Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Averroès et l’averroïsme

 | 
André Bazzana
, 
Nicole Bériou
, 
Pierre Guichard

1. Le temps d'Averroès. L'Empire almohade dans la seconde moitié du xiie siècle

Ville et industrie dans l’Empire almohade : les fouilles de Saltés (Huelva)

André Bazzana

Texte intégral

  • 1 Dont l’étude nous a été présentée ci-dessus par Santiago Macías, p. 29-38.

1La ville almohade apparaît de plus en plus originale dans les recherches récentes (en particulier archéologiques). Originale par sa structuration, donc par l’organisation de l’espace que cela suppose, par son urbanisme et par la présence d’éléments de qualité de vie qui l’accompagnent (accès à l’eau, évacuations, axes de circulation), enfin par les caractères désormais modélisables que nous offre la maison urbaine et ses aménagements. À l’exemple de Mértola1 je voudrais en ajouter deux autres, davantage marqués par des caractères économiques qui en font de véritables villes – madîna – et des centres urbains de plusieurs milliers d’habitants : il s’agit de Siyâsa, à Murcie, et de Saltés, à Huelva. Siyâsa, fouillée par Julio Navarro et le Centre Ibn Arabí de Murcie, est un hisn, un gros bourg castral de fondation remontant sans doute au XIe siècle, dans le cadre d’un vaste territoire organisé sur la moyenne vallée du Rio Segura (fig. 1), contrôlée jusque-là par le château de Riqût (Ricote) attesté déjà dans la documentation arabe au IXe siècle. Bien que situé sur les côtes atlantiques, l’exemple de la ville médiévale de Saltés, dans al-Andalus, ne nous éloigne pas du domaine méditerranéen. Saltés est une ville originale, apparemment isolée dans le contexte difficile des marais des Rios Tinto et Odiel (fig. 1 et 2) mais, en réalité – et particulièrement pour l’époque almohade qui nous intéresse ici –, bien intégrée dans les circuits maritimo-terrestres de l’armée ou de la métallurgie.

Une ville originale d’al-Andalus

  • 2 A. Kermorvant & M. Ponsich, « Prospection géophysique à Saltés (Huelva) », Mélanges de la Casa de (...)
  • 3 Al-Idrîsî, Description de l’Afrique et de l’Espagne (Nuzhat al-Muåtâq), éd., trad. et notes par R.(...)
  • 4 Ibid.
  • 5 Al-Himyarî, Kitâb al-rawd al-mi’târ, éd. E. Lévi-Provençal, Leyde, 1938, p. 135-136 (texte arabe, (...)

2Par bien des aspects, Saltés apparaît dans la géographie médiévale d’al-Andalus comme une ville originale. Il est clair, d’abord, qu’il s’agit bien d’une ville : son extension exacte reste inconnue, mais les prospections du secteur nord-ouest de l’île montrent la présence d’un noyau principal d’habitat, densément peuplé et délimité par le bord des marais, les rives des fleuves et sans doute, si l’on en croit les résultats des prospections géophysiques2, un fossé. Pour les auteurs arabes, le caractère urbain du site ne fait pas de doute et tous le qualifient de madîna. Ainsi al-Idrîsî dit clairement : « Quant à la ville de Shaltîsh, elle n’est pas entourée de murailles3. », « De la ville de Shaltîsh à la presqu’île de Cadix, on compte cent milles4. » Pour sa part, al-Himyarî souligne l’absence de murs défensifs, mais insiste sur la densité de l’habitat (ville et faubourgs), sur la présence d’un port et d’une activité métallurgique qui font vivre la ville5.

Figure 1. Carte de situation des sites mentionnés

Figure 2. Saltés (Huelva), vue aérienne du site

  • 6 Al-’Udhrî. Tarsî alakhbâr. Fragmentes geográfico-históricos de al-Masâlik ilâ djami’a al-mamâlik, (...)
  • 7 F. Fita, « San Dúnala : prócer y mârtir mozarabe del siglo X », Boletín de la Real Academia de la (...)
  • 8 Voir la thèse de F. Clément, Pouvoir et légitimité dans l'Espagne musulmane à l’époque des taifas (...)
  • 9 Les fouilles de Saltés sont une opération conjointe du Musée provincial de Huelva, du Parque Natur (...)

3L’histoire rappelle l’existence d’une ville dès le haut Moyen Âge, ville dont on sait peu de choses mais qui était assez importante pour avoir intéressé, par deux fois, les Normands : al-’Udhrî mentionne qu’en 844 (219 de l’Hégire) ils « descendent le fleuve Wabrû jusqu’à Pile de Saltés » et al-Idrîsî précise que « les Madjous se sont emparés à plusieurs reprises de cette île ; et les habitants, chaque fois qu’ils entendaient dire que les Madjous revenaient, s’empressaient de prendre la fuite et de quitter l’île6 ». Un peu plus tard, on connaît l’existence, à Saltés, de grandes familles, dont certaines, bien que chrétiennes, paraissent étroitement liées au pouvoir cordouan : c’est ce qui ressort de l’aventure de ce curieux personnage de Dunala, mort en 955 ou 956 dans les prisons égyptiennes7, dont on a voulu faire un martyr de la foi chrétienne mais qui se révèle être plutôt un envoyé du calife auprès de Rome et de Byzance (où il rencontre Constantin VII) : est-il le messager d’une nouvelle politique contre les autorités fatimides ? Puis, au XIe siècle, Saltés devient la capitale d’un des muluk al-tawaif, ces chefs de royaumes trop hâtivement qualifiés de “petits”, “éphémères”, “impuissants”, et dont tout prouve aujourd’hui qu’ils ne correspondent pas à une inévitable phase de déclin suivant l’éclatement de l’État centralisé omeyyade, mais à une période d’essor et de richesse malgré – ou, peut-être, à cause de – la disparition d’un pouvoir central et éloigné8. C’est dans la première moitié du XIe siècle qu’émerge le petit royaume de Saltés, que dirige la famille des Banû Bakrî et qui s’étend jusqu’aux confins sévillans en englobant la ville voisine de Niebla. Quand, sinon en cette période, serait née la puissance affirmée de la ville du XIIe siècle, qu’attestent les fouilles réalisées depuis 19889 ? Cette puissance se maintient jusqu’à la conquête chrétienne du milieu du XIIIe siècle, mais sans doute déjà affaiblie par le choc de la prise punitive par les Portugais, en 1179.

  • 10 Et bien qu’on ne puisse accepter l’information venue d’al-Idrîsî, selon laquelle un demijet de pie (...)
  • 11 Voir A. García y Bellido, « Tartessos pudo estar donde ahora la isla de Saltés, en el estuario de (...)
  • 12 Al-Idrîsî, Description..., p. 179 ; alHimyarî, Kitâb..., p. 135.

4La ville apparaît favorisée par la présence des deux fleuves et du littoral atlantique, mais pénalisée par trois facteurs concomitants : c’est une île, qui est au milieu des marais et à l’écart des communications (fig. 3). La morphologie des estuaires indique qu’ils se sont établis dans des dépressions profondes qui suivent les systèmes de failles et qu’ils ont été colmatés par les alluvions et les apports éoliens ; l'île proprement dite montre l’existence d’une série de bancs sableux plus ou moins consolidés, séparés par les marais qui en rendent l’accès difficile ; si la Ría de Punta Umbría peut être assez aisément franchie10, en revanche, les marais et les bras, larges et difficilement traversables, de l’estuaire des Ríos Tinto et Odiel font que Saltés se trouve, en définitive, loin de Huelva. Dans l’Antiquité, une présence protohistorique puis romaine est attestée à Saltés11, mais on ne peut accorder grand poids à la ressemblance phonétique Saltés – saltus, qui soulignerait la présence romaine ; de facto le site est à l’écart des principaux courants de circulation et les axes terrestres des voies et des chemins antiques passent beaucoup plus au nord, laissant de côté les zones marécageuses. Quant aux relations maritimes, elles sont en théorie facilitées par l’influence des marées, l’ouverture vers le Golfe de Cadix et les deux rives du détroit de Gibraltar, donc vers la Méditerranée. Cependant, parmi ces atouts, peu sont décisifs et expliqueraient, à eux seuls, l’implantation de la ville médiévale. S’agissant de la défense, la présence des marais pourrait être un élément important et, de ce fait, expliquerait que les géographes arabes insistent – et ils en sont très fortement étonnés – pour dire que la ville ne dispose pas de murailles12 ; car une madîna véritable se définit d’abord, et se délimite sur le terrain par une barrière juridique autant que militaire : par son rempart. La protection des marais est dissuasive sans doute, mais en fin de compte illusoire, car on sait que la ville fut prise deux fois par les Normands, une fois par les Portugais puis, sans combat (qu’attesteraient les textes ou l’archéologie), par les conquérants chrétiens en 1250 ou 1251.

Figure 3. Dans les marécages des embouchures du Tinto et de Odiel, la ville médiévale est située au nord (El Almendral) de l’île de Saltés

5Le site de Saltés permet à la ville d’être un port actif, dont l’importance se trouve sensiblement accrue en époque almohade avec la construction d’un arsenal (fig. 4). La localisation du port fait problème ; on peut cependant en rechercher les traces, soit vers la citadelle défendant la ville, soit au nord-est du site, où les traces de produits importés (matériaux de construction, minerais divers) sont nombreuses.

Figure 4. Au nord-ouest du site, vestiges du “château” et, à sa gauche, emplacement supposé des chantiers navals de Saltés

  • 13 Al-Himyarî, Kitâb..., p. 136 de la traduction.
  • 14 Voir L. Torres Balbás, « Atarazanas hispano-musulmans », Al-Andalus, XI, 1946, p. 175-209 (p. 186)

6Ce port de Saltés « est pourvu d’un chantier où l’on construit des navires13 » ; certes, cette information provient d’une chronique postérieure à l’époque de pleine activité de la ville, mais qui recueille des informations bien plus anciennes14. De cet arsenal, il ne reste rien ; une recherche a cependant été engagée, en vue de tenter d’en localiser les vestiges. L’hypothèse d’une localisation au nord-ouest de la citadelle partait de l’observation, faite au sol et sur photographie aérienne, d’anomalies micro-topographiques révélant, dans la marisma actuelle, la présence de structures dont on ne pouvait guère envisager la fouille ; c’est l’expérimentation de nouveaux procédés de prospection géophysique en milieu humide, mis au point par A. Kermorvant et l’Université de la Rábida (Huelva), qui fut l’occasion d’un essai de repérage de ce qui nous semblait alors être le port de Saltés. A l’examen – encore partiel mais complété par une nouvelle observation au sol – des résultats obtenus, il convient, certes, d’être prudent, en raison d’une part du caractère expérimental de cette prospection, d’autre part de l’aspect ténu des informations recueillies ; il semble néanmoins possible de tirer deux conclusions.

  • 15 Al-Himyarî, Kitâb..., p. 136 de la traduction.
  • 16 L. Torres Balbás, « Atarazanas... », p. 196.
  • 17 Ibid., p. 193-194 ; G. Robles, Màlaga musulmana, Malaga, 1880, p. 531.

7Il faut, d’une part, renoncer à retrouver les vestiges d’un port dans le secteur de la qasaba. L’examen des canaux naturels de drainage du marais, celui aussi des circulations maritimes possibles au moment des marées, celui enfin de l’origine des vents dominants (de secteur ouest/nord-ouest ou ouest/sud-ouest), desquels, selon les auteurs arabes15, le port est protégé, inciteraient plutôt à en rechercher la présence sur les rives orientales du site, par exemple là où l’accumulation de vestiges métallurgiques non traités ou en cours de traitement initial suggère un point de débarquement. Il semble, d’autre part, que les traces repérées, en pleine marisma mais en limite de la ville, correspondent à l’emplacement des anciens arsenaux almohades. Où trouver des éléments de comparaison ? Les arsenaux les plus proches sont ceux de Séville, d’Alcácer do Sal et de Malaga. L’arsenal de Séville fut édifié en 1252 par Alphonse X sur le site et le modèle des atarazanas musulmanes, mais dans des dimensions très supérieures16, encore que Rodrigo Caro puisse dire qu’ils en « conservaient la forme antique ». Au Portugal tout proche, l’arsenal d’Alcácer do Sal est bien antérieur, puisqu’il fut construit en époque califale afin, d’une part, de lutter contre les Normands, d’autre part, de servir de base aux attaques projetées vers la Galice. Les atarazanas de Malaga, étudiées par L. Torres Balbâs et G. Robles17, présentent six nefs parallèles à arcs et voûtes de briques. Or, une projection des dimensions et des proportions des arsenaux de Malaga sur le site de Saltés, précisément là où nous disposons des données de la prospection géophysique en milieu humide, suggère l’existence d’un grand bâtiment à nefs parallèles dont la fouille devra, un jour, confirmer l’existence (voir fig. 4).

8C’est donc une madîna active et dynamique que l’on découvre au milieu des marais de l’Odiel et, si l’on en croit les géographes arabes, les bases – et les points forts – de la vie économique de Saltés sont l’agriculture, la mer et le travail du métal.

La ville almohade, un urbanisme assumé

9À l’examen de la plupart des villes qui, comme Saltés, ont été développées ou réorganisées, au niveau spatial, pendant l’époque almohade, on est frappé par l’existence d’indices convergents soulignant une volonté de structuration volontaire et raisonnée de l’espace. Cet aspect n’est pas très sensible à Siyâsa, en raison de l’extension limitée des fouilles et, surtout, de la pente, très forte, qui ne facilite pas la mise en place d’axes rectilignes ; cependant, une étude attentive du plan du quartier fouillé par les chercheurs de Murcie (fig. 5) montre la présence d’une organisation sub-orthogonale qui structure l’habitat. À Saltés, ce caractère est, en revanche, bien visible : une sorte de quadrillage des espaces situés au nord de l’île apparaît, constitué à la fois de rues et ruelles au tracé rectiligne, et de blocs de quatre à six maisons de plan proche du carré (fig. 6). Rappelons que c’est cette disposition des vestiges repérés par la prospection géophysique qui avait fait penser initialement à la présence, sous les sables de l’Odiel, d’une ville antique, romaine peut-être, avait-on imaginé, et qui pouvait faire suite à la mythique Tartessos... Assez régulier vers l’ouest, l’alignement des rues affecte un tracé légèrement courbe dans le secteur est de la ville, dans la mesure où il s’attache sans doute à suivre la ligne du rivage.

  • 18 Voir cependant la communication présentée à ce même colloque de Rabat par M. El-Mghari, « Réflexio (...)
  • 19 Ibn Khaltikan, Wafayât al-Ai’yân, trad. de Slane, modifiée.

10Ce qui est seulement suggéré avec les exemples de Siyâsa et de Saltés nous est confirmé par une ville comme Rabat-Salé. Une recherche, en effet, est en cours, menée par Mohammed El-Semmar, qui en a présenté les premiers résultats au colloque de Rabat, en 1997, mais dont l’état encore inachevé n’a pas permis de les publier dans les actes de cette rencontre18. Ce travail pionnier, qui s’attache à reconstituer le tissu urbain almohade de Ribat el-Fath, au XIIe siècle, éclaire heureusement nos réflexions sur l’urbanisme almohade. De quoi s’agit-il ? On connaît la description qu’en donne Ibn Khallikan : « C’est une immense ville (...) qui, dans son espace, pour sa distribution ainsi que pour la beauté et la solidité de ses constructions, a la même apparence qu’Alexandrie. Elle a été bâtie sur le littoral atlantique, à l’estuaire de la rivière de Salé19. »

Figure 5. Tracés sub-orthogonaux et distribution des parcelles édifiées, à Siyâsa (Murcie). Fouilles de Julio Navarro Palazón

Figure 6. L'urbanisme saltésien : rues et ruelles, et blocs de quatre à six maisons d’époque almohade, de plan proche du carré, dans la partie nord de l’île de Saltés

11Or, le recours aux plans anciens et à la prospection de terrain montre d’une part une organisation géométrique de l’agglomération de Rabat, d’autre part une distribution régulière – donc raisonnée – de l’espace. Que constate-t-on ? D’abord, la présence d’axes structurants (fig. 7) ; ensuite la disposition des portes aux points stratégiques de la ville, qui sont :

  • la qasba de Mahdiya (dite aujourd’hui des Oudaya) qui, elle-même, respecte un plan orthogonal (fig. 7, no 1) ;
  • le port, situé près de Bâb al-Bâhr, la bien nommée “Porte de la mer” (fig. 7, no 2) ;
  • la mosquée Hassan, restée inachevée (fig. 7, no 3) ;
  • le pont vers Salé, construit par ‘Abd al-Moumîn et reconstruit par son fils Yusûf, implanté au pied d’une rampe naturelle d’accès au fleuve (emplacement incertain).

Figure 7. Schéma d’organisation de Rabat al-Fath, l’almohade, conçu semble-t-il pour englober dans un même espace urbain la ville voisine (sur l’autre rive du Bou Regreg) de Salé

12Ces constatations posent un certain nombre de problèmes. Quelle est, d’abord, la réalité du schéma ainsi établi ? Les travaux sont en cours et on peut espérer disposer bientôt des premiers éléments de conclusion. Certes, dans l’attente des données d’une enquête qui concernerait Salé, ces propositions impliquant le recours à une sorte de “schéma directeur” de l’urbanisme de Rabat doivent, pour l’instant, être accueillies comme des hypothèses de travail. Mais, pourquoi constate-t-on l’absence de toute trace de muraille sur le Bou Regreg ? Bien sûr, le dénivelé de la côtière est notable, mais est-il suffisant pour assurer la sécurité de la ville ? Pourquoi enfin la grande mosquée almohade est-elle complètement excentrée et se trouve située en limite du schéma ? Le retour aux sources écrites fournit une réponse. En effet, les sources contemporaines de l’édification de la ville, qu’il s’agisse de Ibn Sahib al-Sala ou de al-Maraqushî, présentent toujours la “cité impériale nouvelle”, qu’ils nomment Ribat el-Fath, comme un ensemble couvrant – mais dépassant largement – deux entités existant déjà auparavant : Madînat Salé sur la rive droite du Bou Regreg, et Ribat Mehdiya sur la rive gauche. Ribat el-Fath est une seule agglomération, dont la grande mosquée est volontairement placée au centre géographique des deux éléments constitutifs.

13Rien de semblable à Saltés, bien sûr, mais cependant une organisation prenant comme axe la longue rue centrale qui structure tout l’espace avec, à l’ouest, les bâtiments du pouvoir – qasaba et chantiers navals –, à l’est, sans doute le port commercial, au nord, les ateliers du métal.

À Saltés, maisons, cours et jardins

14Très “orientale” par les modes de vie qu’elle implique, l’habitation andalouse ne saurait être qualifiée de “maison islamique”, c’est-à-dire de maison dont les caractères devraient être définis par rapport à l’Islam. En revanche on note la présence, à Saltés comme ailleurs, d’un type d’habitation familiale qui trouve son origine dans la “maison orientale” d’Anatolie et de Syrie-Palestine (connue déjà aux VIe et Ve millénaires a. C), qui connaît – par l’Égypte et le Maghreb (surtout berbère) – des relais vers l’Occident où elle se diffuse entre le VIIIe et le XIIIe siècle, en montrant de multiples variantes régionales. Certes, l’Islam renforce certains aspects de cette maison méditerranéenne et impose de facto des comportements et des constantes sociales, comme la présence de cette “cour-jardin”, comme la fermeture vis-à-vis de l’extérieur ou comme cette conception de la famille élargie – le harem et les cousins... – qui conduisent à la distribution de pièces à fonctions multiples sur la périphérie de la “cour”. C’est ce que nous montrent les exemples des maisons 5 N et 1 B.

Le bâti

  • 20 E. Fentress, Fouilles de Sétif, 1977-1984, Bulletin d’archéologie algérienne, supplément no 5, Alg (...)
  • 21 A. Kermorvant & M. Ponsich, « Prospection géophysique à Saltés (Huelva) », Mélanges de la Casa de (...)

15On a vu que la ville musulmane ne procédait pas d’un urbanisme anarchique, ni même “spontané” ; sans que l’on puisse parler d’un véritable cadastre, des orientations majeures apparaissent dans le tissu urbain – tout spécialement à partir du XIIe siècle –, accompagnées d’une sorte de découpage en grands blocs de terrain (de plan quadrangulaire). L’essai de restitution de l’évolution d’un quartier de Sétif par Élisabeth Fentress montre, dans ce cadre préexistant, un accroissement lent de l’habitat, donc une densification progressive du bâti20. À Saltés aussi, on décèle l’existence de grands blocs de terrain, peu à peu occupés par des habitations, et l’on voit se dessiner un réseau sub-orthogonal de rues et ruelles (voir fig. 6), larges de 1,30 à 1,60 m, qui délimitent des îlots d’habitations ; d’autre part, les fouilles qui ont fait suite à deux campagnes de prospections géophysiques21 confirment ce que disent les textes arabes de la densité de l’urbanisme et de l’habitat à l’époque almohade.

  • 22 A. Bazzana, « Maison-bloc, maison-enclos et maison agglutinante : caractères de l’habitat rural da (...)
  • 23 J.P. Van Staevel, Les usages de la ville. Discours normatif, habitat et construction urbaine dans (...)

16Ainsi délimitée par la rue et les bâtisses voisines, la maison provient soit d’un enfermement progressif par ajout de bâtiments selon un plan “en U” ou “en O”, – c’est la maison de type agglutinant, qui s’agrandit par le « bourgeonnement de constructions annexes », selon la formule expressive de R. Riché –, soit de la mise en place initiale d’un schéma planifié, dans lequel l’enclos central précède le bâti ; ce n’est qu’ensuite qu’on détermine les pièces. Dans les deux cas, la maison se définit comme un double enclos : celui qui isole des espaces publics ou semi-publics et celui qui marque l’extension du patio22. Bien sûr, l’un – au moins – des murs extérieurs de la maison touche la rue, aussi les premiers conflits de voisinage concernent-ils d’abord celle-ci : on n’y ouvrira donc pas de portes en vis-à-vis. Celui qui tenterait de le faire, arguant que « ce mur longe la rue et [lui] appartient tout entier », qu’il en est propriétaire et se croyant libre d’y « ménager une porte [lui] donnant accès à la rue », n’y sera pas autorisé. Son adversaire aura beau jeu de déclarer : « L’espace situé entre ta porte et la mienne est un lieu où je viens m’asseoir, attacher mes bêtes ou déposer mes fardeaux ; si tu rapproches ta porte [de la mienne] (...), je serais privé de la commodité dont je jouissais jusqu’alors sur cet espace23. »

no de maison

dimensions principales (en m)

superficie (en m2)

2 F

5,50 x 13,00

72

1 B

8,20 x 9,00

76,5

5 N

8,50 x 9,65

78

2 A

7,00 x 12,00

84

3 D

9,25 x 9,35

86,5

3 E

8,60 x 10,40

89,4

3 K

7,90 x 14,50

114,5

2 B

11,00 x 11,00

121

8 E

11,20 x 12,50

140

8 A

11,00 x 14,50

160

8 C

13,00 x 13,50

176

8 F

13,00 x 14,00

182

Tableau 1. Dimensions et superficie des maisons islamiques de Saltés, quelques exemples

17Construite à l’emplacement d’un espace public remontant à l’époque pré-almohade, la maison 5 N de Saltés nous donne un bon exemple de cette disposition dans laquelle on voit des pièces spécialisées se distribuer sur la périphérie d’une cour dont l’un des murs jouxte une ruelle desservant trois maisons (fig. 8). Depuis l’adarve, on pénètre par un seuil de pierre (fig. 8, no 1) dans une petite entrée (2) – le zaguán de l’architecture hispano-musulmane, qui peut être beaucoup plus vaste et recevoir une banquette, une ou plusieurs jarres à eau ainsi que, parfois, le métier à tisser – qui sert de sas entre la rue (déjà demi privée, ici) et la cour. De ce vestibule, qui surprend par ses dimensions relativement réduites (1,32 m sur 1,63 m, soit une superficie intérieure de 2,15 m2), on descend par deux marches dans le patio rectangulaire (3), qui est pavé de grosses pierres, au nord, et de lauzes de taille moyenne ou de briques ; cet espace – le plus vaste de la demeure (19 m2) – n’était pas couvert et, tout au plus, peut-on peut-être restituer un auvent supporté par deux piliers de bois. Les eaux provenant des toitures et se déversant dans le patio : le sol, légèrement incliné, conduisait les eaux vers le sud-est, où un petit bassin de décantation puis le conduit passant sous le mur sud les évacuaient vers l’adarve. La partie septentrionale de la maison est occupée par un grand salon (4) que complètent deux alcôves, une à chaque extrémité ; toutes deux sont séparées du salon par un petit muret interrompu pour permettre l’accès aux couchages. Du côté du patio, l’implantation centrale de la double porte du salon, installée dans une baie géminée, ne dent pas compte des dimensions du salon, mais de celles du patio. À l’ouest de ce dernier, insérée entre le salon et le zaguán, s’organise la cuisine (5), avec un espace réduit, servant de lieu de réserve et de stockage, et une pièce de travail un peu plus grande. L’est de la maison était occupé par une autre salle rectangulaire polyvalente (4) avec une porte, plus au moins centrale, donnant sur le patio et par des latrines qui s’inscrivent dans l’angle sud-est de la maison (6) et étaient accessibles par un étroit couloir dallé de petites pierres, qui servait en même temps d’antichambre.

Figue 8. Fouilles de Saltés, plan de la maison 5 N

18Partout, dans l’état final d’occupation de la ville – almoravide puis almohade –, ces maisons à plan centré, proche du carré, s’organisent ainsi autour d’un patio sur lequel s’ouvrent au moins deux grandes pièces rectangulaires à alcôve(s), proches de modèles orientaux ; apparaît aussi une tendance à la spécialisation des espaces (cuisines, réserves, latrines) ; pavements de briques, puits d’eau douce et canalisations d’évacuation des eaux usées complètent les aménagements. Dans les matériaux de construction, c’est la terre, montée en coffrage sur solins de pierre, qui domine, mais l’examen du bâti montre d’innombrables reprises en matériaux de remploi dont certaines correspondent aux lendemains du raid désastreux perpétré en 1179 par les Portugais.

La cour ou le “cœur de la maison”

  • 24 M. Boughali, La représentation de l’espace chez le Marocain illettré, Casablanca, 1974, p. 58.
  • 25 En revanche, on n’a pas trouvé à Saltés d’éléments attestant d’activités de tissage dans cet espac (...)

19Comme sa désignation en langue arabe l’indique bien, le wast al-dâr est situé au cœur de la maison et constitue un espace de vie et de circulation important puisqu’on ne peut pénétrer dans les pièces alentour (voir fig. 8) qu’à partir du patio, qui leur procure aussi lumière et aération ; bien que la hauteur des murs conservés, à Saltés, ne dépasse pas un mètre, aucun indice ne permet d’envisager l’existence d’autres ouvertures sur l’extérieur ou sur le patio, ce qui correspond à la logique de ce type d’habitation, fermée sur l’extérieur. Central ou latéral, c’est un espace commun, d’usage collectif, bien isolé du monde extérieur : « les pièces sont disposées autour de [ce wast al-dâr] et débouchent toutes sur lui. Cour ouverte sur le ciel, parfois agrémentée d’un jet d’eau, d’arbres et de fleurs, et où tout semble inviter à la réunion familiale, donc à un dialogue détendu entre les occupants... » ; et le sociologue de conclure que, pour le monde arabo-berbère, « une maison sans cour n’en est pas une24 ». C’est, en quelque sorte, l’espace commun où les femmes de la famille circulent librement et se sentent réellement chez elles : c’est le haram, terme trop connoté – comme, d’ailleurs, beaucoup de ceux que nous utilisons à propos du monde islamique – par les glissements de sens qu’entraînent les déviances de l’époque turque. À l’époque almohade, les patios des maisons de Saltés comportent un jardin central entouré d’un dispositif de circulation (c’est le classique patio con andenes de la maison 1 A), ou un bassin maçonné (maisons 3 D, 4 H) ; certains – ainsi celui de la maison 5 N – sont entièrement dallés et, dans ce cas, les matériaux utilisés à cet effet marquent diverses époques de construction ou servent à distinguer les espaces en fonction des activités différenciées qui s’y déroulent : briques pour les parties liées à l’eau et disposées autour des structures hydrauliques (puits, bassin et canal), lauzes recouvertes d’un lait de chaux pour les circulations dans les espaces réservés à cet effet ; parfois la présence de graines et de cendres signale l’emplacement des préparations culinaires. Espace de distribution, le wast al-dâr est aussi le lieu de multiples activités, surtout pour les femmes de la maisonnée et à certaines heures de la journée : par exemple, autour du puits25. À d’autres moments, cet espace est utilisé pour les réunions familiales, les loisirs... La maison semble ainsi figée dans sa structure centripète ; il ne faudrait cependant pas tomber dans les schémas réducteurs : la conception globale d’un espace rassemblé autour du wast al-dâr n’empêche pas les transformations liées à l’évolution démographique de la famille, ni les extensions ultérieures, ni les conflits de voisinage : des pièces abandonnées sont intégrées à un espace voisin, plus dynamique – c’est ce que montre le tracé irrégulier des murs internes de la maison 1 B (fig. 9) –, ou sont livrées à la ruine, ou se voient transformées en dépotoir. Le dynamisme de l’habitat s’opère aux dépens des espaces fragilisés, publics ou privés.

Figure 9. Fouilles de Saltés, plan de la maison 1 B

L’eau et le jardin

  • 26 A. de Morgado, Bistorta de Sevilla, Séville, 1587 (nouvelle édition 1887), p. 144.

20Espace de vie, le wast al-dâr est aussi un jardin ; c’est une cour, certes, mais comprenant un espace planté ou, pour le moins, « agrémentée d’un jet d’eau, d’arbres et de fleurs »... : l’eau et le jardin font partie intégrante de l’espace domestique. Le stéréotype est bien connu qui souligne, dès le XVIe siècle, la présence du patio, du puits domestique, d’un pavement soigné, de plantes diverses qui « forment, au printemps, avec leurs mille sortes d’herbes odorantes et de fleurs, un jardin fleuri26 ». C’était, déjà, ce qui faisait l’admiration des conquérants chrétiens entrant dans Séville au XIIIe siècle ; de même, pour le géographe arabe al-Himyarî, l’arbre et l’eau sont indissociables du paysage urbain : pour lui, la ville de Saltés, qui dispose des plus beaux pins qui existent, possède, dans ses vastes faubourgs, « des puits d’eau douce, desquels on peut extraire de l’eau sans descendre beaucoup, et aussi de beaux jardins ». Dans cet habitat médiéval, l’eau est maîtrisée par des puits domestiques ou des machines hydrauliques (signalées par la présence de fragments céramiques de godets de noria) rendent possibles, même en ville, des irrigations de jardinage intensif. Si le wast al-dâr est un jardin, c’est que ses dimensions le permettent :

maison (no)

superficie du patio (en m2)

pourcentage de la surface totale

superficie des salons (en m2)

pourcentage de la surface totale

1 B

14,8

19,3 %

7,5 + 13,4 = 20,9

27,3 %

5 N

18,5

24,2 %

19 + 7,2 = 26,2

33,5 %

3 F

19,6

18,3 %

11,4 = 11,5 = 22,5

21,4 %

1 A

37,82

26,5 %

10,7 + 16,4 = 27,1

19 %

3 L

55,25

28,9 %

16,7 + 18,8 + 21,9 = 57,4

30 %

Tableau 2. Patio et “salons” à Saltés : superficies comparées de quelques maisons montrant que la “cour” occupe un espace de peu inférieur à celui de l’ensemble des “salons"

  • 27 J.M. Hita Ruiz & F. Villada Paredes, « Unas casas meriníes en el Arrabai de Enmedio de Ceuta », Ca (...)

21La cour-jardin peut consister en un simple espace non bâti, rempli de terre et servant de jardin intérieur : c’est ce qu’indiquent les vastes proportions du patio de la maison 3 L, qui atteint une superficie de 55,25 m2 ; plus raisonnables, celles de la maison 1 A devaient, à l’origine, atteindre 17 m2 puis quelque 21 m2 ; mais, avec la construction de circulations latérales en gros blocs romains (utilisés en remploi), le jardin se trouve réduit à une surface de seulement 3,50 m sur 3,35 m, soit un peu moins de 12 m2. Ceci correspond à ce que disent les textes arabes qui suggèrent la présence, dans plusieurs maisons de Saltés, de jardins où poussaient plantes et arbustes, donnant ainsi à toute la ville un aspect verdoyant (fig. 10) ; c’est ce que l’on constate aussi dans les maisons de la même époque fouillées en d’autres régions, comme à Sebta, Siyâsa, Mértola27. Quand, dans les plus petites maisons, un jardinet central en pleine terre n’est pas possible sur un sol entièrement carrelé de briques ou de lauzes (c’est le cas du patio de la maison 1 B), les “zones vertes” se réduisent à quelques pots en terre cuite, voire au remploi de vases brisés – col de cántaro de la maison 5 N, par exemple – dans lesquels on faisait pousser plantes grimpantes (parra) ou aromatiques et arbustes florifères ou fructifères.

Figure 10. Reconstitution théorique des maisons de Saltés

Les bases économiques de Madînat Shaltîsh

  • 28 A. Bazzana & J. De Meulemeester, « Irrigation systems of Islamic origin in the Valle de Ricote (Mu (...)

22Agriculture et élevage ne sont pas absents, mais ne peuvent atteindre à l’extension et à la qualité de ce que l’on découvre, autour de Siyâsa, dans les méandres du Segura28. A Saltés, activités et richesses viennent, pour une part essentielle, de la mer ; on en a quelques exemples. L’autre ressource saltésienne fondamentale est le minerai.

Les produits de la mer

  • 29 Fouilles et prises d’échantillons d’Anton Erwinck, analyses de Mark Strydonck, dans le cadre de la (...)
  • 30 A. Bazzana & J. Bedia García, Las excavaciones de Saltés (Huelva), 1983-1993. Memoria científica, (...)
  • 31 N. Trauth, « Les produits métallurgiques du site médiéval de Saltés (Huelva-Andalousie) », Archéol (...)

23L’océan tout proche (environ 4 km) et accessible par la Ria de Punta Umbria malgré la difficulté que représentait le franchissement de la “barre”, fournit à la ville une partie notable de son alimentation en coquillages et poissons. Les “fruits de mer”, bien sûr, sont exploités et depuis longtemps : les analyses réalisées sur les couches protohistoriques, qui constituent le soubassement de l’habitat médiéval, montrent une accumulation de niveaux coquilliers d’origine anthropique – séparés par des couches quasi stériles de sables marins – datables de la fin du IIe millénaire et du début du Ier a. C.29, d’autres dépôts manifestant une poursuite de ce type d’exploitation jusque vers le ive siècle a. C., comme le montre la céramique retrouvée30. Cette activité, ancienne et intense, se poursuit à l’époque médiévale : de nombreux et épais dépôts apparaissent en fouille, surtout sous la forme de fosses ou de poches ; les coquilles marines qu’on y trouve proviennent d’un milieu océanique relativement proche et portent les traces d’ouvertures faites de main d’homme. L’accumulation de coquilles et de fragments à proximité de certaines maisons, mais hors des dépotoirs d’origine domestique, rappelle le double usage que l’on faisait jadis des rejets coquilliers : comme engrais agricole d’abord, comme fondant dans l’artisanat du métal d’autre part31.

  • 32 M. Ponsich, Aceite de oliva..., p. 86.
  • 33 E. Rosello & A. Morales, Calatrava la Vieja : Primer informe sobre la fauna de vertebrados recuper (...)
  • 34 Al-Maqqarî, Annalectes sur l’Histoire des Arabes d’Espagne, éd. R. Dozy, Leyde, 1955-1867, rééd. A (...)
  • 35 A. Lentacker, « Archaeozoology. Preliminary analysis of the fish remains from the medieval Moorish (...)

24L’exploitation du poisson est aussi, à Saltés, une activité ancienne, comme l’attestent les bassins de salaisons, dont l’origine est à l’évidence romaine ; ils ne sont pas isolés dans le contexte de la marisma puisque des travaux récents ont permis la mise au jour, sur la rive ouest de la Ria de Punta Umbria, d’une importante fabrique de salaison du poisson. La découverte de poids de filets de pêcheurs confirme l’importance de la pêche : ces poids de terre cuite (fig. 11) sont difficiles à dater car ils présentent une morphologie peu susceptible d’évolution, de sorte que certains ont parfois été datés de l’époque romaine32 ; en fait, si les trouvailles faites en surface lors de prospections restent d’une datation aléatoire, il n’y a plus de doute à avoir lorsque ces mêmes artefacts sont trouvés en fouille, ce qui est le cas. La production est destinée à une consommation locale, mais aussi à l’exportation : les analyses de vertèbres provenant de sites de l’intérieur d’al-Andalus – ainsi, le site de Calatrava la Vieja33 – montrent que les espèces pêchées dans la région océanique de Saltés sont transportées assez loin ; mais Séville, la capitale toute proche, reçoit, elle aussi, les produits de Saltés, comme l’indique la courte mention d’al-Maqqarî : « sur ses côtes [il s’agit de Saltés], la pêche est abondante et le poisson, une fois salé, est envoyé jusqu’à Séville34. » Les analyses de déchets et de vertèbres effectuées par Ann Lentacker distinguent une variété de 24 espèces pêchées et montrent que l’on pratiquait, à Saltés, trois sortes de pêche : une pêche côtière de poissons divers de dimensions moyennes, pêchés toute l’année – c’est le cas du pagellus, dont les adultes se trouvent en eau profonde et sont donc plus difficiles à atteindre —, une pêche d’estuaire, saisonnière, pratiquée d’avril à août, enfin une pêche hauturière, effectuée au filet et destinée à ramener le scomber, “thon bleu” ou thon de l’Atlantique, thunnus thynnus35.

Figure 11. Poids de terre cuite pour filets de pêcheur retrouvés dans lesfouilles de Suites

Agriculture, élevage et jardinage intensif

  • 36 Al-Himyari, Kitâb..., p. 136.
  • 37 Celle-ci est de 142 m2 ; la partie du patio (surface totale de 37,50 m2) traitée en jardin était i (...)

25Quelles sont les possibilités agricoles ? Le sable pourrait être un élément répulsif ; en fait, alimentées par une eau, peut-être saumâtre mais partout présente, ont pu se développer de belles forêts de pins et ont pu se mettre en place un élevage notable et une agriculture dense de jardins. Sur tous ces points, les textes médiévaux sont clairs : il suffit de se référer une fois de plus à al-Himyarî, qui précise, après avoir signalé la présence de puits – et, pour lui, il y a là une relation directe –, qu’on trouve à Saltés « de beaux jardins (...), les plus belles sortes de pins, de gras pâturages toujours verts (...) ; laitage et légumineuses y sont excellents36 ». Les jardins n’ont pas laissé de traces archéologiques évidentes ; néanmoins, l’archéologie suggère leur présence, sans doute à la périphérie de l’agglomération, mais aussi à l’intérieur des grands patios des maisons mises au jour (voir fig. 10) : dans la plupart des maisons, en effet, une partie non négligeable du patio central est conservée sans revêtement “en dur” et les sondages démontrent que des niveaux de terre arable y sont conservés ; dans le cas de la maison 1 A, la surface “en herbe” est de 14 m2, soit 10 % de la superficie totale de la bâtisse37 ; la grande maison 3 L possède un patio de 57 m2 dont plus des 2/3 restent en terre alors que tout le secteur nord-ouest est bordé d’une terrasse de fort béton bordant le mur d’un “salon” ; dans un autre secteur de fouille, il en est de même de la maison 2 A. Dans le patio de la maison 1 A, on a pu mettre en évidence la présence, dans l’angle sud-ouest, d’une adduction d’eau : ce n’est en aucun cas une évacuation, bien au contraire la pente des deux installations superposées qui ont été retrouvées indique que l’on cherchait à amener l’eau vers la partie centrale du patio ; l’eau devait provenir d’un puits – sans doute équipé d’un système élévatoire – situé à l’extérieur de la maison proprement dite.

Une métallurgie polymétallique

  • 38 . La fouille signale, à l’intérieur de plusieurs maisons, la présence de “scories” diverses et, par (...)
  • 39 J.-L. l’Africain, Description de l’Afrique, trad. A. Épaulard, Paris, 1956, p. 293.

26Reste le travail du métal, activité spécifique de Saltés et source de sa richesse principale, particulièrement en époque almohade. Les textes médiévaux associent clairement Saltés et l’industrie du métal, jusqu’à faire de la présence des métallurgistes – population étrange et parfois inquiétante – une des caractéristiques originales de la ville. Il n’y a pas loin du métallurgiste à l’alchimiste... Parlant de la métallurgie pratiquée à Saltés, les auteurs arabes insistent sur deux points : la spécialisation professionnelle qu’exige la métallurgie et la nocivité des pollutions que les opérations de réduction entraînent. La spécialisation est celle de toute la ville, avec sans doute une distribution spatiale des types d’activités : existent d’une part des ateliers relativement concentrés – au moins aux XIIe et XIIIe siècles – sur un secteur bien délimité entre la ville et le marais, d’autre part des espaces situés à l’intérieur des maisons d’habitation où l’on pouvait, pour certains métaux, réaliser un ultime affinage38. On se souvient qu’à l’extrême fin du Moyen Âge Jean Léon l’Africain remarque avec un certain étonnement que, dans les gros villages du Rif, la transformation des métaux ferreux est une activité familiale, éclatée dans les maisons39. Dans les marais de l’Odiel, le site de Saltés nous pose, à propos de cette activité métallurgique, trois questions. Comment la cité est-elle alimentée ? Quels types de production peut-on déceler à travers les études archéologiques. Quels processus techniques d’élaboration peuvent être mis en évidence par l’analyse des produits résiduels ?

Figure 12. Les régions d’approvisionnement en produits métalliques
1. Faille du bassin de Guadalquivir. 2. Grande faille nord-sud.
3. Pyrites, gossan (chapeaux de fer). 4. Schistes et ardoises minéralisées.
5. Croûtes ferrugineuses et gossan remanié. 6. Cuirasses ferrugineuses des “cabezas rubias” (sédiments minéraliers). 7. Limite ancienne des marais à dépôts minéralisés.

  • 40 N. Trauth, « Les produits métallurgiques du site médiéval de Saltés (Huelva Andalousie) », Archéol (...)

27L’approvisionnement en produits métallurgiques40 (fig. 12) se fait, pour partie, depths le belt minier de l’arrière-pays, c’est-à-dire la zone des montées magmatiques hercyniennes ; là, des mines existent, à Tharsis comme à Nerva. Mais, fait plus surprenant que démontrent les prospections géologiques et minéralurgiques de Norbert Trauth, les produits miniers viennent, pour une partie non négligeable, d’autres zones d’approvisionnement, à la fois plus faciles à exploiter et plus proches : il s’agit des secteurs où affleurent des schistes et des ardoises minéralisées, de ceux où s’étendent les croûtes ferrugineuses d’un gossan remanié contenant jusqu’à 48 % de fer, de ceux enfin où se développent les cabezas rubias, ces cuirasses ferrugineuses de la région littorale. Il s’agit donc, dans la réalité archéologique des Xe -XIIIe siècles, d’un approvisionnement requérant des techniques simples d’exploitation et effectué à partir de sources multiples. Dans tous les cas, ce sont des minerais polymétalliques qui sont exploités ; il convient donc, après concassage et grillage, de les traiter de manière à séparer et à isoler les métaux exploitables.

Métaux

Teneurs de la scorie

Teneur maximale rencontrée

Teneur moyenne exploitable

Fer

400,00 kg/t

540,00 kg/t

300,000 kg/t

Or

0,50 kg/t

7,50 kg/t

0,010 kg/t

Argent

1,10 kg/t

6,90 kg/t

0,100 kg/t

Mercure

0,20 kg/t

3,50 kg/t

4,000 kg/t

Cuivre

0,90 kg/t

5,40 kg/t

5,000 kg/t

Étain

0,30 kg/t

5,40 kg/t

1,000 kg/t

Plomb

0,60 kg/t

3,90 kg/t

50,000 kg/t

total

403,60 kg/t

Tableau 3. Teneurs moyennes d’une scorie provenant du site de Saltés, d’après N. Trauth

  • 41 Voir, en première approche, A. Bazzana & N. Trauth, « L’île de Saltés (Huelva) : la ville islamiqu (...)

28Sur place, la localisation des ateliers de Saltés a été réalisée grâce à une prospection géophysique développée par Alain Kermorvant sur environ 2000 m2, entre la qasaba (citadelle) et les marais, au nord et au nord-est des fouilles actuelles (fig. 13) ; il s’agissait de détecter les traces de métal et, surtout, les éventuelles concentrations métalliques pouvant signaler l’emplacement des structures de production. Parmi les résultats obtenus41, trois sont à souligner :

  • sur l’ensemble de la zone prospectée, qui couvre aussi les quartiers nord de la ville, un “bruit” régulier marque la dispersion de fragments métalliques (métaux ou scories) qui confirme peut-être un éclatement spatial de la production (dans ses phases finales) ;
  • en bordure de la marisma, des anomalies magnétiques (très visibles malgré leur relative faiblesse) apparaissent, qui s’étendent sur une longueur de 130 m environ et une largeur moyenne de 40 m ;
  • ces anomalies ne sont pas distribuées au hasard mais s’organisent au contraire selon une disposition orthogonale qui suggère l’existence de structures enfouies ; prospection et sondages confirment la présence d’un “quartier des métaux” dont la localisation est sans doute à mettre en relation avec l’orientation des vents dominants.

Figure 13. Résultats de la prospection géophysique et indices de localisation des ateliers du métal, au nord de l’île d’El Almendral

29Parallèlement, une partie de la production se déroulait à l’intérieur même des maisons, dans des fours de petite dimension, brisés à chaque opération de réduction. Deux étapes de la métallurgie saltésienne ont déjà été mises en évidence : le grillage et la fabrication – selon des procédés que l’on tente désormais d’isoler et de préciser – de produits intermédiaires.

Figure 14. Plan d’un atelier de grillage, fouillé à une trentaine de mètres au nord-est des derniers vestiges de la ville médiévale

30– Un grillage préliminaire des minerais sulfurés est nécessaire ; il était pratiqué dans de petits ateliers, dont la fouille a montré l’existence (fig. 14) : le long d’un mur de pisé d’assez mauvaise qualité et formant des compartiments juxtaposés, se distribuent de nombreuses zones semi-circulaires comportant cendres et charbons de bois ; de petites pierres marquent parfois la périphérie de ces foyers qui ont un diamètre de 0,40 à 0,70 m environ ; c’est là le premier maillon saltésien de la chaîne de transformation.

  • 42 Voir A. Bazzana & N. Trauth, « Mines et métallurgie... ».

31– Les “scories complexes” que l’on retrouve en abondance dans la fouille ne sont pas des rejets inutilisables ; elles sont au contraire des produits intermédiaires, témoins de la succession de phases multiples d’élaboration du métal, à l’aide de procédés répétitifs de concentration : procédés simples, mobilisant des techniques peu coûteuses en moyens mais cependant sophistiquées dans la mesure où elles impliquent une connaissance précise du comportement au feu des pierres-minerais42. Les résultats d’une analyse de “scories” – résultats ramenés à la tonne – (voir le tableau, ci-dessus) montrent la présence de métaux divers, qui offrent tous des valeurs correctes d’exploitabilité ; ils sont donc isolables à des températures non supérieures à 1100°C.

  • 43 Al-Idrîsî, Description..., p. 179.

32Il est bien clair que la situation géographique de File facilitait à la fois la concentration de minerais bruts et l’exportation de produits semi-finis : à la lumière des fouilles en cours et de l’étude minéralurgique qui les accompagne, on peut penser que l’essentiel de l’activité saltésienne consistait, à partir de minerais débarrassés de leur gangue et concassés – sans doute sur les lieux même de production –, à obtenir des métaux quasiment purs ou des alliages simples qui étaient ensuite commercialisés, à l’aide de ces « grands et lourds bâtiments de transport » dont parle al-Idrîsî43.

***

33Résumons l’ensemble de ces informations :

  1. L’insularité et l’isolement de Saltés s’affirment dans le paysage et dans la situation que la ville occupe dans les réseaux d’organisation territoriale. Saltés – sauf à l’époque où, durant un peu moins de cinquante ans (1008-1051), elle est à la tête d’un royaume qui s’étend aussi sur la ville, proche, de Huelva – est en dehors des cadres administratifs habituels, en-dehors du cercle des husûn de Gibraleón, Cartaya et Lepe ; elle paraît dépendante de Huelva et, surtout, de Niebla dans la mouvance de laquelle on la trouve à plusieurs reprises.
  2. Située sur les fleuves Odiel et Tinto, assurant une production importante de poissons salés et de métaux – ce dont nous rendent compte les textes médiévaux –, destinée à une exportation principalement orientée vers Séville, Tanger et la Méditerranée, Saltés participe à l’exploitation de son hinterland continental et de son domaine océanique. En fouille, les caractères de la céramique retrouvée signalent que l’aire de relations englobe, au nord-ouest, les terres dépendant de Mértola et de la côte portugaise proche de l’embouchure du Guadiana : à partir de 1144, Saltés fait partie d’un complexe géopolitique qui va de Niebla (à l’est), à Silves (à l’ouest) et à Mértola et Beja (au nord).
  3. Ces considérations, jointes à l’examen de la carte des approvisionnements et des distributions, amènent à penser que les caractères principaux du fonctionnement économique de Saltés placent celle-ci dans les cadres d’une économie d’exploitation des produits primaires que lui offrent la mer et, surtout, les gisements métallurgiques. Sa situation, sur les estuaires, au point de rupture de charge qui correspond, ici, à un point de transformation technique (salaison du poisson ou séparation des métaux), n’est pas sans rappeler ce qu’en d’autres lieux – et en d’autres époques – on qualifierait d’économie coloniale.
  4. Il se trouve que les basculements de l’histoire – en l’occurrence, le développement des offensives almohades (fin du XIIe siècle et première moitié du XIIIe siècle) – donnent à Saltés un nouveau rôle : celui de port annexe de Cadix pour le débarquement des troupes maghrébines et la diffusion, dans le Sud-Ouest péninsulaire, de la nouvelle idéologie almohade. L’économie de la ville en est renforcée, mais pour peu de temps...
  5. Car, dans les principales fonctions économiques de Saltés, les relations avec le Maghreb et la Méditerranée étaient essentielles ; la conquête chrétienne de 1250 modifie les données : elle rompt en effet ce tissu de relations, coupe la ville de ses débouchés traditionnels et entraîne, en quelques années, son dépeuplement et sa disparition ; elle ne fut jamais réoccupée par les chrétiens.
  • 44 R. Amador de Los Ríos, Huelva, Barcelone, 1983 (1ère éd. 1933), p. 775-776 ; Ma L. Pardo Rodriguez (...)

34Initiée sans doute dès le XIe siècle, la véritable prospérité de Saltés – tout comme celle de Siyâsa mais, dans ce cas sur les bases d’une riche agriculture irriguée, que complètent les productions minières et l’exploitation du sel – correspond au “temps d’Averroès”. Base militaire de l’expansion almohade dans al-Andalus, elle est un centre économique assurant une partie de l’alimentation en produits de la mer dans la Péninsule, aidée en cela par le port proche de Silvés ou par ceux d’Alméria, Denia... Elle contribue surtout à l’approvisionnement en métaux (le fer principalement, livré en lingots ou sous forme d’ancres de marine) de la Méditerranée et du Nord du Maghreb. Saltés est donc un pôle de la puissance almohade. La ruine de la “ville des marais” suit de peu la disparition de la dynastie almohade : si Las Navas de Tolosa a été, à terme, une bataille décisive, ses effets ne se font pas sentir immédiatement, tant la guerre laisse les deux combattants exsangues (on sait que les chrétiens ne peuvent réellement profiter de leur victoire par manque d’hommes et par insuffisances logistiques). La vie économique de Saltés se prolonge donc jusque vers le milieu du XIIIe siècle, et elle est abandonnée sans combat à une date qui reste imprécise : peut-être en 1248 ou 1249, pas au-delà, en tout cas, de 1252. Dès la fin du XIIIe siècle, la documentation confirme indirectement la destruction de Saltés, noyée sous ses propres décombres, en décrivant le paysage de l'île comme celui d’un terroir agricole dont émergent à peine les ruines de la citadelle : c’est ce qui apparaît dans le document de 1283, par lequel Alphonse X donne à sa fille Beatriz de Guzman « ...la villa de Niebla con todo su regnado que es Gibraleón, Huelva, Saltés, Ayamonte... », confirmé en 1280 par le texte de Johan Alonso, représentant d’Isabel de Cerdá, comtesse de Medinaceli, qui décrit à Saltés un paysage rural, une terre de blé mêlée de vigne, de pins, d’oliviers et d’amandiers44.

Notes

1 Dont l’étude nous a été présentée ci-dessus par Santiago Macías, p. 29-38.

2 A. Kermorvant & M. Ponsich, « Prospection géophysique à Saltés (Huelva) », Mélanges de la Casa de Velászquez, XX, 1984, p. 497501.

3 Al-Idrîsî, Description de l’Afrique et de l’Espagne (Nuzhat al-Muåtâq), éd., trad. et notes par R. Dozy & M.J. De Goeje, Leyde, 1866 (réimpression anastatique, Amsterdam, 1968), p. 178179.

4 Ibid.

5 Al-Himyarî, Kitâb al-rawd al-mi’târ, éd. E. Lévi-Provençal, Leyde, 1938, p. 135-136 (texte arabe, p. 110-111).

6 Al-’Udhrî. Tarsî alakhbâr. Fragmentes geográfico-históricos de al-Masâlik ilâ djami’a al-mamâlik, éd. ‘Abd al-’Azîz al-Ahwânî, Madrid, 1965, p. 100 et 175 ; al-Idrîsî, Description..., p. 179.

7 F. Fita, « San Dúnala : prócer y mârtir mozarabe del siglo X », Boletín de la Real Academia de la Historia, LV, 1909, p. 433-442. Le texte relatant l’épopée de ce personnage provient du codex parisien Fb, rédigé au xiie siècle ; voir Acta Sanctorum, Synaxarium Ecclesiae Constantinolopitanae, éd. H. Delehaye, Bruxelles, 1902, p. 318-319.

8 Voir la thèse de F. Clément, Pouvoir et légitimité dans l'Espagne musulmane à l’époque des taifas (Ve/ XIe siècle), thèse de doctorat, Université de Toulouse-Le Mirail, 1991.

9 Les fouilles de Saltés sont une opération conjointe du Musée provincial de Huelva, du Parque Natural de las Marismas del Odiel, de l’association belge Archaeologia Medievalis, de la Casa de Velâzquez (Madrid) et de l’U.M.R. 5648 (Lyon).

10 Et bien qu’on ne puisse accepter l’information venue d’al-Idrîsî, selon laquelle un demijet de pierre (ce qui représente environ 30 à 40 m) sépare Huelva de l’île de Saltés.

11 Voir A. García y Bellido, « Tartessos pudo estar donde ahora la isla de Saltés, en el estuario de Huelva », Archivo Espanol de Arqueología, XVII, 1944, p. 191-195 ; F. Wattenberg, « Saltés, la isla de la Atlântida y Tartessos », Boletín del Seminario de Arte y Arqueología, XXXII, 1966, ρ. 125-209 ; J.M. Luzon, « Romanización. Notas para una carta arqueológica de yacimientos romanos », Huelva. Prehistoria y Antigüedad, Madrid, 1974, p. 303-320.

12 Al-Idrîsî, Description..., p. 179 ; alHimyarî, Kitâb..., p. 135.

13 Al-Himyarî, Kitâb..., p. 136 de la traduction.

14 Voir L. Torres Balbás, « Atarazanas hispano-musulmans », Al-Andalus, XI, 1946, p. 175-209 (p. 186).

15 Al-Himyarî, Kitâb..., p. 136 de la traduction.

16 L. Torres Balbás, « Atarazanas... », p. 196.

17 Ibid., p. 193-194 ; G. Robles, Màlaga musulmana, Malaga, 1880, p. 531.

18 Voir cependant la communication présentée à ce même colloque de Rabat par M. El-Mghari, « Réflexions sur les matériaux de construction des munuments almohades de Rabat », dans M. Hammam (éd.), L’architecture de terre en Méditerranée, Rabat, 1999, p. 155-167.

19 Ibn Khaltikan, Wafayât al-Ai’yân, trad. de Slane, modifiée.

20 E. Fentress, Fouilles de Sétif, 1977-1984, Bulletin d’archéologie algérienne, supplément no 5, Alger, 1991 ; Id., « Social relations and domestic space in the Maghreb », dans A. Bazzana & M.-Ch. Delaigue (éds), Ethno-archéologie méditerranéenne. Finalités, démarches et résultats, Madrid (Casa de Velázquez), 1995, p. 15-26.

21 A. Kermorvant & M. Ponsich, « Prospection géophysique à Saltés (Huelva) », Mélanges de la Casa de Velázquez, XX, 1984, p. 497-501.

22 A. Bazzana, « Maison-bloc, maison-enclos et maison agglutinante : caractères de l’habitat rural dans alAndalus (ixe -xiiie siècles) », dans L. Feller, P. Mane & F. Piponnier (éds), Le village médiéval et son environnement. Études offertes à Jean-Marie Pese, Paris, 1998, p. 43-66.

23 J.P. Van Staevel, Les usages de la ville. Discours normatif, habitat et construction urbaine dans l’Occident musulman médiéval (Xe-XIVe siècles), thèse de doctorat (nouveau régime), Université Lyon 2, 2000, 3 vol., I, p. 109-110 [Kitâb alQadâ’, A 13 bis r°].

24 M. Boughali, La représentation de l’espace chez le Marocain illettré, Casablanca, 1974, p. 58.

25 En revanche, on n’a pas trouvé à Saltés d’éléments attestant d’activités de tissage dans cet espace comme c’est le cas à Mértola (S. Macias, Mértola islâmica..., p. 87-91). Celles-ci auraient plutôt lieu dans les salons voire, comme cela se produit dans la maison 1 B, dans l’entrée. Il est curieux de noter qu’au milieu du XIXe siècle, dans les régions morisques, le filage de la soie avait lieu dans les naguelas, sortes de cabanes situées à l’entrée des maisons. Par exemple, dans le livre d’Apeos de Los Berchules, dans l’Alpujarra, sont mentionnées plusieurs “naguela(s) de hilar seda a la puerta”, Archivo de la Real Cancillería de Granada, planta 5, estante a-1, pieza 33, 1° 15, 19.

26 A. de Morgado, Bistorta de Sevilla, Séville, 1587 (nouvelle édition 1887), p. 144.

27 J.M. Hita Ruiz & F. Villada Paredes, « Unas casas meriníes en el Arrabai de Enmedio de Ceuta », Caetaria, no 1, novembre 1996, p. 67-91 ; J. Navarro & P. Jiménez, Navarro Palazón & P. Jiménez Castillo, 1996, « Estudio sobre once casas andalusíes de Siyasa », Memorias de Arqueologia, 5, p. 526-595 (maisons 6 et 9) ; S. Macias, Mértola islâmica. Estudio histórico-arqueológico do Bairro da Alcáçova (séculos XII-XIII), Mértola, 1996.

28 A. Bazzana & J. De Meulemeester, « Irrigation systems of Islamic origin in the Valle de Ricote (Murcia, Spain) », Ruralia II, Památky archeologiche, Supplementum 11, Prague, 1998, p. 152-160.

29 Fouilles et prises d’échantillons d’Anton Erwinck, analyses de Mark Strydonck, dans le cadre de la collaboration franco-belgo-espagnole ; information inédite.

30 A. Bazzana & J. Bedia García, Las excavaciones de Saltés (Huelva), 1983-1993. Memoria científica, Madrid-Lyon, 1994, 3 vol., I, p. 84-88.

31 N. Trauth, « Les produits métallurgiques du site médiéval de Saltés (Huelva-Andalousie) », Archéologie islamique, 6, 1996, p. 77-88 (p. 88).

32 M. Ponsich, Aceite de oliva..., p. 86.

33 E. Rosello & A. Morales, Calatrava la Vieja : Primer informe sobre la fauna de vertebrados recuperados en el yacimiento almohade, 3e partie : Peces, sous presse.

34 Al-Maqqarî, Annalectes sur l’Histoire des Arabes d’Espagne, éd. R. Dozy, Leyde, 1955-1867, rééd. Amsterdam Oriental Press, 1967, I.

35 A. Lentacker, « Archaeozoology. Preliminary analysis of the fish remains from the medieval Moorish town of Saltés (Huelva, Spain) », dans Las excavaciones de Saltés (Huelva), 1983-1993. Memoria científica..., I, p. 156-161.

36 Al-Himyari, Kitâb..., p. 136.

37 Celle-ci est de 142 m2 ; la partie du patio (surface totale de 37,50 m2) traitée en jardin était initialement plus vaste et couvrait environ 18 m2

38 . La fouille signale, à l’intérieur de plusieurs maisons, la présence de “scories” diverses et, parfois de traces de foyers à usage artisanal.

39 J.-L. l’Africain, Description de l’Afrique, trad. A. Épaulard, Paris, 1956, p. 293.

40 N. Trauth, « Les produits métallurgiques du site médiéval de Saltés (Huelva Andalousie) », Archéologie islamique, 6, 1996, p. 77-88.

41 Voir, en première approche, A. Bazzana & N. Trauth, « L’île de Saltés (Huelva) : la ville islamique, centre d’une métallurgie de concentration au Moyen Âge », Comptes-rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres, 1998, p. 47-74 ; Id., « Mines et métallurgie dans la ville islamique de Shaltîsh (Huelva, Espagne) », L’innovation technique au Moyen Âge, VIe Congrès international de la Société française d’archéologie médiévale (Dijon, 1996), Paris, 1998, p. 51-56 ; N. Trauth, « Les procédés métallurgiques », dans Saltés. Una ciudad islámica en la Ría de Huelva, sous la dir. de A. Bazzana et J. Bedia Garcia, en préparation.

42 Voir A. Bazzana & N. Trauth, « Mines et métallurgie... ».

43 Al-Idrîsî, Description..., p. 179.

44 R. Amador de Los Ríos, Huelva, Barcelone, 1983 (1ère éd. 1933), p. 775-776 ; Ma L. Pardo Rodriguez, Huelva y Gibraleón (1282-1495). Documentas para su historia, Huelva, 1980, p. 143-144.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Carte de situation des sites mentionnés
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19519/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 2. Saltés (Huelva), vue aérienne du site
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19519/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Figure 3. Dans les marécages des embouchures du Tinto et de Odiel, la ville médiévale est située au nord (El Almendral) de l’île de Saltés
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19519/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Légende Figure 4. Au nord-ouest du site, vestiges du “château” et, à sa gauche, emplacement supposé des chantiers navals de Saltés
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19519/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Figure 5. Tracés sub-orthogonaux et distribution des parcelles édifiées, à Siyâsa (Murcie). Fouilles de Julio Navarro Palazón
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19519/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende Figure 6. L'urbanisme saltésien : rues et ruelles, et blocs de quatre à six maisons d’époque almohade, de plan proche du carré, dans la partie nord de l’île de Saltés
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19519/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Figure 7. Schéma d’organisation de Rabat al-Fath, l’almohade, conçu semble-t-il pour englober dans un même espace urbain la ville voisine (sur l’autre rive du Bou Regreg) de Salé
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19519/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Figue 8. Fouilles de Saltés, plan de la maison 5 N
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19519/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Figure 9. Fouilles de Saltés, plan de la maison 1 B
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19519/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Légende Figure 10. Reconstitution théorique des maisons de Saltés
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19519/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Légende Figure 11. Poids de terre cuite pour filets de pêcheur retrouvés dans lesfouilles de Suites
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19519/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 12. Les régions d’approvisionnement en produits métalliques1. Faille du bassin de Guadalquivir. 2. Grande faille nord-sud.3. Pyrites, gossan (chapeaux de fer). 4. Schistes et ardoises minéralisées.5. Croûtes ferrugineuses et gossan remanié. 6. Cuirasses ferrugineuses des “cabezas rubias” (sédiments minéraliers). 7. Limite ancienne des marais à dépôts minéralisés.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19519/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende Figure 13. Résultats de la prospection géophysique et indices de localisation des ateliers du métal, au nord de l’île d’El Almendral
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19519/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19519/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Figure 14. Plan d’un atelier de grillage, fouillé à une trentaine de mètres au nord-est des derniers vestiges de la ville médiévale
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19519/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540