Desktop versionMobile Version

Villes d’Italie

 | 
Jean-Louis Gaulin
, 
Armand Jamme
, 
Véronique Rouchon Mouilleron

Introduction

Jean-Louis Gaulin, Armand Jamme und Véronique Rouchon Mouilleron

Volltext

1L’ambition de cet ouvrage collectif est de procurer des matériaux nouveaux pour l’enseignement de l’histoire de l’Italie médiévale. Il rassemble environ cent cinquante documents, textes dont la plupart sont traduits en français pour la première fois, et images mises à la disposition de l’analyse historique.

2Le prétexte en a été fourni par le programme d’histoire médiévale des concours externes des Agrégations d’histoire et de géographie et du Capes d’histoire-géographie des années 2004-2006 : Les villes d’Italie du milieu du XIIe siècle au milieu du XIVe siècle : économies, sociétés, pouvoirs, cultures. Mais l’ouvrage, conçu également pour une utilisation plus large et moins éphémère, reflète souvent, dans ses choix, un état des travaux, achevés ou en cours, et des questionnements actuels.

3Le recueil qui en résulte ne prétend nullement à l’exhaustivité. On a, au contraire, délibérément mis en avant des types de documents, des problématiques ou des espaces spécifiques. Un tel parti pris explique la place réservée à l’iconographie, l’attention donnée aux interférences entre pouvoirs souverains et gouvernements municipaux, ou encore l’intérêt accordé à l’activité des marchands italiens outre-mer.

  • 1 Maire Vigueur J.-C., Cavaliers et citoyens. Guerre, conflits et société dans l’Italie communale XI (...)

4Huit grandes sections rendent compte des choix opérés. Le volume s’ouvre sur une série de représentations urbaines, depuis la définition impériale de la ville, exprimée dans des situations aussi diverses que la refondation d’une ville lombarde ou la « patrimonialisation » de la colonne trajane au milieu du XIIe siècle, jusqu’à l’appréciation démographique du fait urbain proposée par la documentation pontificale de deux siècles plus tardive (I). La diplomatie, la guerre et la paix sont au cœur des relations entre cités rivales et entre les empereurs souabes et les cités lombardes. Des textes célèbres ont transmis la mémoire de la paix de Constance ou de la bataille de Montaperti entre Florentins et Siennois (II). Mais les recherches les plus récentes insistent sur l’enracinement de la culture de la guerre dans la société urbaine : les combattants à cheval, les milites1, occupent, pour cette raison, une place importante dans la section consacrée aux relations entre groupes sociaux et pouvoirs : nobles, chevaliers, cavaliers, populaires, juifs, hérétiques, voisins, autant de groupes aux contours plus ou moins tracés que la documentation produite par les administrations urbaines ou royales a tenté de saisir et d’ordonner (IV). La diversité des formes de gouvernement expérimentées, volontairement ou non, par les citadins de la péninsule est un des caractères remarquables de la période considérée ici. On le vérifiera en consultant les dossiers composés à partir d’exemples pris non seulement dans l’Italie communale, mais aussi dans les monarchies méridionales, où les villes ont su, plus qu’on ne pourrait le croire, négocier et défendre leurs libertés face aux administrations centrales (III).

5La ville du long Duecento est un vaste chantier dont les réalisations matérielles durables sont dans tous les esprits, qu’il s’agisse de créations picturales (Maestà de Duccio) ou architecturales (les églises Santa Maria Novella et Santa Croce à Florence). S’il y a peu de grandes villes italiennes contemporaines dont la fondation ne soit pas antique (Alessandria est une exception), les efforts des XIIe-XIIIe siècles ont porté sur l’habitat (rôle des lotissements ecclésiastiques) et sur les équipements « communs ». La maîtrise de l’eau, entre histoire des techniques et fonction symbolique, est ici mise en exergue (V). La construction de cet espace urbain est indissociable d’une société et d’une économie en pleine effervescence. Certifiées par l’indispensable notaire, de multiples transactions disent le rôle croissant joué par l’argent et le crédit, ainsi que les inquiétudes qui enserrent leur usage (VI). On a volontairement laissé de côté les investissements des citadins dans le contado (le thème est classique) pour mieux insister sur les relations que les marchands italiens ont entretenues avec d’autres cités que la leur, Séville par exemple, mais aussi Paris et bien sûr Constantinople (VII). Le recueil s’achève sur l’évocation de quelques itinéraires emblématiques de citadins, connus ou inconnus, de ces temps contrastés : Facio, orfèvre à Crémone, Filippo Ghisi, noble vénitien, Jacopo da Varazze, dominicain et archevêque de Gênes, ou encore Giotto (VIII).

  • 2 Cammarosano P., Italia medievale. Struttura e geografia dellefonti scritte, Rome, 1991.

6Ce parcours à travers textes et images rend aussi compte de la « révolution documentaire » qui caractérise les siècles centraux du Moyen Age2. Le panorama des textes disponibles s’enrichit et s’élargit considérablement, précisément à partir des années 1150. On prendra la mesure de cette inventivité documentaire en lisant, par exemple, l’une des premières délibérations municipales siennoises conservées, des extraits de la grande production statutaire italienne, des actes tirés des registres de notaires, des lettres de marchands, ou les inscriptions de la monumentale fontaine de Pérouse.

  • 3 Principales abréviations :
    ASRSP : Archivio della Società romana di storia patria
    BEFAR : Bibliothèq (...)
  • 4 Voir Historiens-Géographes, 387, juillet 2004, p. 273-304.

7Faute de pouvoir publier les textes originaux, les traducteurs ont signalé, en italique et entre parenthèses, les termes rares ou prêtant à discussion. Des crochets ouvrent des interventions sur le texte : passages coupés ou résumés, ajouts explicatifs, commentaires. L’orientation bibliographique (qui utilise quelques rares abréviations3) ne dispense pas de consulter la bibliographie du programme4. L’indication de la source invite le lecteur à s’engager à son tour dans la découverte des originaux et de leur diversité linguistique.

8La réalisation de cet ouvrage est le résultat de la collaboration de plusieurs enseignants-chercheurs et chercheurs du centre de recherches médiévales installé à Lyon et dirigé par Denis Menjot, l’UMR 5648 Histoire et archéologie des mondes chrétiens et musulmans médiévaux (CNRS-Lyon II-EHESS) : Nicole Bériou, Didier Boisseuil, Henri Bresc, Guido Castelnuovo, Frédéric Chartrain, Christophe Giros, Etienne Hubert, Jean-Michel Poisson, Odile Redon. Avec Jean-Marie Martin et Guillaume Saint-Guillain, qu’ils soient remerciés pour leur indispensable contribution.

Anmerkungen

1 Maire Vigueur J.-C., Cavaliers et citoyens. Guerre, conflits et société dans l’Italie communale XIIe-XIIIe siècles, Paris, 2003.

2 Cammarosano P., Italia medievale. Struttura e geografia dellefonti scritte, Rome, 1991.

3 Principales abréviations :
ASRSP : Archivio della Società romana di storia patria
BEFAR : Bibliothèques des Ecoles françaises d’Athènes et de Rome
Coll, de l’EFR : Collection de l’Ecole française de Rome
DBI : Dizionario Biografico degli Italiani
ISIME : Istituto Storico italiano per il Medio Evo
MEFRM : Mélanges de l’Ecole française de Rome – Moyen Age
MGH : Monumenta Germaniae Historica
RIS : Rerum Italicarum Scriptores.

4 Voir Historiens-Géographes, 387, juillet 2004, p. 273-304.

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search