Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« D’abord il dit et ordonna... »

 | 
Marie-Thérèse Lorcin

Première partie. La pratique du testament

Chapitre Ier. Le testament, mode d’emploi

Texte intégral

Figure 1. Les trois procédures testamentaires connues dans la région lyonnaise

1Il convient d’esquisser les bases de la pratique testamentaire en Lyonnais et Forez, zone de contact entre coutume et droit savant. Comment se fabrique un testament, qui peut tester et qui teste, comment travaillent les notaires et par qui sont-ils institués ?

I. Les trois procédures

2La figure 1, ci-contre, résume les trois manières possibles de tester. Par la suite, il sera question à plusieurs reprises des avantages et des inconvénients respectifs de ces trois procédures.

3Les deux formes les plus anciennement connues sont le testament solennel (ou mystique) et le testament nuncupatif oral. Toutes deux perdent rapidement du terrain devant le testament public qui triomphe grâce à ses qualités propres et grâce à la pression des pouvoirs ecclésiastique et civil.

Tableau 1. Les progrès de la procédure dite publique dans le corpus forézien

B 1851 à 1859

18,4 % des textes enregistrés

B 1860 à 1869

78.5

B 1870 à 1879

84,3

B 1880 à 1889

89,0

B 1890 à 1901

91,7

II. Qui teste ?

4Mourir intestat peut entraîner des querelles parmi les descendants, l’insuffisance des rites pieux, etc. et toutes sortes d’inconvénients. Si le mari ne teste pas, la femme survivante risque de ne recevoir que ce qui lui fut attribué par le contrat de mariage. Si le tenancier qui n’a pas de descendant direct meurt intestat, le seigneur foncier pourrait tenter de mettre la main sur l’héritage. On peut trouver de multiples raisons de tester, d’autant plus que le testament public, malgré le nom qu’on lui donne, se fait en petit comité et libère le testateur des pressions de son entourage. Enfin s’exerce sur l’ensemble de la population les incitations intéressées du pouvoir. L’archevêque de Lyon dès le xiiie siècle enjoint aux curés du diocèse de pousser les fidèles à faire mettre par écrit les testaments oraux. Le comte de Forez décide dès 1286 d’enregistrer les testaments du comté, et les résultats sont tangibles. Ils le seraient encore plus si tant de registres n’avaient disparu.

5Lyonnais et Forez sont deux comtés de droit écrit, si bien que les dispositions principales sont les mêmes que dans toute la France du Sud-Est. Toutefois les règles sont plus ou moins gauchies par les coutumes locales. Le retour progressif du droit savant ne fera jamais disparaître les particularismes ni les imprécisions.

1. L’âge, la raison, le sexe

6Tester, témoigner, prendre possession d’un héritage ou d’un legs, semblent soumis à la même limite d’âge que le mariage. Le droit canonique fixe l’âge minimum du mariage légal à 12 ans pour les filles et 14 ans pour les garçons. Un homme peut donc théoriquement, dès ses 14 ans, tester, témoigner, entrer en possession de ses biens, et se marier. Cependant, le fils majeur de 14 ans vivant sous le toit paternel ne peut tester sans l’autorisation de son père. En principe, le mariage émancipe. L’enfant qui a reçu sa part des biens paternels et s’est établi ailleurs peut tester. Mais ce principe n’est pas respecté partout et l’usage est variable. Dans les Monts du Forez, des fils mariés et pères eux-mêmes vivent sous le même toit que leur père et sous son autorité. Ils ne peuvent tester sans l’autorisation paternelle. La pratique est plus restrictive que le droit : on ne compte guère, dans le corpus forézien, qu’une vingtaine d’autorisations de tester accordées par le père à un fils. Le testament est en fait réservé aux chefs de famille, qu’ils soient moyens ou petits possédants.

  • 1 Lorcin, 1988.

7Toutefois ce n’est guère l’usage dans les testaments de parler en nombres. L’âge exact n’a d’importance ni pour les testateurs, ni pour les notaires. Vers 1410-1440, un certain nombre de testaments nuncupatifs oraux mentionnent l’âge des témoins. Ces derniers déclarent avoir 30, 40, 60, 70 ans... et la durée de leur « mémoire » est chaque fois de dix ans inférieure à leur âge, comme s’ils ignoraient les valeurs intermédiaires et que l’administration n’en avait cure1. Le critère qui compte dans les testaments n’est pas l’âge, mais la puberté. Si les héritiers sont impubères, on désigne un tuteur. Les formules tirées du droit savant ne font que conforter cette manière de s’exprimer, puisque les témoins du testament public doivent être « masculos et puberes », même si les notaires emploient parfois mal à propos ces termes.

8Celui ou celle qui teste doit jouir de son bon sens. Il se dit toujours « sana mente » même s’il est « debili corpore ». Aux témoins d’un testament oral, le notaire pose toujours la question. Le testateur était-il « bona et sana memoria » ? Il est dans le corpus quelques exemples d’annulation prononcée par l’auditeur, tel celui d’une femme dont il est dit « non erat nec fuerat prius per longi temporis sane mentis » (B 1872, 68v°).

9Mais ce sont des cas rarissimes : les insensés notoires arrivent rarement jusqu’à l’étape du testament parce que leur entourage les connaît. Ce qui est en revanche fréquent est que le malade soit à la dernière extrémité et s’exprime de façon peu audible.

10« Interrogatus si testator erat in bona memoria, dixit quod nescit, pro eo quia erat in maxima infirmitate et requirebat dictos testes ut si male diceret, quod corrigeront eum » dit le premier témoin. Le3e témoin dit que le testateur n’était plus « in bona memoria » quand il parla. « Interrogatus qualiter scit, dixit... quia graviter loquebatur et tanta infirmitate decentus, quod vix proferabat verba sua et post modicum intervallum temporis decessit » (B 1857, 67v°).

11Mais ceux qui l’entourent sont en général au courant de ses intentions. Ils lui posent des questions inspirées par sa situation de famille et par la coutume paroissiale. Cela suffit pour que le testament, complété grâce à l’entourage et en présence du prêtre qui vient de donner les derniers sacrements, soit validé.

  • 2 Une ordonnance de l’échevinat déclare nul le testament rédigé « au lit mortel », à moins qu’il ne s (...)

12« Elle parlait très peu et il fallait lui demander deux ou trois fois la même chose avant qu’elle ne répondit. D’autres femmes disaient à la testatrice de répondre et tunc ipsa respondebat de omnibus oc sive sic » (B 1857, 125). S’il avait fallu attendre l’arrivée du notaire, le malade serait mort intestat. C’est bien pourquoi le testament nuncupatif oral manifeste une si longue résistance, en Lyonnais comme en Forez... Mais on est là aux antipodes de la réglementation imposée à Douai2.

13Oraux ou écrits de suite, les testaments enregistrés révèlent deux changements dans la longue durée. D’une part, le pourcentage des testatrices ne cesse de décliner. D’autre part, les mentions de noms de métiers progressent, pour qualifier les témoins et les testateurs.

14Le cas des femmes dans le corpus testamentaire est des plus complexe. Le pourcentage de testatrices ne cesse de décliner :

1300-1349 : 32,2 %

1350-1399 : 27,4 %

1400-1449 : 22,6 %

15On constate la même chose dans les isolats ruraux du Lyonnais, avec cependant une remontée à la fin du xve siècle.

1300-1349 : 30,4 %

1350-1399 : 26,6 %

1400-1449 : 22,5 %

1450-1499 : 28,7 %

16Pourtant à la campagne la femme assure une part essentielle du travail agricole du vivant de son époux et celui-ci lui confie souvent par testament le « gouvernement des enfants et des biens ». Cela donne à la femme du poids dans la société rurale en tant que chef de feu répondant d’une exploitation agricole. Mais cela n’empêche rien. Jacques Chiffoleau a constaté dans le Comtat Venaissin une évolution analogue. Le pourcentage de testatrices est de 41,3 % au xive siècle, et tombe à 33 % entre 1450 et 1499. Or il s’agit d’une région fortement urbanisée.

17Quel que soit le type d’économie pratiqué, l’avoir de la femme est, sauf exception, très inférieur à celui de l’homme si l’on en juge d’après le montant des legs dans la série 4G :

Legs moyen de l’homme

Legs moyen de la femme

Nobles

535 livres

137 livres

Roturiers ruraux

40 livres

28 livres

Habitants de Lyon

206 livres

59 livres

18Les legs en numéraires sont évidemment un critère fragile, mais dans l’ensemble les femmes font partie de ceux qui n’ont pas grand-chose à transmettre. De plus, et c’est un argument plus solide, dans la famille conjugale, l’homme détient et gère le patrimoine et c’est lui qui par son testament prend les décisions qui engagent l’avenir. Il décide du sort des enfants et du sort de la femme survivante. Les testaments des femmes, qui peuvent être très longs, sont faits le plus souvent d’une liste de legs pieux et profanes de faible valeur, comme vêtements et chaussures usagés distribués à des proches.

19Tout cela tend à rendre le testament d’une femme superflu... Mais on ne voit pas que les arguments économiques aient changé en deux siècles. Si la proportion des testatrices décline un peu partout, c’est pour d’autres raisons, que les textes ne disent pas et qu’on ne peut qu’essayer de deviner. Jacques Chiffoleau attribue ce recul à une application plus stricte des règlements sur la capacité de tester. C’est donc un facteur juridique, et la propagation du droit savant par les notaires en même temps que celle du testament public lui donne une force évidente. Un indice concordant du repli imposé aux femmes par le droit savant apparaît dans le corpus. Le testament nuncupatif oral admettait le témoignage des femmes que le testament public récuse. Il arrive même, aux temps troublés des grandes épidémies, que les femmes soient majoritaires. Le pourcentage de femmes parmi les témoins dépend donc de la place que tiennent les nuncupatifs oraux et varie de 4 à 11 % selon les registres. Il varie aussi en fonction du pourcentage des testatrices, celles-ci étant d’ordinaire entourées d’une majorité d’amies et de voisines, si bien que les deux mouvements s’additionnent. Par exemple dans l’isolat de Millery, au sud de Lyon, les 13 testaments faits entre 1340 et 1362 livrent les noms de 64 témoins dont 15 femmes (soit 23,4 %). Ce score avantageux est dû à ce que ce petit lot de textes a pour auteur 3 testateurs et 10 testatrices. Au reste, cela n’empêche nullement le notaire d’employer imperturbablement la formule « masculos et puberes » lorsqu’il en arrive aux témoins...

20On peut ajouter un indice qui ne se trouve pas dans les testaments mais dans les plus anciens terriers conservés des Monts du Lyonnais. Avant 1340, on y trouve des femmes qui répondent de biens tenus par leurs époux (ce qui se fera toujours), mais aussi de biens tenus par leur père, ce que je n’ai rencontré nulle part ailleurs et dont je projette de faire l’étude un jour.

21Les veuves n’ont besoin d’aucune autorisation pour tester. Mais il ne semble pas que ce soit là un facteur capable de changer sur le long terme le pourcentage des testatrices. On imagine plutôt une pression sociale généralisée et insidieuse, appuyée sur le droit savant, qui récuse le témoignage féminin dans le testament et dissuade les femmes de tester.

2. De l’estat à la profession

22Dans le corpus forézien, les élites sont, comme partout, surreprésentées : environ 170 nobles, 160 prêtres, 170 clercs... Le reste est formé d’une masse paysanne d’où émergent environ 170 artisans (si l’on tient compte des testatrices épouses ou veuves d’artisans). Cependant chaque testament met en scène d’autres personnes que le testateur, et dont le recrutement est moins sélectif. Le barbier ou le cuisinier du château peut figurer parmi les témoins de leur seigneur, le famulus parmi ceux du drapier. La servante du curé n’a d’existence qu’en tant que légataire de son maître, on la chercherait en vain parmi les testatrices s’il n’y avait deux testaments de Montbrison (B 1866,55 et 55v°). Le nombre des personnes nommées est évidemment très variable. Le testament public, qui est le plus laconique, en contient en général une douzaine : le notaire qui reçoit l’acte, le juge du Forez et/ou l’official du diocèse au nom desquels il instrumente ; des légataires sans limite de nombre, deux exécuteurs, le ou les héritiers universels, également sans limite de nombre ; enfin les témoins au nombre de sept. Le testament nuncupatif oral est différent. Il n’y a apparemment pas de limite imposée au nombre des témoins : on en compte de 2 à 28. En revanche, on y trouve en général un moindre nombre de légataires, sans doute parce que la mémoire des témoins, bien qu’exercée, a des limites.

23De tous les individus cités, nous ne savons le plus souvent rien de plus que leur nom, leur patronyme et la paroisse dont ils sont membres. Les hommes de loi eux-mêmes ne jugent pas nécessaire d’indiquer la profession de tous les témoins de leur propre testament. Ainsi le testament de Mathieu Espinelli, notaire de Saint-Galmier, fait le 16 décembre 1421 devant le notaire Mathieu Metons, donne la liste de témoins suivante : dom Jean Garimon, curé de Chambeuf et Philippe Amasa, tous deux prêtres ; Laurent de Bois-Franc ; Thomas et Jean Berbier, frères ; Jean Jalat ; Martin Pinez, prêtre ; Jeanne, donate (fille naturelle) de Pierre Fabri ; Jean de Lay, forgeron ; Clément Colombel. Cet exemple est typique. Sur dix témoins, trois sont prêtres, un est artisan, trois autres sont qualifiés par une relation de parenté. Des trois derniers, on ne sait rien. Les témoins dont on connaît la profession sont presque toujours une minorité.

  • 3 Belmont, 1998.

24Le plus gros contingent des témoins identifiés est formé par les hommes d’Église (50 %), puis viennent les hommes de loi et les simples clercs (24 %). En revanche, les métiers de l’artisanat et du commerce ne représentent que 15 % des cas. Alain Belmont notait que dans les documents du Dauphiné, gens d’Église et clercs sont toujours plus nombreux que les artisans, même à la fin des Temps Modernes3. Il en est de même en Forez où les prêtres et clercs forment les trois quart du lot.

Tableau 2. Classification des témoins (sondage dans 9 registres)

Tableau 2. Classification des témoins (sondage dans 9 registres)

25Nobles, ecclésiastiques et bourgeois étaient au xiiie siècle les auteurs des seuls testaments conservés. Lorsque l’usage de tester et d’enregistrer les testaments se répand, les notaires du xive siècle continuent de signaler les trois distinctions fondamentales et n’introduisent que lentement des données d’ordre plus strictement économique.

26Aux yeux des notaires et de leurs clients, semble-t-il, l’important n’est pas l’activité que l’on exerce, mais la place dans la hiérarchie sociale, non la profession, mais ce que l’on peut appeler l’« estat ». Ce terme si souvent utilisé dans les textes littéraires – songeons par exemple à Christine de Pizan – englobe l’idée de rang, de statut, d’occupations recommandées ou interdites, de genre de vie... Il n’est jamais explicité mais il est compris de tous. Un paysan ordonne volontiers en son testament de lui faire des funérailles « selon son estat », ou d’assurer à sa veuve une pension et un logement « selon son estat », ou de marier ses filles « selon leur estat ».

  • 4 B 1851 bis, No 87 et 123. La manière de qualifier testateurs et témoins pose des problèmes à chaque (...)

27Trois estats sont toujours consignés : la noblesse, la cléricature, et la bourgeoisie, qui est un privilège. En Forez, la bourgeoisie n’est pas une qualité qui s’acquiert par la résidence d’un an et un jour et le serment aux franchises de la ville. C’est un privilège accordé par le comte à certaines familles à titre de récompense. Il est un honneur que l’on ne peut passer sous silence, alors que la fortune amassée dans les affaires n’apparaît pas dans le testament. Prenons l’exemple de Mathieu Chambon, bourgeois de Montbrison. Son testament figure dans le registre B 1851 bis publié par Marguerite Gonon. Le texte révèle de l’auteur qu’il est riche, que sa famille est peu nombreuse, qu’il a de belles relations, mais ne dit rien de ses activités. Or le même registre contient l’inventaire de ses biens, qui donne une idée précise non seulement de la fortune du personnage (patrimoine immobilier, stocks de marchandises) mais du commerce auquel il se livrait. Chambon possède une dizaine d’étals de marchand à Montbrison, il vend aussi bien des objets de métal (13 quintaux de fer, 38 douzaines de fers à chevaux, 7 400 gros clous de fer, etc.) que des outils, du bois de construction, des coffres, des cuirs de bœuf apprêtés ou non, des lettres d’affaires (ventes, achats, prêts, etc.) C’est en effet un des plus importants hommes d’affaire de la ville. Mais lorsqu’il teste, il ne se dit ni marchand, ni ferratier, ni drapier, ni financier, mais seulement « bourgeois de Montbrison4 ».

28Le silence qui couvre les activités de Mathieu Chambon n’est pas réservé à celles qu’il exerce. C’est un trait général des testaments de la première moitié du xive siècle. On se doute bien que depuis des générations, chaque village a son meunier, voire son cordonnier. Mais c’est le plus souvent le hasard des legs qui nous permet de repérer un métier dans les testaments. Prenons l’exemple des forgerons.

29Les testateurs les plus anciens, ceux de la première moitié du xive siècle, ne sont pas dits forgerons ou maréchaux, sauf un, Peronin Fabri « alias lo Mareschaux ». D’autres sont cependant catalogués comme tels parce qu’ils font des legs caractéristiques. Ainsi Jean Fabri, de Rozier-en-Donzy, lègue à son fils Jean en 1337, en plus de sa part d’héritage « fabricant suant cum garnimento et utensilibus ». Mathieu Fabri de Cleppé lègue à son frère en 1348 « domum seu fabricant » avec le contenu, sauf une petite enclume. Une testatrice, Marguerite Fauressa, de Saint-Georges-en-Couzan, lègue à une autre femme, Annette, fille de P. Chantagrel, « fabricant suam » avec son contenu. Il semble bien que la première exerce le métier elle-même, et peut-être s’attend-elle à ce que la seconde en fasse autant (B 1856, 30 ; B 1858, 60 ; B 1860, 3v°). Un testateur de Fontaneys en 1344 donne davantage de détails. Il a deux autres fils prêtres, auxquels il accorde une pension de 3 livres v. par an chacun. Les deux autres fils héritent en indivis. S’ils ne peuvent s’entendre, l’un devra rendre à son frère la forge, munie de 2 gros marteaux « seu mals, duobus martellis vocatis detres, unam cornutam (enclume), unum incudo, de mantis (soufflets) très sinallis ac turia sufficient » (B 1860, 22).

30D’après ce qui précède, on doit admettre que d’autres forgerons peuvent se trouver parmi les testateurs et passer inaperçus, car rien ne les oblige à se signaler par ce genre de legs. Il faut qu’ils soient suffisamment pourvus de biens pour que soustraire une forge de l’héritage ne lèse pas gravement les héritiers désignés.

31Il en est de même des autres métiers. Si un paysan lègue un moulin, l’historien le classera parmi les meuniers. Si le moulin reste incorporé à l’héritage, le testateur sera considéré comme paysan. Dans la première moitié du xive siècle, la plupart de ceux qui ne sont ni nobles, ni tonsurés, ni bourgeois, forment une masse indéterminée.

32Peu à peu cependant surgissent dans le corpus de nouvelles identités fondées sur l’exercice d’un métier. Bien que les nobles et les clercs conservent une bonne avance, le pourcentage des « gens de métiers » parmi les témoins qualifiés fait plus que quadrupler en 150 ans.

33Ce mode de classement se manifeste d’abord dans les villes, où la division du travail et la concurrence sont plus apparentes.

Tableau 3. Pourcentage de testateurs et de témoins dont est indiquée la profession

Tableau 3. Pourcentage de testateurs et de témoins dont est indiquée la profession
  • 5 Fournial, 1967, p. 399-406 et 655-677.

34Comme l’a montré Étienne Fournial voici 40 ans, l’artisanat fut d’abord en Forez une activité rurale. C’est dans la seconde moitié du xive siècle qu’il eut tendance à s’accumuler dans les villotes et dans l’auréole de villages les entourant, telles Saint-Bonnet-le-Château ou Saint-Rambert-sur-Loire5.

35Cependant l’usage d’ajouter la profession aux coordonnées traditionnelles du chrétien s’étendit peu à peu à l’ensemble du comté. Reprenons l’exemple des forgerons. Passés le cap de 1348 et les bouleversements qu’entraîne la Peste Noire, les forgerons s’annoncent. Ils se disent fauro, ce que le notaire traduit par faber. Il est désormais exceptionnel qu’un testateur qui parle de forge ne soit pas signalé comme forgeron, ou plus rarement maréchal. Le corpus ne semble pas marquer de différence entre les deux spécialités. Presque tous ceux qui sont comptés ici comme forgerons ne font aucun legs caractéristique et seraient passé inaperçus si les notaires n’avaient pris l’habitude d’indiquer la profession de leurs clients.

36On constate parallèlement un grand changement dans l’anthroponymie. Les deux faits sont sans doute liés. Avant 1348, les forgerons identifiés portent presque tous le patronyme Fabri. Ce n’est plus vrai par la suite : il s’appellent Perret, Charrier, Forrier, Molaris, Pascalon, Montorsier, etc. mais ni Fabri ni Fauro, sauf exception. On ne peut plus compter sur le nom de l’homme pour savoir quel métier il exerce. L’évolution de l’onomastique chez les testateurs n’est pas un fait isolé : parmi les 263 personnages cités comme témoins, voisins, légataires après 1350 et qui sont dits forgerons, aucun ne s’appelle Fabri.

Tableau 4. Forgerons et maréchaux dont on a le testament

Déclarés tels

Identifiés par les legs

Patronyme

Fabri

Autres

patronymes

Avant 1350

1

7

7

1

1350-1399

5

0

5

1400-1450

25

2

2

25

Total

31

9

9

31

37Il n’est pas question de refaire le tableau de l’économie qu’a dressé Étienne Fournial à partir d’un énorme ensemble de sources. Les seuls testaments ne le permettraient pas, il manquerait nombre de métiers, dont ceux qui exigent un haut degré de technicité comme la verrerie et la teinturerie.

38Ce que le corpus en revanche permet de tenter est de déterminer quel est dans les divers métiers le pourcentage des artisans qui ont laissé un testament. Il faut pour cela rassembler toutes les mentions possibles, non seulement le métier des testateurs et des témoins, mais ceux des légataires et amis, les legs d’ateliers et d’outils, la localisation de forges ou de tanneries, etc. On peut alors confronter le total des occurrences avec le nombre de testaments.

39Les occurrences les plus nombreuses concernent les métiers qui, en Forez comme ailleurs, arrivent en tête par le nombre : forgerons et maréchaux, savetiers et cordonniers, couturiers et tailleurs. C’est une des multiples façons d’approcher la représentativité des testaments.

Tableau 5. Nombre d'occurrences concernant les trois artisanats les plus répandus

Tableau 5. Nombre d'occurrences concernant les trois artisanats les plus répandus

40Dans chaque branche, un ou deux métiers jouissent d’une écrasante supériorité numérique. Dans l’alimentation, les bouchers fournissent à eux seuls 73 occurrences, soit plus de la moitié.

41Plus significatif, on constate un écart considérable entre métiers d’un même secteur. Il y a ceux où l’on teste beaucoup et ceux où l’on ne teste pas. La pratique de tester ne se répand pas dans tout le corps social. Ainsi tondeurs de draps, tisserands et couturiers semblent être restés à l’écart. Évidemment les testaments ne furent pas tous enregistrés. Mais on ne voit pas pourquoi le hasard ferait disparaître ceux des maçons et non ceux des charpentiers, ou ceux des tisserands plutôt que ceux des cordiers.

42Est-ce pure question de fortune ? Pour tester, il faut avoir quelque chose à transmettre. Mais le corpus contient maint exemple de testateurs qui ne lèguent presque rien, d’autres dont l’héritage fut refusé parce que les dettes pesaient plus lourd que l’avoir, d’autres encore dont l’enterrement absorba le peu qu’ils possédaient.

43On peut alléguer aussi la timidité des petites gens devant les formalités, l’administration, les actes notariés. Mais le Forez est précisément l’îlot du royaume de France qui conserve vivace la pratique du testament nuncupatif oral, le plus simple, le moins coûteux, le plus « démocratique » qui soit. Il n’exige pas la présence du notaire, ni de témoins en nombre important. Des testaments certifiés par deux témoins seulement furent validés et enregistrés comme les autres. C’est le minimum requis par l’ancien testament canonique promu par l’Église. Il n’est pas nécessaire que le testateur sache écrire, ni même signer comme cela deviendra le cas plus tard. Il est encore moins nécessaire qu’il sache le latin ; les témoins non plus. Tous s’expriment en lingua materna, et le notaire transcrit leurs dires en les traduisant.

44Quoi qu’il en soit, la représentativité du testament diffère grandement d’un métier à l’autre.

Tableau 6. Métiers où le pourcentage de testateurs dépasse 20 % des occurrences

Occurrences

Testaments

Meuniers

33

13 = 39,3 %

Bouchers

73

21 = 28,7 %

Boulangers

4

1 = 25,0 %

Pelletiers

18

7 = 38,8 %

Corroyeurs

10

5 = 50,0 %

Drapiers

20

5 = 25,0 %

Cordiers

13

3 = 23,0 %

Charpentiers

81

19 = 23,4 %

Serruriers

15

3 = 20,0 %

45Les actes conservés confortent dans l’ensemble la réputation de richesse et de notoriété de certaines professions.

46Le cas le plus déroutant n’est pas celui des métiers rares, mais bien au contraire celui du plus répandu. Les paysans constituent la majorité des testateurs du corpus, la majorité de toutes les personnes évoquées dans les testaments, mais leur profession n’est jamais déclarée. Ce silence est source de confusion car il rend la frontière entre paysans, artisans et paysans-artisans fort incertaine. On peut se demander s’il existait alors un terme satisfaisant pour désigner le paysan de type courant, c’est-à-dire l’exploitant qui possède des biens en tenure censitaire, héréditaire et perpétuelle, qui gère ce patrimoine à son gré à seule condition de payer le cens ou la tâche, patrimoine qu’il peut aussi transmettre, vendre, échanger comme il l’entend à seule condition que le seigneur foncier reçoive les taxes de mutation. C’est le statut normal du paysan forézien, les testaments en sont la preuve. Mais aucun testament n’emploie le mot tenementarius, encore moins homo ou justiciabilis que l’on trouve dans les terriers. On n’utilise pas non plus servus ni liber : tous sont libres. De-ci, de-là, se rencontre un bubulcus, plus rarement un bergerius. Mais ce sont là des spécialités et non le cas général. De plus, le bouvier et le berger, comme le famulus ou le nuncius, sont toujours dits bouvier de untel, berger de untel ou de tel village. Jean Falcon est bouvier du dit Pierre Carrier ; tous deux sont témoins du même testateur. Pierre de Fayadaura, qui teste en 1372, lègue une génisse appelée Blonda à Jean « bubulco suo ». De même, le grangerius qui tient une exploitation en bail à court terme est lui aussi granger de tel seigneur laïque ou ecclésiastique.

47Dans les dernières liasses, on tombe parfois sur le mot agricola appliqué à tous les témoins qui n’ont pas d’autre métier, voire le mot viticola. Ces mots exacts mais savants n’ont aucun succès : ils restent à l’état de curiosité et ne fournissent même pas 20 occurrences dans le corpus.

  • 6 Lorcin, 2000.

48Quant au mot paysan, qui se rencontre dans des textes littéraires dès le XIIe siècle, il est inconnu du corpus. Que le sens premier de ce terme, écrit alors paisant ou paissant, ait été « payen » ou qu’il ait été « homme du pays », il ne passe pas facilement des textes littéraires aux actes de la pratique. Inconnu aussi le mot vilain, que les proverbes, les contes, les fabliaux ont popularisé dans la France de langue d’oïl6.

49Les paysans représentent au moins 66 % des testateurs foréziens, mais leur part réelle dans la population de ce comté rural est certainement supérieure.

Tableau 7. Classification des témoins (sondage dans 9 registres)

Tableau 7. Classification des témoins (sondage dans 9 registres)

Tableau 8. Place des hommes d'Église, des juristes et des gens de métier, parmi les témoins dont est indiqué l'estat (sondage dans 9 registres)

Église ( 1)

Hommes de loi (2)

Ensemble

Gens de métiers (3)

B 1851 bis

48,8 %

32,7 %

81,5 %

5,9 %

B 1860

46,8 %

36,1 %

83,0 %

8,0 %

B 1870-71

53,7 %

26,0 %

79,7 %

8,0 %

B 1880

54,6 %

15,6 %

70,0 %

19,7 %

B 1890-91

47,4 %

15,3 %

62,7 %

31,3 %

B 1900-1901

49,0 %

15,8 %

64,9 %

23,2 %

Moyenne

50,0 %

23,9 %

73,0 %

15,5 %

(1) Prêtres, curés, vicaires, chapelains, moines, chanoines, Ordres mendiants.
(2) Y compris les simples « clercs », dont certains peuvent être des écrivains publics sans fonction officielle.
(3) Sont comptés ici les métiers de l'artisanat, sans le commerce ni les services.

Tableau 9.Nombre d'occurrences concernant les trois artisanats les plus répandus

Tableau 9.Nombre d'occurrences concernant les trois artisanats les plus répandus

Tableau 10. Les divers métiers : nombre d'occurrences et nombre de testateurs

Métiers

Occurrences

Dont testaments %

Alimentation

Bouchers

73

21 = 28,7 %

Meuniers

33

13 = 39,3 %

Pâtissiers

7

1 = 14,2 %

Boulangers

4

1 = 25,0 %

Fourniers

2

0

Huiliers

2

1

121

37 = 30,5 %

Textile

Couturiers, tailleurs

269

16 = 5,9 %

Tisserands

63

5 = 7,9 %

Tondeurs de draps

36

0

Drapiers

20

5 = 25,0 %

Cordiers

13

3 = 23,0 %

Chaussetiers

2

0

Chapeliers

1

0

404

29 = 7,1 %

Cuirs et peaux

Escoffiers,

cordonniers

192

23= 11,9 %

Bastiers

29

2 = 6,8 %

Pelletiers

18

7 = 38,8 %

Corroyeurs

10

5 = 50,0 %

Selliers

9

0

Parcheminiers

8

1 = 12,5 %

Boursiers

2

0

Bottiers

1

0

269

36 = 13,3 %

Pierre, bois, terre

Charpentiers

81

19 = 23,4 %

Maçons et carriers

53

3 = 5,6 %

Potiers

3

2

Tonneliers

2

1

Tuiliers

1

0

140

25 = 17,8 %

Métal

Forgerons,

maréchaux

286

28 = 9,7 %

Serruriers

15

3 = 20,0 %

Couteliers

8

0

Eperonniers

5

0

Orfèvres

3

0

Balistiers

2

0

Ferratiers

1

0

Peyroliers

1

1

Doriers

1

0

Horlogers

1

0

Rétameurs

1

1

Santé et divers

324

33 = 10,1 %

Barbiers

65

8= 12,3 %

Médecines,

apothicaire

14

1 = 7,1 %

Chirurgiens

2

0

Fourniers

3

0

Écrivains

3

0

Fourbisseurs

1

0

Fauconniers (1)

1

0

Jardiniers (1)

1

0

Cuisiniers (1)

1

0

91

9 = 9,8 %

(1) du comte de Forez

Tableau 11. L'inégale distribution des métiers

Métiers

Occurrences

Paroisses

Forgerons

286

72

Serruriers

15

4

Doriers, orfèvres

4

1

Meuniers

33

26

Barbiers

65

18

Chirurgiens, médecins, apothicaires

16

10

Tisserands

63

24

Drapiers

20

4

Tableau 12. Métiers où le pourcentage de testateurs dépasse 20 % des occurrences

Meuniers

33

13 = 39,3 %

Bouchers

73

21 = 28,7 %

Boulangers

4

1 = 25,0 %

Pelletiers

18

7 = 38,8 %

Corroyeurs

10

5 = 50,0 %

Drapiers

20

5 = 25,0 %

Cordiers

13

3 = 23,0 %

Charpentiers

81

19 = 23,4 %

Serruriers

15

3 = 20,0 %

III. Notaires clercs et notaires prêtres

  • 7 Gonon, 1960, 1, p. 28-40 ; Fédou, 1964, p. 151-291.

50Au cours des xive et xve siècles s’achève de se mettre en place, en Forez comme en Lyonnais, un réseau notarial aux mailles plus ou moins serrées. En même temps, les hommes de loi prennent dans la société une place non négligeable, comme l’ont montré M. Gonon et R. Fédou7.

  • 8 Lorcin, 1995, 1.
  • 9 Lorcin, 1992, 1.

51Mais des nombreux juristes qui ont exercé entre Lyon et Montbrison, aucun registre antérieur au xvie siècle n’a été conservé, mises à part quelques bribes depuis longtemps répertoriées et dont on ne peut tirer grand profit8. Il faut donc recourir à d’autres documents, au premier rang desquels les corpus testamentaires. Le testament indique obligatoirement le nom du notaire qui a reçu l’acte ou qui a reçu les dépositions des témoins s’il s’agit d’un testament nuncupatif oral. Il y a parfois deux notaires : c’est assez souvent le cas lorsque le testateur appartient à la noblesse. De plus, les testaments enregistrés sont plus riches d’enseignement que les originaux, car le texte porte aussi le nom du notaire qui a recopié l’acte. Assez souvent s’ajoute aussi la mention suivante : « le notaire X étant mort, le juge (ou l’official) a chargé le notaire Y de grossoyer l’acte ». Enfin les notaires figurent aussi dans le corpus en tant que testateurs (167 cas dans la série B), en tant que témoin, héritier, légataire, exécuteur, etc. Cela permet de repérer un grand nombre d’individus. J’avais fait mettre en ordinateur, grâce à André Bazzana, les noms et qualités des notaires, dans toutes les occasions où ils apparaissent, figurant dans le corpus forézien. On obtient ainsi la liste de 1 754 notaires ayant instrumenté dans le comté entre 1300 et 1450 environ9.

52Le régime notarial, nous l’avons vu précédemment, est le même dans les deux comtés : pour conférer l’authentique aux actes qu’ils reçoivent, les notaires doivent porter les documents à la cour dont ils dépendent qui y appose son sceau. Mais les notaires sont divers et les termes qui les qualifient le sont plus encore. Il faut donc commencer par préciser le sens des mots employés dans le corpus forézien.

53À l’origine, clericus désigne tous ceux qui bénéficient des privilèges du for ecclésiastique parce qu’ils ont reçu soit les seuls ordres mineurs, soit la prêtrise. Clericus se rencontre des milliers de fois dans le corpus et autres textes foréziens. Le fait à noter est que le terme s’oppose ici à presbyter comme laicus.

54Les très nombreux clercs rencontrés ne sont pas tous notaires. Certains sont de simples écrivains publics. On les trouve parfois dans les testaments nuncupatifs oraux du début du xive siècle. Parce que la mémoire des témoins peut chanceler, le clericus écrit « manu sua in papiro » les clauses du testament. Mais cet écrit n’est qu’un aide-mémoire. Il faut qu’un autre reçoive les dépositions des témoins, les mette en forme et fasse sceller le document par la cour. Cet autre est notaire et son titre exact est clericus juratus. Les trois quarts des notaires du Forez sont dans ce cas. Mais ces spécialistes de l’écrit semblent n’accorder que peu d’importance à la titulature, et l’on a maint exemple de personnages qui ne sont jamais présentés autrement que comme clericus sans plus, et qui pourtant sont de vrais notaires. Peut-être est-ce la faute du secrétaire de la cour, qui forcément connaît tous les notaires et juge superflu de recopier intégralement leurs titres.

55Les clercs qui vivent en Forez ne sont pas obligés d’exercer une carrière juridique : on rencontre ça et là un clerc qui est aussi drapier, meunier ou forgeron... Cependant la grande majorité des clercs sont des hommes de loi et beaucoup appartiennent à une lignée de juristes.

56Parmi les 1754 individus recensés, 336 étaient prêtres, soit un peu plus d’un cinq. Ce fut une surprise de taille. Les prêtres notaires n’étaient donc pas en Forez une exception, mais une importante fraction des officiers institués et chargés de mission par les pouvoirs civil et ecclésiastique.

57Le titre exact du notaire prêtre est presbyter juratus de telle cour (ou des deux cours). Mais cette titulature n’est pas toujours transcrite au complet non plus. Le prêtre qui teste se dit toujours prêtre, il ajoute éventuellement curé, chapelain, courrier de N-D de Montbrison, etc. mais s’il a été notaire, il est très rare qu’il le signale. Sur 336 prêtres notaires répertoriés, 41 ont laissé un testament, dont une demi-douzaine seulement jugent bon de préciser qu’ils ont été notaires. On déniche certains autres grâce aux legs d’archives qu’ils font, tel ce curé de Chagnon qui en 1408 lègue pêle-mêle... « une cuve ou tina neuve de 20 ânées de contenance, 2 tonneaux neufs de 22 ânées de teneur, 5 ânées de vin blanc dans un tonneau qui se trouve dans la cure de Chagnon, tous les meubles et ustensiles de la maison, toutes les lettres grossoyées signées et non signées, 2 coffres à la cure avec les grains qui s’y trouvent [...] » (4G 58, 65).

58Dans la plupart des cas cependant, la double fonction n’apparaît qu’au moyen d’autres textes du corpus. On apprend que tel prêtre a reçu tels et tels testaments en tant que prêtre juré de la cour comtale ou de la cour de l’officialité.

  • 10 Perroy, 1948.

59Au total, le notariat forézien reste fondamentalement clérical, avec 20 % de prêtres et 75 % de clercs, et seulement 5 % de laïcs. La laïcisation du notariat, très avancée dans le Midi de la France, ne fait que commencer. Elle est plus poussée dans le reste de l’administration comtale10, où les offices les plus prestigieux sont entre 1317 et 1390 accaparés par les chevaliers et les gradués en droit. Les simples clercs ont pour principal débouché l’office de « prévot et clerc du papier » dans une châtellenie comtale. Ce qui introduit une nouvelle cause d’incertitude, car le mot clerc désigne alors une fonction et non un statut...

60L’important est que l’Église maintient sur le notariat forézien un double contrôle. Cela donne aussi au notariat une forte unité : 95 % des notaires sont au moins clercs. Ils sont passés par les mêmes écoles et travaillent de la même façon. Au besoin un notaire clerc termine le travail commencé par un notaire-prêtre, et vice-versa. On ne trouve aucune trace d’un éventuel conflit entre eux. En Lyonnais où le corps notarial fonctionne de façon similaire, René Fédou n’en a point trouvé non plus.

61Le corpus testamentaire lyonnais, n’a pas fait l’objet d’une enquête exhaustive. Celle-ci vaudrait la peine d’être réalisée dans les années à venir. D’une part, on trouve dans les isolats de sondage (cf. carte 1) des pourcentages de prêtres notaires voisins de ceux constatés dans la série B. D’autre part, les parties du diocèse situées sur la rive gauche du Rhône ou de la Saône ont un régime notarial différent, et il serait intéressant de savoir si lui aussi réserve une place aux prêtres dans les rangs du notariat.

62Les deux comtés voisins, si liés par l’histoire, ont tous deux connu les prêtres notaire au cours des xive et xve siècles. Cependant l’institution n’a pas connu partout la même ampleur. Elle a aussi connu de fortes variations dans le temps. Plus révélateur que le nombre des prêtres notaires est le pourcentage des testaments qu’ils ont reçus.

Tableau 13. Pourcentage des testaments foréziens reçus par des prêtres notaires

Tableau 13. Pourcentage des testaments foréziens reçus par des prêtres notaires

Carte 1. Testaments des notaires et prêtres-notaires (Forez)

Tableau 14. Pourcentage des testaments lyonnais reçus par des prêtres notaires

Isolats ruraux

Lyon

1300-1339

39,3 %

14,2 %

1340-1379

22,0 %

1,1 %

1380-1419

25,4 %

4,4 %

1420-1459

9,6 %

4,5 %

1460-1500

20,7 %

9,3 %

Moyenne

22,5 %

5,1 %

63On rencontre une fois de plus l’opposition entre ville et campagne, même lorsqu’il s’agit de petites villes. Par exemple à Anse, les notaires prêtres reçoivent 1,8 % des testaments. En Forez où il n’y a pas de grande ville, les 5 agglomérations principales (Montbrison, Feurs, Saint-Bonnet-le-Château, Saint-Galmier, Saint-Germain-Laval) se distinguent nettement du reste du comté si l’on sélectionne les notaires que l’on rencontre plus de 5 fois dans le corpus :

Tableau 15. Nombre de notaires fournissant plus de 5 occurrences

Notaires non prêtres

Notaires prêtres

Les 5 agglomérations

81 = 89,0 %

10 = 10,9 %

Plaine du Forez

67 = 78,8 %

18 = 21,1 %

Monts du Lyonnais

43 = 81,1 %

10 = 18,8 %

Monts du Forez

47 = 61 %

30 = 38,9 %

  • 11 Perroy, 1924.

64Cela semble être le cas général : en Beaujolais, la liste de notaires dressée en 1494 fait apparaître une différence sensible entre les châtellenies contenant des villes et celles où il n’y a que des villages. Dans la châtellenie de Villefranche-sur-Saône, il n’y a pas plus de 17,5 % de prêtres notaires, 25 % dans celle de Belleville-sur-Saône, mais 57 % dans celle de Montmelas qui se trouve en montagne11.

65C’est là un autre facteur d’inégale répartition : les prêtres notaires sont en montagne plus nombreux qu’en plaine. En Lyonnais, cela se vérifie dans l’isolat des Monts d’Or et de Saint-Symphorien (29 % des testaments reçus par des notaires prêtres). En Forez les montagnes de l’Ouest battent le record du comté avec près de 40 % des occurrences.

66Les prêtres notaires seraient donc sacrifiés, ceux à qui on cède volontiers les cures et chapellenies des paroisses d’altitude où l’hiver est interminable, les communications difficiles et les populations réputées rudes ? Leur répartition dans l’espace évoque celle des médecins généralistes d’aujourd’hui, pour qui les zones rurales et tout particulièrement le Massif Central, ne présentent aucun attrait...

  • 12 Statuto, f° 32.

67Ce n’est qu’une hypothèse. On peut essayer de serrer de plus près la réalité en cherchant comment les prêtres exerçaient la fonction de notaire et quelle part du travail notarial ils assumaient. C’est une question très complexe, pour ne pas dire insoluble, puisque nous ne possédons que des reliefs dérisoires de registres notariés, et qu’aucun de ceux qui ont traversé les siècles n’a pour auteur un notaire prêtre. On ne peut voir émerger qu’une faible partie de l’iceberg. La partie émergée de l’iceberg est faite de testaments. Cela semble aller de soi, tant le testament est lié à la mort et à tout ce qui l’entoure. On est même tenté de penser que l’official a pu instituer des prêtres notaires en les chargeant de s’occuper de testaments et rien que de testaments. Les statuts synodaux de Lyon contiennent en effet plusieurs dispositions sur le sujet et datées du xive siècle : « De testamentis. Prohibeatur sacerdotibus ne testamenta sua vel legata per manum laycalem, et ipsis laycis frequenter inhibant ne testamenta sua faciant, nisi in presencia sacerdotis12. »

68Il est donc interdit aux prêtres de tester par l’intermédiaire d’un laïc, et interdit aux laïcs de tester hors de la présence d’un prêtre. Ce dernier point semble généralement observé lorsque le testament est fait oralement et peu avant le décès, puisque le prêtre qui a donné les derniers sacrements est présent parmi les témoins lorsque le malade exprime ses dernières volontés, et que le plus souvent le prêtre est le premier témoin interrogé (sans être notaire).

  • 13 Statuto, f° 153.

69Il y a plus. Vers 1325, l’official Guillaume du Bourg ordonne à tous les curés et vicaires d’enquêter dans leurs paroisses parce que trop de testaments ne sont pas publiés. L’ordre est formel : « […] Quibus sic per quesitis ea inscripsis redigant et ex nunc nobis apportent et tradant ad synodum quemlibet13. »

70L’Église a donc pris conscience du fait que nombre de testaments faits selon la coutume étaient exécutés par les proches du défunt sans aucun contrôle, puisqu’ils restaient confiés à la seule mémoire des témoins et à la bonne foi des exécuteurs.

  • 14 Statuto, f° 164.

71Enfin le même official, Guillaume du Bourg (1324-1326) veut mettre de l’ordre dans le corps notarial, dont certains membres exercent sans avoir fait enregistrer leur seing manuel dans le livre des jurés : « Item quia sunt quidam notarli qui suas subscripciones et signa nundum posuerunt in libro registratorum curie nostre ad hoc ordinato14. »

  • 15 Le registre B 1859 comporte au f° 37, mêlés aux testaments, les signa de 9 notaires institués entre (...)

72Ordre est donné à tous les négligents de se mettre en règle dans le mois. C’est la même organisation qu’en Forez15.

73Que ces dispositions soient appliquées ou non, on pourrait croire les prêtres notaires suffisamment occupés et par leur fonction sacerdotale et par la réception des testaments pour laisser à d’autres les actes de nature économique et l’administration des seigneuries. Il n’en est rien : les notaires prêtres ont fait des terriers, besogne qui exige des mois de travail assidu.

74Barthélemy Arnod, prêtre juré de Saint-Paul-en-Jarez, fait le terrier du chapitre Saint-Jean prenant à Rive-de-Gier entre 1378 et 1409 (10 G 2537). Jean Blandin, prêtre notaire de Saint-Genis-Terrenoire, fait pour le chapitre de Saint-Just le terrier des biens que celui-ci possède dans la dite paroisse en 1391-1396 (12 G 2878).

75Hugon de Charaville, prêtre juré de Saint-Didier-au-Mont d’Or, fait pour l’abbé de File-Barbe un terrier prenant à diverses paroisses en 1338-1341 (10 G 3173). Pierre Perreton, curé de Saint-Just-en-Bas et juré des deux cours, fait en 1369 pour le chapitre de Saint-Just de Lyon le terrier de la seigneurie prenant dans cette paroisse (12 G 1187).

76Mathieu Brunei, prêtre juré de la cour de Forez, refait le terrier de la même seigneurie en 1410 (12 G 1189).

77Ce sont là découvertes de hasard. On aurait une idée plus juste de l’activité déployée par les prêtres notaires en faisant le recensement systématique des centaines de terriers conservés dans la région, tant à Lyon qu’à Saint-Étienne. Les catalogues ne suffisent pas à trouver les notaires prêtres, car ils n’indiquent pas les titres de celui qui a fait le terrier et l’a signé...

78Bien qu’on n’aperçoive, sur ce point aussi, qu’une faible partie de l’iceberg, les indices ne manquent pas qui montrent dans les prêtres notaire une élite. C’est une minorité qui par définition possède une double compétence et qui semble à la fois plus instruite et plus dynamique. Les prêtres notaires sont les seuls prêtres ruraux (et les rares) qui lèguent des livres autres que le traditionnel bréviaire. Étienne Mochon, prêtre notaire de Saint-Bonnet-le-Courreau, a reçu 8 testaments dont 5 de Saint-Bonnet. Il lègue en 1427 à son neveu Antoine Mochon, si celuici veut aller aux écoles et devenir prêtre, une maison avec son contenu, un livre appelé « omeliarum, unum breviarum seu psalterium ad usum Rome, et unum alium librum vocatum usas scriptum littera antiqua » (B 1895, 195). Jean de Sagnelongue, prêtre juré, qui teste à Champoly en 1403, lègue à Allegret Rodomel, juré de la cour de Forez, « omnes notulas sive prothocolla eiudem testatoris que grossate non fuerint ». Il lègue à Jean son neveu « omnes litteras, cartas et instrumenta per dicto testatore signatas, pro morando in studiis ». Le corpus contient 6 testaments reçus par lui à Champoly et dans trois paroisses voisines (B 1885, 9v°).

79Prêtres et clercs passent en effet par les mêmes écoles situées à Montbrison, Villeret et Saint-Bonnet-le-Château. Rares sont ceux qui vont poursuivre des études dans les universités de la vallée du Rhône ou du Midi. Une fois installés, tous s’efforcent d’encourager les jeunes gens de leur entourage à poursuivre des études en leur léguant une pension, une somme d’argent ou des biens-fonds, ou bien encore des livres ou des archives. Les outils des spécialistes des rites ou du droit sont coûteux : un bréviaire à la fin du xive siècle coûte entre 6 et 15 florins. Aussi les livres et les documents sont-ils appréciés des collègues comme des écoliers. Tous les notaires jurés, qu’ils soient clercs, prêtre ou laïcs, forment un corps soudé par la scolarité partagée et par le même souci de faciliter à de plus jeunes les débuts dans la vie.

80Les notaires prêtres se distinguent cependant de la masse par un autre trait : ils semblent résolument partisans du droit savant et propagent la procédure testamentaire recommandée par le pouvoir. Eux-mêmes lorsqu’ils testent le font selon les normes du testament public. Ils ne semblent pas encourager leurs ouailles à maintenir l’usage du testament oral. Ainsi dans 5 paroisses des Monts du Forez, les prêtres notaires reçoivent :

  • testaments nuncupatifs oraux sur 33, soit 9 %

  • 42 testaments publics sur 78, soit 53,8 %

  • 16 Merle, p. 327-330.

81Sur leur comportement, les testaments ne nous apprennent rien. Mais la visite pastorale de 1378-79, qui dresse un portrait si consternant des églises du diocèse, montre que les paroisses où officie un prêtre notaire sont dans l’ensemble mieux tenues que les autres. Dans les Monts du Forez, les visiteurs ne font aux 5 prêtres notaires que des reproches anodins (pas de feu à l’église de Cervières, pas d’eau dans celle d’Essertines). Les visiteurs félicitent celui de Saint-Just-en-Chevalet, car l’église est neuve et la cure en cours de reconstruction. Deux sur cinq des prêtres notaires vivent en famille avec concubine et enfants, mais c’est alors un moindre mal dont les paroissiens ne semblent pas leur tenir rigueur. D’autres sont plus à plaindre : leur pasteur est accusé d’être un ivrogne, un assassin, voire un incendiaire..,16

82Malgré leurs compétences et leurs qualités, les prêtres restent à tout moment minoritaires dans le corps notarial. Assumer les deux fonctions n’est sans doute pas à la portée de tout le monde, malgré les revenus qu’elles procurent l’une et l’autre.

83C’est entre 1300-1340, puis entre 1380 et 1420, que les prêtres notaires sont les plus nombreux et qu’ils assument le plus gros travail de réception des testaments. Peut-être cela correspond-il à des moments où l’official et le comte ont un urgent besoin de personnel compétent : au début du xive siècle, ils ont entrepris de mieux contrôler la pratique testamentaire. À la fin du même siècle, il leur faut renforcer les cadres administratifs et juridiques au sortir de la récession.

84À long terme, le déclin des prêtres notaires se confirme. Non qu’on les ait supprimés brutalement, mais ils semblent devenir moins nécessaires au pouvoir et mal armés pour résister à la concurrence des autres notaires.

  • 17 Petrucci, 1972.

85On ne voit pas que la cour comtale ni l’officialité aient encouru les reproches de la papauté ou des canonistes pour avoir recruté des prêtres dans le corps notarial. On sait que la législation d’innocent III et les statuts de l’ars notarial refusaient les clercs parce que non soumis à la justice séculière : « [...] curri clerici non subiaceant iusticie gladii temporalis et ideo eorum excessus puniri non possent per iudices seculares, dicimus et ordinamus quod aliquis clericus vel aliquos ordines sacros vel clericatus admissis non sit nec esse vel recipi possit de societate vel collegio nostro17. »

  • 18 Clergé, 2005, articles de S. Brunet, Ph. Maurice, N. Lemaître et alii.

86Toutefois ces textes du xiiie siècle ne distinguaient pas les prêtres des autres clercs, et tout cela n’a pas empêché certaines régions de l’Europe d’avoir des prêtres notaires, tels le Gévaudan, le Rouergue, les Pyrénées centrales18. Lorsque le cumul fut interdit, il vint des princes laïques, comme Louis XII ou la duchesse de Bourbon au début du xvie siècle.

87Peut-être les prêtres notaires auraient-ils fini de toutes les manières par disparaître parce que moins indispensables.

88La première raison de ce déclin est sans doute que la qualification des autres notaires fait de rapides progrès au cours du xve siècle. La titulature en fait foi : ceux qui se disent notaire public, notaire royal, gradué en droit, etc., sont de plus en plus nombreux en Lyonnais. En Forez, le pourcentage de ceux qui se disent notarius et non clericus juratus ou simplement clericus, s’élève :

Tableau 16. Les hommes de loi parmi les testateurs de la série B

Registres

Place des juristes

Dont se disant notarius

B 1859 à 1859

1 sur 41,5 testateurs

0

B 1860 à 1869

1 sur 38,9 testateurs

1 sur 341 testateurs

B 1870 à 1879

1 sur 78,6 testateurs

1 sur 136 testateurs

B 1880 à 1889

1 sur 37,5 testateurs

1 sur 143 testateurs

B 1890 à 1901

1 sur 26,2 testateurs

1 sur 36,3 testateurs

  • 19 Fédou, 1964, p. 279-290.

89La seconde raison est que le notaire prêtre est un homme seul. La prêtrise le condamne à n’avoir que des collatéraux et des neveux. Exercer ses fonctions dans une paroisse rurale et souvent en montagne l’isole de ses confrères et le prive de la clientèle urbaine. Les autres notaires sont aspirés par les villes grandes ou petites, où ils profitent du mouvement des affaires pour fonder des dynasties d’hommes de loi. René Fédou a magistralement décrit l’ascension des hommes de loi lyonnais. Entre 1370 et 1450 environ, ils s’introduisent dans le consulat et parviennent à supplanter les marchands. La seconde moitié du xve siècle est celle de leur apogée en tant qu’élite dirigeante19.

90En Forez, même pendant la période où ils sont les plus nombreux, les prêtres notaires reçoivent moins de testaments que les autres. Considérons ceux qui ont à leur actif plus de 10 textes chacun :

  • 37 notaires prêtres ont reçu 564 testaments, soit 15,2 chacun

  • 115 autres notaires ont reçu 2124 testaments, soit 18,4 chacun

91L’activité des prêtres notaires est sans lendemain, alors que celle des autres notaires se perpétue au sein d’une lignée.

  • 20 Fournial, 1967, p. 125-127.
  • 21 Cf. plus loin, documents 8 et 9, p. 236-245.

92En Forez, comme l’a montré Étienne Fournial, la fortune d’une lignée dure trois générations20. La société forézienne dans son ensemble jouit d’une grande stabilité. C’est un avantage supplémentaire car les notaires font pleinement partie des élites urbaines. Les mêmes familles fournissent les hommes d’affaires, les juristes et la haute administration comtale. À l’échelon des petites villes, ces familles accaparent fortune et influence. On peut prendre comme exemple la famille Cachibod, établie à Saint-Galmier et dont il reste trois testaments. Le premier, daté de 1420, est de Jean Cachibod, chanoine de Notre-Dame de Montbrison, ce qui prouve que le prestige de la famille est déjà bien établi. Les deux autres sont de la même année 1443 et proviennent de deux frères, Grégoire et Jean Cachibod, tous deux notaires jurés, et dont le patrimoine est en partie commun21.

93Le lignage des Cachibod est depuis longtemps formé de juristes. Ses premières traces dans le corpus viennent d’un Jeannet Cachibod qui, entre 1370 et 1398, reçoit une vingtaine de testaments. Ses descendants en reçoivent plus encore (Grégoire 24 et Jean 27) et qui proviennent non seulement de Saint-Galmier mais de villages voisins (cf. carte 10) D’après les testaments de 1443, deux neveux sont alors clercs notaires, un autre est prêtre et bénéficie de la prébende fondée par la génération précédente.

94C’est une des familles les plus fortunées de Saint-Galmier. Elle possède un patrimoine foncier que les legs permettent d’entrevoir. Les filles reçoivent des dots de 400 moutons d’or, les fils non héritiers de 100 réaux. Les vêtements que distribue le chanoine en 1420 sont luxueux, doublés de fourrure et taillés dans des étoffes coûteuses. Enfin l’on voit les Cachibod nouer des liens avec d’autres lignages composant l’élite urbaine : mariage avec des Bastier, notaires de Saint-Symphorien-le-Château, avec les Sapientis, notaires de Montbrison, relation d’affaires ou d’amitié avec des prêtres, des clercs, des chanoines, des membres de l’administration comtale...

95Sans même le secours du droit canon, les notaires non prêtres disposaient d’atouts qui les prédisposaient à supplanter les notaires prêtres. Au xve siècle, c’est eux que l’on trouve solidement implantés dans les centres de châtellenies comtales, les villes de foires, les nœuds de route. La carte des testaments qui ont des notaires pour testateurs en fait foi (cf. carte 1).

Notes

1 Lorcin, 1988.

2 Une ordonnance de l’échevinat déclare nul le testament rédigé « au lit mortel », à moins qu’il ne soit confirmé par les héritiers. Ordonnance inégalement respectée, puisque 30 % des testaments reçus par les notaires ou les prêtres sont ceux de grabataires ; Deregnaucourt, 1993, p. 58.

3 Belmont, 1998.

4 B 1851 bis, No 87 et 123. La manière de qualifier testateurs et témoins pose des problèmes à chaque niveau de l’échelle sociale ; Courtemanche, 1997, p. 200-204.

5 Fournial, 1967, p. 399-406 et 655-677.

6 Lorcin, 2000.

7 Gonon, 1960, 1, p. 28-40 ; Fédou, 1964, p. 151-291.

8 Lorcin, 1995, 1.

9 Lorcin, 1992, 1.

10 Perroy, 1948.

11 Perroy, 1924.

12 Statuto, f° 32.

13 Statuto, f° 153.

14 Statuto, f° 164.

15 Le registre B 1859 comporte au f° 37, mêlés aux testaments, les signa de 9 notaires institués entre 1350 et 1368. Cf. Annexes, document 7.

16 Merle, p. 327-330.

17 Petrucci, 1972.

18 Clergé, 2005, articles de S. Brunet, Ph. Maurice, N. Lemaître et alii.

19 Fédou, 1964, p. 279-290.

20 Fournial, 1967, p. 125-127.

21 Cf. plus loin, documents 8 et 9, p. 236-245.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19813/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Tableau 2. Classification des témoins (sondage dans 9 registres)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19813/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 3. Pourcentage de testateurs et de témoins dont est indiquée la profession
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19813/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 5. Nombre d'occurrences concernant les trois artisanats les plus répandus
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19813/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 7. Classification des témoins (sondage dans 9 registres)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19813/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 9.Nombre d'occurrences concernant les trois artisanats les plus répandus
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19813/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 13. Pourcentage des testaments foréziens reçus par des prêtres notaires
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19813/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Carte 1. Testaments des notaires et prêtres-notaires (Forez)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19813/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 232k

© Presses universitaires de Lyon, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site