Version classiqueVersion mobile

Les Mots de la nation

 | 
Sylvianne Rémi-Giraud
, 
Pierre Rétat

Les mots dans l'histoire

État, nation, patrie dans les manuels d’instruction civique vers 1880

Alain Mougniotte

Texte intégral

1L’étude du sens donné par les manuels d’instruction civique de l’École primaire du 19e siècle aux trois concepts d’État, Nation et Patrie justifie une attention particulière. Il s’agit de se demander si les polémiques dont l’École était alors l’objet retentissent sur les acceptions dans lesquelles ces termes furent entendus.

2À cette fin, après avoir présenté les manuels retenus, nous examinerons les définitions qu’ils en proposent, puis la manière dont ils les emploient, que nous nous efforcerons enfin d’interpréter.

Présentation du corpus

3Il n’est pas utile d’évoquer en détail les conflits violents auxquels donna lieu en 1882 l’élaboration des grandes lois scolaires. Rappelons seulement que c’est à ce moment que, l’enseignement religieux étant exclu de l’École publique, on vit émerger l’enseignement de la morale et celui de l’instruction civique.

4Or cette dernière fut l’objet de vives controverses, qui tournèrent essentiellement autour du point suivant. Doit-elle porter exclusivement sur la structure et le fonctionnement des institutions, pour les faire connaître et rendre capable de s’en servir utilement ? Doit-elle, au contraire, viser à susciter l’amour de ces institutions, c’est-à-dire de la république ? Les adversaires de celle-ci adoptent le premier point de vue ; ses partisans, le second. Les premiers craignent que l’instruction civique soit une occasion d’endoctrinement. Les seconds, sans utiliser ce terme, souhaitent qu’elle offre un prétexte pour persuader les enfants de la valeur du nouveau régime et, par là, de la stabiliser. On comprend dès lors combien la notion d’État, qui renvoie précisément à la structure constitutionnelle, devient une notion sensible.

5C’est dans ce contexte que les manuels prennent leur sens. Il s’en publie alors beaucoup : environ 137 entre 1880 et 1914. Dans notre thèse (1989), faute de pouvoir les retrouver et les analyser tous, nous en avons sélectionné quatre, que nous allons présenter.

6L’école primaire accueille indifféremment filles et garçons, et le programme est le même pour tous. Néanmoins, la place, les droits et les devoirs des deux sexes dans la société républicaine ne sont pas identiques. Des manuels destinés plus particulièrement aux filles furent édités. Nous en avons donc retenu un, celui d’Henriette Massy, Notions de morale et d’éducation civique à l’usage des jeunes filles, Paris, Picard-Bernheim et Cie 1883, 1e édition, 204 p.

7La scolarité élémentaire était divisée en trois cycles : élémentaire, moyen et supérieur. Or l’instruction civique et l’étude du fonctionnement de l’État commençaient vraiment au cours moyen et le cours supérieur n’était pas suivi par tous les élèves. Pour cela, nous avons examiné trois autres manuels du cours moyen, sélectionnés selon trois critères :

  • le manuel franchement militant ;
  • le manuel écrit par des gens d’Église et destiné aux écoles congréganistes ;
  • le manuel qui n’a pas attiré de critiques particulières.

8Enfin, 1882 étant l’année du vote de la nouvelle loi, il nous a semblé important, du point de vue historique, de choisir des livres dont la parution fût la plus proche de cette date décisive.

9Nous avons donc été amené à étudier, outre celui d’Henriette Massy, les manuels de :

  • Paul Bert – L’instruction civique à l’école, Paris, Picard-Bernheim et Cie, 1882, 7e édition, 175 p.
  • Pierre Laloi — La première année d’instruction civique, Paris, Armand Colin et Cie, 1882, 4e édition, 180 p.
  • F.I.C. – Essai d’enseignement civique des Frères des Écoles Chrétiennes, Tours et Paris, Marne et Poussielgue, 1882, 72 p.

Présentation des auteurs

10Celui de Paul Bert, physiologiste de renom, professeur devenu député de l’Yonne puis ministre de l’instruction publique, fut bien accueilli par les instituteurs car il était considéré comme le symbole et le vainqueur de la bataille scolaire qui venait de se livrer. Il vendit bien son manuel, du moins dans les premières années. En 1882, il fut en effet réimprimé sept fois, alors que celui de Pierre Laloi, dont la première édition remonte à 1880, n’en était qu’à la quatrième en 1882.

11Sous le pseudonyme de Pierre Laloi se cache Ernest Lavisse, fils spirituel de Victor Duruy, que Pierre Nora (1962) décrit comme ce

super-maître, loin des luttes politiques, à l’abri de l’usure du pouvoir, [qui] aurait à l’intérieur d’une des institutions les plus caractéristiques de la république, assuré la permanence et la diffusion d’une pensée marquée par l’humiliation de la défaite et la hantise de la revanche.

12Historien, il veut contribuer à sa manière à la reconstruction du pays et ne s’est rallié que tardivement à la république, quand il abandonna tout espoir de restauration bonapartiste, lui qui avait été le précepteur du Prince Impérial.

13F.I.C. est, quant à lui, Frère Irlide Cazaneuve, Supérieur Général de l’Institut des Frères des Écoles Chrétiennes : mais le manuel est l’œuvre de Frère Armin-Victor, qu’une commission de religieux réunie le 17 octobre 1881 avait désigné pour préparer cette partie d’un ouvrage de lecture courante ayant trait à :

  • l’instruction civique ;
  • l’instruction morale ;
  • l’économie politique.

14Enfin, Henriette Massy est « inconnue du public ». Mais sous ce pseudonyme signait en réalité Paul Bert lui-même.

Les définitions

15Il est intéressant de remarquer que tous ces manuels ne donnent pas la définition de nos trois termes. Le plus complet en ce domaine est l’Essai d’enseignement civique des Frères des Écoles Chrétiennes.

La patrie

16Les Frères écrivent :

Notre patrie, c’est la terre habitée par nos ancêtres, et aussi l’universalité de nos concitoyens, c’est-à-dire de ceux qui ont avec nous une certaine communauté d’intérêts. Dans ce dernier sens, le mot patrie est synonyme de nation.

17En revanche, Paul Bert oublie l’origine de ce mot, le confondant avec nation. Tout en mentionnant le legs de nos ancêtres (« ce sont les Français d’autrefois qui ont préparé la France d’aujourd’hui »), il compare la patrie à une grande famille, dont nous faisons tous partie :

Elle existe dans le présent, elle a existé dans le passé.

18Il n’y en a qu’une ; elle est unique, chacun doit oublier sa province et son identité originelle pour endosser le costume de citoyen français, habitant la nation française, sa Patrie :

Il n’y a plus de Provençaux, de Bretons, d’Alsaciens, de Bourguignons ; il n’y a que des Français.

19Il fixe la naissance du sentiment patriotique à la Révolution :

On peut dire, sans exagération, que l’idée véritable de la Patrie, tout à fait indépendante du culte royal, idée entrevue par Jeanne d’Arc, Bayard, Vauban et quelques rares héros, n’a pénétré dans tous les esprits que depuis la révolution.

20Pierre Laloi donne deux sens au mot Patrie. C’est d’abord « la terre de France », la terre fertile et belle que nous habitons ; la précision « de France » a son importance et marque nettement la valeur accordée par les guides de l’École à l’essor d’un sentiment national vraiment français ; puis, c’est l’appartenance à une communauté :

La réunion de tous les français, qui parlent la même langue que nous et sont gouvernés ensemble par les lois justes, faites par la révolution française.

21À nouveau est marquée la volonté d’unir une population aux multiples dialectes, par l’adoption du parler bourgeois dominant, le francien d’Île-de-France. La patrie libre est née de la révolution ; elle est éternelle :

La patrie, c’est la France dans le passé, la France dans le présent, la France dans l’avenir.

22C’est tout le travail de création d’une nation française qui s’effectue. Pierre Laloi, tout comme Paul Bert, n’éprouve donc plus le besoin de la définir : Patrie et nation sont confondues.

La nation

23Là encore, seul Frère Irlide Cazaneuve apporte une définition :

Ainsi, une nation est l’ensemble des citoyens qui habitent une même contrée, et qui sont naturellement unis entre eux par une communauté de sentiments, d’affections, de souvenirs, de besoins, d’habitudes, d’intérêts ; ils ont hérité de la même gloire, des mêmes institutions : leurs pères ont souffert les mêmes épreuves, partagé les mêmes périls, participé à la même prospérité […].

L’État

24Pierre Laloi reste très sommaire sur cette notion importante, qu’il explique dans l’introduction du chapitre sur l’État :

Nous sommes les membres d’une grande communauté, qu’on appelle l’État.

25Si Paul Bert et Henriette Massy restent silencieux, Frère Irlide Cazaneuve est, ici également, très précis :

L’État, c’est la nation organisée en gouvernement ; c’est la puissance publique, dont la mission est de faire exécuter les lois. L’État constitue une personne civile […] représentée par les personnes désignées dans la constitution pour exercer le pouvoir : le chef du pouvoir exécutif, les ministres, les chambres. L’État représente la nation, dont il est l’expression, et il est le gardien de tous les intérêts de la patrie.

26L’auteur reconnaît que les expressions État, Patrie, Nation sont très voisines. Elles se distinguent par des nuances subtiles. Il donne en particulier l’exemple de l’Alsace-Lorraine :

L’Alsace-Lorraine forme actuellement un État qui dépend de l’Empire allemand : mais les Lorrains annexés n’ont pas cessé de considérer la France comme leur Patrie, et ne se regardent pas comme appartenant à la nation allemande.

L’usage des termes

Paul Bert

27Il tend à assimiler Nation et État (État = République)

Tout le monde commande la nation tout entière [… ] par le suffrage universel.

28On ne se révolte donc pas contre la France (ici confondue avec la République), car ce serait une trahison.

29S’agissant de Beaux-Arts, il présente la notion de patrimoine national :

les cathédrales et les palais appartiennent à la nation.

30Enfin, l’idée de Patrie a, dit-il encore, véritablement émergé à la Révolution. Auparavant, impôt, justice, administration évoluaient sous le règne de l’injustice et du despotisme. La monarchie absolue, de droit divin, réunissait tous les pouvoirs en la personne du Roi.

31De même, il y avait des sujets obéissants ; maintenant, il y a des citoyens libres. Pas de liberté, pas d’égalité et pas de fraternité avant la Révolution.

32Il propose ensuite une présentation détaillée de l’État, selon laquelle le fonctionnaire a des droits et des devoirs envers lui.

Pierre Laloi

33Le récit évoque l’intérêt que l’État porte à la jeunesse, à son instruction et à son éducation.

L’école est maintenant la plus jolie maison du village. L’instituteur ne demande plus à s’en aller. Son école est pleine, car des parents, qui travaillent et qui réussissent, sentent la nécessité de l’instruction et la font donner à leurs enfants.

34L’école est déjà présentée comme le monument de la république, temple du savoir et de la promotion sociale ; on ne saurait trop conseiller aux familles d’y envoyer leurs enfants.

35Pierre Laloi entretient la haine de l’Allemand :

Les hommes qui profitent des dernières minutes pour tuer encore là-bas des enfants et des femmes endormis méritent la haine éternelle.

36La France a connu l’abîme, la honte et la défaite : « Je verrai la régénération de la Patrie ». L’auteur se lance dans un récit émouvant, qui touche le cœur, réchauffe et ranime le sentiment patriotique, pour préparer la revanche. L’Église, épargnée jusque là par l’historien, est accusée d’avoir trahi la patrie en recevant les ennemis : « les évêques recevaient les rois anglais au seuil de leur cathédrales ». Les nobles fuyaient les champs de bataille de Crécy, de Poitiers, d’Azincourt. Heureusement :

une femme du peuple se dit que la France ne pouvait périr ! Jeanne d’Arc vint des frontières de Lorraine [… ] libérer la France de l’occupant.

37Cette femme était l’âme de la patrie. Mais ne désespérons pas : Pierre Laloi fait passer un souffle d’espoir, la revanche viendra :

La France du dix-neuvième siècle se relèvera comme celle du quatorzième. Je vous dis que, si ces mangeurs de choucroute, ces bombardiers des villes, demeurent campés, après la paix, dans quelques-unes de nos provinces, le jour viendra, tard peut-être, mais il viendra, où il ne restera plus d’eux en France que ceux qui dormiront dans la terre !

38L’auteur excite la fierté et l’amour-propre, puis met en garde contre les tentations pacifistes, humanistes et internationalistes ; il appelle à un sursaut de nationalisme. Par l’intermédiaire des confessions d’un ancien de 1870, il explique les raisons de la défaite :

Moi, qui vous parle, j’ai de grands reproches à me faire. Je ne croyais plus à la guerre. Je me laissais tromper par la chimère de la paix perpétuelle, de la fraternité des peuples. Je me disais : « Supprimons les frontières ; ne soyons plus de tel ou tel pays, Français ou Anglais ou Allemand ».

Frère Irlide Cazaneuve

La patrie

39Le chrétien devra également purifier son âme et être prêt à paraître devant Dieu pour le jour où il sera appelé à sacrifier sa vie pour l’honneur de sa patrie.

L’État

40Tous les ministères sont décrits avec précision ; rien ne manque, les droits sont un peu escamotés au profit des devoirs et de l’obéissance, et la religion arrive, chaque fois qu’il est possible, au secours d’une démonstration sur le devoir. Frère Irlide complète par une référence évangélique (Mathieu XVII, 21,24, 26) la justification de l’impôt : même Jésus-Christ payait l’impôt !

41La XXIe leçon est une sorte de résumé et confirme l’impression qui se dégage du manuel. Aucune mention de droits, mais un énoncé des vertus du bon citoyen en termes de devoirs : observer les lois, payer les impôts, faire le service militaire, voter et aller à l’école, tout cela sous le regard et avec le secours de Dieu.

42Le texte de cette leçon n’utilise jamais le mot République mais :

  • 6 fois la nation
  • 3 fois l’État
  • 1 fois le pays
  • 1 fois les vertus chrétiennes
  • 1 fois l’amour du pays
  • 2 fois la société
  • 2 fois la religion.

43Avec quelle habileté cet auteur réussit-il à décrire les institutions de son pays sans aucune référence au régime sous lequel il vit et auquel son livre est censé préparer les élèves !

Henriette Massy

44Cet ouvrage est le seul à annoncer, par son titre, qu’il traitera aussi de la morale. Mais, contrairement à celui de Laloi, il commence par l’instruction civique. Plusieurs leçons expliquent sa nécessité et son utilité pour les filles. Un peuple civilisé est organisé par des « lois régulières » et « un gouvernement raisonnable ». Quel progrès depuis les rois « de prétendu droit divin » ! Louis-Philippe 1er, roi des Français, se considérait comme choisi par la nation ; Napoléon III était empereur des Français par la grâce de Dieu et la volonté nationale. Mais ils agissaient selon leur volonté et étaient remplacés par leur fils, non choisis par la nation. Henriette Massy fait porter la responsabilité de la guerre de 1870 à Napoléon III, qui fit perdre l’Alsace et la Lorraine « pays si français, dont les habitants restent si fidèlement attachés à la mère patrie ». Elle prend soin, au passage, de rappeler l’existence de la France, une et indivisible, comme si elle avait possédé de tout temps des frontières naturelles et avait toujours été habitée par un même peuple, le peuple français. L’avènement de la république et de la nation souveraine a conduit le citoyen à des droits et des devoirs civiques. Chaque droit s’accompagne d’un devoir ; c’est ainsi que les femmes, n’effectuant pas de service militaire, n’ont pas le droit de vote.

45L’État, c’est la France : il jouit d’un intérêt supérieur et public, qui prime sur celui du particulier. Ici, Henriette Massy donne l’exemple d’une expropriation pour la construction d’une ligne de chemin de fer (situation courante en cette fin de siècle). Bien sûr, tout a été décidé démocratiquement, et le particulier est indemnisé.

46Donc, les quatre manuels traitent globalement des mêmes questions. Chaque auteur apporte néanmoins sa sensibilité et son idéologie ; aucun n’est neutre : tous se laissent emporter par leurs convictions et chacun présente son « camp » sous le meilleur aspect. Car il s’agit bien d’une bataille. Pour les uns, Paul Bert, Pierre Laloi, Henriette Massy, c’est la présentation d’une République vertueuse, à laquelle il paraît impensable de ne pas adhérer. Pour Frère Irlide, il faut sauver la place de la religion, en présentant les institutions du pays avec un grand détachement. Mais tous prêchent l’ordre, l’obéissance, la discipline et le dévouement à la patrie. Ils reconnaissent la nécessité de l’instruction et de l’éducation.

47Les deux termes privilégiés dans les textes sont ceux de patrie et d’État, alors que celui de nation est peu utilisé. Sans doute n’est-ce pas fortuit et peut-on en proposer l’interprétation suivante.

48La notion de patrie est valorisée par tous car elle est le lieu d’accord et de consensus, d’autant plus que la perte de l’Alsace-Lorraine renforce la volonté d’exalter le sentiment patriotique. En revanche, les trois manuels « républicains » tendent à fusionner patrie et État parce qu’ils essaient de présenter la République comme la mise en forme la meilleure et, du moins l’espèrent-ils, définitive de la patrie. Dès lors, la notion de nation se trouve comme écrasée entre les deux autres, patrie et État, parce qu’elle n’a plus vraiment d’objet propre. Le manuel du Frère Irlide, au contraire, dissocie aisément État et patrie parce qu’il présente le régime constitutionnel en place comme contingent, sinon provisoire. Alors, le terme de nation peut-être mis davantage en relief : en tant qu’elle doit être aimée et défendue, elle devient la patrie ; mais, par ailleurs, elle peut être gouvernée selon des régimes divers, ce qui la différencie de l’État. En ce sens, elle est l’élément central et permanent.

Bibliographie

Bibliographie

Bert R, 1882 (7e édition) – L’Instruction civique à l’école, Paris, Picard-Bernheim et Cie, 175 p.

F.I.C., 1882 — Essai d’enseignement civique des Frères des Écoles Chrétiennes, Tours et Paris, Marne et Poussielgue, 72 p.

Laloi P., 1882 (4e édition) – La Première Année d’instruction civique, Paris, Armand Colin et Cie, 180 p.

Massy H., 1883 (1e édition) — Notions de morale et d’éducation civique à l’usage des jeunes filles, Paris, Picard-Bernheim et Cie, 204 p.

Mougniotte A., 1989 – L’Émergence de l’instruction civique dans les programmes scolaires français (Des origines de la loi de 1882 à 1914), Thèse de Doctorat, Université Lumière Lyon 2, 3 tomes, 727 p.

Nora P, 1962 – « Ernest Lavisse », Revue historique, 86e année, juillet-août 1962.

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search