Version classiqueVersion mobile

Villes d’Italie

 | 
Jean-Louis Gaulin
, 
Armand Jamme
, 
Véronique Rouchon Mouilleron

8. Destins de citadins

Texte intégral

1 - L’orfèvre Facio

1On ne peut aborder l’histoire de Crémone au XIIIe siècle sans y rencontrer la forte personnalité d’Uberto Palavicino, qui renforça singulièrement la puissance de sa ville dans les années 1258-1264, ni celle de Vérone sans évoquer son terrible seigneur Ezzelino da Romano, maître des lieux en 1226, et de plus en plus manifestement antiguelfe au début des années 1230. Mais s’il est clair que la trame ordinaire de l’histoire des villes de Lombardie est alors celle des luttes entre factions en leur sein et des affrontements récurrents entre villes, les sources historiques mettent rarement en lumière les destins individuels des simples gens qui furent au moins les témoins, et souvent aussi les acteurs discrets de cette histoire. D’où l’importance d’un témoignage comme celui que l’on trouve sous la plume d’un clerc anonyme de la cathédrale de Crémone, sous la forme du récit de la vie exemplaire d’un orfèvre de la ville appartenant aux couches supérieures du Popolo. Né à Vérone dans les toutes dernières années du XIIe siècle, ce Facio avait été membre influent du parti guelfe dans sa ville natale, ce qui le contraignit à la quitter pour s’installer à Crémone, aux alentours de 1230. Sans doute dans les années 1259-1262, il fut victime d’un nouveau revers de fortune des guelfes à Vérone où il était revenu séjourner depuis peu. Emprisonné au moment de la prise de pouvoir des Scaliger, il sortit de prison grâce à l’intervention des habitants de Crémone, et il revint alors s’établir parmi eux, embrassant désormais l’état religieux de pénitent, jusqu’à sa mort en 1272. La Vita, rédigée sans prétention littéraire au dernier quart du XIIIe siècle, et seulement connue aujourd’hui dans cette version par un manuscrit du XVIe siècle, devait être lue publiquement à la cathédrale lors des célébrations qui accompagnaient la commémoration du saint homme, auquel la ville vouait un culte fervent en dehors de toute reconnaissance pontificale officielle. Elle atteste l’engagement de certains clercs séculiers des villes italiennes, moins bien connu que celui des frères mendiants, en faveur de la promotion d’une sainteté laïque active et pétrie d’évangélisme, accomplie sans renoncer à l’exercice de son métier. L’élément le plus caractéristique y est la place qui revient aux gestes de charité de Facio envers les plus démunis, en particulier les déclassés à qui leur nouvelle pauvreté faisait honte. Ce faisant, le guelfe militant qu’est l’orfèvre de Crémone ne se met pas au dessus des partis. L’œuvre de bienfaisance à laquelle il avait longtemps appartenu à Crémone avait, semble-t-il, dérivé pour devenir un foyer de gibelinisme actif, perméable de surcroît aux influences hérétiques ouvertement tolérées par Palavicino. Il créa donc à sa sortie de prison une nouvelle association charitable qui obtint la reconnaissance d’une bulle pontificale en 1263, et qui est dans la droite ligne des confréries de paix et de foi attestées en Italie depuis les années 1230 : orthodoxie religieuse et guelfisme politique y sont étroitement imbriqués, et l’on doit certainement prendre en compte le rôle d’institutions de ce type dans les ralliements du Popolo au parti de l’Eglise au sein des villes dominées par l’artistocratie gibeline dans les années 1260.

2Orientation bibliographique : Meersseman G.G., Ordo fraternitatis. Confraternité e pietà dei laici nel medioevo, Rome, 1977, 3 vol. ; Vauchez A., La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Age d’après les procès de canonisation et les documents hagiographiques, Rome, 1981 (BEFAR, 241) ; Id., « Comparsa e affermazione di una religiosità laica (XII secolo - inizio XIV secolo) », dans Storia dell’Italia religiosa, 1. L’antichità et il medioevo, sous la dir. de A. Vauchez, Rome-Bari, 1993, p. 397-425.

3Le bienheureux Facio, né à Vérone, fut de Crémone par le lieu de résidence. Après avoir vécu à Vérone jusqu’à l’âge de trente ans, et y avoir subi maintes tribulations et peines de la part des seigneurs de Vérone ou d’autres citoyens poussés par la partialité ou pour d’autres raisons, finalement, suivant l’exemple du Seigneur qui s’en alla quand on voulut le lapider [cf. Jn 8, 59] (...), afin d’adoucir leur colère grâce à son absence, le serviteur de Dieu se rendit à Crémone à l’âge de trente ans, et il y mena une vie vertueuse, ornée des saintes mœurs, en travaillant de ses mains dans sa profession. Tout ce qui pouvait lui être superflu, il le distribuait aux pauvres. La lumière de ses bonnes œuvres ne put rester cachée : il fut bientôt élu comme massier (massarius) des aumônes à distribuer aux pauvres et aux malades par ceux qui étaient de la Compagnie du Saint-Esprit, là où on trouvait tous les nobles de Vérone et les marchands, et ceux qui se prétendaient de quelque valeur, et qui se réunissaient en contrebas de la confession de l’église cathédrale, en particulier à l’autel de saint Jean. Et dans son métier il ne produisait jamais rien de futile, mais seulement des objets destinés au service de Dieu, comme on le verra plus loin. Mais tandis que sa réputation de sainteté se répandait un peu partout, et qu’il commençait surtout à avoir du renom à Crémone, il pensa en lui-même qu’il allait retourner à Vérone, pour y promouvoir la réconciliation et l’apaisement, après avoir considéré la parole de l’évangile selon saint Matthieu au chapitre V [5, 23] : « Si tu offres un présent à l’autel, et que tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite tu viendras offrir ton présent ». Il vint donc à Vérone se réconcilier avec ses ennemis, afin de pouvoir ensuite s’adonner à la contemplation divine plus dévotement, l’esprit tranquille. En arrivant sur place, il fut aussitôt victime des accusations et des propos fallacieux de ses ennemis, qui parvinrent aux oreilles des seigneurs Della Scala, si bien qu’on l’enferma en prison sans l’entendre. Et là, les miracles ne manquèrent pas (...).

4Comme certains lui reprochaient de guérir les maladies des autres, mais d’être incapable de sortir de prison, il répliqua : « Je ne sortirai pas de cette prison jusqu’à ce que le peuple ou la commune de Crémone vienne, et m’en délivre ». En entendant ces propos, presque tout le monde se moqua de lui. Mais par la volonté de Dieu qui donne l’esprit de prophétie à qui il veut parmi ses serviteurs, tout ce qu’il avait prédit se réalisa. Les habitants de Vérone, qui avaient conclu un pacte avec ceux de Crémone, les liant d’une amitié majeure, à la vie et à la mort, étaient menacés de manière pressante par des ennemis étrangers. Ils demandèrent de l’aide à Crémone, qui leur envoya deux mille fantassins armés. A cette nouvelle, les ennemis de Vérone furent tout pénétrés de terreur, du fait de la réputation des habitants de Crémone qui les faisait craindre partout. Ils se retirèrent et traitèrent pour faire la paix. Quand ceux de Crémone voulurent rentrer chez eux, les seigneurs Della Scala leur proposèrent de l’argent en grande quantité. Mais ils déclinèrent l’offre avec magnificence, en rétorquant : « Nous ne sommes pas venus chez vous pour de l’argent, mais par amitié, et du service que nous avons rendu à votre ville, nous ne prétendons retirer que de l’honneur qui compte bien plus que tous les biens du monde ». Comme ceux de Vérone insistaient pour qu’ils demandent au moins quelque faveur à leur ville, ceux de Crémone dirent : « Nous demandons frère Facio qui est détenu chez vous en prison, qui a eu coutume de servir chez nous les pauvres et les malades avec beaucoup de miséricorde ». Alors on ouvrit les prisons, et avec lui en furent délivrés tous ceux qui y étaient enfermés, par révérence pour le très saint frère Facio, et par amour pour le peuple de Crémone. Il revint donc à Crémone, et poursuivit l’ouvrage qu’il y avait commencé, avec l’aide de Dieu. On peut donc bien le dire prophète. Mais comme il sentait que les forces lui manqueraient pour le faire tout seul, il conçut en son cœur le projet d’établir, avec l’aide de Dieu, un ordre du Saint-Esprit, prévoyant que les frères de cet ordre qu’on appelle « de la Compagnie » seraient revêtus de la cape qu’ils continuent de porter, et qu’ils porteraient la barbe pour signifier qu’ils ne seraient pas effrayés comme des femmes par la difficulté de la tâche, mais qu’ils la supporteraient avec une force virile. Il voulut que leur office consistât à s’adonner aux œuvres de miséricorde : nourrir les corps, vêtir ceux qui étaient nus, visiter les malades.

5Source : Vauchez A., « Sainteté laïque au XIIIe siècle : la vie du bienheureux Facio de Crémone (v. 1196-1272) », MEFRM, 84/1, 1972, p. 36-40. Traduit du latin.

6Présenté et traduit par N. Bériou

2 - Bindo le mercenaire

7Pise, qui s’est rendue maître des trois quarts de la Sardaigne au cours des premières décennies du XIIIe siècle, se heurte dans le nord-ouest de l’île à une concurrence de Gênes qui se transforme en nouveau conflit armé. La commune, qui tient à préserver les domaines fonciers qu’elle a acquis dans l’île et le quasi-monopole commercial de l’exploitation de ses ressources, organise plusieurs expéditions militaires pour tenter d’imposer sa domination sur toute l’île et de diminuer la concurrence de la cité ligure en mer tyrrhénienne. Elle fait appel pour cela à des soldats professionnels qui disposent d’un équipement personnel.

8Orientation bibliographique : Day J., La Sardegna sotto la dominazione pisano-genovese, Turin, 1987 ; I podestà dell’Italia comunale, sous la dir. de J.-C. Maire Vigueur, 2 vol., Rome (Collection de l’EFR, 268), 2000 ; Petrucci S., Re in Sardegna, a Pisa cittadini. Ricerche sui « domini Sardinee » pisani, Bologne (Studi e testi di storia medievale, 17), 1988 ; Settia A. A., Comuni in guerra. Armi ed eserciti nell’Italia delle città, Bologne, 1993.

9Bindo fils de Giovanni de Sienne, naguère soldat (stipendiarius) de la commune de Pise pour aller en Sardaigne, reconnait avoir reçu de Quintianello de la paroisse San Pietro in Cortevecchia [de Pise] fils de feu Ranuccino de Sienne, un cheval à poil noir pour la robe et le train arrière, avec un peu de blanc au cou sous les crins, ainsi que les armes ci-dessous, c’est-à-dire une pansière, une barbute, un bacinet et un gorgerin, des cuissières avec jambières, une dague, un couteau et un bouclier, une couverture de toile à damier blanc et rouge, et par dessus un haubert rouge.

10Ledit Bindo se fit enrôler pour aller en Sardaigne au service de la commune de Pise comme le dit Quintianello. Quintianello a acheté le cheval et les armes et les a donnés à Bindo afin qu’il serve bien et fidèlement la commune de Pise.

11Bindo doit garder le cheval et les armes en bonne foi et sans fraude, renoncer à toutes les sommes que lui ou son héritier pourraient en retirer, donner et solder aussi la moitié de tout ce qu’il pourra gagner, aussi longtemps qu’il restera audit service, sous peine de cent livres de petits deniers pisans. Il a promis de payer toutes les dépenses qui en découleraient, s’obligeant lui, ses héritiers et ses biens etc.

12Il lui a donné pouvoir etc. Renonçant à tout droit etc. Et au privilège du for etc.

13Pour cela, Quintianello par accord écrit a promis à Bindo de lui donner pour le cheval [le coût] des frais de nourriture à partir du moment où il serait audit service, pour sa gratification (feudo) 33 sous et 4 deniers par mois, sous la peine de cent deniers et en obligeant tous ses biens. Il renonce à tout droit etc., et au privilège du for etc. Bindo accepte cette gratification et reconnaît recevoir de Quintianello cent sous de deniers pour trois mois, dont il lui donne quittance.

14Fait à Pise, dans la boutique [du notaire, Ugolino fils de Jacopo de Carraria Gonnelle], en présence de Bartolomeo notaire fils du feu notaire Jacopo et de Matteo notaire fils du feu notaire Damense, témoins. MCCLXXV, seconde indiction, le cinquième des ides de mai [11 mai].

15Source : Archivio di Stato di Pisa, fonds Spedali, registre no 2068, fol. 36v-37r. Traduit du latin.

16Présenté et traduit par J.-M. Poisson

3. Le frère dominicain Jean de Turin et ses livres

17Peu de documents relatifs au contenu des bibliothèques de couvents des frères mendiants nous sont parvenus. La donation faite en 1278 par le frère Jean de Turin, ancien provincial de Lombardie, au profit du couvent de Turin qu’il a lui-même fondé, est donc doublement importante aux yeux de l’historien. D’une part, il s’agit de livres que ce frère de l’ordre des prêcheurs détenait à son usage, sans doute depuis le temps où il avait été lecteur au couvent de Bologne (1243-1254). D’autre part, le destinataire de sa donation est une nouvelle fondation, qui reçoit de la sorte un équipement intellectuel adapté aux besoins d’un studium par le choix des ouvrages et par leur classement, dont on saisit l’essentiel, malgré le caractère très fautif et parfois lacunaire de la copie du XIXe siècle dans laquelle l’instrument notarié a été préservé.

18Orientation bibliographique : Bataillon L.-J., « L’activité intellectuelle des dominicains de la première génération », dans Lector et compilator. Vincent de Beauvais, frère prêcheur. Un intellectuel et son milieu au XIIIe siècle, Grâne, éd. Créaphis, 1997, p. 9-19 ; Mulchahey M., ‘First the Bow is bent in study’. Dominican Education before 1350, Toronto, 1998 (Studies and Texts, 132) ; Pellegrini L., I manoscritti dei predicatori. 1 Domenicani dell’Italia mediana e i codici della loro predicazione (secc. XIII-XV), Rome, Istituto storico domenicano, 1999 ; Bataillon L.-J., « Le letture dei maestri dei frati predicatori », dans Libri, biblioteche e letture dei frati mendicanti (secoli XIII-XIV), Assise, sous presse (Convegno della Società intemazionale di studi francescani, XXXII).

19Au nom du Seigneur. L’année de l’incarnation du Seigneur 1278, le vendredi 17 du mois de juillet, indiction VI, dans la maison des frères prêcheurs de Milan, dans l’infirmerie, en présence de frère Denis de Verceil du couvent de Milan et de frère Rainier de Verceil du même couvent et de frère Jacques de Voragine du couvent de Gênes de l’ordre des prêcheurs, et de frère Pierre de Septimo du couvent d’Alessandria et de frère Georges du couvent de Bologne, appelés comme témoins, moi, au nom de Dieu frère Jean de Turin, de l’ordre des prêcheurs du couvent de Milan, avec la permission et par l’autorité de frère Jean, maître de tout l’ordre des prêcheurs, et par l’autorité des lettres que moi, notaire, et que les témoins nommés ont vues, saines et entières, scellées d’un sceau pendant, dont telle est la teneur : « A celui qui lui est très cher en Christ, frère Jean de Turin, de Tordre des frères prêcheurs, frère Jean, serviteur inutile des frères de cet ordre, salut et sincère affection. Avec diligence, vous vous êtes employé à peupler le couvent de Turin et à assurer à cette nouvelle fondation le réconfort des livres et à la préserver des charges de la pauvreté par des subsides bienvenus. Par la teneur des présentes je vous accorde de pouvoir fournir ce couvent de vos livres selon ce que votre discernement estimera le plus utile. Portez-vous bien et priez pour moi. Fait à Milan en l’an du Seigneur 1262, le 16 des calendes de mai », je donne en donation pure et simple entre vifs, nonobstant toute considération d’ingratitude, au couvent de Turin et aux frères de ce couvent, c’est-à-dire à frère Boniface de Celles, prieur du dit couvent, qui les reçoit au nom de ce dit couvent, tous nos livres qui m’ont été accordés par Tordre à la condition, fixée par convention entre nous, que ces livres ne pourraient jamais être vendus ni aliénés sans l’autorisation spéciale du maître de tout Tordre ou du prieur provincial. Je garde quelques livres, à mon gré, pour mon réconfort, tant que je vivrai, et après mon décès ils appartiendront aussi au couvent. Voici les noms des livres :

20Principaux livres de théologie : la Bible ; les Sentences ; un Psautier mutilé ; Isaïe.

21Originaux : Denys et Damascène avec les livres de Boèce ; Damascène dans la nouvelle traduction ; l’Exameron d’Origène ; Basile ; Grégoire de Nysse ; Chrysostome, De laudibus Pauli, avec les livres des païens ; Augustin, De Trinitate, avec l’Enchiridion et le livre De vera religione ; Le livre des Soliloques avec des extraits de La Cité de Dieu ; Augustin, le livre complet de La Cité de Dieu ; Augustin, sur l’Evangile de Jean, et sur le Cantique ; Augustin, sur la Genèse selon la lettre, en entier, avec de nombreux extraits d’Augustin, de Jérôme, d’Hilaire et d’Ambroise ; Augustin, De decem cordis [sic], avec quatorze autres textes (volumina) ; Augustin, De spiritu et littera, De divinatione, De [...], De doctrina christiana, De sancta virginitate, De viduitate, De regimine regum, De diversis questionibus, et quelques livres d’Avicenne ; Ambroise, De officiis, avec les livres d’Augustin De catechizandis rudibus et De heresibus, et les livres De viris illustribus de Jérôme, de Gennade et trois livres de Chrysostome, De compunctione cordis et reparacione lapsi et dont le début (titulus) est : Neminem ledi nisi a seipso, avec des extraits de Jérôme Contra Iovinianum, et sur les épîtres de Paul ; l’Exameron d’Ambroise ; Hilaire, De Trinitate, De synodis ; Jérôme sur Matthieu, et sur Marc ; Jérôme sur Daniel ; Jérôme sur les XII Prophètes ; extraits de Jérôme sur Isaïe ; Jérémie avec des extraits d’Ambroise sur Luc et sur les épîtres de Paul et des extraits de Rémi sur les épîtres de Paul ; Chrysostome sur Jean avec le livre d’Augustin De consensu evangelistarum ; Augustin sur les Psaumes des degrés ; Augustin, De quantitate anime ; les livres d’Anselme avec Augustin, De libero arbitrio, De LXXXIII questionibus et De recta intencione [...], les livres de Richard, c’est-à-dire le De archa mystica [...] et du Bec [...] ; des extraits d’Augustin sur Jean, avec les livres de Jérôme sur l’Ecclésiaste et quelques sermons du frère Jean de Turin et quelques chapitres (tituli) compilés sur des originaux ; des extraits de Chrysostome sur Matthieu avec une petite chronique, et quelques extraits de [...] ; Des épîtres de Jérôme avec le sermon Cogitis et XI homélies d’Eusèbe Emiscenus [il pourrait s’agir de Némésius d’Emèse] et six homélies sur Missus est ; Isidore, Etymologies ; Extraits de Rabbi Moyses et commentaires (expositiones) sur Denys avec deux petits livres d’Anselme ; Rémi [d’Auxerre] sur l’épître aux Romains avec les corrections de la Bible, et Rémi sur l’Apocalypse ; des concordances de la Bible d’après le Chantre de Paris ; deux grands cahiers de sermons d’Ambroise et de Maxime ; quatre paires d’histoires avec un texte (volumen) de l’Histoire ecclésiastique tripartite romaine et lombarde ; Cassiodore sur la dernière partie du Psautier ; un bon bréviaire récemment corrigé ; un calendrier récemment corrigé.

22Questions et argumentations (rationes) : l’écrit de maître Albert sur les Sentences ; les postilles de Richard [Fishacre] sur le quatrième livre des Sentences ; les Questions de frère Alexandre [de Haies] et les Questions de frère Guerric [de Saint-Quentin] ; la Somme du Chancelier ; la Somme de maître Albert ; les Postilles sur [...] ; les Postilles ou divisions de maître Albert sur les livres de Salomon ; les Postilles sur les Prophètes ; les Postilles ou divisions sur le Nouveau Testament

23Droit canon : le Décret ; les Décrétales avec l’apparat de Bernard ; des apparats sur le Décret ; de vieilles compilations des canons ; la Somme de Geoffroi [de Trani] sur les titres des Décrétales ; la Somme de Raymond.

24Philosophie, métaphysique et éthique en même temps, livres sur la nature (libri naturales) : le livre d’Aristote De anima ; le livre de maître Albert De animalibus ; [...] Sur la génération et la corruption ; le Timée de Platon ; la vieille Logique ; la nouvelle Logique ; Arithmétique ; Rhétorique [...] ; Pierre d’Espagne sur le livre De animalibus ; Boèce, De consolatione ; trois livres de Tulle dans le même exemplaire (volumen), c’est-à-dire De senectute, De amicitia, De paradoxis ; Sénèque, De beneficiis, et trois autres petits livres.

25Moi, G. [...] fils de f[eu] [...] de la ville de Milan, de la porte Ticinese, notaire, ai transmis et donné à écrire et souscrit. Moi Ambroise, fils de feu maître Ambroise de Val Sesia de la ville de Milan de la porte Ticinese, résidant dans la paroisse de Saint-Pierre in campo Laudensi, notaire, sur ordre du notaire sus nommé, j’ai écrit.

26Source : Nebbiai-Dalla Guarda D., I documenti per la storia delle biblioteche medievali (secc. IX-XV), Rome, Jouvence, 1992, p. 110-113. Traduit du latin.

27Présenté et traduit par N. Bériou

4 - Un grand seigneur vénitien de la Grèce latine à la fin du XIIIe siècle

28Filippo Ghisi illustre les contradictions des nobles vénitiens échappant dans les marges coloniales aux entraves de la société urbaine. Dans son Istoria di Romania, écrite dans les années 1320-1330 mais sur des témoignages recueillis au siècle précédent, Marino Sanudo Torsello, zélateur de la croisade et historien des rapports gréco-latins (voir VII/7, p. 249), brosse en peu de mots sa carrière : le mariage incestueux, transgression initiale ; la succession du beau-père captée au détriment d’un puissant lignage (cà), l’héritière spoliée étant l’épouse de Lorenzo Tiepolo, fils du doge Jacopo (1229-1249) et lui-même bientôt doge (1268-1275) ; la chute enfin quand Licario, mégaduc (amiral) de l’empereur byzantin Michel VIII Palaiologos, soumet une partie de l’Egée, dont sa seigneurie. L’imprécise citation d’Ovide, marque d’un verni de culture, clame l’orgueil de l’aristocrate libéré des structures qui canalisent ou masquent à Venise ambitions et luttes des lignages. Mais Sanudo écrit justement à l’époque où l’Etat patricien prend sa forme définitive, refoulant les conflits lignagers dans l’infra-politique. Le testament de Filippo offre une image moins figée dans sa cohérence. Il trahit sa double identité, seigneur féodal et citoyen vénitien : l’acte n’est pas validé par un notaire, à l’italienne, mais par le sceau et les témoins, selon l’usage diplomatique de la Grèce franque. Pour avoir quelque valeur en territoire vénitien, il doit recevoir l’homologation des agents de la commune dans la colonie de Négrepont : rédigée par un notaire qui, rareté à Venise, est un laïc, c’est elle qui nous est parvenue, dans un assez piètre état (restitutions entre crochets). Par ailleurs Filippo garde la mentalité d’un marchand soucieux de son salut et des liens, d’affaires notamment, avec parents et institutions religieuses de Venise, tels les chanoines de San Giorgio in Alga, servant de banque de dépôt et à qui il confie certaines archives. Le testament incorpore un autre document détaillant les conditions auxquelles, après sa captivité, Filippo se réconcilia avec les Tiepolo. Les dominicains contribuent à cet agrément à Venise comme à la rédaction du testament à Négrepont. Modérateurs de la société vénitienne, ils sont aussi implantés dans les colonies et fort actifs dans la controverse entre catholiques et orthodoxes : le couvent de Négrepont, renforcé en 1261 des réfugiés de Constantinople, est le principal de Grèce et Bonaccorso de Bologne est l’auteur de traités en grec contre les erreurs de l’Eglise d’Orient.

29Orientation bibliographique : Loenertz R.-J., Les Ghisi, dynastes vénitiens dans l’Archipel, 1207-1390, Florence, 1975 (Civiltà veneziana, Studi, 26), p. 43-54 ; Maierù A., « Bonaccorso da Bologna », dans DBI, 11, Rome, 1969, p. 460-462 ; Violante T. M., La provincia domenicana di Grecia, Rome, 1999 (Dissertationes historicae, 25), p. 97, 142, 258-260 ; Ravegnani G., « Ghisi, Filippo », DBI, 54, Rome, 2000, p. 9-10.

1. La chute de Filippo Ghisi (vers 1277)

30[Licario] commença alors à s’en prendre à ceux de Négrepont et d’autres îles voisines. Et même ceux qui se croyaient les plus en sûreté furent vaincus, comme le furent notamment ceux de l’île de Skopélos, qui avaient l’habitude de dire que toute la Romanie serait perdue par les armes avant eux, et que quand bien même toute la Romanie serait perdue, ils monteraient dans leurs navires avec leurs trésors et viendraient s’y réfugier à la barbe de leurs ennemis. Mais le rusé mégaduc, sachant qu’ils n’avaient pas de source d’eau, partit en expédition durant l’été et les assiégea jusqu’à ce que l’eau vienne à manquer dans leur citerne. Ils furent contraints de se rendre et le mégaduc les envoya à Constantinople, et parmi eux, avec beaucoup d’autres, messire Filippo Ghisi, le seigneur [de Skopélos] ; celui-ci avait pris pour femme une de ses parentes, fille de messire Geremia Ghisi, sans dispense, et par la violence il avait occupé et tenu par la force Skopélos, Skyros et d’autres îles qui avaient appartenu au dit seigneur Geremia. Il fit cela contre Dieu et la justice, car ces îles devaient revenir à l’épouse de messire Lorenzo Tiepolo, qui fut depuis doge de Venise, laquelle était fille aînée de messire Geremia.

31Ce messire Filippo était un bel homme, et éloquent, mais il se vantait beaucoup et aimait à répéter ce vers d’Ovide : Maior sum, quant non (sic) possit fortuna nocere [« Je suis trop grand pour que la fortune puisse m’abattre » : Ovide, Métamorphoses, VI, 195], Et pourtant, il fut conduit captif à Constantinople où il demeura longtemps en prison et où son épouse mourut misérablement couchée sur une natte. Finalement, il fut libéré, et de ce qui lui restait de ses biens, il donna une partie à ceux de la cà Tiepolo et se réconcilia ainsi avec eux. J’ai discuté avec lui plusieurs fois à Négrepont, car il était très affable et il se disait le cousin au second degré de messire Angelo Sanudo, père de feu messire Marco Sanudo, de qui j’ai appris toutes ces choses...

32Source : Marino Sanudo Torsello, Istoria di Romania, Papadopoulou E. éd., Athènes, 2000, p. 137. Traduit du vénitien.

2. Testament de Filippo Ghisi (Négrepont, 1297, attestation de 1299)

33Au nom de Dieu éternel, Amen. L’an de l’incarnation de notre Seigneur Jésus-Christ mille deux cent quatre-vingt dix-neuf, au mois d’avril, le vingt-cinquième jour en entrant, en la douzième indiction, à Négrepont. Nous attestons, nous, frère Bonaccorso de Bologne et frère Antonio de Venise, tous deux de l’ordre des frères prêcheurs, et en vérité nous disons que l’an de l’incarnation de notre Seigneur Jésus-Christ mille deux cent quatre-vingt-dix-sept, au mois de décembre, le dix-huitième jour en entrant, en la dixième indiction, nous nous trouvâmes dans la demeure de messire Filippo Ghisi, à Négrepont, et dans cette maison ledit messire Filippo Ghisi, malade du corps mais l’entendement et l’esprit sain, souhaitant laisser ses biens en bon ordre après sa mort, me demanda à moi, frère Antonio susdit, de mettre en forme (conscribere) l’écrit de sa main qui suit, et il me demanda à moi, frère Bonaccorso susdit, d’être témoin de ses volontés. Et moi, frère Antonio, à la demande et à la prière dudit messire Filippo Ghisi, en présence et sous le témoignage du frère Bonaccorso, j’ai mis par écrit ses dispositions successorales (ordinamentum), qui suivent mot à mot, comme il lui a plu d’en disposer, et dont la teneur est telle :

34Au nom de Dieu éternel, Amen. L’an de l’incarnation du Seigneur mille deux cent quatre-vingt dix-sept, le dix-huitième jour du mois de décembre, en la dixième indiction. Moi, Filippo Ghisi, à présent habitant à Négrepont, sachant que rien n’est plus incertain que l’heure de la mort, sain d’esprit et d’un sain conseil, j’établis ainsi mon testament. Premièrement, je déclare que messire Leonardo Ghisi, mon neveu, habitant de Venise, tient de ma propriété, comme il appert par ses lettres que j’ai avec moi, environ vingt-six livres de gros vénitien et de même il a trois grands tapis et six petits tapis, sur la valeur desquels je veux et ordonne qu’on donne aux héritiers de feu dame Marchesina Tiepolo, jadis dogaresse de Venise, trente livres de gros vénitien, pour la paix et la concorde que ladite dame Marchesina a faites avec moi, pardonnant avec miséricorde à moi et à mes neveux toutes les offenses et les dommages que je lui avais infligés, comme il appert par un écrit dont la teneur est la suivante :

35Vous, brillante et éminente dame Marchesina Tiepolo, veuve de l’illustre seigneur Lorenzo Tiepolo, de bonne mémoire, célèbre doge de Venise, je vous supplie moi, Filippo Ghisi, misérable pécheur contre vous, et je rappelle à votre sublime seigneurie que vous savez bien que par l’entremise de messire frère Bonifacio, alors prieur de l’ordre des prêcheurs du couvent de Venise, je vous ai écrit à plusieurs reprises, suppliant de votre excellence indulgence et miséricorde, que j’étais prêt à venir et j’étais venu à vos pieds, incliné avec toute l’humilité et la révérence possibles, offrant ma personne, mon corps, ma vie et ma fin à votre bon plaisir et votre volonté. Et votre benoîte grâce, avec le brillant messire Pietro, votre fils, et tous les vôtres, m’a pardonné, à condition toutefois que je vous satisfasse de trente livres de gros vénitien, et le brillant messire Jacopo, votre fils, m’a pardonné de même.

36Et moi, je vous aurais bien volontiers remis alors à Venise cet argent, si je l’avais eu. Mais comme je ne l’avais pas, je ne pus vous le donner, pas plus que je ne pus trouver quelqu’un pour se porter garant ou caution du paiement. Et, dans ces circonstances qu’il faut rappeler, votre altesse ordonna que messire Pietro, votre fils, en votre nom et en son nom propre, devrait venir avec moi en présence du seigneur doge et exposer audit seigneur doge comment et de quelle manière je m’étais incliné avec toute la révérence à vos pieds et à ceux des vôtres et comment vous m’aviez avec miséricorde accordé votre pardon, afin que le seigneur doge veuille et qu’il lui plaise me pardonner quant à ce qui vous concerne vous et les vôtres, et si quelque chose m’appartenant avait été séquestré de votre fait, qu’il plaise audit seigneur doge me dégager librement. Et de tout cela, sur mon ordre, comme vous le savez bien, il fut décidé d’un commun accord qu’on devrait faire faire une charte et écriture, de sorte que ni par une cour de l’Empire, ni par une cour de Venise, ni par une autre cour ce qui a été convenu ne puisse en aucune manière être révoqué.

37Les choses étant ainsi, comme il est dit ci-dessus, je veux que ladite somme de trente livres de gros vénitien soit donnée à ceux qui pourront prouver qu’ils sont les droits héritiers de dame Marchesina, afin que par un acte officiel ils nous confirment cela à moi et à mes neveux.

38J’ordonne également que, si les héritiers de feu dame Marchesina n’ont pas observé à mon égard et à l’égard de mes neveux l’accord susdit convenu en présence du seigneur doge de Venise, de sorte que je n’aie aucun dommage sur nos biens séquestrés en raison de la discorde qui exista jadis entre nous, je ne veux pas qu’ils aient la somme susdite. Mais s’ils ont honnêtement contribué en ce sens, même si le seigneur doge ne nous a pas restitué à moi et à mes neveux nos biens confisqués en raison de la discorde qui fut entre nous, je ne veux pas qu’ils perdent pour cette raison ladite somme, mais qu’elle leur soit librement donnée.

39De même, je veux que tout ce qui restera en plus en main de messire Leonardo Ghisi, une fois réglées les trente livres de gros vénitien, on le donne aux procurateurs de Saint-Marc, pour que ceux-ci, en accord avec messire Leonardo Ghisi, le distribuent et le donnent pour les âmes de ceux que j’ai dépouillés.

40De même, j’ai à Venise auprès de San Giorgio in Alga, comme le savent le prieur et les frères de cet établissement, quatre livres de gros vénitien, desquelles je veux que, par les mains desdits prieur et frères de San Giorgio et [de messire] Leonardo Ghisi, on donne au grand hôpital qui fut à Acre quarante sous de gros vénitien. De même, à la maison du grand Temple, vingt sous de gros vénitien. De même, aux frères mineurs de Venise qui demeurent en la vigne qui fut jadis à feu messire Marco Ziani, pour l’âme de ma soeur madame Marchesina, pour l’âme de madame Isabella et pour mon âme, dix sous [de gros vénitien. De même aux frères de San] Giorgio in Alga, dix sous de gros vénitien.

41De même, il est connu que feu messire Giacomo Ghisi, mon frère, donna au dit prieur de San Giorgio in Alga les intérêts [lacune de trois ou quatre mots] de gros vénitien appartenant à son épouse, madame Gracia, et à ses fils. De même, je demande et j’ordonne que les chartes que j’ai confiées aux frères de San Giorgio in Alga, qui (...) [leur soient remises par messire Boccasio Orio], à qui je les ai confiées pour qu’il les garde, et si Boccasio refuse de leur remettre lesdites chartes, qu’il soit contraint par l’évêque de Venise à les restituer. [Et si mes neveux, fils] de feu messire Jacopo, mon frère, ne peuvent récupérer leurs maisons de Venise d’ici un an, bien que nous soyons réconciliés avec ceux de la cà Tiepolo à mon sujet, je veux qu’ils aient deux-cents hyperpères sur mes biens où qu’ils se trouvent. De même, je veux que ma susdite belle-sœur et ses fils [puissent recouvrer] la terre de Zagara, qui nous appartenait à moi et à mon neveu Giovanni, fils de mon frère messire Marco et que nous leur avons donnée et concédée, et si d’ici [au terme d’une année ils ne peuvent pas la] recouvrer, bien que nous soyons réconciliés avec ceux de la cà Tiepolo, je veux qu’ils reçoivent alors deux cents hyperpères sur mes biens où qu’ils se trouvent.

42[Suivent diverses autres clauses testamentaires, plusieurs d’interprétation incertaine en raison de l’état de conservation du document]

43En témoignage de quoi j’ai sollicité les témoins présents et oyants, à savoir frère Bo[naccorso de Bologne et frère Antonio de V]enise, de l’ordre des frères prêcheurs, en présence desquels j’ai apposé mon sceau. En outre je veux que Margherita, fille de Margherito de Skopélos, en raison [lacune de cinq ou six mots] en Romanie, reçoive 50 hyperpères, elle ou ses héritiers.

44Et cela nous le disons par vrai témoignage et nous l’affirmons par la parole de vérité. [Seings de frère Bona]ccorso et de frère Antonio, de l’ordre des prêcheurs, qui ont demandé que cela soit écrit.

45[Moi, Giacomo Barozzi, ba]ile de Négrepont, j’ai souscrit de ma main.

46[Moi, Marco Barbo, conseiller] de Négrepont, j’ai souscrit de ma main.

47[Moi, Giovanni Soranzo, conseiller] de Négrepont, j’ai souscrit de ma main.

48[Seing du notaire]

49[Et moi maître] Salomone, par mandat ducal notaire du noble seigneur messire Giacomo Barozzi, honorable baile de Négrepont, j’ai complété et validé.

50Source : Borsari S., Studi sulle colonie veneziane in Romania nel XIII secolo, Naples, 1966 (Seminario di Storia Medioevale e Modema, 3), p. 133-137, et Loenertz R.-J., Les Ghisi, ouvr. cit., p. 288-293, no 5. Traduit du latin.

51Présenté et traduit par G. Saint-Guillain

5 - Jacques de Voragine, archevêque de Gênes, par lui-même

52Plus connu aujourd’hui sous le nom impropre de Jacques de Voragine, le frère Jacques de Varazze (1228/1229-1298) — le nom indique soit le lieu de naissance (Varazze, à proximité de Gênes), soit le patronyme de la famille, attesté à Gênes au XIIIe siècle (famille de Varagine, c’est-à-dire originaire de Varazze) — entré chez les prêcheurs dans le couvent de Gênes en 1244, a exercé d’importantes charges dans son ordre, comme prieur de la province de Lombardie à deux reprises (1267-1277, puis 1281-1286) et comme régent de l’ordre pendant la vacance temporaire de la charge de maître général (1283-1285). Il passa les dernières années de sa vie (1292-1298) sur le siège archiépiscopal de sa ville natale, et il nous a laissé de cette expérience un témoignage très personnel dans la Chronique de Gênes qu’il rédigea à partir de 1295 ou 1296. Ce livre, divisé en douze parties, raconte d’abord (livres 1 à 5) l’histoire de la ville depuis sa fondation jusqu’en 1294. Les quatre livres suivants constituent un traité sur la nature et les types de gouvernement, sur l’art de gouverner et sur la conduite attendue du citoyen chrétien. Dans les trois derniers livres, l’auteur relate la transformation de l’évêché de Gênes en siège archiépiscopal, puis les événements qui se sont produits dans la ville au temps des archevêques successifs, dont il est le huitième. L’ouverture des chapitres qui le concernent présente une précieuse note au sujet des principaux éléments de son œuvre littéraire (recueils de sermons et Légende dorée), qu’il décrit probablement dans l’ordre chronologique de leur rédaction. La Légende dorée, dont on a ici le titre donné d’abord par son auteur, fut écrite à partir de 1260, et constamment remaniée et enrichie jusqu’à la mort de Jacques de Varazze. Noter aussi en relation avec cet extrait, que celui-ci écrivit en 1293 un opuscule hagiographique consacré à la Vie de saint Syr, évêque de Gênes, qui correspond au chapitre sur saint Syr inséré tardivement par lui dans la Légende dorée.

53Orientation bibliographique : Monleone G., Jacopo da Varagine e la sua Cronaca di Genova, dalle origini al MCCXCVIII. Studio introduttivo e testo critico, Rome, F.I.S.I., 1941, 3 vol. ; Casagrande C., « Jacopo da Varazze », dans DBI, 62, Rome, 2004, p. 92-102 ; Casagrande C. et Vecchio S., « Cronache, morale, predicazione : Salimbene da Parma e Iacopo da Varagine », Studi medievali, s. 3, XXX, 1989, p. 749-788 ; Bertini Guidetti S., I Sermones di Iacopo da Varazze. Il potere delle immagini nel Duecento, Florence, SISMEL, 1998 ; Storia di Genova. Mediterraneo, Europa, Atlantico, sous la dir. de D. Puncuh, Gênes, 2003 ; Jacques de Voragine, La Légende dorée, traduction sous la direction d’A. Boureau, Paris, Gallimard, 2004 (Coll. La Pléiade) ; Guelfi e Ghibellini nell’Italia del Rinascimento. Actes du colloque de Milan, nov. 2002, dir. G. Chittolini, SOUS presse.

54Frère Jacques de Varazze de l’ordre des prêcheurs, huitième archevêque, prit sa charge l’année du Seigneur 1292, et qu’il vive autant qu’il plaira à Dieu. Il fut créé archevêque par le seigneur pape Nicolas IV, qui était de l’ordre des frères mineurs et qui l’avait appelé par lettres à le rejoindre pour lui remettre le don de la consécration et lui donner le pallium. Mais, alors qu’il entrait dans Rome le dimanche des Rameaux, il trouva le souverain pontife souffrant d’une maladie grave et dangereuse. Celui-ci rendit son âme à Dieu le vendredi saint et, comme nous le croyons, il entra dans le palais céleste. Le vénérable collège des cardinaux, réuni en consistoire avant l’octave de Pâques, décida que pour l’honneur de la commune de Gênes son archevêque devait être rendu pleinement apte [à exercer sa charge] dès que possible. C’est pourquoi il fut consacré dans l’octave de Pâques par le vénérable père et seigneur Latino [Malabranca], évêque d’Ostie, reçut durant la même semaine le pallium, et s’en retourna joyeux dans sa cité où le peuple l’accueillit avec déférence.

55Il écrivit plusieurs ouvrages, alors qu’il était encore dans son ordre, et ensuite durant son épiscopat. Il compila en un volume les Légendes des saints en y ajoutant beaucoup de choses tirées de l’Histoire ecclésiastique, de l’Histoire tripartite, de l’Histoire scolastique et des Chroniques de divers auteurs. Cet ouvrage commence ainsi après le prologue : Adventus Domini, etc. Il fit aussi deux volumes de sermons sur tous les saints dont les fêtes sont célébrées par l’Eglise durant le cycle de l’année : l’un est très développé, l’autre est plus bref et limité, et tous les deux commencent de la même manière : Vestigia eius secutus estpes meus, etc. [Job 23, 11]. Il fit aussi des sermons sur tous les évangiles des dimanches qui sont lus dans l’Eglise durant le cycle de l’année, à raison de trois sermons sur chaque évangile en l’honneur de l’indivisible Trinité. Cet ouvrage commence ainsi, après le prologue : Preparare in occursum Dei tui, Israel [Amos 4, 12]. Il fit aussi des sermons sur tous les évangiles qui sont lus chaque jour du Carême, depuis le mercredi des Cendres jusqu’à la troisième férie après Pâques, à raison de deux sermons sur chaque évangile. Cet ouvrage commence ainsi : Filia populi mei, induere cilicio, etc. [Jer 6, 26], Il fit aussi un livre intitulé Marialis, qui est tout entier consacré à la bienheureuse Marie et ordonné selon l’ordre des lettres de l’alphabet. Ce livre commence ainsi après le prologue : Abstinencia multiplex. Il compila en outre la présente Chronique.

56La deuxième année de son pontificat, l’an du Seigneur 1293, il célébra un concile provincial dans l’église Saint-Laurent, auquel prirent part l’évêque d’Albenga, l’évêque de Brugnato, l’évêque de Noli, l’évêque de Mariana, l’évêque de Nebbio. En revanche l’évêque de Bobbio s’excusa parce qu’il souffrait d’une maladie et du grand âge : il envoya toutefois son procurateur et syndic. L’épiscopat d’Accia était vacant. De nombreux abbés mitrés vinrent aussi : l’abbé de Saint-Syr, l’abbé de Saint-Etienne, l’abbé de Saint-Fructueux, l’abbé de Tino. L’abbé de Borzone et celui de l’île Gallinaria s’excusèrent, accablés par la maladie et la vieillesse. Ils envoyèrent leurs procurateurs et syndics. Une multitude de prévôts, d’archiprêtres et de ministres des églises furent également présents. Durant ce concile, on publia quantité de statuts utiles et de constitutions que l’on observe aujourd’hui encore.

57En outre, parce que quelques personnes semblaient douter que le corps de saint Syr se trouve dans l’arche de marbre qui est placée sur l’autel de saint Laurent, nous voulûmes connaître l’entière vérité à ce sujet. C’est pourquoi, en présence de tout le concile et en présence du podestat, du capitaine, de l’abbé du peuple et de nombreux autres nobles de la cité de Gênes, nous fîmes ouvrir cette arche où nous trouvâmes une arche de bois diligemment fermée. En l’ouvrant, nous y trouvâmes une plaque en plomb, une tablette en marbre et une cédule placée dans une pyxide, qui toutes portaient une inscription disant que dans cette châsse étaient placées les reliques de saint Syr. Nous fîmes porter cette châsse sur l’autel de saint Laurent et en cherchant au-dedans, de nos propres mains, nous découvrîmes tous les ossements nécessaires à la composition du corps humain. Quelques jours après, à l’occasion de la fête de saint Syr, nous fîmes transporter la châsse avec les ossements sur la grande chaire de l’église Saint-Laurent et là, nous fîmes l’ostension de l’épitaphe et des reliques au peuple ; tous les regardèrent avec la plus grande dévotion et se prosternèrent en les adorant. Nous ordonnâmes aussi que le chef de saint Syr soit conservé dans la sacristie et enfermé dans un reliquaire en argent (...).

58L’an du Seigneur 1295, en janvier, fut faite la paix générale et universelle dans la cité de Gênes, entre ceux qui s’appelaient les Mascarati ou Gibelins et ceux qui s’appelaient les Rampini ou Guelfes. Il y avait eu entre eux depuis très longtemps de grandes animosités, beaucoup de divisions et des dissensions périlleuses. Ces dissensions, divisions et luttes de partis avaient duré cinquante-cinq ans et plus, mais par la faveur de la grâce du Sauveur, tous furent ramenés à la paix et à la concorde, si bien que furent réalisés entre eux une seule société, une seule fraternité, un seul corps. Il s’en suivit tant de liesse que toute la cité s’emplit de jubilation, de danses et d’une immense joie. Et nous, au cours d’une assemblée publique pendant laquelle la paix fut jurée, revêtu des ornements pontificaux, nous proposâmes la parole de Dieu et avec notre clergé nous chantâmes à pleine voix le Te Deum laudamus, accompagné de quatre prélats mitrés parmi les évêques et les abbés. Après le repas de midi, suivi de toute la milice et revêtu des ornements pontificaux, nous avons parcouru à cheval toute la ville dans la joie et la liesse, monté sur un palefroi recouvert d’un tissu de soie, tout en dispensant largement à tous la bénédiction de Dieu et la nôtre, et en rendant grâces à Dieu. Et en signe de liesse du fait de cette paix si noble et remarquable, la commune de Gênes arma chevalier le noble homme et seigneur Jacopo di Carcano, citoyen de Milan, qui était alors le podestat de Gênes, et le combla d’honneurs et de cadeaux. Mais puisqu’en cette vie le bien pur n’existe pas, car le bien pur est au ciel et le mal pur est en enfer, tandis que les biens et les maux sont mêlés en ce monde, notre cithare, hélas, a entonné le deuil et notre chant s’est mué en celui des pleurants [Job 30, 31]. Car la même année, en décembre, cinq jours après Noël, tandis que nos concitoyens célébraient cette paix, l’adversaire de la paix, ennemi du genre humain, ébranla nos concitoyens par tant de discorde et de trouble qu’ils s’affrontèrent en armes dans les rues et sur les places, dans des combats hostiles pendant des jours et des jours, dont résultèrent meurtres d’hommes et blessures en grand nombre, et incendies des maisons, pillages et rapines, et comme la fureur des adversaires n’était pas soumise au frein de la raison, le trouble extravagant prit tant d’ampleur que d’aucuns, voulant s’emparer de la tour de Saint-Laurent, eurent l’audace de mettre le feu à l’église de Saint-Laurent et d’en brûler le toit entièrement. Cette sédition dura du cinquième jour après Noël jusqu’au 7 février. Enfin deux capitaines furent nommés, le seigneur Corrado Spinola et le seigneur Corrado Doria, et ainsi les conflits s’apaisèrent dans la cité, et on cessa désormais d’élire un capitaine étranger.

59Source : Iacopo da Varagine, Cronaca della città di Genova dalle origine al 1297. Introduction, traduction et notes critiques de S. Bertini Guidetti, Gênes, ESIG, 1995, 12e partie, p. 326-332 et p. 499-503. Traduit du latin.

60Présenté et traduit par N. Bériou et J.-L. Gaulin

6 - Prestige des intellectuels à Florence

61La Nuova cronica fut peut-être projetée dès 1300 par Giovanni Villani (vers 1280-1348) – c’est ce qu’il écrit – mais la critique s’accorde généralement à repousser le début de la rédaction après 1320. C’est le plus grand texte historique écrit en langue vulgaire en Italie au XIVe siècle et son succès, dont témoignent encore cent onze manuscrits fut considérable ; il fut partiellement transcrit ou adapté dans plusieurs villes d’Italie.

62Giovanni Villani écrit en citoyen florentin, bon guelfe, banquier et homme de culture ; il inclut dans le déroulement chronologique voulu par le genre, à la date de leur mort (malgré de petites erreurs : Brunetto Latini était déjà mort en décembre 1293, Dante est mort en septembre 1321) les grandes figures intellectuelles de Florence (et d’Italie), évoquées éventuellement ailleurs dans le texte pour leur rôle politique. Le titre de « ser », précédant le nom de Brunetto Latini, le désigne comme notaire.

63Orientation bibliographique : Letteratura italiana, VII : Storia e Geografia, 1 : L’età medievale, Azor Rosa A. dir., Turin, 1987 (contributions de G. Petrocchi et de R. Mercuri) ; Ragone F., Giovanni Villani e i suoi continuatori. La scrittura delle cronache a Firenze nel Trecento, Rome, 1998 (ISIME, Nuovi Studi Storici, 42) ; Auerbach E., Ecrits sur Dante, trad. fr., Paris, 1999 ; Redon O. (avec Battaglia Ricci L., Beltrami P. G., Brunet J., Grieco A. J.), Les langues de l’Italie médiévale, Tumhout, 2002 (L’Atelier du médiéviste, 8).

1. Ser Brunetto Latini

64En 1294 mourut à Florence un citoyen de grande valeur, appelé ser Brunetto Latini, qui fut grand philosophe et le meilleur des maîtres de rhétorique, par la qualité de l’éloquence (in bene sapere dire) autant que de la rédaction (in bene dittare). C’est lui qui traduisit la Rettorica de Cicéron et écrivit le bon et utile livre dit Tesoro, et le Tesoretto et la Chiave del Tesoro, et plusieurs autres livres de philosophie, et livres des vices et des vertus et il fut chancelier (dittatore) de notre commune. Ce n’était pas un clerc, mais de lui nous avons parlé parce qu’il a été le maître des Florentins, le premier à les éduquer (digrossare), à les former à bien parler et à savoir conduire et gouverner notre république suivant les règles de la Politique.

2. Le poète Dante Alighieri de Florence

65L’an 1321, au mois de juillet, mourut Dante Alighieri de Florence dans la ville de Ravenne en Romagne ; il était à peine revenu de Venise où il était en ambassade au service des seigneurs de Polenta chez qui il demeurait. C’est à Ravenne devant la porte de la cathédrale (chiesa maggiore) qu’il fut enseveli avec tous les honneurs dus au poète et au grand philosophe. Il mourut exilé de la commune de Florence, à l’âge de 56 ans environ.

66Dante était, de naissance, un honorable citoyen du quartier de la porte San Piero, donc notre voisin. Il fut exilé de Florence parce que quand messire Charles de Valois de la maison de France vint à Florence en l’an 1301 et chassa le parti des Blancs, comme il a été dit plus haut, Dante était justement l’un des principaux gouverneurs de la ville, appartenant à ce parti tout en étant guelfe. Et pourtant, sans avoir commis d’autre délit avec ledit parti des Blancs, il fut chassé et exilé de Florence et il s’en alla à l’université de Bologne puis à Paris et dans plusieurs régions du monde.

67Il fut un grand savant en presque toutes les sciences, bien qu’il ne fût pas clerc (tuttofosse laico). Il fut un très grand poète et philosophe, appliquant parfaitement la rhétorique tant à la rédaction (in dittare) et à la versification qu’à la parole publique ; très noble orateur, très grand versificateur, avec le style le plus limpide et le plus beau jamais vu en notre langue jusqu’à son temps et bien plus avant.

68Il fit en sa jeunesse le livre de la Vita nova d’amore ; et puis quand il fut en exil il fit une vingtaine de très excellentes chansons morales et d’amour ; il fit aussi entre autres trois nobles lettres : il envoya l’une d’elles au gouvernement de Florence pour se plaindre d’avoir été exilé sans avoir commis de délit ; il en envoya une autre à l’empereur Henri lorsqu’il était au siège de Brescia, lui reprochant de s’attarder là, l’avertissant à la manière d’un prophète (quasi profetezzando) ; la troisième aux cardinaux italiens, quand le siège [pontifical] resta vacant après la mort du pape Clément [V], pour qu’ils s’entendent en vue d’élire un pape italien. Toutes ces lettres étaient écrites en latin, en style élevé, avec grande autorité et excellente argumentation, elles furent très appréciées des savants experts.

69Et il fit la Commedia, qu’il composa en rimes pures, traitant de grandes et subtiles questions morales, naturelles, astrologiques, philosophiques et théologiques, avec de belles et nouvelles figures, correspondances et images poétiques, [ordonnées] en cent chapitres ou chants, de la nature et du séjour de l’enfer, du purgatoire et du paradis, aussi hautement qu’il est possible de dire, comme on peut voir et comprendre en son traité, qui est de subtile intelligence. En cette Commedia, il prit plaisir à crier et invectiver comme le font les poètes, peut-être un peu plus qu’il n’est convenable, mais son exil peut-être l’y porta. Il fit aussi la Monarchia où il traita de la mission des empereurs.

70Dante, sûr de son savoir, était plutôt présomptueux, méprisant et dédaigneux, et comme souvent les philosophes il n’était pas aimable et ne savait pas parler avec les personnes dépourvues d’instruction (laici). Mais, à cause de ses autres vertus, de sa science et de la valeur d’un si grand citoyen, il me semble qu’il faut perpétuer à jamais sa mémoire dans notre chronique. Car [en citant] les nobles œuvres écrites qu’il nous a laissées, nous lui rendons témoignage et assurons la renommée (fama) de notre cité.

71Source : Giovanni Villani, Nuova Cronica, Livre IX, ch. X et livre X, ch. XXXVI, éd. G. Porta, t. 2, Parme, 1991, p. 27-28 et p. 335-338. Traduit de l’italien (florentin).

72Présenté et traduit par O. Redon

7 - Une image officielle : Simone Martini. Le retable de saint Louis de Toulouse (1317)

73Le peintre siennois Simone Martini (v. 1284-1344) donne sa première œuvre majeure à sa commune, avec, dans la lignée du retable marial de Duccio pour la cathédrale, la fresque de la Maestà pour la salle du conseil du Palazzo Pubblico, datée de 1315. Les étapes principales de sa carrière le conduisent aussi à la basilique inférieure d’Assise (fresques de la chapelle Saint-Martin, 1315-1317), à la cour angevine de Naples (1317), et, après 1333, à la cour papale d’Avignon où il meurt (polyptyque Stefaneschi, 1335-1337 ; frontispice du Vergilius de Pétrarque, v. 1340).

74Le retable de saint Louis de Toulouse est une commande, à n’en pas douter royale, pour célébrer Louis, deuxième fils de Charles II, mort en 1297 et canonisé le 7 avril 1317. Il s’agit d’une peinture à l’œuf sur bois (309 x 188,5 cm), destinée à l’église franciscaine de San Lorenzo Maggiore à Naples et actuellement conservée au Musée Capodimonte. Surmontée à l’origine d’un couronnement (perdu), elle se compose d’un panneau représentant le saint, franciscain et évêque de Toulouse, couronné par les anges et couronnant Robert d’Anjou ; sur la prédelle, cinq épisodes de sa vie, depuis son acceptation de la charge épiscopale jusqu’à un miracle posthume. Hagiographique, l’image du saint en majesté fonctionne également comme un retable-reliquaire, par le luxe des pièces orfévrées, par le traitement mimétique du bois (fond d’or poinçonné, pastilles argentées du manteau, lys du pourtour en relief, etc.). Légitimante, la représentation du saint couronnant son cadet fonctionne aussi en signe héraldique (profil pur de Robert, armes des Anjou, des Anjou-Hongrie, des rois de Jérusalem). Enfin, cette œuvre fait office d’image officielle, puisqu’elle transforme Louis en un frère modéré, obéissant dans le faste, alors que le procès de canonisation témoigne de son appartenance à la branche « spirituelle » et extrémiste des franciscains. L’image normalisée est un ressort précieux du discours dynastique.

(archives V. Rouchon)
Simone Martini, le retable de Saint Louis de Toulouse. Naples, Musée Capodimonte.

75Orientation bibliographique : Pàsztor E., Per la storia di san Ludovico d’Angiò (1274-1297), Rome, 1955 ; Gardner J., « Saint Louis de Toulouse, Robert of Anjou and Simone Martini », Zeitschrift für Kunstgeschichte, 39,1976, p. 12-33 ; Leone de Castris R, Simone Martini, catalogue complet, Paris, 1991 ; Barbero A., « La propaganda di Roberto d’Angiò, re di Napoli (1309-1343) » et Boyer J.-P., « La ‘foi monarchique’ : royaume de Sicile et Provence (miXIII emi-XIVe siècle) », dans Le forme della propaganda politica nel Due e nel Trecento, sous la dir. de P. Cammarosano, Rome, 1994 (Coll, de l’EPR, 201), p. 111-131 et p. 85-110 ; Russo D„ « L’art gothique » Histoire. Art. 1000-2000, sous la dir. de A. Mérot, Paris, 1995, p. 69-119 ; Paciocco R., « Angioini e ‘Spirituali’. I differenti piani cronologici e tematici di un problema », L’Etat angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle. Actes du colloque international (Rome-Naples, 7-11 novembre 1995), Rome, 1998 (Coll, de l’EPR 245), p. 253-286 ; Bologna F., « La canonizzazione di san Ludovico di Tolosa e l’origine assisiana dell’ancona napoletana di Simone Martini », Modelli di lettura iconografica. Il panorama meridionale, sous la dir. de M. A. Pavone, Naples, 1999, p. 17-48 ; Gadrat C., « La bibliothèque de Saint Louis d’Anjou, évêque de Toulouse », Revue Mabillon, nouv. sér., t. 14 (= t. 75), 2003, p. 179-202.

76Présenté par V. Rouchon Mouilleron

8 - L’ascension de la maison d’Este, selon Marco Battagli

77Fils d’un notable de Rimini, Marco Battagli, accompagne son oncle, Gozio, docteur in utroque, parti enseigner à Coïmbra, en 1316. Il le suit encore lorsqu’il se rend en Avignon en 1323. Ce n’est que cinq ans plus tard qu’il le quitte pour revenir à Rimini, laissant seul son oncle poursuivre une carrière ecclésiastique qui le verra devenir patriarche de Constantinople, puis cardinal en 1338. Les multiples invectives contre l’Eglise qui émaillent l’œuvre de Marco dévoilent une méthode d’analyse probablement construite dans la familiarité de Gozio, mais dont les conclusions se situent aux antipodes de ceux de ce dernier.

78A partir de 1346, Marco Battagli figure parmi les conseillers de la commune de Rimini. Il meurt entre 1370 et 1376. Sa Marcha, vaste compilation des savoirs de son temps, construite à partir de sources connues (comme la chronique de Riccobaldo da Ferrara), est achevée peu avant 1355. Elle connaît un destin singulier. Les seigneurs de Rimini, dont l’armée venait d’être écrasée par celle du cardinal Albomoz à Pademo, dans la Marche d’Ancône, tentent de gagner à leur cause l’empereur Charles IV, de passage à Pise. En mai 1355, Malatesta Malatesta lui fait un don : cet ouvrage, si riche d’informations sur l’Italie, que l’empereur emporte avec lui en Allemagne.

79Orientation bibliographique : Vehse O., Le origini della storia di Ferrara, Ferrare, 1958 ; Chiappini L., Gli Estensi, Milan, 1969 ; Castagnetti A., Società e politica a Ferrara dall’età post-carolingia alla signoria estense (sec. X – XIII), Bologne, 1985 ; Il Basso Medioevo, secoli XII-XIV, sous la dir. d’A. Vasina, Ferrare, 1987 (Storia di Ferrara, 5) ; Dean T., Paolini L., Battioni G., Bertolini P., articles « Este » dans DBI, 43, Rome, 1993, p. 300-301, 320-336, 342-345, 349-358.

80De la maison des marquis d’Este

81Les marquis d’Este furent anciennement de la Gaule ; ils vinrent en Italie à l’époque des Francs, quand ceux-ci gouvernaient l’Empire des Romains. De là vient qu’un certain empereur de la maison de France [Charles le Gros] concéda à ces chevaliers la Marche de Trévise, dans les montagnes de Padoue, avec la dignité, de multiples possessions, des châteaux. Dans ce territoire se trouve le château d’Este, dont cette maison a pris le nom jusqu’à ce jour. Mais à cette époque les Francs perdirent l’Empire et il fut transféré en Allemagne, à cause de leur négligence et de la volonté de l’Eglise romaine. Ces Este s’étaient multipliés, mais à cause du transfert de l’Empire des Francs aux Allemands, ils étaient un peu diminués, puisqu’ils possédaient leur dignité de l’Empire des Francs ; cependant ils vivaient honorablement dans leur territoire.

82Bien plus tard, Frédéric [I] étant empereur, ces Este étaient devenus des grands (magni) dans leur province. Car Obizzo, marquis d’Este, sur le conseil de Petro Traversari de Ravenne [tuteur de Marchesella] et au mépris de Salinguerra [Torelli, qui lui disputait le contrôle de Ferrare] prit pour femme Marchesella, nièce de Guglielmo [III Adelardi], prince de Ferrare, et reçut tout son héritage. Ayant obtenu cet immense héritage, le marquis Obizzo acquit peu après Ferrare, l’an du seigneur 1181, et y fut fait capitaine, afin de garder et conserver ce qui appartenait à Guglielmo, prince de Ferrare. Ce Guglielmo fit construire à Ferrare une belle église cathédrale et beaucoup d’autres grandes choses ; tant qu’il vécut, toute la patrie fit silence en sa présence.

83Puis, entre l’Empire et l’Eglise une discorde infernale s’est longtemps élevée par cupidité. A cause de cette discorde, l’Empire commença à vaquer l’an 1251 et il vaqua de nombreuses années, l’Eglise le favorisant. Car l’Eglise envoya Filippo, archevêque de Ravenne, comme légat contre Ezzelino da Romano, parce que ledit Ezzelino était pour l’Empire et défendait, comme il le pouvait, les droits de l’Empire. Alors l’Eglise appela le marquis Azzo [VII] d’Este, qui dans sa patrie était grand. Il fit la guerre au dit Ezzelino et il fit misérablement trucider son frère Alberico, avec sa femme et ses fils. Ensuite, en haine de Salinguerra, il assiégea Ferrare avec le légat de l’Eglise [Gregorio di Montelongo] ; mais de là, ils revinrent sans gloire. Finalement, Salinguerra, qui suivait le parti de l’Empire, ayant été expulsé de Ferrare, les marquis, avec le soutien de l’Eglise romaine, commencèrent à dominer librement à Ferrare.

84La maison d’Este fut toujours puissante et noble et, d’après ce que j’ai trouvé, ils descendaient de la maison de Mayence ; cependant leur grandeur fut commencée et se développa grâce à Marchesella, fille du prince Guglielmo. Car c’est d’elle qu’ils eurent le contado de Rovigo et le titre de la Marche d’Ancône procède aussi de cet héritage. Mais ces marquis firent beaucoup et se gouvernèrent toujours très noblement. Un de leurs ancêtres fit alliance avec le roi de Hongrie ; ensuite, un autre Azzo d’Este prit pour femme la sœur du roi Robert [d’Anjou], de la maison de France [en 1305].

85Azzo [VIII] étant mort, l’Eglise le favorisant, de grandes guerres eurent lieu entre Vénitiens et Ferrarais. Car plus de dix mille Vénitiens furent massacrés sur terre et [noyés] dans le Pô, l’an du seigneur 1309. Après cette persécution des Vénitiens et de Ferrare, se succédèrent dans la seigneurie de Ferrare, avec la volonté du peuple, Rinaldo [II], Obizzo [III] et Niccolô [I], qui, après leurs nombreux faits et gestes, furent assiégés dans Ferrare par le légat de l’Eglise, le seigneur Bertrand [du Pouget], cardinal, au temps du pape Jean XXII, l’an du seigneur 1330 [en réalité 1333], Mais, afin de se protéger de certains de Romagne qui étaient dans l’armée [de l’Eglise] et à cause de l’aide des Lombards qui secrètement entrèrent dans Ferrare, là, dans le bourg inférieur, l’armée de l’Eglise fut complètement défaite ; et les marquis participèrent à tout cela. Rinaldo et Niccolò moururent ensuite et l’an du seigneur 1352, Obizzo, marquis, mourut à son tour. Aujourd’hui ses fils dominent à Ferrare.

86Source : Marco Battagli, La Marcha, éd. F. A. Masserà, RIS2, XVI, 3, Città di Castello, 1912-1913, p. 21-23. Traduit du latin.

87Présenté et traduit par A. Jamme

9 - Dante, Purgatoire, chant XI : les orgueilleux

88Le purgatoire, comme nouveau lieu de l’au-delà théorisé au début du XIIIe siècle, trouve sa formulation la plus fantastique avec la cosmogonie de Dante. Le poème, composé après 1304 et avant 1321, situe le récit en 1300. Le chant XI, donné ici in extenso, trouve Dante et Virgile dans la première corniche du purgatoire, où les orgueilleux calquent leur prière sur le Pater noster. La superbe est traitée comme un péché aux dimensions sociales, défini par la fonction et l’histoire publique de l’orgueilleux, dépendant des changements de fortune. On y voit deux hommes influents soumis aux retournements politiques et militaires des années 1260 : le comte Omberto Aldobrandeschi, fils de Guglielmo (mort en 1254), issu d’une très puissante famille gibeline de la Maremme siennoise, tué à Campagnatico (1259), et le gibelin siennois Provenzano Salvani, vainqueur à Montaperti (1260), décapité après Colle Val d’Eisa (1269), mendiant pour rassembler la rançon qui libèrera les prisonniers de Bénévent (1266).

89Dante rencontre le miniaturiste Oderisio de Gubbio, documenté à Bologne entre 1268 et 1271, qui évoque d’autres peintres : Franco Bolognese, miniaturiste de la deuxième moitié du XIIIe siècle, dont aucune œuvre n’a subsisté ; Cenni di Peppo, dit Cimabue, documenté (entre 1272 et 1302) dans la fresque (à Assise), le retable (croix peintes d’Arezzo et de Santa Croce, Maestà des Offices et du Louvre) et la mosaïque (au duomo de Pise) ; Giotto di Bondone (v. 1267-1337), dont la tradition situe l’apprentissage auprès de Cimabue. Puis sont nommés deux poètes représentants du « dolce stil novo », le bolonais Guido Guinizelli (v.1230-v.1276) et le florentin Guido Cavalcanti (1255-1300), qui rejettent les conventions de la poésie siculo-toscane. En mettant les peintres sur le même plan que les poètes, Dante les a sortis du domaine des arts mécaniques pour les hausser au rang des arts de l’esprit, comme Pétrarque le fait avec Simone Martini. Posés en incise, ces jugements littéraires et artistiques fort célèbres ont considérablement influencé le regard critique de la postérité. Enfin, le chant XI comporte deux allusions autobiographiques : Dante suggère son succès face aux deux Guido ; et les derniers vers semblent lui prédire son exil (1301).

90Orientation bibliographique : Poésie italienne du Moyen-Age, XIIe-XVe siècles. Tome 1, XIIe-XIIIe siècles, textes recueillis, traduits et commentés par H. Spitzmüller, Paris, 1975 ; Le Goff I., La naissance du Purgatoire, Paris, 1981 ; Bec C., Précis de littérature italienne, Paris, 1982 ; Russo D., « Saint François, les franciscains et les représentations du Christ sur la croix en Ombrie au XIIIe siècle. Recherches sur la formation d’une image et sur une sensibilité esthétique au Moyen Age », MEFRM, 96, 1984/2, p. 647-717 ; White J., Naissance et renaissance de l’espace pictural, Paris, 1992 ; Panofsky E., La Renaissance et ses avant-courriers dans l’art d’Occident, Paris, 1993 ; Avril F., L’enluminure à l’époque gothique, 1200-1420, s.l., 1995 ; Duecento. Forme e colori del Medioevo a Bologna, Bologna, Museo civico archeologico (15 avril - 16 juillet 2000), sous la dir. de M. Medica, Venise, 2000 ; Giovanni Boccaccio dit Boccace, Vie de Dante Alighieri poète florentin, Reynard F. trad., Marseille, 2002 ; Capelli V., La Divine Comédie. Entrée en lecture, Genève, 2003 ; Casagrande C., Vecchio S., Histoire des péchés capitaux au Moyen Age, Paris, 2003.

Notre Père, qui es dans les cieux, non circonscrit en eux, mais pour le plus d’amour que tu as là-haut pour tes premières œuvres,
que ton nom soit loué, et ta valeur, par toute créature, comme il convient de rendre grâce à ta douce vapeur.
Que vienne à nous la paix de ton royaume, car de nous-mêmes, nous ne pouvons aller à elle si elle ne vient à nous, malgré tous nos efforts.
Comme tes anges te font le sacrifice de leur vouloir, en chantant hosanna, il faut que les humains te sacrifient le leur.
Donne-nous aujourd’hui la manne quotidienne, sans quoi, dans cet âpre désert, ceux qui s’efforcent d’avancer vont en arrière.
Et comme à tous nous pardonnons le mal que nous avons souffert, pardonne-nous aussi, dans ta bonté, sans peser nos mérites.
Notre vertu, qui succombe aisément, ne l’expose pas à l’antique adversaire mais sauve-nous de lui, qui la tourmente.
Cette ultime prière, Seigneur bien-aimé, n’est pas pour nous, il n’en est pas besoin, mais pour ceux qui sont restés derrière nous. »
Formant ainsi de bons souhaits, pour elles et pour nous, ces ombres s’avançaient, portant le poids qu’on a parfois en rêve,
plus ou moins accablées, tout en tournant et lasses, le long de la première corniche, pour se purger de la fumée du monde.
Si là-bas on prie toujours pour nous, que pouvons-nous dire et faire ici pour eux, si notre vouloir a bonne racine ?
Il faut les aider à laver les taches qu’ils portèrent ici, pour que, purs et légers, ils puissent monter aux sphères étoilées.
« Ah, que justice et piété vous allègent, et que vous puissiez bientôt dresser les ailes, qui vous élèveront selon votre désir ;
montrez-nous le plus court chemin vers l’escalier ; s’il est plus d’un passage, enseignez-nous celui qui monte le moins fort ;
celui-ci, qui vient avec moi, à cause du poids de la chair d’Adam qui le revêt, malgré son vouloir, a peine à monter ».
Les mots qu’elles dirent en réponse aux questions de celui que je suivais, on ne pouvait savoir d’où ils venaient ;
mais quelqu’un dit : « Venez à droite avec nous sur le bord, et vous trouverez le passage, par où peut monter un vivant.
Et si je n’étais empêché par la pierre, qui dompte mon col orgueilleux, et qui me force à baisser le visage,
je regarderais cet homme qui vit encore et ne dit pas son nom, pour voir si je le sais, et pour qu’il ait pitié de mon fardeau.
Je fus latin et fils d’un grand Toscan : Guillaume Aldobrandeschi fut mon père ; je ne sais si son nom est venu jusqu’à vous.
Le sang illustre et les belles actions de mes ancêtres me firent si arrogant que, sans penser à notre mère commune,
j’eus tous les hommes en tel mépris que j’en mourus, comme les Siennois le savent, et comme tout enfant le sait à Campagnatico.
Je suis Omberto : et l’orgueil n’a pas fait tort qu’à moi : car tous mes proches ont été entraînés par lui dans le malheur. »
Ici à cause de lui, je dois porter ce poids jusqu’au temps où j’aurai satisfait le Seigneur, ne l’ayant fait en vie, ici, parmi les morts ».
Je baissai la tête en l’écoutant, et l’un d’entre eux, non celui qui parlait, se tordit sous le poids qui les presse.
Il me vit, et me reconnut ; il m’appela, tenant les yeux avec effort sur moi qui marchais tout courbé auprès d’eux.
« Oh », lui dis-je, « n’es-tu pas Oderisi, l’honneur de Gubbio et l’honneur de cet art qu’on appelle à Paris enluminure ? »
« Frère, les feuillets où Franco Bolognese met ses pinceaux », dit-il, « sont plus riants ; l’honneur est tout à lui, je n’en ai qu’une part.
Je n’aurais pas été si courtois pendant ma vie, à cause du grand désir de l’excellence où mon cœur aspirait.
De cet orgueil ici on paie la dette ; et je n’y serais pas encore, si ce n’était que, pouvant pécher, je me tournai vers Dieu.
O vaine gloire de la puissance humaine ! Comme il dure peu, le vert sur votre cime, s’il n’est pas suivi par des temps plus grossiers !
Cimabue crut, dans la peinture, tenir le champ, et Giotto à présent a le cri, si bien que la gloire de l’autre est obscure.
Ainsi un Guido a pris à l’autre la gloire du langage : et peut-être il est né celui qui les chassera tous les deux du nid.
La rumeur du monde n’est qu’un souffle de vent, qui tantôt vient de là, tantôt d’ici, et change de nom en changeant de côté.
Auras-tu plus de gloire, si tu te sépares de ta chaire vieillie, que si tu étais mort, avant de laisser le « pappo » et le « dindi »,
avant que passent mille ans ? qui sont espace plus court pour l’éternel, qu’un battement de cils auprès du cercle au ciel qui tourne le plus lent.
Celui qui se traîne ainsi, devant moi, faisait résonner de son nom la Toscane ; c’est à peine à présent si Sienne le murmure ;
il était son seigneur lorsque fut abattue la rage florentine, qui fut en ce temps-là aussi fière qu’aujourd’hui elle est pute.
Votre renommée est couleur de l’herbe qui va et vient ; et le même homme la décolore qui l’avait fait sortir de terre toute fraîche ».
Et moi à lui : « Tes paroles vraies m’inspirent une bonne humilité, et vident une tumeur, mais quel est celui dont tu viens de parler ? »
« C’est », répondit-il, « Provenzan Salvani, il se trouve ici parce qu’il a présumé de prendre Sienne entière entre ses mains.
Il est allé ainsi, et il va, sans repos, depuis sa mort ; c’est la monnaie qui est rendue pour récompense à qui ose trop sur terre. »
Et moi : « Si un esprit, pour se repentir », lui dis-je, « attend d’être au bout de sa vie, à moins qu’il soit aidé par une bonne prière,
demeure en bas, sans monter jusqu’ici, avant que passe un temps égal à sa vie, comment la venue lui fut-elle accordée ? »
« Quand il vivait avec plus de gloire », dit-il, « librement, dans le Campo de Sienne, il s’afficha, déposant toute honte,
et là, pour tirer un ami de la peine qu’il endurait dans la prison de Charles, il s’humilia jusqu’à trembler de tout son sang.
Je n’en dirai pas plus ; mon langage est obscur, mais avant qu’il soit peu, tes voisins feront que tu pourras l’interpréter.
Cette action lui ouvrit nos frontières. »

91Source : Dante Alighieri, La Divine Comédie, chant XI, traduit du toscan par J. Risset, Paris, 1992, p. 102-109.

92Présenté par V. Rouchon Mouilleron

10 - Itinéraire d’un artiste entre ville et cour : Giotto

93Les trois documents rassemblés rappellent la fin de la carrière de Giotto di Bondone, entre 1328 et sa mort, le 8 janvier 1337 (on pourra lire conjointement le dossier consacré à la nouvelle cathédrale de Florence, chap.V/9, p. 192). Entre Naples, Florence et Milan, Giotto passe de la commande du roi à celle de la ville, puis, par commission florentine, au service d’un seigneur. Premier maître en peinture à Naples, il est recruté à Florence comme architecte et superviseur de l’édilité communale, et mandaté en ambassadeur auprès du milanais Azzo Visconti. Durant son séjour napolitain (1328-1333), Giotto a travaillé à l’église Santa Chiara, et surtout au palais royal de Castelnuovo (le « Maschio Angioino »), construit en 1282 sous Charles Ier et fortement remanié sous Alphonse V d’Aragon. La familiarité de l’individu avec le roi et la fonction collective de l’atelier sont les deux volets d’une même carrière. Le 13 février 1329, Robert charge le surintendant de Castelnuovo de pourvoir aux travaux des chapelles, puis, par une seconde délibération, copiée à la suite, décide le 20 mai 1331 un versement complémentaire pour solde de l’exécution d’un grand retable et du décor des chapelles. C’est l’extrait traduit ici. La grande chapelle, ou chapelle palatine, comportait près de 1800 m2 de fresques représentant des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament ; le retable était destiné à l’autel, consacré à la Vierge de l’Assomption. Giotto aurait aussi exécuté un cycle pictural profane sur le thème des Hommes illustres, pour la Grande Salle du même palais. Mais de toutes ces œuvres, il ne reste rien ou des bribes.

94A Florence, Giotto projette sans doute l’ensemble du campanile, mais ne supervise que la construction de la base, et sculpte peut-être quelques-uns de ses bas-reliefs hexagonaux. On attribue à ces ultimes années les fresques franciscaines de la chapelle Bardi dans l’église Santa Croce. Il intervient aussi dans le Bargello avec une fresque perdue sur le thème du « Comune rubato ». Les peintures qu’il exécute, durant son séjour milanais de 1335, dans le palais des Visconti n’ont pas subsisté. Elles illustraient un cycle d’Hommes illustres. A Naples, à Florence, à Milan, sous des variantes antiques, communales ou chevaleresques, le goût était à la veine allégorique.

95Orientation bibliographique : Leone de Castris P. L., Arte di corte nella Napoli angioina, Florence, 1982 ; Castelnuovo E., « Arte delle città, arte delle corti tra XII e XIV secolo », dans Storia dell’arte italiana, t. 5 : Dal Medioevo al Quattrocento, sous la dir. de G. Bollatti, Turin, 1989, p. 167-230 ; Warnke M., L’artiste et la cour, Paris, 1989 ; Moulinier L., Redon O., « L’inondation de 1333 à Florence. Récits et hypothèses de Giovanni Villani », Médiévales, 36, 1999, p. 91-104 ; Belting H., « Langage et réalité dans la peinture monumentale publique en Italie au Trecento », dans Artistes, artisans et production artistique au Moyen Age, Barral i Altet X. éd., Actes du colloque international CNRS–Université de Rennes II (2-6 mai 1983), vol. III, Fabrication et consommation de l’œuvre, Paris, 1990, p. 491-511 ; Aceto F., « Pittori e documenti della Napoli angioina : aggiunte ed espunzioni », Prospettiva, 1992, p. 53-65 ; Abbate F., Storia dell’arte meridionale. Il Sud angioino e aragonese, Rome, 1998 ; Boskovits M., « Giotto », dans DBI, 55, Rome, 2000, p. 401-423 ; L’Europe des Anjou. Aventure des princes angevins du XIIIe au XVe siècle. Catalogue de l’exposition présentée à l’abbaye royale de Fontevraud (15 juin-16 sept. 2001), Paris, 2001.

1. Acte du roi Robert (20 janvier 1330)

96Ceux que la probité des mœurs fait approuver et que la vertu de discernement recommande, nous les accueillons volontiers dans la communauté de notre famille (familiae consortium). Attendu assurément que maître Giotto, peintre de Florence, notre familier et notre fidèle, se rend illustre par des actions prévoyantes et s’emploie à de fructueux services, nous le recevons au titre de notre familier, et nous le prenons sous notre protection, désirant qu’il soit abreuvé des honneurs et des privilèges dont sont abreuvés les autres familiers, une fois prêté, comme prévu, le serment habituel.

97Source : Schulz H. W., Denkmäler der Kunst des Mittelalters in Unteritalien, Dresde, 1860, vol. IV, p. 163. Traduit du latin.

2. Extrait d’une délibération royale sur les dépenses engagées, entre 1329 et 1331, pour le décor du Castelnuovo de Naples

98Pour le prix de la chaux, de l’enduit, du cuir des ânes, de la colle, d’une certaine quantité d’or fin, de cuivre, de brosses, de cinabre, de tissus de lin, de mesures d’argent et de plomb doré, d’ocre, d’huile, de lin, de charbon et de certains autres produits achetés et reçus par lui [le surintendant] auprès de diverses personnes et affectés à l’exécution de ladite grande chapelle et au complément de peinture faite dans ladite chapelle secrète du château, sans parler de la peinture d’une image préparée à notre demande dans la demeure de maître Giotto, maître d’œuvre (prothomagister) dans l’exécution de ladite peinture, sans compter le salaire ou l’appointement des divers maîtres, tant les peintres que les aides et le tout-venant qui ont travaillé un certain nombre de jours à l’exécution de cette peinture, compte tenu du prix du vin fourni aux dits ouvriers pour leur boisson, ainsi que des gages de scribe fournis à l’une de ces dites personnes qui tient les écritures et rédige le cahier pour les divers comptes précisés dans ledit cahier, le calcul fait, nous avons la somme de trente-cinq onces, dix-neuf tarins et douze grains et demi (...).

99Donné à Naples par les magistrats des finances de notre grande cour, MCCCXXXP année du Seigneur, XXe jour de mai, XIIIIe indiction, XXIIIe année de notre règne.

100Source : Filangieri R., Rassegna critica delle fonti per la storia di Castelnuovo, Naples, 1936, p. 74-77. Traduit du latin.

3. Giotto dans la chronique de Giovanni Villani

101Quand on commença les fondations du campanile de Santa Reparata et le pont Alla Carraia

102En ladite année [1334], le 18 juillet, on commença les fondations du campanile nouveau de Santa Reparata, au côté de la façade de l’église, sur la place de saint Jean. Et dans ce dessein et pour la bénédiction de la première pierre vint l’évêque de Florence avec tout le clergé et les seigneurs prieurs et les autres instances de pouvoir et un peuple nombreux en grande procession. Et l’on implanta le fondement jusqu’au niveau de l’eau, bien solidement. Comme superviseur et provéditeur de l’œuvre de Santa Reparata, la commune choisit maître Giotto notre concitoyen, le maître le plus puissant qui se trouvât en peinture à l’époque, et le mieux capable de dessiner figures et actions selon la nature. Et il reçut salaire de la commune pour prix de sa vertu et de sa bonté. Maître Giotto, après être revenu de Milan, où notre commune l’avait envoyé au service du seigneur de Milan, quitta cette vie le 8 janvier 1336 et il fut enterré par la commune à Santa Reparata avec maints honneurs. Et à cette période et à ce moment-là, on commença les fondations du nouveau pont Alla Carraia, qui s’était effondré à cause de l’inondation, et il fut prévu de le faire en janvier 1336, il coûta plus de vingt-cinq mille florins d’or et il avait deux piles de moins que le vieux. On refît à neuf les murs qui surmontent l’Arno, sur une rive et sur l’autre, pour rendre droit le cours du fleuve, et pour accroître la beauté et la solidité de la ville.

103Source : Giovanni Villani, Nuova cronica, Livre XII, ch. XII, éd. G. Porta, t. 3, Parme, 1991, p. 52-53. Traduit de l’italien (toscan).

104Présenté et traduit par V. Rouchon Mouilleron

Table des illustrations

Légende (archives V. Rouchon)Simone Martini, le retable de Saint Louis de Toulouse. Naples, Musée Capodimonte.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19443/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 556k

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search