Version classiqueVersion mobile

Les Palais dans la ville

 | 
Patrick Boucheron
, 
Jacques Chiffoleau

4. Le prince, le palais, la représentation

Les relations entre ville et ensemble palatial dans les « villes impériales » marocaines : Marrakech et Meknès

Marianne Barrucand

Texte intégral

  • 1 Voir à ce propos G. Necipoglu (éd.), Pre-modern Islamic Palaces, Michigan, 1993 (Ars Orientalis 23 (...)

1Dans le monde islamique traditionnel, les liens entre ensemble palatial et ville bourgeoise ont toujours été problématiques, et ceci est particulièrement évident dans le cas des « villes royales ». Celles-ci sont des manifestations architecturales imposées par un pouvoir absolu à la ville bourgeoise, mais ne sont nullement une émanation d’elle ; elles possèdent quelques caractéristiques bien définies, mais elles n’obéissent cependant pas toutes à un même schéma1. Les deux villes royales marocaines présentées ici, la qasba saadienne de Marrakech et la qasba alaouite de Meknès, sont proches l’une de l’autre dans l'espace et dans le temps ; elles appartiennent cependant à deux types tout à fait différents de ville royale et cette différence repose essentiellement sur la différence des relations entre ensemble palatial et espace urbain bourgeois.

L’urbanisme royal islamique

  • 2 Pour la genèse et l’évolution de Bagdad, la Ville Ronde d’al-Mansûr, et celles de l’agglomération (...)

2L'urbanisme royal islamique est l’une des expressions matérielles d'un pouvoir qui prétend en même temps à l'autorité temporelle et à l'autorité spirituelle. Cet urbanisme correspond à la création, par ordre du prince, d'un vaste ensemble architectural qui dépasse, par son étendue et sa complexité, le palais, voire même l’ensemble palatial, et qui prend la forme d’une véritable ville, entourée de remparts et abritant le souverain, sa famille et un entourage extrêmement nombreux et diversifié. Elle comporte, à côté des édifices destinés à l’administration du royaume, différentes catégories d’habitations (allant du palais somptueux jusqu’aux cases des esclaves et aux baraquements des soldats), des aires de jeux et des jardins, des lieux de stockage, et aussi des ateliers et des marchés. Le statut des habitants de ces villes royales se distingue fondamentalement de celui des habitants d’une cité avec des structures sociales, économiques et hiérarchiques autonomes. Mais les habitants de ces villes royales ne forment nullement un corps homogène ; bien au contraire ils constituent le plus souvent une véritable mosaïque ethnique ; mais tous ces habitants, sans exception, dépendent finalement en tout des besoins et des désirs du souverain et sont intégrés dans une organisation strictement hiérarchisée. Ces habitants n’ont que peu ou pas de liens avec les habitants de la ville bourgeoise ou des campagnes environnantes et l’accès de ces derniers à la ville royale est étroitement contrôlé. Certaines villes royales, comme Fathpûr Sîkrî, n’ont pas de véritable voisine bourgeoise, d’autres, comme Bagdad, ont en quelque sorte engendré leur ville bourgeoise voisine2.

  • 3 Pour Samarra, voir K. A. C. Creswell, Early Muslim Architecture, 2e éd., 2 vols. New York, 1979, v (...)
  • 4 Pour Sabra-Mansûriyya, voir M. Terrasse, Recherches archéologiques d’époque islamique en Afrique d (...)
  • 5 Pour Rabat, voir J. Caillé, La ville de Rabat jusqu’au Protectorat français, 3 vol., Paris, 1949 ; (...)
  • 6 Pour l’Isfahan à l’époque séfévide, voir A. K. S. Lambton et J. Sourdelthomine, Isfahân, dans Ency (...)

3L’urbanisme royal islamique connaît son premier développement – fastueux – sous les Abbassides (avec Bagdad et Samarra, et sans doute aussi Raqqa (fin VIIIe et IXe siècles)3 et se prolonge jusqu’au Méchouar actuel de Rabat. Parmi les exemples les plus célèbres, il faut nommer, pour le Xe siècle, Sabra Mansûriyya en Tunisie, Madînat az-Zahrâ’ en Espagne, et al-Qâhira, le futur Caire, au Nord de Fustât, puis, au XIe siècle, Lashkari Bazar sur le Hilmend (Afghanistan)4. Rabat et Marrakech sont des fondations almohades du XIIe siècle ; aux XIIIe et XIVe siècles, Fâs al-Djadîd, mérinide, et l'Alhambra, nasride, continuent cette tradition5. Plus tard, aux XVIe et XVIIe siècles, les moyens formidables à la disposition de certains souverains conduisent de nouveau à la création de villes royales : l’Isfahan de Shâh 'Abbâs, Fathpûr Sîkrî, Marrakech et Meknès6.

4Les relations entre ville royale et ville bourgeoise s’expriment notamment par les formes architecturales qu’affecte la fonction de protection, donnant la primauté soit à des organes de défense entre espace urbain bourgeois et espace royal, soit à des dispositions d’accueil. La fonction religieuse, particulièrement importante puisqu’elle confère au pouvoir sa légitimité, détermine des formes architecturales variées. La Mosquée du Vendredi est – ou pour le moins peut être – le lien entre les citoyens de la ville bourgeoise et ceux de la ville royale. La place du bazar et des quartiers artisanaux, c’est-à-dire celle dévolue aux fonctions de production et d’échange –, est souvent réduite dans la ville royale, étant absorbée en fait par la fonction de stockage de provisions. Cette régression des fonctions productive et commerciale en consommation et stockage constitue sans doute l’une des différences les plus fondamentales entre ville bourgeoise et ville royale et s’exprime du reste clairement dans la configuration des plans urbanistiques. C’est par le biais des échanges qu’il peut y avoir des contacts entre les habitants des deux villes.

5La fonction de présentation conduit à des formes architecturales particulières ; et là encore la question se pose : peut-on, à partir de l’emplacement et de la forme que prennent les cadres architecturaux destinés aux apparitions du souverain, en inférer à qui ces apparitions sont destinées ? Aux proches du souverain, habitants de la ville royale, ou aux citoyens de la ville bourgeoise, ou à des ambassadeurs étrangers ?

La qasba saadienne de Marrakech

Notions historiques

  • 7 Voir Ch.-Α. Julien, Histoire de l’Afrique du Nord. Tunisie-Algérie-Maroc, de la conquête arabe à 1 (...)

6La dynastie saadienne, arabe, prit le pouvoir avant le milieu du XVIe siècle7. Elle construisit, à l’emplacement de la qasba almohade de Marrakech, une nouvelle ville royale, dont Ahmad al-Mansûr (1578-1603) fut le principal bâtisseur. La bataille des Trois Rois, en 1578, "qui fit entrer de plain-pied le Maroc dans la politique européenne" (de Castries) laissa un butin considérable à Ahmad et haussa la dynastie à un rang international. Ayant séjourné longuement en Europe et à Istanbul, Ahmad menait une politique extérieure ouverte ; en politique intérieure, il préférait l’organisation solide des régions, dont il était sûr, aux luttes contre les tribus remuantes. Il s’entourait d’une cour brillante, ouverte aux étrangers et marquée par des influences ottomanes. Marrakech devint alors un lieu de rencontre entre lettrés marocains, Andalous immigrés, savants orientaux et soudanais, et bien sûr aussi, diplomates, médecins, savants et aventuriers européens. Les ressources d’Ahmad – adh-Dhahabî (« le Doré ») – étaient considérables, au butin de 1578 s’ajoutèrent celui de la conquête du Soudan occidental, ainsi que les revenus des impôts et du commerce. Après sa mort, la dynastie habitait toujours la qasba mais n’y construisait plus, s’entre-déchirant en luttes fratricides, et elle s’éteignit définitivement en 1659.

Description

7Nos connaissances de la qasba saadienne reposent sur des vestiges archéologiques, sur des sources littéraires, abondantes mais souvent peu précises, et sur deux documents graphiques :

  • 8 Le dessin accompagne le récit, rédigé par le Frère Antonio de Conçeyçâo, de l’esclavage et de la m (...)
  • 9 J. Windus, A Journey to Mequinez, the Residence of the Present Emperor of Fez and Morocco on the O (...)

8C’est d’abord le dessin coloré qui se trouve dans un manuscrit portugais daté de 1585 qui est conservé à l’Escurial8. Le plan représente la ville royale saadienne. Les proportions sont assez fausses, mais l’indication des distances en paços permet la restitution du plan de la qasba (fig. 1). Le second document est un plan du livre A Journey to Mequinez, de John Windus (1725) avec une fausse légende : "Royal Palace at Lez", il s’agit en vérité du plan du palais de réception de Marrakech (fig. 2)9.

9La qasba (fig. 1) forme un rectangle d’environ 44 ha., entouré de murailles qui réutilisent largement l’enceinte de la qasba almohade. Au Nord se trouve la ville bourgeoise de Marrakech, tout autour s’étendent des vergers et des jardins.

10L’intérieur est divisé en trois parties : une large bande, située à l’Ouest, comprend l’accès principal (1) et la place de la Grande mosquée (2) avec ses annexes et la nécropole saadienne (3). Une longue rue droite, orientée Nord-Sud, forme l’axe principal de cette partie Nord-Ouest. Douze grands greniers voûtés (les premiers prisons des chrétiens) (4) et des écuries se trouvent entre le rempart occidental et la rue. Une muraille Est-Ouest, peut-être almohade, isole cette partie ; une porte permet de franchir cette séparation (5). Au Sud de cette porte, il y a, côté Est, la seconde prison des Chrétiens (6), la fonderie royale (7), des dépôts d’armes et d’autres habitations d’esclaves chrétiens ; côté Ouest ce sont des écuries. Plus au Sud, la rue débouche sur une nouvelle porte, par laquelle on accède à l’angle Nord Ouest de la Place du Palais, le Grand Mashwâr, appelé « Asârâg » par Marmol (8). Il aurait mesuré approximativement 180x90 m. Son côté Sud semble avoir été flanqué de demeures de hauts fonctionnaires. L’ensemble de ce quartier occidental est accessible au public.

1. Bâb Agnaw
2. Grande Mosquée
3. Nécropole saadienne
4. “Grande Sagène"
5. Bâb al-Tubûl
6. “Petite Sagène"
7. Fonderie royale
8. Asârâg (ou Grand mashwâr)
9. Petit mashwâr
10. Cuisines
11. Magasins
12. Douane
13. Douane
14. Ecuries
15. Ensemble des habitations royales
16. Habitation principale du harem
17. Harem
18. Palais du Badi'
19.’Arsat al-Zudjâdj (Jardin de cristal)
20. Jardins.
Figure 1. Marrakech, plan de la qasba saadienne (d’après le R.P.H. Koehler, 1940)

11Du côté Est du Grand Mashwâr il y a une porte pour arriver au Petit Mashwâr, où le roi rendait justice (9). Immédiatement à côté, au Nord, un pavillon servait aux audiences publiques du roi. La grande rue Ouest-Est part du Grand Mashwâr ; elle est bordée, au Sud, par les services royaux : cuisines, dépôt des tentes royales, douane, écuries (10, 11, 12, 13, 14). Après 250m environ, cette rue fait un retour en angle droit vers le Nord pour permettre d’accéder, après 150 m et deux petites portes, au Badî', le palais de réception (18).

12L’aire comprise entre, au Nord, la Grande Mosquée et l’enceinte septentrionale, au Sud, la rue Ouest-Est, à l’Est, la rue Sud-Nord menant au Badi' et le palais lui-même, et à l’Ouest, la rue Nord-Sud et les deux mashwârs, cette aire semble avoir été occupée par les appartements du roi et du harem, par une petite mosquée et des oratoires, par des habitations de serviteurs et d’esclaves de statut divers (15, 16, 17).

13La partie centrale est flanquée, à l’Est, par une large bande de jardins. Au Sud, on reconnaît une pièce d’eau. Ces jardins semblent avoir été ouverts au public.

Figure 2. Marrakech, plan du palais du Badî‘, gravure accompagnant le récit de voyage de John Windus, publié en 1725.

Aspects fonctionnels

14Malgré la parcimonie des vestiges archéologiques, le dessin portugais permet de raisonner sur certains aspects fonctionnels.

15La protection est assurée par une enceinte unique et ancienne, percée de nombreuses portes ; de toute manière, de larges parties de la qasba semblent avoir été quasiment publiques. Les systèmes de défense architecturale, à Marrakech, témoignent donc d’un certain climat de confiance, à la fois vis-à-vis des tribus aux alentours et surtout vis-à-vis des habitants de la ville bourgeoise. Celle-ci n’était séparée de la ville royale que par un simple mur de remploi, percé de portes, et dépourvu de dispositif de défense particulier, donc sans glacis, sans mâchicoulis, sans bastions à chambres de tir élaborées etc. En revanche, une porte monumentale superbe, Bâb Agnaw (fig. 3), est précédée et suivie d’une place publique, toutes deux communes aux habitants de la ville bourgeoise et de la ville royale.

Figure 3. Marrakech, Bâb Agnaw d’après J. de la Nezières, Les monuments mauresques du Maroc, pl. IV).

  • 10 Voir Ch. Ewert et J.-P. Wisshak, Forschungen zur almohadischen Moschee. III. Die Qasba-Moschee in (...)
  • 11 Ch. de la Véronne, Sa 'dides (cit. n. 7), p. 744.

16La qasba saadienne comporte trois mosquées : la Grande Mosquée almohade10 (fig. 1, et 4), une petite mosquée à l’entrée du Grand Mashwâr, et une autre, également petite, à l’intérieur des habitations royales (les deux dernières ont disparu). Le fait que la Mosquée du Vendredi de la qasba saadienne soit simplement la Mosquée du Vendredi de la ville royale almohade du XIIe siècle conduit à trois observations : la première est que le prestige de la dynastie almohade a de toute évidence fait paraître comme peu importantes, aux yeux des souverains saadiens malikites, les divergences dogmatiques. La seconde est que ces souverains malikites sont allés plus loin encore en installant la nécropole royale, somptueuse, juste derrière le mur qibla de la mosquée almohade, donc sous protection almohade, c’est-à-dire schismatique. La troisième est que c’est le souvenir des Almohades, qui unit la ville bourgeoise et la ville royale de la Marrakech saadienne, aussi bien sur le plan d’une certaine idéologie du pouvoir qu’en ce qui concerne les dispositions architecturales (reprise des enceintes et des portes, des places et des mosquées pour les deux villes, la bourgeoise et la royale, Bâb Agnaw (fig. 1, 1, fig. 3), la porte principale de la ville royale, est l’une des plus belles portes almohades). L’emplacement même de la qasba saadienne s’inscrit dans cette optique de récupération de prestige par les monuments. Cette invocation tacite mais omniprésente fut un choix délibéré des Saadiens afin de consolider les fondations de leur établissement. Le choix même de Marrakech comme capitale ne semble guère avoir été déterminé par de telles considérations au moment de la prise de pouvoir des Saadiens, vers 152511 ; à ce moment Ahmad al-A 'radj et son frère et associé, Muhammad al-Shaykh, semblent seulement avoir cherché une place forte permettant de dominer le Sud marocain. Mais Marrakech, ville profondément almohade, allait imposer sa loi aux nouveaux maîtres, à savoir une politique de légitimation par rapport aux créateurs de la ville. Avec leurs visées de plus en plus ambitieuses, les souverains saadiens comprirent rapidement leur intérêt à faire ce choix.

Figure 4. Marrakech, mosquée de la Qasba (cliché M. Barrucand)

  • 12 H. de Castries, Al-Nafhat al-miskiya fi’l-sifarat al-tourkiya, Relation d’une ambassade marocaine (...)
  • 13 Mohamed HAJJI, L’activité intellectuelle au Maroc à l’époque sa 'dide, 2 vols., Rabat, 1976, p. 14 (...)

17La fonction religieuse constituait par ailleurs un lien puissant entre les deux villes : d’une part la Grande mosquée de la qasba était ouverte aux bourgeois pour la khutba du Vendredi, d’autre part la présence de savants et de dignitaires religieux de la ville bourgeoise est attestée pour des fêtes royales dans le palais du Badî'12 ; par ailleurs le souci d’évergétisme d’Ahmad est amplement documenté, et l’importance particulière des biens de mainmorte royaux (habus) pour les mosquées et les complexes religieux, situés dans la ville bourgeoise et fondés ou embellis par les Saadiens, a souvent été commentée13.

18La fonction de présentation royale se manifeste certes avec éclat par l’immense palais de réception, édifié explicitement pour cette seule destination ; Ahmed se souciait apparemment au moins autant d’être diplomate que guerrier, et il cherchait à impressionner non tant par les ouvrages de défense que par le luxe des réceptions et des fêtes. Mais ces fêtes, destinées aux proches du souverain et à des invités de marque, se déroulaient au cœur de la ville royale, et seuls certains habitants de la ville bourgeoise y étaient invités, par ailleurs ces fêtes avaient apparemment systématiquement des connotations religieuses. La fonction de présentation royale vis-à-vis de ses sujets marocains semble avoir été remplie avant tout, non pas tant par des manifestations de faste dans le palais de réception, mais bien davantage par le cérémonial religieux, dans la Grande mosquée de la qasba ou au musallah. C’est donc bien par le biais de la fonction religieuse que s’expriment le plus nettement les liens entre les habitants des deux villes de Marrakech.

La qasba de Meknès

Notions historiques

  • 14 Pour le règne de Mawlay Ismâ'îl, voir H. Terrasse, 'Alawîs, dans Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., (...)

19Les Alaouites succédèrent aux Saadiens, et, à l’instar de leurs prédécesseurs, s’occupèrent rapidement de la création d’une ville royale : la qasba de Meknès, œuvre de Mûlây Ismâ'îl, l’un des premiers souverains d’envergure de la dynastie. Les 55 ans de son règne (1672-1727) furent l’époque de la genèse d’un Etat indépendant après une longue période de déclin, d’anarchie, de domination étrangère. Mûlây Ismâ'îl restructura l’armée tribale ancienne, créa une nouvelle armée d’esclaves noirs, organisée plus ou moins sur le modèle des Janissaires, reprit les territoires occupés aux Anglais et Espagnols, contrôla la course et le commerce, installa une fiscalité nouvelle (et écrasante), bref : il réorganisa le pays en affirmant, souvent brutalement, son autorité14.

20Mûlây Ismâ'îl choisit comme site pour sa ville royale le voisinage de Meknès plutôt que de Fès. Fès était infiniment plus prestigieuse, mais sa population était connue pour être susceptible, orgueilleuse et remuante ; par ailleurs la volonté de créer, ex nihilo, sa propre ville royale, en dehors de l’ombre de dynasties antérieures, semble avoir déterminé le choix de Meknès, ville relativement prospère, mais intellectuellement et politiquement insignifiante. Fa région avait des avantages stratégiques, permettant la surveillance du Moyen Atlas. Les travaux de construction dans la qasba de Meknès ne s’arrêtèrent qu’avec la mort de Mûlây Ismâ'îl. Ses successeurs ne s’intéressèrent plus guère à cette ville.

  • 15 Voir H. de Castries, C et P. Cenival, Ph. de Cossé-Brissac et Ch. de la Véronne (éds.) Sources Iné (...)
  • 16 Cette gravure qui présente la silhouette de la ville bourgeoise en face de celle de la ville royal (...)

21Nos connaissances de cette qasba reposent sur les vestiges matériels, nombreux, et sur des récits contemporains, venant d’une part d’historiographes marocains et d’autre part de témoins occidentaux, qu il s’agisse de voyageurs, d’ambassadeurs, d’ecclésiastiques et d’anciens esclaves15. Une gravure anglaise de 1725 n’apporte guère de renseignements vraiment précis, mais donne quand même une image impressionnante des dimensions de la qasba16 (fig. 5).

Figure 5. Meknès, gravures accompagnant le récit de voyage de John Windus, publié en 1725

Description (fig. 6)

22Le plan de Meknès fait ressortir la disproportion entre la madîna et la qasba : la première, petite et avec une population dense, la seconde immense et presque vide. L’articulation principale se trouve au niveau de la Place des Décombres et de la Place Lalla 'Awda (2,3). C’est en effet ici que Mûlây Ismâ'îl commença la construction de sa ville par la destruction de la partie Sud-Est de la madîna, afin de mettre entre celle-ci et sa ville un glacis de protection. Cette première ville est al-Dâr al-kabîra, « la Grande Maison (fig. 7), une ville royale en elle-même, avec son mashwâr (3), sa porte monumentale (8), sa Mosquée du Vendredi (6), la nécropole royale (7), ses divers palais et sa triple muraille. Vient ensuite un complexe de deux palais qui ont été élevés successivement ; c’est d’abord Dâr al-madrasa, dont les constructions sont regroupées sur une bande étroite au Nord de grands jardins, et c’est ensuite Qasr al-muhannasha (Palais du Labyrinthe), dont les édifices et les jardins forment une sorte de synthèse entre l’entassement sombre de Dâr al-Kabîra ou la partie Nord de Dâr al-madrasa, et le vide des grands espaces verts de Dar al-madrasa. Malgré des parentés évidentes entre le Palais du Labyrinthe et le Badî' de Marrakech, il y a, dans le plan de celui de Meknès, une sobriété et une rationalité qui lui sont propres.

1. Bâb Mansûr al-'lldj
2. Place des décombres
3. Place Lallâ 'Awda
4. 'Prison des Chrétiens'
5. Qubbat al-khayyâtîn.
6. Mosquée Lallâ’Awdâ’
7. Mausolée de Mawlay Ismâ'îl
8. Bâb al-dâr al-kabîra
9. Bâb al-hadjar
10. Bâb al-mars
11. Bâb Sîdî'Amar al-Husaînî
12. Bâb tizîmî al-saghîra
13. Bâb barda'în
14. al-Bâb al-djadîd
15. Bâb al-khamîs
16. Burdj al-qârî
17. Bâb Qasabat Banî Muhammad
18. Burdj al-mars
19. Bâb al-Batîwî
20. Bâb hury al-mansûr
21. Bâb al-kibâsh
22. Bâb al-qasdîr
23. Burdj bîbî 'â’isha
24. Bâb Lallâ khadrâ’
25. Bâb qasabat Hadrâsh
26. Bâb al-na'ûra
27. Bâb al-na'ûra
28. Asârâg
29. Bâb al-râ’is
30. Pont de cavaliers
31. al-Hury al-saghîr
32. Bâb dâr al-baqar
33. Hury al-swânî
Figure 6. Plan d’ensemble de Meknès

Figure 7. Qasba de Meknès, plan d’al-Dâr al-kabira

  • 17 Selon al-Zayânî, historiographe de Muhammad III, Mûlây Ismâ'îl « fit aménager, à l'intérieur de la(...)

23Ces trois ensembles palatiaux se trouvent au Nord de la ville royale, assez proches les uns des autres. Les bâtisses utilitaires les plus importantes sont plus au Sud, accolées au bassin de l’Agdal, vaste réservoir d’eau aux fonctions utilitaires plus que de plaisance17 Ce sont des silos et un magasin avec des puits et des dépôts (33). Presque à l’extrémité Sud de la qasba, un énorme massif, actuellement en ruines, le Magasin de Mansûr (Hury al-Mansûr) semble avoir servi de magasin, de grenier, de palais et de forteresse. Il s’agit là d’une des dernières architectures élevées par Mûlây Ismâ'îl. Un pont (30) franchit la vallée avec son ruisseau, qui sépare ce massif des habitations royales au Nord. De vastes constructions souterraines se trouvent à des endroits multiples de la qasba. L’une d’elles, au Nord-Ouest, est appelée, depuis le début de ce siècle, "Prison des Chrétiens" (4) ; il s’agissait en fait, là encore, de magasins.

24La fonction de protection semble absolument déterminante dans la configuration de la ville royale de Mûlây Ismâ'îl : murs d’une épaisseur tout-à-fait étonnante, chemins de ronde, boulevards périphériques pour permettre une rapide concentration des troupes, casemates, postes de filtrage multiples, bastions etc. (fig. 7 et 8). Paradoxalement, les systèmes de fortification se multiplient du côté Nord-Ouest, en face de la ville bourgeoise, exprimant ainsi la méfiance fondamentale de Mûlây Ismâ'îl, non tant envers un hypothétique ennemi extérieur qu’envers les habitants de la ville bourgeoise. La fonction de stockage de vivres et d’armes prend des formes également démesurée et éclaire une seconde facette, complémentaire, de la conception de château-fort démesuré. Mûlây Ismâ'îl se serait vanté de pouvoir faire face à un siège de dix ans, mais Meknès n’a jamais été assiégée du temps de ce souverain.

25La fonction religieuse ne semble pas avoir constitué un lien particulier entre ville royale et ville bourgeoise. Certes, il y a la Mosquée du Vendredi, dans la Grande Maison (fig. 9), mais elle ne semble pas avoir été la Mosquée du Vendredi des bourgeois de Meknès.

Figure 8. Meknès, rempart de la Qasba de Mûlây Ismâ’îl (cliché M. Barrucand)

  • 18 Par exemple l’audience de congé de Pidou de Saint-Olonn ambassadeur de Louis XIV (F. Pidou de Sain (...)

26Un point remarquable de cette ville royale est l’absence d’une véritable architecture de réception et de cérémonial. Ce sont la mosquée du Vendredi de la ville royale et surtout le mashwâr et le musallâh, qui servaient de cadre aux apparitions officielles du souverain, celles-ci semblent toujours avoir appartenu à un contexte religieux ou militaire. Aucun texte ne mentionne des réceptions comparables à celles qui se déroulaient dans le Badi' saadien. Quelques récits précisent la simplicité et le côte improvisé des audiences d’ambassadeurs. Quelques-unes de ces réceptions se déroulaient même dans les écuries18.

Figure 9. Meknès, mosquée de la Qasbâ, Lâlla 'Awda, al-Dâr al-Kabîra

Conclusions

27Bien que les deux dynasties chérifiennes soient souvent traitées en bloc dans les manuels d’histoire et d’histoire de l’art, il y a des différences considérables entre la conception du pouvoir d’Ahmad al-Mansûr et celle de Mûlây Ismâ'îl, différences qui conduisent à des différences fondamentales de leur ville royale.

28Toutes deux appartiennent à la phase finale de l’architecture hispanomahghrébine ; les matériaux et techniques de la construction et du décor y sont très proches, et toutes deux empruntent de nombreux éléments à l’Alhambra. L’analyse fonctionnelle fait cependant ressortir les spécificités : la qasba saadienne paraît une ville ouverte par rapport à la qasba alaouite, fermée par des carapaces de murailles. La méfiance semble être le fil conducteur des architectures de Mûlây Ismâ'îl. Les liens entre ville bourgeoise et ville royale, présents par des constructions multiples dans la Marrakech saadienne, sont quasiment absents dans la Meknès de Mûlay Ismâ'îl.

29Ce sont les termes de défiance et d’intimidation qui caractérisent le mieux les relations entre Mûlay Ismâ'îl et les habitants de la ville bourgeoise en face de son propre ensemble palatial ; les rapports furent nettement plus détendus, voire confiants, entre Ahmad al-Mansûr et la ville bourgeoise de Marrakech ; il s’agit, non pas d’intégration, certes, mais d’un tissu relationnel assez élaboré, qui s’est constitué sur la base de religiosité, de commerce et de respect mutuel. La réalité idéologique et politique de ces liens se lit dans les textes historiques ; la réalité architecturale et urbanistique confirme cette lecture.

Notes

1 Voir à ce propos G. Necipoglu (éd.), Pre-modern Islamic Palaces, Michigan, 1993 (Ars Orientalis 23), p. 342 ; M. Barrucand, Urbanisme princier en islam, Paris, 1985 (Bibliothèque d’Etudes Islamiques, XIII), p. 249.

2 Pour la genèse et l’évolution de Bagdad, la Ville Ronde d’al-Mansûr, et celles de l’agglomération des ouvriers, appelés à la construire, voir J. Lassner, The Topography of Baghdad in the Early Middle Ages. Text and Studies, Detroit, 1970, et, du même auteur, The Caliph s Personal Domain : The City Plan of Baghdad Reexaminated dans A. H. Hourani et S. M. Stern (éd.), The Islamic City, Oxford, 1970, p. 103-118.

3 Pour Samarra, voir K. A. C. Creswell, Early Muslim Architecture, 2e éd., 2 vols. New York, 1979, vol. 2/2, p. 227-245, 254-270, 277-288, 361-369, voir aussi A. Northedge, An Interpretation of the Palace of the Caliph at Samarra (Dar al-Khilafa or Jawsaq al-Khâqânî), dans G. Necipoglu (éd.) Pre-modern Islamic Palaces,...(cit. η. 1) p. 143-170 et, du même auteur, Analyse du plan du palais d’al-Mu’tasim à Sâmarrâ’, dans R.-P. Gayraud (éd.), Colloque International d’Archéologie Islamique, Institut Français d’Archéologie Orientale, 1993, Le Caire, 1998 (Textes Arabes et Etudes Islamiques, 36), p. 149-179 ; pour Raqqa, voir M. Meinecke, al-Rakka, dans Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., VIII, Leyde, Paris, 1994, p. 424-429, et du même auteur, From Mschattâ to Sâmarrâ’ : the Architecture of al-Raqqa and its Decoration, dans R.-P. Gayraud (éd.), Colloque International d’Archéologie Islamique,... p. 141-148.

4 Pour Sabra-Mansûriyya, voir M. Terrasse, Recherches archéologiques d’époque islamique en Afrique du Nord, dans Comptes-rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1976, Paris 1977, p. 592-593 ; H. Halm, Das Reich des Mahdi. Der Aufstieg der Fatimiden, Munich, 1991, p. 305-308 ; pour Madînat az-Zahra, S. Lopez-Cuervo, Medina-az-Zahra. Ingenieria y formas, Madrid, 1985, p. 169, et, surtout, les 4 fascicules parus jusqu’ici des Cuadernos de Madînat al-Zahrâ’, 1, 1987 ; 2 et 3, 1991 ; 3, 4, 1999 ; pour al-Qâhira, voir A. F. Sayyid, La capitale de l’Egypte jusqu’à l’époque fatimide : al-Qâhira et al-Fustât, Beyrouth, 1998 (Beiruter Texte und Studien, 48) p. 770 ; pour Lashkari Bazar, voir D. Schlumberger et J. Sourdel-Thomine, Lashkari Bazar. Une résidence royale ghaznévide et ghoride, 3 vols. Paris, 1978 (Mémoires de la Délégation Archéologique Française en Afghanistan, XVIII).

5 Pour Rabat, voir J. Caillé, La ville de Rabat jusqu’au Protectorat français, 3 vol., Paris, 1949 ; pour Marrakech, voir G. Deverdun, Marrakech, des origines à 1912, 2 vol, Rabat, 1959, 1966 ; pour Fès, voir R. Le Tourneau, Fès avant le Protectorat. Etude historique et sociale d’une ville de l’occident musulman, Casablanca, 1949 (Publications de l’Institut des Hautes Etudes Marocaines, 45), voir aussi A. Escher et E. Wirth, Die Medina von Fes, Erlangen, 1992 (Erlanger Geographische Schriften, 53), p. 30-40 ; pour l’Alhambra, voir J. Bermudez Lopez, L’Alhambra et le Généralife, Grenade, 1990, p. 96, O. Grabar, The Alhambra, Londres, 1978, p. 230, et les Cuadernos de la Alhambra, qui paraissent annuellement, depuis 1965. Voir aussi M. Barrucand , L’architecture maure en Andalousie, Cologne, 1992, p. 183-216.

6 Pour l’Isfahan à l’époque séfévide, voir A. K. S. Lambton et J. Sourdelthomine, Isfahân, dans Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., IV, Leyde, Paris, 1978, p. 101-112, et aussi l’introduction historique dans H. Gaube et E. Wirth, Der Bazar von Isfahan, Wiesbaden, 1978 (Beihefte zum Tübinger Atlas des Vorderen Orients, B, 22) p. 3-29 ; pour Fathpûr Sîkrî, voir S. A. A. Rizvi et V. J. Flynn, Fathpûr Sîkrî, Bombay, 1975, p. 175 ; M. Brand et G.D. Lowry, Fatehpur-Sikri : A Sourcebook, Cambridge Ma, 1985, p. 333 ; A. Petruccioli, Fathpur Sikri. Città del sole e delle acque, Rome, 1988, p. 194 ; pour Marrakech, voir G. Deverdun, Marrakech...(cit. n. 5) ; pour Meknès, voir M. Barrucand, L'architecture de la qasba de Moulay Ismaïl à Meknès, 2 vol., Casablanca, 1980 (Etudes et Travaux d’Archéologie Marocaine, VI, 1976).

7 Voir Ch.-Α. Julien, Histoire de l’Afrique du Nord. Tunisie-Algérie-Maroc, de la conquête arabe à 1930, Paris, 1969 (2e éd.), p.204-223 ; et Ch. De La Véronne, Sa ‘dides, dans Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., VIII, Leyde, Paris, 1994, p. 743-746 ; H. De Castries, C. et P. Cenival, Ph. De Cossé-Brissac et Ch. de La Véronne (éd.) Sources Inédites de l’Histoire du Maroc, le série : Dynastie saadienne, 19 vols., Paris, 1905-1961 ; voir aussi G. Deverdun, Marrakech...(cit. n. 5) ; M. Barrucand, Urbanisme princier... (cit. η. 1), p. 111-122.

8 Le dessin accompagne le récit, rédigé par le Frère Antonio de Conçeyçâo, de l’esclavage et de la mort d’un groupe de jeunes Portugais ; le manuscrit se trouve dans la Bibliothèque de l’Escurial. Voir H. Koehler, Relation de la vie et de la mort de sept jeunes gens... le 4 juillet 1585 (d’après un manuscrit inédit de l’Escurial), Rabat, 1937, p. 72, et, du même auteur, La kasba saadienne de Marrakech d’après un plan manuscrit de 1585, dans Hespéris, XXVII, 1940, p. 1-20.

9 J. Windus, A Journey to Mequinez, the Residence of the Present Emperor of Fez and Morocco on the Occasion of Commodore Stewart’s Embassy thither for the Redemption of the British Captives in the Year 1721, Londres, 1725 ; voir aussi J. Meunier, Le Grand Riad et les bâtiments saadiens du Badi, dans Hespéris, XLVI, 1957, p. 129-134.

10 Voir Ch. Ewert et J.-P. Wisshak, Forschungen zur almohadischen Moschee. III. Die Qasba-Moschee in Marrakesch, dans Madrider Mitteilungen, 28, 1987, p. 179-211.

11 Ch. de la Véronne, Sa 'dides (cit. n. 7), p. 744.

12 H. de Castries, Al-Nafhat al-miskiya fi’l-sifarat al-tourkiya, Relation d’une ambassade marocaine en Turquie 1589-1591, traduction annotée du récit d’Abû'l-Hasan 'Ali ibn Muhammad al-Tamghrûtî, Paris, 1929, p. 86-93.

13 Mohamed HAJJI, L’activité intellectuelle au Maroc à l’époque sa 'dide, 2 vols., Rabat, 1976, p. 142-143, 147, note 11.

14 Pour le règne de Mawlay Ismâ'îl, voir H. Terrasse, 'Alawîs, dans Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., I, 1975, p. 366-369 ; Ch.-A. Julien, Histoire de l’Afrique du Nord (cit. n. 7) p. 223-240 ; A. Laroui , L’histoire du Maghreb. Un essai de synthèse, II, Paris, 1976, p. 47-52 ; voir aussi les analyses intéressantes du fonctionnement du Makhzen alaouite, faites par N. Michel, Une économie de subsistances : Le Maroc précolonial, IFAO, Le Caire, 1997 (Textes Arabes et Etudes Islamiques, 35/1), 2 vol., t. 2, chapitre 9 : La place du Makhzen dans l’économie de subsistance.

15 Voir H. de Castries, C et P. Cenival, Ph. de Cossé-Brissac et Ch. de la Véronne (éds.) Sources Inédites de l’Histoire du Maroc, 2e série : Dynastie filalienne, t. I – VI, Paris, 1922-1960, t. VII, Tanger, 1970. Particulièrement intéressantes à notre propos sont les relations du Sieur Mouette, Relation de la Captivité du Sieur Mouëtte dans les royaumes de Fez et de Maroc, où il a demeuré pendant onze ans, Paris, 1683, et, du même auteur, Histoire des Conquestes de Mouley Archy... et de Mouley Ismaël..., Paris 1683, réimprimé dans les Sources Inédites, 2e série, II, p. 1-201 ; de Thomas Pellow : M. Morsy, La relation de Thomas Pellow. Une lecture du Maroc au XVIIIe siècle, Paris, 1983, p. 254 ; et de Joseph de Léon : Ch. de la Véronne, Vie de Moulay Isma'ïl, roi de Fès et de Maroc, d’après Joseph de Leon (1708-1728), Paris, 1974, p. 183. Une présentation de ces sources dans M. Barrucand, L’urbanisme princier (note 1), p. 24-28.

16 Cette gravure qui présente la silhouette de la ville bourgeoise en face de celle de la ville royale, est d’une fidélité certes approximative, mais elle n’est nullement fantaisiste et repose sur une connaissance réelle des lieux. Elle accompagne le récit de J. Windus, A Journey to Mequinez (cit. η. 9).

17 Selon al-Zayânî, historiographe de Muhammad III, Mûlây Ismâ'îl « fit aménager, à l'intérieur de la qasba, une grande pièce d’eau, sur laquelle on pouvait se promener en embarcation de plaisance » (Abû’l-Qâsim ibn Ahmad al-Zayânî, al-Turdjumân al-mu'rib’an duwal al-mashriq wa Ί-maghrib, extraits publiés et traduits par O. Houdas, Le Maroc de 1631-1812, Paris, 1886). Aucune source contemporaine de Mûlây Ismâ'îl ne confirme cette interprétation tardive. Pierre Loti voit dans ce réservoir une pièce d’eau « destinée au bain des dames du harem » ; P. Loti, Au Maroc, Paris, s.d., p. 312.

18 Par exemple l’audience de congé de Pidou de Saint-Olonn ambassadeur de Louis XIV (F. Pidou de Saint-Olon, Estat Présent de l’Empire de Maroc, Paris, 1694, p. 177). John Windus décrit une audience où Mûlây Ismâ'îl, à cheval, reçut l’ambassade anglaise devant un magasin d’armes (J. Windus, A Voyage to Mequinez, cit. n., p. 104).

Table des illustrations

Légende 1. Bâb Agnaw2. Grande Mosquée3. Nécropole saadienne4. “Grande Sagène"5. Bâb al-Tubûl6. “Petite Sagène"7. Fonderie royale8. Asârâg (ou Grand mashwâr)9. Petit mashwâr10. Cuisines11. Magasins12. Douane13. Douane14. Ecuries15. Ensemble des habitations royales16. Habitation principale du harem17. Harem18. Palais du Badi'19.’Arsat al-Zudjâdj (Jardin de cristal)20. Jardins.Figure 1. Marrakech, plan de la qasba saadienne (d’après le R.P.H. Koehler, 1940)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19372/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Figure 2. Marrakech, plan du palais du Badî‘, gravure accompagnant le récit de voyage de John Windus, publié en 1725.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19372/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende Figure 3. Marrakech, Bâb Agnaw d’après J. de la Nezières, Les monuments mauresques du Maroc, pl. IV).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19372/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Figure 4. Marrakech, mosquée de la Qasba (cliché M. Barrucand)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19372/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Figure 5. Meknès, gravures accompagnant le récit de voyage de John Windus, publié en 1725
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19372/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende 1. Bâb Mansûr al-'lldj2. Place des décombres3. Place Lallâ 'Awda4. 'Prison des Chrétiens'5. Qubbat al-khayyâtîn.6. Mosquée Lallâ’Awdâ’7. Mausolée de Mawlay Ismâ'îl8. Bâb al-dâr al-kabîra9. Bâb al-hadjar10. Bâb al-mars11. Bâb Sîdî'Amar al-Husaînî12. Bâb tizîmî al-saghîra13. Bâb barda'în14. al-Bâb al-djadîd15. Bâb al-khamîs16. Burdj al-qârî17. Bâb Qasabat Banî Muhammad18. Burdj al-mars19. Bâb al-Batîwî20. Bâb hury al-mansûr21. Bâb al-kibâsh22. Bâb al-qasdîr23. Burdj bîbî 'â’isha24. Bâb Lallâ khadrâ’25. Bâb qasabat Hadrâsh26. Bâb al-na'ûra27. Bâb al-na'ûra28. Asârâg29. Bâb al-râ’is30. Pont de cavaliers31. al-Hury al-saghîr32. Bâb dâr al-baqar33. Hury al-swânîFigure 6. Plan d’ensemble de Meknès
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19372/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Figure 7. Qasba de Meknès, plan d’al-Dâr al-kabira
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19372/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Légende Figure 8. Meknès, rempart de la Qasba de Mûlây Ismâ’îl (cliché M. Barrucand)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19372/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Figure 9. Meknès, mosquée de la Qasbâ, Lâlla 'Awda, al-Dâr al-Kabîra
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19372/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 206k

Auteur

Université de Paris IV - Sorbonne

© Presses universitaires de Lyon, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search