suite (B 1901, 6v°-8).

III. Géographie des testaments et géographie du peuplement

67Ce sont deux notions bien différentes.

68Dans la région étudiée, de décalage est dû à deux raisons essentiellement. D’une part, la densité des testaments dits foréziens est plus du triple de celle des testaments dits lyonnais. D’autre part, les anomalies que l’on observe sur les cartes sont souvent dues à l’intervention de facteurs politiques et administratifs sans rapport avec la distribution du peuplement.

1. Deux corpus de densité inégale

  • 11 Deniau, 1934, p. 31-35.

69Comme le montre le tableau suivant, le nombre moyen de testaments venant d’une paroisse forézienne approche de 25. Dans l’aire où l’officialité de Lyon réussit à drainer des testaments, elle n’est que de 7,3. Si l’on dressait une carte unique des deux ensembles, on aurait l’impression que le Forez est la partie la plus peuplée, plus peuplée même que le Lyonnais qui pourtant « grouille de monde » comme le remarquait déjà Jean Deniau11.

Tableau 19. L'inégale densité des testaments du corpus

Testaments

Paroisses

Nombre moyen de testaments par paroisse

Archives de la Loire, B 1851 à 1901

6 227

250

24,9

Archives du Rhône, 4G39 à 77 bis

4 275(1)

580

7,3

Classés selon les départements :

- Rhône

2 847

171

16,6

Sans Lyon

1 702

170

10,0

- Loire

368

160

2,3

- Ain

732

161

4,5

- Isère

251

51

4,9

- Jura

47

18

2,6

- autres

30

N. B. Les villes comportant plusieurs paroisses sont comptées comme une paroisse.
(1) Les autres testaments ne sont pas localisables.

70Encore faut-il ajouter au score des paroisses foréziennes les 368 testaments enregistrés à Lyon par l’official mais venant du comté de Forez. Le nombre moyen de testaments enregistrés dans une paroisse forézienne s’élève alors à 25,9, soit plus du triple d’une paroisse du corpus de l’officialité.

71Mais l’aire des testaments lyonnais, qui est nettement plus vaste que celle de la cour comtale de Forez, est d’une densité très inégale. Elle comporte des secteurs presque vides. En fait, 92 % des testaments enregistrés à Lyon viennent de trois départements actuels : Rhône, Loire et Ain. Dans cette zone restreinte elle-même, la densité est variable (de 16 à 3 par paroisse). À l’est de la Saône et du Rhône, les points sont bien peu serrés. Qui plus est, dans le département du Rhône, le Beaujolais, sa partie nord, fait figure de désert. Il en est de même de la partie sud, autour de Condrieu.

72La zone où les testaments enregistrés par l’official sont les plus nombreux est donc de faible étendue. Elle correspond au comté de Lyon, là où l’Église de Lyon (archevêque, chapitres et abbayes) détient l’essentiel des pouvoirs (cf. carte 4).

73Dans cette aire modeste, la répartition des testaments correspond grosso modo à celle du peuplement. On remarque en effet que les quatre localités qui, en dehors de Lyon, fournissent plus de 50 testaments chacune sont les trois villes fortifiées d’Anse, Saint-Symphorien-sur-Coise et Saint-Genis-Laval, et l’importante châtellenie de Saint-Cyr au Mont-d’Or. Mais Condrieu, autre ville fortifiée, qui garde l’entrée du comté au sud, est absente.

74Le plateau lyonnais et les vallées portent un semis très serré de points, dont plus de la moitié signifient 10 à 49 testaments. Cela correspond à ce que les terriers et autres documents révèlent de l’habitat dans l’Est lyonnais : de gros villages rapprochés, presque tous de fondation ancienne, presque tous fortifiés avant la fin de la guerre de Cent Ans, et si vite repeuplés par le baby-boom du xve siècle, que tous débordent très largement leur corset de murailles. On y remarque aussi un habitat dédoublé. Nombreuses sont les familles paysannes vivant dans des hameaux près de leurs terres qui paient le cens pour une maison ou une partie de maison sise à l’intérieur du vingtain, refuge en cas de besoin.

75La ville de Lyon fournit, avec 1 145 testaments, 34 % des textes venant du comté de Lyonnais, 23 % des textes de la série 4G. Montbrison en revanche n’a que 352 testaments sur plus de 6 000 que contient le corpus forézien, soit environ 5 %. Reflet d’un peuplement avant tout rural et extrêmement éparpillé (cf. carte 5).

76En effet aucune des 250 paroisses que renferme le Forez n’est absente de la carte. Si elle ne figure pas dans la première série (B 1851-B 1881), elle surgit par la suite. C’est le cas par exemple de Champoly, de Couzan, de Jourcey, d’Ouches. L’aire de recrutement des testaments par les services de la cour comtale s’élargit. Elle englobait 237 paroisses dans la première série de registres, et 248 dans les 20 derniers registres (B 1882 à B 1901).

77La carte des testaments reflète aussi de manière satisfaisante le quadrillage du Forez par les châtellenies comtales. Une douzaine d’entre elles accumulent les atouts : marchés et foire, situation sur des axes majeurs, artisanats variés, études de notaires, etc. On repère leurs chefs-lieux aisément en cherchant les localités dont proviennent plus de 50 testaments, et dont plusieurs dépassent la centaine. Si l’on mettait sur la même carte les deux comtés, on aurait l’impression que le Forez avait une vie urbaine plus développée que le Lyonnais... Or de nos jours on n’ose plus qualifier de ville une localité de 1 500 habitants.

78Ce que la densité des testaments montre aussi est le déplacement du centre de gravité économique qui se produit au cours du xive siècle et qu’Étienne Fournial a magistralement analysé. Montbrison et Feurs perdent quelque peu de leur vitalité parce que les routes du grand commerce se déplacent pendant la guerre de Cent Ans. En revanche certaines bourgades ne cessent d’attirer des artisans supplémentaires et de s’enrichir. Le nombre des testaments enregistrés dans les deux séries successives reflète cette évolution.

Carte 4. Testaments enregistrés par l’officialité de Lyon (série 4G)
À titre indicatif, voici les sites où l'enregistrement est particulièrement important : Anse (120) et Lyon (1145, soit 28,6 % du total des testaments de cette série)

Tableau 20. Nombre de testaments enregistrés dans les villes du Forez

1ère série

2ème série

Total

Chazelles-sur-Lyon

23

44

67

Saint-Bonnet-le-Château

69

86

155

Saint-Étienne

5

52

57

Saint-Galmier

61

91

152

Saint-Rambert

36

68

104

Feurs

99

65

164

Montbrison

163

108

271

Carte 5. Testaments enregistrés par la cour comtale au cours du xive siècle (sérieB)
À
titre indicatif, voici les sites où l'enregistrement est particulièrement important : Feurs (164), Montbrison (271), Saint-Bonnet-le-Château (155), Saint-Galmier (152), Saint-Germain-Laval (118), Saint-Haon-le-Châtel (159) et Saint-Rambert (104)

79Cependant la distribution du peuplement et la hiérarchie des agglomérations ne peuvent tout expliquer. Interviennent aussi les conflits de pouvoir et la manière dont sont enregistrés les testaments.

2. Les facteurs politiques et administratifs

80L’Église et le pouvoir civil, comme chacun sait, revendiquent tous deux un droit de regard sur les testaments. Le contrôle qu’ils exercent peut se manifester à deux niveaux différents : le premier au niveau de la réception et de la publication des testaments, le second au niveau de l’enregistrement.

81Dans la région, l’enregistrement parait très centralisé puisque seuls l’officialité diocésaine et le comte de Forez ont constitué des collections de testaments. On ne sait si d’autres ont tenté d’en faire autant.

82En revanche, réception et publication des testaments font intervenir d’autres pouvoirs laïques aussi bien qu’ecclésiastiques. On ne peut s’étonner de voir les notaires recevoir des testaments de Bresse ou de Dombes au nom du sire de Beaujeu puis du duc de Bourbon etc. Nombreux sont les seigneurs, vassaux des princes, dont les notaires en font autant. Même au cœur du comté de Lyonnais, on rencontre les notaires institués par de hauts justiciers comme le sire de Thoire et Villars ou le baron de Riverie. Le chapitre cathédral de Saint-Jean agit de même dans certaines des ses obéances. Enfin le sénéchal de Lyon fait, ça et là, publier des testaments par le gardien du sceau royal.

83Les testaments ne font jamais état de possibles conflits de juridiction. Le partage des zones d’influence semble se faire de manière toute pacifique. La solution est évidemment que les notaires qui instrumentent le fassent au nom des deux cours, mais cela ne met pas fin à la concurrence. La question est d’autant plus complexe que le corpus forézien comprend des testaments qui furent reçus et publiés par l’official seul. De même, le corpus lyonnais comprend des testaments qui furent reçus et publiés par d’autres que par l’officialité. Si les 10 000 testaments avaient été mis en ordinateurs, on pourrait obtenir une carte bariolée montrant les zones d’influence, leur déplacements au fil du temps, les lignes où elles interfèrent, leurs avancées et leurs reculs... La méthode artisanale ne permet de donner ici que quelques indications, en allant du centre à la périphérie, du prince au vassal.

84Dans la ville de Lyon, réception et enregistrement semblent être pris en main en même temps par l’official. En tête des plus anciens textes, l’official est seul mentionné, et le plus souvent il agit « personnaliter ». Peu à peu s’ajoute le nom du notaire qui instrumente en son nom. Pendant tout le xive siècle sont régulièrement (à partir de 4G 50) nommés les deux personnages.

85Le seul pouvoir autre que l’officialité mentionné par les testaments de la ville de Lyon est celui du garde-scel du baillage. Celui-ci s’introduit au début du xve siècle. Par exemple : Jehan Nancy, licencié en droit, gardien du sceau du roi « in baillivia et Lugdun. seneschallia » (4G 62, 62v°). Mais c’est un cas peu fréquent. Au cours des premières décennies du xve siècle, le partage se fait grosso modo ainsi : sur 10 testaments enregistrés, 7 ont été reçus au nom de l’officialité, 2 au nom du garde-scel et 1 au nom des deux autorités ensembles. Entre 1460 et 1510, la part du garde-scel se restreint à 1 testament sur 30 environ. On ne saurait dire si ce recul est réel, l’officialité réussissant à recevoir et publier désormais tous les testaments des citoyens et habitants de Lyon, ou s’il n’est qu’apparent.

86Si l’autorité de l’official s’exerçait ainsi dans tout l’archidiocèse de Lyon, la carte des testaments enregistrés par lui coïnciderait avec celle des visites pastorales de 1378-79 et de 1469-70. Ce n’est pas le cas : les pouvoirs civils en place exercent un contrôle sur la réception des testaments, et certains seigneurs d’Église en font autant.

87Le cas le plus surprenant est celui du Beaujolais, si proche de Lyon, et tout particulièrement de Villefranche, dont 3 testaments seulement figurent dans le corpus. La rivale de toujours, Anse, campée à la limite nord du comté de Lyon et fortifiée par les chanoines pour barrer la route au sire de Beaujeu, en a donné plus de cent. La rivalité des deux petites villes, qui a pris valeur de symbole, appartient au passé. Le duché de Bourbon en 1400 a absorbé le Beaujolais comme il absorba le Forez dès 1372. Mais il n’est pas question de laisser l’official de Lyon envoyer ses notaires pour contrôler seul les testaments du Beaujolais... D’après les archives notariales conservées, on peut dire que la majorité des testaments se fait sous l’égide de la cour de Beaujeu, une minorité sous celle de l’official. Il est aussi des cas où l’on partage, tel ce testament fait à Rancé en 1459, qui est reçu par Pierre Berner, « clerc notaire de l’official et juré de la cour de Beaujeu » (4G 67, 137°v).

88Rétrospectivement, cette solution paraît la plus rationnelle, car elle fait gagner du temps à tout le monde et elle économise du personnel... Il faut croire qu’elle heurtait les habitudes, car si elle est connue dans l’ensemble de l’archidiocèse, elle est loin de s’imposer partout.

89Dans le comté de Lyon, hors la ville, la primauté de l’official semble peu contestée, quels que soient le rang et la profession des testateurs. Les interventions du garde-scel sont ponctuelles et tardives.

90Dans l’isolat de Millery par exemple, tous les testaments enregistrés sont publiés par l’official seul jusqu’à 1423. Dans l’isolat de Saint-Symphorien-sur-Coise, importante place fortifiée appartenant au chapitre de Saint-Jean et, qui plus est, siège d’une châtellenie royale dès 1332, on ne voit pas de testament reçu par le gardien du sceau royal avant 1443. Sur les 103 testaments enregistrés, trois seulement sont faits au nom du garde-scel. Dans le Jarez, l’isolat le plus étendu, qui a fourni au corpus 238 testaments sans compter ceux des nobles ni ceux du clergé, 2 textes seulement sont faits au nom du garde-scel. Sans doute le sénéchal de Lyon et bailli de Mâcon estimait-il avoir plus important à faire que de se mêler du contrôle des actes privés dans une petite province bien tenue en mains par l’Église.

91Qui dit Église de Lyon ne dit pas nécessairement l’officialité de Lyon. Celleci trouve des concurrents parmi les chapitres et abbayes, qui tiennent les châteaux et les seigneuries foncières. Reprenons l’exemple du Jarez.

92Jusqu’à la fin du xive siècle, à peu près tous les testaments enregistrés sont publiés par l’official et ses notaires. Dans les dernières années de ce siècle, le double sceau devient chose fréquente, l’official joignant son pouvoir à ceux du « juge de la terre des seigneurs obéanciers », qui préside la cour de justice à SaintChamond ou à Rive-de-Gier. Cependant cela se borne à une vingtaine de textes sur 238. Plutôt qu’une intrusion du chapitre cathédral au détriment du pouvoir de l’official, on peut voir là un progrès de celui-ci. Car il y eut peut-être avant la fin du xive siècle bien d’autres testaments faits sous l’autorité du juge de l’obéance, mais qui n’étaient pas ensuite portés à l’officialité pour être enregistrés. C’est sans doute pour la même raison que figure dans la série 4G un testament de la fin du xve siècle reçu par le « juge de la terre et juridiction de la baronnie de Riverie » pour le compte du duc de Bourbon (4G 67, 37v°) et un autre de la paroisse de Dargoire reçu par « le juge de la terre de noble Aymar, seigneur de Roussillon et d’Annonay » (4G 49, 134v°).

93Hors du comté de Lyon, les testaments enregistrés par l’official comportent une part plus importante de textes reçus par les représentants de grands princes : comte-duc de Savoie, Dauphin, duc de Bourbon, ou de leurs vassaux : seigneur de Thoire et Villars, de Bâgé, etc., leurs juges scellant parfois avec l’official les testaments rédigés par leurs notaires, « clercs des deux cours ». Mais le régime notarial évolue au cours des deux siècles que couvre le corpus. De plus, les terres qui dépendent du duc de Savoie sont « terres d’Empire ». Le Lyonnais abrite de plus en plus nombreux des notaires royaux ou apostoliques qui théoriquement ont le droit d’instrumenter partout et de sceller de leur propre sceau. Mais l’official ne l’entend pas de cette oreille, semble-t-il, ce qui rend le partage des pouvoirs très complexe. Bornons-nous à constater pour l’instant que cela se traduit par l’avalanche de titres que portent les notaires. Un testament de 1482 est placé sous l’autorité des personnages suivants : nous gardien du scel [...] en le baillage de Mâcon [...] et nous Antoine Bertrand official de Lyon [...], devant Pierre Giraud, clerc « auctoritatibus apostolica, imperiali et regia publico notano curieque officialatus Lugd. Jurato » (4G 77,17). Un autre de 1460 annonce ainsi le notaire qui instrumente : P. de Viniato, « publici auctoritate imperiali notarli, curieque officialatus Lugd. Jurati » (4G 69, 1).

94En Forez, c’est le pouvoir comtal qui prit l’initiative de faire enregistrer les testaments, et cela dès 1286. Les testaments foréziens, jusque vers 1340, sont publiés sous la seule autorité du pouvoir civil, le juge de Forez ou son chancelier. Par la suite, on voit intervenir deux pouvoirs concurrents, mais de poids inégal. Entre 1341 et la fin du xive siècle le juge publie seul 3 041 testaments sur 3 226 (soit 94,2 %). Il agit de concert avec l’official dans 163 cas, avec le gardien du sceau royal dans 14 cas.

95L’official est de loin celui qui exerce la plus forte concurrence. On a déjà vu que 368 testaments foréziens furent enregistrés à Lyon. Mais le juge de Forez ne perd pas sa prééminence. Les deux derniers registres conservés (B 1900 et B 1901), contiennent 216 textes, dont 202 reçus par le juge seul (93,5 %), 13 par le juge et l’official ensemble. Aucun n’est placé sous la garantie du tenant sceau de Mâcon. Peut-être le rattachement du Forez au duché de Bourbon en 1372 a-t-il contribué à écarter les interventions de l’officier royal.

96Le comte de Forez a donc réussi, mieux que l’officialité diocésaine, à contrôler les testaments. La différence entre les deux paraîtrait plus grande encore si 13 registres foréziens n’avaient disparu. Dans ce petit territoire, les agents du comte, juge, notaires et sergents, ne se heurtent à aucun pouvoir local concurrent en matière de testament.

97L’officialité diocésaine rassemble des testaments sur une étendue bien plus vaste, mais sa moisson est clairsemée. La tâche était certes malaisée étant donnés les moyens de communication de l’époque. Toutefois la raison majeure est, semble-t-il, que princes et seigneurs continuent de faire recevoir des testaments en leur nom, quitte à les faire ensuite enregistrer par l’official : autrement dit, un contrôle véritable ne peut être obtenu que s’il s’exerce à la base, dès l’élaboration de l’acte notarié. Si tous les testaments reçus par les notaires dans le vaste archidiocèse étaient enregistrés à Lyon, il y en aurait bien davantage.

98L’hypothèse optimiste est que des registres lyonnais ont pu, eux aussi, disparaître... Quoi qu’il en soit, la disparition de textes, avant ou après enregistrement, n’est pas une utopie. La méthode qu’emploient les cours du comte et de l’official, mise au point peu à peu, n’est pas sans risque en effet.

99Les notaires, en Forez comme en Lyonnais, doivent porter les actes à la cour dont ils dépendent pour les faire authentiquer. Quel que soit leur lieu de résidence, ils leur faut faire, plusieurs fois l’an, le voyage à Lyon ou à Montbrison avec une sacoche pleine des actes de vente, de contrats de mariage, de contrats de prêts, ou de baux, de testaments et d’inventaires. Comme les actes notariés eux-mêmes ont presque tous disparu, il est exclu de combler les lacunes éventuelles du corpus. Or les risques de perte ou de détérioration sont réels. Témoin la mésaventure d’un notaire forézien survenue vers 1382. Le notaire Pierre Meignant quitta Saint-Haon-le-Châtel avec une liasse d’actes à faire sceller. Mais dans la plaine, vers la Bouteresse, il fut agressé par des malfaiteurs qui lui arrachèrent sa sacoche, déchirèrent les documents et les jetèrent dans la rivière. Le notaire retourna chez lui, pensant reconstituer les actes détruits grâce aux « prothocolla et alia instrumenta », mais son étude avait été cambriolée et il ne retrouva jamais ses minutes. On ne connaît pas l’origine de ces méfaits, sans doute une vengeance personnelle et non un simple vol avec violence. Le testament dont il est question, fait en 1367, pu être reconstitué à peu près grâce à l’excellente mémoire des 5 témoins qui vivaient encore en 1402. Le notaire était mort dans l’intervalle (B 1882, f° 67-71). On imagine que bien d’autres documents ont pu disparaître, par agression, incendie, ou par simple négligence.

100Les actes qui parviennent à bon port arrivent groupés, non seulement dans le temps mais dans l’espace, car chaque notaire instrumente dans une zone limitée. C’est pourquoi les pages des registres portent, à la suite les uns des autres, des testaments venant de paroisses voisines, voire de la même paroisse. Par exemple les folios 109 à 141 du registre 4G 42 portent 16 testaments reçus entre 1338 et 1345 par Jean de Saches, prêtre notaire juré de la cour de l’official. Trois testaments viennent de Saint-Just-de-Doizieu, 13 de Saint-Paul-en-Jarez. Ce sont deux paroisses mitoyennes qui s’étalent entre le cours du Gier et les flancs nord-ouest du Mont Pilat. On ne rencontre plus le nom de ce prêtre notaire avant le registre 4G 45. Si le registre 4G 42 avait disparu, ou si quelques feuillets avaient été arrachés, on croirait que les deux paroisses en question n’avaient fait aucun testament avant 1350.

101La cour comtale semble avoir tenté, pendant un certain temps, de grouper les actes par châtellenies. B 1874 ne contient que des testaments venant de la châtellenie de Mallevai, dans le Forez viennois, B 1858 et B 1859 des testaments venant des châtellenies de Bellegarde et de Cleppé. Mais partout ailleurs sont juxtaposés des textes venus d’un peu partout, disposés sans doute dans l’ordre d’arrivée des notaires.

102La disparition des archives d’un notaire efface de la carte le groupe de paroisses dont il s’occupait. La perte d’un registre est plus dommageable encore. Cela peut expliquer qu’une paroisse ne fournisse aucun testament pendant longtemps et qu’elle surgisse tout à coup. Ainsi il n’est enregistré aucun testament de Champoly avant B 1885, de Hauterivoire avant B 1882, d’Ouches avant B 1887...

103Ces apparitions tardives peuvent être dues à ce que les officiers du comte réussissent à contrôler des paroisses qui leur échappaient. Elles peuvent aussi être dues au hasard, que rien n’abolira jamais. Ainsi dans les dix premiers registres de la série 4G, il manque une quantité surprenante de folios, déchirés en totalité ou en partie.

  • 12 Desportes, 2003, p. XI.

104Lyonnais et Forez furent donc, comme les autres territoires de la Chrétienté, le théâtre de rivalités entre les cours laïques et les cours ecclésiastiques. En Lyonnais, malgré l’obstination des seigneuries d’Église, l’official s’impose largement. En Forez, la cour comtale l’emporte. Ici « un pouvoir laïc fort et déterminé12 » a plus qu’entamé le monopole de la cour d’Église.

Tableau 21. Le cœfficient familial dans deux isolats de sondage en Forez

Tableau 21. Le cœfficient familial dans deux isolats de sondage en Forez

Tableau 22. Testateurs de l'isolat « montagne »

Période

Sans enfants

Avec enfants vivants

Total

1300-1339

11 = 61 %

7

18

1340-1379

68 = 66,0 %

35

103

1380-1419

92 = 50,8 %

89

181

1420-1459

33 = 37,9 %

54

87

204 = 52,4 %

185

389

Tableau 23. Testateurs de l'isolat « plaine »

Période

Sans enfants

Avec enfants vivants

Total

1300-1339

14 = 50 %

14

28

1340-1379

65 = 58,5 %

46

111

1380-1419

22 = 45,8 %

26

48

1420-1459

6 = 33,3 %

12

18

107 = 52,1 %

98

205

Tableau 24. Testateurs des deux isolats ayant 5 enfants ou plus

Période

Plaine

Montagne

1300-1339

1 sur 28 = 3,5 %

4 sur 18 =22,2 %

1340-1379

4 sur 111 =3,6 %

5 sur 103 = 4,8 %

1380-1419

5 sur 48 =10,4 %

17 sur 181 =9,3 %

1420-1459

4 sur 18 =22,2 %

41 sur 87 = 47,1 %

14 sur 205 = 6,8 %

67 sur 389 = 17,2 %

Notes

1 Voir la synthèse dans Carpentier et Le Méné, 1996, 361-453.

2 Fournial, 1967, p. 263-399 ; Lorcin, 1974, p. 209-249 ; Lorcin, 1981, p. 11-23.

3 Rossiaud, 1990, p. 351 et suiv.

4 Lorcin, 1998, 1.

5 Lorcin, 1973.

6 Le corpus ne fournit pas l’occasion d’étudier les « testaments multiples » faits par une même personne à divers moments de son existence, comme il en existe beaucoup en Provence ; cf. Dolan, 2003.

7 Howell, 1998, p. 93.

8 Courtemanche, 1997, p. 15-45.

9 Desportes, 2003, p. XVIII et XXVII.

10 Fournial, 1967, p. 348.

11 Deniau, 1934, p. 31-35.

12 Desportes, 2003, p. XI.

Table des illustrations

Légende Figure 2. Comparaison du monde de testaments enregistrés chaque année entre 1300 et 1519 par l'Officialité de Lyon et la Cour de Forez
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19816/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Carte 2. Les isolats de sondage du Lyonnais (série 4G)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19816/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Carte 3. Les isolats de sondage en Forez
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19816/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Figure 3. Testaments recencés sur 2 isolats de sondage en Forez et Montbrison
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19816/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Tableau 17. Délai entre testament et formalités dans 996 testaments solennels et nuncupatifs oraux
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19816/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Figure 4. Le cœfficient familial dans les isolats du Lyonnais (sans Lyon)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19816/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Carte 4. Testaments enregistrés par l’officialité de Lyon (série 4G)À titre indicatif, voici les sites où l'enregistrement est particulièrement important : Anse (120) et Lyon (1145, soit 28,6 % du total des testaments de cette série)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19816/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Carte 5. Testaments enregistrés par la cour comtale au cours du xive siècle (sérieB)À titre indicatif, voici les sites où l'enregistrement est particulièrement important : Feurs (164), Montbrison (271), Saint-Bonnet-le-Château (155), Saint-Galmier (152), Saint-Germain-Laval (118), Saint-Haon-le-Châtel (159) et Saint-Rambert (104)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19816/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tableau 21. Le cœfficient familial dans deux isolats de sondage en Forez
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19816/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

© Presses universitaires de Lyon, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site