Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Averroès et l’averroïsme

 | 
André Bazzana
, 
Nicole Bériou
, 
Pierre Guichard

Présentation

Pierre Guichard

Texte intégral

1En 1153, Abu-l-Walid ibn Rushd, membre d’une honorable famille de juristes cordouans (son grand-père était cadi de Cordoue), âgé alors de vingt-sept ans, commençait sa carrière intellectuelle connue par un séjour à Marrakech. Quelques années plus tôt, le puissant empire almohade s’était imposé au Maroc (1147), d’où il était en train de s’étendre à l’Espagne. Ibn Rushd se trouvait-il dans la capitale du nouvel empire à l’occasion d’un rassemblement d’intellectuels favorables à un régime fondé sur une idéologie puissamment originale ? Il est en tout cas plausible de placer à ce moment la rédaction de ses premiers écrits proalmohades, actuellement perdus. La même date de 1153 est généralement retenue comme celle de la construction, par le premier calife almohade Abd al-Mu’min, au cœur du Haut Atlas, de l’étonnante mosquée de Tinmal, sur le site de laquelle Ibn Rushd s’est peut-être rendu. Elevé en commémoration de la naissance du mouvement almohade dans cette vallée montagnarde, un quart de siècle plus tôt, l’édifice est l’un des plus remarquables témoignages artistiques de l’originalité idéologique propre à ce mouvement révolutionnaire d’une grande efficacité, qui devait dominer pendant un siècle tout l’Occident musulman.

2En 1198, disparaissait à Marrakech aussi le même Ibn Rushd, plus connu dans la culture occidentale sous le nom d’Averroès. Cadi de Cordoue, très lié au grand calife al-Mansûr dont il était le conseiller et le médecin, il était devenu, pendant le demi-siècle qui a vu se développer sa production intellectuelle, intense et diversifiée, l’un des plus grands philosophes de l’Islam, au sein de ce même empire almohade qui venait de remporter sur les chrétiens, en 1194, la grande victoire d’Alarcos. Il avait connu à la fois les honneurs officiels, et, à la fin de sa vie, une disgrâce inattendue et encore mal expliquée. Celle-ci préfigure, en quelque sorte, le peu d’écho que sa pensée devait finalement connaître dans le monde musulman. Au contraire, trois quarts de siècle après sa mort, ses idées – ou celles qu’on lui attribuait – étaient passionnément discutées à Paris, et “l’averroïsme latin” de certains maîtres ès arts de l’Université sévèrement condamné par l’évêque Etienne Tempier, en 1277. C’est au milieu de ces controverses parisiennes sur l’averroïsme qu’Alain de Libera voit naître “l’intellectualité” occidentale. Deux siècles plus tard, l’impact de l’oeuvre d’Averroès, en dépit de cette crise, restait vivace sous d’autres formes en Occident, et singulièrement à Padoue.

3L’UMR 5648 Histoire et archéologie des mondes chrétiens et musulmans médiévaux, dans laquelle sont associés des médiévistes archéologues, historiens de l’art, spécialistes de l’histoire intellectuelle de l’Europe et arabisants travaillant sur le monde musulman, a souhaité, en 1999, profiter de “L’Année du Maroc en France” pour faire, à Lyon, le point sur la vie et l’œuvre du grand philosophe aristotélicien Averroès, en historiens plus qu’en philosophes et selon deux approches croisées : celle du contexte d’un long itinéraire intellectuel ; et celle de l’histoire séculaire d’une pensée éclose dans un espace et dans un temps donnés, puis diversement accueillie par les milieux intellectuels occidentaux à la faveur de sa transmission à l’Europe.

4La perspective retenue pour ce colloque – qui s’est déroulé les 4 et 5 octobre 1999, en collaboration avec l’association “Regard Sud” et en partenariat avec l’Institut universitaire de formation des maîtres du Rhône – privilégiait la discussion de connaissances universitaires (déjà acquises ou en voie d’acquisition) en vue d’une mise au point solide sur le cheminement concret de la pensée d’Averroès du xiie au xve siècle. Pour la préparation de l’ouvrage qui est proposé ici et dont la publication a bénéficié de l’aide de l’Association des Amis de la Maison de l’Orient, on a souhaité enrichir et compléter l’apport scientifique de ces deux journées par de nouvelles contributions ; il s’agissait d’une part (grâce à un article que j’ai préparé avec Jean-Pierre Molénat) d’éclairer davantage l’activité du milieu professionnel des ulémas côtoyés par Averroès, et d’autre part de varier les angles d’approche de l’histoire de son œuvre. En ce domaine, Péter Molnár a bien voulu extraire de ses travaux de recherche quelques pages sur les premiers contacts des philosophes et théologiens chrétiens avec la pensée politique d’Averroès, tandis que Juliane Lay et MauriceRuben Hayoun ont accepté d’illustrer par quelques exemples topiques le rôle patent des communautés juives dans la transmission et la réception des œuvres d’Averroès. Que tous, ouvriers de la première ou de la dernière heure, trouvent ici l’expression de notre vive gratitude.

Au temps d’Averroès... Quelques repères chronologiques

1126

Mort du cadi Abu 1-Walid b. Rushd à Cordoue et naissance de son petit-fils et homonyme (le futur Averroès).

1137-1145

Abu 1-Qasim b. Rushd, père de ce dernier, cadi de Cordoue. Il est chassé par la révolte des Cordouans contre le régime almoravide.

1145-1146

Situation anarchique en al-Andalus ; le cadi de Cordoue Ibn Hamdin, reconnu par la population comme chef politique, se maintient difficilement face aux derniers Almoravides et aux ambitions de Sayf al-Dawla b. Hud qui tente d’imposer son pouvoir depuis le Sharq (Valence et Murcie).

1147

Les Almohades prennent Marrakech et passent dans la péninsule ; le dernier chef almoravide en al-Andalus, Ibn Ghaniya, basé à Grenade, occupe Cordoue.

1148

Ibn Ghaniya remet Cordoue aux Almohades.

1151

Les Cordouans envoient une délégation au calife almohade Ἁbd al-Mu’min à Marrakech.

1153

Premier séjour d’Ibn Rushd à Marrakech

1156-1163

Abu Ya‘qub Yusuf (futur calife) gouverneur de Séville.

1158-1169

Cordoue exposée aux attaques de l’émir de Murcie et Valence Ibn Mardanish.

1160 ( ?)

Ibn Tufayl présente Ibn Rushd à Abu Ya‘qub Yusuf.

1163

Mort de Ἁbd al-Mu’min ; Abu Ya‘qub Yusuf lui succède (il ne prend le titre de calife qu’en 1168.).

1169

Ibn Rushd cadi de Séville, où il réside jusqu’en 1171.

1172

Ibn Rushd, avec d’autres docteurs, accompagne le calife lors de la campagne de Huete, contre la Castille, après la soumission d’Ibn Mardanish la même année.

1178

Séjour à Marrakech.

1180

Ibn Rushd grand cadi de Cordoue.

1182

Ibn Rushd remplace Ibn Tufayl, démissionnaire, dans sa charge de médecin du calife.

1184

Mort de Yusuf lors de la campagne contre Santarem ; Abu Yusuf Ya‘qub calife.

1194-1195

Attaques des traditionalistes contre Ibn Rushd.

1195

Le 18 juillet, bataille d’Alarcos.

1196

Expéditions contre la Castille.

1197

Interdiction d’étudier la philosophie et les “sciences des anciens” ; condamnation d’Ibn Rushd, assigné à résidence à Lucena.

1198

Ibn Rushd, grâcié, rappelé à Marrakech, mais non rétabli dans ses fonctions, meurt en décembre.

1199

En janvier, mort du calife Abu Yusuf Ya‘qub al-Mansur.

L'Occident musulman au temps d’Averroès

Table des illustrations

Légende L'Occident musulman au temps d’Averroès
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19498/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540