Version classiqueVersion mobile

Villes d’Italie

 | 
Jean-Louis Gaulin
, 
Armand Jamme
, 
Véronique Rouchon Mouilleron

1. La ville et ses représentations

Texte intégral

1 - Refondation d’une ville : Lodi (1158)

1Comme Pavie, Crémone et Côme, la cité de Lodi souffrit de l’essor de la commune de Milan et joua la carte de la fidélité à la politique impériale. Détruite une première fois en 1111, elle est de nouveau ruinée par les Milanais en 1153. Un diplôme concédé par Frédéric Barberousse au début de son deuxième séjour italien (3 décembre 1158) refonde Lodi tout en déplaçant son site des bords du Lambro, où s’élevait la cité d’origine antique (act. Lodi Vecchio) à ceux de l’Adda. Les amples concessions obtenues par les habitants de Lodi donnent un aperçu des attributs d’une ville selon l’optique impériale. Le texte est connu par la copie incluse dans le cartulaire municipal du XIIIe siècle, le Liber iurium civitatis Laudensis.

2Orientation bibliographique : Pacaut M., Frédéric Barberousse, Paris, 1967 ; Opll F., Friedrich Barbarossa, Darmstadt, 1990 ; Menant F., Campagnes lombardes du Moyen Age. L'économie et la société rurales dans la région de Bergame, de Crémone et de Brescia du Xe au XIIIe siècle, Paris-Rome, 1993 (BEFAR, 281), p. 287 et suiv. ; Bordone R., « La Lombardia nell’età di Federico I », dans G. Andenna, R. Bordone, F. Somaini, M. Vallerani, Comuni e signorie nell’Italia settentrionale : la Lombardia, Turin, 1998 (Storia d’Italia, VI), p. 327-384.

3Au nom de la sainte et indivise Trinité. Frédéric auguste empereur des Romains par la clémence divine.

4Bien que nous devions défendre tous ceux qui reconnaissent être les fils de la liberté impériale par devoir de tutelle impériale, c’est toutefois avec une attention particulière d’amour et de consolation que doivent être entourés par nous ceux dont la dévotion en surcroît de la fidélité est bien connue et dont la fidélité même dans l’exaltation de la gloire de notre couronne impériale est davantage démontrée par les actes. Qu’il soit donc connu de tous les fidèles de notre empire, tant présents que futurs, que, touché sur intervention divine par la misérable destruction de la cité de Lodi et apitoyé par une juste miséricorde, nous avons désigné de notre autorité impériale et de notre étendard un nouveau lieu d’habitation pour nos fidèles citoyens de Lodi sur le Mont Eghezzone près de l’Adda ainsi que l’espace nécessaire à la ville et à ses faubourgs, et que nous avons transféré de la vieille cité détruite par les Milanais à la nouvelle, en notre nom et par notre majesté impériale, les prérogatives qui seront exposées ci-dessous, par grâce et indulgence à leur égard.

5Pour commencer, nous leur concédons donc la faculté de construire, pour la défense de notre cité, des murs, des fossés et d’autres fortifications contre les assauts des ennemis. Pour la plus grande utilité de notre ville, nous leur concédons aussi l’entière liberté de construire des ponts pour la commodité de ceux qui doivent traverser la rivière Adda et tous les autres cours d’eau qui parcourent le diocèse de Lodi, mais nous réservons au fisc royal les tonlieux et les taxes (pensitationes, pedatica) de ces mêmes ponts. Nous établissons aussi et ordonnons que ladite cité ait toujours un port principal et commun pour les bateaux sans aucune restriction, et que puissent y affluer tous les bateaux des marchands qui remontent et descendent l’Adda, avec entière liberté de vendre et d’acheter. Et que personne n’institue un autre port pour les bateaux qui naviguent sur tout le cours de l’Adda sans notre autorisation impériale. Qu’il soit permis aux habitants de Lodi de naviguer sur tous les cours d’eau de la Lombardie sans payer d’autre péage que celui appartenant au fisc impérial.

6Parce qu’aucune cité ne doit ni ne peut manquer d’une voie publique qui la relie aux autres cités et autres lieux pour le commun usage, par notre décret impérial nous donnons à la nouvelle cité de Lodi [la liberté de créer] des voies publiques et des passages de toutes parts jusqu’aux voies publiques et communes qui conduisent à chacune des cités adjacentes. En outre, par le même décret, nous interdisons que soient édifiés ou restaurés des châteaux, des tours et des fortifications dans tout le diocèse de Lodi.

7En augmentation de notre grâce, nous concédons à notre cité susdite tous les lieux incultes et les autres terres non cultivées situées sur les deux rives en usage collectif de pâturage, de façon qu’ils puissent être acquis de leurs propriétaires à un prix identique à celui qu’ils valaient un an avant la refondation de la ville [suivent les confins de ces pâturages].

8Puisque les Milanais ont arraché et usurpé par la violence, avant et pendant la guerre, des biens appartenant aux gens de Lodi, nous donnons à ceux-ci le pouvoir de revendiquer ces biens usurpés sans limite de temps ni prescription.

9Nous revendiquons et plaçons sous notre protection et juridiction la susdite cité de Lodi avec tous les droits existants en ville et dans le diocèse de Lodi, afin que personne n’ait à répondre à aucune autorité ni à quiconque, sinon à notre seule autorité impériale et aux rois des Romains et empereurs, nos successeurs.

10Nous ajoutons encore et établissons que, librement et sans entraves, le chemin public puisse traverser la nouvelle ville de Lodi, de la même façon qu’il traversait en son milieu l’ancienne cité.

11Afin que tout ceci soit conservé sans violation, nous confirmons la présente charte avec le sceau de notre autorité.

12Signum du seigneur Frédéric empereur des Romains invaincu. Moi, Rainald, chancelier à la place de Frédéric, archevêque de Cologne et archichancelier, j’ai relu.

13L’an de l'incarnation du Seigneur 1158, régnant le seigneur Frédéric empereur très glorieux des Romains, la septième année de son règne, la quatrième de l’empire. Fait à Voghera, le troisième jour des nones de décembre.

14Source : Die Urkunden Friedrichs I., éd. H. Appelt, Hanovre, 1975 (MGH, Diplomata regum et imperatorum Germaniae, X,l), no 246, p. 42-43. Traduit du latin.

15Présenté et traduit par J.-L. Gaulin

2 - Le sénat romain et la conservation des monuments antiques (27 mars 1162)

16Au terme d’une période de gestation commencée dès la seconde moitié du XIe siècle, la commune romaine voit le jour en 1143-1144 dans un contexte culturel, politique et idéologique qui multiplie les références à l’Antiquité. Dès son installation, le sénat adopta plusieurs mesures en faveur de la conservation des monuments antiques. La restauration et l’entretien des murs et des portes, des ponts et de la voirie, dont témoignent inscriptions lapidaires et documents d’archives dès le milieu du XIIe siècle, répondaient avant tout à des nécessités d’ordre pratique. Le sénat veillait également à la conservation de monuments qui représentaient T « honneur public » de la Ville et l’identité collective de la communauté civique. Il s’agissait pour la commune d’un véritable enjeu politique et idéologique dont témoigne la gravité des peines contenues dans la sentence présentée ici. Dès le début du XIIe siècle, l’autre grande colonne, celle de Marc-Aurèle au Champ de Mars, fit déjà l’objet d’une mesure de sauvegarde dont témoigne une épigraphe datée de 1119, conservée dans l’atrium de l’église Saint-Silvestre in Capite, exposant quiconque l’endommagerait à la malédiction perpétuelle et à l’anathème. Ce souci est toujours présent dans les statuts romains de 1360 qui contiennent une rubrique (L. II, r. 191) : « De antiquis monumentis non diruendis », fixant à cent livres le montant de l’amende exigible de quiconque détruirait les monuments antiques parce qu’ils « représentent publiquement le décor de la Ville ».

17Soumis à la tutelle des autorités publiques, les deux colonnes étaient des monuments privés qui appartenaient à une église ou à un monastère. La colonne trajane était la propriété du monastère Saint-Cyriaque in Via Lata, fondé dans la première moitié du Xe siècle. Quant à l’église Saint-Nicolas, construite à ses pieds, elle est attestée des années 1029-1032 jusqu’à la seconde moitié du XVIe siècle. La sentence est conservée dans les archives, aujourd’hui déposées à la bibliothèque vaticane, de l’église Sainte-Marie in Via Lata à laquelle a été uni le monastère Saint-Cyriaque par le pape Eugène IV en 1435 ; l’exemplaire qui était conservé dans les archives médiévales de la commune aura disparu avec elles au début du XVIe siècle.

18Orientation bibliographique : Boüard A. de, « Gli antichi marmi di Roma nel medio evo », ASRSP, 34, 1911, p. 239-245 ; Brezzi R, Roma e l’Impero medioevale (774-1252), Bologne, 1947 (Storia di Roma, 10), p. 469-472 ; Baumgärtner I., « Rombeherrschung und Romemeuerung. Die römische Kommune im 12. Jahrhundert », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 69, 1989, p. 27-79 ; Romano S., « Arte del medioevo romano : la continuità e il cambiamento », dans Storia di Roma dall’antichità a oggi. 2. Roma medievale, sous la dir. de A. Vauchez, Rome-Bari, 2001, p. 267-289 ; Conte E., « Archeologia giuridica medievale. Spolia monumentali e reperti istituzionali nel XII secolo », Rechtsgeschichte. Zeitschrift des Max-Planck-Instituts für europäische Rechtsgeschichte, 4, 2004, p. 118-136.

19Au nom de notre seigneur Jésus-Christ, amen. Nous, les sénateurs institués au Capitole par le vénérable et magnifique peuple romain pour rendre justice à chacun, ayant entendu du litige qui oppose le prêtre Angelo, économe de l’église Saint-Nicolas de la colonne trajane, et dame Maria, religieuse et honnête abbesse du monastère Saint-Cyriaque, concernant l’église Saint-Nicolas, sise aux pieds de ladite colonne, la même colonne, les maisons, jardins et toutes ses appartenances ; ayant pris aussi connaissance des pièces et des allégations envoyées et présentées par ladite abbesse à la curie du sénat ; ayant délibéré sur toutes ces questions avec les sages juges et avocats suivants, à savoir ser Pietro, primicier des juges, Gregorio, secondicier, Roberto, premier défenseur, Mardone, protoscriniaire, Filippo, trésorier, Paolo, bibliothécaire, Gregorio, caissier du primicier, les juges datifs Pietro de Rosso, Landolfo, Bonsignore, Paolo, Giovanni di Gregorio et Tedaldo et les avocats Bartolomeo, Pietro Mactaguerra, Giovanni de Parenzo, Pietro de Avvocato et Giovanni Gonçolini ; restituons en perpétuité, avec une investiture garantie par l’autorité du sénat, ladite église avec la colonne, les maisons, les jardins et toutes ses appartenances à ladite abbesse et au monastère Saint-Cyriaque. Que soient toujours respectés le droit paroissial de l’église des Saints-Apôtres-Philippe-et-Jacques et l’honneur public de la Ville ; que personne ne détruise jamais ni n’endommage ladite colonne, sous prétexte de cette investiture de restitution, mais qu’elle subsiste intègre et inviolée pour l’honneur de ladite église et du peuple romain tout entier, restant dressée ainsi tant que durera le monde. Celui qui osera l’endommager subira le châtiment suprême et ses biens seront confisqués ; celui qui portera atteinte à cette investiture du sénat devra verser au titre des amendes prévues par la loi une amende de quatre livres d’or à la curie du sénat. Que cette investiture du sénat, comme il est écrit ci-dessus, soit toujours respectée.

20Fait en l’an de l’incarnation du Seigneur 1162, indiction deuxième, dix-huitième année de la rénovation du sénat, vingt-septième jour du mois de mars, sur l’ordre du sénateur conseiller, l’avocat Pietro di Nicola di Berarduccio au nom des autres co-sénateurs.

21Source : Bartoloni F., Codice diplomatico del Senato romano dal MCXLIV al MCCCXLVII, I, Rome, 1948 (ISIME, Fonti per la storia d’Italia, 87), no 18, p. 25-27. Traduction du latin.

22Présenté et traduit par E. Hubert

3 - Description de Palerme dans la seconde moitié du XIIe siècle

23Hugues Foucaud a été au service de la cour normande sous Guillaume Ier, comme l’atteste une lettre de Pierre de Blois. Abbé de Saint-Denis de 1186 à 1197, il écrit, après la mort de Guillaume II, en 1189 ou en 1190, une lettre à Pierre, trésorier de l’église de Palerme. Il exhorte les Siciliens, chrétiens et musulmans, à l’unité face au péril allemand et décrit l’île avec une nostalgie pleine d’angoisse. Cette lettre accompagne l’Historia ou Liber de regno Sicilie ou encore De tyrannide Siculorum, récit des malheurs subis par la Sicile sous Guillaume Ier et pendant la minorité de son fils (1154-1169). L’ensemble a été attribué à un pseudo-ffugo Falcando, par une simple erreur de lecture. Il a été restitué à Hugues Foucaud par G. E. Hood. La nostalgie de son séjour sicilien n’entame pas la précision de son souvenir, ni la lucidité de l’analyse politique de l’abbé de Saint-Denis et il est inutile d’attribuer à l’ouvrage une date plus tardive pour justifier de son pessimisme.

24Orientation bibliographique : Monneret de Villard U., Le pitture musulmane al soffitto délia Cappella Palatina in Palermo, Rome, 1950 ; Tramontana S., Lettera a un tesoriere di Palermo, Palerme, 1988 ; Borsook E., Messages in Mosaic. The Royal Programmes of Norman Sicily, 1130-1187, Woodbridge, 1990 ; Tronzo W., The Cultures of His Kingdom. Roger II and the Cappella Palatina in Palermo, Princeton, 1997 ; Hood G. E., « Falcandus et Fulcaudus, Epistola ad Petrum, Liber de Regno Sicilie. Literary Form and Author’s Identity », Studi Medievali, 40/1, 1999, p. 1-43 ; Nef A., « Palerme arabo-normande : de la ville absente à la ville mythique », Retrouver Palerme, numéro spécial de la Pensée de Midi, 8, 2002, p. 110-114.

25Cette cité, située dans la plaine, est exposée d’un côté aux assauts continus de la mer, et, pour briser ses flots, elle lui oppose le Palais vieux que l’on appelle le Château de mer, et des murs garnis de nombreuses tours. Le Palais neuf occupe le côté opposé, construit avec une merveilleuse rapidité de pierres de taille et d’un travail superbe, entouré à l’extérieur par les spacieuses courbures de ses murailles, remarquable à l’intérieur par l’éclat des pierres précieuses et de l’or. Ici, c’est la Tour Pisane, députée à la garde du trésor. Là, la Tour Grecque domine le secteur de la cité que l’on appelle Kemonia. Au milieu, c’est la partie du palais qui a pour nom Joharia, abondamment décorée, fréquentée par le roi quand il recherche le loisir et le repos, et éclatante de la gloire d’ornements multiformes. Puis, dans l’espace restant, sont disposées à l’entour les maisons destinées aux matrones, aux jeunes filles et aux eunuques qui servent le roi et la reine. Il y a là d’autres petits palais resplendissants de décoration : ici, le roi s’entretient dans le secret avec ses familiers de l’état du royaume ; là, il reçoit les grands pour parler des affaires publiques et majeures. Et il ne faut pas passer sous silence les nobles ateliers attachés au palais, où l’on amincit les flocons de soie en fils de diverses couleurs et où on les unit par de multiples méthodes de tissage. Ici tu vois achever les tissus à un fil de trame (amita), les soieries à deux trames (dimita), les tissus à trois fils de trame (triamita) avec moins d’art et de dépense. Là, tu vois dans les samits (examita) concentrer l’abondance supérieure du matériau. Ici le rosé (diarodon) renvoie à la vue l’éclat du feu ; ici la couleur verdâtre du pers (diapistis) flatte l’œil. Puis les damas décorés d’une variété de cercles (exarentasmata) demandent une habileté supérieure des artisans et une richesse plus grande du matériau. Tu verras aussi beaucoup d’ornements aux couleurs variées où l’or est tissé avec la soie et où la variété d’une peinture multiforme est illustrée par de brillantes pierreries. Les perles aussi sont montées entières sur de petites corbeilles d’or ou, percées et liées ensemble par un fil étroit et disposées sur une broderie élégante, elles reçoivent la forme donnée à l’œuvre.

26Enfin, dans la partie du palais qui regarde la cité, la chapelle royale offre son pavement somptueux. Elle montre ses parois décorées de panneaux de marbre dans les parties basses et, au-dessus, de petites tesselles de pierre taillée, les unes dorées, les autres colorées, racontent l’histoire de l’Ancien et du Nouveau Testament. Le plafond de bois, enfin, très haut, présente l’élégance de sa ciselure, l’admirable variété des peintures et la splendeur de l’or radieux.

27Ainsi disposé, ainsi orné, ainsi imprégné de toute la grâce du plaisir, le palais, comme la tête par rapport au corps, domine la cité, distinguée en trois et qui contient, dirais-je, trois cités particulières. La première, enserrée entre les deux latérales, prééminente par la structure plus noble de ses édifices, est séparée des deux autres, à droite et à gauche, par la hauteur démesurée de ses murailles ; elle n’est pas large, mais s’étend en longueur comme si on avait uni à une corde deux parties égales et mineures de cercles égaux. Trois rues principales la parcourent dans toute sa longueur : au milieu la Rue Dallée (Via Marmorea), destinée aux commerces depuis la partie supérieure de la Rue Couverte (Via Coperta) jusqu’au Palais des Arabes et jusqu’à la Porte Inférieure, près du Marché des Sarrasins. Une autre, de la Tour Pisane, par la Rue Couverte, va à la maison de l’archevêque, puis à la cathédrale, à la Porte Sainte-Agathe, et de là, par l’hôtel de l’amiral Maion, rejoint la Rue Dallée au Marché des Sarrasins. La troisième, de la salle de réception (aula) royale qui est sous le palais, par la maison du sarrasin Sedictus, porte à l’hôtel du comte Sylvestre [de Marsico] et à l’église de l’amiral Georges [d’Antioche] et de là tourne vers la porte voisine de la cité.

28La partie droite de la cité, qui commence au monastère de Saint-Jean [des Ermites], proche du palais, dans la Kemonia, va jusqu’à la mer et est entourée de murailles. La partie gauche, elle, s’étend des limites du palais jusqu’au Château de mer et est aussi fermée de murs. L’espace, enfin, entre la cité centrale et le port où s’unissent les deux autres parties de la ville contient le bourg des Amalfitains, riche de l’abondance des marchandises étrangères, où les acheteurs peuvent trouver des vêtements de couleur, tant de soie que de tissus français.

29Source : Hugo Falcando (identifié avec Hugues Foucaud, abbé de Saint-Denis), Epistola ad Petrum panormitane ecclesie thesaurarium, éd. G. B. Siragusa, Rome, 1897, p. 177-183. Traduit du latin.

30Présenté et traduit par H. Bresc

4 - Le couronnement de l’empereur Henri VI à Rome (13 avril 1191)

31Le manuscrit de la bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne (cod. 120 II) conserve un poème illustré, exécuté, sans doute dans un atelier palermitain, autour de 1195-1196. L’auteur, Pietro d’Eboli, célèbre la conquête de la Sicile par l’empereur Henri VI de Souabe (De rebus Siculis), et définit son ouvrage, dans le colophon, comme un « livre en l’honneur d’Auguste ». On lui doit aussi un Mira Friderici Gesta (sur Barberousse) qui n’a pas été conservé, et surtout le De balneis Puteolaneis (1211-1221) dédicacé à Frédéric II, sur les vertus thérapeutiques des bains. Dans le folio 105 du codex 120 II, le couronnement d’Henri VI est illustré par un dessin à la plume rehaussé de couleurs, traité en quatre registres superposés et neuf moments, que les didascalies rubriquées explicitent. On comparera avec intérêt cette illustration du couronnement et le déroulement indiqué dans le pontifical romain en usage en 1191. Plusieurs étapes de l’ordo sont omises, comme l’accueil préalable des évêques à l’arrivée du souverain, ou sa prosternation devant le pape. Les marques du faste et du pouvoir pontifical sont épurées dans un sobre face-à-face sous les arcades de l’église Saint-Pierre. Les six phases retenues du sacre insistent sur l’onction et la remise d’insignes religieux, toutes en présence du pape, au mépris de la progression hiérarchique des ordines. L’agencement réduit de la page peut en être la cause, toutefois ces omissions ont une valeur idéologique en 1195, alors qu’Henri VI s’est emparé du royaume de Sicile et refuse l’hommage à son suzerain. Toute apparence de souveraineté politique est déniée à Célestin III. En revanche, l’empereur est magnifié par son entrée en cortège dans une Rome hérissée de tours. Un étendard bifide, timbré d’une croix, le précède. En amont de la cérémonie, Henri VI arbore déjà les insignes de la puissance, la couronne et le globe crucifère.

32Orientation bibliographique : Andrieu M., Le Pontifical romain au Moyen Age, Cité du Vatican, 1938-1941 (Studi e Testi, 86, 87, 88,99) ; Miglio M., « Formazione del Liber ad honorem Augusti », dans Manselli R. et alii, Studi su Pietro da Eboli, Rome, 1978, p. 119-146 ; Petrus de Ebulo. Liber ad honorem Augusti sive De rebus Siculis. Codex 120II der Burgerbibliothek Bem. Eine Bildchronik der Stauferzeit, éd. Th. Kôlzer et M. Stähli, trad. G. Becht-Jôrdens, Sigmaringen, 1994 ; Palazzo E., L’évêque et son image. L’illustration du pontifical au Moyen Age, Tumhout, 1999 ; Bonne J. C, « Images du sacre », dans LE Goff J., Bonne J. C., Palazzo E., Colette M. N., avec la collaboration de M. Coulet, Le sacre royal à l’époque de Saint Louis, d’après le manuscrit 1246 de la BNF, Paris, 2001 (coll. « Le temps des images »), p. 91-226 ; Maddalo S., « Moduli di narrazione per immagini nella tradizione del De balneis Puteolanis », Medioevo : Immagine e racconto. Colloque international d’études (Parme, 27-30 sept. 2000), sous la dir. de A. C. Quintavalle, 2004, p. 360-371 ; Le Pontifical de la curie romaine au XIIIe siècle, texte latin, traduction, introduction par M. Goullet, G. Lobrichon, E. Palazzo, Paris, 2004 (coll. Sources liturgiques 4).

Légendes du dessin. Quand l’empereur Henri VI vint à Rome et fut couronné par le pape Célestin

Légendes du dessin. Quand l’empereur Henri VI vint à Rome et fut couronné par le pape Célestin

Traduit du latin
Source : Burgerbibliothek Bem, cod. 120.II, folio 105r

33Présenté et traduit par V. Rouchon Mouilleron

5 - Portrait d’une cité : la Parme d’argent

34Dans sa Cronica (v. 1283-1288), le franciscain Salimbene de Adam évoque, pour l’année 1248, une pièce d’orfèvrerie représentant sa ville natale de Parme. Cet objet singulier nous renseigne sur les structures de la ville et sur l’image qu’en retiennent les habitants. Portrait votif de la cité, il naît de la résistance et de la conscience civiques des Parmesanes, lors du siège que Frédéric II met devant la ville qui l’a trahi. L’ouvrage en argent est perdu, mais une vue aérienne de la platea vetus de Parme permet de juger du coeur religieux de la ville, avec la cathédrale, le baptistère, cher à Salimbene, où se scelle la double identité chrétienne et civique de l’habitant, et le palais épiscopal, fermant la place à l’ouest. En 1248, la ville est en pleine fièvre de construction : sur la façade de l’église cathédrale, globalement achevée depuis le XIIe siècle dans un style roman lombard, sont ajoutés dans le courant du siècle des lions stylophores ; un nouveau palais épiscopal, mis en chantier avant 1175, est encore en cours d’élévation sous l’épiscopat de Grazia (1224-1236) ; le baptistère, commencé en 1196 et construit dans un calcaire rose de Vérone par l’architecte et sculpteur Benedetto Antelami, n’a pas encore reçu ses terminaisons externes supérieures. Le campanile n’est érigé qu’après 1284. Plus loin, l’ancien forum, ou « Piazza nuova », abrite le premier palais de la commune (palatium vetus) qu’ont installé à partir de 1221 les autorités communales en conflit avec le pouvoir épiscopal, signe de l’affirmation spatiale et institutionnelle de leur pouvoir. Les travaux d’aménagement se poursuivront dans la deuxième moitié du siècle et sur le suivant, comme l’indiquent d’autres passages de Salimbene ou des décrets d’urbanisme signalés dans le Chronicon parmense.

35Orientation bibliographique : Schulz J., « The communal buildings of Parma », Mitteilungen des Kunsthistorisches Instituts im Florenz, 26, 1982, p. 279-323 ; Guyotjeannin O., « Conflit de juridiction et exercice de la justice à Parme et dans son territoire d’après une enquête de 1218 », MEFRM, 97/I, 1985, p. 183-300 ; Andreolli B. et al., Repertorio della cronachistica emiliano-romagnola (sec. IX-XV), Rome, 1991, (ISIME, Nuovi Studi Storici, 11) ; Guyotjeannin O., Salimbene de Adam, un chroniqueur franciscain, Brepols, 1995 (Témoins de notre histoire) ; Benedetto Antelami e il battistero di Parma, sous la dir. de C. Frugoni, Turin, 1995 ; Pouvoir et édilité. Les grands chantiers dans l’Italie communale et seigneuriale, sous la dir. de E. Crouzet-Pavan, Rome, 2003 (Coll, de l’EFR, 302) ; Rouchon Mouilleron V., « Décor peint, structuration liturgique et usage civique : les peintures du baptistère de Parme », dans Couleur de temps, fragments d’histoire : peintures murales médiévales. Colloque organisé par l’Université de Bourgogne, le C.E.M. d’Auxerre, la P.A.CO.B (Dijon, 15-17 septembre 2003), sous la dir. de D. Russo (sous presse).

1. Le récit de Salimbene di Adam

36De ce que les nobles dames de Parme firent exécuter une cité d’argent qu’elles offrirent à la bienheureuse Vierge, pour qu’elle accepte de défendre Parme contre l’impie.

37L’empereur avait décidé de détruire totalement la ville de Parme et de la transférer dans la ville de la Vittoria, qu’il avait construite, et dans Parme détruite comme marque de sa rébellion, de son opprobre éternel et pour l’exemple, de semer du sel en signe de stérilité. A cette nouvelle, les femmes de Parme, principalement les riches, les nobles et les puissantes, se réunirent toutes pour prier la bienheureuse Vierge de délivrer tout à fait sa ville de Parme des mains de Frédéric et des autres ennemis, car son nom et son invocation pour l’église mère étaient tenus en grand respect par les Parmesans. Et pour s’en trouver mieux exaucées, elles firent faire une cité toute d’argent, que j’ai pu voir, elles la portèrent devant la bienheureuse Vierge et lui en firent don. Il y avait là les principaux et majeurs édifices de la cité entièrement ciselés dans l’argent, comme l’église principale, qu’on appelle la maison (domus) – même si elle n’atteint pas celle dont parla David : « et cette maison que je veux bâtir [pour le Seigneur] doit être si magnifique que son renom s’étendra dans tous les pays » [I Chr. 22, 5], Le baptistère s’y trouvait pareillement ainsi que le palais épiscopal et le palais communal et la plupart des édifices qui forment le portrait de la cité (civitatis effigies). La Mère en fit la demande à son Fils, le Fils exauça sa Mère, à qui en toute justice il ne pouvait rien refuser, selon la parole que recèle, sous forme de préfigure, l’Ecriture sainte, au livre des Rois : « Demande, ô ma mère, car il n’est pas permis que je te rebute » [I R 2, 20], Tels sont les mots de Salomon à sa mère. Et puisque la Mère de miséricorde avait demandé à son Fils de libérer sa ville de Parme de la foule accourue et rassemblée contre elle, et que la bataille était imminente, le Fils dit à sa Mère : « As-tu vu cette grande foule ? Voici que je la livre aujourd’hui en ta main, et tu reconnaîtras que je suis Yahvé » [I R 20, 13]. De surcroît s’accomplira même ce passage d’Isaïe : « Ils se réjouissent devant toi comme on se réjouit à la moisson, comme les vainqueurs exultent, le butin pris, au partage des dépouilles » [Is. 9, 2].

38Puis, durant cette période précédant la victoire des Parmesans sur la ville de Vittoria, on opérait des sorties quotidiennes de part et d’autre avec des arbalétriers, des archers ou lanceurs de flèches et des frondeurs, et la bataille était vigoureuse, comme je le vis de mes yeux. Mais il y avait aussi des hommes de main qui sillonnaient à tout moment le diocèse de Parme, en pillant et en incendiant, et ceux de Parme faisaient de même contre les Crémonais et les Reggians.

39Source : Salimbene de Adam, Cronica, éd. G. Scalia, 1, Bari, 1966, p. 296-298. Traduit du latin.

2. Vue aérienne de la platea vetus de Parme

(archives V. Rouchon)

40Présenté et traduit par V. Rouchon Mouilleron

6 - Federico Visconti, archevêque de Pise, relate sa visite pastorale en Sardaigne

41Devenu archevêque de Pise en 1253, grâce à l’appui d’innocent IV dont il avait été le chapelain, Federico Visconti a consacré les premières années de son épiscopat à négocier la levée de l’interdit qui pesait sur sa cité depuis 1241. Puis il s’est engagé dans un vaste programme de réunions de synodes et de visites pastorales ponctuées de sermons et d’administrations massives de confirmations, à partir de 1258, à Pise et dans le diocèse. Le point d’aboutissement en fut le voyage en Sardaigne, durant cinq semaines (23 mars - 27 juin 1263). Le pouvoir ecclésiastique des archevêques pisans s’y était affirmé dans le même mouvement que celui des maîtres de la commune depuis le XIIe siècle, non sans provoquer des tensions dans l’île. Ainsi, peu avant le départ de Federico Visconti vers Cagliari, sur une galée armée par la commune de Pise, l’archevêque de Torrès marque fermement son opposition à toute ingérence de celui-ci dans sa province ecclésiastique, qui est située dans la partie la plus septentrionale de la Sardaigne - une des rares zones de l’île échappant à Pise au XIIIe siècle - : il conteste vigoureusement le titre de légat dont Federico se prévaut. Une telle conjoncture n’est sans doute pas étrangère à l’apparat des déplacements de l’archevêque de Pise, manifeste dès son arrivée à Cagliari, ni à son initiative de préserver le souvenir de ce voyage, dont il fait écrire une relation circonstanciée par son secrétaire et camérier, afin de l’adjoindre au recueil de ses sermons et de transmettre de la sorte un exemple à ses successeurs.

42Orientation bibliographique : Ronzani M., « La ‘Chiesa del Comune’ nelle città dell’Italia centro-settentrionale (secoli XII-XIV) », Società e Storia, 20, 1983, p. 499-534 ; Poisson J.-M., « A Pise : Eglise et Etat à la conquête de la Sardaigne », Cahiers de civilisation médiévale, 27, 1984, p. 119-126 ; Artizzu F., La Sardegna pisana e genovese, Sassari, 1985 ; Turtas R., « L’arcivescovo di Pisa legato pontificio e primate in Sardegna nei secoli XI-XIII », dans Nel IX centenario della metropoli ecclesiastica di Pisa. Atti del convegno di studi (7-8 mai 1992), Pise, 1995, p. 183-233 ; Cristiani E., « L’arcivescovo Federico Visconti, Pisa e la Sardegna », dans Les sermons et la visite pastorale de Federico Visconti, archevêque de Pise (1253-1277). Edition critique par N. Bériou et I. le Masne de Chermont, Rome, 2001 (Sources et documents d’Histoire du Moyen Age, 3), p. 9-26.

1. Relation sur la procession dans Cagliari

43Le dimanche de l’octave de Pâques [8 avril 1263] nous sommes parvenus sans encombre à Cagliari et, comme le soir venait, les châtelains nous conseillèrent de ne pas entrer en ville mais de passer la nuit chez les frères mineurs afin de faire plus solennellement notre entrée le lundi matin. Ainsi fut fait car avec une grande procession de clercs, de frères mineurs, de laïcs et de femmes, tous provenant tant de Cagliari que de Stampace, et avec même un dais de soie au dessus de notre tête, nous fûmes accueilli chevauchant un cheval à la selle couverte d’écarlate, au mors et au pectoral d’argent, accompagné du châtelain, de plusieurs nobles et marchands. Nous avions revêtu un surplis et une cotte blanche, [une mosette] d’agneau couverte d’excellente écarlate à 10 livres 8 sous pisans la canne, coiffé une barrette de la même écarlate que celle portée par le pape, fourrée de vair ; il y en avait une autre fourrée d’agneau et une troisième était de cendal rouge ; le manteau de pluie était de la même écarlate, ainsi que les chausses, et le chapeau de pluie, orné de plumes de paon, était couvert à l’intérieur et à l’extérieur de la même écarlate, avec un cordon de soie rouge ; les houseaux et les mules, presque féminines, étaient d’excellent cuir rouge d’Espagne, avec des éperons argentés recouverts de soie rouge sang. Ainsi nous sommes entré solennellement à Cagliari jusqu’à l’église Sainte-Marie où nous avons prononcé au peuple le sermon commençant par « Va voir comment se portent tes frères et ton troupeau » [Gen. 37, 14], que l’on trouvera ci-dessus chapitre 98. Nous nous sommes installé dans le logis voisin de cette église, car la résidence de l’archevêque était trop exiguë, et là les suffragants de l’évêque de Cagliari, car alors l’archevêque était à Rome, se présentèrent pour nous honorer et nous apporter de nombreux présents de pain, vin, viandes et fromages. Pour nos dépenses, l’évêque de Suelli, vicaire de l’archevêque, versa 12 livres génoises, celui de Sulcis 15 livres et celui de Dolia 15 livres. Ils mirent à notre disposition des chevaux et l’évêque de Sulcis nous accompagna dans toute la Sardaigne.

44Mais, alors que nous attendions des chevaux de la part des prélats, des juges et des seigneurs de Sardaigne, advint la fête de Saint-Marc [mercredi 25 avril 1264], dont nous avons présidé personnellement la procession des Litanies, avec l’évêque de Sulcis ; partant de l’église Sainte-Marie, nous nous sommes rendu à Sainte-Lucie, et, après y avoir chanté le répons et dit la prière qui suit, nous avons poursuivi vers Saint-Léonard, où nous avons fait la même chose, puis à Sainte-Marguerite, où a été chanté l’Evangile et, après avoir confessé et proclamé une indulgence de quarante jours de notre part et de celle de chacun des évêques suffragants, nous sommes passé ensuite à Saint-Ephise, Sainte-Restitute et Sainte-Anne, dans le faubourg de Stampace, jusqu’à ce que nous parvînmes à Saint-Brancas où nous nous sommes reposé, nous avons chanté le répons et l’Evangile et avons confessé. Puis, par la rue centrale du castrum, nous sommes revenu à l’église Sainte-Marie où nous avons célébré une messe solennelle avec éclat et grande joie, en prêchant au peuple l’histoire de ces Litanies et le devoir de les célébrer chaque année, et nous avons établi qu’ils le feraient désormais, ce qu’ils ne faisaient pas auparavant.

45Source : Les sermons et la visite pastorale de Federico Visconti, ouvr. cit., pièce CIV, p. 1062-1064. Traduit du latin.

2. Itinéraire de la procession

Source : Les sermons et la visite pastorale de Federico Visconti, ouvr. cit., p. 131.

46Traduit et présenté par N. Bériou et J.-M. Poisson

7 - La place Saint-Marc de Venise

47Le frère mineur irlandais, Symon Semeonis, n’est pas autrement connu que par le récit, inachevé, de son pèlerinage à Jérusalem, effectué en 1323-1324. Son étape vénitienne est l’occasion d’une description enthousiaste, qui tient de l’éloge urbain et de l’inventaire stéréotypé de reliques à visiter. Car les corps des saints sont la splendeur stellaire de la ville, et la plupart, par leur origine orientale, anticipent la destination de son itinéraire.

48La mosaïque du tympan de la porte Sant’Alipio commémore, en façade de la basilique, la translation fondatrice, au IXe siècle, de la dépouille de l’évangéliste Marc hors d’Alexandrie. La ville y célèbre son unité spirituelle et politique autour d’un Christ Pantocrator bénissant au tympan central, autour de son saint patron, couché dans une caisse ouverte, et sans se soucier d’anachronisme, autour de sa basilique palatine, où se pressent la population et le cortège des autorités. L’église sur un plan en croix grecque à cinq coupoles suit un modèle constantinopolitain. Construite à la fin du XIe siècle, tapissée de mosaïques au XIIe siècle, elle subit, dans le courant du XIIIe siècle, deux transformations dont témoigne la vue du tympan : l’ajout d’un atrium en façade, enveloppant le flanc nord, et le rehaussement des coupoles hémisphériques pour leur donner une forme parabolique. Autour de 1220, l’intérieur de l’atrium est orné, sur ses coupoles et ses murs, d’un revêtement de mosaïques, et adopte un langage stylistique délibérément paléochrétien et archaïsant.

49Ces deux documents, choisis parmi de nombreux autres, introduisent, avec le plan d’ensemble, à quelques spécificités de l’urbanisme de Venise et, surtout, de la place Saint-Marc. L’immense platea de 12.500 m2 prend son plan en forme de L dans les années 1160-1200. Elle se définit comme la place centrale du pouvoir, devant le palais du doge et son église palatine attenante, et rassemble sur son périmètre, à la fin du Duecento, les bâtiments des organes majeurs de la vie civique. Son aménagement passe aussi par le remploi monumental de pièces antiques et byzantines. Au cours du XIIIe siècle, la place est ainsi modelée en un conservatoire à l’air libre de remplois ou de créations dans le goût de l’antique : les « pilastres d’Acre », la pietra del bando, les tétrarques de porphyre, etc. Symon, lui, admire les deux colonnes de la Piazzetta, surmontées de statues du lion de saint Marc et de saint Théodore, qui façonnent un accès triomphal par la mer. Et il retient la présence de lions bien réels dans le palais ducal, documentés ailleurs comme la progéniture d’un couple de fauves envoyés par Frédéric de Sicile, née en captivité en 1316. Quant aux chevaux de la façade, juchés au-dessus de la porte centrale, Symon semble n’en voir que deux spécimens. Le quadrige (document 3) constitue la plus célèbre des spolia vénitiennes, non seulement pour sa rareté technique, mais surtout pour son enjeu politique. Ces bronzes antiques, rapportés de l’hippodrome de Constantinople après la croisade de 1204, seraient à l’image de l’héritage byzantin, passé tout entier à Venise.

50Orientation bibliographique : Demus O., The mosaics of San Marco in Venice, 4 vol., Chicago, 1984 ; Greenhalgh M., « Ipsa ruina docet : l’uso dell’antico nel Medioevo », dans Memoria dell’antico nell’arte italiana, sous la dir. de S. Settis, t. I, L’uso dei classici, Turin, 1984, p. 115-167 ; Le trésor de Saint-Marc de Venise, Cat. de l’exposition aux Galeries nationales du Grand Palais, Milan, 1984 ; Agazzi M., Platea Sancti Marci. I luoghi marciani dall’XI al XIII secolo e la formazione della piazza, Venise, 1991 ; Crouzet-Pavan E., « Sopra le acque salse » : espaces urbains, pouvoir et société à Venise à la fin du Moyen Age, 2 vol., Rome, 1992 (Coll, de l’EFR, 156 ; Nuovi Studi Storici, 14), ; Jacoff M., The horses of San Marco and the Quadriga of Lord, Princeton, 1992 ; Storia di Venezia dalle origini alla caduta della Serenissima, Istituto della Enciclopedia Italiana, 3 vol., Rome, 1992-1998 ; Fortini Brown P., Venice and Antiquity. The venetian sense of the past, New Haven-Londres, 1997 ; La basilique Saint-Marc de Venise, sous la dir. de E. Vio, Paris, 2001 ; Dorigo W., Venezia romanica. La formazione della città medioevale fino all’età gotica, 2 vol., Vérone, 2002.

1. Récit d’un pèlerin

51Nous avons pris un bateau pour nous rendre à Venise, en la vigile des saints Pierre et Paul. Cette très célèbre ville est entièrement située en mer. Par sa beauté, son éclat, elle mériterait d’être placée entre les brillantes étoiles d’Arcturus et des Pléiades. Elle est à deux milles de la terre ferme ; un tiers de ses rues est pavé de briques, les deux autres tiers sont des canaux par lesquels la mer afflue et reflue sans cesse. Elle renferme les corps de saint Marc l’Evangéliste, du prophète Zacharie, père de saint Jean-Baptiste, de Grégoire de Samos, du martyr Théodore, de sainte Lucie, vierge et martyre, de sainte Marine et d’autres saints martyrs, confesseurs et vierges.

52On a construit en l’honneur de saint Marc une somptueuse église, toute en marbre et matériaux précieux, décorée et embellie de mosaïques racontant les épisodes de la Bible. En face, une place bien connue est, de l’avis unanime, unique au monde. A côté de l’église se trouve le palais du doge de Venise qui, pour son renom et celui de ses concitoyens, y nourrit des lions vivants. En face du palais, sur le port, se dressent de hautes colonnes rondes en marbre. Sur l’une d’elles, à la gloire de la ville, est juché un lion d’or resplendissant comme Diane ou l’étoile de la mer. Sur le portail occidental de Saint-Marc, il y a deux chevaux de cuivre d’un éclat incomparable. Dans une île hors de la ville, près du port, le corps du bienheureux évêque Nicolas repose dans une abbaye bénédictine.

53Source : Le voyage de Symon Semeonis d’Irlande en Terre sainte, traduit du latin, présenté et annoté par C. Deluz, dans Croisades et pèlerinages. Récits, chroniques et voyages en Terre sainte, XIIe-XVIe siècle, sous la dir. de D. Régnier-Bohler, Paris, 1997 (coll. Bouquins), p. 968.

2. Basilique Saint-Marc, façade, mosaïque du tympan de la porte Sant’Alipio (v. 1260)

3. Basilique Saint-Marc, quadrige, originellement en façade

(archives V. Rouchon)

4. Plan simplifié de la place Saint-Marc à la fin du XIIIe siècle

Source : d’après Agazzi M., Platea Sancti Marci. I luoghi marciani dall al XIII secolo e la formazione della piazza, Venise, 1991, p. 140-141.

54Présenté par V. Rouchon Mouilleron

8 - Un lignage romain et son patrimoine immobilier (11 septembre 1331)

55Attestée à partir du XIIe siècle, la famille de Ponte appartenait à la noblesse citadine qui domina la vie politique de la commune de Rome entre le milieu du XIIe et les premières décennies du XIIIe siècle, avant que la grande noblesse des barons n’occupe le devant de la scène politique, économique et sociale. Elle fournit plusieurs sénateurs et officiers communaux à la ville. Le membre le mieux connu de la famille, Giacomo I, effectua une carrière de podestat à Viterbe (1238-1239), à Orvieto (1244), à Todi (1246-1247), à Pérouse (1253-1254), enfin à Messine (1255) ; il épousa une Annibaldi, peut-être la sœur du cardinal Riccardo († 1276), pratiquant une hypergamie alors courante. En 1331, le patrimoine immobilier consistant décrit ici dans l’acte d’investiture en faveur de dame Andrea de Ponte, seule ayant-droit encore en vie de ce rameau de la famille est concentré dans le rione Ponte, près du Tibre et du pont, alors appelé Saint-Pierre et aujourd’hui ponte Sant’Angelo, qui donna son nom à la famille comme à la circonscription urbaine. Outre les immeubles destinés à la résidence, au paraître, voire à la défense du lignage – palais, tènement familial autour d’une cour close et tour –, il se compose de terrains et d’édifices divers dont le vocabulaire utilisé pour les décrire permet de distinguer le régime juridique et le mode de gestion : immeubles « de rapport » – boutiques et maisons baillées à plus ou moins long terme (« quant tenet », « in qua habitat ») – et terrains sur lesquels les concessionnaires ont bâti des maisons qui leur appartiennent en quasi propriété (« terra in qua habet superficiem »). Conséquence des clauses juridiques des baux à construction et des lotissements, cette pratique a conduit à une sorte de dissociation entre la propriété du sol et celle de l’édifice et à la formation de censives. Chez les barons, cette dissociation aboutit à la formation de véritables seigneuries foncières intra muros que les gouvernements populaires s’efforcèrent d’abolir.

56Orientation bibliographique : Hubert E., Espace urbain et habitat à Rome du Xe siècle à la fin du XIIIe siècle, Rome, 1990 (Coll, de l’EFR, 135 ; ISIME, Nuovi Studi Storici, 7) ; Carocci S., « Baroni in città. Considerazioni sull'insediamento e i diritti urbani della grande nobiltà », dans Rome aux XIIIe et XIVe siècles, cinq études réunies par E. Hubert, Rome, 1993 (Coll, de l’EFR, 170), p. 137-173 ; Hubert E., « Gestion immobilière, propriété dissociée et seigneuries foncières à Rome aux XIIIe et XIVe siècles », dans Le sol et l’immeuble. Les formes dissociées de propriété immobilière dans les villes de France et d’Italie (XIIe -XIXe siècle), sous la dir. de O. Faron et E. Hubert, Rome-Lyon, 1995 (Coll, de l’EFR, 206 ; Coll, d’histoire et d’archéologie médiévales, 2), p. 185-205 ; Vendittelli M., « Elite citadine : Rome aux XIIe-XIIIe siècles », dans Les élites urbaines au Moyen Age, XXIVe Congrès de la S.H.M.E.S. (Rome, 1996), Paris-Rome, 1997, p. 183-191 ; Hubert E., « La construction de la ville. Sur l’urbanisation dans l’Italie médiévale », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 59, 2004, no 1, p. 109-139.

57Au nom du Seigneur. Nous, Buccio [fils] de seigneur Giovanni Savelli et Francesco di Paolo [fils] de seigneur Pietro di Stefano, vicaires royaux dans la Ville par la grâce de Dieu, investissons [...] dame Andrea [de Ponte] des biens meubles et immeubles de feu seigneur Giacomo de Ponte, de Giacomo, son fils, d’Andrea, fils dudit feu Giacomo, et de Giacomello, feu fils dudit Andrea, et particulièrement d’un grand palais et du tènement avec cloître et jardin et avec les boutiques au rez-de-chaussée dudit palais, avec les portiques devant lesdites boutiques, avec les boutiques que tiennent Pietruccio, épicier, fils du scriniaire Bartolomeo, et dame Gionia, épouse de ser Paolo, barbier, d’un portique, ou boutique, que tient Giovanni Jonta, d’une maison dans laquelle habite Nuccio, fabricant de bâts, d’une autre maison dans laquelle habite Petrica, émondeur, d’une autre maison dans laquelle habite Nuccio, gendre dudit Petrica, et d’une autre boutique que tient Giovanni fils de Giovanni, orfèvre. Ces maisons et boutiques, ce palais et tènement sont jointifs entre eux et situés dans la région du pont de Saint-Pierre, entre ces confins : d’un côté se trouve la rue publique du pont, d’un autre la rue publique qui mène à la poterne de Rainone, d’un autre le Tibre. De même d’une tour, qu’on appelle la tour de Rainone, avec un jardin à côté et avec la poterne, qui conduit dudit palais jusqu’à ladite tour, sise dans ladite région du pont : d’un côté se trouve la rue publique, d’un autre le fleuve, d’un autre ladite poterne, d’un autre tenant la basilique Saint-Pierre de Rome. De même d’un palais où habitent Meo et Donato, coutelier, sis dans ladite région, entre ces confins : d’un côté se trouve la rue du pont, d’un autre tenant Lucio di Giacomello di Lofreduccio, des deux autres se trouvent des rues. De même d’un jardin et de la propriété du sol, sur laquelle ledit Lucio possède un édifice contre le paiement d’un certain loyer annuel, contigus audit palais ; confins : d’un côté se trouve ledit palais, de deux autres côtés des rues. De même du sol et de la propriété des terrains, sur lesquels Cecco di Angelo di Paolo possède une maison et l’édifice contre le paiement d’un certain loyer annuel, qui sont situés dans la région susdite et le quartier du Palmier, entre ces confins : d’un côté tenant Egidio di Pietro di Leone, d’un autre se trouve une rue, d’un autre une rue publique. De même d’un sol ou d’un terrain sur lequel Paolo d’Arezzo possède une maison et l’édifice contre le paiement d’un certain loyer annuel, sis dans lesdits région et quartier : d’un côté tenant ledit Egidio, d’un autre se trouve une rue publique, d’un autre tenant ledit Paolo. De même d’un sol et terrain sur lequel l’église Saint-Celse possède une maison, contre un certain loyer annuel, sis dans lesdits région et quartier : d’un côté tenant ledit Paolo, d’un autre tenant Amato, coutelier, d’un autre se trouve une rue. De même d’un autre terrain et sol sur lequel ledit Amato possède une maison contre le paiement d’un certain loyer annuel, sis dans lesdits région et quartier, entre ces confins : d’un côté tenant ladite église Saint-Celse, d’un autre les héritiers de ser Angelo, devant se trouve une rue. De même d’un sol et terrain sur lequel les héritiers d’Angelo possèdent une maison ou l’édifice contre le paiement d’un certain loyer annuel, sis dans lesdits région et quartier : d’un côté tenant ledit Amato, d’un autre Cecco, tondeur [de draps], d’un autre se trouve une rue. De même d’un sol et terrain sur lequel ledit Cecco, tondeur, possède une maison et l’édifice contre le paiement d’un certain loyer annuel, sis dans lesdits région et quartier : d’un côté tenant les héritiers dudit Angelo, d’un autre Lucio Alluminate, d’un autre se trouve une voie. De même d’un sol et terrain sur lequel ledit Lucio Alluminate possède une maison et l’édifice, contre le paiement d’un certain loyer annuel, sis dans lesdits région et quartier : d’un côté tenant Cecco, tondeur, d’un autre Matteo di Damaso et d’un autre se trouve une rue. De même d’un sol et terrain sur lequel Matteo di Damaso possède un édifice contre le paiement d’un certain loyer annuel, sis dans lesdits région et quartier : d’un côté tenant ledit Lucio, de deux autres se trouvent des rues. De même d’un sol et de la propriété sur laquelle Pietro de Palma possède l’édifice contre le paiement d’un certain loyer annuel, sis dans lesdits région et quartier entre ces confins : d’un côté tenant Egidio di Pietro di Leone, d’un autre Giovanni Jonta, d’un autre se trouve une rue. De même d’un sol et terrain sur lequel Giovanni Jonta possède l’édifice contre le paiement d’un certain loyer annuel, sis dans lesdits région et quartier : d’un côté tenant ledit Pietro la Palma, d’un autre tenant Bartolomeo di Giovanni di Gentile, d’un autre se trouve la rue ou la place avec une pergola. De même d’un sol ou terrain sur lequel Bartolomeo di Giovanni di Gentile possède l’édifice contre le paiement d’un certain loyer annuel, sis dans lesdits région et quartier : d’un côté tenant Donato di Giordano, d’un autre se trouve une rue, d’un autre tenant Giovanni Jonta. De même d’un sol et terrain sur lequel Vannotia, fille d’Egidio Cinquedenti, possède l’édifice contre le paiement d’un certain loyer annuel, sis dans lesdits région et quartier : d’un côté se trouve une rue, d’un autre tenant Pietro di Risio. De même d’un sol et terrain sur lequel Stefania, épouse de Pietruccio tailleur [de vestes, de vareuses en gros drap], possède l’édifice contre le paiement d’un certain loyer annuel, sis dans lesdits région et quartier : de deux côtés tenant [lacune dans le texte] épouse de feu Palgiarello, d’un autre se trouve une rue. De même d’un terrain sur lequel Egidio Cinquedenti possède l’édifice contre le paiement d’un certain loyer annuel, sis dans lesdits région et quartier : d’un côté tenant Giacchetto, d’un autre se trouve une rue publique, d’un autre la rue qui mène au Palmier. De même d’un terrain sur lequel Cecco, tondeur, possède l’édifice contre le paiement d’un certain loyer annuel, sis dans lesdits région et quartier : d’un côté tenant Giacchetto, d’un autre l’épouse de feu Palgiarello, d’un autre se trouve une rue. De même d’un terrain sur lequel les fils de Cecco di Giovanni di Rainuccio possèdent l’édifice contre le paiement d’un certain loyer annuel, sis dans lesdits région et quartier : d’un côté tenant seigneur Napoleone des fils d’Orso [Orsini], chevalier, d’un autre Giacchetto, d’un autre se trouve une voie. De même d’un terrain sur lequel Lello di Damiano possède l’édifice contre le paiement d’un certain loyer annuel, sis dans ladite région, entre ces confins : d’un côté tenant les héritiers de Tuccio dello Grasso, d’un autre se trouve un four, d’un autre une rue publique. De même d’un atelier sis dans le marché public où on vend les poissons, dans la rue droite du Capitole. De même d’une pièce de vigne sise hors de la porte du Château [Saint-Ange], dans les prés : d’un côté tenant Tuccio di Giacomo di Birino ; sous réserve du droit des tous les ayants droit dans lesdits prés, etc. (...).

58Fait en l’an du Seigneur 1331, indiction quinzième, le onzième jour du mois de septembre. Et écrit par moi, Pietro di Riccomando degli Amateschi, notaire par l’autorité de la préfecture et scribe du sacré sénat.

59Source : Coste J., « La famiglia de Ponte di Roma (secc. XII-XIV) », ASRSP, 111, 1988, p. 71-73. Traduit du latin.

60Présenté et traduit par E. Hubert

9 - De la ville réelle à la ville idéale : les fresques d’Ambrogio Lorenzetti à Sienne

61A l’étage du palais communal de Sienne, sur les murs de la salle de la Paix et de la Guerre, Ambrogio Lorenzetti (mort, comme son frère Pietro, en 1348) exécuta, en 1338-1339, un immense programme pictural au cœur des lieux du pouvoir siennois. La pièce, dite aussi salle des Neuf, abritait les réunions et les audiences des neuf magistrats, « gouverneurs et défenseurs de la commune et du peuple », dont le mode d’élection bimestrielle (de trois représentants par tercier) et de recrutement parmi les marchands, banquiers et la « meza gente » donna une forme collégiale du pouvoir moins oligarchique qu’on ne l’a longtemps dit, et d’une rare stabilité (1287-1355).

62Rectangulaire (14,04 x 7,07 m.), la salle est percée, sur le petit côté Sud, d’une grande baie décentrée, et peinte sur les trois autres pans. Les peintures, qui sont autant l’illustration que l’élaboration sous une forme novatrice d’un message politique, ont été pensées en rapport avec l’espace, l’éclairage, l’accès et l’usage du lieu. Le long pan oriental largement éclairé par la source de lumière est celui où se développe le panorama du contado et de la ville bien circonscrite dans son enceinte, sous la seigneurie allégorique de « dame » Sûreté. En face, l’autre grand côté, dans l’ombre, reprend le même spectacle campagnard et urbain, resserré et aujourd’hui lacunaire, mais dans une version désolée, soumis au glaive de la Peur, auprès des figures allégoriques de la Tyrannie et de son cortège de vices politiques et moraux. Le petit pan septentrional, face à la fenêtre, présente les vertus dites du Bon Gouvernement. Il correspond à la porte d’accès originelle, située dans l’angle gauche et aujourd’hui condamnée, dont les dernières restaurations ont révélé l’usage. Ce thème fournissait ainsi son ultime vision de sortie au visiteur, et sans doute un sujet de contemplation pour les magistrats. En même temps qu’une conception allégorique et idéologique du pouvoir, qu’enrichissent des inscriptions en langue vulgaire, Ambrogio Lorenzetti a donné avec les scènes urbaines et contadines le premier « paysage » de l’art occidental, rendu crédible par la variété de ses plans et de ses détails, et une mine de renseignements visuels sur la circulation en ville, sur les techniques de l’agriculture ou de la maçonnerie, sur le quotidien des métiers.

63Orientation bibliographique : Sonnay J.-F., « Paix et Bon gouvernement : à propos d’un monument funéraire du Trecento », Arte medievale, sér. II, IV, n. 2, 1990, p. 179-193 ; Starn R., Ambrogio Lorenzetti. Le palais communal, Sienne, Paris, 1995 ; Rubinstein N., « Le allégorie di Ambrogio Lorenzetti nella Sala della Pace e il pensiero politico del suo tempo », Rivista storica italiana, 109, 1997, p. 781-802 ;Ascheri M., Siena nella storia : caratteri di una civiltà, Cinisello Balsamo, 2000 ; Donato M. M., « Il pittore del Buon Governo  : le opere ‘politiche’ di Ambrogio in Palazzo pubblico », dans Pietro e Ambrogio Lorenzetti (partiellement en version anglaise), sous la dir. de C. Frugoni, Florence, 2002, p. 201-255 ; Redon O. (avec Battaglia Ricci L., Beltrami P. G., Brunet J., Grieco A. J.), Les langues de l’Italie médiévale, Turnhout, 2002 (L’Atelier du médiéviste, 8), p. 114-115 ; Poeschkle J, Fresques italiennes du temps de Giotto (1280-1400), Paris, 2003 ; Skinner Q., L’artiste en philosophe politique. Ambrogio Lorenzetti et le Bon Gouvernement, Paris, 2003 (« Cours et travaux »).

64Présenté par V. Rouchon Mouilleron

10. Communes et pouvoir d’Etat à travers la Descriptio Marchiae

65Réalisé entre 1362 et 1367, ce registre décrit les structures politiques et administratives de la Marche d’Ancône à la fin de l’expérience albomozienne, une période marquée par une reconstruction du pouvoir temporel du pape en Italie centrale. Le rédacteur utilise d’anciens registres provinciaux de la Chambre apostolique. Celui auquel il fait ici référence est postérieur à l’année 1320, qui voit Jean XXII supprimer les sièges épiscopaux d’Osimo et de Recanati, élever Macerata au rang de cité et priver Fano des dix-huit châteaux de son contado. Soixante-quinze localités apparaissent. Les évaluations démographiques qui leur sont attribuées renvoient à des méthodes officiellement révolues – puisque condamnées par les constitutions de 1357 – qui concevaient les centres de peuplement comme des unités fiscales plus ou moins stables. La deuxième liste est quant à elle immédiatement postérieure à la conquête. Mondolfo, durement châtié pour rébellion, perd ses remparts, son rang et son nom en 1355 ; à cette date, Urbino échappe encore au contrôle du cardinal-légat. Cette liste montre que, même au début de la conquête, la répartition de la taille ne s’est probablement pas effectuée à partir des évaluations données par la liste précédente. De maniement difficile, la Descriptio Marchiae renseigne néanmoins sur les bouleversements démographiques et les mutations politiques, impulsées ou avalisées par le pouvoir entre 1320 et 1360 dans la plus vaste des provinces de l’Eglise. Elle témoigne en outre de l’évolution des modes de perception et de structuration administrative d’un espace politique.

66Orientation bibliographique : Colliva P., Il cardinale Albornoz, lo Stato della Chiesa e le Costitutiones Aegidianae (1353-1357), Bologne, 1977 (Studia Albornotiana, XXXII) ; Battelli G., « Per una nuova lettura della Descriptio Marchiae Anconitanae » et Colliva P., « La popolazione della Marca nelle raccolte documentali e legislative del cardinale Albornoz (1357-1359) », dans Uomini, insediamenti, territorio nelle Marche dei secoli XIII – XVI. Atti e Memorie per le Marche, 84, 1979, p. 9-30, 31-52 ; Jansen P., « Les constitutions égidiennes de 1357 : l’idée du fait urbain et sa classification au Moyen Age », dans Les petites villes du Moyen Age à nos jours, Paris, 1987, p. 15-28 ; Ginatempo M., Sandri L., L’Italia della città. Il popolamento urbano tra medioevo e Rinascimento (secoli XIII - XVI), Florence, 1990 ; Demografia e società nell’Italia medievale (secoli IX - XIV), sous la dir. de R. Comba et I. Naso, Cuneo, 1994 ; Jamme A., « Forteresses, centres urbains et territoire dans l’Etat pontifical. Logiques et méthodes de la domination à l’âge albomozien », dans Pouvoir et édilité. Les grands chantiers dans l’Italie communale et seigneuriale, études réunies par E. Crouzet-Pavan (Coll, de l’EFR, 302), 2003 p 375-417.

67Voici les feux de la Marche selon un ancien registre de la Chambre de l’Eglise romaine [on donne les noms des communes dans leur forme actuelle] :

La cité de Pesaro a

2.500 feux

La cité de Fano a

4.500 feux

La cité de Fossombrone a

1.500 feux

La cité de Cagli a

1.170 feux

La cité de Senigallia a

250 feux

La cité d’Ancône a

6.000 feux

La commune de Jesi a

2.500 feux

La commune d’Osimo a

4.500 feux

La cité de Camerino a

8.000 feux

La commune de Recanati a

4.000 feux

La cité de Fermo a

10.000 feux

La cité d’Ascoli a

6.000 feux

La cité de Numana a

50 feux

La cité de Macerata a

1.800 feux

La cité de Corinaldo a

7.000 [erreur pour 700] feux

La commune de Mondolfo a

150 feux

La commune d’Ostra Vetere a

250 feux

La commune d’Ostra a

600 feux

Le castrum de Serra de’Conti a

350 feux

Le castrum de Barbara a

100 feux

Le castrum de Montesecco a

100 feux

Le castrum d’Arcevia a

1.200 feux

Le castrum de Serra San Quirico

400 feux

Le castrum d’Apiro a

200 feux

Le castrum de Domo a

94 feux

Le castrum de Staffolo a

400 feux

Cingoli a

1.200 feux

Treia a

1.300 feux

Pollenza a

750 feux

San Severino

3.550 feux

Matelica a

1.050 feux

Fabriano a

3.600 feux

Appignano a

300 feux

Offagna a

350 feux

Castelfidardo a

500 feux

Montecassiano a

250 feux

Montelupone a

500 feux

Morrovalle a

900 feux

Potenza Picena a

1.000 feux

Montecosaro a

300 feux

Civitanova a

1.100 feux

Sant’Elpidio a

1.200 feux

Montegranaro a

500 feux

Monte San Giusto a

400 feux

Corridonia a

1.200 feux

Tolentino a

1.500 feux

Belforte a

160 feux

San Ginesio a

1.500 feux

Samano a

325 feux

Montegiorgio a

1.000 feux

Monrerubbiano a

800 feux

Ripatransone

1.100 feux

Montefiore a

550 feux

Cossignano a

250 feux

Porchia a

200 feux

Montalto a

150 feux

Patrignone a

100 feux

Montedinove a

150 feux

Montelparo a

200 feux

Santa Vittoria a

250 feux

Monte San Martino a

200 feux

Penna San Giovanni a

300 feux

Amandola a

750 feux

Montefortino a

400 feux

Montemonaco a

230 feux

Montegallo a

230 feux

Castelnovo di Collucio a

100 feux

Arquata a

450 feux

Offida a

450 feux

Castignano a

320 feux

Rotella a

40 feux

Force a

300 feux

Castel Gagliardo a

31 feux

Les châteaux de l’ancien contado de Fano ont

1.500 feux

Le castrum de Montefilottrano a

300 feux

Le castrum de Montefano a

150 feux

68(...) Voici les cités, terres et châteaux qui doivent solder la taille imposée sur la volonté des provinciaux par le révérendissime père en Dieu, le seigneur Gil Alvarez de Albomoz, évêque de Sabine, alors cardinal-prêtre du titre de Saint-Clément, légat et vicaire général du siège apostolique dans les provinces et les terres de la sainte Eglise romaine, exigible en trois termes, le premier aux calendes de septembre 1355, le second aux calendes de janvier 1356 et le troisième aux calendes de mai de la même année, et ainsi de suite, tant que le seigneur Gil sera légat dans les provinces de l’Eglise selon les quotité et quantité suivantes :

Ancône

4.600 flor.

Osimo (Auximum)

1.000 flor.

Amandola

700 flor.

Arquata

450 flor.

Appignano

150 flor.

Barbara

150 flor.

Belforte

300 flor.

Camerino

3.000 flor

La cité de Sant’Angelo Papale, autrefois

Cagli

1.000 flor.

Corinaldo

400 flor.

Cingoli

1.200 flor.

Castelfidardo

300 flor.

Civitanova

700 flor.

Cossignano

250 flor.

Castel Gagliardo

80 flor.

Castignano

400 flor.

Les châteaux de l’ancien comté de Fano

1.500 flor.

Domo

50 flor.

Ascoli (Esculum)

5.000 flor.

Jesi (Esium)

1.000 flor.

Fermo

6.510 flor.

Fabriano

4.000 flor.

Force

200 flor.

Fossombrone }

Non taxés car sont aux seigneurs de Malatesta

Fano }

Ils doivent payer pour le vicariat

Numana (Humana)

45 flor.

Macerata

1.400 flor.

Ostra (Montalboddo)

1.000 flor.

Mondolfo, maintenant Villa Justicie

300 flor.

Montesecco

150 flor.

Treia (Montecchio)

1.500 flor.

Montemilone

700 flor.

Montecassiano

300 flor.

Matelica

1.200 flor.

Montelupone

300 flor.

Morovalle

500 flor.

Potenza (Montesanto)

1.400 flor.

Montecosaro

300 flor.

Montegranaro

500 flor.

Montolmo

1.200 flor.

Montegiorgio

1.000 flor.

Monterubbiano

500 flor.

Montefiore

450 flor.

Montalto

200 flor.

Montedinove

150 flor.

Montelparo

600 flor.

Monte San Martino

300 flor.

Montefortino

400 flor.

Montemonaco

300 flor.

Montegallo

300 flor.

Ostra Vetere (Montenovo)

250 flor.

Montefilottrano

300 flor.

Montefano

200 flor.

Offagna

Ne fut pas taxé, parce que détruit

Offida

500 flor.

Pesaro

Ut supra aux seigneurs de Malatesta

Apiro (Piro)

400 flor.

Porchia

100 flor.

Patrignano

100 flor.

Penna San Giovanni

400 flor.

Recanati

3.000 flor.

Arcevia (Rocca Contrada)

1.200 flor.

Ripatransone

1.000 flor.

Rotella

60 flor.

San Severino

4.000 flor.

Samano

500 flor.

Staffolo

Non taxé au début car détruit par la compagnie

Sant’Elpidio

1.500 flor.

San Giusto

400 flor.

Serra San Quirico

500 flor.

Serra de Conti

300 flor.

Santa Vittoria

600 flor.

Sinigallia

45 flor.

San Ginesio

900 flor.

Tolentino

600 flor.

Urbino

Non taxé

Source : Saracco Previdi E., La Descriptio Marchiae Anconitanae, Fonti per la storia delle Marche, n. s. 3, Ancône, 2000, p. 46-48, 82-85, soit les fol. 20-22 et 41-42v du registre. Traduit du latin.

69Présenté et traduit par A. Jamme

Table des illustrations

Titre Légendes du dessin. Quand l’empereur Henri VI vint à Rome et fut couronné par le pape Célestin
Légende Traduit du latinSource : Burgerbibliothek Bem, cod. 120.II, folio 105r
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19422/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende (archives V. Rouchon)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19422/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Légende Source : Les sermons et la visite pastorale de Federico Visconti, ouvr. cit., p. 131.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19422/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19422/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Légende (archives V. Rouchon)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19422/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Source : d’après Agazzi M., Platea Sancti Marci. I luoghi marciani dall al XIII secolo e la formazione della piazza, Venise, 1991, p. 140-141.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19422/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19422/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search