Version classiqueVersion mobile

La Suite à l'ordinaire prochain

 | 
Chantal Thomas
, 
Denis Reynaud

Introduction : « la sixième fenêtre »

Denis Reynaud et Chantal Thomas

Texte intégral

1Correspondances et mémoires du XVIIIe siècle abondent en preuves de l'importance accordée par les contemporains à ce précieux véhicule de l'information qu'étaient les gazettes. Dans son Tableau de Paris, Louis Sébastien Mercier consacre plusieurs chapitres aux "Liseurs de gazettes" ; c'est l'occasion pour lui de dénoncer les censures exercées par le bureau, mais aussi de dire l'intensité de la passion pour les gazettes, véritable drogue sans laquelle la vie perd une grande partie de son sel :

  • 1 Louis Sébastien Mercier, Tableau de Paris, édition établie sous la direction de J.-C. Bonnet, Mercu (...)

Voyez-les assis sur un banc aux Tuileries, au Palais-Royal, à l'Arsenal, sur le quai des Augustins et ailleurs. Trois fois par semaine ils sont assidus à cette lecture, et la curiosité des nouvelles politiques saisit tous les âges et tous les états1.

2Loin du tumulte parisien, la gazette est encore un ingrédient essentiel du charme de la "matinée à l'anglaise" selon Rousseau :

  • 2 La Nouvelle Héloïse, 5ème partie, lettre III. L’estampe de H. Gravelot illustrant cette scène dans (...)

Mme de Wolmar brodait près de la fenêtre, vis-à-vis des enfants ; nous étions son mari et moi encore autour de la table à thé, lisant la gazette, à laquelle elle prêtait assez peu d'attention. Mais à l'article de la maladie du Roi de France et de l'attachement singulier de son peuple, qui n'eut jamais d'égal que celui des Romains pour Germanicus, elle a fait quelques réflexions sur le bon naturel de cette nation...2

  • 3 Mercier, ouvr. cit., p. 1223.
  • 4 Casanova, Histoire de ma vie, Laffont, "Bouquins", 1993, t. 1, p. 871.
  • 5 Annales politiques, civiles et littéraires, no l 14 (août 1788).

3On pourrait croire que cette avidité est le propre des oisifs. Non, les classes travailleuses la partagent : "Ce qui étonne le plus, c'est de voir de pauvres diables tout déguenillés se passionner pour une nouvelle récente ; et s'en rassasier comme si c'était du pain"3. Comme Mercier, ou comme Casanova qui suppliait son geôlier de lui apporter celle de Leyde4, Linguet souligne et déplore l'importance culturelle des gazettes "devenues pour les trois-quarts du public des espèces de livres classiques, des catéchismes journaliers d'Histoire et de connaissances usuelles"5.

  • 6 Sous la direction de Jean Sgard, 1991.
  • 7 J. D. Popkin, News and Politics in the age of Revolution : Jean Luzac's Gazette de Leyde (1989) ; J (...)
  • 8 L'Attentat de Damiens, discours sur l'événement au XVIIIe siècle (1979). Presse et histoire au XVII (...)

4L'étude des gazettes a été longtemps négligée par les spécialistes des XVIIe et XVIIIe siècles, tant par les historiens que par les littéraires. Mais elle a fait au cours des vingt dernières années des progrès considérables. Qu'il nous suffise de mentionner, dans l'ordre des vastes recensements, le Dictionnaire des Journaux (1600-1789)6, qui a permis à la fois de situer cette presse politique dans l'ensemble de la production périodique et de réunir en de brèves monographies l'essentiel des connaissances sur chaque titre. Sont apparus en même temps des travaux plus spécifiques ou plus synthétiques, en particulier, venant des États-Unis, ceux de Jeremy Popkin et de Jack Censer7. Dans des ouvrages collectifs comme Les Gazettes européennes de langue française (1992), une série d'études a été consacrée à l'histoire institutionnelle des gazettes (contrôle, diffusion, réception), tandis qu'une autre s'attachait à analyser le contenu des gazettes, démontrant le parti que l'on pouvait en tirer pour renouveler la lecture d'événements singuliers (l'attentat de Damiens), ou la compréhension d'un moment (l'année 1734)8.

  • 9 Dans Studies on Voltaire and the Eighteenth Century 287, 1991, pp. 25-32 et Les Gazettes européenne (...)
  • 10 Celle-ci fait l’objet particulier du colloque "Les Gazettes européennes et l'information politique (...)

5Plus rares ont été les travaux qui, sans négliger la nature et l'intérêt des informations transmises par les gazettes, se sont intéressés aux particularités formelles de leur discours ; Jean Sgard ("On dit"), Shelley Charles ("L'écriture du présent"), Claude Labrosse et Pierre Rétat ("Le texte de la gazette") ont cependant relevé certains des traits caractéristiques du mode de représentation à l'œuvre9. C'est dans cette dernière perspective, focalisée ni sur un événement précis, ni sur la dimension politique10, ni sur le problème des sources de l'information, que s'inscrit ce livre : comment ces fragments de texte qui composent la gazette jouent-ils ensemble et donnent-ils à voir les fragments d'un monde ? Comment les gazettes inventent-elles un mode de représentation propre, distinct du discours historique ou romanesque ?

6Il y a beaucoup à explorer, étant données l'immensité du corpus et les difficultés de lecture qui s’y attachent – difficultés matérielles (la reconstitution sur cédérom de collections complètes de grandes gazettes va bientôt offrir un mode de consultation efficace), mais aussi intellectuelles et méthodologiques : nos habitudes de lecture d'œuvres littéraires sont davantage un obstacle qu'une aide. Le sentiment d'inconnu, de territoires immensément vierges, peut s'accompagner de découragement ; mais il est également dynamique et donne envie de se lancer à la découverte.

  • 11 Voir G. Feyel, "La diffusion des gazettes étrangères en France et la révolution postale des années  (...)

7Pour limiter les errances, mais non l'esprit d'aventure qui les sous-tend, nous nous sommes fixés un corpus de références commun : les six premiers mois de 1775, période de gazettes abondantes et relativement peu chères11, typique d'un certain stade de la presse politique ; époque presque calme pour l'Europe, dépourvue de crises majeures qui monopoliseraient l'intérêt des gazetiers, 1775 apparaît alors comme un pêle-mêle d'événements de moyenne et petite magnitude : siège de Melille, révolte des colonies américaines, élection de Pie VI, troubles de Bohême, diète de Pologne et exécution de Pugatschew, voyages de Catherine à Moscou, de l'Archiduc Maximilien en France, de l'Empereur Joseph en Croatie, rétablissement des parlements, émeutes des farines à Dijon et dans la région parisienne, sacre de Louis XVI, épizootie du bétail dans le sud de la France, procès de Guines et de Richelieu. C’est le hasard d'une simultanéité accidentelle, temporelle et locale, qui nous rend contemporains de certains événements historiques et nous en fait manquer d'autres. Cette plage partagée ne nous interdit pas d'ailleurs les excursions en aval ou en amont, lorsqu'elles se révèlent nécessaires au développement d'une problématique.

  • 12 Principalement : les gazettes d'Amsterdam, de Cologne, des Deux-Ponts, de France, de Leyde, des Pay (...)

8Travaillant sur une période limitée, nous avons en revanche multiplié les passages d'une gazette à une autre. Cette démarche comparatiste, nouvelle (à notre connaissance, il n'existe pas d'étude qui considère ensemble et dans leur totalité une dizaine de gazettes12 sur une période de plusieurs mois), nous a conduit à poser cette question : est-il légitime de parler d'un discours de la gazette (on disait "la gazette" parfois pour désigner celle de France, mais aussi, très souvent, l'ensemble des gazettes ou n'importe quelle gazette) ? La question est en fait double : dans quelle mesure ce que l'on observe dans les gazettes d'une année donnée est-il pertinent dix ans avant ou après ? Dans quelle mesure ce qui est dit d'une gazette vaut-il pour une autre ?

9Outre une langue commune, d'évidentes ressemblances formelles et stylistiques entre les grandes gazettes européennes d'Ancien Régime permettent de parler d'un système d'information propre aux gazettes, et même de poser l’hypothèse d'une représentation du monde inhérente à ce media. C’est à montrer cette indéniable unité que s'attachent d'ailleurs la plupart des études contenues dans le présent ouvrage.

10Il existe cependant des différences notables entre les gazettes. Les lecteurs de l'époque semblent avoir été plus sensibles que nous ne le sommes aux différences de style. On constate plus clairement des tendances idéologiques, des allégeances politiques marquées qui tiennent à la personnalité de certains rédacteurs ou au lieu d'implantation du journal. Sur la question des jésuites, de la "révolte" américaine, du rétablissement des parlements et quelques autres, les mêmes informations sont traitées avec des partis pris divers aisément identifiables. Malgré la décision d'impassible objectivité qui domine dans le ton des gazettes, il y a une prévisibilité politique forte de chacune qui constituait sans doute un élément de choix pour les abonnés.

11Ces accentuations politiques apparaissent plus nettement sous le règne de Louis XVI, après que de nouvelles gazettes se sont ajoutées aux plus anciennes. Commencent alors à se creuser des écarts indissociablement idéologiques et formels. Les gazettes à l'option politique le plus personnalisé sont, en effet, les plus enclines à s'écarter de la forme séculaire ; le Courier du Bas-Rhin, par exemple, entreprend de mettre en cause l'ordre traditionnel des informations.

12Mais on ne peut résumer les différences entre gazettes à une question de ton et de forme. Les gazettes disposaient de sources d'informations nettement différenciées, avec des points forts et des zones aveugles sans doute connues du public. Des études comparatives un peu poussées montrent de réelles différences dans la géographie de chaque gazette. De l'une à l'autre se dessine autrement la carte que figurent les lieux dont on parle et ceux d'où proviennent les informations.

13Quelle que soit l'importance de ces variations (que nous ne pourrons ici qu'indiquer, sans chercher à aboutir à un panorama définitif), on sait cependant que la stabilité l'emporte. Durant un siècle et demi, de leur origine à la Révolution, la forme des gazettes est restée remarquablement identique, au point que l'essence de la gazette semble résider dans cette uniformité : deux fois par semaine sont déclinés, dans un ordre à peu près immuable, la même litanie des villes d'où sont issues les nouvelles (Moscou, Varsovie, Stockholm, Vienne, Ratisbonne, Rome, Venise, Madrid, Londres, Paris, Versailles...), le même retour saisonnier des événements, les mêmes rites de la vie de cour, et surtout, dans un temps si profondément vécu sous le signe du sacré, les mêmes cérémonies religieuses. On apprend de Versailles dans la Gazette d'Amsterdam du 25 avril 1775 :

Avant-hier, Jour du Jeudi Saint, le Roi lava les pieds à 12 Pauvres et les servit à table [...] Le même jour, la Reine lava les pieds à 12 pauvres filles, qu'Elle servit à table.

14La même gazette (mais datée du 2 mai 1775) rapporte de Varsovie :

Le Jeudi Saint, 13 de ce mois [avril], le Roi assista dans l'Eglise Paroissiale de St. Jean à la Grand'messe. [...] Après le Service-Divin, S. M. retourna au Château, y lava les pieds à douze pauvres Vieillards et les servit à table...

15Tandis qu'à Vienne, au même moment, et dans le même ordre,

après le Service-Divin, l'Empereur lava les pieds à 12 Vieillards, dont les âges réunis montaient à mille quinze ans, et les servit à table avec Mgr. l'Archiduc Maximilien. De son côté, Madame l’Archiduchesse Elisabeth lava aussi, au nom et en présence de l'Impératrice-Reine, les pieds à autant de vieilles Femmes, dont les années combinées formaient mille sept ans, le plus vieux des hommes ayant 105 ans, et la plus âgée des femmes 103.

16Ce caractère répétitif, qui arrête lorsqu'on lit ainsi à la suite plusieurs numéros d'une même gazette, est plus frappant encore si on confronte des gazettes différentes, se mettant ainsi dans la position de la plupart des lecteurs du XVIIIe siècle qui consommaient ces objets coûteux dans des cabinets de lecture ou autres lieux publics :

Les honneurs d'usage ont été rendus à Monsieur et à Msgr le Comte d'Artois. Pendant que ces Princes entendaient la Messe à la Sainte-Chapelle, il fut volé, auprès d'eux et au milieu de leur cortège, un manteau rouge brodé et garni d'une plaque du St. Esprit, que Monsieur avait apporté par-dessus ses habits, à cause du froid, et qu'un de ses Officiers avait déposé sur une chaise. (GC 6 jan. 1775) Les honneurs d'usage ont été rendus à Monsieur et à Mgr le Comte d'Artois. Pendant que ces Princes entendaient la Messe à la Sainte-Chapelle, il fut volé, auprès d'eux et au milieu de leur cortège, un Manteau rouge brodé et garni d’une plaque du St. Esprit, que Monsieur avait apporté par-dessus ses Habits, à cause du froid, et qu’un de ses Officiers avait posé sur une chaise. (GL 10 jan. 1775) Pendant que L. A. Royales entendirent la messe à la Ste Chapelle, il fut volé auprès d'eux et au milieu du cortège, un manteau rouge brodé et garni d’une plaque du St. Esprit, que Monsieur avait apporté par-dessus ses habits à cause du froid et qu’un de ses Officiers avait déposé sur une chaise (GU 10 jan. 1775)

17Un jeu d'échos et de nuances s'ajoute ici aux répétitions internes. Les gazettes se reprennent mutuellement, sans pour autant se répondre, pour créer un étourdissant tourbillon de paroles, donner l'impression d'une circulation sans origine et sans fin. Accablante redondance du détail insignifiant ? Peut-être pas si l’on se demande pourquoi le manteau rouge disparu est présent de façon si éclatante, tache écarlate dans le monde généralement incolore des gazettes. C'est qu'il s'agit pour les gazettes de Cologne, de Leyde et d'Utrecht d'escamoter un autre objet : celui de la séance du parlement qui a précédé la messe dont sortent les deux princes, où ont été arrêtées des remontrances au roi. La plupart des gazettes se taisent en chœur sur ce sujet politique essentiel des premiers jours de 1775.

18L'étude des gazettes est donc à la fois celle d'une multitude d'énoncés juxtaposés, plus ou moins intéressants, et celle de leur répétition, de leur jointure, de leurs interstices. C'est l'étude non d'un discours vide, comme on pourrait le croire, mais des vides de ce discours. L'art du gazetier est celui de dire, mais aussi de taire (les révoltes, les défaites, les formes radicales de l'étrangeté). Le "silence gazette" est une des formes de la désinformation. Les gazettes déploient des stratégies d'écriture ; elles constituent un objet littéraire, résultat d'un travail éditorial spécifique, aussi réfléchi que ses conditions d'exercice le permettent.

  • 13 Mémoires d'un père, Stock, 1942, p. 246.

19Fragmenté, émietté, rédigé à la fois dans la précipitation, l'immédiateté du surgissement événementiel et dans la soumission à une ligne de propagande et à un régime de censure, le texte de la gazette autorise de nombreux types de lectures. Ils interviennent tour à tour ou se combinent dans nos différents chapitres. Qu'il s'agisse de suivre d'un numéro à l'autre le fil d'une affaire, d'une guerre, d'une narration, ou bien de s'attacher, dans le gros plan de la fascination, à l'analyse d’un détail, linguistique ou visuel, singulier ou récurrent, au relief d'un thème précis. Ou encore - et c'est ce qui nous a guidés pour le "Petit dictionnaire" qui clôt le livre - que nous décidions de nous abandonner à l'absurde d'une mise en page réunissant côte à côte les nouvelles les plus hétéroclites, venues des horizons les plus disparates, sans gradation significative, sans la moindre apparence de logique. Un tel non-sens, parfois drôle, parfois tragique, apparaît pareillement aujourd'hui à qui parcourt la presse. Cette impossibilité à situer un point de vue dominant et à pouvoir se reposer sur une perspective fixe s'accroît quand on passe d'une presse nationale à une autre, et même de la presse d'une capitale à la presse régionale. Elle est encore accentuée, bien sûr, quand on lit les gazettes d'un autre siècle. Voltaire expliquait à Marmontel que Genève s'était enrichie "à fabriquer des mouvements de montre, à lire vos gazettes et à profiter de vos sottises"13 ; et il existait bien sans doute une lecture fonctionnelle, utilitaire des gazettes, qui n'étaient pas seulement le matériau hétéroclite dont est constituée l'histoire ; elles enseignaient aussi, à leur manière, à déchiffrer l'actualité. Mais l'éloignement historique nous désengage de ce qui, pour le lecteur contemporain, répondait à sa préoccupation du moment.

20L'effet d'irrationnel, d'étrangeté, est en outre, nous semble-t-il, inhérent au journalisme, à sa vocation à collecter les informations et à les transmettre telles quelles. Le reconnaître c'est être sensible à la spécificité d'un type de discours, et à sa capacité toujours actuelle de nous étonner. Le même Voltaire écrivait à la marquise du Deffand :

Vous me demandez ce que vous pouvez lire d'intéressant ; madame, lisez les gazettes : tout y est surprenant comme dans un roman. On y voit des vaisseaux chargés de jésuites [...], on y voit les Français battus dans les quatre parties du monde [...], nos ministres dégringolant l'un après l'autre comme les personnages de la lanterne magique. Une récapitulation de tout cela pourrait composer un volume qui ne serait pas gai, mais qui occuperait l'imagination. (3 déc. 1759).

21Dans La Belle et la Bête de Mme de Villeneuve, le monstre offre à son hôte une lanterne magique à sa manière : un chef-d’œuvre de l'optique qui permet de recevoir chez soi un bouquet composé de cinq spectacles quotidiennement renouvelés, réverbérés en direct depuis Paris, et d'un sixième programme dont le contenu est celui même de la gazette :

  • 14 1740, repris dans Le Cabinet des fées, 1786 (reprint Slatkine 1978), t. 26, pp. 82-88.

La dernière fenêtre n'était pas la moins agréable : elle lui fournissait un moyen sûr pour apprendre tout ce qui se faisait dans le monde. La scène était amusante et diversifiée de toutes sortes de façons. C'était quelquefois une fameuse ambassade qu'elle voyait, un mariage illustre ou quelques révolutions intéressantes. Elle était à cette fenêtre dans le temps de la dernière révolte des janissaires, elle en fut témoin jusqu'à la fin14.

  • 15 "Prévost romancier et journaliste", Vingt études sur Prévost, ELLUG, Grenoble, 1995, pp. 225-238. J (...)
  • 16 Les Nuits de Paris, ch. 199 et 221, Laffont, "Bouquins", 1990.

22Comme le dit Jean Sgard, la gazette est un "champ de mystères", où l’on trouve des "passions inouïes, des malheurs, des violences, des sièges de villes, des passages de corsaires...", et qui "offre à l’état brut le champ de l’expérience"15. Ce livre ne communiquera peut-être pas à ses lecteurs l'émerveillement naïf de la belle prisonnière, ni la sombre jubilation de l'abonné de Ferney ; nous espérons cependant qu'il saura les placer un instant dans la position des lecteurs du règne de Louis XVI, que Restif de la Bretonne nous montre s'arrachant les papiers publics au café de l’École et vivant dans l'attente de l'ordinaire prochain16.

Annexes

Principales abréviations employées dans ce volume :

CBR Courier du Bas-Rhin

GA Gazette d'Amsterdam

GC Gazette de Cologne

GDP Gazette des Deux-Ponts

GF Gazette de France

GL Gazette de Leyde ou nouvelles extraordinaires de divers endroits

GPB Gazette des Pays-Bas

GU Gazette d'Utrecht

JB Journal de Bouillon (Journal politique ou Gazette des gazettes)

JPL Journal de politique et de littérature

Sauf indication du contraire, les références aux gazettes renvoient à l'année 1775.

L'orthographe des citations a été modernisée, sauf celle des noms propres et des titres. La ponctuation et la disposition typographique originales n'ont été conservées que quand le propos l'exigeait.

Les chiffres romains gras dans les notes renvoient aux ouvrages numérotés (de I à XXXI) dans la bibliographie.

Notes

1 Louis Sébastien Mercier, Tableau de Paris, édition établie sous la direction de J.-C. Bonnet, Mercure de France, 1994, 1.I, p. 1217.

2 La Nouvelle Héloïse, 5ème partie, lettre III. L’estampe de H. Gravelot illustrant cette scène dans l'édition originale (Rey, 1761) est reproduite sur la couverture du présent livre.

3 Mercier, ouvr. cit., p. 1223.

4 Casanova, Histoire de ma vie, Laffont, "Bouquins", 1993, t. 1, p. 871.

5 Annales politiques, civiles et littéraires, no l 14 (août 1788).

6 Sous la direction de Jean Sgard, 1991.

7 J. D. Popkin, News and Politics in the age of Revolution : Jean Luzac's Gazette de Leyde (1989) ; J. Censer, The French Press in the Age of Enlightenment (1994). Pour plus de précisions sur les études consacrées aux gazettes, on se reportera à la bibliographie donnée à la fin du présent ouvrage.

8 L'Attentat de Damiens, discours sur l'événement au XVIIIe siècle (1979). Presse et histoire au XVIIIe siècle : l'année 1734 (1978).

9 Dans Studies on Voltaire and the Eighteenth Century 287, 1991, pp. 25-32 et Les Gazettes européennes..., pp. 135-144 et 177-185.

10 Celle-ci fait l’objet particulier du colloque "Les Gazettes européennes et l'information politique de l'Ancien Régime", 5-7 juin 1997, Lyon.

11 Voir G. Feyel, "La diffusion des gazettes étrangères en France et la révolution postale des années 1750", Les Gazettes européennes..., 1992, pp. 81-98.

12 Principalement : les gazettes d'Amsterdam, de Cologne, des Deux-Ponts, de France, de Leyde, des Pays-Bas, d'Utrecht ; le Courier du Bas-Rhin, le Journal de Bouillon et le Journal de politique et de littérature.

13 Mémoires d'un père, Stock, 1942, p. 246.

14 1740, repris dans Le Cabinet des fées, 1786 (reprint Slatkine 1978), t. 26, pp. 82-88.

15 "Prévost romancier et journaliste", Vingt études sur Prévost, ELLUG, Grenoble, 1995, pp. 225-238. J. Sgard signale dans le même article la forte proportion de journalistes qui furent en même temps romanciers.

16 Les Nuits de Paris, ch. 199 et 221, Laffont, "Bouquins", 1990.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search