Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Averroès et l’averroïsme

 | 
André Bazzana
, 
Nicole Bériou
, 
Pierre Guichard

1. Le temps d'Averroès. L'Empire almohade dans la seconde moitié du xiie siècle

Le champ de bataille d’Alarcos

André Bazzana, Pierre Guichard et Yves Montmessin

Texte intégral

1Le 19 juillet 1195, l’armée du calife almohade Abü Yüsuf Ya'qūb, commandée par le souverain en personne, remporte sur les Castillans et quelques contingents portugais dirigés par le roi Alphonse VIII de Castille la grande victoire d’Alarcos, dans la zone frontière de la Castille avec l’Empire almohade. Cette région située au sud de Tolède avait été occupée par les chrétiens au milieu du XIIe siècle (1147), lors de l’effondrement du régime almoravide qui avait permis de notables avancées chrétiennes (c’est à ce moment que sont prises Lisbonne et Tortosa). Le centre principal en était la ville fortifiée de Calatrava (Qal'at Rabāh), localité d’une certaine importance existant depuis les premiers temps de la conquête sur la rive sud du Guadiana. La pression almohade avait amené le roi de Castille à en confier la défense à un ordre militaire nouvellement créé, qui prit le nom de la cité. Après Alarcos, les musulmans reprennent Calatrava, qui redevient almohade jusqu’à la bataille de Las Navas de Tolosa (1212), qui dix-sept ans plus tard renverse définitivement l’équilibre des forces en faveur des chrétiens.

2L’archéologie de la région est particulièrement riche. Sur le site de Calatrava, abandonné après 1212, subsiste l’enceinte urbaine, renforcée de 37 tours, qui enserre une superficie de 5 ha environ, sur une hauteur de faible importance (5 à 10 m) renforcée par un fossé dont l’eau était prise directement dans le Guadiana. Cet espace était celui de la madīna musulmane, c’està-dire de la ville, qui comprenait sa qasāba ou citadelle. Tout autour on relève des traces d’habitats constituant des faubourgs, qui semblent avoir été actifs et plutôt en expansion durant cette période d’occupation almohade. Il existait une seule porte d’entrée coudée, et une importante tour albarrana en avancée jusqu’au cours du fleuve. D’importantes campagnes de fouilles ont été réalisées, qui ont fourni un abondant matériel archéologique de toute nature (céramiques, outillage et armes de métal), particulièrement intéressant pour la connaissance de la civilisation matérielle durant l’occupation almohade de la cité.

3À quelque 8 km au sud-ouest de Calatrava, sur une hauteur où l’archéologie a retrouvé des vestiges importants d’un peuplement d’époque ibérique, mais où il ne semble pas y avoir eu ensuite d’établissement jusqu’au Moyen Âge central, il existait depuis le XIe siècle au moins un petit ensemble fortifié, peut-être assorti d’un peuplement rural, qui portait le nom de « Château d’Alarcos ». Le roi Alphonse VIII de Castille décida de le renforcer et d’établir sur les pentes de la colline, en contrebas, une ville de colonisation chrétienne importante, qui aurait eu une superficie d’une trentaine d’hectares.

Figure 1. Le champ de bataille d’Alarcos

4L’enceinte de celle-ci était en cours de construction lorsque se produisit la bataille de 1195, qui se déroula sur le heu même où l’on était en train d’édifier la nouvelle ville et dans ses abords immédiats. Les fouilles effectuées depuis 1984 dans le château, mais aussi le long du tracé de l’enceinte en construction, ont bien mis en évidence la structure de celle-ci, édifiée comme la plupart des constructions militaires de cette époque en banchées de ṭābiya, et ont surtout permis la découverte d’une grande quantité d’armes et de pièces d’équipement (pointes de flèche, balles de fronde, lances, couteaux, éperons) en liaison directe avec le célèbre combat. Ce lot constitue l’un des ensembles d’armes les plus importants d’Europe retrouvé dans un tel contexte archéologique. La construction de la ville, interrompue par la victoire musulmane, ne fut pas reprise au même endroit après la réoccupation de la zone consécutive à Las Navas de Tolosa. La sécurité de la région étant complètement assurée par l’avancée chrétienne du second quart du siècle, c’est dans la plaine que s’établit la nouvelle ville de colonisation, sur le site actuel de Ciudad Real, fondée officiellement en 1255.

Figure 2. Paysage de la région d’Alarcos depuis les courtines de Calatrava la Nueva

5Entre temps, et dans l’incertitude où l’on était après Las Navas de l’évolution du rapport des forces – les souverains vainqueurs sont morts quelques mois plus tard laissant une situation de crise aussi bien en Aragon qu’en Castille, et Ton ne peut prévoir l’effondrement prochain de l’Empire almohade – les chevaliers de Calatrava réinstallés dans la région décident d’édifier, sur une hauteur assez fortement défendue où se trouvait déjà semble-t-il une petite fortification, un très puissant château, l’actuel Calatrava la Nueva. Celui-ci est impressionnant par sa situation et son ampleur – 4,5 ha au total et trois enceintes concentriques – plus que par sa construction en pierre de médiocre appareil, qui semble témoigner d’une certaine hâte ou de moyens peu en accord avec l’ambition apparente du projet.

Figure 3. Combattants musulmans et chrétiens du XIIIe siècle
L’iconographie chrétienne de la fin du XIIIe siècle propose des représentations de combattants des deux camps, mais ce n’est qu’avec prudence que l’on peut en tirer des données sur l’équipement et l’armement des armées à la fin de l’époque almohade.

Les miniatures les plus connues sont celles des “Cantigas de Santa Maria”, du roi Alphonse X de Castille. On y trouve de nombreuses images d’armées musulmanes et chrétiennes, d’où ressort le caractère plus léger de l’armement musulman.
Dans les scènes de bataille, apparaît le même contraste entre l’armement lourd des chevaliers chrétiens, complètement protégés, et celui, plus léger, des guerriers montés musulmans, dont la tactique habituelle était le “torna-fuye”, fait d’attaques rapides et tournoyantes suivies de retraites aussi rapides ; on cherchait à entraîner les cavaliers chrétiens plus lourds à la poursuite de leurs adversaires de façon à les attirer dans des embuscades.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Le champ de bataille d’Alarcos
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19552/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Figure 2. Paysage de la région d’Alarcos depuis les courtines de Calatrava la Nueva
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19552/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Figure 3. Combattants musulmans et chrétiens du XIIIe siècleL’iconographie chrétienne de la fin du XIIIe siècle propose des représentations de combattants des deux camps, mais ce n’est qu’avec prudence que l’on peut en tirer des données sur l’équipement et l’armement des armées à la fin de l’époque almohade.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19552/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Les miniatures les plus connues sont celles des “Cantigas de Santa Maria”, du roi Alphonse X de Castille. On y trouve de nombreuses images d’armées musulmanes et chrétiennes, d’où ressort le caractère plus léger de l’armement musulman.Dans les scènes de bataille, apparaît le même contraste entre l’armement lourd des chevaliers chrétiens, complètement protégés, et celui, plus léger, des guerriers montés musulmans, dont la tactique habituelle était le “torna-fuye”, fait d’attaques rapides et tournoyantes suivies de retraites aussi rapides ; on cherchait à entraîner les cavaliers chrétiens plus lourds à la poursuite de leurs adversaires de façon à les attirer dans des embuscades.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19552/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540