Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes d’Italie

 | 
Jean-Louis Gaulin
, 
Armand Jamme
, 
Véronique Rouchon Mouilleron

2. Guerres et paix

Texte intégral

1 - Byzance et les villes italiennes dans les années 1160

1L’Histoire de Nicétas Chôniatès (Chronikè Diègèsis), écrite entre 1185 et 1206, constitue un chef d’œuvre de l’historiographie byzantine, qui imite les modèles littéraires classiques. L’ouvrage rapporte les événements survenus entre 1118 et 1206. L’auteur, né à Chônai, en Phrygie, vers 1155, mena une brillante carrière de haut fonctionnaire de l’Etat byzantin, au service des Comnènes et des Anges, qui le conduisit à occuper, entre 1195 et 1204 environ, la fonction prestigieuse de logothète des sékréta (chargé du contrôle des bureaux de l’administration centrale). Après la chute de Constantinople dans les mains des Latins (avril 1204), Nicétas Chôniatès trouva refuge en Thrace, puis à Nicée, où il mourut vers 1216.

2L’auteur présente (texte 1) la politique d’alliance suivie par Manuel Comnène (1143-1180) envers les cités du Nord de l’Italie, pour faire face aux menaces d’hégémonie de Frédéric Barberousse. L’empereur byzantin parvint à constituer un véritable réseau d’alliés, et contribua même au relèvement des murs de Milan, détruits en 1162. Si les textes littéraires byzantins du XIIe siècle évoquent les Vénitiens comme des gens cupides et fourbes (ce qui contribue à justifier leur arrestation et la confiscation de leurs biens dans l’empire, en 1171), ils reconnaissent aussi la nécessité pour l’empereur de s’allier avec certaines villes italiennes, et en particulier Venise, avec laquelle les accords étaient les plus anciens. Frédéric Barberousse, auquel Nicétas Chôniatès ne reconnaît que le titre de roi, est ici perçu comme un danger pour l’empire, mais il est aussi décrit, dans un autre passage du même historien, comme un souverain chevaleresque et pieux.

3L’intérêt de la diplomatie byzantine pour les villes lombardes, Milan en particulier, est également signalé par des sources latines. Le séjour à Constantinople d’ambassadeurs milanais sert de point de départ à une question juridique, postérieure à 1162 et attribuable à Placentin. L’exposé du cas rend compte, en termes directs, de l’importance du protocole et de l’argent dans les relations avec Byzance (texte 2). La Chronique de l’Anonyme de Laon (texte 3), dont le récit s’interrompt en 1220, situe en 1169 une tentative byzantine en direction des Lombards qui fait suite, dans ce récit à la chronologie parfois incertaine, au retour des Milanais dans leur cité (printemps 1167), à l’union des ligues véronaise et lombarde (décembre 1167) et à la fondation d’Alessandria (voir chap.V-1, p. 161).

4Orientation bibliographique : Chalandon F., Jean II Comnène et Manuel Ier Comnène, t. 2, Paris, 1912 ; Classen P., « La politica di Manuele Comneno tra Federico Barbarossa e le città italiane », dans Popolo e stato in Italia nell’età di Federico Barbarossa. Alessandria e la lega lombarda, XXXIII congresso storico subalpino, Turin, 1970, p. 265-279 ; Hunger H., Die hochsprachliche profane Literatur der Byzantiner, t. 1, Munich, 1978, p. 429-441 ; Lillie R. J., Handel und Politik zwischen dem Byzantinischen Reich und den italienischen Kommunen Venedig, Pisa und Genua in der Epoche der Komnenen und der Angeloi (1081-1204), Amsterdam, 1984 ; Opll F., Friedrich Barbarossa, Darmstadt, 1990 ; Magdalino P., The Empire of Manuel I Komnenos (1143-1180), Cambridge, 1993 ; Niceta Coniata, Grandezza e catastrofe di Bisanzio (Narrazione cronologica), t. 1, Milan, 1994 ; Laiou A., « L’interprétation byzantine de l’expansion occidentale (XIe-XIIe siècles) », dans Balard M. et Ducellier A., Le partage du monde. Echanges et colonisation dans la Méditerranée médiévale, Paris, 1998, p. 163-179.

1. La diplomatie italienne de Manuel Comnène selon Nicétas Chôniatès

5Ceci aussi doit être raconté. L’empereur Manuel Comnène ne pouvait, en se conformant aux lois de la guerre, attaquer tous les peuples qui bordent le golfe d’Ionie, mais il avait toujours devant les yeux l’image d’une attaque de leur part contre les Romains, qu’il jugeait redoutables et difficiles à repousser – il savait en effet les forces des Romains inaptes à combattre à égalité contre celles de l’Occident, et qu’elles feraient figure d’un pot de terre contre un pot de fer. Il se méfiait donc d’une possible alliance contre les Romains des gens de l’Ouest, qui pourraient s’allier entre eux et agir d’un commun accord.

6Il se tenait donc depuis longtemps parfaitement sur ses gardes ; il lui serait possible, disait-il, de s’attirer par de l’argent l’amitié des barbares de l’Est, et en même temps de les convaincre par la guerre de ne pas déborder de leurs frontières. En outre, il disait craindre également, à bien des égards, la dissémination des peuples occidentaux : c’étaient des hommes fiers, leur esprit était inébranlable et indomptable, leurs mœurs sanguinaires ; non seulement ils vivaient dans une grande prospérité, et étaient bien équipés d’armures de fer pour la guerre, mais ils nourrissaient, en outre, une constante hostilité envers les Romains, sur lesquels ils portaient un regard empli d’une haine confinant à la rage.

7Venise, Gênes, Pise, Ancône et tous les autres peuples répandus au bord de la mer, il en avait fait, il est vrai, des amis des Romains, en les liant par des serments, en les gagnant par des marques de bienveillance de toutes sortes, et en les accueillant pour des séjours dans la capitale.

8Lorsqu’il craignait que l’un de ceux que chez eux on appelle rois, revêtu d’une puissance supérieure, ne s’attaquât ensuite aux Romains, il se le conciliait par des dons d’argent ; et il renforçait et encourageait à la résistance tout peuple qui risquait de tomber au pouvoir d’un souverain plus puissant.

9A plusieurs reprises, il arma les Italiens contre le roi d’Allemagne Frédéric. Car ce dernier tenait particulièrement à les soumettre, et à les voir lui abandonner leurs affaires. L’empereur, de son côté, envoyait des ambassadeurs pour les encourager, leur conseillait de se renforcer, et les engageait à se garder des ruses du roi.

10De plus, alors que le même roi avait plusieurs fois essayé d’entrer dans l’ancienne Rome pour s’y faire couronner, il l’empêcha de mener à bien cette entreprise, par une lettre adressée au pape : « N’abandonne pas ta gloire à un autre, écrivait-il, ne modifie pas les frontières fixées par tes prédécesseurs, car tu risques de comprendre après coup combien fut grande ton imprévoyance, et de ressentir dans ton âme le regret de ta négligence, une fois que le mal sera irrémédiable ». Et c’est ainsi qu’à cet homme, qui s’enorgueillissait d’avoir mené d’innombrables campagnes militaires, la glorieuse Rome restait fermée, comme à un homme sans arme.

11Il arriva que les murs de Milan furent détruits par les Allemands. Les habitants de la ville trompèrent ceux qui leur avaient infligé, sous serment, l’interdiction de jamais reconstruire leur muraille : d’abord, ils s’installèrent aux alentours d’un profond fossé qu’ils avaient creusé, en affirmant qu’ainsi ils ne reniaient pas leur serment, puis ils reprirent leur ancien mode de vie, avec l’aide de l’empereur.

12En outre il fit inscrire parmi les amis des Romains le marquis de Montferrat, qui s’enorgueillissait de sa noblesse et de sa descendance, grâce à de nombreux dons, et aussi en faisant épouser au fils cadet du marquis sa propre fille Marie, comme je l’ai déjà dit plus haut, ce qui entrava encore les projets du souverain allemand. Si bien que ce dernier envoya son propre chancelier - comme on dit en latin, en grec on dirait « logothète » - [l’archevêque de Mayence], accompagné de forces importantes, pour soumettre les villes italiennes, en les arrachant au pape, comme un voleur qui se croit tout permis. En réponse, l’empereur promit d’importantes largesses au marquis, et convainquit ce dernier d’envoyer à la rencontre de l’évêque de Mayence son propre fils Conrad, jeune homme de belle tournure, dans la fleur de sa jeunesse, parvenu au sommet de la valeur, de l’intelligence et de la force physique. Lorsque le combat s’engagea, il repoussa les Allemands et les mit en fuite, en en capturant certains, parmi lesquels on comptait l’évêque de Mayence lui-même. Ce dernier aurait aussitôt été envoyé à Byzance, si l’empereur n’était mort à ce moment-là.

13Source : Nicetae Choniatae Historia, éd. J. A. van Dieten, Berlin-New York, 1975, p. 199-201. Traduit du grec.

2. Des cadeaux encombrants

14Les habitants de Milan, après sa destruction, envoyèrent deux ambassadeurs (legatos) à l’empereur de Constantinople requérir un don de sa libéralité pour que leur soit restituée leur cité. Mais ces hommes, parce qu’ils étaient consuls de la cité, avaient juré, comme de coutume, au début de leur consulat, qu’ils ne tireraient aucun avantage de leur consulat sans le rendre à la commune. Partis pour Constantinople, ils firent l’exposé de la situation de leur cité. L’empereur exigea qu’on lui prêtât fidélité. Après avoir tenu conseil, ils comprirent qu’à moins de se plier à cette volonté, ils n’en retireraient rien ou fort peu. C’est donc pour l’utilité de leur cité (pro utilitate civitatis) qu’ils lui prêtèrent fidélité, étant sauf l’honneur de leur cité. L’empereur leur donna donc cent livres d’or, et trois jours plus tard, comme ils voulaient repartir, il leur donna à titre de faveur privée douze livres d’or. Enfin revenus, ils remirent les cent livres d’or en question à la commune, et gardèrent les douze livres pour eux ; mais parce qu’ils les avaient obtenues à l’occasion de leur ambassade, la commune exigea qu’elles lui fussent restituées. La question est de savoir s’ils sont tenus d’en faire la restitution.

15Source : Belloni A., Le questioni civilistiche del secolo XII. Da Bulgaro a Pillio da Medicina e Azzone, Francfort, 1989 (Studien zur europaïschen Rechtsgeschichte, 43), p. 18. Traduit du latin.

3. Les Lombards et les deux empereurs, d’après l’Anonyme de Laon (1169)

16Les Lombards, recrus d’aversion et d’angoisse par les nouveautés de l’empereur Frédéric, délibérèrent de soumettre leur royaume à l’empereur Manuel Comnène. Celui-ci fit savoir, par l’intermédiaire des messagers des diverses villes lombardes envoyés à cette intention, accueillis avec une joie immense et chargés de cadeaux impériaux, que s’ils menaient à bien ce projet, il doublerait leur fortune. Ayant tenu conseil sur ce sujet avec le pape Alexandre, les Lombards abandonnèrent leur alliance avec Manuel [empereur] des Grecs, parce que ces Grecs sont connus pour leur pusillanimité et qu’ils sont toujours infidèles à cause de l’inconstance de leur esprit. Pendant ce temps, après avoir rassemblé en Germanie le meilleur de ses troupes, l’empereur chercha à détruire complètement une fois encore les Milanais et apprit qu’ils avaient installé leurs tentes près du castrum nommé Crema. L’empereur s’approcha, les encercla de sa grande armée et leur demanda à l’aide d’un interprète : « Est-ce Milan que je vois ? ». Et l’un d’eux répondit au nom de tous : « J’existe, de toute façon ». Alors l’empereur : « Comment penses-tu retourner chez toi ? » Il répondit : « J’emprunterai la route qui passe par toi et ton armée, si je n’en ai pas d’autre ». Alors l’empereur, sur le conseil des marquis, des comtes et des autres princes d’Italie, recula ; les Milanais, ayant obtenu des garanties des habitants du castrum, rentrèrent sur leurs terres.

17Source : Anonymi Laudunensis Chronicon universale, éd. G. Waitz, MGH, Scriptores, XXVI, Hanovre, 1882, p. 446. Traduit du latin.

18Présenté et traduit par C. Giros et J.-L. Gaulin

2 - La paix de Constance

19L’édition critique du texte de la paix de Constance dans les Monumenta Germaniae Historica recense vingt-huit copies anciennes dont les principales sont transmises par l’intermédiaire des cartulaires municipaux (Libri iurium) norditaliens : Liber Potheris de Brescia, Registrum magnum civitatis Placentie, Registrum grossum civitatis Bononiensis etc. L’étendue des droits confirmés et concédés par l’empereur à l’issue du long conflit qui l’opposa à la Ligue lombarde et l’usage extensif qu’en firent rapidement les gouvernements urbains justifient le soin mis par chaque cité à conserver une copie d’un diplôme fondateur, à valeur quasi constitutionnelle. Un siècle après les débuts de l’histoire communale, la pax Constancie donnait un second souffle aux cités-Etats italiennes. Noter que l’on a conservé le terme consacré de ligue pour traduire le latin societas.

20Orientation bibliographique : Pacaut M., Frédéric Barberousse, Paris, 1967 ; La pace di Costanza 1183. Un difficile equilibrio di poteri fra società italiana e impero, Milan, 1984 ; Federico I Barbarossa e l’italia nell’ottocentesimo anniversario della sua morte. Atti, del convegno, Roma, 24-26 maggio 1990, sous la dir. de I. Lori Sanfilippo, Rome, 1992 (BISIME, 96).

21Au nom de la sainte et indivise Trinité. Frédéric, par la divine clémence empereur auguste des Romains et Henri VI son fils, auguste roi des Romains. La calme sérénité de la clémence impériale est coutumière de dispenser toujours faveur et grâce à ses sujets, de sorte que bien qu’elle doive et puisse corriger par une sévère rigueur les délits excessifs, elle s’applique surtout à gouverner l’empire romain au moyen de la tranquillité favorable de la paix et des pieux sentiments de la miséricorde, et de faire revenir l’insolence des rebelles à la foi attendue et à la déférence de la dévotion. A cause de cela, que l’ensemble des fidèles de l’empire, tant présents qu’à venir, sache que nous, par la grâce habituelle de notre bénignité, ouvrant le cœur de notre piété innée à la foi et à la dévotion des Lombards qui nous avaient quelquefois blessés, nous et notre empire, nous les recevons ainsi que leur ligue et leurs partisans dans la plénitude de notre grâce, leur remettant avec clémence toutes leurs offenses et leurs fautes qui provoquèrent notre indignation, et nous les comptons au nombre de nos très chers fidèles, à cause des fidèles services de leur dévotion que nous espérons fermement recevoir d’eux. C’est pourquoi nous avons ordonné que la paix que nous leur avons concédée avec indulgence soit souscrite à cette page et confirmée du sceau de notre autorité. En voici la teneur et les articles.

221. Nous, Frédéric, empereur des Romains, et notre fils Henri, roi des Romains, nous vous concédons à perpétuité à vous, cités, lieux et personnes de la ligue, les droits régaliens (regalia) et coutumes qui sont vôtres tant à l’intérieur de la cité qu’à l’extérieur, à savoir : à Vérone, son castrum et ses faubourgs, et aux autres cités, lieux et personnes de la ligue, à perpétuité, de façon à ce que dans chaque cité vous les ayez tous comme vous les avez eus jusqu’à présent ou comme vous les avez, et qu’à l’extérieur vous exerciez sans contradiction toutes les coutumes que vous avez exercées depuis l’ancien temps ou que vous exercez, à savoir ce qui concerne l’impôt (fodrum), les bois et pâturages, les ponts, les cours d’eau et moulins, comme vous avez eu coutume de le faire depuis l’ancien temps ou comme vous le faites, et en ce qui concerne aussi l’armée, les fortifications des cités, la juridiction des causes tant criminelles que pécuniaires, au-dedans et à l’extérieur, ainsi que tout ce qui regarde l’utilité des cités.

232. Nous voulons que les droits régaliens qui ne vous sont pas concédés soient connus de cette manière : que l’évêque du lieu et que des hommes tant de la ville que de l’épiscopat soient choisis parmi les hommes de bonne opinion (viri bone opinionis) et considérés comme aptes à ces fonctions et tenus sans haine particulière ou spéciale contre la ville ou contre notre majesté ; qu’ils jureront d’enquêter de bonne foi et sans fraude et qu’ils consigneront tout ce qu’ils auront trouvé relever spécialement de notre excellence.

243. S’ils décident de surseoir à cette enquête, nous demandons un cens annuel de deux mille marcs d’argent ; nous diminuerons toutefois cette somme de la proportion qui conviendra, si elle paraît excessive.

254. Si quelqu’un porte plainte devant notre majesté des choses que nous vous avons concédées et que nous vous permettons tant dans la cité qu’à l’extérieur, nous n’entendrons pas sa plainte, et nous lui imposerons silence.

265. Ce que nous ou notre prédécesseur, roi ou empereur, avons donné ou concédé avant la guerre au moyen d’un titre quelconque de concession, aux évêques, aux églises, aux cités ou à d’autres personnes, clercs ou laïcs, nous le tenons pour acquis et définitif, sauf concessions plus importantes, et que pour cela nous soient dus les services habituels, mais qu’on ne nous doive pas de cens.

276. Les avantages que nous avons concédés en ville ou à l’extérieur pour le bien de la paix, nous ne les comprenons pas parmi les droits régaliens pour lesquels on doit payer le cens.

287. Que tous les privilèges, dons et concessions qui, à l’occasion de la guerre, ont été consentis par nous-mêmes ou nos représentants au préjudice et au dommage des villes, lieux ou personnes de la ligue et [qui sont considérés] comme une injustice à leur encontre, soient cassés et annulés.

298. Si dans une cité, dans laquelle l’évêque a le comté par privilège de l’empereur ou du roi, la coutume veut que les consuls reçoivent le consulat de l’évêque, qu’ils le reçoivent ainsi selon la coutume. Autrement, chaque cité recevra de nous le consulat. En conséquence, dans chacune de ces cités les consuls recevront l’investiture du représentant que nous aurons dans la cité ou l’épiscopat, et ce pendant les cinq ans qui viennent. Après ces cinq ans chaque ville enverra un représentant auprès de nous pour recevoir l’investiture, et ainsi dans l’avenir, à savoir qu’ils la recevront de nous après cinq ans et pendant les cinq premières années de notre représentant, ainsi qu’il a été dit, à moins que nous ne soyons en Lombardie. Dans ce cas ils la recevront de nous. Notre successeur observera les mêmes règles. Et toutes ces investitures seront gratuites.

309. Lorsque nous aurons cessé de vivre par la volonté divine ou que nous aurons concédé notre royaume à notre fils, vous recevrez de la même manière l’investiture de notre fils ou de son successeur.

3110. Que l’on fasse appel à nous dans les causes d’appel qui dépassent la somme de 25 livres impériales, étant saufs le droit et les usages de l’église de Brescia en matière d’appel. Toutefois, que personne ne soit contraint de se rendre en Souabe (Alamannia), mais que nous ayons notre propre représentant dans la cité ou dans l’épiscopat qui ait connaissance de cet appel et jure qu’il examinera les causes de bonne foi et les définira selon les usages et les lois de la cité moins de deux mois après l’ouverture de la cause et de la réception de l’appel, sauf s’il surseoit du fait d’un empêchement justifié ou de l’accord des deux parties.

3211. Les consuls établis dans les villes devront nous faire fidélité avant de recevoir le consulat.

3312. Nos vassaux devront recevoir de nous l’investiture et nous feront fidélité en tant que vassaux, mais tous les autres de 15 à 70 ans en tant que citoyens, sauf les personnes qui peuvent et doivent sans fraude être dispensées de prêter serment.

3413. Les vassaux qui, du temps de la guerre ou de la trêve, ne demandèrent pas l’investiture et ne rendirent pas les services attendus ne perdront pas leur fief en la circonstance.

3514. Qu’ils demeurent dans leur état à titre contractuel et de précaire (libellarie et precarie) selon la coutume de chaque cité, en dépit de notre loi, qui est dite de l’empereur Frédéric.

3615. Nous remettons gratuitement pour notre part tous les dommages, les usurpations et les injustices que nous avons subis, nous et les nôtres, de la ligue, de l’un de ses membres ou de ses fauteurs.

3716. Nous ne ferons pas de halte injustifiée dans les cités et les diocèses au préjudice des cités.

3817. Il est permis aux cités de se fortifier et de construire des fortifications en dehors de leur enceinte.

3918. De même, elles pourront conserver la ligue qu’elles ont aujourd’hui, et il leur est permis de la renouveler autant qu’elles le voudront.

4019. Que les pactes stipulés à cause de la crainte que nous avons inspirée ou que nos représentants ont imposée, soient non avenus et que rien ne puisse être exigé de leur fait. Ainsi des [pactes] des gens de Plaisance, c’est-à-dire le pacte du pont du Pô et le loyer dudit pont, celui des droits régaliens, de la cession et du pacte que fit l’évêque Ugo di Castell’Arquato, et d’autres pactes s’il en a été fait par cet évêque ou par la commune ou par d’autres de la ligue avec nous ou notre représentant ; que ledit pont reste avec tous ses droits utiles aux gens de Plaisance, de façon qu’ils soient toujours tenus d’acquitter le loyer à l’abbesse de Santa Giulia de Brescia, et de même pour les autres.

4120. Que les sentences qui furent prononcées en droit selon les lois et les coutumes contre une ou plusieurs personnes de la ligue soient appliquées, à condition qu’elles eussent pu être prononcées si ces personnes avaient été dans notre paix (gratia). Qu’en revanche les sentences prononcées contre une ou plusieurs personnes de la ligue du fait de la guerre et de la discorde de l’Eglise soient tenues pour nulles.

4221. Que les possessions qu’un membre quelconque de la ligue tenait légitimement avant le temps de la guerre et qui ont été usurpées par force par des personnes qui ne sont pas de la ligue soient restituées sans les fruits ni dommages, et si elles sont restituées, que leur possesseur ne soit pas inquiété, sauf si les arbitres élus pour enquêter sur les droits régaliens nous les assignent.

4322. Nous remettons au marquis Obizzo [Malaspina], pour ce qui nous concerne et par notre clémence impériale, toutes les offenses qu’il fit à nous et à nos partisans après qu’il eut été dans la ligue, pour sa défense ou celle d’une personne quelconque de la société, et nous le recevons dans la plénitude de notre grâce ; et il ne lui sera fait aucun dommage ni contrainte par nous-mêmes ou par un des nôtres pour les offenses qu’ils firent, lui ou ceux de son parti.

4423. En plus, que la juridiction que les Milanais avaient coutume d’exercer dans les comtés de Seprio, Martesana et Bulgaria, à l’exception des lieux que la commune de Bergame tient entre l’Adda et l’Olio et à l’exception de Romano Vecchio et Bariano, que cette juridiction qu’ils exercent maintenant, ils l’aient et la possèdent de façon libre et paisible sans contradiction de notre part ni de nos successeurs, étant saufs et permanents les pactes et concessions que la commune de Milan fit avec les cités de Bergame, Lodi, Novare, qui ne doivent pas être lésées par ces accords.

4524. Et qu’aucun préjudice ne soit porté au droit ou à la coutume d’une des cités de la ligue, et qu’aucun droit ne soit acquis au détriment de l’une de ces cités à cause des susdites concessions.

4625. Que les pactes jadis conclus entre les cités de la ligue demeurent valables et ratifiés.

4726. Et que les Milanais ne considèrent pas comme acquis ce qu’ils ont dans le diocèse de Lodi du fait de ces concessions, étant saufs leurs droits sur les eaux du Lambro, s’ils en ont, et le péage.

4827. Tous ceux de la ligue qui nous jureront fidélité ajouteront dans leur serment de fidélité qu’ils nous aideront de bonne foi à garder — et, si nous les avons perdus, à récupérer — les biens et droits que nous avons et possédons en Lombardie, si cela est nécessaire et s’ils en ont été requis par notre représentant ; et de façon telle que les cités soient absolument obligées de le faire et que les autres, si nécessaire, soient tenues de leur apporter une aide convenable. Les cités de la ligue qui sont sises hors de Lombardie sont tenues d’agir de même sur leur propre territoire.

4928. Si une cité n’observe pas ce qui est statué en notre nom dans l’accord de paix, toutes les autres cités la forceront de bonne foi à l’observer, la paix demeurant néanmoins dans sa teneur actuelle.

5029. Lorsque nous entrerons en Lombardie, on nous accordera le fodrum habituel et les droits accoutumés et dus en temps voulu. Et on remettra en état, à l’aller et au retour, en toute bonne foi et sans fraude, les routes et les ponts. On nous accordera le droit de marché convenable en toute bonne foi et sans fraude, à notre voyage aller et au retour.

5130. Tous les dix ans, ceux qui ne l’auront pas fait avant renouvelleront leur fidélité envers nous, à notre demande, à nous ou à notre représentant.

5231. On restituera leurs biens, mais sans les fruits ni le dommage, à ceux de notre parti qui en auront été privés, sauf si le possesseur peut se défendre en vertu du droit de propriété et étant sauves les concessions antérieures ; on leur remettra toutes leurs offenses. On observera le même droit pour ceux qui sont de notre parti au sujet des restitutions, sauf si la cité s’est liée par serment de ne pas restituer ; dans ce cas, nous voulons que la restitution passe par l’arbitrage d’un prudhomme (bonus vir).

5332. Et si une controverse quelconque surgit au sujet d’un fief entre nous et quelqu’un de la société, elle sera réglée par les pairs de la cité ou du diocèse où la discorde est née, selon la coutume de ladite cité dudit diocèse, sauf si nous nous trouvons en Lombardie. Dans ce cas, la cause sera entendue à notre audience, si cela nous plaît.

5433. De même, nous refuserons de donner audience à ceux qui voudront contrevenir de manière violente aux pactes conclus et validés par serment entre des cités de la ligue et entre une cité et des personnes.

5534. De même, nous restituons la route aux Véronais et nous recevons personnellement Ezzelino dans la plénitude de notre grâce et nous lui remettons toutes les offenses.

5635. Cette paix, telle que nous l’avons entendue de bonne foi dans la forme susdite qui est celle des médiateurs de la paix, à savoir Guillaume évêque d’Asti, Henri marquis de Savone, frère Théodoric de Silve-Bénite et Rodolphe notre trésorier, selon la teneur que nous avons fait jurer et telle que les Lombards l’ont entendue de bonne foi, nous statuons de l’avoir à perpétuité et de l’observer sans changement. Et pour qu’elle perdure fermement et de façon stable, nous avons fait ajouter la marque de notre sceau sur la présente page.

5736. Les noms des cités à qui nous accordons notre grâce et avons fait cette concession et permission sont les suivants : Verceil, Novare, Milan, Lodi, Bergame, Brescia, Mantoue, Vérone, Vicence, Padoue, Trévise, Bologne, Faenza, Modène, Reggio, Parme, Plaisance. Nous voulons que la paix soit observée dans ces cités et ces lieux et nous leur accordons notre grâce.

5837. Nous n’accordons pas la concession ou permission susdite à Imola, San Cassiano (Castrum Sancti Cassiani), Bobbio, Gravedona, Feltre, Belluno, Ceneda. A Ferrare, nous rendons notre grâce et nous accordons la susdite concession ou permission, à condition que dans les deux mois qui suivront le départ des Lombards de notre cour, ils soient d’accord avec ladite paix.

5938. Nous avons fait jurer cette paix et concorde sur notre âme, comme il est écrit plus haut, tant nous que notre fils Henri roi des Romains, à Rodolphe notre trésorier.

6039. Voici les noms des princes et des nobles de la cour qui jurèrent d’observer la paix susdite : Hermann, évêque de Münster, Henri, élu de Coire, Thiethelmus, abbé de Reichenau, Gottfried, chancelier d’empire, Otton, duc de Bavière, Frédéric, duc de Souabe, notre fils, Bertold, duc de Zähringen, Bertold, marquis d’Istrie, Hermann, marquis de Vérone, le comte Henri de Diez, le comte Théopold de Lechsgemünd (Leschemunde), le comte Ludewicus frère du chancelier de Helfenstein, Rodolphe, trésorier, Guarnerius de Bolanden, Cuno de Münzenberg (Minzenberc), Conrad, échanson.

6140. Voici les noms des représentants qui, pour les Lombards, reçurent cette paix et cette concorde et les confirmèrent par serment en notre présence :

62De Milan : Guido de Landriano, Pinamonte da Vimercate (Pinamundus de Vico Mercato), Adobatus Butraffus, Wilielmus Burrus, Guercius de Uxolo, Ardericus de Bonate, Rogerius Marcellinus, Lotherius, médecin.

63De Brescia : Oprandus de Martinengo, Gezo de Turbiato, Desiderius juge, Rodulfus de Concisio, Bocacius de Maneruio, Albricus de Capriano.

64De Plaisance : Gerardus de Arditione, Iacobus Strictus, Hermannus de Cario, Caupo, juge.

65De Bergame : Albertus de Mapello, Atto Ficianus, Iohannes de Piteringo, Lanfrancus de Monacha, Albertus Attonis, Albertus Albertonis.

66De Vérone : Cotius, juge, Ubertinus de Carcere, Valerianus de Castello, Martius de Castello, Tebaldinus de Raimundo, Tebaldinus de Nascinguerra.

67De Vicence : Pilius, juge, Ubertinus de Fontaniua, Carlaxarius, Marcus de Pauliano.

68De Padoue : Guanfus, Ezelinus, juge, Englescus de Fontegliua.

69De Trévise : Florius, juge, Gumbertinus.

70De Mantoue : Alexandrinus, Iacobus de Arnica, Agnellus, juge, Henricus de Angelo.

71De Faenza : Bernardus, juge, Ugolinus de Azone.

72De Bologne : Antoninus, podestat, Rolandus Guarini, Matheus Rodulfi.

73De Modène : Arlottus, juge, Rainerius de Bocabadada.

74De Reggio : Albertus, changeur, Rolandus de Caritate.

75De Parme : Iacobus Petri Baue, Maladobatus, juge, Vetulus, juge, Conradus Bulzoni.

76De Lodi : Vincentius de Fissiraga, Anselmus de Summaripa.

77De Novare : Opizo de Briona, Thedisius Caballatius, Guido de Boniprando.

78De Verceil : Meardus et Vercellinus.

7941. Voici les cités et les lieux qui reçurent avec nous la paix susdite sous le serment des Lombards et la jurèrent à leur tour : Pavie, Crémone, Côme, Tortona, Asti, Césarée [Alessandria], Gênes, Alba et les autres cités, lieux et personnes qui sont et furent de notre côté.

8042. Voici les noms des messagers qui reçurent l’investiture du consulat des cités en notre nom : de Milan, Adobatus, de Plaisance, Gerardus Ardicionis, de Lodi, Vincencius, de Vérone, Cotius, de Vicence, Pilius, de Padoue, Guanfus, de Trévise, Florius, de Mantoue, Alexandrinus, de Faenza, Bernardus, de Bologne, Antoninus, de Modène, Arlottus, de Reggio, Rolandus, de Parme, Iacobus Petri Baue, de Novare, Opizo, de Verceil, Meardus, de Bergame, Atto Ficianus.

81Seing du seigneur Frédéric empereur invaincu des Romains.

82Moi, Gottfried, chancelier impérial, à la place de Christian archevêque du siège de Mayence et archichancelier de Germanie, j’ai reconnu.

83Fait cette année de l’Incarnation du Seigneur 1183, indiction I, régnant le seigneur Frédéric, très glorieux empereur des Romains, la trente-deuxième année de son règne, vingt-neuvième dans l’empire. Donné à Constance dans une cour solennelle le 7 des calendes de juillet, heureusement. Amen.

84Source : H. Appelt, Die Urkunden Friedrichs I. 1181-1190, Hanovre, 1990 (MGH, Die Urkunden der deutschen Könige und Kaiser, X, 4), no 848, p. 68-77. Traduit du latin.

85Présenté et traduit par J.-L. Gaulin

3 - La Ligue toscane (11 novembre 1197)

86Ce document se trouve dans le Caleffo vecchio, premier Liber iurium de la commune de Sienne. Il a été copié et authentifié dans ce volume par le notaire Crescenzio, reproduisant l’acte original dressé par Mercatus, imperialis aule index ordinarius et notarius, chancelier de Lucques. D’autres exemplaires de ce texte ont été écrits pour les différents adhérents de la ligue ; il existe une copie aux archives de Florence.

87Le texte, très long, a été en certains paragraphes coupé (...) ou [résumé] ou simplifié par l’élimination de mots ou membres de phrase redondants. Le terme castrum/castellum, généralement traduit par « fort » désigne génériquement un lieu fortifié : habitat, village ou ville, à la différence de civitas (traduit « cité »), siège de diocèse.

88Orientation bibliographique : Davidsohn R., Storia di Firenze, t. 1, Florence, 1956 (trad. ital. de Geschichte von Florenz, Berlin, 1896-1927) ; Cammarosano P., « Tradizione documentaria e storia cittadina. Introduzione al “Caleffo Vecchio” del Comune di Siena », dans Il Caleffo Vecchio del Comune di Siena, 5, éd. M. Ascheri, Sienne, 1991, p. 7-81 ; Redon O., L’espace d’une cité. Sienne et le pays siennois, Rome, 1994 (Coll, de l’EFR, 200) ; Ascheri M., « Formes du droit dans l’Italie médiévale », Médiévales. Langues, Textes, Histoire, 39, automne 2000, p. 137-152.

89Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, amen. Que la grâce du Saint Esprit nous assiste.

90Pour l’honneur de Dieu, de la bienheureuse Vierge Marie, de tous les saints et de l’Eglise romaine et pour l’honneur et le salut de tous ceux qui sont ou entreront dans cette ligue (societas). Nous jurons sur les saints évangiles de Dieu de tenir pour ferme dès maintenant et tout le temps de notre vie, la paix et l’alliance (concordia) scellées entre toutes les personnes de cette ligue et, de même, de tenir pour ferme et valable, de ne rompre ni remettre en cause ni en aucune manière dévoyer cette ligue et l’alliance nouée entre les cités de Toscane, les évêques, les comtes, les forts (castella) et les bourgs, qui personnellement jureront et ont juré, et les autres nobles qui personnellement ont juré ou jureront de la même manière, avec l’accord de tous les capitaines qui seront alors en fonction ou de la majorité d’entre eux. Nous ne donnerons jamais un avis favorable, une aide de fait, de conseil ou d’organisation à qui voudrait casser ou dévoyer [la ligue] de quelque manière ou dans quelque intention que ce soit. Et si nous venons à savoir que quelqu’un veut agir contre la ligue, ou préparer une action contre elle, en toute bonne foi et sans fraude nous nous y opposerons et l’arrêterons, et aussitôt que possible nous le dénoncerons ou le ferons dénoncer aux recteurs ou aux capitaines de la ligue. Et si quelqu’un, prince ou roi ou podestat ou [autre] personne qui ne serait pas de la ligue (compagnia), d’où qu’il soit, voulait faire la guerre à une ville, à un évêque, un comte ou un fort ou un bourg ou un noble personnellement membre de la ligue, à cause de cette ligue nous ne lui donnerons ni ne lui ferons donner, ni ne permettrons qu’on lui donne conseil ni aide, ni en vivres ni en rien d’autre ; et si nous venons à savoir que quelqu’un veut lui donner aide ou conseil, sans fraude et de bonne foi nous nous opposerons à lui. A ceux de la ligue nous apporterons notre aide de bonne foi, mais en nous conformant aux ordres des capitaines ou des recteurs qui seront alors à la tête de la ligue.

91Les recteurs et capitaines seront tenus d’agir dans l’intérêt de la ligue et de ses membres et d’éviter les actions inutiles ; ils devront donner et faire donner par tous les autres membres de la ligue aide et appui, avec armes et sans armes, aux membres de la ligue qui en auront besoin, suivant les dispositions qui seront jugées les meilleures à l’unanimité ou par la majorité des recteurs, dans l’intérêt et pour la sauvegarde de ceux qui en ont besoin et de toute la ligue. Les recteurs sont tenus de se concerter, de s’exprimer en conscience et de se ranger à l’avis de la majorité (...) [élection et succession des recteurs].

92Si un conflit, un désaccord ou la guerre éclate entre deux cités ou entre une cité et un évêque ou un comte ou un fort ou quelque autre membre de la ligue, tous les recteurs ou une partie représentative d’entre eux devront aller sur les lieux ou chez les hommes entre lesquels il y a conflit ; ils devront résoudre le conflit, si possible à l’amiable, au mieux, sans considération d’amour, de haine ou de corruption, et les personnes qui étaient en conflit devront se soumettre à l’arbitrage des recteurs. Et si les recteurs ne réussissent pas à rétablir la paix entre les parties, ils seront au moins tenus de toujours maintenir la ligue et l’alliance.

93De même, à tous les ordres que nous donneront les recteurs, ou l’un d’entre eux au nom de tous ou de la majorité, sur la foi du serment et pour l’action et l’honneur de la ligue, en personne ou par messager ou par lettre, nous obéirons et nous les exécuterons et ne manquerons pas d’y obéir et de les exécuter.

94Les recteurs devront se réunir ensemble au moins trois fois par an, là où ils le décideront, et traiter de ce qu’ils jugeront nécessaire et utile à toute la ligue, sauf empêchement plausible ou autre réunion. Tous les quatre mois ils devront désigner entre eux un ou des prieurs aux convocations de qui ils devront accepter de se rendre et de se présenter pour les affaires de la ligue.

95Nous, consuls ou recteurs des cités, des forts et des bourgs, qui sommes ou serons dans cette ligue, nous n’accepterons pas comme consul ou recteur de notre cité, fort ou bourg quelqu’un qui ne jurerait pas tout ce qui est écrit ci-dessus ou ci-dessous. Et au recteur de chez nous (nostra terra) [terra dans le sens d’espace fortifié soumis à un pouvoir et à une loi], quand il viendra pour affaire concernant la ligue, nous paierons ses frais sans faute, et nous l’indemniserons pour les dommages qu’il subirait ; aux arbitres qui seront envoyés chez nous pour corriger et faire notre statut, nous ferons jurer qu’ils inscrivent dans le statut de conserver cette alliance intégralement telle qu’elle est écrite ci-dessus et ci-dessous et de ne rien faire inscrire dans le statut contre cette alliance et de la renouveler de consulat en consulat et de gouvernement en gouvernement.

96Nous, comtes et nobles, nous jurons que nous ferons jurer à nos fils et à nos petits-fils, dès qu’ils auront quatorze ans, tout ce qui est écrit ci-dessus et ci-dessous, sur demande des recteurs de la ligue, dans les deux mois suivant la demande (...) [cas de refus ou rupture du serment].

97Nous, consuls ou podestat des cités ou recteurs des forts et des bourgs, d’ici au premier janvier prochain nous demanderons le serment de nos collègues consuls et de tous les conseillers réunis à l’appel de la cloche, au moins cent par cité. Dans les deux mois suivants nous ferons jurer le peuple (populus) de chez nous, les grands et les petites gens (maiores et minores), de 18 à 60 ans (...) ; ces serments devront être renouvelés tous les cinq ans.

98Nous, évêques, comtes et nobles, qui jurons personnellement, nous ferons jurer tous les chevaliers (milites) de chez nous et du district dans les mêmes âges, et de même tous les gens de pied (pedites), à la demande de tous les recteurs ou de la majorité d’entre eux, dans les deux mois suivant la demande, après le premier janvier, comme plus haut ; tous les cinq ans nous renouvellerons ce serment et nous le ferons renouveler par les hommes de notre district (...) [accès à la ligue : refus ou acceptation].

99Nous ne ferons ni paix ni trêve ni traité avec un empereur, un roi ou un prince, un duc ou un marquis, ou quelque personne qui les représenterait, sans l’avis de tous les recteurs ou de la majorité d’entre eux. Nous serons tenus [d’enregistrer] tous les amendements apportés au texte de ce serment et de cette garantie qui auront été décidés à l’unanimité des recteurs ou par la majorité d’entre eux pour le bien de la ligue, tant additions que soustractions, à condition que la ligue ne soit ni rompue ni affaiblie et que soit sauvegardée l’alliance établie entre la ligue toscane et la curie romaine.

100Partout où dans le texte de ce serment il est écrit « à la majorité des recteurs », il faut entendre que cette majorité doit obligatoirement comprendre les recteurs représentant l’évêque de Volterra, les cités de Florence, de Lucques et de Sienne, les villes fortifiées (castra) de Prato et de San Miniato, et les recteurs représentant les cités de Pise et de Pistoia et Poggibonsi si elles entrent dans cette ligue, autrement les décisions ne seront pas valables. (...) [clauses financières].

101Je n’accepterai pas un empereur ni un légat délégué par l’empereur, un roi ou un prince, un duc ou un marquis pour commander et administrer sans le consentement de l’Eglise romaine et son mandat spécifique. Et moi, recteur de la ligue, si je reçois de l’Eglise romaine par messager ou par lettre la demande de défendre ou récupérer un bien de l’Eglise romaine, j'aiderai et ferai aider l’Eglise romaine, au mieux, comme nous en conviendrons, moi et mes collègues recteurs de la ligue, à l’unanimité ou à la majorité. Mais si une cité ou commune de la ligue a détenu et détient un de ces biens jusqu’à ce jour, je ne serai pas tenu d’aider l’Eglise. S’il arrive que monseigneur le pape ou les seigneurs cardinaux se trouvent assiégés par une armée dans une ville ou un fort à l’intérieur des frontières de la ligue, je les aiderai et les ferai aider, avec mes forces et celles de toute la ligue de bonne foi et sans fraude. Si le prince, ou quelqu’un en son nom, du commun accord de l’Eglise romaine et des recteurs de la ligue, est admis [dans la ligue] et par la suite se déclare contre l’Eglise romaine ou contre la ligue, je m’opposerai à lui et lui ferai la guerre avec mes forces et celles de la ligue, mais en suivant la décision des recteurs, prise à l’unanimité ou à la majorité, surtout si je suis requis par l’Eglise romaine. (...) Je veillerai sans fraude à la sûreté des routes à l’intérieur des frontières de la ligue et, si un délit y est commis, je m’efforcerai de le faire juger en respectant les statuts des villes et des autres lieux.

102Il est entendu dans le pacte et dans les garanties énoncées plus haut en faveur de l’Eglise romaine que, si monseigneur le pape et les seigneurs cardinaux ne remplissent pas tous les engagements pris pour eux et de leur côté envers la ligue toscane, d’ici au premier janvier prochain, ou à un autre terme, prorogé par tous les recteurs de la ligue ou par la majorité d’entre eux, je ne serai alors pas tenu pour la ligue envers l’Eglise romaine.

103[Suivent les serments des consuls de Lucques, de Florence, de Sienne et de San Miniato et de l’évêque de Volterra. Le consul de Sienne est dispensé de faire jurer ses hommes jusqu’à ce que le pape les ait absous du serment de fidélité qu’ils avaient prêté au fds de l’empereur (Frédéric fils d’Henri VI). Suivent les serments des deux cardinaux légats en Toscane et de plusieurs citoyens des différentes villes, le 11 novembre 1197, dans l’église Saint-Christophe du bourg de San Genesio (dans la vallée de l’Amo, sous la forteresse impériale de San Miniato)].

104Source : Il Caleffo Vecchio del Comune di Siena, 1, éd. G. Cecchini, Florence, 1932, acte 68, p. 98-102. Traduit du latin.

105Présenté et traduit par O. Redon

4 - Frédéric II et le carroccio de Milan

106Le carroccio ou char porte-bannière à quatre roues, emmanché d’un haut mât où flotte le drapeau, n’est pas une exclusivité des villes italiennes. Mais son usage, dans l’Italie des communes, en fait l’un des principaux éléments matériels de la conscience et de la cohésion urbaines, en temps de guerre, sur le champ de bataille, comme en temps de paix. Celui de Milan, qui aurait été créé au XIe siècle par l’archevêque Ariberto, est bien documenté, tant localement (chez Arnolfo ou Bonvesin), qu’hors de la ville, dans la chronique philo-impériale qui en rapporte la remise humiliante à Frédéric Ier après la reddition de 1162 (chez Acerbo Morena), ou dans un sens anti-impérial, comme chez le franciscain Salimbene, après Cortenuova en 1237. Car, plus que d’autres carrocci, il représente un enjeu élargi à l’ensemble de la péninsule. S’il fait partie, à Crémone, du triomphe de Frédéric II avec le podestat Pietro Tiepolo (qui sera pendu à Trani en 1240), il est, seul dans Rome, récupéré dans le discours impérial. La lettre qui en accompagne l’envoi, rédigée en janvier 1238 dans un style très élaboré, est sans doute l’œuvre du juriste Pierre de la Vigne, protonotaire et logothète de la chancellerie frédéricienne. Du même auteur apparemment, l’inscription monumentale, composée en distiques élégiaques, est disposée sur trois lignes, dans une facture graphique à l’antique, sur une corniche de marbre toujours conservée (37 x 600 cm). La corniche, montée sur cinq colonnes de remploi, formait au Capitole le support ou l'écrin destiné au trophée, lorsque celui-ci parvint à Rome en avril 1238.

107Orientation bibliographique : Zug Tucci H., « Il carroccio nella vita comunale italiana », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 65, 1985, p. 1-104 ; Schaller H. M., « L’epistolario di Pier delle Vigne », dans Politica e cultura nell’Italia di Federico II, sous la dir. de S. Gensini, San Miniato, 1986 (Centra di Studi sulla civiltà del tardo Medioevo, Collana di Studi e ricerche, 1), p. 95-111 ; Petrucci A., Jeux de lettres. Formes et usages de l’inscription en Italie, 11e-20e siècles, Paris, 1993 ; Voltmer E., Il carroccio, Turin, 1994 ; Federico II e l’Italia. Percorsi, luoghi, segni e monumenti (Roma, Palazzo Venezia, 22 déc. 1995-30 avr. 1996), Rome, 1995 ; Kantorowicz E., OEuvres. L’empereur Frédéric II, Paris, 2000 ; Grévin B., « ‘Vivit et non vivit’ : blocages structurels et avancées ponctuelles de la recherche sur Frédéric II Hohenstaufen. A propos de quelques ouvrages récents », Francia, 31/1, 2004, p. 207-216.

1. Chronique de Salimbene de Adam

108Et la même année [MCCXXXVII], le quatrième jour avant la fin de novembre, les Milanais furent vaincus par l’armée de l’empereur et moururent, et perdirent leur char porte-bannière à Cortenuova ; l’empereur l’envoya à Rome, mais les Romains le brûlèrent pour montrer leur opposition à Frédéric. Il croyait en effet que ce geste les déciderait à se mettre de son côté. Et ce conflit donna lieu à un immense ravage de Milanais. Même le fils du doge de Venise, qui était alors podestat de Milan, y fut capturé par l’armée de l’empereur, et mis dans les prisons de Crémone. Et l’empereur tenait presque toute la Lombardie et la Marche de Trévise.

109Source : Salimbene de Adam, Cronica, éd. G. Scalia, t. 1, Bari, 1966, p. 139. Traduit du latin.

2. Lettre de Frédéric II accompagnant l’envoi du trophée à Rome

110Frédéric... au sénat et au peuple de Rome... Exalter pour le temps de notre empire la gloire de la Ville, dont les Anciens pensaient accroître la grandeur par le renom des triomphes : voilà à quoi nous obligent tant la raison toute-puissante, qui a pouvoir sur les rois, que la nature. Et nous y fûmes obligé de bonne grâce, nous le proclamons très solennellement. Ainsi, puisqu’un triomphe doit nécessairement être ramené à son origine naturelle, nous ne saurions exalter la gloire impériale sans, conjointement, exalter l’honneur de la Ville qui fut, nous en avons conscience, l’origine de notre empire. Mais combien même la majesté impériale est dégagée de toute loi, pourtant, sur tout point qu’on voudrait ou devrait juger irrationnel, elle n’est pas exemptée du jugement de la raison qui est mère du droit. Notre attitude s’écarterait aussi du respect de toute raison, si, rendu illustre de l’éclat d’un César romain, nous pouvions souffrir que les Romains restassent à l’écart des célébrations d’une victoire romaine ; si nous détournions le profit d’une entreprise menée en votre nom, alors que nous fûmes vainqueur des rebelles de l’empire romain au cri du nom de Rome ; si nous ne transférions la gloire et l’éclat de notre royauté vers la ville royale qui nous destina à la Germanie pour y trouver le rang impérial, comme une mère ouvre ses bras au départ de son fils. C’est à vos titres que nous attribuons toutes nos actions menées dans l’intervalle sous de fastes auspices, quand nous revenons comblé de l’éclat d’un grandiose épisode dans la Ville que nous quittâmes rempli de la crainte d’un destin douteux. Ainsi nous faisons revivre les antiques Césars, auxquels le sénat et le peuple de Rome décernaient triomphes et lauriers pour la renommée de leurs actions et la victoire de leurs enseignes. A cette fin, par le présent exemple de notre grandeur sérénissime, nous ouvrons de loin le passage à vos désirs : Milan défaite, nous vous destinons, en guise de butin et dépouille des ennemis vaincus, le char de cette cité, au titre de sa première place dans l’Italie factieuse ; nous vous envoyons par avance l’acompte de nos merveilles et de notre éclat, pour le reste, nous nous en acquitterons intégralement dès que nous verrons pacifiée l’Italie, le siège de notre empire romain. Recevez donc avec joie, Quirites, la victoire de votre empereur (imperator) ! Concevez-en un très bel espoir, car, si nous respectons volontiers les antiques solennités, nous aspirons plus volontiers encore à la restauration de l’antique noblesse dans la ville. Pour finir, il se murmure et il se répète que l’envie causée par ce cadeau triomphal a poussé quelques opposants à détruire ce char porte-bannière et à tramer clandestinement des complots d’incendie, car son exposition publique et l’installation dans la ville d’un mémorial glorieux du triomphe de César rendent en leur coeur la douleur plus intense. Pour qu’ils ne puissent se prévaloir de leurs projets malveillants, nous incitons votre communauté à la prudence, à prendre soin de mettre toute votre attention et votre diligence à sa surveillance, afin que le raisonnement des méchants qui s’oppose à notre victoire et s’étouffe devant notre gloire soit asphyxié dans ses projets, plutôt que de trouver matière à se moquer. Mais sous l’autorité du sénat et du peuple de Rome, force est à la loi (Lex plebiscita) contre les criminels : tout homme pris, à titre privé ou à titre public, dans le cadre d’un complot ou d’un préjudice contre le char porte-bannière, doit être puni de la décapitation.

111Source : Huillard-Bréholles J.-L.-A., Historia diplomatica Friderici secundi, V/l, Paris, 1852, p. 161-163 (janvier 1238). Traduit du latin.

3. Inscription du carroccio, corniche de marbre conservée à Rome, Palais du Sénat, Salle du carroccio

112+ De César auguste Frédéric le second, reçois en don, ô Rome, ce char, gloire perpétuelle dans la Ville. Le voici, illustre butin, capturé dans la déroute de Milan. Qu’il rappelle les triomphes de César ! Pour l’opprobre de l’ennemi, il sera suspendu. Il est envoyé pour l’honneur de la Ville. L’amour de la Ville ordonna son envoi.

113Source : Transcription dans Guarino S., « Iscrizione del carroccio », notice du catalogue Federico II e l’Italia. Percorsi, luoghi, segni e monumenti (Roma, Palazzo Venezia, 22 déc. 1995-30 avr. 1996), Rome, 1995, p. 336-337.

114Présenté et traduit par V. Rouchon Mouilleron

5 - Correspondance au sujet d’un roi captif (1249)

115Enzo, fils de Frédéric H, fut capturé par l’armée bolonaise le 26 mai 1249 à Fossalta, près de Modène. « Légat de toute l’Italie » et « roi de Sardaigne et de Gallure », l’un des quatre judicats de l’île, sur lequel il avait des droits en vertu de son mariage, en 1241, avec Adelasia de Torrès, veuve d’un juge qui gouvernait auparavant cette région, Enzo fut détenu dans le palais de la commune de Bologne jusqu’à sa mort en 1272. La lettre par laquelle l’empereur exige la libération de son fils provient de la correspondance de Pierre de la Vigne, bien que le chancelier, suspect de trahison, ait mis fin à ses jours avant la capture d’Enzo. Rolandino Passaggeri (v. 1215–1300), malgré ses nombreux titres, notaire, docteur en ars notarié, auteur de traités importants et homme politique, n’était certainement pas chancelier de la commune en 1249. La tradition qui lui attribue la rédaction de la réponse à l’empereur semble remonter à un chroniqueur bolonais de la seconde moitié du XIVe siècle. Une attribution tardive, peut-être douteuse, qui ne diminue pas l’intérêt de cette confrontation épistolaire.

116Orientation bibliographique : Camargo M., Ars dictaminis, ars dictandi, Turnhout, 1991 (Typologie des sources du Moyen Age occidental, 60) ; Pini A. I., « Enzo di Svevia, re di Sardegna », dans DBI, 43, Rome, 1993, p. 1-8 ; Id., « Un principe dei notai in una ‘repubblica dei notai’ », Nuova rivista storica, 1998, p. 51-72 ; Giansante M., Retorica e politica nel Duecento. I notai bolognesi e l’ideologia comunale, Rome, 1999 (ISIME, Nuovi studi storici, 48).

1. Lettre de Frédéric II aux Bolonais

117On lit dans divers récits que les événements sont variés du fait de la fortune qui tantôt abaisse l’homme, tantôt l’élève, et qui souvent flatte quelques-uns en les élevant pour, aussitôt, les frapper et les affliger d’une blessure mortelle en les abaissant. Si donc il semble qu’en ces temps une fortune sereine pose sur vous un regard favorable, si vous êtes sages, vous ne devriez en aucune manière en concevoir de l’orgueil, car souvent celui qui est porté aux nues est plus fortement disloqué par la chute. Bien souvent la fortune, qui laisse d’abord entrevoir la prospérité, accumule de nombreux obstacles en chemin avant d’en finir. On a rapporté en effet à notre magnificence que lors de la victoire qui vous fut accordée, vous avez fait donner des trompettes de fer, avec lesquelles vous croyez agiter tout l’univers, et soulevés d’un très grand orgueil, vous avez transmis à vos frères Lombards les dons de l’arrogance, en célébrant avec eux solennités et grandes joies. Mais, si vous ne transformez pas immédiatement votre superbe en douceur, vos trompettes de fer seront brisées au premier souffle : « vos rires seront mêlés de douleur » [Prov 14, 13], et votre joie se changera en tristesse [cf Jean 16, 20], Considérez l’avenir avec prudence et écoutez attentivement : bien que la sérénité de notre empire paraisse souffrir quelques revers, en vertu d’un digne jugement divin, nous avons conduit à leur juste châtiment et à leur mort nombre de ceux qui osèrent se rebeller contre notre puissance, pour les donner en exemple à tous les hommes de notre temps. La force de l’empire romain n’est pas aussi assoupie que vous paraissez le croire ; une puissance vigilante et attentive ne s’endort jamais. Interrogez vos pères, et qu’ils vous racontent comment notre grand-père, le très victorieux Frédéric d’heureuse mémoire, expulsa de la maison de leurs ancêtres (a propriis laribus) et exila les Milanais, vos guides, quand il le voulut, et réduisit leur cité à trois faubourgs. Que vos oreilles ne se laissent pas persuader par les suggestions et les flagorneries des Lombards qui ne désirent que vous associer à leur destin et vous conduiront dans une fosse d’où personne ne vous aidera à sortir. C’est pourquoi, sous peine de notre grâce, nous vous ordonnons et mandons par la présente de libérer de vos prisons notre fils bien-aimé Enzo, roi de Sardaigne et de Gallure ainsi que tous nos fidèles, ceux de Crémone, de Modène et tous les autres. Si vous agissez ainsi, nous louerons votre cité parmi les autres cités lombardes ; mais si vous négligez d’obéir aux ordres de notre puissance, c’est notre armée triomphale et innombrable qui vous devrez attendre, en sachant, sans nul doute, que nous irons vers vous sans aucun délai, que nous assiégerons votre cité, et que même les traîtres de Ligurie ne pourront vous libérer de nos mains ; vous serez la risée et la honte des nations et votre conduite vous sera reprochée pour l’éternité.

2. Réponse des Bolonais, attribuée à Rolandino Passaggeri

118Dieu se manifeste, et aussitôt il disperse ses ennemis » [Ps 67, 1] qui s’attachent plus à la force qu’au droit ; soulevés par une très grande colère, ils croient soumettre les autres par la terreur et la menace, mais l’arc n’atteint pas toujours sa cible, ni le loup ne capture toujours sa proie. Ne croyez donc pas nous effrayer de vos paroles de vent, car nous ne sommes pas les roseaux des marais que le moindre souffle de vent agite, ni les plumes, ni la brume que dissipent les rayons du soleil. Sachez en outre que le roi Enzo est à nous, hier, aujourd’hui et demain, parce que nous croyons que tel est notre droit ; mais si vous voulez venger votre blessure, il vous faudra employer la force, et il nous sera permis de lutter contre la force par la force. « Nous ceindrons le glaive à la cuisse » [Ps 44, 4] et nous rugirons comme des lions pour vous vaincre, vous qui ouvrez les hostilités, et la multitude ne sera pas d’un grand secours à votre grandeur, car dans la multitude gît souvent la confusion, et comme le dit un proverbe des anciens : « Le petit chien maîtrise souvent le sanglier ».

119Source : Huillard-Bréholles J.-L.-A., Historia diplomatica Friderici secundi, Paris, 1859, VI/2, p. 737-739. Traduit du latin.

120Présenté et traduit par N. Bériou et J.-L. Gaulin

6 - Les statuts de l’ost florentin à Montaperti

121Le 4 septembre 1260, l’armée de Florence était écrasée. Défaite totale, ruineuse. Les Siennois ne purent qu’à grand-peine emmener leurs nombreux prisonniers et leur immense butin. Dans le pavillon de la commune, les vainqueurs découvrirent les archives des vaincus. Ce qui ne fut pas alors dispersé ou brûlé fut gardé, comme un trophée, par le gouvernement siennois. Dès le début du XIVe siècle, divers cahiers et instruments, reliés, formaient un registre, appelé « Libro di Montaperti ». Cet ouvrage, conservé jalousement dans les archives communales, ne fut remis au grand duc de Toscane, Cosme Ier, qu’en 1570. Composite, il rassemble les épaves de la documentation indispensable à la mobilisation et au gouvernement d’une armée : élections d’officiers, délibérations relatives à diverses questions politiques et logistiques, promesses des communes du contado chargées de fournir le ravitaillement, liste des chevaux remis par les citoyens du quartier San Pancrazio, liste des citoyens du même quartier appelés à servir à cheval, liste des piétons mobilisés dans la portion du contado relevant du quartier de la Porta San Piero, statuts, etc. Il est pour l’historien un témoignage unique des formes et des limites de l’implication de la société communale dans l’activité bellique au début de l’âge populaire.

122Orientation bibliographique : Waley D., « The army of the Florentine republic from the Twelfth to the Fourteenth Century », dans Florentine studies. Politics and Society in Renaissance Florence, sous la dir. de N. Rubinstein, Londres, 1968, p. 70-108 ; Settia A., Comuni in guerra. Armi ed eserciti nell’ltalia delle città, Bologne, 1993 ; Raveggi S., Tarassi M., Medici D., Parenti P., Ghibellini, guelfi e popolo grasso. I detentori del potere politico a Firenze nella seconda metà del Dugento, Florence, 1978 ; De Rosa D., Alle origini della Repubblica fiorentina. Dai consoli al « primo popolo » (1172-1260), Florence, 1995 ; Settia A., Rapine, assedi, battaglie. La guerra nel Medio Evo, Bari, 2002 ; Maire Vigueur J.-C., Cavaliers et citoyens. Guerre, conflits et société dans l’Italie communale XIIe -XIIIe siècles, Paris, 2003.

123Au nom de Dieu et de la glorieuse vierge Marie et de saint Jean-Baptiste patron et défenseur de la commune de Florence et de tous les saints et saintes, amen.

124Ce sont les ordonnances et statuts faits, établis et ordonnés par les seigneurs Jacopino Rangoni, par la grâce de Dieu honorable podestat de Florence, et les capitaines de la puissante et victorieuse armée [deux pour chacun des six quartiers], que la commune de Florence doit réunir à présent pour la confusion de ses ennemis, l’honneur et la renommée du podestat, de la commune de Florence, du seigneur Filippo Vicedomini, capitaine [du peuple], des Anciens du peuple florentin et desdits capitaines de l’armée, ainsi que pour la gloire, le triomphe, l’honneur, le bon état et la renommée de toute la militia et du peuple florentin, et pour la perte, confusion et mort de tous les ennemis de la commune et du peuple de Florence.

125Premièrement, ils statuèrent et ordonnèrent que tous, tant milites que piétons de la cité, du contado et du district de Florence, de quelque lieu qu’ils soient, âgés de 15 à 70 ans, devront venir à la présente armée florentine, à l’exception de ceux qui sont postés à la garde des prisonniers, des cités et châteaux, des terres de la commune de Florence, qui doivent demeurer pour le service de la commune, et aussi de ceux qui auront licence du podestat et des capitaines de l’armée et du seigneur capitaine et des Anciens du peuple florentin. Quiconque, tant miles, que piéton et autres, ne sera pas trouvé dans ladite armée – la présence étant certifiée par instrument public écrit de la main du notaire ordonné à cet effet – sera tenu pour condamné ; il devra solder à la commune de Florence, s’il est miles, 50 livres de petits florins, s’il est piéton, 25 livres de petits florins, s’il est vexillaire de milites, 200 livres de petits florins, s’il est vexillaire de piétons, 100 livres de petits florins. En outre, chaque débiteur sera absous de sa dette ; mais il devra verser la moitié de celle-ci à la commune de Florence. Et s’il arrivait qu’un débiteur paye ses dettes à ses créanciers, il devrait verser la même somme à la commune de Florence. De plus, celui qui ne sera pas trouvé dans les camps de ladite armée ne verra pas entendues ses réclamations par la commune de Florence ou par un de ses officiers ; on ne lui rendra pas justice ; il ne pourra être admis dans un office quelconque de la commune, à perpétuité, ni recevoir ou poursuivre un quelconque bénéfice de la commune de Florence. En outre, il sera en plus puni selon la volonté du podestat et ceci ne pourra être modifié, ni révoqué d’une quelconque manière. Et dans ces dernières dispositions, on entend les milites, qui sont imposés pour un cheval pour la commune de Florence.

126De même, que le podestat ait pouvoir de juger dans l’armée susdite.

127De même, le miles qui, après réquisition, ne serait pas trouvé dans ladite armée, devra solder à la commune de Florence à titre de peine 10 livres de petits florins, le piéton, 100 sous, plus ou moins selon le jugement du podestat, ceci en dehors de toutes les autres peines, notées supra et infra.

128De même, si quelqu’un de la cité ou du district de Florence demeurait et ne se rendait pas à ladite armée après réquisition, le peuple auquel il appartient sera tenu de solder à la commune de Florence, si c’est un miles, 50 livres de petits florins, voire plus sur jugement du podestat, sauf si [ce peuple] accuse ledit miles ; si c’est un piéton, 25 livres de petits florins, voire plus sur jugement du podestat, sauf si [ce peuple] accuse ledit piéton. En outre, la maison, dans laquelle serait trouvé le miles sera détruite, s’il ne solde 25 livres à la commune de Florence ; celle dans laquelle serait trouvé un tel piéton également, s’il ne solde 10 livres à la commune de Florence. Les chapelains et recteurs des peuples, tant de la cité que du contado de Florence, seront tenus et devront, comme il a été dit, accuser et dénoncer tout miles ou piéton qui demeurerait chez lui et ne serait pas trouvé dans l’armée. Et s’ils ne l’accusaient pas, chacun des dits chapelains et recteurs du peuple ou des peuples, dans lesquels tel miles ou tel piéton serait inscrit, devrait solder à la commune 10 livres pour ceux qui demeureraient dans leur maison, voire plus, sur jugement du podestat. Et pour que l’on ait meilleure information de tout cela, chaque premier dimanche du mois après le départ de l’armée, ceux qui ne seraient pas à l’armée seront publiquement dénoncés, lorsque l’on chante la messe, dans les églises de la cité et du contado de Florence ; et le podestat devra faire lire chaque nom de ceux-ci en conseil, tous les mois, de la même manière. Aucune raison, aucune manière, ni par licence du seul podestat ou du capitaine du peuple, ni par licence des Anciens, ni d’autre personne, ne pourra excuser ou absoudre un ou plusieurs hommes de tout cela, sauf s’il a licence du podestat, du capitaine, des Anciens et des capitaines de l’armée et que la licence est délivrée sous la forme d’un instrument public, écrit de la main légale d’un notaire.

129De même, si un notaire ordonné par la commune de Florence pour inscrire les hommes de l’armée refuse de remplir son office ou l’exerce avec négligence, il sera puni et devra être condamné à 50 livres de petits florins, ou plus sur jugement du podestat. Et le notaire ou un autre, qui commettrait sur ce point une fraude serait puni de 100 livres de petits florins, ou plus sur jugement du podestat.

130De même, quiconque devant la présente armée vendrait, sans licence du podestat, un cheval à un non-citoyen de Florence ou l’enverrait hors du district de Florence, sera condamné, si c’est un cheval d’armes, à 50 livres de petits florins, ou plus sur jugement du podestat, si ce n’est pas un cheval d’armes, à 25 livres de petits florins, ou plus sur jugement du podestat.

131De même, quiconque vendrait, sans licence du podestat donnée sous forme publique par la main légale d’un notaire, le cheval pour lequel il serait imposé pour la commune de Florence, paiera et devra solder à la commune, à titre de peine, 100 livres de petits florins, ou plus sur jugement du podestat.

132De même, si un gonfalonier, sans licence du podestat ou des capitaines de l’armée, entre dans le camp, avant la bannière de son quartier, il sera puni de 25 livres ou plus sur jugement du podestat.

133De même, si une personne seule entre dans le camp sans son vexillaire, elle sera punie, si c’est un miles, de 40 sous de petits florins, ou plus sur jugement du podestat, si c’est un piéton, de 20 sous, ou plus sur jugement du podestat.

134De même, si quelqu’un descendait le pavillon, la tente ou tout autre logement dans l’armée, avant que l’on descende le pavillon de la commune de Florence, on brûlera son pavillon ou sa tente et on le punira selon le jugement du podestat.

135De même, si quelqu’un mettait le feu à un abri, un berceau de feuillage (frascato), de la paille ou du foin, l’armée étant au camp, le podestat sera tenu de lui prendre 10 livres à titre de peine, voire plus selon son jugement. La moitié de ladite somme ira à l’accusateur et l’autre à la commune. Et si celui qui a mis le feu est pauvre, incapable de payer, on l’insultera et le fouettera nu au milieu de l’armée ; et on le punira sur son corps davantage, sur volonté du podestat.

136De même, celui qui devra tendre son pavillon ou sa tente, devra se placer avec son quartier, sous peine et condamnation du podestat.

137De même, chaque quartier et chaque bannière de chaque quartier constituée pour l’armée seront placés séparément l’un de l’autre, de telle sorte que milites et piétons, chevaux, bêtes et sommiers puissent aller et venir à travers l’armée librement et commodément.

138De même, si un gonfalonier de milites ou de piétons sortait des rangs ou courait vers une quelconque « rumeur » ou sortait du camp sans permis et licence du podestat ou de ses représentants (distrignitores) ou des capitaines de l’armée, on brûlera ses armes et son cheval ; si c’est un gonfalonier de piétons, on brûlera ses armes ; en outre, ils seront punis selon la volonté du podestat.

139De même, si un miles ou un piéton sortait des rangs où il se trouve affecté ou courait vers une quelconque « rumeur » ou sortait du camp à cause d’une « rumeur » ou pour lever une sédition ou pour toute autre raison inconvenante, sans son vexillaire, sans permis, ni licence du podestat ou de ses détachés ou des capitaines de l’armée, on brûlera ses armes et son cheval, s’il est miles, on brûlera ses armes, s’il est piéton ; et de plus on le punira selon le jugement du podestat.

140De même, si certains échangeaient entre eux des mots d’injure ou en arrivaient, dans l’armée, à d’autres actes que Dieu réprouve, ils seront punis corporellement et sur leurs biens selon le jugement et la volonté du podestat.

141De même, si certains demeuraient à la maison, en ayant licence, comme il a été dit, ou pour une autre juste cause, pour maladie ou un autre empêchement, et qu’ils étaient imposés en chevaux ou arbalètes, ils seront tenus et devront envoyer à la présente armée le ou les chevaux, avec son ou ses cavaliers, la ou les arbalètes avec le ou les arbalétriers de la cité ou du district de Florence, sous peine laissée à l’appréciation du podestat.

142De même, tous ceux à qui sont imposés des arbalètes, arcs, marres, pals, pics et scies seront et devront être près de ceux qui sont ou seront députés pour les diriger ; et chaque fois qu’on ne les y trouvera pas, chacun d’eux devra solder à la commune de Florence 5 sous de petits florins, ou plus sur volonté du podestat. Et pour les archers et les arbalétriers, on élira à nouveau deux notaires et deux laïcs, devant qui ils devront se présenter afin qu’aucune tricherie ne soit commise, étant excepté l’office de vexillaire des arbalétriers et des archers tant qu’il ne confère pas leur absolution ou libération.

143De même, tous les marchands de l’armée, d’où qu’ils soient, devront porter le marché des denrées alimentaires (forum victualium) à l’armée, en abondance. Et ceux qui y contreviendront seront tenus de payer à la commune de Florence 100 sous de petits florins ou plus sur jugement du podestat.

144De même, tous les milites, piétons, pavesiers, arbalétriers, archers, gâteurs, massiers, casseurs, piquiers, scieurs et toutes les autres personnes de l’armée, tant de la cité que du district, seront tenus de suivre leurs vexillaires et insignes, sous peine et condamnation laissées à la volonté et au jugement du podestat.

145De même, que tous les capitaines, gonfaloniers et leurs détachés aient plein arbitre pour punir et conduire tous ceux placés sous eux.

146De même, quiconque de la cité ou du district de Florence fera écrire le nom d’un autre, absent, ou répondra pour un autre dont le nom est inscrit, sera tenu de solder à la commune de Florence 25 livres de petits florins, ou plus sur jugement du podestat.

147De même, si quelqu’un s’appropriait ou faisait prendre le cheval qu’il conduit ou fait conduire à l’armée, l’inscrivait ou faisait inscrire pour une autre personne, ou le présentait ou faisait présenter ou consigner, qu’on le condamne à 100 livres de petits florins et qu’il perde le cheval. Et celui en faveur duquel le cheval serait inscrit, sera condamné à 100 autres livres de petits florins, pour chaque fois, ou plus sur jugement du podestat.

148De même, si un citoyen florentin, forain ou contadin du district de Florence, âgé de 15 à 70 ans, ne se trouvait pas inscrit et son nom écrit dans les actes et instruments rapportés par les recteurs et chapelains ou autres constitués à cet effet, qu’on le punisse selon le jugement du podestat, si dans les dix jours suivant la publication de cette ordonnance il ne s’est pas fait inscrire.

149De même, tous ceux qui ont un cheval au service de la commune de Florence, tant de la cité que du contado, seront tenus de porter et avoir dans la présente armée une selle à destrier, des protections pour le cheval, une pancière ou haubergeon (asbergum), des chausses ou bottines (stivaletti) de fer, un chapeau d’acier, des plaques ou pièces cuirassées, une lance, un écu ou une targe ou un large pavois (tavolaccio). Et qui ferait le contraire et ne porterait pas à l’armée lesdites armes, comme il est dit, serait puni et condamné pour la selle à 20 sous de petits florins, pour la protection du cheval à 60 sous, pour la pancière ou le haubergeon à 100 sous, pour les chausses ou bottines à 20 sous, pour le chapeau d’acier à 20 sous, pour les plaques ou pièces cuirassées à 20 sous, pour la lance à 20 sous, pour l’écu ou la targe ou le pavois à 20 sous de petits florins.

150De même, chaque piéton de la cité de Florence sera tenu de porter et avoir en la présente armée une pansière ou petite cuirasse (corictum) avec manches de fer, ou des manches de fer avec des pièces cuirassées (coraczinis), un chapeau d’acier ou une cervelière, un gorgerin ou cou de fer, une lance, un écu ou grand pavois. Et qui ferait le contraire et ne porterait pas à l’armée lesdites armes, comme il est dit, sera puni et condamné pour la pancière ou petite cuirasse avec manche ou pour les manches avec pièces cuirassées à 20 sous de petits florins, pour le chapeau ou cervelière à 10 sous, pour le gorgerin ou col à 10 sous, pour la lance à 10 sous, pour l’écu ou le pavois à 10 sous.

151De même, tous les arbalétriers et archers de la cité et du contado de Florence seront tenus de porter et d’avoir en la présente armée toutes les armes requises et nécessaires, sous peine laissée à l’appréciation du podestat.

152Tous lesdits articles sont statués et ordonnés par les podestat et capitaines de l’armée, étant précisé que le podestat peut punir toute personne ou son lieu d’origine, qui agirait avec fourberie ou frauduleusement ou commettrait un méfait, au jour du départ de l’armée jusqu’au jour de son retour, dans l’armée ou à l’occasion de l’armée, ou qui gênerait l’action de l’armée, étant toujours excepté dans tout ce qui a été dit, le jugement et la liberté du seigneur capitaine et des Anciens du peuple de Florence. L’an du seigneur courant 1259, le 11 du mois de mars, troisième de l’indiction, dans la chambre dudit podestat, dans la maison des fils Abbati.

153De même, après, le lundi 5 avril 1260, troisième de l’indiction, fut approuvé et établi tout ce qui est susdit par ledit seigneur Jacopino, podestat et par les capitaines de l’armée, et lu par moi Jacobo de Vichio, notaire, dans l’église Santa Reparata, en parlement public où ledit seigneur Filippo, capitaine, et les Anciens du peuple florentin furent présents.

154Source : Il Libro di Montaperti (An. MCCLX), éd. C. Paoli, Florence, 1889, p. 369-374. Traduit du latin.

155Présenté et traduit par A. Jamme

7 - Montaperti, selon Giovanni Villani (4 septembre 1260)

156On ne présentera pas Giovanni Villani, dont la carrière, l’expérience commerciale et administrative, le patriotisme sont connus. Sa narration, finalement pédagogique, de la bataille de Montaperti souligne, non sans quelque rouerie, les incohérences politiques, les trahisons, les infortunes dont sa cité fut victime, au cours d’une de ces journées qui fit Florence. L’immense succès de la Nuova Cronica dans les derniers siècles du Moyen Age contribua de fait à la construction d’une mémoire citadine, qui jamais n’oublia Montaperti.

157Orientation bibliographique : Davidsohn R., Storia di Firenze, 2/1, Florence, 1956 (trad. ital. de Geschichte von Florenz, Berlin, 1896-1927) ; Raveggi S., Tarassi M., Medici D., Parenti P., Ghibellini, guelfi e popolo grasso. I detentori del potere politico a Firenze nella seconda metà del Dugento, Florence, 1978 ; Zug Tucci H., « Il carroccio nella vità comunale italiana », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 65, 1985, p. 1-104 ; Guerra e guerrieri nella Toscana medievale, sous la dir. de F. Cardini et M. Tangheroni, Florence, 1990 ; De Rosa D., Alle origini della Repubblica fiorentina. Dai consoli al « primo popolo » (1172-1260), Florence, 1995 ; Porta G., « La costruzione della storia in Giovanni Villani », dans Il senso della storia nella cultura medievale (1100-1350), Actes du XIVe congrès international de Pistoia (1993), Pistoia, 1995, p. 125-138 ; Ragone F., Giovanni Villani e i suoi continuatori. La scrittura delle cronache a Firenze nel Trecento, Rome, 1998 (ISIME, Nuovi Studi Storici, 42) ; Koenig J., « Wartime religion : the preMontaperti sienese supplication and ritual submission », Bullettino senese di storia patria, 105, 2000, p. 7-61.

158Les Siennois et les exilés (usciti) florentins (...) empruntèrent à la compagnie des Salimbeni, qui étaient alors des marchands, 20.000 florins d’or et donnèrent en gage la rocca de Tintinnano et plusieurs autres châteaux de la commune. Ils renvoyèrent leurs ambassadeurs dans les Pouilles, au roi Manfred, avec ladite somme, les chargeant de lui narrer comment ses Allemands, peu nombreux, avaient donné, avec force et vaillance, l’assaut à tout l’ost des Florentins, en mettant en déroute un grand nombre, et que, s’ils avaient été plus nombreux, ils auraient remporté la victoire, mais que, du fait de leur petit nombre, ils étaient tous morts sur le champ de bataille : son enseigne avait été tramée et bafouée dans tout le camp, puis dans Florence et ses alentours. Ils exposèrent les raisons qu’ils savaient le mieux émouvoir Manfred, qui ayant entendu ces nouvelles fut irrité et, avec l’argent des Siennois qui payèrent la moitié de la solde pour trois mois, envoya en Toscane le comte Giordano, son maréchal, avec huit cents chevaliers allemands et lesdits ambassadeurs. Ils arrivèrent à Sienne à la fin de juillet de l’an du Christ 1260 et furent reçus par les Siennois avec de grands honneurs ; eux et tous les gibelins de Toscane en prirent beaucoup de force et de hardiesse. Aussitôt, les Siennois semoncèrent l’ost contre le château de Montalcino, qui était allié (accomandato) à la commune de Florence. Ils demandèrent de l’aide aux Pisans et à tous les gibelins de Toscane, si bien qu’en comptant les chevaliers de Sienne, les exilés de Florence, les Allemands et tous leurs alliés, ils arrivèrent à mille huit cents chevaliers, dont la plus grande partie étaient des Allemands.

159Les exilés de Florence (...) pensèrent que cela ne servirait à rien, s’ils n’arrivaient pas à faire sortir les Florentins pour combattre (...). Ils raisonnèrent que cela ne se pouvait faire sans habileté ni ruse de guerre ; cette entreprise (industria) fut confiée à messire Farinata degli Uberti et à messire Gherardo Cicca de Lamberti. Subtilement, ceux-ci désignèrent deux sages frères mineurs comme messagers au peuple de Florence ; mais auparavant ils les rapprochèrent de neuf puissants de Sienne qui faussement leur laissèrent comprendre que la seigneurie de messire Provenzano Salvani – qui était le plus grand du peuple de Sienne – leur déplaisaient et que volontiers ils donneraient la ville (terra) aux Florentins, moyennant 10.000 florins d’or. Que les Florentins viennent avec un grand ost sous le prétexte de ravitailler Montalcino, qu’ils s’avancent jusqu’au fleuve Arbia, et alors, avec leur force et celle de leurs complices, ils leurs donneraient la porte San Vito, qui est sur la route d’Arezzo (...).

160Les Anciens [du peuple de Florence] élirent l’un d’entre eux, Spedito di Porta San Piero, homme d’action et d’audace, qui était un des principaux chefs (guidatori) du peuple, ainsi que messire Gianni Calcagni de Vaccareccia (...). Portés par la volonté plus que par la fermeté, les deux Anciens accordèrent foi au projet (trattato) et trouvèrent sur le champ les 10.000 florins d’or qui furent mis en dépôt. Ils rassemblèrent le conseil des grands (grandi) et du peuple et lui exposèrent la nécessité de faire, pour ravitailler Montalcino contre Sienne, un ost plus grand que celui qui avait été fait à Santa Petronilla. Les nobles des grandes maisons guelfes de Florence et le comte Guido Guerra, qui était avec eux, ne connaissant pas le faux traité, mais en sachant plus sur la guerre que les popolani, ayant eu connaissance de l’arrivée d’une nouvelle troupe (masnada) d’Allemands à Sienne et la mauvaise figure que le peuple avait faite à Santa Petronilla, quand les cent Allemands les avaient attaqués, ne voyaient pas l’entreprise sans grand danger (...). [Ils démontrèrent] qu’à peu de frais on pouvait ravitailler Montalcino (...), que lesdits Allemands (...) avaient déjà servi la moitié du temps de leur solde (...) qu’ils retourneraient dans les Pouilles et que les Siennois et les exilés de Florence seraient alors dans un état pire qu’auparavant. Leur porte-parole fut messire Teghiaio Aldobrandi degli Adimari, chevalier sage, preux et de grande autorité ; et vraiment son conseil était le meilleur. Le susdit Spedito, Ancien, homme très présomptueux, lui dit avec vilenie d’aller chercher sa culotte s’il avait peur. Messire Teghiaio lui répondit qu’au besoin, il n’oserait pas le suivre dans la bataille, là où lui irait. A ces mots, messire Cece di Gherardini se leva pour dire la même chose que messire Teghiaio. Les Anciens lui ordonnèrent de ne pas le faire, sous peine de 100 livres, pour celui qui se dresserait contre l’ordre des Anciens. Le chevalier voulut les payer pour parler contre l’expédition. Les Anciens refusèrent et doublèrent la peine. Il voulut encore la payer et ainsi de suite jusqu’à 300 livres ; et comme il voulait encore payer davantage pour pouvoir parler, on lui ordonna de se taire sous peine de sa tête ; et on en resta là. Le peuple orgueilleux et inconscient gagna le pire, c’est-à-dire que ledit ost procède sans délai.

161Ils demandèrent l’aide de leurs alliés : les Lucquois vinrent, commune, peuple et chevaliers ; ainsi que les Bolonais, les gens de Pistoia, de Prato, de Volterra, San Miniato, San Gimignano, Colle Val d’Eisa, qui étaient alors alliés (in taglia) de la commune et du peuple de Florence. A Florence, on en avait plus de huit cents de la cavallata des citoyens et plus de cinq cents soldés. Ces gens réunis à Florence, l'ost partit à la fin août, emmenant en grande pompe le carroccio et une cloche appelée Martinella sur un char avec un château de bois à roues. S’y rendit presque tout le peuple avec les enseignes des compagnies. Il n’y eut à Florence ni maison, ni famille, qui n’en ait envoyé un, à pied ou à cheval, parfois deux par maison, ou plus selon la puissance de chacune. Quand ils se trouvèrent dans le contado de Sienne, sur le fleuve Arbia, au lieu prévu, dit Monte Aperti, avec les Pérugins et les Orviétains qui les rejoignirent, ils se trouvèrent plus de trois mille chevaliers et plus de trente mille piétons (...). Les « maîtres du traité », qui étaient à Sienne, afin qu’il soit pleinement réalisé, envoyèrent à Florence d’autres frères pour négocier la trahison de certains grands et de popolani gibelins, qui étaient restés à Florence : ils devaient venir avec l’ost et lorsqu’ils seraient assemblés, ils devraient quitter les lignes de tous côtés, s’en retourner pour affoler l’ost des Florentins (...). Les sages Anciens, chefs de l’ost et du traité, attendaient que les traîtres de l’intérieur leur donnassent la porte promise (...). [Mais à Sienne] tous se mirent en armes aux cris du peuple réclamant « Bataille ! Bataille ! » Les Allemands voulurent la promesse d’avoir double paye et elle leur fut donnée. Leurs rangs furent placés à l’avant, à l’assaut. Par la porte San Vito, qui devait être donnée aux Florentins, les autres chevaliers et le peuple sortirent derrière eux. Quand ceux de l’ost, qui attendaient que ladite porte leur fût donnée, virent sortir de Sienne les Allemands, les autres chevaliers et le peuple avec l’intention de combattre, ils furent fortement étonnés et grandement effrayés, sentant venir un assaut non programmé. Et surtout ce qui leur fit peur, c’est que nombre de gibelins de leur camp, à cheval et à pied, s’enfuirent en voyant approcher les lignes ennemies (...). Pourtant les Florentins et leurs alliés continuèrent de rassembler leurs rangs et attendirent la bataille.

162Comme la ligne des Allemands enfonça rapidement la ligne des chevaliers florentins, où il y avait l’enseigne de la chevalerie de la commune (...), ce traître de messire Bocca degli Abbati, d’un coup d’épée blessa messire Iacopo [del Naca de Pazzi] et lui coupa la main qui tenait l’enseigne. Ceci fait, la chevalerie et le peuple, voyant l’enseigne abattue, trahis par les leurs et durement assaillis par les Allemands, furent mis en déconfiture en quelques heures. Mais, comme la chevalerie de Florence se rendit compte la première de la trahison, il n’y eut pas plus de trente-six hommes des noms de la cavallata parmi les morts et les prisonniers. La plus grande mortalité et captivité fut pour le peuple de Florence, à pied, et pour les Lucquois et les Orviétains, puisqu’ils s’enfermèrent dans le castrum de Montaperti. Ils furent tous faits prisonniers. Plus de deux mille cinq cents restèrent sur le champ de bataille et plus de mille cinq cents furent pris, parmi les meilleurs du peuple de Florence, de chaque maison et de Lucques et des autres alliés qui furent à ladite bataille. Et ainsi fut domptée la rage de l’ingrat et orgueilleux peuple de Florence. Ceci eut lieu un mardi, le 4 septembre de l’an du Christ 1260. Le carroccio et la cloche Martinella, avec un incalculable butin, venant des harnais des Florentins et de leurs alliés y restèrent. Et alors fut brisé et réduit à néant le vieux peuple de Florence, qui, à travers tant de victoires, grande seigneurie et état, avait duré dix ans.

163Source : Giovanni Villani, Nuova Cronica, VII, extraits des chap. 76-78, éd. G. Porta, vol. 1, Parme, 1990, p. 372-380. Traduit du toscan.

164Présenté et traduit par A. Jamme

8 - La révolution communale des Vêpres siciliennes (1282)

165La révolte de Palerme et la constitution d’une communauté de Sicile marquent la naissance difficile d’une nation ; la présence des Catalans et la revendication légitimiste du roi d’Aragon, Pierre DI, époux de Constance et héritier de son beau-père Manfred, en occultent vite le caractère révolutionnaire, communaliste et fédératif que souligne l’acte d’union entre la capitale et la ville lombarde de Corleone, dans les « Montagnes » de l’île.

166Orientation bibliographique : Bresc H., « 1282 : classes sociales et révolution nationale », dans La società mediterranea all’epoca del Vespro, XI Congresso di storia della Corona d’Aragona (Palerme-Trapani-Erice, 25-30 avril 1982), Palerme, I, 1983, p. 241-258 ; L’Etat angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle (Rome-Naples, 7-11 novembre 1995), Rome, 1998 (Coll, de l’EFR, 245).

1. La révolte selon la Crònica de Bernat Desclot

167Comment les gens de Sicile tuèrent tous les Français qui étaient en Sicile pour Charles. Ce fut fait le 14 mai [plus exactement le 31 mars] 1282.

168Il advint alors que, dans la cité de Palerme, capitale du royaume de Sicile, trois jours après Pâques, le mardi qui suit cette fête, les gens de la ville marchaient hors de la ville vers une église où on accordait un grand pardon. Il y avait là un groupe de nobles dames avec leurs maris, leurs frères et leurs amis ; elles étaient en train de jouer et de chanter. Elles rencontrèrent, tout à coup, une compagnie de valets d’armes français de la cour de Charles. Ces gens méchants s’approchèrent des dames et commencèrent à toucher leurs seins. Mais leurs maris et les autres qui étaient avec elles leur dirent : « Messieurs, continuez votre chemin. Ne faites pas de vilenies aux dames ! ». Ils répondirent à la façon des ribauds : « Vous parlez encore de latrines [en langue d’oïl] ». L’un d’eux leva la masse qu’il tenait et en asséna un coup sur le dos d’un des hommes. Ses compagnons, constatant qu’ils les malmenaient de la sorte avec leurs femmes, coururent sus aux Français avec les bâtons qu’ils avaient en criant : « A mort ! A mort, les Français ! ». Ainsi, tous les Palermitains se mirent à tuer tous les Français sur lesquels ils pouvaient mettre la main, à l’intérieur et à l’extérieur de la ville : ils étaient bien dans leur droit et les Français dans leur tort, car ce sont des gens fort cruels et qui les opprimaient vilement.

169Quand les citoyens et les gentilshommes de Palerme en eurent fini des Français de leur ville, ils se réunirent en conseil et décidèrent de tuer tous les Français de Sicile pour qu’il n’y en eût plus jamais un seul dans l’île : ils nommèrent leur capitaine un très sage chevalier de leur terre [Ruggero Mastrangelo]. Le lendemain, l’armée de Palerme partit, à cheval et à pied, vers les villes et les châteaux de Sicile : ils firent tuer tous les Français qu’ils y trouvaient ; ils demandaient à tous les Siciliens de jurer fidélité au gouvernement de Palerme. Ils transmirent ensuite ce message à la cité de Messine de la part de la communauté (universitat) de Palerme et de tous les fidèles compagnons du royaume de Sicile : « Aux gentils et nobles barons et à toute la communauté de Messine, salut et amitié éternelle. Nous vous faisons savoir que, avec la grâce de Dieu, nous avons repris notre terre et toutes ses contrées aux serpents voraces qui nous engloutissaient, nous et nos enfants, et nous tourmentaient jour et nuit, tirant le lait des mamelles de nos femmes et les dévorant sans merci et très cruellement. Nous vous prions, nos frères et amis intimes, de jeter de votre ville les serpents épouvantables et que vous soyez nos compagnons forts et hardis dans la lutte contre le grand dragon. Le temps est venu : Dieu envoie Moïse à Pharaon pour libérer Israël de sa captivité et de son pouvoir. Le temps est venu où ce même Moïse qui devait délivrer les fils d’Israël est venu nous délivrer, alors que nous étions perdus à cause de nos péchés. Dieu le Père tout-puissant tout miséricordieux a pris pitié de nous. Levez-vous, ne vous endormez pas, dressez-vous dans le combat contre les serpents cruels ! »

170Quand le peuple de Messine eut entendu ces lettres apportées par les messagers de Palerme, ils en pleuraient tous de joie. Et ils criaient : « Qu’ils meurent, qu’ils meurent, les ribauds français ! ».

171Source : Desclot B., Crònica, éd. M. Coll 1 Alentorn, Barcelone, 1949-1951, § 81. Traduit du catalan.

2. La formation des communes et la volonté de fédération

172Au nom du Seigneur, amen. L’an de l’incarnation du Seigneur 1282, le vendredi 3 avril, Xe indiction. Nous, Ruggero Mastrangelo, Enrico Barresi, Nicola de Ortileva, chevaliers, et Nicola de Ebdemonia, capitaines de la cité de Palerme, et nous, le juge Giacomo Simonides, bayle, le juge Tommaso Grillo le jeune, le juge Simone de Farasio, Perrono de Caltagirone, Bartolotto de Milite, le notaire Luca de Guidaifo, Riccardo Fimetta, chevalier, et Giovanni de Lampo, conseillers de la communauté de la cité, le notaire Benedetto, clerc, notaire public, et les témoins, faisons savoir que Guglielmo Basso, Guillono de Miraldo et Gugliemo Curto, envoyés et ambassadeurs de la communauté de la ville (terra) de Corleone nous ont remis messire Ruggero Mastrangelo, messire Enrico Barresi, messire Nicola de Ortileva, et messire Nicola de Ebdemonia, capitaines de la cité de Palerme et les conseillers, Guglielmo Basso, Guillono de Miraldo et Gugliemo Curto, envoyés et ambassadeurs de la communauté de la ville de Corleone, exposent que cette communauté (universitas) s’offre, prête à former une union, à prêter fidélité et fraternité au peuple ou à la commune de Palerme, à aider cette commune en tout à sa requête, par les armes, l’argent et les personnes. Ils demandent à être considérés et à être traités comme des citoyens de Palerme et vous promettent, au nom de la communauté de Corleone, de considérer les citoyens de Palerme comme libres et exempts des douanes, gabelles, corvées qui sont imposées aux autres à Corleone. Ces ambassadeurs signent au nom de ladite communauté, prêtant un serment solennel sur les âmes des habitants de Corleone, à cette condition que la commune de la cité de Palerme soit tenue de prêter à la ville de Corleone aide et conseil et secours en armes, argent et personnes, pour la sauvegarde de cette ville et du territoire qu’elle possède maintenant. Les habitants de Corleone demandent aussi d’être libres et exempts dans la cité de Palerme de tout paiement des douanes de terre comme de mer, qu’on impose aux autres, et toute corvée (...) [l’offre est acceptée et l’union proclamée].

173Les capitaines, juges et conseillers de la cité de Palerme promettent également et solennellement de prêter aide pour détruire le château de Calatamauro, et tout ce qui sera nécessaire à la ville de Corleone...

174A future mémoire et à garantie tant de la cité de Palerme que de la ville de Corleone, cet instrument public a été rédigé par la main du notaire, sur la place de San Cataldo de Palerme (...).

175Source : Amari M., La Guerra del Vespro siciliano, Turin, 1851, p. 489-492. Traduit du latin.

176Présenté et traduit par H. Bresc

9 - Le développement du mercenariat : condotte et compagnies d’aventure

177L’engagement d’Alberto di Solario par Alba, commune adhérente à la ligue lombarde en lutte contre Asti, Gênes et le marquis de Montferrat, favorables à Frédéric II, est un des tout premiers contrats de cette nature connus à ce jour. Entre les 8 et 11 juillet 1229, soixante-neuf cavaliers furent pareillement recrutés. Quarante-six étaient originaires de la cité ou des bourgs de Milan, trois de Lodi, un d’Alessandria. Ces actes révèlent l’importance et les racines d’un mercenariat italien, bien implanté dans les villes lombardes de la première moitié du XIIIe siècle.

178Les entreprises de l’empereur et de ses fils, la conquête angevine provoquèrent une forte hausse du nombre des soudoyers étrangers dans la péninsule, allemands, provençaux, français et catalans pour la plupart. Le personnage qui promettait en 1277 de fournir à Florence une compagnie de cent cavaliers (en qui D. Waley a voulu voir un provençal, alors qu’il existe de nombreux Saint-Rémy dans l’espace français actuel) est un agent recruteur, intéressé à l’affaire, plus qu’un véritable entrepreneur militaire disposant d’une compagnie constituée. Les multiples clauses de son contrat signalent de la part de la commune qui l’employait une réelle maîtrise du recrutement, du contrôle des hommes et du versement des soldes.

179Le recours de plus en plus systématique des pouvoirs italiens aux mercenaires étrangers, le développement numérique des armées provoquent au XIVe siècle une succession de crises fortes, résultant des tensions entre offre et demande de prestations militaires. A partir des années trente du XIVe siècle, les compagnies d’aventure, en tant qu’institutions autonomes, s’installent de manière durable au sein des divisions politiques et sociales de la péninsule. Par la solidité de sa structure, par son organisation plus ou moins systématisée de la prédation, celle de l’hospitalier provençal, Montréal du Bar, apparut à nombre de chroniqueurs comme un dangereux foyer de contestation de l’ordre social.

180Orientation bibliographique : Ancona C., « Milizie e condottieri », dans Storia d’Italia, V, Turin, 1973, p. 646-665 ; Waley D., « Condotte and Condottieri in the Thirteenth Century », Proceedings of the British Academy, 1975, p. 337-371 ; Bautier R.-H., « Soudoyers d’Outremont à Plaisance. Leur origine et le mécanisme de leurs emprunts (1293-1330) », dans La guerre et la paix au Moyen Age. Actes du 101e congrès des Sociétés savantes, Paris, 1978, p. 95-129 (rééd. Id., Commerce méditerranéen et banquiers italiens au Moyen Age, Aldershot, 1992) ; Guerre e assoldati in Toscana 1260-1364, cat. d’exposition sous la dir. de L. Boccia et M. Scalini, Florence, 1982 ; Selzner S., Deutsche Söldner im Italien des Trecento, Tübingen, 2001 (Bibliothek des deutschen historischen Instituts in Rom, 98) ; Jamme A., « Les compagnies d’aventure en Italie. Ascenseurs sociaux et mondes parallèles au milieu du XIVe siècle », dans Le petit peuple dans l’Occident médiéval. Terminologies, perceptions, réalités, sous la dir. de P. Boglioni, R. Delort, C. Gauvard, Paris, 2002, p. 347-363.

1. Engagement d’un miles par le podestat d’Alba (1229)

181Au nom de Dieu. L’an de l’incarnation du Seigneur 1229, le dimanche 8 juillet, deuxième année de l’indiction, Alberto di Solario, du lieu de Solario, près du château de Seprio, promit et donna garantie en s’obligeant sur tous ses biens, au seigneur Enrico di Landriano de la cité de Milan, qu’il servirait la commune d’Alba à la volonté dudit seigneur Enrico, qui est podestat et recteur de ladite commune ou cité, avec deux chevaux, un destrier ou destrière et un roncin, et de bonnes armures de fer convenant aux milites pour faire la guerre, pendant un mois continûment, étant comptés dans ce mois trois jours pour leur retour ; pendant ledit mois, ils devront faire guerre aux ennemis d’Alba, à la volonté dudit Enrico, podestat d’Alba ou de la commune d’Alba. Pour ledit service d’un mois, ainsi qu’il a été dit, il a reconnu et reconnaît avoir reçu 9 livres milanaises (tertiolorum). Et, sauf dans le cas où l’argent ne lui serait pas compté, il avait renoncé, promis et convenu avec le seigneur Enrico stipulant que s’il n’y allait pas et n’observait pas ce qui est dit supra et infra, il donnerait et rendrait les 9 livres, et autant à titre de peine, la peine une fois soldée, le pacte demeurant réglé. Il renonce à toute exception et à tout droit par lesquels il se pourrait protéger, ainsi qu’il est contenu en général et en particulier dans ces mots et spécialement dans les lois disant que les pactes ou les conventions qui existent ou sont entrepris contre les lois ou contre les bonnes mœurs, sont cassés et inutiles, ou doivent l’être, et tenus pour non valides ; tout ce qui suit serait alors considéré comme caduc, avec toutes les dépenses et usures qui se feraient pour lesdites 9 livres et la peine à solder, comme il a été dit.

182De même, il devra être dans la cité d’Alessandria avec ses chevaux et armes vendredi prochain 13 juillet, tout empêchement ou excuse étant écartés, ayant 2 sous par jour, vendredi compris, et à partir de ce jour pour un mois. Tout ce qui est à accomplir et à observer dans chaque chapitre, il jura sur les saints évangiles de Dieu, corporellement touchés, d’y veiller et de l’observer et promit en s’obligeant sur tous ses biens.

183Et si ledit chevalier était choisi par la commune de Milan pour aller au service des communes de Milan, d’Alessandria et d’Alba avec d’autres milites, il n’aurait pas lesdits sous pour le temps qu’il resterait à la solde de Milan ; mais une fois quittée la solde de Milan, il commencerait à avoir la solde de la commune d’Alba jusqu’à la fin dudit mois.

184Les chevaux et armes doivent être à la disposition du podestat. Enrico pourra le faire venir de là où il se trouvera, sans qu’il puisse opposer les exceptions du for ou une autre exception. Et ledit Enrico pourra d’autorité occuper ses biens et entrer en leur possession, sans l’autorité et la licence du podestat ou du consul du lieu dans lequel lui et ses biens se trouveront, tant pour le capital que pour la peine, les dépenses, dommages et intérêts.

185Et pour que tout cela soit observé et accompli, comme on a pu le lire supra dans chaque chapitre, il institua fidéjusseur et principal débiteur qui puisse convenir en obligeant tous ses biens, Ruggero de Anricis du lieu de Gorla Maiore, dit « Anrico ».

186Acte dans la maison des Pavari, de la cité de Milan, présent Giovanni Beçeçeio, notaire de cette cité. Furent témoins Anselmotto et Lanfranco, fils de feu Anselmotto Pavari et Filippo, fils dudit Lanfranco, de cette cité. Moi, Passaguado, fils de feu Prevedo Cocchi, de la contrada de Pietrasanta de la cité de Milan, notaire du seigneur Henri empereur, je l’écrivis et remis.

187Source : Vayra P., « Cavalieri Lombardi in Piemonte nelle guerre del 1229-1230 », Archivio Storico Lombardo, X, 1883, p. 413-422, p. 419-420. Traduit du latin.

2. Engagement de cent milites par la commune de Florence (1277)

188Au nom du Christ, Amen. Voici les pactes et conventions passés entre la commune de Florence et le seigneur Inghilese, chevalier ultramontain de Saint-Rémy :

189Que le seigneur Inghilese conduise pour la commune de Florence cent milites d’Outremont pour les services de la commune de Florence et de la partie des guelfes de la cité et du contado. Et que chaque miles ait un bon cheval d’armes et soit bien armé avec pancière, harnais ou cuirasse ou gros pourpoint, avec jambières ou chausses de fer, gorgerin, heaume de fer ou bacinet, écu ou pavois, épée, lance et couteau. Et qu’il ait pour chaque miles chaque mois sur les recettes de la commune de Florence 11 livres de petits florins. Et pour cinquante milites qu’il y en ait un qui porte bannière et qui aura double paye.

190De même, que lesdits milites aient trente roncins et qu’ils aient pour solde mensuelle, pour chaque roncin, sur les recettes de la commune de Florence, 5 livres de petits florins.

191De même, que pour cent milites soit fait un capitaine qui ait un cheval d’armes et deux autres chevaux, et qu’il ait double paye. Et parmi ces cent milites, qu’il y ait deux tambours (tamburelli) avec instrument à vent ou deux trompettes qui reçoivent une solde de miles.

192De même, que leur chevaux soient inscrits, que soient consignées leurs marques (signa) par le notaire choisi par la commune de Florence pour inscrire ces chevaux, qu’ils soient estimés par le maréchal et deux autres bons et loyaux hommes, l’un pour la commune et l’autre pour lesdits milites. Et que chaque cheval soit d’armes et estimé au moins à 30 livres de petits florins.

193De même, que les chevaux des milites soient, en fonction de leur estimation, remboursés sur les recettes de la commune de Florence, s’ils sont tués ou blessés lors d’un combat contre les ennemis de la commune fait sur ordre du podestat ou du capitaine. Pour chaque mort ou blessure, ils devront apporter la preuve (facere fidem) au seigneur vicaire ou à son familier, avant trois jours obligatoirement pour être remboursés dans les dix jours suivants. Dans l’intervalle, ils ne percevront pas de solde. Et une fois effectué [le remboursement, ils devront] chevaucher avec un bon cheval ou jument, comme avec le précédent, et le faire inscrire dans les trois jours ou ils perdront leur solde.

194De même, ils seront tous tenus, de quelque manière que ce soit, de chevaucher sur l’ordre et à volonté du seigneur vicaire [de Charles d’Anjou] et du seigneur capitaine ou de l’un d’entre eux, de jour et de nuit, dans la cité et le contado de Florence et là où ils le voudront. Celui qui ne chevaucherait pas, après en avoir reçu l’ordre, serait condamné par le vicaire ; il payerait, pour le premier jour, 40 sous de petits florins, et pour chaque autre jour, 10 sous ; il ne pourra être fait échange de la personne ou du cheval.

195De même, ils seront tenus de faire montre de leurs personnes, de leurs chevaux et de leurs armes, chaque fois qu’ils en seront requis par les seigneurs capitaine, présent et à venir, et vicaire, ou l’un d’entre eux ou par une autre personne par eux ordonnée ou nommée, de jour et de nuit, sous peine et condamnation portées par lesdits seigneurs vicaire, capitaine ou autre.

196De même, si l’un desdits milites faisait un échange de personne, de chevaux ou d’armes quand on fait la montre ou lors des chevauchées, chaque miles serait tenu de payer à la commune de Florence et à son camérier, selon la peine et la condamnation laissées à la volonté des seigneurs vicaire et capitaine ou de l’un d’eux.

197De même, si l’on s’empare d’un des ennemis de la commune de Florence dans un combat ou d’une autre manière, on sera tenu de le remettre à la commune de Florence, si elle le réclame, dans les quatre jours après déclaration faite par la commune, obtenant de celle-ci à titre de gain, 25 livres de petits florins, pour un cavalier, 10 livres, pour un piéton, plus les biens meubles des ennemis. Et si tel ou tel captif refusait, qu’il leur soit licite de faire cela selon leur volonté, sans qu’il y ait mort, étant entendu qu’on ne considère pas comme faisant partie desdits ennemis (...) les factieux, ou ceux qui sont bannis ou condamnés pour quelque méfait.

198De même, s’il arrivait que parmi lesdits milites ou soudoyers (soldanerii), certains soient pris par les ennemis de la commune de Florence, il sera possible de les échanger et de faire échange avec les ennemis pris ou à prendre semblables à eux, étant précisé que si lesdits soldats reçoivent de l’argent de la commune de Florence pour ledit échange, ils devront impérativement le restituer au camérier de la commune de Florence.

199De même, que la commune de Florence leur fasse caution idoine pour quatre mois et leur verse la paye dans les deux premiers mois.

200De même, qu’aucun des milites ou soldats du seigneur vicaire général ne puisse ou doive être à ladite solde ; et celui qui y sera trouvé soldera au camérier de la commune de Florence 25 livres de petits florins à chaque fois, et il perdra la paye.

201De même, ledit seigneur Inghilese et lesdits soldats jureront sur les saints évangiles de Dieu de veiller, observer et tenir pour établi tout ce qui a été dit.

202De même, que ledit seigneur Inghilese donne caution fidéjussoire idoine pour ce qui est dit, pour lui et chacun des milites qu’il inscrira à la solde ou alors chaque miles pour lui-même.

203De même, qu’il devra les payer trois jours avant le terme de chaque mois.

204De même, que les soldats pourront séjourner dans la cité de Florence avant de faire montre, trois jours à leur arrivée, pendant lesquels le camérier devra leur compter leur paye, rien de plus ; et ils ne pourront rien avoir d’autre, pour leur venue ou leur retour de la cité de Florence.

205De même, qu’ils prêtent audit seigneur Inghilese avec sécurité idoine C [document mutilé : il s’agit probablement de cent livres, voire plus, d’avance sur solde].

206De même, si entre les susdits milites ou soldats advenait une querelle pour quelque méfait, qu’il soit licite au podestat de la commune de Florence et à son vicaire de les punir.

207De même, que desdits cent milites, il en conduise cinquante d’ici à la mi-mai et cinquante d’ici aux calendes de juin.

208Toutes les conventions et pactes sus-notés, Guido Malabocca, syndic de la commune de Florence, comme il apparaît par instrument de la main d’Arrigo, notaire de San Miniato, scribe des conseils de la commune de Florence, au nom de la commune, d’une part, et le susdit seigneur Inghilese, chevalier, en son nom et au nom desdits milites et de chacun d’eux, d’autre part, réciproquement se promirent et convinrent d’observer inviolablement, de faire et d’accomplir. S’ils y contrevenaient, n’observaient pas et ne remplissaient pas ce qui a été convenu, la partie défaillante donnerait, solderait et payerait, à titre de peine, à l’autre partie, demeurant dans sa foi et observant tout ce qui a été dit, 1.000 livres de petits florins, plus tous les dommages et dépenses ; les parties s’obligent l’une envers l’autre à servir et accomplir tout ce qui a été dit, c’est-à-dire, ledit syndic de la commune de Florence envers ledit seigneur Inghilese, pour lui et ses milites et associés, recevant de la commune et sur les biens de la commune de Florence, et ledit seigneur Inghilese envers ledit syndic recevant pour la commune de Florence de lui, de ses héritiers et de ses biens présents et à venir (...).

209Ceci fut fait à Florence, dans l’église Santa Maria au dessus de la Porta Maggiore, présents les témoins appelés à cet effet, Mainetto Benincase et Filippo Cialuffi, Uberto Capitanei, Neri di Lucardo, Gherardino Jacobi, envoyé (nuncius) de la commune, l’an du Seigneur 1277, cinquième de l’indiction, le mercredi 5 du mois de mai.

210Moi, Jacobo Lottieri, notaire du sérénissime seigneur Frédéric, empereur, et maintenant constitué par la commune de Florence pour écrire ce qui a été dit, je fus présent et tout cela, de la volonté desdites parties, je l’ai écrit, rédigé en forme publique et souscrit.

211Source : Waley D., « Le origine della condotta nel Duecento e le compagnie di ventura », Rivista Storica Italiana, 1976, p. 531-538, p. 536-538. Traduit du latin.

3. La grande compagnie de Montréal du Bar, d’après Matteo Villani

212Le frère de Saint-Jean, fra Moriale (...) ayant grand désir de s’enrichir, se proposa d’accueillir des gens d’armes de toute l’Italie et de faire une compagnie de pillards, avec laquelle il pourrait chevaucher et piller chaque pays et chaque homme. C’est là que fut la source maudite des compagnies, qui ensuite pendant longtemps troublèrent l’Italie, la Provence, le royaume de France et beaucoup d’autres pays. Ce fra Moriale, avec ses messages et ses lettres, réunit une grande partie des soldats, qui se trouvaient sans solde, en Toscane, en Romagne et dans la Marche, à cheval et à pied, affirmant que celui qui viendrait à lui serait défrayé de ses dépenses et pourvu d’une bonne solde. Par ce moyen, en peu de temps, il réunit autour de lui 1.500 barbutes et plus de 10.000 piétons (masnadieri), tous désireux de gagner leur vie aux dépens des autres (...).

213Dans la Marche (...), ils commencèrent à chevaucher le pays et à piller de toutes parts, s’emparant par la force de Mondolfo, des Fratte, de San Vito et de six autres petits châteaux. Ils coururent jusqu’à Jesi, razzièrent les bourgs et pillèrent le pays alentour. Après ils combattirent contre Feltrino, l’emportèrent d’assaut et tuèrent cinquante hommes ; parce que le château était rempli de toute sorte de biens pour vivre, ils y demeurèrent un mois. Pendant ce temps, ils s’emparèrent de Montefano, de Montefiore et de plusieurs autres châteaux des environs qui, par peur, obéirent à leurs ordres.

214A cause de la rumeur qui attribuait à la compagnie de grandes prises, de nombreux soldats qui avaient achevé leur service (ferme), ne voulant plus de solde, ralliaient fra Moriale ; d’autres se faisaient casser pour le rejoindre. Lui les faisait inscrire et, dans l’ordre, donnait à chacun une certaine part au butin. Tous les vols et prises qui étaient négociables, il les faisait vendre, en offrant la sécurité aux acheteurs, qu’il faisait escorter loyalement, pour faire monter sa marchandise (dare corso alla mercatanzia). Il nomma un camérier, qui recevait et payait, et créa des conseillers et des secrétaires, avec lesquels il commandait tout. Il était obéi par tous les cavaliers et piétons, comme s’il avait été leur seigneur ; il maintenait la justice qu’il faisait expédier sommairement.

215Ainsi organisés, ils chevauchèrent et renversèrent le pays. Ils vinrent à Montelupone qui, par peur, se rendit. Ils y restèrent vingt jours et, une fois réunies là la prise faite dans le pays et la substance du château, ils emportèrent tout, sans faire de mal aux hommes. Puis ils chevauchèrent jusqu’à la mer, prirent Numana, combattirent Oriolo, sans l’avoir, allèrent devant Ancône, prirent Falconara, sur pacte, les personnes étant sauves. Huit châteaux dans le pays d’Ancône se rendirent à eux, les personnes s’enfuyant, abandonnant leur terre et leurs affaires à la compagnie. Après ils retournèrent sur Jesi (...) et puis ils allèrent à Castelfidardo rempli de victuailles, le combattirent et l’emportèrent d’assaut ; au mois de mars [1354], ils prirent le château de Staffolo, rempli de vin (...). Le reste de l’hiver, se répandit dans tout le pays leur irrésistible tempête, volant, tuant et causant d’horribles maux aux paysans (...).

216Messire Malatesta, se voyant abandonné par les communes de Toscane, traita avec eux et vint à concorde pour 40.000 florins d’or, versés comptant pour partie, offrant son fils comme otage pour le reste. Ils quittèrent ses terres, promettant de ne pas y revenir pendant un certain temps. L’accord fait, la compagnie partie, messire Malatesta cassa presque tous ses soldats, qui rejoignirent aussitôt la compagnie. Celle-ci, s’étant accrue de barons, de comtes et de connétables, on commença à l’appeler la Grande Compagnie (...).

217Avant qu’ils ne quittent ces régions, ils reconduisirent leur compagnie pour un certain temps : tous la jurèrent dans les mains de fra Moriale. Bien que parmi eux il y ait eu de grands barons allemands, tous voulurent que le titre de la compagnie et la fonction de capitaine revinssent à messire fra Moriale. Mais ils lui donnèrent quatre secrétaires de cavaliers : le comte [Conrad] de Landau, un puissant baron qui s’appelait Fenzo di [blanc], le comte Burckard de [blanc] et messire Amerigo del Cavaletto, et pour les piétons, quatre connétables italiens. En eux résidaient la délibération des entreprises et le conseil secret. Un trésorier, auquel revenait toutes les recettes de leurs prises, les payait et prêtait sur commandement du capitaine. L’ordre donné, le capitaine était obéi de tous comme s’il avait été l’empereur. La nuit, il faisait chevaucher loin du camp, à vingt-cinq ou trente milles [du lieu] d’où il commandait ; ils revenaient dans la journée, avec leurs prises et déposaient fidèlement chaque chose au butin.

218Ils étaient si hardis, parce que presque tous les connétables qui étaient en Italie à la solde des seigneurs et des communes avaient partie de leurs troupes dans la compagnie : ils ne craignaient pas les gens de solde et menaçaient toutes les communes, si elles ne leur donnaient pas d’argent, de venir contre elles. Ils envoyèrent des ambassadeurs dans le royaume et ils eurent promesse du roi Louis [de Tarente] de 40.000 florins d’or, qu’ils ne leur envoya pas, parce que cela lui revenait trop cher. Ils eurent du capitaine de Forli’[Francesco Ordelaffi] et de Gentile da Mogliano [seigneur de Fermo], 30.000 florins d’or, et de messire Malatesta, 40.000. Ayant été sollicités par l’archevêque de Milan [Giovanni Visconti] qui voulait les conduire à sa solde contre la ligue [des communes toscanes], et par ceux de la ligue contre l’archevêque, ils tenaient chacun en espoir, mais ne s’engageaient avec personne.

219Source : Matteo Villani, Cronica, L. III, chap. 89, 107, 109, éd. G. Porta, Parme, 1995, p. 118-119, 145-147,149-150. Traduit du toscan.

220Présenté et traduit par A. Jamme

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.