Version classiqueVersion mobile

Villes d’Italie

 | 
Jean-Louis Gaulin
, 
Armand Jamme
, 
Véronique Rouchon Mouilleron

À propos de l'illustration

Texte intégral

1Illustration de couverture :

2Cimabue, v. 1280, voûte des évangélistes, détail du voûtain de saint Marc, basilique San Francesco d’Assise, église supérieure (cliché antérieur à l’effondrement de 1997. Avec l’aimable autorisation du Père gardien du sanctuaire de la basilique)

Commencée peu après la canonisation de François (1228), la basilique d’Assise est consacrée en 1253. Un plan simple en tau à cinq travées superpose deux niveaux : réceptacle de la dépouille du saint, l’église inférieure sert d’immense crypte ; réceptacle de la parole mendiante, l’église supérieure s’ouvre sur une nef unique à voûtes bombées. Entre 1277 et 1280, Cimabue travaille à son décor mural. La voûte des évangélistes, peinte à la croisée de l’église supérieure, associe chacun des quatre auteurs à une ville, à un territoire : à Marc revient l’Italie. Derrière une enceinte hérissée de tours, se reconnaissent les principaux monuments de la Rome antique et chrétienne : la coupole et le fronton du Panthéon, le complexe circulaire du château Saint-Ange, l’emboîtement fortifié de la Tour des Milices ; à l’arrière plan, l’église Saint-Pierre dévoile sa façade décorée et son obélisque éclatant, tandis que Sainte-Marie in Aracœli arbore les emblèmes de la commune. Cet enchevêtrement monumental se veut un abrégé visuel des descriptions contenues dans les Mirabilia Urbis Romae. La forme lexicale Ytalia, également attestée dans le latin de Dante, confirme une étroite relation entre travail pictural et culture littéraire. A travers une image de la Ville qui fut caput mundi, à travers le patronage de Marc, indissociable de Venise, à travers la densité d’une graphie antique, se dessinent les éléments d’une perception unifiante de l’Italie urbaine de la fin du Duecento.
VRM

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search