Version classiqueVersion mobile

Villes d’Italie

 | 
Jean-Louis Gaulin
, 
Armand Jamme
, 
Véronique Rouchon Mouilleron

6. Argent, échange et contrôle social

Texte intégral

1 - Notariat et certification des échanges

1Le notariat italien assure, à partir du XIIe siècle, une double fonction d’authentification des échanges (en ville comme à la campagne) et d’administration des cités. Le notaire exerce une profession libérale (l’écriture des actes privés à la demande des clients est sa raison sociale) qui peut le conduire à servir la commune en occupant, pour une durée souvent brève et contre rémunération, une des multiples charges notariales rendues indispensables par le développement de l’administration urbaine. Essentiel aux transactions entre personnes privées comme à l’administration ordinaire, le notariat a été particulièrenent contrôlé par les pouvoirs publics.

2A Bologne, par exemple, ce contrôle passait par l’inscription des notaires aptes à exercer en ville et dans les limites du contado dans une matricule instituée en 1219 (c’est le liber comunis cité dans l’extrait 1). L’inscription était précédée d’un véritable examen notarial dont les règles furent fixées par plusieurs dispositions statutaires (le texte donné ici est de 1246). Dans un deuxième temps, la commune entreprit d’enregistrer les actes les plus importants afin d’en conserver plus sûrement la mémoire (d’où le nom de ces registres ouverts semestriellement, liber memorialis). L’institution de l’office des Memoriali advint en 1265 à l’initiative de deux nobles membres de 1’Ordo Militie beate Marie Virginis (alias frati Gaudenti). Un statut de la commune instaura l’obligation d’enregistrer les actes notariés importants ainsi que les testaments devant un notaire de la commune. Les modalités de fonctionnement de l’office créé à cette occasion (ufficium memorialium) furent précisées à plusieurs reprises (on donne ici un extrait de la norme contenue dans les Statuts de 1288). La comparaison du texte d’une minute et de son enregistrement dans le premier volume des Memoriali illustre le travail de résumé qui est l’une des caractéristiques du savoir-faire des notaires.

3Les Memoriali sont probablement le plus ancien exemple du dédoublement de la documentation notariale produit par l’intervention des autorités publiques dans les rapports juridiques qui se diffusa ensuite aussi bien dans les villes du centre-nord (Sienne et Trieste par exemple) que dans le royaume de Naples.

4Orientation bibliographique : Giansante M., « L’età comunale a Bologna. Strutture sociali, vita economica e terni urbanistico-demografici : orientamenti e problemi », Bullettino dell’Istituto storico italiano per il Medio Evo e Archivio muratoriano, 92, 1985/86, p. 103-222 ; Cammarosano P., Italia medioevale. Struttura e geografia dellefonti scritte, Rome, 1991, p. 267-276 ; Tamba G., Una corporazione per il potere : il notariato a Bologna in età comunale, Bologne, 1998 (Biblioteca di storia urbana medievale, 11) ; Fissore G. G., « Il notaio ufficiale pubblico dei comuni italiani », dans Il Notariato italiano del periodo comunale, sous la dir. de P. Racine, Plaisance, 1999, p. 47-56 ; Gaulin J.-L., « Affaires privées et certification publique : la documentation notariale relative au crédit à Bologne au XIIIe siècle », dans Notaires et crédit dans l’Occident méditerranéen médiéval, sous la dir. de F. Menant et O. Redon, Rome, 2005 (Coll. de l’EFR, 343), p. 55-95.

1. L’examen notarial à Bologne (disposition datée de 1246)

5Nous disons que personne désormais ne pourra être fait tabellion s’il n’est pas examiné de cette façon. Que quatre notaires pour chacun des quartiers soient choisis par les consuls de l’art notarial parmi les meilleurs, les plus experts en droit et les plus lettrés de la société des notaires, en présence du juge du podestat ; qu’ils soient tenus par serment de ne pas élire quelqu’un qu’on leur conseille, ou qui a la préférence de ceux qui doivent passer l’examen. Ces notaires, élus en présence de l’un des juges du podestat et d’un autre juge laissé au choix de ce juge du podestat, doivent examiner ceux qui veulent devenir tabellions et les interroger diligemment sur la multiplicité et la diversité des contrats, regarder et apprécier comment ils écrivent, comment ils lisent les écritures qu’ils ont rédigées en vulgaire et en latin, et comment ils savent composer en latin. Ces choses faites, le juge du podestat acceptera ceux qu’il estimera et croira suffisants et dignes, avec le conseil desdits juges et notaires (...). Tous les notaires approuvés par ledit juge et les notaires seront enregistrés dans un livre de la commune (in uno libro comunis) : ceux-ci à l’avenir seront notaires et exerceront le métier de notaire, ceux-ci seulement et pas les autres. Lesdits examens doivent être faits par les juges et les notaires de bonne foi, sur plusieurs contrats, comme il a été dit. Et ceux qui exerceront l’art notarié d’une façon contraire seront mis au ban, et tous leurs biens seront confisqués par la commune.

6Source : Statuti di Bologna dall’anno 1245 all'anno 1267, éd. L. Frati, Bologne, 1869-1884, VIII, I, vol. 2, p. 185-188.

2. L’institution des libri memorialium de la commune de Bologne

a) La mémoire de la mémoire

7Année 1265. L’office des memoriali de la commune de Bologne fut institué le premier jour du mois de mai. Les fondateurs de cet office furent deux citoyens bolonais, à savoir Catalano d’Ostia et frère Loderingo de Andalò, chevaliers et prudents citoyens bolonais. Ce fut d’une grande utilité pour les Bolonais.

8Source : Matteo Griffoni, Memoriale historicum de rebus Bononiensium (aa. 4448 a. C. – 1472 p. C.), éd. L. Frati et A. Sorbelli, RIS 2, XVIII/II, Città di Castello, 1902, p. 16-17.

b) L’enregistrement des contrats, d’après les statuts de la commune (1288)

9Nous statuons que tous les contractants de la cité de Bologne et de ses faubourgs, qu’ils s’engagent en leur nom ou au nom d’autrui sur une somme dépassant vingt livres bolonaises ou sur une chose ou un fait dont la valeur excède cette somme de vingt livres, le jour même du contrat ou le suivant, personnellement s’il s’agit d’hommes en bonne santé et majeurs de vingt-cinq ans, par procuration s’il s’agit de personnes malades ou de femmes — on fera confiance à l’acte de procuration à condition qu’il soit écrit qu’un tel malade ou une telle femme a donné procuration et que le procurateur est l’un des témoins présents au contrat, ou bien un tuteur, un curateur, ou une autre personne ayant légitimement part au contrat —, ont obligation de se présenter à l’un des notaires affectés à l’office des registres des contrats et des dernières volontés (ad memorialia conctractuum et ultimarum voluntatum), de déclarer et faire mettre par écrit par le tabellion devant lequel ils se présentent qu’ils firent entre eux un contrat sur telle chose, tel fait ou telle somme, pour telle raison ou tel négoce, ainsi que le nom du notaire, et le nom des témoins qui assistèrent au contrat, le lieu où il fut fait et l’année, l’indiction, le mois et le jour (...). Et si un contrat est fait d’une autre façon, et s’il n’est pas enregistré au préalable dans les Memoriali de cette façon et sous cette forme, qu’il n’ait pas de valeur juridique.

10Source : Statuti di Bologna dell’anno 1288, éd. G. Fasoli et P. Sella, Cité du Vatican, 1937-1939 (Studi e Testi, 73 et 85), VII, XXVII, vol. 2, p. 74-75.

3. Exemple d’enregistrement d’une minute notariale

a) Minute d’un prêt extraite du cartulaire de Manfredo da Sala (29 septembre 1268)

11Maître Tomasino de feu Zamboni Martini, menuisier, et maître Filippo, forgeron, son frère, tous deux du faubourg de Galliera (burgus Galerie), promirent solidairement de donner et d’acquitter à Giovanni Albertini de Fontana, du faubourg San Felice, vingt-deux livres bolonaises d’ici les six prochains mois etc. Il leur donna et prêta cette somme d’argent, renonçants etc. et ils promirent de recevoir le précepte à payer le jour même où il leur sera présenté sous peine de dix livres, et de s’acquitter au-delà du terme lors des foires etc. Que toutes ces choses etc. sous peine du double etc. Et ledit Tomasino promit de garantir ledit Filippo.

12Fait à Bologne, au foirail, en présence de maître Guido Rolandini Musiglani, de Santa Maria in Duno, notaire qui affirme connaître les contractants, Dominico Giovanni de Anzola et Matteo fils de Benintendi, notaire, témoins appelés.

13Et [cette brève] fut écrite dans le registre (memoriale) par Amadore da Corvaria, notaire [cette ligne ajoutée après coup].

b) Enregistrement du prêt par le notaire de l’office des Memoriali (samedi 29 septembre 1268)

14Maîtres Tomasino et Filippo, frères et fils de feu Zamboni Martini, promirent solidairement de donner à Giovanni Albertini de Fontana, du faubourg San Felice, vingt-deux livres bolonaises, d’ici à six mois, pour cause d’un instrument de prêt rédigé par Manfredo da Sala, notaire, fait aujourd’hui au foirail, en présence de Guido Rolandini Musiglani notaire, Domenico Giovanni de Anzola et Matteo Benintendi, notaire, témoins, selon ce que déclarèrent et firent écrire les susdits.

15Source : Archivio di Stato di Bologna, Notante, 1.2, Manfredo da Sala, p. 130 et Memoriali, vol. 6, fol. 226 ; éd. J.-L. Gaulin, « Affaires privées et certification publique : la documentation notariale relative au crédit à Bologne au XIIIe siècle », dans Notaires et crédit, ouvr. cit., Annexe III. Traduit du latin.

16Présenté et traduit par J.-L. Gaulin

2 - Le monnayage de l’or à Naples (1278)

17Pour remplacer les augustales créées par Frédéric II dans le royaume de Sicile, Charles d’Anjou décida la frappe de nouvelles monnaies d’or appelées carlins. Il transféra, dans un premier temps, les ateliers monétaires de Brindisi et Messine au siège du gouvernement, au Castel Capuano de Naples, et veilla personnellement à l’organisation de l’atelier, au recrutement de son personnel et même à l’aspect formel des pièces.

18Orientation bibliographique : Sambon A., « Monnayage de Charles Ier en Italie méridionale », Annuaire de la Société française de Numismatique, 14, 1891 ; Monti G. M., Zecche, monete e legislazione monetaria angioina, Naples, 1928 ; Grierson P. et Travaini L., Medieval european coinage, II. Italy, Cambridge, 1998 ; L’Etat angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle (Rome-Naples, 7-11 novembre 1995), Rome, 1998 (Coll, de l’EFR, 245).

1. Création du carlino en 1278

19Charles, par la grâce de Dieu roi de Jérusalem et de Sicile, du duché de Pouille, de la principauté de Capoue, sénateur de la Ville sainte, comte d’Anjou, de Provence, de Forcalquier et de Tonnerre, vicaire général de l’Empire romain pour la sainte Eglise en Toscane, à maître Guillaume Boucel de Paris, clerc, Ris de la Marre de Barletta et à Pierre Boudin d’Angers, pannetier, receveurs et conservateurs de son trésor au château du Sauveur en Mer, qui est appelé communément le château de l’Œuf, ses familiers et ses féaux, [adresse] sa grâce et sa bonne volonté. Comme nous avons veillé à ce que les maîtres orfèvres et les monnayeurs de notre atelier monétaire (sicle) de Brindisi et de Messine viennent à Naples pour travailler à l’œuvre de la frappe de l’or, qui se fera dans cette terre où nous régnons, nous commandons que vous achetiez ou fassiez acheter du charbon et de la terre rouge et fassiez faire des ateliers et des fours avec l’argent de notre trésor dont vous avez la garde, sans opposition (non obstante). Et que vous fassiez organiser toutes ces choses nécessaires à l’œuvre et au travail de cette frappe d’or, et que vous preniez garde qu’il n’y ait aucun défaut dans l’œuvre et le travail de ladite frappe, et que notre bon plaisir soit en tout accompli. Et sachez que si dans cette œuvre se trouvait le moindre défaut à cause de votre négligence ou de votre paresse, qui empêche qu’elle soit travaillée selon notre volonté, nous vous ferions payer sur vos propres deniers toutes les dépenses des dommages au profit de notre trésor. Derechef, nous voulons que vous versiez aux orfèvres et aux monnayeurs les justes salaires avec l’argent de notre trésor susdit, sans opposition. Et vous devrez recevoir de ce qui sera payé par vos soins les justificatifs convenables. Donné à la Tour Saint-Elme près de Capoue le 28 mars de la sixième indiction.

20[Le 30 mars, le roi demande au trésorier de remettre la quantité d’or nécessaire pour faire la nouvelle monnaie] laquelle nous avons ordonné de fabriquer et frapper dans notre atelier de Naples. Donné à la Tour Saint-Elme près de Capoue, par maître Guillaume, etc. le trentième jour de mars de la sixième indiction.

21[Le 4 mai, le roi décide que] Franchisque Fourmi [Francesco Formica] de Florence soit maître de l’atelier monétaire où est faite notre nouvelle monnaie d’or, que l’on appelle carlin (challois), [et ordonne de lui verser] pour ses dépenses de toute l’année 18 onces d’or. Donné à la Tour Saint-Elme près de Capoue, par maître Guillaume de Farinville, prévôt de l’église Saint-Aimé de Douai, vice-chancelier des royaumes de Jérusalem et de Sicile, l’an de notre Seigneur mille deux cent LXXVIII, le quatrième jour du mois de mai de la sixième indiction.

22Source : Documents en français des archives angevines de Naples, éd. A. De Boüard, Paris, 1933, I, Les mandements aux trésoriers, no 28, 29 et 46. Traduit de l’ancien français.

2. Revers et avers du carlino ou saluto de Charles Ier d’Anjou, Naples, 1278

Or, 4,34 g, diam. 23 mm

Or, 4,34 g, diam. 23 mm

+ AVE.GRACIA.PLENA.DOMINVS.TECVM
Dans le champ : Annonciation.
+ KAROL.DEI.GRA.IERLM.SICILIE.REX
Dans le champ : écu parti de Jérusalem et d’Anjou, entouré au chef d’un croissant entre deux étoiles et sur les côtés d’une rosette entre deux étoiles.
Source :Grierson P., Monnaies du Moyen Age, Fribourg, Office du Livre, 1976, p. 185, no 335-336.

23Présenté et traduit par J.-M. Poisson

3 - Contrat d’embauche d’un facteur de la compagnie Salimbeni de Sienne

24Les sources pour l’étude des activités commerciales et bancaires sont d’une part des sources publiques : textes législatifs, statuts communaux ou statut des arts et documents judiciaires ; d’autre part des sources privées (le plus souvent en langue vulgaire) : livres de comptes ou livres de familles, correspondances. Les sources notariées sont à la charnière : publiques par nature, elles documentent des engagements privés tels que les relations de travail ou de dépendance économique.

25Orientation bibliographique : Renouard Y., Les hommes d’affaires italiens du Moyen Age (1948), rééd. Paris, 1968 ; Sapori A., « Il personale delle compagnie mercantili del Medioevo », dans ID., Studi di Storia economica (secoli XIII-XIVXV), II, Florence, 1955, p. 695-763 ; Tangheroni M., « Siena e il commercio internazionale nel Duecento e nel Trecento », dans Banchieri e mercanti di Siena, Sienne, 1987, p. 21-105 ; Carniani A., I Salimbeni. Quasi una signoria. Tentativi di affermazione politica nella Siena del’300, Sienne, 1995.

26L’an du Seigneur 1282, indiction XI, le troisième jour des ides d’octobre.

27Moi Ugo, fils de feu Ugolino Gigone, moyennant accord écrit sur le salaire, je vous promets à vous, Alessandro et messire Giovanni fils de feu Salimbene, recevant pour vous, vos associés et la société des Salimbeni (...) d’être et de demeurer pour vous en tant que facteur et gérant de vos affaires pendant quatre ans à partir de la prochaine fête de la Toussaint.

28Je m’engage à aller et demeurer partout où vous le voudrez et où vous me l’ordonnerez, en Toscane, en Lombardie, dans les royaumes de France, d’Angleterre et de Sicile et partout ailleurs, là où vous me le direz et où vous voudrez faire des affaires et du profit ; à gérer bien et avantageusement vos affaires, dans le respect de la loi, de bonne foi et sans fraude, pour votre profit et celui de votre société, à surveiller et garder ce qui de votre avoir et de vos biens parviendra dans mes mains et que j’aurai ou recevrai de vous ou d’un autre en votre nom, que ce soit or ou argent, actes notariés, livres et lettres et tout autre chose, de bonne foi et sans fraude. Je vous rendrai et remettrai à vous ou à quelqu’un des vôtres ou à qui vous voudrez, que vous me désignerez et imposerez par lettre, oralement ou par écrit, des comptes justes et précis de tout ce que j’aurai administré et de tous vos biens qui seront parvenus entre mes mains ; ces biens je vous les rendrai, donnerai et remettrai intégralement aussitôt et chaque fois que vous me le demanderez et que vous le voudrez. Je n’en détournerai ni cacherai ni retiendrai rien en-dehors du salaire que vous m’avez promis.

29Je m’engage aussi à rendre tout ce qui m’aura été donné, aussi longtemps que je resterai votre facteur, en pièces, en or ou en argent ou autre chose, par quelque personne que ce soit, ou lieu ou communauté ou baron ou prélat, de quelque manière que ce soit, et à remettre et donner tout à vous et à votre société, et à le déposer dans votre société, sans rien retenir.

30Je vous promets que, tant que je serai votre facteur, je ne jouerai jamais à un jeu de dé pour un gage ou de l’argent et je ne coucherai charnellement avec aucune femme mariée, vierge ou religieuse et je ne dépenserai rien de vos biens pour ces motifs.

31Je promets aussi d’observer et de faire exécuter tous les ordres que vous me donnerez oralement ou par l’intermédiaire d’un messager ou par lettres, de tenir tous les secrets que vos m’imposerez et de n’en rien divulguer sans votre autorisation.

32Je vous promets en outre de ne faire ni contracter aucune association avec quiconque sans votre autorisation et contre votre volonté.

33Je reconnais et affirme que je n’ai ni n’ai mis dans votre société ou dans une autre société aucune somme d’argent, ni pour vous ni pour l’intérêt commun de votre société, sauf mon salaire, que vous m’avez promis et qui doit figurer sur un autre acte, dressé de la main du notaire Orlando, souscrit.

34Je vous promets de respecter et observer tous et chacun de ces engagements sous peine de cent marcs d’argent, que je promets de vous donner si je ne respecte pas lesdits engagements ou si j’y contreviens, et je devrai les respecter de toute façon que je paye ou non la peine. En garantie de quoi je m’engage, moi et mes héritiers, envers vous et vos héritiers et j’engage mes biens ; ces biens vous pourrez les vendre et les mettre en gage, les prendre sous votre autorité, sans intervention d’un tribunal ou d’un juge, et pour le moment je considère que je les possède en votre nom.

35Je prends ces engagements envers vous parce que, pour salaire de ces quatre ans de service et pour tout ce qui est écrit ci-dessus, vous avez promis de me donner 450 livres de deniers siennois, comme il doit apparaître dans l’autre acte écrit de la main du notaire Orlando, souscrit. Je renonce donc à toute exception ressortissant à quelque défaut de promesse ou obligation, ou à non promesse ou engagement de salaire, au privilège du for et à toute aide des lois et du droit.

36Sur les saints évangiles de Dieu, en touchant le livre, je jure de mon plein gré d’observer tout ce qui est écrit plus haut et de n’y point contrevenir ou contrefaire.

37Audit Ugo, volontaire et consentant, le notaire Orlando prescrivit, sur la foi du serment et des garanties énoncées, d’observer les engagements contenus dans cet acte envers lesdits Alessandro et Giovanni ; Ugo l’accepta.

38Fait à Sienne devant Jacobo [fils] de feu messire Uguccione di Lotterengo et Ventura [fils] de feu Accorso et Jannino Benini lombard, témoins requis.

39[Seing du notaire]

40Moi, Orlando notaire fils de feu Attaviano, j’ai été présent et, sur demande, j’ai écrit et publié cet acte.

41Source : Archivio di Stato di Siena, Diplomatico, Archivio Generale, 13 octobre 1282 ; éd. A. Sapori, Studi di Storia economica, ouvr. cit., p. 762-763. Traduit du latin.

42Présenté et traduit par O. Redon

4 - Fêtes et jours fériés à Bologne d’après les statuts urbains (1288)

43Le livre VI des statuts de la commune et du peuple promulgués à Bologne en 1288 est tout entier consacré à la justice civile. Celle-ci était rendue dans l’un des deux palais de la commune (le palatium vetus édifié au début du XIIIe siècle), par un office (ou bureau, discum) que signalait « une aigle peinte », d’où son nom de discum aquile. L’avant-dernier chapitre s’empare de la question des fêtes et des jours fériés.

44Orientation bibliographique : Giansante M., « L’età comunale a Bologna. Strutture sociali, vita economica e terni urbanistico-demografici : orientamenti e problemi », Bullettino dell’Istituto storico italiano per il Medio Evo e Archivio muratoriano, 92, 1985/86, p. 103-222 ; Pini A. I., Città, chiesa e culti civici in Bologna medievale, Bologne, 1999 (Biblioteca di storia urbana medievale, 12) ; Maire Vigueur J.-C., Cavaliers et citoyens. Guerre et société dans l’Italie communale XIIe-XIIIe siècles, Paris, Ed. de l’EHESS, 2003 (Civilisations et sociétés, 114).

45Des fêtes et des jours fériés

46Nous statuons et ordonnons que [soient fériés] le jour de la Nativité du Seigneur, les deux jours qui précèdent et tous les jours qui suivent jusqu’au jour de l’Epiphanie du Seigneur, pendant ce jour entier, ainsi que le jour de la Pâque de la Résurrection du Seigneur, avec les sept jours qui précèdent et les sept autres jours qui suivent et le jour de l’Ascension du Seigneur, et toutes les fêtes de la bienheureuse Vierge Marie, de sainte Marie Madeleine et du bienheureux Michel archange, des bienheureux Pierre et Paul apôtres et tous les autres apôtres et évangélistes et de saint Martin, saint Laurent, des saints Vital et Agricole au mois de novembre, de saint Pétrone, saint Ambroise, saint Grégoire, saint Biaise, saint Antoine — celui de janvier — saint Benoît, saint Apollinaire, sainte Lucie, saint Dominique, saint François, saint Pierre martyr, saint Procolo, sainte Marguerite, saint Georges, saint Augustin, saint Léonard, sainte Croix du mois de septembre, les fêtes de la Toussaint, aux jours de l’élection générale des officiers de la commune et de l’élection générale des podestats de sacho [qui gouvernent les localités du contado], le jour de Carême prenant, avec le jour qui précède et celui qui suit, et au temps des batailles et chevauchées (tempore exercituum vel cavalcatarum), en comprenant qu’il y a bataille quand tous les chevaliers et les fantassins de la cité, ou bien deux ou trois ou un seul quartier des chevaliers et des fantassins se déplacent et qu’il y a chevauchée quand le seigneur podestat ou le seigneur capitaine ou leur chevalier chevauche avec l’ensemble de la chevalerie ou une partie de celle-ci avec les enseignes (insignis), ou bien avec tout le peuple ou un ou plusieurs des quartiers du peuple. Et si une autre quantité du peuple ou des chevaliers se déplace, que l’on ne rende pas la justice contre eux durant toute la durée de leur absence. Et que tous les dimanches soient fériés et que la justice ne soit pas rendue ces jours-là pour les causes civiles.

47De même, nous disons que pendant les vigiles des apôtres et de la bienheureuse Marie et de saint Laurent, quand c’est jeûne, durant le jeûne de Carême et les samedis, et en juillet et en août après none à cause de la très grande chaleur, que l’on ne rende pas le droit dans les causes civiles. En outre, nous disons que durant les dimanches et les jours des fêtes de la bienheureuse Marie en mars et en août, et durant certaines fêtes solennelles (in aliquibus diebus pascalibus), c’est-à-dire la Nativité du Christ, la Circoncision, l’Epiphanie, la Résurrection, et la Toussaint, personne ne doive se rendre au palais pour demander justice pour une cause civile ou pénale, sauf pour un crime perpétré, ce que Dieu ne veuille, l’un ou l’autre de ces jours, ou parce qu’une affaire criminelle doit être impérativement tranchée l’un de ces jours en question. Que les palais soient fermés, sauf s’il y a nécessité de réunir un conseil.

48De même nous disons que l’on ne rende pas justice de la fête de saint Gui qui tombe en juin jusqu’aux calendes d’août à cause des moissons et de la fête de sainte Marie du mois de septembre jusqu’à la fête de saint Michel à cause des vendanges ; de même, pour les hommes du contado, durant les vingt jours qui suivent la fête de saint Michel, à cause des semailles. Nous disons qu’il en soit de même pour tous les jours où les crieurs publics annonceront en ville que personne ne doit se rendre au palais demander justice, à condition toutefois que la liste de ces jours soit rédigée par le notaire du bureau (discum) du podestat, les notaires affectés au bureau des causes civiles (discum aquile) et les autres notaires qui officient au palais. Nous interdisons également au seigneur podestat de déclarer des jours fériés, sauf si c’est l’avis des trois quarts du conseil. Toutefois, dans les affaires criminelles, on rendra justice tous les jours, à l’exception des jours où, comme il est dit plus haut, les portes du palais resteront closes. En outre nous disons qu’à chaque fois qu’un avocat d’une cause civile sera contraint de s’absenter pour le service de la commune de Bologne, on suspende l’examen de la cause de ses clients jusqu’à son retour en ville, sauf si ses clients ont un autre avocat. Que cela soit appliqué.

49Source : Statuti di Bologna dell’anno 1288, éd. G. Fasoli et P. Sella, Cité du Vatican, 1937-1939 (Studi e Testi, 73 et 85), VI, 51, vol. II, p. 41-42. Traduit du latin.

50Présenté et traduit par J.-L. Gaulin

5 - Juifs et musulmans dans la société méridionale : contrats passés devant le notaire Adamo de Citella à Palerme (1287-1299)

51La présence de juifs, généralement arabophones, sans doute près de 5 % de la population sicilienne, et de quelques musulmans résiduels, après le grand déplacement à Lucera, est caractéristique de la société sicilienne. Les musulmans, artisans et marchands, jouissent d’une pleine liberté, mais n’ont plus de structure collective depuis 1240. Le statut de citoyen des juifs leur garantit un large ensemble de droits civils et leurs activités d’artisans et de commerçants les mettent au contact du monde qui fréquente les notaires, dont les premiers volumes sont les registres d’Adamo de Citella. Regroupés autour de la synagogue, appuyés sur de fortes institutions religieuses et judiciaires, disposant de magistratures autonomes, ils développent aussi une vie culturelle intense, mais hachée par l’explosion de mouvements messianiques et de conversions.

52Orientation bibliographique : Gli Ebrei in Sicilia dal tardoantico al medioevo. Studi in onore di Monsignor Benedetto Rocco, sous la dir. de N. Bucaria, Palerme, 1998 ; Bresc H., Arabes de langue, Juifs de religion. L’évolution du judaïsme sicilien dans l’environnement latin, XIIe-XVe siècles, Paris, 2001.

1. Acte du 16 janvier 1287

53Pour Syminto, juif.

54Marchisio, apothicaire (speciarius) de Messine, consentant etc., en présence et à la demande de Syminto, juif, lui aussi de Messine, changeur, a reconnu qu’il a reçu en prêt au risque de mer et des gens, 40 livres de monnaie de génois, renonçant etc. qu’il a promis de rembourser sous huit jours de l’arrivée de la nef de messire Matteo Termini appelée le Saint-Jean le Fort, maintenant dans le port de Palerme, à Gênes ou en tout autre lieu où ladite nef jettera l’ancre dans le présent voyage, promettant etc., sous peine de dix onces etc., renonçant etc.

55Témoins : Ottaviano de Turri, Bartuccio de Bobbio, Leone de Jannacio, Filippo de Cambi.

2. Acte du 27 janvier 1287

56Pour Salah, sarrasin.

57Lundi 27. Catapano di Marino, citoyen de Palerme, a vendu et remis à Salah, sarrasin, une esclave olivâtre sarrasine nommée Fatima pour deux onces et demie d’or, qu’il reconnaît avoir reçues, renonçant etc., promettant de la défendre contre toute requête sous peine du double, etc., renonçant etc.

58Témoins : Cosmano de Fasana, Renaldo di Trapani, Stefano di Golisano, Michèle de Turri.

3. Acte du 27 janvier 1287

59Pour Fatima affranchie.

60Salah, sarrasin, consentant etc., a spontanément affranchi et libéré son esclave olivâtre sarrasine, nommée Fatima, lui donnant etc., promettant de ne pas revenir sur cet affranchissement sous peine de quatre onces etc., renonçant etc.

61Témoins : Catapano di Marino, Michele fils du notaire Michele, Renaldo di Trapani et Michele de Turri.

4. Acte du 10 juillet 1287

62Pour Samuel, juif.

63Charufa, juive, veuve de feu Sibbet (Sabbetay) de Barashun de Castronovo, avec Symcha (Simha) et Salomon ses fils, consentant etc., ont vendu et remis à Samuel de Barshun de Termini [Imerese], juif, et à ses héritiers à perpétuité, leur maison sise dans le bourg de Termini pour six onces d’or, qu’ils reconnaissent avoir reçues, renonçant etc., promettant de la défendre etc. sous peine du double etc., renonçant etc. Les limites en sont, d’un côté, la maison d’Amran Farrah, juif, et, des trois autres côtés, les rues publiques.

64Témoins : Vittorio di Amato, Vita l’orfèvre, Nuto de feu Enrico et Vitale di Nazaro, Challuf Cattano de Termini et Rubbino de Bellomo de Termini, juifs.

5. Acte du 13 novembre 1298

65Pour Giovanna.

66Buschac Shimilel, juif, habitant de Païenne, en présence et à la demande de Giovanna, femme de feu Gentile le fabricant d’arcs, a reconnu spontanément devoir à ladite Giovanna deux onces et douze taris pour le prix de deux centeniers de raisins blancs, qu’il a achetés et reçus d’elle, renonçant etc., somme qu’il a promis de payer aux deux termes suivants : une once et six taris à la Nativité du Seigneur à venir en décembre de cette année indictionnelle et le reste, une once et six taris, à Carnaval à venir, sous peine du double etc., renonçant etc.

67Témoins : Vitale de Milite, Bartolomeo de Citella, frère Andrea le gainier, Domenico fabricant de calottes, Ciolo fabricant de calottes.

6. Acte du 30 mars 1299

68Pour Leone de Vivo.

69Maymun Diba et Bracha Firchel, juifs, bouchers, citoyens de Palerme, consentant etc., ont vendu à Leone de Vivo, tanneur, citoyen de Palerme, toutes les peaux de moutons de trois et de quatre ans avec leur laine à écorcher par eux et leurs associés dans l’abattoir de la Giudecca de Palerme depuis les Pâques de la Résurrection et dès maintenant jusqu’à la fin de juin à venir de cette présente indiction pour un tari et un grain chacune et ils ont reçu de l’acheteur six onces d’arrhes, le reste à payer à mesure de la livraison etc. et ils ont prêté serment selon la loi mosaïque en touchant les franges de leur vêtement.

70Témoins : Giacomo le carrossier, Cesario Pantoma, Pellegrino Zucco, Nicola Tasca, Francesco Suriano et Gerardo le prêtre, apothicaire.

7. Acte du 8 mai 1299

71Vendredi 8. Messire Giovanni de Calimeno, citoyen de Palerme, a vendu à Ventura Cacciati, son concitoyen, deux centeniers, l’un de raisins blancs et l’autre de noirs, de sa vigne dans la contrada de Santa Lucia, hors de la Porte San Giorgio, près de la vigne d’Angelo de Pulcaro, pour 68 taris, qu’il a reçus en notre présence. Il promet de livrer les raisins dans le fouloir de la vigne aux vendanges qui viennent, en septembre de la XIIIe indiction sous peine du double, renonçant etc. Et Muchi, juif, fils de Jacob Dachac, habitant de Palerme s’est porté garant spontanément et fidéjusseur envers l’acheteur, sous la peine etc., renonçant etc.

72Témoins : Angelo le barbier, Rinaldo et Bartolomeo de Citella, frère Andrea le gainier et Anselmo, tenancier de fondaco.

8. Acte du 28 juin 1299

73Pour Mushi, juif.

74Dimanche 28. Simone Nicolai de Lucques, citoyen de Palerme, promit pour lui et ses héritiers, et s’obligea à Mushi Maylim, juif, habitant de Palerme, pour lui et ses héritiers, à lui vendre et livrer à perpétuité une maison sise dans le Cassaro de Palerme, dans la rue qu’on dit en arabe Zucac Essabun [la rue du Savon] et lui remettre l’acte de vente, avant la fin d’août, pour dix-sept onces en carlins d’or sans agio (...) et il reconnaît avoir reçu de Mushi comme arrhes cinq onces et Mushi promit quatre onces sous huit jours, le reste à la remise de la maison. Simon promit de respecter ces termes, renonçant etc. Les limites de la maison sont, d’un côté, la maison de Sibet Levi, juif, des deux autres côtés la maison de feu Giorgio Ricii et de l’autre côté la rue où elle a son entrée etc.

75Témoins : Leone de Jannacio, Viviano et Chierico, fabricants de bourses, Gilio et Nisio, fabricants de calottes.

76Source : Le imbreviature del notaio Adamo de Citella a Palermo (1° registro : 1286-1287), éd. P. Burgarella, Rome, 1981, p. 56, 90, 91, 213 ; Le imbreviature del notaio Adamo de Citella a Palermo (2° registro : 1298-1299), éd. P. Gulotta, Rome, 1982, p. 85, 247, 301, 360. Traduit du latin.

77Présenté et traduit par H. Bresc

6 - Restituer les usures : la chapelle des Scrovegni à Padoue (1300-1305)

78L’acquisition en 1300 d’un terrain sur le site de l’Arena, à Padoue, à proximité d’un monastère des ermites de Saint-Augustin, l’érection d’une chapelle consacrée en 1303 à Sainte-Marie-de-la-Charité, puis, autour de 1305, l’exécution de sa décoration intérieure confiée au peintre Giotto sont les principales étapes d’un projet auquel le riche marchand Enrico Scrovegni a attaché son nom. La famille padouane des Scrovegni doit son affirmation récente à ses pratiques spéculatives et usuraires. Dante, lorsqu’il compose l’Enfer (autour de 1304-1307), place Reginaldo, le père d’Enrico, dans le septième cercle, auprès des « violents contre l’art », les usuriers, reconnaissables, comme les avares, à la bourse d’argent qui les étrangle, et identifiables par leurs armoiries (truie d’azur pour Reginaldo ; or, azur et lion pour un Gianfigliazzi ; rouge et oie pour un Ubriachi). Ils y seront rejoints par le padouan Vitaliano del Dente et le florentin Giovanni di Buiamonte (boucs de sable sur champ d’or).

79Les visées qui motivent la fondation de la chapelle de l’Arena ne relèvent pas seulement de la dévotion personnelle, mais aussi d’une éthique de l’économie. Conjointement, Enrico construit une chapelle funéraire pour lui-même et les siens, et pour cela, commande vers 1305 à Giovanni Pisano un ensemble statuaire (toujours en place) destiné à entourer son sarcophage. Mais surtout, dans une relecture économique fondée sur la réflexion contemporaine des Mendiants, cet acte restitue à la communauté, sous une forme architecturale et artistique, les richesses illégitimement acquises, réinvestissant ainsi les biens usuraires. Sur le revers de façade, occupé par un Jugement dernier, Giotto a représenté son commanditaire dans le secteur des élus, à la droite de la croix rédemptrice. Agenouillé, vêtu de violet (couleur liturgique de pénitence), il présente un modèle réduit de sa chapelle à trois saints, qui sont peut-être trois dédicataires (Marie de la Charité, Catherine d’Alexandrie et Jean l’évangéliste). A ses côtés, le clerc tonsuré, en manteau blanc à capuchon doublé de bleu, est identifié comme le conseiller théologique et iconographique du projet – peut-être Altegrado de’ Cattanei, un chanoine de la cathédrale, à moins qu’il s’agisse d’un membre clérical de la confrérie militaire des frères chevaliers de la bienheureuse Vierge Marie glorieuse (plus connus sous le nom de Cavalieri gaudenti) à laquelle appartenait Enrico.

80Orientation bibliographique : Rough R.H., « Enrico Scrovegni, the Cavalieri Gaudenti and the Arena chapel in Padua », The Art Bulletin, 62, 1980, p. 24-35 ; La pittura in Italia : Il Duecento e il Trecento, éd. E. Castelnuovo, 2 vol., Milan, 1986 ; Baschet J., Les justices de l’au-delà. Les représentations de l’enfer en France et en Italie (XIIe -XVe s.), Rome, 1993 (Befar, 279) ; Basile G., Giotto. La chapelle des Scrovegni, Paris, 1993 ; Marietti M., Dante, Paris, PUF, 1995 (QSJ no 2971) ; Russo D., « L’art gothique » Histoire. Art. 1000-2000, A. Mérot dir., Paris, 1995, p. 69-119 ; Todeschini G., I mercanti e il tempio. La società cristiana e il circolo virtuoso della ricchezza fra Medioevo e Età moderna, Bologna, 2002 ; Bellinati C., Nuovi studi sulla cappella di Giotto all’Arena di Padova (25 mars 1303-2003), Padoue, 2003 (Quademi dell’archivio vescovile e della biblioteca capitolare di Padova) ; Casagrande C. et Vecchio S., avec une contribution de Baschet J., Histoire des péchés capitaux au Moyen Age, Paris, 2003 ; Rippe G., Padoue et son contado (X-XIIIe siècle), Rome, 2003 (Befar, 317).

1. Extrait du chant XVII de l’Enfer (vers 43-75) : Dante voit les usuriers

Ainsi, encore sur l’extrême bord
de ce septième cercle, tout seul
j’allai où assise était la triste gent.
Par les yeux éclatait dehors leur douleur,
deça delà se démenaient leurs mains
tantôt aux flammes tantôt au sol brûlant,
non autrement font, l’été, les chiens
ores du museau ores du pied quand sont mordus
ou de puces ou de mouches ou de taons.
Lorsqu’au visage de certains portai les yeux,
Là où tombe le feu de douleur,
Je n’en connus aucun, mais j’aperçus
que du cou de chacun pendait une poche
qui avait certaine couleur et certain signe,
et là paraît que leur exil se repaisse.
Et comme je vais regardant parmi eux,
sur une bourse jaune je vis un azur
qui du lion avait face et maintien.
Puis poursuivant de mon regard le tour
j’en vis une autre rouge comme sang
montrant une oie plus blanche que beurre.
Et un, qui d’une grosse truie
azur avait son sachet blanc marqué,
me dit : « Que fais-tu en cette fosse ?
Ores va-t-en ; et puisque tu vis encore
sache que mon voisin Vitaliano
viendra s’asseoir ici à ma gauche ;
avec ces Florentins, je, moi, Padouan,
souvent m’assourdissent les oreilles
criant : « Vienne le chevalier souverain »
qui portera la poche avec trois boucs ! »
Là il tordit la bouche et hors tira
La langue comme bœuf qui se lèche les naseaux.

81Source : Dante Alighieri, La Divine Comédie, trad. L. Portier, Paris, 1987, nouv. éd. 2001 (Sagesses chrétiennes), p. 108-109. Traduit de l’italien (toscan).

2. L’offrande de la chapelle par Enrico Scrovegni. Détail du Jugement dernier de Giotto (Padoue, chapelle de l’Arena, revers de façade, v. 1305)

(archives M. Bacci)

3. Schéma récapitulatif des thèmes peints par Giotto dans la chapelle de l’Arena à Padoue

Vue général vers l’entrée

Vue générale vers l’autel (arc triomphal)

82Présenté par V. Rouchon Mouilleron

7 - L’établissement manqué de manufactures dans le Midi italien

83La conscience du retard industriel de l’Italie du sud est vive dans les capitales méridionales dès la seconde moitié du XIIIe siècle. Charles Ier d’Anjou, qui ordonne d’importer du Maghreb des béliers à laine longue pour modifier les races ovines du Midi, insiste en 1278 sur l’absence de draperie locale de qualité. La visée est sans doute fiscale, mais elle s’appuie sur une vision juste des profits de la manufacture pour la société tout entière. La présence de nombreux Lombards et Toscans, y compris dans les rangs de l’aristocratie et de l’élite municipale, et sans doute de quelques aventuriers, a convaincu les grandes cités de tenter la voie de l’industrialisation.

84Orientation bibliographique : Trasselli C., « Tessuti di lana siciliani a Palermo nel XIV secolo », Economia e storia, 1956, p. 304-316 ; Bresc H., Un monde méditerranéen : économie et société en Sicile (1300-1460), Paris-Rome-Palerme, 1986,1 (BEFAR, 262), p. 195-201.

1. Notice d’un accord pour installer la manufacture des draps à Naples (5 décembre 1308)

85Conventions entre la cour et Giovannino de Milana, marchand [florentin], pour exercer l’art de la draperie des draps de laine dans la cité de Naples. Il a promis de faire des draps de laine anglaise, française et tunisienne, et la cour a promis de donner audit Giovannino 500 onces, à savoir 250 par le trésor royal, et 250 par la communauté (universitas) de Naples, le 5 décembre, VIIe indiction, année 1308.

86Source : Camera M., Annali delle Due Sicilie, II, Naples, 1860, p. 166. Traduit du latin.

2. Privilèges concédés par Palerme à Alafranchino Gallo, drapier génois (2 avril 1322)

87Concession que les draps de laine soient faits dans la ville de Palerme par Alafranchino Gallo, génois, avec les privilèges et exemptions qui suivent.

88Frédéric, par la grâce de Dieu roi de Sicile. La main de notre munificence distribue les privilèges, les franchises et les grâces à ceux qui, venus de l’étranger, privés de leur sol natal ou de leur patrie, transfèrent leur habitation dans notre royaume et se soumettent à notre fidélité et à notre domination, et dont les arts et les métiers et les ouvrages des arts et des métiers peuvent être utiles et profitables à notre cour et à nos sujets ; pour ceux-là aussi, contentons nos fidèles méritants en exauçant leurs demandes avec bienveillance et grâce quand ils présentent des suppliques. Par le présent privilège nous voulons que soit connu de tous, présents et à venir, que la communauté (universitas) de notre heureuse cité de Païenne a humblement supplié notre majesté en ces termes : comme Alafranchino Gallo de Gênes, notre fidèle, a offert d’exercer à l’avenir dans cette ville les arts de la fabrication des draps de laine et de la teinture des draps et des laines, arts et fabrications qui apporteraient une grande amélioration à cette ville et un développement pour tous les citoyens, et qu’Alafranchino demande de ne pas transférer son domicile dans cette ville pour y exercer lesdits arts sans que lui soient accordées par notre majesté les franchises, grâces et conventions, que nous daignions les lui concéder par la munificence de notre majesté. Considérant que, par l’installation d’Alafranchino dans cette ville et l’exercice de ces arts, la ville serait enrichie avec l’aide de Dieu et que cela déboucherait sur le profit de tous les citoyens, nous avons concédé à Alafranchino d’exercer ces arts librement et nous approuvons, ratifions et confirmons par notre pleine faveur les franchises, grâces et promesses concédées par cette communauté : Alafranchino, ses héritiers et ses associés et les travailleurs extérieurs et leurs fils, qui exerceront ces arts avec lui, seront perpétuellement exempts de toute corvée, de charges personnelles et réelles et de toutes les taxes, les prêts forcés, les collectes et de toutes les charges quelles qu’elles soient.

89Item que les draps qu’ils feront en Sicile et les biens et les marchandises qu’ils achèteront ou apporteront, aujourd’hui et à l’avenir, pour l’usage et l’exercice de ces arts, seront libres de tout droit de caisse pour la guerre, et d’autre caisse, douane et toute autre taxe imposées aujourd’hui ou à l’avenir par notre cour ou par cette communauté. Nous promettons de déduire et de faire décompter par les fermiers de nos gabelles de cette année les sommes qui reviennent à ces fermiers.

90Item pour les produits qui touchent ces draps et ces arts, pour les draps vendus par lui, pour les draps qui seront faits par eux et envoyés dans notre royaume, Alafranchino et les siens ne payeront aucun droit de caisse, de douane ou autre à cette communauté ou à notre cour.

91Nous voulons aussi que personne, d’ici à huit ans, ne puisse organiser ou exercer l’art de la laine dans Palerme et son district, défendant à tous nos officiers de Sicile par la teneur de ce privilège de gêner ou molester Alafranchino, ses héritiers et ses associés et les travailleurs extérieurs et leurs enfants, qui exerceront ces arts avec lui, contre la teneur de ces privilèges (...).

92Donné à Messine par le noble Federico de Incisa de Sciacca, chevalier, chancelier du royaume de Sicile, l’an de l’Incarnation du Seigneur 1322, le 2 avril, Ve indiction.

93Source : De Vio M., Felicis et fidelissimae urbis Panormitanœ... Privilegia, Palerme, 1706, p. 82. Traduit du latin.

3. Procès de la commune de Palerme contre Alafranchino Gallo (1329)

94Sur la manufacture de laine (lanificio).

9513 janvier, XIIe indiction. [Mandat de payer à l’avocat de la commune] Salavino de Sergio, juge.

96La communauté de l’heureuse cité de Palerme (Universitas Felicis Urbis Panormi) au prudhomme Colo Masca, son trésorier, ami et concitoyen, salut et toute sorte de bien. Un procès est engagé devant le noble et sage messire Senatore de Maida, chevalier, docteur en droit civil et juge de la Conscience royale, et devant le sage maître Biagio de Salimbeni, nos concitoyens, délégués à ce par la grande cour royale, entre notre syndic, plaignant, et Alafranchino Gallo, notre concitoyen, et son avocat pour lui. Nous réclamons 200 onces qui lui ont été remises de notre part pour acheter une grande maison (hospicium) pour y installer sa manufacture de laine, pour y faire des draps de laine teints de couleurs, art qu’il devait exercer à son bénéfice et à celui des autres personnes de la ville. Alafranchino n’a pas acheté cette maison avec lesdites 200 onces et a gardé la somme pour ses affaires, trompant notre communauté.

97Source : Acta Curie Felicis Urbis Panormi, 5, Registri di lettere ed atti (1328-1333), éd. P. Corrao, Palerme, 1986, p. 96-97.

98Présenté et traduit par H. Bresc

8 - Moralisation de la société urbaine et enjeux sociaux : lois somptuaires de Messine (1272-1273) et de Palerme (1340-1341)

99Précoce, la loi somptuaire de Messine fait partie d’un vaste ensemble de privilèges inscrits dans les livres de la commune ; par ses préoccupations religieuses, elle anticipe sur l’ensemble des règlements d’Italie centrale et septentrionale, mais l’argumentation, comme ailleurs, est réaliste et s’appuie sur les thèmes économiques, sensibles dans un port qui est le relais du grand commerce vers Chypre, Alexandrie et Acre et où un milieu marchand s’est affirmé. Elle est contemporaine du bouillonnement politique qui conduit aux Vêpres et à l’émergence de la commune en Sicile. Le règlement palermitain, plus tardif, est écrit en vulgaire et laisse mieux apercevoir la base morale et religieuse de la décision du conseil.

100Orientation bibliographique : Pispisa E., Messina nel Trecento : politica, economia, società, Messine, 1980 ; Id., « Messina », dans P. Toubert et A. Paravicini Bagliani, Federico II e le città italiane, Palerme, 1994, p. 222-234 ; Martino F., Messana nobilis Siciliæ caput. Istituzioni municipali e gestione del potere in un emporio del Mediterraneo, Rome, 1994.

1. Confirmation des statuts de Messine (16 juin 1272)

101Charles, par la grâce de Dieu roi de Sicile, du duché de Pouille et de la principauté de Capoue, sénateur de la Ville généreuse, comte d’Anjou, de Provence et de Forcalquier, vicaire général de l’Empire romain en Toscane pour la sainte Eglise romaine, au stratigot et aux juges de Messine tant présents que futurs, ses fidèles, sa grâce et sa bonne volonté. Les ambassadeurs de la cité de Messine venant en notre présence nous ont présenté cette humble supplique au nom de cette communauté (universitas) : les habitants de cette cité jusqu’à aujourd’hui sont lourdement chargés et totalement appauvris par les dépenses occasionnées par la parure (ornatus) superflue des femmes ainsi que par les dots excessives qu’ils échangent entre eux et qui dépassent leurs capacités financières, de telle sorte que s’ils ne se portent pas secours à eux-mêmes par un remède opportun, ils seraient soumis à un péril d’appauvrissement et de ruine totale. Ils ont donc pris l’initiative de rédiger ces statuts sur la modération de la parure des femmes et sur les dots et sur les autres affaires qui les touchent, et ils demandent que nous daignions confirmer ces statuts par notre bienveillance royale. Nous donc qui désirons la tranquillité et la félicité de cette cité entre toutes les cités de notre royaume, portés à accueillir leur supplique, nous tenons pour légitimes et établis ces statuts et d’autres aussi que les citoyens pourront publier pour réprimer la parure des femmes, et nous les confirmons par la teneur de ces présentes, voulant et ordonnant rigoureusement à votre fidélité de faire appliquer ces statuts et de les faire observer sans faille et sans interruption. La teneur intégrale de ces statuts est la suivante :

102Il est décidé que l’on ne donne pas en dot plus de 3.000 taris d’or, que ce soit en espèces ou en biens immeubles estimés, et plus de 1.000 taris en biens meubles estimés, à moins qu’il s’agisse d’une jeune orpheline de père et de mère, ou d’une veuve, qui ont reçu en dévolution des biens abondants, et qui peuvent se marier en donnant en dot tous les biens qui leur reviennent. Mais l’on peut ne donner que la somme indiquée, selon les capacités financières de chacun.

103Qu’il n’y ait pas plus de dix femmes de chaque côté [des noces] à aller porter des invitations (invitatrices), et pas plus de quatre hommes.

104Item s’il arrive qu’on fasse des défilés aux flambeaux dans les noces, que l’on ne fasse pas de danse (choree) de nuit.

105Item que personne, à l’occasion des noces ou pour accompagner des seigneurs ou des dames, ne porte un cierge pesant plus de quatre rotuli [3,2 kg] de cire.

106Item que l’estimation publique, à l’encan, des biens meubles de la dot ne soit faite que par douze hommes ou moins, et qu’il n’y ait pas plus de douze estimateurs.

107Item que les vêtements et les ornements donnés aux épouses soient transportés honnêtement dans des coffres ou portés dissimulés, et non publiquement et pompeusement comme on le faisait jusqu’à aujourd’hui.

108Item qu’on ne brode sur aucun voile de femme plus de 500 cannes [mille mètres] d’or filé et que les voiles qui contiennent plus de fil d’or que cette quantité ne soient portés en aucune manière.

109Item qu’une femme qui veut porter un frontal d’or ou de perles ne le porte sinon à tête découverte.

110Item que l’on ne porte pas de cordeau de perles sur un manteau.

111Item que l’on ne pose pas dans une frange plus de trente cannes [soixante mètres] d’or filé, et qu’il ne soit pas permis de doubler une frange comme on le fait quelquefois de perles et de franges.

112Item que le prix du centenier [de cannes, 200 mètres] d’or filé à poser sur les voiles ou dans les franges ou dans les autres ouvrages n’excède pas cinq taris.

113Item qu’il ne soit permis à aucune femme de porter des bandes de soie (listas) sur les bras ou sur la poitrine sur des vêtements de laine, mais seulement sur les vêtements de soie, les camelots et les blouses (juppis) blanches, et que le prix des bandes ne dépasse pas un augustale [sept taris et demi].

114Item que l’on ne pose pas à l’avenir de bandes sur les manteaux de soie près des franges.

115Item qu’aucune ceinture d’argent de dame n’excède le poids de huit onces, poids de marc, compris la ceinture de soie et l’argent.

116Item qu’on ne pose pas de franges sur les manteaux et qu’on enlève celles qui ont déjà été posées.

117Item il est interdit de faire une frange de perles.

118Item qu’on ne pose pas de soie sur les bandes des essuie-mains, pas plus de deux onces par essuie-main.

119Item qu’on ne pose pas plus de quatre onces [105 grammes] de soie par drap, de sorte que l’on mette seulement huit onces de soie par paire.

120Item que, suivant la vieille et antique coutume, on pose seulement trois bandes de soie à chaque bout sur les courtines des lits et les ciels de lit et larges au plus d’un palme [25 cm].

121Item il est ordonné que les morts ne soient pas portés visage découvert, tant l’homme que la femme, et il est expressément interdit que les femmes fassent des chants de deuil (ginesiam) et aillent, après le décès, tête découverte, sans manteau et déchaussées.

122En témoignage de quoi, nous avons ordonné de faire ces présentes lettres et de les valider par le sceau de notre majesté. Donné à Naples par maître Simon de Paris, chancelier du royaume de Sicile, l’an du Seigneur 1272, le 16 juin, XVe indiction, an septième de notre règne.

123Source : Consuetudini e privilegi della città di Messina, éd. R. Starrabba, Païenne, 1901, p. 132-136. Traduit du latin.

2. Cassation des statuts de Messine (30 avril 1273)

124Ecrit aux stratigots de Messine, présents et futurs etc. Des citoyens de Messine étaient venus en notre présence, qui se disaient ambassadeurs et syndics de la communauté (universitas) de Messine et nous avaient supplié de daigner confirmer un statut sur la modération des dots et la répression de la parure des femmes, qu’ils disaient pris par la volonté commune de la communauté. Croyant que cela touchait le bon état moral de la cité et des citoyens, nous avons confirmé ce statut par nos lettres et ordonné qu’il fût observé. Mais, récemment, un rapport envoyé par d’autres sujets fidèles nous a appris qu’à propos de ce statut, aucun consensus de cette communauté n’a été atteint et qu’il ne rejaillit pas au commun profit de la cité et des citoyens, mais qu’il conduit plutôt à scandaliser la plupart d’entre eux. Voulant prendre une mesure préventive, Nous annulons et cassons ce statut sur la modération des dots et la répression de la parure des femmes et nous révoquons notre propre confirmation. Il est donc permis à chacun, et dans la quantité qu’il voudra, de donner des dots et de porter de l’or, des perles, des orfrois et tout ce qui touche à la parure, tant dans les vêtements que dans les ornements, ce qu’il voudra, selon ce qui se faisait avant ce statut. Nous mandons à votre fidélité de faire annoncer publiquement l’annulation de ce statut et de nos lettres par la voix du héraut dans toute la cité. Donné à Trani le 30 avril Ière indiction.

125Source : I registri della Cancelleria angioina ricostruiti con la collaborazione degli archivisti napoletani, éd. R. Filangeri, X, Naples, 1957, p. 63-64. Traduit du latin.

3. Chapitres de Palerme (1340-1341)

126Ce sont les chapitres par commandement du préteur. In primis qu’aucune femme de quelque condition qu’elle soit, grande ou petite ou moyenne (mizana), ou de quelque âge que ce soit, ne porte de couronne, de frange ou de ruban d’or ni ne se vête de vêtements de drap d’or, sauf le jour où elles se marient, les femmes âgées comme les jeunes, c’est-à-dire ni les jeunes ni les vieilles sous peine de... [lacune].

127Item que chaque personne observe ces chapitres qui ont été ordonnés par monseigneur le roi sous la même peine.

128Item si, par dévotion à un saint on fait une illumination (luminaria), que personne ne s’y rende sauf ceux de sa paroisse, sans invitation, même si l’on fait partie d’une [confrérie de] dévotion ; personne ne doit s’inviter, sous la même peine.

129Et encore qu’aucune femme de quelque condition qu’elle soit n’aille faire des lamentations (planctu) sur la fosse d’un parent, quel qu’il soit. Deux femmes seulement pourront aller garder le couvercle de la fosse et les cierges (branduni) qu’on y place. Celles qui vont le garder ne doivent faire rien d’autre, jusqu’à une heure convenable, sous peine de... [lacune].

130Source : Savagnone F. G., « Capitoli inediti della città di Palermo », Archivio storico siciliano, n. s., 26, 1901, p. 84-109. Traduit du sicilien.

131Présenté et traduit par H. Bresc

Table des illustrations

Titre Or, 4,34 g, diam. 23 mm
Légende + AVE.GRACIA.PLENA.DOMINVS.TECVMDans le champ : Annonciation.+ KAROL.DEI.GRA.IERLM.SICILIE.REXDans le champ : écu parti de Jérusalem et d’Anjou, entouré au chef d’un croissant entre deux étoiles et sur les côtés d’une rosette entre deux étoiles.Source :Grierson P., Monnaies du Moyen Age, Fribourg, Office du Livre, 1976, p. 185, no 335-336.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19437/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende (archives M. Bacci)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19437/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Légende Vue général vers l’entrée
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19437/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Vue générale vers l’autel (arc triomphal)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19437/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search