Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Averroès et l’averroïsme

 | 
André Bazzana
, 
Nicole Bériou
, 
Pierre Guichard

1. Le temps d'Averroès. L'Empire almohade dans la seconde moitié du xiie siècle

La résistance aux Almohades : le cas de l’Andalus oriental

Pierre Guichard

Texte intégral

1À Murcie, de la crise et de la chute du régime almoravide (1147) jusqu’à 1172, se maintient un émirat hostile aux Almohades qui occupe la côte orientale entre Tortosa, conquise par les Catalans en 1148, et Almería, occupée par les Castillans à la suite d’une audacieuse opération combinée terrestre et maritime en 1148 ; la ville est reconquise par les Almohades en 1155, mais elle semble ensuite être passée au bout de quelques années sous la domination de cet émirat levantin. Cet émir de Murcie, appelé Muhammad Ibn Mardanîsh, entretient de bonnes relations avec les chrétiens (qui l’appellent “le roi Lope”) chez lesquels il recrute d’ailleurs de nombreux mercenaires, selon une tradition qui avait été celle des émirs des taifas du XIe siècle, puis des Almoravides eux-mêmes, qui les avaient utilisés pour maintenir leur domination sur le Maroc menacé par le soulèvement almohade.

2Cet émirat de Murcie et de Valence (Valence est gouvernée par Yûsuf b. Mardanîsh pour le compte de son frère) mène, à partir de 1159, une lutte très dure contre l’empire almohade qui cherche à soumettre l’ensemble de l’Andalus. L’un des chefs les plus audacieux est le célèbre Ibn Hamushk, beau-père d’Ibn Mardanîsh, un aventurier qui s’est taillé une sorte de “fief’ personnel dans la Sierra de Segura. Les troupes d’Ibn Mardanîsh lancent des raids contre plusieurs villes d’Andalousie, qu’elles réussissent parfois à occuper pendant un certain temps. C’est seulement en 1172 que cette guerre cesse avec l’invasion du territoire par l’armée almohade et le ralliement des fils d’Ibn Mardanîsh, après la mort de leur père, au régime almohade. Cette principauté levantine semble avoir eu une économie assez prospère, si l’on en juge par ses abondantes monnaies d’or. Ibn Mardanîsh reconnaît la souveraineté de principe du califat abbasside de Bagdad. Cette reconnaissance n’est pas une pure fiction : elle dut fournir une sorte de légitimité à ce pouvoir hostile aux Almohades, dans la mesure où la doctrine de ces derniers frise l’hétérodoxie en affirmant l’infaillibilité et l’impeccabilité du mahdî Ibn Tumart son fondateur. L’hostilité idéologique du régime almohade envers le malikisme, auquel adhéraient traditionnellement les docteurs andalous eut pour effet de la part de ces derniers une sourde opposition qui amena certains d’entre eux à se réfugier dans l’émirat de Murcie où ne se manifestait aucune tendance de ce genre, et semble-t-il à s’y sentir à l’aise en dépit de son alliance avec les chrétiens.

Figure 1. Le Sud-Est péninsulaire à l’époque almohade

3L’archéologie murcienne, très active, s’est attachée depuis une vingtaine d’années à l’étude des vestiges très intéressants des palais de l’époque d’Ibn Mardanîsh qui subsistent dans la huerta et dans la ville même. Dans l’actuel couvent de Santa Clara, ancien “Petit Palais” (Qsar Saghîr) des souverains murciens, ont été retrouvés des fragments d’une coupole ou d’un plafond à muqarnas, dont la destruction remonte vraisemblablement à l’entrée des Almohades dans la ville en 1172. On peut penser en effet que les peintures figuratives qui l’ornaient étaient susceptibles de choquer le rigorisme du régime almohade. Cette décoration, qui doit donc dater du troisième quart du siècle, paraît très proche des peintures qui avaient été réalisées quelques décennies plus tôt (vers 1140) par des artistes musulmans pour les rois normands au plafond à muqarnas de la chapelle palatine de Palerme. Ces arts relèvent de l’aire de civilisation fatimide, et l’on trouve aussi au Caire des vestiges de peintures à personnages du XIe ou du XIIe siècle qui constituent peut-être les prototypes, et en tout cas les parallèles de celles de Palerme, mais aussi de Murcie. Ces prolongements murciens “anti-almohades” de l’art figuratif musulman du XIIe siècle constituent un chapitre tout juste entrouvert de l’histoire de l’art de l’Occident islamique.

Figure 2. Peinture figurative provenant du “Petit Palais” de Murcie

4On possède d’autres témoignages matériels du relatif éclat de l’émirat mardanishí ; certains ont un rapport avec la vie culturelle et religieuse. On possède, en effet, plusieurs manuscrits réalisés à Valence durant cette période, qui évoquent la présence dans cette ville d’une école spécifique de copistes et enlumineurs du Coran. D’autre part, outre le Qsar Saghîr déjà évoqué, très transformé ultérieurement et surtout remarquable par les éléments de décor qui y ont été retrouvés par l’archéologie, plusieurs monuments encore existants, qui datent selon toute probabilité de cette phase de l’histoire murcienne, expriment le dynamisme bâtisseur du régime anti-almohade. L’ensemble le plus connu est situé aux abords de la ville, à la limite de la huerta, et correspond à une très importante zone palatine, dont subsiste surtout une imposante fortification (Monteagudo) et les restes très dégradés d’un important palais (le Castillejo), qui, du point de vue de sa structure, constitue un jalon précieux pour l’histoire de l’architecture palatine andalouse entre les constructions du califat ou des taifas et l’Alhambra de Grenade. Les fouilles menées au Castillejo en 1924-1925 ont révélé, avant que les vestiges ne soient très détériorés par des aménagements des 50, une grande cour à jardin intérieur dont le plan annonce celui de la “Cour des Lions” de Grenade et dont les prolongements se retrouvent dans les riâdh marocains. Dans la même zone, sont visibles également les restes d’autres édifices (comme le Castillo de Larache), ainsi que de grands bassins ou jardins enclos remontant sans doute à la même époque. Enfin, sur les hauteurs qui dominent la capitale murcienne, se trouve les restes de fortins de plan géométrique (fig. 4), qui peuvent avoir été édifiés à la hâte lorsque se précise la menace almohade (l’un d’eux, la Asomada, semble ne pas avoir été terminé), qui sont un exemple intéressant de l’architecture militaire en tâbiya (c’est-à-dire en pisé de terre et de chaux) dans l’Andalus oriental du XIIe siècle.

Figure 3. Fortification de Monteagudo, à Munie

Figure 4. Fortification de la Asomada, à Murcie

Figure 5. Coffret en bois, ivoire et décorpeint de Tortosa
Ce coffret de forme parallélépipédique et à couvercle taluté, est en bois avec incrustations d’ivoire et d’écaille, et un décor de peinture dorée soulignant les reliefs des figures animalières (cerfs, taureaux, paons, lions affrontés de part et d’autre d’un arbre de vie ou hom). Sur la face non visible sur la photographie, les médaillons contiennent des fauconniers à cheval et des danseuses. Les animaux et personnages sont présentés dans des médaillons et entourés de motifs floraux stylisés. L’inscription en écriture cursive (naskhî) indique : « Je suis d’une nouvelle apparence » (shakl) ou, selon une autre lecture (shukd, cadeau) ; « ma demeure est la maison du calife » (maskanî dâr al-khilâfa). Ce sont les caractéristiques épigraphiques qui incitent à situer ce coffret à l’époque almohade, mais on a très peu d’indications sur son origine exacte, qui reste énigmatique.

5Expression aussi d’un rejet des thèses almohades, certains objets, comme le coffret actuellement conservé dans le Trésor de la cathédrale de Tortosa, en Nouvelle Catalogne (fig. 5) reprennent une thématique de nette tradition musulmane, proche de celle des coffrets d’ivoire sculpté du califat de Cordoue (lions affrontés, fauconniers, etc.). La technique, cependant, est très différente. Sur le coffret de Tortosa, considéré comme d’époque almohade (fin du XIIe ou début du XIIIe siècle). Les motifs humains et animaliers sont pratiquement inconnus par ailleurs dans le domaine almohade, qui semble avoir été particulièrement rigoriste du point de vue de ce type de représentations figurées. Par celles-ci et par son fermoir de bronze, ce coffret est proche d’un exemplaire semblable disparu pendant la guerre civile, qui se trouvait dans le même trésor, et de deux autres conservés l’un à la Collégiale de León, l’autre au Musée archéologique national de Madrid (mais initialement à León, comme le précédent). Le fait que les quatre pièces aient été conservées en Espagne, et que l’on n’en connaisse pas ailleurs du même type, est un argument majeur en faveur d’une origine andalouse de ce type d’objet (les coffrets d’ivoire siciliens des XIIe-XIIIe siècles sont très différents, et ne comportent pas d’incrustations). L’allusion à la “Maison du Calife” dans l’inscription, et la qualité même de celle-ci, évoquent un atelier lié à un pouvoir politique musulman de niveau califien, donc vraisemblablement situé dans la sphère almohade, seul pouvoir califal à cette époque dans l’Occident musulman (derniers califes almohades ou prétendants au califat ayant résidé à Séville ou dans d’autres capitales d’al-Andalus ?).

Table des illustrations

Légende Figure 1. Le Sud-Est péninsulaire à l’époque almohade
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19543/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Figure 2. Peinture figurative provenant du “Petit Palais” de Murcie
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19543/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Figure 3. Fortification de Monteagudo, à Munie
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19543/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Figure 4. Fortification de la Asomada, à Murcie
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19543/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Légende Figure 5. Coffret en bois, ivoire et décorpeint de TortosaCe coffret de forme parallélépipédique et à couvercle taluté, est en bois avec incrustations d’ivoire et d’écaille, et un décor de peinture dorée soulignant les reliefs des figures animalières (cerfs, taureaux, paons, lions affrontés de part et d’autre d’un arbre de vie ou hom). Sur la face non visible sur la photographie, les médaillons contiennent des fauconniers à cheval et des danseuses. Les animaux et personnages sont présentés dans des médaillons et entourés de motifs floraux stylisés. L’inscription en écriture cursive (naskhî) indique : « Je suis d’une nouvelle apparence » (shakl) ou, selon une autre lecture (shukd, cadeau) ; « ma demeure est la maison du calife » (maskanî dâr al-khilâfa). Ce sont les caractéristiques épigraphiques qui incitent à situer ce coffret à l’époque almohade, mais on a très peu d’indications sur son origine exacte, qui reste énigmatique.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19543/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 306k

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540