Version classiqueVersion mobile

Villes d’Italie

 | 
Jean-Louis Gaulin
, 
Armand Jamme
, 
Véronique Rouchon Mouilleron

5. Réalisations urbaines

Texte intégral

1 - La naissance d’Alessandria : de la ville neuve à la cité

1La naissance d’Alessandria entre dans le vaste mouvement européen de fondation de nouveaux centres urbains. Mais elle y entre de manière singulière. L’intrication des rivalités et des intérêts politico-économiques locaux est ici renforcée par des antagonismes entre les principaux centres d’Italie du nord-ouest et structurée par le long affrontement du pape et de l’empereur. Plus qu’une simple reconnaissance juridique de la part de l’Eglise, la nomination d’un évêque en 1175, qui élève le centre urbain au rang de cité, montre la rapidité avec laquelle la ville s’est peuplée et affirmée dans un espace où les réseaux de conflictualité, particulièrement denses, étaient aussi très mouvants. Alessandria obtint en 1183 la reconnaissance de l’Empire à travers une fondation, fictive, celle de Cesarea.

2La rédaction des Annali Genovesi entreprise par un ancien consul, né vers 1080 et mort à l’âge de 86 ans, fut poursuivie de 1163 à 1174 par le chancelier Oberto. Ecrites par des hommes qui sont au centre du pouvoir communal, les Annales tendent à justifier les choix politico-économiques du corps dirigeant, à une époque où Gênes s’affirme comme puissance commerciale, mais aussi comme puissance territoriale et politique en Ligurie et en Piémont. L’auteur des Annales Placentini, Giovanni Codagnello, notaire de Plaisance, actif de 1199 à 1230, a lui pour objectif de condenser l’histoire de l’humanité en ne retenant que les événements qu’il juge essentiels, du déluge aux jours de son existence. D’abord compilateur, il commence à faire entendre sa voix à partir de 1167, même si son écriture ne devient exclusivement sienne qu’à partir de 1189.

3Orientation bibliographique : Popolo e stato in Italia nell’età di Federico Barbarossa. Alessandria e la lega lombarda, XXXIII congresso storico subalpino, Turin, 1970 ; Pistarino G., « Alessandria nel mondo dei comuni », Studi Medievali, 3e ser., 2, 1970, p. 1-102 ; Firpo F., « L’area e gli anni della genesi di Alessandria : dinamiche e interferenze politico-sociali », Bollettino storicobibliografico subalpino, 92, 1994, p. 477-504 ; Pistarino G., « La doppia fondazione di Alessandria (1168-1183) », Rivista di Storia, Arte et Archeologia per le province di Alessandria e Asti, 106, 1997, p. 5-36.

1. La fondation d’après les Annali Genovesi

4An 1168 (...) Les cités de Lombardie qui s’étaient accordées par crainte de l’empereur d’Allemagne, mandèrent leurs lettres et envoyés à notre cité, pour que les consuls ou se rendent ou leur envoient leurs représentants afin d’établir la concorde avec eux, comme de toutes parts les autres cités l’avaient fait. Et puisqu’ils en furent alors gravement empêchés, ils mandèrent Oberto, chancelier, et Odone, juge, de Milan. Mais ceux-ci ne purent arriver à trouver un accord avec eux. Pendant ce temps, les consuls de la nouvelle cité, qui la construisaient et qu’ils appelaient du nom d’Alessandria – surtout parce que le seigneur apostolique qui gouvernait en ce temps l’apostolat était appelé Alexandre et qu’il prêtait amicalement, contre l’empereur qui avait détruit presque toute l’Italie, aide et conseil – venant à Gênes exposèrent être vrais et bons amis des Génois et sollicitèrent d’eux qu’ils leur viennent en aide dans l’édification de leur ville. Ayant entendu leurs prières, ils leur donnèrent mille sous. Ils en attendirent mille autres des prochains consuls.

5Source : Annali Genovesi di Caffaro e de’suoi continuatori, éd. L. T. Belgrano et C. Imperiale di Sant’Angelo, I, Rome, 1890, p. 213. Traduit du latin.

2. Les difficultés politiques d’après les Annales Placentini

6An 1167. Le jeudi 27 avril, les cités de Lombardie firent ensemble une ligue (concordia). Les Milanais réédifièrent et créèrent Tortona et Alessandria (...).

7An 1172. Le lundi 19 juin, cent milites de Plaisance et les Milanais, Alessandrins, Astésans, Verceillais et Novarais engagèrent la bataille avec le marquis de Montferrat, près de son château de Montebello. Lui et les siens furent honteusement chassés du champ de bataille et mis en fuite sur plus de six milles.

8An 1174. (...) Au mois de septembre, l’empereur Frédéric fut de retour en Lombardie avec une grande armée d’Allemands, de Bohémiens et de Brabançons. Au même moment, toutes les cités des Lombards et de la Marche [de Vérone] associées étaient ensemble, par serment, contre lui. Il vint d’abord dans une cité que l’on appelle Asti, dans laquelle nombre de Milanais et de Brescians étaient présents pour la garder. Semblables à des traîtres, à des hommes de peu de foi, les Astésans firent aussitôt concorde avec lui. De ce fait, avec ses troupes, il vint, le dimanche 27 octobre, à la ville neuve que l’on appelle Alessandria et avec une grande multitude de ces Allemands et avec ceux de Pavie et le marquis de Montferrat, l’assiégea. Là, il fit des chats, des mangonneaux, des perrières et trois grands châteaux de bois admirablement construits. A l’intérieur de la cité se trouvait quelqu’un de la ville de Plaisance, avec cent cinquante piétons, le très noble chevalier Anselmo Medico, dont l’avis était écouté par le conseil de cette cité. L’empereur demeura avec les siens au siège de la ville jusqu’au samedi saint, c’est-à-dire au 12 avril 1175.

9An 1175. De nuit, une grande quantité d’Allemands entrèrent grâce à des travaux de sape à l’intérieur de la cité. Aussitôt les Alessandrins, avec les Placentins, ébranlés de toutes parts par une grande clameur, ayant pris leurs armes se battirent ardemment contre eux. Avec l’aide de Dieu, ils les repoussèrent dehors, dans le fossé et jetèrent sur eux pierres, bois, pieux, boue, feu et autres choses en grand nombre, puis brûlèrent le château de l’empereur. Les arbalétriers de Gênes qui se trouvaient au dessus [d’une tour de bois construite par l’empereur] périrent par le feu dans la douleur. Trois cents hommes ou presque, entre princes et autres nobles, périrent ou furent ainsi gravement blessés. L’empereur Frédéric, plus que troublé par ce revers, ordonna de brûler les forteresses de bois du marquis [de Montferrat] et les autres châteaux et de lever le siège. Et chevauchant de jour et de nuit, il parvint dans le contado de Pavie, où il fit tendre son camp.

10Source : Codagnelli J., Annales Placentini, éd. O. Holder-Egger, dans MGH. Scriptores Rerum germanicarum ad usum scholarum, XXIII, Hanovre-Leipzig, 1901, p. 7-11. Traduit du latin.

3. L’élévation au rang de cité (1175)

11Alexandre III, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, à ses chers fils, les consuls, les clercs et le peuple d’Alessandria, salut.

12Par privilège céleste, il a toujours appartenu et il appartiendra toujours à la sacro-sainte Eglise romaine d’établir les sièges épiscopaux, d’unir ceux qui sont divisés, de diviser, lorsque les circonstances l’exigent, ceux qui sont liés et dans ces lieux dans lesquels jamais la dignité épiscopale (episcopatus) n’avait été connue, d’ordonner des évêques. Le saint concile de Sardique [Sofia, en 343] statua d’ordonner les évêques non pas partout, mais soit dans les cités qui eurent des évêques soit dans celles qui sont tant peuplées qu’elles méritent d’avoir un évêque. De là vient que, connaissant votre désir que vous nous avez souvent exposé en nous implorant de tous vos sentiments que nous décorions votre cité (civitatem) de la dignité pontificale, afin que vous ne souffriez pas de l’absence des sacrements ecclésiastiques, reçue également la pressante supplique de notre vénérable frère Galdino, archevêque et légat du saint siège, et des consuls de Milan, ainsi que des recteurs de la [ligue de] Lombardie et de la Marche, après grande délibération, sur le commun conseil de nos frères [les cardinaux], nous décorons de la dignité pontificale votre église et votre cité, édifiée en l’honneur de saint Pierre et pour le développement et l’élévation de toute la Lombardie. A notre cher fils Arduin, notre sous-diacre, que les mœurs, le noble sang et la science des lettres décorent et que nous vous accordons comme évêque et pasteur, nous remettons perpétuellement, ainsi qu’à ses successeurs, concédons et par autorité apostolique confirmons le droit épiscopal (ius episcopale) dans toutes les églises et chapelles des châteaux et des villages dont les habitants vinrent habiter dans votre cité, nommément Quargnento, Solero, Bergoglio, Oviglio, Villa del Foro, Rovereto, Marengo et Gamondio, dont les habitants sont tenus de vivre à Alessandria, statuant que tous les clercs et laïcs de tous lesdits lieux lui obéissent et lui répondent pour toute dîme et tout droit pontifical comme à leur propre pasteur et aussi que les laïcs ne devront plus posséder les dîmes en fief ou sous un autre titre. Nous interdisons également que les clercs, dans aucun des dits lieux hors d’Alessandria tant que durera la persécution de Frédéric dit empereur, n’osent célébrer les messes ou les sépultures religieuses, le baptême ou les autres divins offices. En outre, nous concédons à votre église la paroisse de Masio avec toutes ses appartenances, la paroisse de Ponto avec toutes ses chapelles et appartenances, après la mort de notre vénérable frère Pierre, évêque de Pavie, la paroisse de Cassino avec toutes ses chapelles et appartenances et la paroisse de Rorta semblablement. Mais nous voulons que le susdit élu soit ordonné diacre et prêtre par notre vénérable frère Galdino, archevêque de Milan et légat du siège apostolique, qu’il reçoive de sa main sa consécration et que tant lui que ses successeurs, comme métropolitains, rendent obéissance et révérence, comme le font les autres suffragants de l’église de Milan, à lui et à ses successeurs. Nous décidons par conséquent, que nul n’ose perturber ladite église ou lui enlever ses possessions, les retenir, les diminuer ou l’inquiéter d’une quelconque manière, mais que tout leur soit conservé dans son intégralité, étant exceptées l’autorité du siège apostolique et la révérence canonique à l’archevêque de Milan.

13Source : Chroust A., « Unedierte Königs- und Papst-Urkunden », Neues Archiv der Gesellschaftfür ältere deutsche Geschichtskunde zur Beförderung einer Gesammtausgabe der Quellenschriften deutscher Geschichten des Mittelalters, 16, 1891, Hanovre, p. 157-159 ; d’après le codex 5077 de la bibliothèque de Vienne. Traduction du latin.

14Présenté et traduit par A. Jamme

2 - Lotissement monastique à Bologne dans le dernier tiers du XIIIe siècle

15Les réserves foncières constituées par les établissements ecclésiatisques, au premier rang desquels les chapitres cathédraux et les monastères bénédictins, placèrent ceux-ci en situation d’organiser en partie le développement urbain aux XIIe et XIIIe siècles. Le monastère San Procolo de Bologne a laissé une intéressante documentation sur une entreprise d’urbanisation réalisée dans les années 1269-1272, sous la forme d’un cartulaire comprenant un censier et la copie des actes de concession des lots. On donne la traduction du premier de ces actes, précédé du prologue qui explicite les attentes des moines. On remarquera la capacité de la commune à s’ingérer dans les relations entre le bailleur et le preneur du lot à bâtir par le biais de normes de construction. Le plan adjoint illustre le succès de cette opération immobilière.

16Orientation bibliographique : Pini A. I., « Gestione economica, viticoltura ed olivicoltura nell’azienda agraria del monastero bolognese di S. Procolo alla fine del Duecento », dans L’azienda agraria nell'Italia centro-settentrionale dall’antichità ad oggi, Atti del Convegno (Vérone, 28-30 nov. 1977), Naples, 1979, p. 89-131 ; réimp. sous le titre « L’azienda agraria del monastero di S. Procolo alla fine del Duecento », dans Id., Campagne bolognesi. Le radici agrarie di una metropoli medievale, Florence, 1993, p. 93-135 ; Bocchi F., Bologna, II. Il Duecento, Bologne, 1995 (Atlante storico delle città italiane. Emilia-Romagna, 2, II), p. 39-42 ; Le sol et l’immeuble. Les formes dissociées de propriété immobilière dans les villes de France et d’Italie (XIIe -XIXe siècle), sous la dir. de O. Faron et E. Hubert, Rome-Lyon, 1995 (Coll, de l’EFR, 206 ; Coll, d’histoire et d’archéologie médiévales, 2) ; Hubert E„ « Propriété ecclésiastique et croissance urbaine (à propos de l’Italie centro-septentrionale, XIIe -début du XIVe siècle) », dans Gli spazi economici della chiesa nell’Occidente mediterraneo (secoli XII-metà XIV), (Pistoia, 16-19 maggio 1997), Pistoia, 1999, p. 125-155 ; Hubert E., « La construction de la ville. Sur l’urbanisation dans l’Italie médiévale », Annales HSS, 2004, 1, p. 109-139.

1. Concession d’un lot à bâtir

17Au nom de Dieu amen. L’an du Seigneur 1269, XIIe indiction, le 2 novembre. Comme le monastère San Procolo de la cité de Bologne, les moines et les frères de ce monastère possèdent une. vigne appelée Braina, sise près de [la rivière] Aposa à l’est, près de la limite (circla) de la commune de Bologne au sud, près du faubourg San Mamolo à l’ouest et près du faubourg Mirasole au nord, faubourgs qui se trouvent sur le terrain dudit monastère, et qu’il est avantageux et plus utile pour le monastère de louer ce lieu afin d’y construire des habitations plutôt que de le conserver en vigne ; comme en conservant cette vigne, ils ont subi un grand dommage et qu’ils pourraient facilement avoir une querelle avec ceux qui ont commis un tel dommage dans ladite vigne ; comme enfin, parmi d’autres raisons, ils auront ainsi davantage de paroissiens et de gens habitants dans ce lieu, après avoir invoqué le nom de Dieu, Azzo, par la grâce de Dieu abbé dudit monastère San Procolo et les moines dudit monastère, à savoir Enrico, Pietrobono, Uberto, Lambertino, Adam, Guido, Raniero, Giovanni et Francesco, spécialement assemblés en chapitre selon la coutume afin de prendre les décisions suivantes sur ladite affaire à une majorité des deux tiers au moins, concédèrent à Gevenomo de Fronte, de la paroisse San Damiano, quatre-vingt-douze tables (clusum) moins dix-huit pieds [= env. 1.900 m2 ] de leur vigne, dont les confins sont à présent : Bruno et Volpe, frères et fils de feu Rodolfino de Florence, le terrain dudit monastère au midi, Albergato à l’ouest, et la rue Mirasole par l’intermédiaire du [canal] Savenella, rue qui tend dans la direction du faubourg Mirasole et dont le monastère conserve la propriété, qu’il ne donne pas en location mais dont il concède l’usage de telle sorte que ladite rue soit comme une voie publique et qu’il soit interdit aux habitants de la Braina d’y construire un édifice quelconque, d’en entraver le cours ou de la recouvrir d’un édifice quelconque ou de toute autre façon.

18Ils concédèrent ces tables et ce terrain et les donnèrent en location à vingt-neuf ans pour un loyer annuel de deux sous bolonais de bonne monnaie par table, à remettre et donner audit monastère le jour de la fête de l’Assomption en août, à compter d’aujourd’hui, [étant entendu] que le loyer de la première année sera acquitté lors de ladite fête de l’Assomption du prochain mois d’août, et ainsi de suite chaque année lors de ladite fête, jusqu’à la fin du terme. Ce loyer doit être remis et donné au camérier dudit monastère ou à son représentant spécialement désigné, loyer qui s’élève annuellement à dix livres et trois sous de Bologne.

19Les susdits abbé et moines firent cette location dans le but qu’une maison solide et convenable soit édifiée en ce lieu à partir des calendes de mai et achevée un an au plus tard à compter de cette date, maison [qui doit être] couverte de tuiles et non pas de paille, et habitée dès le début par des personnes honnêtes et non par des prostituées. Et le preneur tiendra ledit terrain pour ledit monastère jusqu’au terme susdit et aura l’usufruit des pactes et conditions, mais ne pourra ni vendre, ni louer, ni engager ledit terrain, ni l’aliéner à une personne quelconque, à un collège ou une association (universitas). Il lui est en revanche permis de louer ou concéder à qui il voudra l’édifice et les droits qu’il a sur ce lieu jusqu’au terme des vingt-neuf ans, à condition toutefois qu’il ne les concède pas à un seigneur (cataneus), un vassal, un chevalier ou un baron, ni à une église, un clerc, un serf, une serve, un hôpital ou un religieux.

20Et s’il advient que le preneur veuille vendre ou aliéner l’édifice et les droits qu’il a en ce lieu, il ne pourra le faire s’il n’a pas au préalable expressément demandé et obtenu le consentement de l’abbé de San Procolo et des moines. Il devra dire combien il pense en obtenir et il est tenu d’en proposer la vente à l’abbé et aux moines pendant quinze jours pour la même somme qu’il pense pouvoir en obtenir, diminuée de trois sous. Si, à l’issue de ces quinze jours, l’abbé et les moines ne sont pas acheteurs pour la somme en question, qu’il soit permis au preneur de vendre sa maison et ses droits à qui il voudra. Etant sauf le droit du monastère et étant exclues de la vente les personnes susdites, toutes choses dont le preneur doit informer expressément ceux à qui il fait la concession. Etant entendu aussi que les habitants de ces maisons et de ce lieu doivent être des paroissiens dudit monastère et qu’ils doivent entendre l’office divin au monastère et recevoir tous les sacrements ecclésiastiques dudit monastère et des frères et dans ce monastère. Il est expressément convenu qu’il est interdit de construire un four à chaux ou destiné à un autre usage dans ce lieu sans l’accord formel dudit abbé et des moines de San Procolo. Si ledit abbé et les moines veulent vendre la propriété du lieu, ils sont tenus de le proposer au preneur durant quinze jours pour un prix inférieur de trois sous à celui qu’ils espèrent ; passé ce délai, il leur est permis de vendre à qui ils veulent la propriété, la possession et les droits.

21A l’issue des vingt-neuf années, ledit preneur est tenu de restituer et de remettre audit monastère et aux dits moines le terrain nu et dégagé, sauf s’ils veulent prolonger la location ; dans ce cas, lesdits abbé et moines sont tenus de relouer et de concéder ledit lieu à ce preneur pour la même durée de vingt-neuf ans et pour le même loyer de deux sous par table, sans pouvoir exiger rien de plus en raison du renouvellement qu’un sou par lot (casamentum). Ils sont tenus de proposer un tel renouvellement à perpétuité au début de chaque période de vingt-neuf ans audit preneur et à ses descendants ainsi qu’à ses ayants droit et à leurs héritiers.

22Il est convenu expressément entre les parties que si l’on doit, à un moment quelconque, à la demande de la commune de Bologne ou pour une autre raison, paver ou engraver la rue dont le monastère a concédé l’usage gratuit au preneur, il revient au preneur de paver et d’engraver et de faire tout ce qui sera nécessaire entièrement à ses frais, et de faire aussi le portique (porticus) devant la maison.

23Lesdits abbé et moines, d’une part, ledit Genenomo pour lui et ses héritiers et successeurs, d’autre part, sont convenus réciproquement et par stipulation solennelle de respecter et d’observer à perpétuité ces engagements, tous et individuellement, de ne pas les contrefaire et de ne pas y contrevenir, en droit ou en fait, d’une façon quelconque ou par tromperie, sous peine de cent livres bolonaises pour chacun des articles auquel il sera contrevenu. Qu’une peine soit exigible, exigée, acquittée ou non, toutes les clauses demeurent valides ; et ils promirent de rembourser les dommages et les frais en engageant leurs biens, et spécialement l’édifice qui doit être construit à cet endroit et le droit que le preneur doit avoir sur ce lieu. [Ils convinrent] que ledit abbé et les moines puissent, de leur propre autorité, expulser de ce lieu le preneur ou l’ayant droit, et saisir les droits et l’édifice du susdit preneur, si les clauses susdites en faveur du monastère n’ont pas été observées.

24Fait à Bologne dans le cloître du monastère San Procolo, en présence de Galvano de feu Ugolino des Aldrevandi (de Aldrevandis), Comando de feu Filippo Scelfa, Federico de feu Blasmaltorto, frère Arriverio, moine de San Pietro de Modène et frère Manfredo, moine de San Silvestro de Nonantola.

25Moi, Bonaventura Ardizzone de Savignano, notaire par autorité impériale, présent à ce négoce, j’ai écrit à la demande des deux parties ; deux instruments d’une même teneur doivent être faits de ce contrat, à savoir un pour chaque partie ; ainsi ai-je écrit, souscrit, et connu les contractants.

26Source : Archivio di Stato di Bologna, Demaniale, San Procolo, 1/5219, fol. 23 ; éd. M. Fanti, « Le lottizzazioni monastiche e lo sviluppo urbano di Bologna nel Duecento », Atti e memorie della dep. di storia patria per le province di Romagna, 26, 1977, p. 121-144. Traduit du latin.

2. Plan de situation du lotissement de San Procolo à Bologne

27Présenté et traduit par J.-L. Gaulin

3 - L’aqueduc de la fontaine de Pérouse (délibération de 1277)

28Dès 1254, Pérouse décide de construire une fontaine sur la place principale de la cité, face au palais communal. En 1277, plusieurs projets d’aqueducs (depuis Monte Pacciano, une colline située à 3,6 km de la porte Santa Agnese) ont d’ores et déjà été proposés aux conseils de la commune. Des travaux ont débuté. Mais le chantier n’avance guère. La délibération du 16 février 1277 relance l’entreprise. Elle démontre combien les choix techniques intéressent le conseil et font l’objet d’une véritable discussion, révélant des pratiques proches de celles de l’antiquité.

29Orientation bibliographique : Nicco Fasola G., La fontana di Perugia, con la relazione su i lavori di restauro del 1948-49 del dott. Francesco Santi, Rome, 1951 ; Grohmann A., Città e territorio tra Medioevo ed età moderna (Perugia secc. XIII-XVI), Pérouse, 1981 ; Balestracci D., « La politica delle acque urbane nell’Italia communale », MEFRM, 102, 1992, p. 431-479 ; Cavalucci F., La fontana maggiore di Perugia, Pérouse, 1993 ; Le contrôle des eaux en Europe Occidentale, XIIe -XVIe siècles, sous la dir. de E. Crouzet - Pavan et J.-C. Maire Vigueur, Milan, 1994 (Proceedings Eleventh International Economie History Congress) ; De Felice A., L’antico acquedotto della Fonte di Piazza di Perugia dal 1254 al 1932, Pérouse, 1995.

30Frère Alberico de l’ordre des Mineurs a participé à la délibération et dit que ladite source et ledit conduit (conductus) de Monte Pacciano pouvaient être aisément amenés vers la cité et sur la place de la commune de Pérouse, au moyen d’arcades et de tours qui ont été faites ou commencées, ou par des tuyaux (canelos) de plomb, [engagés dans] le conduit [placé] au-dessus ou près du sol, [allant] d’une colline (podium) à l’autre, de telle sorte que, au moyen de ce conduit, toutes les eaux soient réunies et mises ensemble ; amenant toujours l’eau [en retour audit conduit] qui aboutira à la fontaine et ira ensuite dans une citerne, laquelle doit être faite à la hauteur et à l’emplacement indiqués par le frère, en présence des seigneurs podestat, consuls et sages. Que ce conduit puisse être dirigé vers le lieu qui conviendra et que si l’on devait faire ce conduit en plomb tous les tuyaux soient coulés et joints comme les cloches.

31Maître Guido de [Città di] Castello a dit [de procéder] (...) en faisant une citerne neuve, au-dessus de l’ancienne, qui avait été faite [autrefois], et à partir de cette dernière [conduisant l’eau] avec des tuyaux de plomb ; en faisant le conduit sous terre et en faisant des siphons (supiralia) dans les vallées et sur les monts quand ce sera nécessaire, en faisant aussi maçonner ce conduit, par lequel les tuyaux de plomb doivent passer, sur six pieds de hauteur et six de large ; en faisant trois tours, une à Santo Orfito, l’autre à San Marco, et la dernière vers la cité en deçà de San Marco, afin que l’eau parvienne à la même hauteur que là où elle est née ; et que les canaux soient tous coulés.

32Maître Coppo a dit [de procéder] (...) en faisant une citerne plus haut vers la source (aqua) que n’est celle qui avait été faite autrefois ; et à partir de la citerne, en faisant un conduit muré entre deux [remblais] de terre ; que des tuyaux de plomb soient placés dans ce conduit maçonné, enveloppés seulement de terre pour les préserver, et que le mur soit fait de telle manière que l’on puisse voir s’il est endommagé ; et au milieu de la vallée, entre Santo Orfito et la citerne, que l’on fasse un siphon (spiralium) pour que le conduit puisse être rempli d’une vallée à l’autre, et que soit réalisée sur le mont Santo Orfito une tour équipée pour recevoir de l’eau ; et à partir de Santo Orfito que le conduit soit fait de la même manière jusqu’à San Marco, en faisant un autre siphon dans la vallée ; et [en faisant] sur la colline de San Marco une autre tour équipée de la même manière (in parazo aque) ainsi qu’une autre encore sur la colline proche de la cité, conduisant [l’eau] par ce conduit, sans autres tours, jusqu’à la place de la commune de Pérouse ; en faisant des siphons à l’extérieur de la cité, dans la vallée, là où il semblera nécessaire, et que les tuyaux de plomb soient tous fondus (trayetati) et soudés de la même façon et en même temps d’un siphon à l’autre.

33Messire Restoro de Santa Giuliana [a dit de procéder] (...) en faisant et plaçant un conduit maçonné, d’ici à la veine [d’eau], réunissant toutes les eaux ensemble ; que dans ce conduit maçonné, soient placés des tuyaux de plomb fondus et coulés de bonne grosseur (de bona grosceça), insérés dans des coins de pierres (cantonibus) entaillés en rond à la mesure des tuyaux, superposés et sans chaux ; que le conduit soit maçonné, à six pieds sous terre.

34Et ledit frère veut que ledit ouvrage et le conduit soient faits dès maintenant d’ici à Santo Orfito et que sur le mont Santo Orfito soit érigée une tour de 40 bras [environ 20 à 25 mètres] de haut et que l’eau parvienne jusqu’à cette colline pendant un an, avant que l’on ne procède à de nouvelles dépenses. Et si durant toute cette période l’eau arrive bien sur la colline, que l’on prolonge alors le conduit de la même manière jusqu’à la place de la commune, en faisant, sur une tour dans la partie haute de la cité de Pérouse et dans chaque vallée, un siphon.

35Source : Archivio di Stato di Perugia, Consigli e riformazioni, 9, fol. 180v-181 v ; éd. M. G. Nico Ottaviani, « Il registre finanziario del Comune di Perugia ‘massari, 3’come fonte storica » dans Ricerche su Perugia tra Due e Quattrocento, sous la dir. de U. Nicolini, Pérouse, 1981, p. 9-53 et spécialement p. 42-43 ; rééd. et trad. en allemand D. Lohrmann, « Die Mittelalterichen Druckwasserleitungen zur Fontana Maggiore in Perugia » Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 79, 1999, p. 267-282. Traduit du latin.

36Présenté et traduit par D. Boisseuil et A. Jamme

4 - Propagande de l’eau : la fontaine de Pérouse (1276-1278)

37Par le jaillissement de l’eau et le discours de son décor, la Fontana maggiore de Pérouse se veut l’incessante exaltation sonore et visuelle de la grandeur citadine. Située sur la platea magna, elle se compose de trois bassins concentriques, de taille décroissante, les deux premiers en pierre blanche et rose, le dernier en bronze. La balustrade du bas porte un décor de cinquante stèles en bas-relief, la seconde, de vingt-quatre statues en haut-relief, tandis qu’un groupe en ronde-bosse de trois porteuses d’eau couronne l’ensemble. Stèles et hauts-reliefs s’accompagnent de didascalies gravées sous les margelles, que le document 2 cite partiellement. Traduits dans le document 3, un poème de vingt-quatre vers (distiques élégiaques et hexamètres léonins) et deux épigraphes sont gravés en majuscules gothiques, à la base de la balustrade médiane, et sur la vasque de bronze (pourtour et anneau sous l’astragale). Le bassin médian est le centre iconographique de l’ensemble, organisé autour des quatre points cardinaux : autour de Pérouse, les figures tutélaires de la ville (Chiusi et le Lac de Trasimène, les saints patrons) ; autour d’Eulixte, fondateur de la cité, la dyarchie podestat - capitaine du peuple et des figures bibliques de l’autorité (le roi-prêtre christique et le chef des cohortes célestes) ; autour de Jean, le sens baptismal et prophétique d’une rénovation par l’eau ; l’ouest consacre les liens privilégiés avec Rome et la pars Ecclesiae. Le bassin inférieur présente un calendrier couplant deux figures au travail, les arts libéraux, des épisodes vétérotestamentaires liés aux notions de force et de chute, des figures romaines antiques, des scènes animalières inspirées d’Esope.

38L’inscription honore plusieurs collaborateurs. Fra Bevignate appartenait à l’ordre récent d’un chanoine ermite Silvestro, fondé sur la règle bénédictine (d’où l’hommage visuel à saint Benoît). Il est documenté (entre 1275 et 1307) pour ses nombreuses interventions à Pérouse, dont il a contribué à transformer l’apparence urbaine : sur l’aqueduc entre le Monte Pacciano et la fontaine, sur une seconde fontaine, sur le palais communal, à la cathédrale, et aussi à Orvieto, sur d’autres chantiers, où il est tantôt technicien, tantôt superviseur, ou, comme ici, maître d’œuvre, chargé en outre du recrutement des ateliers. Pour le sculpteur Nicola Pisano (actif entre 1259 et 1280 env.), c’est l’un de ses derniers travaux, alors que son fils Giovanni (actif entre 1265 et 1314) trouve ici sa première citation dans la pierre. Rubeus, le fondeur de la vasque supérieure, a donné l’une des rares statues en bronze de grande taille exécutées et conservées en occident, entre la chute de l’empire romain et la Renaissance. Le vénitien Boninsegna, ingénieur en hydraulique, est maître exécuteur de l’aqueduc (1275-1278), et son habileté technique l’a fait aussi appeler à Orvieto.

39Orientation bibliographique : Cellini P., « Bevignate (fra) », dans DBI, 9, Rome, 1967, p. 784-786 ; Silvestrelli M. R., « Le Opere del comune di Perugia », dans Opera. Carattere e ruolo delle fabbriche cittadine fino all’inizio dell’Età moderna. Atti della tavola rotonda (Villa I Tatti, 3 avr. 1991), Florence, 1996, p. 137-156 ; Avery C., La sculpture florentine de la Renaissance, Paris, 1996, p. 24-48 ; Bartoli Langeli A., Zurli L., L’iscrizione in versi della Fontana Maggiore di Perugia, Rome, 1996 ; Cutini C., Balzani S., « Podestà e capitani del popolo a Perugia e da Perugia (1199-1350) », dans I podestà dell’Italia comunale, Parte I. Reclutamento e circolazione degli ufficiali forestieri (fine XII-metà XIV sec.), sous la dir. de J.-C. Maire Vigueur, II, Rome, 2000 (Coll, de l’EFR, 268), p. 693-739 ; Caillet J. P., « Mises au point sur les relations commanditaire/artiste en Italie : le cas des signatures de Nicola et Giovanni Pisani », dans L’artiste et le commanditaire aux derniers siècles du Moyen Age, XIIIe-XVIe siècles, sous la dir. de F. Joubert, Paris, 2001, p. 71-82 ; Pouvoir et édilité. Les grands chantiers dans l’Italie communale et seigneuriale, sous la dir. d’E. Crouzet-Pavan, Rome, 2003 (Coll, de l’EFR, 302).

1. Vue générale de la fontaine

2. Organisation actuelle des sculptures de la fontaine

Source : d’après la reconstitution de J.White, Vignaroli F., Fontana vivace, la Fontana maggiore di Perugia, Florence, 2003, p. 15.

3. Inscriptions

40[à la base de la bassin médian]

41+ Vois, passant, cette fontaine au joyeux murmure. Si tu regardes bien, tu peux voir des merveilles. Ô pieux Ercolano, ô Laurent, maintenez vos prières ! Que conserve ces eaux Celui qui siège au-dessus des astres. Prends soin et du lac et des dépendances de Chiusi.

42+ Ville de Pérouse, dans ta joie, considère comme un père le frère Bevignate, il est bon, enclin à toute science. C’est lui qui a organisé l’ouvrage, lui qui a tout conduit ; il faut le louer, lui, le bien nommé (benedictus), en faire l’éloge, car il a mené l’ouvrage dans les règles et jusqu’à son heureux terme. Voici les noms des bons sculpteurs de la fontaine :... couvert d’honneurs, Nicola, apprécié en tout. Quant à la fine fleur très appréciée des sculpteurs de bon aloi, si tu ne veux en occulter le nom, dis bien que c’est Giovanni. Le premier est le père, le second son fils très cher ; Pisans de naissance, qu’ils conservent longtemps la santé.

43+ Nous connaissons le conducteur des eaux, célèbre pour son génie. On l’appelle Boninsegna, pour sa bonté insigne. Il a mené ainsi l’ouvrage jusqu’à sa fin, et il a parcouru chaque conduit ; s’il fut Vénitien de naissance, il est acquis aux Pérugins.

44+ La fontaine est achevée en l’an mil deux cents, à quoi tu ajouteras soixante-dix et deux fois quatre. Nicolas le troisième était pape en ce temps, et Rodolphe le grand, empereur.

45[sous l’astragale de la colonnette de bronze]

46Au temps de Matteo da Correggio et d’Ermanno da Sassoferato

47[autour de la vasque de bronze]

48Rubeus m’a fait, en l’an du Seigneur MCCLXXVII, indiction V, au temps du gouvernement du seigneur Anselmo da Alzate, capitaine du peuple. Les maîtres de cette œuvre furent frère Bevignate, de l’ordre de saint Benoît, et Boninsegna.

49Source : Transcription dans Bartoli Langeli A., Zurli L., L’iscrizione in versi della Fontana Maggiore di Perugia, Rome, 1996. Traduit du latin.

50Présenté et traduit par V. Rouchon Mouilleron

5 - L’architecture mendiante dans le paysage urbain

51Une intensification des constructions mendiantes dans la ville se produit dans le dernier tiers du XIIIe siècle. On peut lire conjointement types architecturaux, idéaux de vie et pratiques de l’insertion urbaine des Mendiants. Sans être des modèles exclusifs, deux cas florentins en fournissent des traits caractéristiques : Santa Maria Novella, église dominicaine, commencée en 1279 par les architectes dominicains fra Sisto et fra Ristoro, et Santa Croce, fondation franciscaine autour de 1294-1295, dont les plans sont attribués à Arnolfo di Cambio. Les transformations successives donnent la mesure du succès mendiant : Santa Croce occupe l’emplacement d’une petite maison qu’aurait installée François en 1211-1212, transformée en église dès 1225, et agrandie en 1252, jugée insuffisante dès 1285. Santa Maria Novella résulte de la juxtaposition de trois constructions : une église paroissiale du XIe siècle, dirigée vers l’ouest, occupée et prolongée par les frères à partir de 1221, doublée latéralement par une seconde en 1246 ; en 1279, le choix d’élever une nef au sud unifie l’ensemble avec une orientation nord-sud.

52Dans les deux édifices, le transept est repoussé à l’extrémité de la nef, selon le motif du plan en tau dont le modèle est la basilique constantinienne de Saint-Pierre de Rome et qui a été repris dans l’architecture cistercienne, dans un désir délibéré de retour aux sources et d’idéal de réforme. Le chevet est plat, à absidioles multiples et une abside majeure (polygonale à Santa Croce). Chez les cisterciens, la rectitude des absides est emblématique de celle des moines. A Santa Croce, toute la nef est charpentée, dans la tradition romane et par souci d’un matériau pauvre, qui contraste avec le chœur voûté d’ogives, lieu sacré par excellence. L’élévation sobre présente deux niveaux, le clair-étage étant percé de simples oculi à Santa Maria Novella. Le rythme ample des grandes arcades et la minceur des supports créent un espace aéré qui permet l’accueil des foules et la bonne visibilité des auditeurs. L’acoustique est servie par le voûtement d’ogives, non seulement dans l’abside où s’élève le chant liturgique, mais aussi dans les vaisseaux de la nef, où se répand la parole prêchée. C’est le choix opéré à Santa Maria Novella, dont les voûtes sont relativement basses et très bombées. Simplicité et prédication trouvent dans les deux églises, avec des variantes, une application architecturale.

53Orientation bibliographique : Meersseman G., « L’architecture dominicaine au XIIIe siècle, législation et pratique », Archivum fratrum praedicatorum, 13-16, 1946, p. 136-190 ; Les Ordres mendiants et la ville en Italie centrale (v.1220-v.1350), Actes de la table ronde de Rome (27-28 avril 1977), MEFRM, 89, 1977/2 ; Righetti Tosti-Croce M., « Domenicani. Architettura », Enciclopedia dell arte medievale V, Rome, 1994, p. 677-691 ; Ead., « Francescani. Architettura », Enciclopedia dell’arte medievale VI, Rome, 1995, p. 337-357 ; Borngässer B. « L’architecture gothique en Italie », dans L’art gothique. Architecture. Sculpture. Peinture, sous la dir. de R. Toman, Cologne, 1999, p. 242-261 ; Caby C., « Les implantations urbaines des ordres religieux dans l’Italie médiévale. Bilan et propositions de recherche », Rivista di storia e letteratura religiosa, 35, 1999/1, p. 151-179 ; Gaffuri L., « La prédication en Italie (XIIIe-XIVe siècle) », dans Cultures italiennes (XIIe-XVe siècles), sous la dir. d’I. Heullant-Donat, Paris, 2000, p. 193-237 ; Castelnuovo E., « Saint-François à Assise et les paradoxes du gothique italien », dans Le monde des cathédrales. Cycle de conférences du musée du Louvre (6 janv.-24 fév. 2000), sous la dir. de R. Recht, Paris, 2003, p. 117-143 ; White J., Art and architecture in Italy, 1250-1400, Yale University, édition revue, 2004.

1. Florence, plans des églises Santa Croce et Santa Maria Novella

Source : White J., Art and architecture in Italy, Yale University, 1993, p. 27 et 32.

2. Vues des élévations intérieures

Florence, église Santa Croce

Florence, église Santa Maria Novella

54Présenté par V. Rouchon Mouilleron

6 - Ordonnance sur les bains thermaux du contado de Sienne (1293)

55Depuis le milieu du XIIIe siècle, la commune de Sienne contrôle plusieurs des sites thermaux de son contado et y délègue un recteur chargé de veiller entre autres à la qualité des eaux chaudes et minérales. L’ordonnance de 1293 rassemble et reformule avec une plus grande cohérence les normes antérieures (certaines édictées dès 1262) destinées au recteur pour assurer sa mission.

56Orientation bibliographique : Cherubini G., « Terme e società nell'Italia centro-settentrionale (secc. XIII-XV) » dans La città termale e il suo territorio. Atti del convegno nazionale di studio (Boario Terme, 25-27 mai 1984), sous la dir. de C. D. Fonseca, Congedo, 1986, p. 21-37 ; rééd. dans Id., Scritti toscani, l’urbanesimo medievale e la mezzadria, Florence, 1991, p. 151-168 ; Braunstein P., « Dal bagno pubblico alla cura corporale privata : tracce per una storia sociale dell’intimo », Ricerche Storiche, XVI, 1986, p. 524-534 ; Balestracci D., « La politica delle acque urbane nellTtalia comunale », MEFRM, 102, 1992, p. 431-479 ; Chambers D., « Spas in the Italian Renaissance » dans Reconsidering the Renaissance, sous la dir. de M. A. Di Cesare, Binghamton, 1992, p. 3-27 ; rééd. dans Id., Individuals and Institutions in Renaissance Italy, Londres, 1998 ; Redon O., L’espace d’une cité. Sienne et le pays siennois (XIIIe-XIVe siècles), Rome, 1994 (Coll. de l’EFR, 200) ; Boisseuil D., Le thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Age. Les bains siennois de la fin du XIIIe siècle au début du XVIe siècle, Rome, 2002 (Coll, de l’EFR, 296).

57Au nom de Dieu, amen. Ci-dessous sont écrites les ordonnances faites et décidées (inventae) par les sages élus par les Neuf gouverneurs et défenseurs de la commune et du peuple de Sienne, selon la norme du conseil général de la commune de Sienne, concernant les bains de Petriolo et Macereto, les logeurs (stationariorum) et la recherche des veines d’eau chaude qui entrent par le moyen de conduits (meatus) dans lesdits bains, concernant aussi les infractions et défauts d’équipement desdits logeurs et l’entretien desdits bains et de chacun d’entre eux, établissant enfin comment tout homme ou toute personne allant aux bains pour se baigner pourra être hébergé commodément, avoir des lits décents en nombre suffisant, tout comme de la nourriture et des produits comestibles, comme il sera précisé ci-dessous.

58En premier, il est statué et ordonné que le podestat de Sienne, dans les huit jours qui suivent son arrivée à Sienne pour exercer son gouvernement (regimen) et après avoir prêté serment [de bien remplir] l’office de podestat, soit tenu et doive envoyer à Petriolo et Macereto, un des chevaliers (milites) de sa suite qui soit idoine et capable d’appliquer ce qu’il est établi dans les articles suivants, en qualité de seigneur et recteur desdits lieux (dominus et rector), accompagné de quatre berroviers (berruariis). Que ce chevalier jure d’exercer cet office de recteur selon la manière et la forme prescrites dans les articles suivants ; qu’il jure et qu’il soit tenu de demeurer continûment dans ces dits lieux durant tous les mois de janvier, février, avril, mai et de la mi-octobre jusqu’au 24 décembre, et davantage si les Neuf gouverneurs et défenseurs de la commune et du peuple de Sienne l’exigent, avec ses quatre berroviers et un notaire dont il est fait mention dans les chapitres suivants, étant entendu que ledit chevalier est tenu et doit rester aux bains de Macereto au moins deux jours chaque mois susdit. Ce chevalier, en raison de son office dans ces dits lieux, doit recevoir de la commune de Sienne un salaire (salarium) dont le montant sera établi par les Neuf et par les Quatre proviseurs de la commune de Sienne et par les consuls de la « Mercanzia ». Il est tenu d’avoir par devers lui lesdites ordonnances et, lors de leur application, il ne peut en aucun cas présenter l’excuse de les ignorer. (...)

59Nouvel [article, 3], De même, il est statué et ordonné que ledit chevalier et recteur des bains doive, au cours des mois de mars et d’avril prochains, faire chercher (inveniri) les veines d’eau chaude qui se trouvent dans la plaine des bains de Petriolo (planum balnei), [celles qui sont] bonnes et utiles pour se baigner, et qu’il les fasse canaliser jusqu’aux bains, comme il semblera utile et convenable, au moyen de conduits, étant entendu qu’il s’agit de veines qui n’avaient pas encore été découvertes. Il faut envoyer à leur recherche des hommes ou des personnes âgées de la région (contrata) de Petriolo ou d’ailleurs, qui ont connaissance de ces choses. (...)

60Nouvel [article, 4], De même, il est statué et ordonné que ledit chevalier et recteur doive, par tous les moyens dont il dispose, empêcher que les pourritures et les souillures des étables et des égouts ou toute sorte de déchet pénètrent dans les veines d’eau découvertes dans la maison de Guglielmino, fils d’Orlando [Bonsignori], ou bien ailleurs, dans la plaine des bains de Petriolo, ni dans les conduits, ni dans les autres veines [d’eau] qui vont aux bains ; et que ledit chevalier et recteur s’en occupe durant les mois de mars et d’avril prochains.

61Nouvel [article, 5]. De même, il est statué et ordonné que ledit chevalier recteur doive, durant tout le mois de mars prochain, faire en sorte que l’eau noire et sale qui entre dans le bain supérieur des hommes, à Petriolo, n’entre pas dans les autres bains et qu’elle soit déviée, afin qu’elle n’altère pas les autres bains.

62Nouvel [article, 6], De même, il est statué et ordonné que ledit chevalier et recteur doive, durant le mois de mars prochain, faire rechercher la veine d’eau chaude à faire un bain qui est à côté du bain de la Grotte, du côté du bain des femmes ; et si on peut le faire avec cette veine-là où auparavant il avait été commencé, ou à proximité s’il y a un lieu plus commode sans nuire aux autres bains, qu’il le fasse car on dit que l’eau de cette veine est très utile et bénéfique à la santé des hommes et des personnes qui souffrent du foie et de la rate. (...)

63Nouvel [article, 7]. De même, comme l’eau du bain de Petriolo, qui vient par le moyen de gouttières de galeries en terre cuite (coucha buctinï) jusqu’aux mufles de lion (os leonis) du bain des hommes, arrive dans ledit bain trop froide, en raison de la trop grande hauteur et largeur desdites galeries, il est statué et ordonné que le canal (conductus) ou petit conduit, qui est dans la galerie et par lequel l’eau s’écoule, soit couvert au moyen de gouttières de galerie (concha buctini) jusqu’aux mufles susdits de façon à ce que l’eau parvienne plus chaude dans ledit bain, puisqu’on dit que cela peut être fait sans grande dépense ; et ledit chevalier est tenu, durant son gouvernement, de faire évacuer et nettoyer, au moins deux fois, le canal de la galerie (canale dicti buctinï) par lequel l’eau parvient jusqu’audit bain ; et il est tenu aussi de faire faire dans ladite galerie une porte, fermée à clé, fabriquée et posée de façon à ce que le vent n’entre pas dans ladite galerie et qu’ainsi l’eau entre plus chaude dans ledit bain. Et cela ledit chevalier est tenu de le faire faire au cours du mois de mars prochain (…).

64[13] De même, il est statué et ordonné que ledit chevalier et recteur doive contraindre (compellere) les logeurs (stationarii) des bains de Petriolo à vider et nettoyer le bain de Petriolo, deux fois au moins pendant la durée de son gouvernement, au moment qui lui semblera convenable et plus [souvent] si le chevalier et recteur l’exige (...).

65[22] De même, comme les bains de Petriolo et Macereto sont très utiles, il est statué et ordonné qu’aucun édifice ne soit fait ou ne doive être fait dans les rivières Farma et Merse ou ailleurs, qui puisse détruire ou endommager les bains ou l’un d’entre eux, ou les rendre inutilisables ou réduise leur usage ou leur nuise ; et si un tel édifice était construit, qu’il soit totalement rasé, de sorte qu’il ne nuise en rien aux bains, aux frais de ceux qui l’ont construit en ce lieu.

66Source : Archivio di Stato di Siena, Statuti di Siena, 4, fol. 27-36 ; éd. D. Boisseuil, Le thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Age, ouvr. cit., p. 346-358. Traduit du latin.

67Présenté et traduit par D. Boisseuil

7 - Aménagements hydrographiques dans le territoire siennois : le marais d’Orgia

68Le marais (padule) d’Orgia se situait au sud de la plaine construite par la Merse et ses affluents, la plus grande plaine proprement siennoise (25 km2), à une quinzaine de kilomètres au sud-ouest de Sienne. Il fit l’objet aux XIIIe et XIVe siècles d’une entreprise de bonification, conduite par une societas para-communale. Les représentants de cette association ont adressé aux Neuf gouverneurs de la commune une pétition, que le podestat de Sienne fait lire, le 26 octobre 1302, devant le conseil de la commune pour trouver une solution au problème posé.

69Orientation bibliographique : Bizzarri D., « Tentativi di bonifiche nel contado senese nei secoli XIII-XIV », Bullettino Senese di Storia Patria, 24, 1917, p. 131-160, rééd. dans Ead., Studi di storia del diritto italiano, Turin, 1937 ; Redi F., « Opere di bonifica dei terreni agricoli nel territorio pisano-lucchese a cavallo fra i secoli XII e XV » dans Civiltà ed economia agricola in Toscana nei secoli XIIIXV, Pistoia, Centro Italiano di Studi di Storia e d’Arte, 1981, p. 325-356 ; Redon O., « Une forêt urbaine : la Selva del Lago » dans Villes, bonnes villes, cités et capitales. Mélanges offerts à Bernard Chevalier, Tours, 1989, p. 247-257 ; Ead.., L’espace d’une cité. Sienne et le pays siennois (XIIIe-XIVe siècles), Rome, 1994 (Coll, de l’EFR, 200) ; Le contrôle des eaux en Europe Occidentale, XIIe-XVIe siècles, sous la dir. de E. Crouzet-Pavan et J.-C. Maire Vigueur, Milan, 1994 (Proceedings Eleventh International Economic History Congress).

70L’an 1302, indiction I, 26 octobre.

71Devant vous, messires les Neuf gouverneurs et défenseurs de la commune et du peuple de Sienne, il est rapporté et dit, de la part de l’association (universitas) de ceux qui ont des intérêts dans le marais d’Orgia, que la commune de Sienne a jusqu’à présent autorisé ceux qui ont des intérêts dans ledit marais à constituer une association et consorteria au bénéfice et pour l’entretien dudit marais. Cette association permet de contraindre tous les usagers à faire les fossés et toutes les réparations dudit marais ; elle permet aux usagers de se défendre et de maintenir en bon état ledit marais, car ce marais par sa configuration et à cause de la situation du lieu, a constamment besoin de travaux de réparation et d’entretien pour empêcher la stagnation des eaux. Grâce à cette association, ledit marais a été jusqu’à présent bien défendu et moins dégradé par les eaux et l’excès des eaux que toutes les autres plaines du contado de Sienne, et par conséquent ce lieu qui d’abord était stérile est devenu et est actuellement un lieu très fertile.

72Depuis peu, cependant, des individus malveillants, qui ne sont pas sujets de ladite association, sont allés durant la nuit audit lieu, et avec des bêches et des pioches, ils ont, en de nombreux endroits, rompu et nivelé les fossés et les digues dudit marais, car ils ne veulent pas avoir eux aussi à endiguer, travailler et dépenser pour se défendre desdites eaux. Ainsi donc l’eau, on pourrait même dire un lac d’eau, coule de leurs terres et par lesdites brèches s’écoule dans ledit marais, de sorte que le marais est inondé et est couvert par les eaux stagnantes. Les malfaiteurs agissent de nuit, donc on ne les voit pas, on ne sait pas qui commet le délit, si bien qu’on ne peut donc pas avoir de preuves contre eux. Si ces agissements continuent et si l’on ne réussit pas à s’opposer à la malignité desdits malfaiteurs, ledit marais deviendra stérile et marécageux, impropre à la culture à cause de la stagnation des eaux, ce qui nuira considérablement non seulement à ceux qui y ont affaire, mais aussi, collectivement (et comuniter), à toutes les personnes, les villages et les lieux voisins (omnibus gentibus et villis et locis circumstantibus), alors que, quand ce marais est bien entretenu, il engendre une grande fertilité.

73C’est pourquoi nous recourons à vous comme pères de la justice, pour que vous opposiez à une si manifeste iniquité l’arme et la rigueur de la justice, pour que vous en référiez au conseil de la commune de Sienne, qui agira comme le lui recommandera votre prudence et fera en sorte que quiconque tentera ou osera casser, rompre ou niveler, ou en quoi que ce soit endommager les limites, les digues et les fossés dudit marais, soit puni et condamné par le juge voyer (per dominum iudicem viarum), ou par le premier syndic de la commune de Sienne (maiorem sindicum comunis Senarum) ou par tout autre officier de la commune de Sienne qui recevra la plainte ou dénonciation faite par les seigneurs (domini) et le trésorier (camerarius) du marais ou par l’un d’entre eux ou un de leurs représentants ou officiers. L’amende due à la commune de Sienne sera de 25 livres de deniers siennois si le délit a été commis de jour, 50 livres s’il a été commis de nuit. En cette matière le juge ou tout autre officier de la commune de Sienne devra faire une sérieuse enquête et procéder sévèrement contre lesdits malfaiteurs sur demande et instance de ladite association ou des seigneurs ou du trésorier ou du représentant ou délégué de ladite association. Pour prouver les faits il suffira de dix témoins de réputation (de fama), déclarant qu’un tel ou plusieurs sont réputés avoir commis ou fait commettre lesdits délits ; les témoins seront d’un ou des villages voisins, entourant ledit marais. Cette preuve sera tenue pour entière et légitime, sans qu’une autre preuve en cette matière doive être exigée. Le juge ou l’officier de la commune de Sienne doit exécuter et faire exécuter toutes les décisions que prendront les conseillers de l’association pour le bien et dans l’intérêt du marais. Pour tenir ferme le droit dudit marais (ius dicte paludis), le premier syndic de la commune de Sienne doit, sur demande et instance de l’association ou d’un officier dudit marais, aller au marais pour veiller à son organisation ; mais il ira aux frais du marais. Si ledit syndic ou un autre officier de la commune de Sienne se révélait en cela négligent ou indifférent, il perdrait à chaque fois 10 livres de son salaire, que retiendraient le trésorier et les Quatre proviseurs de la commune de Sienne.

74[Le conseil ratifie toutes les dispositions prévues par la pétition, sauf que seuls le podestat de Sienne et son tribunal (curia) ou le premier syndic ou le juge voyer pourront connaître et punir les délits dénoncés dans la pétition, à l’exclusion de tout autre officier de la commune].

75Source : Délibération du conseil général de la commune de Sienne, addition au « Statut de l’association du marais d’Orgia », dans Statuti senesi scritti in volgare ne’secoli XIIIe XIV, éd. L. Banchi, II, Bologne, 1871, p. 136-138. Traduit de l’italien par O. Redon.

76Présenté par D. Boisseuil

8 - Un enjeu religieux et civique : la Maestà de Duccio

77La Maestà de Duccio présente la particularité d’être un polyptyque double face de très grande dimension, composé à l’origine d’un corps central, d’une prédelle et de couronnements, disjoints, démembrés et dispersés après 1771, soit au total sans doute plus de soixante scènes. Sur la face avant, dans une scène de cour céleste autour d’une Majesté de la Vierge avec l’Enfant, le premier rang est occupé par les saints locaux, Crescenzo et Victor, l’évêque Savin et Ansano, comme autant d’intermédiaires directs de la ville. Destinée au choeur de la cathédrale, la Maestà s’inscrit en même temps dans la lignée des commandes communales et s’étudie comme un objet à la fois dévotionnel et civique, que Sienne consacre à sa protectrice. Le contrat de 1308 établi entre l’administrateur du duomo et le peintre Duccio témoigne de l’enjeu du projet, par la précision et la répétition des clauses de l’accord, par les exigences d’un travail strictement personnel, exclusif et continu, et par la promesse d’un salaire important. On a aussi retenu la Chronica maior longtemps attribuée à Agnolo di Tura, qui décrit l’œuvre (avec une erreur d’identification sur les thèmes de l’Ancien Testament ?) et en précise le coût important. Avec une autre chronique siennoise anonyme, elle fournit un témoignage rare sur la pompe de la manifestation de 1311, la topographie urbaine, les sons et lumières. Le livre des comptes de la commune donne même la mention (absente ici) du paiement par la ville de quatre joueurs de trompettes, musettes et castagnettes. Malgré ces documents, on calcule pourtant un temps d’exécution plus large, antérieur à 1308 (le présent acte serait un contrat de rappel) et postérieur à 1311 (seul le corps central aurait été achevé pour la procession de transport). L’inscription placée sur les trois pans du socle du trône de la Vierge révèle l’importance accordée dans la ville au retable et à son auteur : « Sainte Mère de Dieu, sois source de repos pour Sienne ; sois la vie pour Duccio, puisqu’il t’a ainsi peinte ».

78Orientation bibliographique : Carli E., Il duomo di Siena, Gênes, 1979, p. 63-75 ; White J., Duccio, Tuscan art and the medieval workshop, Londres, 1979 ; L’art gothique siennois : enluminure, peinture, orfèvrerie, sculpture, cat. de l’exposition (Avignon, musée du Petit Palais, 26 juin-2 octobre 1983), Florence, 1983 ; La pittura in Italia : Il Duecento e il Trecento, sous la dir. de E. Castelnuovo, 2 vol., Milan, 1986 ; Redon O., L’espace d’une cité. Sienne et le pays siennois (XIIIe-XIVe siècles), Rome, 1994 (Coll. de l’EFR, 200) ; Belting H., « Les Madones de Sienne. L’image dans la vie quotidienne et religieuse », dans Image et culte. Une histoire de l’image avant l’époque de l’art, Paris, 1998, p. 511-552 ; Ascheri M., Siena nella storia : caratteri di una civiltà, Cinisello Balsamo, 2000 ; Bacci M., « Pro remedio animae ». Immagini sacre e pratiche devozionali in Italia centrale (sec. XIII e XIV), Pise, 2000 (Piccola Biblioteca Gisem, 15) ; Duccio. Alle origini della pittura senese, Cat. de l’exposition (S. Maria della Scala - Musée de l’Opera del Duomo, 4 oct. 2003-11 janv. 2004), sous la dir. de A. Bagnoli, R. Bartolini, L. Bellosi, M. Laclotte, Milan 2003.

1. Contrat entre l’Opera del Duomo de Sienne et Duccio di Buoninsegna pour l’exécution de la Maestà

79An du Seigneur MCCCVIII, indiction VII, le VIIII du mois d’octobre. Qu’il soit clairement connu de tous que maître Jacopo, fils de feu maître Giliberto de Mariscotti de Sienne, ouvrier (operaio) de l’Œuvre de sainte Marie de la ville de Sienne, au nom et titre de ladite Œuvre et pour elle, d’une part, et le peintre Duccio, fils de feu Boninsegna, citoyen siennois, d’autre part, – puisque le même Duccio a accepté dudit ouvrier (operaio) la charge de peindre un panneau à placer sur le maître-autel de l’église de sainte Marie de Sienne – ont passé entre eux, ensemble et en bonne intelligence, les accords et les conventions notés ci-dessous. Et qu’ils sont convenus et se sont promis l’un à l’autre réciproquement, à propos de ce travail, d’exécuter et d’achever ce panneau dans les termes ci-dessous.

80En premier lieu, ledit Duccio a bien promis et est convenu avec le maître Jacopo, ouvrier (operaio), agissant et contractant pour l’Œuvre de sainte Marie et en son nom, de peindre et d’exécuter ledit panneau du mieux qu’il peut et qu’il sait et que Dieu le lui permettra, de travailler sans relâche à ce panneau tout le temps qu’il y pourra travailler, et de n’accepter ni recevoir d’autre tâche à exécuter jusqu’à ce que ledit panneau soit bien achevé et exécuté.

81De son côté, ledit maître Jacopo, ouvrier (operaio), au nom de ladite Œuvre et pour elle, a promis audit Duccio de lui donner et de lui payer, pour salaire de cette œuvre et de ce travail, seize sous de deniers siennois pour chaque jour que ledit Duccio travaillera de ses mains à ce panneau – sauf s’il perd une partie de cette journée, auquel cas elle viendra en déduction dudit salaire, en proportion de la partie ou du temps perdus. Quant à ce salaire, le même ouvrier (operaio), au titre susdit, s’est engagé à le donner et a promis de le faire de la façon suivante : à savoir, pour tout mois que ledit Duccio travaillera au panneau, il donnera à Duccio dix livres de deniers en argent comptant, et le reste dudit salaire, il le déduira des deniers que le même Duccio doit à l’Œuvre de sainte Marie. De même, l’ouvrier (operaio), au titre susdit, a promis de fournir et de donner tout le matériel nécessaire au travail de ce panneau, en sorte que ledit Duccio ne doit rien ajouter pour cela, si ce n’est sa personne et son travail.

82Et ledit maître Jacopo, au nom et titre de ladite Œuvre, et ledit Duccio, pour lui-même et en son propre nom, se sont promis l’un à l’autre réciproquement d’adopter, d’observer, de faire et de remplir toutes et chacune des susdites conditions. Et chacun, au titre susdit, a promis à l’autre sous peine et pour prix de XXV livres de deniers siennois – peine, qu’au titre susdit, ils se sont promis réciproquement l’un à l’autre de verser et de payer. Et chacun a promis à l’autre pour et dans chaque terme des susdites conditions, qu’au cas où cette peine serait exécutoire et qu’elle soit donnée, exécutée, payée ou non, les conditions susdites demeureront intangibles. Et pour que soient observées toutes et chacune des conditions susdites, ils s’obligèrent réciproquement l’un l’autre, à savoir ledit maître Jacopo, en tant qu’ouvrier (operaio), lui et ses successeurs et ladite Œuvre et ses biens présents et à venir, et ledit Duccio et ses héritiers et tous ses biens présents et à venir en gage, et ils renoncèrent à la clause d’exception des conventions non exécutées et des promesses et obligations non respectées, si l’affaire n’est pas traitée dans les termes dits, avec tout privilège et toute aide de la loi et du droit. En outre, ledit Duccio, pour plus de précaution, a juré volontairement sur les saints évangiles de Dieu, en touchant corporellement le livre, qu’il observerait et remplirait toutes et chacune de ces conditions, de bonne foi et sans fraude, en tout et pour tout comme ci-dessus contenu. Aux susdits maître Jacopo et Duccio, ainsi voulant et déclarant, moi notaire souscrit, en vertu du serment, selon la forme établie du chapitre de Sienne, j’ai enjoint d’observer cet acte en chaque point ci-dessus contenu.

83Fait à Sienne, en présence de maître Ugo de Fabris, juge, de Nerio de maître Gabrielle, et de Tura de Bartolomeo, présents et appelés comme témoins.

84Moi Paghanello notaire, fils de Diotifeci notaire, j’ai été présent avec les susdits et j’ai écrit cela, comme requis.

85Source : Archivio di Stato di Siena, Diplomatico, Opera della Metropolitana (perg. 603), éd. J.White, Duccio, Tuscan art and the medieval workshop, Londres, 1979, p. 192-193. Traduit du latin.

2. Chronique de l’année 1311

86Les Siennois firent faire un riche et beau retable pour le maître-autel de la cathédrale, qui fut pourvu de ses peintures à cette période, avec, pour le peindre, maître Duccio di Nicolò, peintre de Sienne, l’un des plus valeureux peintres de son temps que l’on ait pu trouver dans cette région. Il peignit ce retable hors de la porte Stalloregi dans le faubourg Laterino dans la maison des Muciatti. Et les Siennois conduisirent ce retable à la cathédrale le 9 juin, à la mijournée, avec force dévotions et processions, avec l’évêque de Sienne, monseigneur Rugeri da Casole, avec tout le clergé de la cathédrale et toutes les religions de Sienne, la seigneurie avec les officiers de la ville, le podestat et le capitaine, et tous les citoyens par ordre de dignité, des cierges allumés à la main ; ainsi à leur suite les femmes et les enfants avec beaucoup de dévotion allèrent dans Sienne autour du Campo en procession, toutes les cloches sonnant le Gloria. Et tout le jour les boutiques restèrent fermées par dévotion, et dans Sienne on faisait beaucoup d’aumônes aux pauvres gens avec beaucoup d’oraisons et de prières à Dieu et à sa mère, notre dame Marie toujours vierge, afin qu’elle aide, conserve et fasse croître en paix et en bon état la ville de Sienne et sa juridiction, en tant qu’avocate et protectrice de cette ville, et qu’elle la sauve de tout danger et de toute disgrâce à son encontre. Et c’est ainsi que ce retable fut placé dans la cathédrale sur le maître-autel. Il est peint, sur l’arrière, d’une partie de l’Ancien Testament avec la Passion de Jésus-Christ, et sur l’avant, de la vierge Marie avec son Fils enfant au bras et beaucoup de saints à ses côtés, le tout orné d’or fin ; et il coûta trois mille florins d’or.

87Quant à l’ancien retable qui se trouvait sur le maître-autel, il fut enlevé et placé à l’autel de saint Boniface ; on l’appelle aujourd’hui la Madone des Grâces.

88Source : Agnolo di Tura, Cronica major, dans Croniche senesi, éd. A. Lisini et F. Iacometti, RIS 2, XV, VI, Bologne, 1931-1937, p. 313, 1. 30-47 et p. 314, 1. 1-2. Traduit du latin.

3. Faces antérieure et postérieure de la Maestà, identification et organisation reconstituée des panneaux

Inscription latine de la contre-marche.
Mater s(an)c(t)a Dei, sis causa Sertis requiei
Sis Duccio vita te quia pinxit ita

Saints

Saints

S

Savin

C

Crescenzo

A

Ansano

V

Victor

Jev

Jean l’évangéliste

Jb

Jean le baptiste

Pl

Paul

Pr

Pierre

K

Catherine d’Alexandrie

A

Agnès

89Duccio di Buoninsegna, Maestà ; polyptyque double face, détrempe sur bois et fond d’or. Panneaux conservés à Sienne (Musée de l’Opera della Metropolitana), à Londres (National Gallery), à Washington (National Gallery of Arts), à New-York (collection Frick), à Madrid (collection Thyssen-Bornemisza), et à Fort Worth (Kimbell Art Museum).

Source : Carli E., Il duomo di Siena, Gênes, 1979, p. 69.

90Présenté et traduit par V. Rouchon Mouilleron

9 - Une nouvelle cathédrale pour les Florentins

91A Florence, comme dans d’autres villes, la construction d’un nouveau duomo consiste à jouxter et à englober l’église antérieure, avant de procéder à sa destruction partielle ou totale. La cathédrale florentine du Trecento connaît maints aléas de chantier, depuis la pose de sa première pierre le 8 septembre 1298, sous le patronage de l’Œuvre de la cathédrale, puis à partir de 1331, sous celui de l’Art de la Laine. Deux inscriptions sculptées sur des plaques apposées sur les flancs sud et nord de l’édifice évoquent ces deux étapes majeures. Amolfo di Cambio (v. 1264-v. 1303), qui dirige dans la ville les chantiers contemporains de Santa Croce et du palais de la Seigneurie, dresse les premiers plans et sculpte un décor sur une partie de la façade. Giotto (v. 1267-1337), et son successeur Andrea Pisano (v. 1295-après 1348), chargés en tant qu’architectes d’un achèvement toujours retardé, se consacrent surtout à l’érection et au décor du campanile adjacent. La cathédrale est encore agrandie au milieu du siècle par Francesco Talenti (mort en 1359), mais le décor originel de sa façade resta inachevé et inchangé jusqu’à son démontage en 1587. Un dessin à l’encre brune, oeuvre de Bemardino Barbatelli dit Il Poccetti, fournit à cette date l’état de la façade d’Amolfo, ornée dans sa moitié inférieure d’un parement de marbres variés, d’incrustations de mosaïques, de reliefs et de niches abritant des statues en ronde-bosse, dont une trentaine de pièces sont conservées à Florence au Museo dell’Opera del Duomo (spécialement une Madone aux yeux de verre et un juvénile Boniface VIII).

92Les documents rassemblés ici démontrent combien la cathédrale joue un rôle catalyseur de la conscience civique, même si sa gestion change de mains. Le florentin Giovanni Villani, qui rédige en langue vulgaire sa Nuova Cronica à partir des années 1320, insiste sur la cohésion politique et communale qui encadre cette construction prestigieuse. Dans une délibération du 12 avril 1334, votée par le conseil du peuple (à 153 voix contre 4), puis par celui de la commune (à 191 contre 10), la seigneurie insiste sur l’ambition d’une politique édilitaire, dont Giotto, qui revient de la cour napolitaine, n’est pas le moindre ornement.

93Orientation bibliographique : Romanini A. M., « Une statue romaine dans la Vierge de Braye », Revue de l’art, 105, 1994, p. 9-18 ; La religion civique à l’époque médiévale et moderne. Actes du colloque international (Nanterre, 21-23 juin 1993), sous la dir. de A. Vauchez, Rome, 1995 (Coll, de l’EFR, 168) ; Porta G., « La costruzione della storia in Giovanni Villani », dans Il senso della storia nella cultura medievale (1100-1350), Actes du XIVe congrès international de Pistoia (1993), Pistoia, 1995, p. 125-138 ; Avery C., La sculpture florentine de la Renaissance, Paris, 1996 ; Boucheron R, « A qui appartient la cathédrale ? La fabrique et la cité dans l’Italie médiévale », dans Religion et société urbaine au Moyen Age. Etudes offertes à Jean-Louis Biget par ses élèves, sous la dir. de P. Boucheron et J. Chiffoleau, Paris, 2000, p. 95-117 ; Fabbri L., « La ‘Gabella di Santa Maria del Fiore’ : il finanziamento pubblico della cattedrale di Firenze », dans Pouvoir et édilité. Les grands chantiers dans l’Italie communale et seigneuriale, sous la dir. de E. Crouzet-Pavan, Rome, 2003 (Coll, de l’EFR, 302), p. 195-240 ; S. Maria del Fiore e le chiese florentine del Duecento e del Trecento nella città delle fabbriche arnolfiane, sous la dir. de G. Rocchi Coopmans De Yoldi, Ministero per i Beni e le Attività Culturali, Florence, 2004.

1. Chronique de Giovanni Villani

94Tandis que la ville de Florence vivait en parfaite tranquillité, après les succès du peuple et les nouveautés de Giano della Bella, les citoyens décidèrent de refaire à neuf l’église majeure de Florence, qui était de forme très grossière et petite pour une telle ville, et ils ordonnèrent de l’agrandir et de l’étendre, et de la faire toute de marbres et de sculptures. Et les fondations furent posées en grande solennité, le jour de la sainte Marie en septembre, par le cardinal légat du pape et plusieurs évêques, et il y avait le podestat, le capitaine et les prieurs, et tout le cortège des membres de la seigneurie de Florence, et l’église fut consacrée à la gloire de Dieu et de sainte Marie, et on la nomma Santa Maria del Fiore, quoique dans tout le peuple on ne lui changeât jamais son premier nom de Santa Reparata. Et la commune affecta pour la construction et les travaux de ladite église une gabelle de III deniers par livre prise sur les revenus de la commune et de II sous par tête, et le légat et les évêques promirent grandes indulgences et pardons à toute personne qui fournirait de l’aide et des aumônes.

95Source : Giovanni Villani, Nuova Cronica, IX, chap. IX, éd. G. Porta, Parme, 1991, vol. II, p. 26. Traduit de l’italien (florentin).

2. Inscription de 1298, relevée sur le flanc sud de la cathédrale

96En l’année 1298, il vint de Rome un légat [Matteo d’Acquasparta], rempli de bienveillance, qui posa la première pierre et la bénit également, pendant que l’évêque Francesco [Monaldeschi] occupait sa charge épiscopale. Le temple que voici fut édifié par Arnolfo ; cette œuvre insigne, Florence l’a ornée dignement, pour la reine du ciel, elle l’a construite d’un cœur fidèle – Florence que toi, vierge pieuse, toujours tu défends, ô Marie.

3. Inscription de 1331, relevée sur le flanc nord de la cathédrale

97En l’année 1331, en laquelle la nouvelle construction du dessus fait sa jonction avec la précédente du dessous : par inspiration de la vierge Marie, pieuse mère du Seigneur, cette oeuvre insigne, Florence a décidé dignement de la confier aux consuls des artisans de la laine pour l’édifier avec prudence et enfin la mener vraiment à son achèvement.

98Source : Transcriptions dans Morghen R., « Vita religiosa e vita cittadina nella Firenze del Duecento », La coscienza cittadina nei comuni italiani del Duecento (Todi, 11-14 ottobre 1970), Todi, 1972 (Centra di Studi sulla spiritualità medievale, 11), p. 223-224. Traduit du latin.

4. Délibération de la Seigneurie de Florence du 12 avril 1334

99Lesdits prieurs et gonfalonnier de justice, assemblés avec le collège des Douze Buoni Uomini, voulant la continuation des travaux faits et à faire dans la ville de Florence pour l’honneur et la beauté de la commune de Florence – attendu que cela ne se peut faire commodément ni parfaitement sans choisir ni désigner un homme expert et réputé comme maître des travaux ; attendu qu’on ne peut trouver sur toute la terre, dit-on, personne qui soit plus apte, dans ce domaine et dans beaucoup d’autres, que maître Giotto di Bondone de Florence, peintre de son état : il faut l’accueillir dans sa patrie comme un grand maître et lui attribuer une grande estime dans ladite ville, et il faut qu’il trouve matière à y être engagé durablement pendant une longue durée au cours de laquelle beaucoup profiteront de sa science et de son savoir, et où il sera le plus grand ornement de ladite ville.

100Après une prompte délibération sur ces questions entre les prieurs, le gonfalonnier et ledit collège des Douze Buoni Uomini, selon la règle des statuts, ayant préalablement fait et passé un vote à scrutin secret au moyen des fèves noires et blanches, en vertu de l’autorité et des pouvoirs de leur fonction, en vertu de tout droit, et de la meilleure façon qu’ils le peuvent, ils ont décidé, ordonné et arrêté que lesdits prieurs des arts et le gonfalonnier de justice avec le collège des Douze Buoni Uomini soient autorisés au nom de la commune de Florence à choisir et désigner ledit maître Giotto comme maître et chef des travaux de l’oeuvre de l’église Santa Reparata, de la construction et de l’édification des murs d’enceinte de la ville de Florence, de la fortification de ladite ville, et des autres travaux de ladite commune (...).

101Source : Pampaloni G., Firenze al tempo di Dante. Documenti sull’urbanistica fiorentina, Rome, 1973 (Pubblicazioni degli Archivi di Stato, Fonti e sussidi IV), p. 63-64. Traduit du latin.

5. La façade du duomo d’Arnolfo d’après un dessin du XVIe siècle (Musée de l’Opera del Duomo, Florence)

Bernardino Barbatelli, dit Il Poccetti, dessin à l’encre, 1587
(Opera di Santa Maria del Fiore, Florence)

102Présenté et traduit par V. Rouchon Mouilleron

10 - Le Regisol de Pavie

103La statue équestre romaine qui se dressait devant la cathédrale de Pavie fait l’objet de plusieurs occurrences textuelles et illustrées, avant sa destruction complète en 1796. On a retenu deux auteurs : Opicinus de Canistris, dans deux extraits du Livre des éloges de la cité de Pavie rédigé en 1330, conservés dans un manuscrit du milieu du XIVe siècle, et dans un dessin autographe sur parchemin, exécuté vers 1335-1336 ; Galvano Fiamma dans ses chroniques milanaises rédigées entre 1337 et 1342. La statue porte plusieurs noms, son origine antique est vague, sujette à des versions différentes selon les sources : peut-être s’agissait-il d’un bronze de Théodoric, arrivé à Pavie avec Liutprand ou bien avec Charlemagne. La destruction du palatium impérial pavesan dont elle occupait le vestibule entraîne son transfert, en 1024, sur la place de la cathédrale. La première mention de la cathédrale double de Pavie date du début du IXe siècle, réunissant une église consacrée au protomartyr saint Etienne, peut-être d’époque paléochrétienne, et une seconde à sainte Marie Majeure (Santa Maria del Popolo). Les légendes du document figuré précisent la possession des reliques de saint Syr et les fonctions de basilique d’été et d’hiver qu’elles se partageaient, avant leur destruction au XVe siècle. Le campanile attenant, érigé vers 1060-1100 (et écroulé en 1989), faisait également office de tour civique. C’est sur cette place, devant les étals accolés à la façade de l’église, que le bronze doré du Regisol, reflet du soleil et de la gloire de l’ancienne Rome, devient un élément central de la conscience urbaine et de la vie communale : il synthétise quotidien et festif, sacré, magique et profane, entre mémoire de l’antique et langages du politique. En témoignent, avec des visées opposées, le clerc Opicinus (1296-1352), qui vécut à Pavie jusqu’en 1328, et le dominicain Galvano Fiamma, qui enseigna au couvent Saint-Thomas de Pavie entre 1308 et 1313.

104Orientation bibliographique : Frugoni C., « L’antichità : dai Mirabilia alla propaganda politica », dans Memoria dell’antico nell’arte italiana, sous la dir. de S. Settis, I, L’uso dei classici, Turin, 1984, p. 5-72 ; Tomea P. « Galvano Fiamma », dans DBI, 47, Rome, 1997, p. 331-338 ; Harding C., « Opening to God : the cosmographical diagrams of Opicinus de Canistris », Zeitschrift für Kunstgeschichte, 61, 1998, p. 18-39 ; Segagni Malacart A., « Pavia », dans Enciclopedia dell’Arte Medievale, Rome, 1998, IX, p. 247-264 ; Galletti A. I., « Les langages de la culture urbaine (XIIe-XVe siècle) », Cultures italiennes (XIIe -XVe siècle), sous la dir. de I. Heullant-Donat, Paris, 2000, p. 17-51.

1. Description et usages du Regisol

105Du site et de la qualité de la ville [XI]

106L’église cathédrale, parce qu’elle rassemble deux églises qu’aucun mur central ne cloisonne, occupe un espace particulièrement grand – presque le tiers d’un stade – et elle n’en est pas moins entièrement voûtée et ornée de colonnes. Devant la façade se trouve la place, qu’on appelle l’Atrium, d’une longueur identique à la largeur de l’église, et même plus vaste encore. C’est là que toute l’année on peut trouver à vendre toutes les denrées nécessaires de la vie.

107Au milieu de cette place, érigée sur une colonne en pierre – ou peut-être en brique – et un socle de pierre taillée, se dresse la statue d’un cheval et de son cavalier, tout en bronze, récemment dorée, et qui regarde vers le nord. D’une taille supérieure à celles d’un homme ou d’un vrai cheval, sa main droite est tendue, et un petit chien du même métal, dressé sous la patte avant gauche, soutient le sabot levé du cheval. Comme elle brille merveilleusement sous les reflets du soleil, et qu’elle brillait sans doute ainsi déjà dans l’antiquité, les habitants l’appellent Radisol, un peu comme « rayon du soleil », ou Regisol, « qui régit le soleil », car, dit-on, dans l’antiquité, que ce soit science ou magie, elle suivait le mouvement circulaire du soleil. Les Pavesans prirent dans l’antiquité cette statue, ainsi que le corps du bienheureux évêque Eleucade, sur les Ravennates qui étaient leurs ennemis et leurs adversaires (...).

108Des dévotions et processions des laïcs et des jeux festifs [XVI]

109(...) Lors de la fête de saint Jean l’évangéliste, au matin, les citoyens font brûler avec beaucoup de bois des arbres sans feuille, qu’ils ont plantés de chaque côté de la place de l'Atrium, une rangée face au Regisol et l’autre non loin derrière. Pendant l’embrasement, les citoyens convergent en procession accompagnés d’instruments de musique, et le podestat, prenant place en hauteur, célèbre dans un discours les éloges de la ville (...).

110Source : Opicinus de Canistris, Liber de laudibus civitatis Ticinensis, éd. R. Maiocchi, F. Quintavalle, RIS2, XI/1, Città di Castello, 1906, chap. XI, p. 18,1. 16-29 et chap. XVI, p. 40,1. 8-12.

2. Le Regisol vu par un Milanais

111L’an du Seigneur MCCCXV, pendant la vacance du siège apostolique, durant l’exil de l’archevêque Cassone della Torre, sous le règne de Louis de Bavière, sous la seigneurie de Matteo Visconti, le noble chevalier Luchino Visconti, seigneur de la ville de Bergame, infligea une impressionnante défaite aux de Rivola, ses ennemis. Ugo della Faggiola terrassa le prince de Tarente non loin de Montecatini. Matteo Visconti fit construire Castro Ghibellino, au confluent de la Sesia et du Pô, à l’endroit où un pitoyable dommage frappa ses adversaires della Torre. Cette même année, Matteo Visconti venu en ennemi envahir, par les terres et par les eaux, la ville de Pavie, la tint le VII octobre. Trois jours après, la ville prêta hommage au même Matteo. L’idole du soleil, appelée Regesor, est jetée à terre et rapportée à Milan. La tête de l’idole est vendue pour un florin. On fait des bols du corps du cheval, et on en tire des vases à piler et des mortiers. Et la ville de Pavie est écrasée sous un joug pitoyable.

112Source : Galvano Fiamma, Annales Mediolanenses, in Muratori L. A., R. I. S., XVI, chap. 87, col. 696.

113A cette période-là [en l’année MCCCXXXV], les citoyens de Pavie, se refusant à l’absence de leur idole, le Regosol, que les Milanais avaient jetée à bas de sa haute colonne, lors de leur triomphe sur la ville, passèrent dans les maisons et les familles de la cité milanaise en racheter morceaux et fragments. Ils la reconstituèrent, la redorèrent et la remirent sur la colonne. La main tendue vers Milan, elle paraît vouloir jurer fidélité aux citoyens milanais, qui l’avaient vendue comme un esclave aux Pavesans.

114Source : Galvano Fiamma, Opusculum de rebus gestis ab Azone, Luchino et Johanne Vicecomitibus ab anno MCCCXXVIII usque ad anno MCCCXLI, éd. C. Castiglione, RIS 2, XII/4, Bologne, 1938, p. 14, 31-36.

3. Vue de la place de l’Atrium

Opicinus de Canistris, Liber plenus variis figuris, BAV, ms. Pal. Lat. 1993, c. 2v.

115Présenté et traduit par V. Rouchon Mouilleron

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19434/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19434/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Source : d’après la reconstitution de J.White, Vignaroli F., Fontana vivace, la Fontana maggiore di Perugia, Florence, 2003, p. 15.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19434/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Source : White J., Art and architecture in Italy, Yale University, 1993, p. 27 et 32.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19434/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Florence, église Santa Croce
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19434/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Légende Florence, église Santa Maria Novella
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19434/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Inscription latine de la contre-marche.Mater s(an)c(t)a Dei, sis causa Sertis requieiSis Duccio vita te quia pinxit ita
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19434/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Source : Carli E., Il duomo di Siena, Gênes, 1979, p. 69.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19434/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Bernardino Barbatelli, dit Il Poccetti, dessin à l’encre, 1587(Opera di Santa Maria del Fiore, Florence)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19434/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Légende Opicinus de Canistris, Liber plenus variis figuris, BAV, ms. Pal. Lat. 1993, c. 2v.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19434/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 274k

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search