Version classiqueVersion mobile

Les Palais dans la ville

 | 
Patrick Boucheron
, 
Jacques Chiffoleau

3. Sur les palais des papes

Le palais des papes d’Avignon : structures défensives et références symboliques

Jean-Michel Poisson

Texte intégral

  • 1 G. Colombe, « Au palais des papes d’Avignon. Recherches critiques et archéologiques » I à XXIII, M (...)
  • 2 Tour Saint-Laurent : A. Hartmann-Virnich, « Avignon. Palais des papes », Bilan scientifique 1997, (...)

1En 1309, le pape Clément V décida de fixer sa résidence à Avignon, où le Saint-Siège demeura pendant un siècle (jusqu’en 1403), sous les pontificats de huit papes, dont deux, particulièrement, furent d’importants bâtisseurs : Benoît XII (1335-1342) et Clément VI (1342-1352). L’imposant monument, qui fut le siège de la papauté pendant cette période, puis la résidence des vice-légats pontificaux jusqu’à la fin du XVIIIe siècle et enfin utilisé comme caserne militaire pendant le siècle suivant, fut initié dans les premières décennies du XIVe siècle, et il s’est conservé jusqu’à nous dans l’essentiel de sa structure, malgré un certain nombre de vicissitudes1. Il a fait l’objet de nombreuses études architecturales depuis son classement au titre des Monuments historiques en 1840, le départ de l’Armée en 1905 et les premières campagnes de restaurations qui l’ont suivi, et fait encore aujourd’hui l’objet de recherches archéologiques détaillées2. Il s’agit en effet d’un édifice exceptionnel à plus d’un titre : siège d’un pouvoir temporel sur les Etats de l’Eglise, et d’un pouvoir spirituel et s’étendant sur toute la Chrétienté, ainsi que du gouvernement de l’Eglise, résidence d’un prince souverain et de sa cour, c’est aussi une forteresse urbaine puissante, en tout cas dans son aspect général. C’est à ce dernier point que je me propose de porter attention pour une relecture du monument à la lumière de l’examen détaillé de ses structures défensives. L’élément architectural sur lequel je concentrerai mon examen est constitué par les arcades-machicoulis sur contreforts, qui forment l’un des éléments caractéristiques de la physionomie de cet ensemble monumental. On constate en effet leur présence systématique sur les façades des différents bâtiments qui composent aussi bien le « palais vieux » de Benoît XII, que le « palais neuf » de Clément VI.

Arcades-mâchicoulis sur contreforts sur la tour des Anges

  • 3 G. Kerscher, « Privatraum und zeremoniell im Spätmittelalterlichen papst-und Kônigspalast », Rome,(...)
  • 4 Ch. de Mérindol, « La chambre du cerf au Palais des Papes d’Avignon. Observations sur l’emblématiq (...)
  • 5 P. Bernardi, P. Dautrey & J.-M. Mignon, « Jean de Louvres : un maître des œuvres du Palais des Pap (...)
  • 6 Je remercie D. Vingtain et P. Bernardi de m’avoir associé à leur projet.

2Les travaux les plus récents menés sur la structure du monument qui ont beaucoup renouvelé l’étude du palais, ont plutôt mis l’accent sur la fonctionnalité palatiale (G. Kerscher3), le décor et le cérémonial de la cour pontificale (C. de Mérindol4) ou les techniques de construction (P. Bernardi5). Il n’est donc peut-être pas inutile de reprendre aussi l’examen5) de la structure générale du monument, parallèlement et en association avec l’enquête actuelle6.

  • 7 G. Colombe, « Les mâchicoulis à grand arc », Au palais des Papes d’Avignon. Recherches critiques e (...)
  • 8 Une autre tour, non réalisée, devait flanquer l’aile de la grande audience, symétriquement à cette (...)

3Les grandes arcades-mâchicoulis sur contreforts qui rythment les façades du palais et supportent le parapet crénelé contribuent à conférer à cet ensemble architectural un aspect puissant et fortement défendu. A propos de cette particularité architecturale, le docteur Colombe écrivait en 1936 : « On ne saurait nier qu’elle donne un caractère de grandeur à la physionomie du monument », et il ajoute aussitôt : « Évidemment, contreforts et arcs ont un autre but que la décoration7 » ; je partirai donc de cette affirmation, mais en la transformant en question : quels sont, en fait, les éléments qui font du palais d’Avignon un château fort ? C’est d’abord la présence d’une douzaine de tours quadrangulaires, parmi les bâtiments principaux du complexe. Les deux principales (qui sont nommées turris dans la documentation comptable) sont situées du côté oriental. C’est d’abord la tour des Anges ou du Pape (1335), édifice carré de 17,50 m de côté, haut de 46 m et dont les murs ont 3 m d’épaisseur, qui constitue un véritable donjon, par sa position centrale et sa fonction (chambre du pape et trésor). La tour de Trouillas (1341-45), haute de 52 m, a des murs épais de 4,50 m, elle est située à l’extrémité septentrionale du complexe, en direction du Rocher des Doms qui surplombe l’ensemble. Les autres tours sont placées dans les angles : tour de la Campane (1339) au nord-ouest, tour Saint-Laurent (1353) au sud8, tour du cardinal Blanc dans l’angle sud-ouest du « palais vieux », tour d’angle à l’extrémité nord de l’aile des Grands dignitaires (1345-46). Ailleurs, elles flanquent certains corps de bâtiments (tour Saint-Jean au milieu de l’aile du Consistoire (1338), tour de la porte Notre-Dame, à la jonction septentrionale entre les palais « vieux » et « neuf »). De plus, certains bâtiments, sans constituer de véritables tours, en ont adopté la forme et sont traditionnellement qualifiés ainsi, soit à cause de leur faible surface au sol et à leur aspect élancé : tour de l’Étude (1337) et tour de la Garde-robe (1343), de part et d’autre de la tour des Anges ; tour des Latrines et tour des Cuisines (1339-42) au sud de la tour de Trouillas ; soit parce qu’elle dépassait en hauteur les corps de bâtiments, comme la tour de la Gâche (1353), à la jonction de l’aile de la Grande audience et celle des Grands dignitaires. Une bonne part de ces édifices a donc l’aspect d’une tour, notamment par sa forme et par le petit nombre de ses ouvertures, mais non en fait la fonctionnalité. Les éléments de défense sont réduits : peu ou pas d’ouvertures de tir, un rôle de flanquement limité (la tour de la Campane ne fait saillie ni sur le flanc nord ni sur le flanc ouest du « palais vieux »). Par ailleurs, la fonction de retranchement n’est guère assurée non plus : la plupart sont accessibles au niveau du rez-de-chaussée, et la tour des Anges, qui fait figure de donjon, n’est guère dotée des moyens d’assumer le rôle d’un réduit défensif : aucun dispositif qui permette de l’isoler des bâtiments qui lui sont adossés, d’en limiter et d’en barrer les accès. En fait la fonction militaire de ces tours est principalement concentrée sur les structures sommitales : mâchicoulis et crénelage. Les fonctions assumées par les espaces intérieurs se prêtent également mal à un rôle militaire : c’est le cas pour la tour des Anges, affectée à la résidence pontificale et à certains offices, à la tour Saint-Laurent, qui abrite le « revestiaire » (sacristie de la grande chapelle de Clément VI) et une chapelle, à la tour Saint-Jean, où sont aménagées deux chapelles superposées, sans parler des pseudo-tours de la Garde-robe, de l’Étude, des Latrines ou de la Cuisine. En somme, ces éléments habituellement caractéristiques d’un château fort, semblent ici singulièrement dénués d’efficacité.

  • 9 S. Gagnière & J. Granier, « La salle de théologie et les fouilles de 1967 », Mémoires de l’Académi (...)

4En ce qui concerne les portes, dont on sait qu’elles constituent les points où se concentrent habituellement les éléments défensifs dans une place forte, là encore les faiblesses sont flagrantes : le palais présente au moins trois portes principales (dans la phase aboutie du monument) : la porte des Champeaux à l’ouest, de la Peyrolerie au sud-est et Notre-Dame au nord-ouest. Il faut y ajouter des ouvertures secondaires, que l’on connaît moins bien : au nord-est dans la tour de la cuisine et sans doute au sud-est pour l’accès au jardin. De plus, le niveau inférieur de l’aile de l’Audience, est directement accessible à l’est depuis l’extérieur, dans la salle de théologie. Il est certain que cette multiplication des accès est peu propice à une défense efficace. Il est vrai que ces portes, en tout cas les trois principales, sont défendues : la porte de la Peyrolerie comporte des herses et un corps de garde, la porte Notre-Dame une herse et des mâchicoulis, et la porte des Champeaux est protégée par une bretèche et deux tourelles en poivrière qui ont été restituées en 1933. De plus, les accès au palais, par l’intérieur depuis la salle de Théologie, ont été placés à plusieurs mètres au dessus du sol9.

Plan d’ensemble

5Dans son ensemble, la défense est plutôt dirigée vers la ville, au sud, et cette constatation nous rapproche plus particulièrement du thème de ce colloque. L’édifice est en effet adossé au Rocher des Doms et le « palais vieux » présentait dès l’origine une défense avancée de la porte, au sud : la tour de la Porte majeure, au centre de l’aile du Conclave. L’accès était d’ailleurs rendu plus difficile encore par un parcours coudé, longeant l’aile du Conclave, puis bifurquant vers le nord pour franchir une double porte donnant sur la cour du cloître. Les travaux de Benoît XII ont commencé par la construction de la tour des Anges, placée très en avant vers le sud par rapport à l’ancien palais épiscopal (bâtiments autour de la cour du cloître), sans doute dans le but de mieux protéger l’accès du sud, avant la construction du « palais neuf » par Clément VI. Ce dernier présente à son tour une défense dirigée vers la ville : la base de la tour Saint-Laurent enjambe la rue de la Peyrolerie et permet d’y bloquer le passage par la salle des herses, et il a même été nécessaire de réaliser quelques modifications architecturales pour améliorer une défense jugée défectueuse de ce côté : la partie basse des fenêtres de l’Audience, au rez-de-chaussée de l’aile sud a été bouchée et le niveau du sol de la rue de la Peyrolerie a été abaissé de plusieurs mètres en creusant le rocher.

  • 10 G. Mollat, « Épisodes du siège du palais des papes au temps de Benoît XIII (1398-99) », Revue d’Hi (...)

6Au total, une défense peu efficace, si l’on ajoute à cela l’absence de fossés, d’ouvertures de tir dans les parties basses, et la présence assez généralisée dans les corps de bâtiments, de façades assez largement ajourées (notamment les ailes sud et ouest du « palais neuf », ainsi que l’aile est, du Consistoire). De plus, les éléments qui paraissent à première vue avoir été privilégiés, les défenses sommitales, sont loin, à l’examen, d’emporter la conviction, tant y semble difficile la circulation pour les besoins de la défense, à cause de l’étroitesse des parapets et des passages, des fréquents décalages en hauteur, de la nécessité de traverser des espaces habités, etc. Un épisode témoigne de la faiblesse militaire du dispositif : en 1398 le palais fut l’objet d’un siège qui dura quatre ans. L’armée royale installa un mangonneau devant la cathédrale, au nord, légèrement en surplomb, et tira sur le palais. À un moment, rapporte la chronique, l’antipape Benoît XIII s’étant posté à une fenêtre de la tour de la Campane pour observer, fut blessé par un éclat de pierre d’un boulet qui vint s’écraser contre la grille de fer de la baie10.

Photo ancienne (v. 1907) de la façade est, avant restitution des parties sommitales

  • 11 A.D. Vaucluse, série E, Cf. S. Gagnière, op. cit. p. 17 ; église de Saint-Maximin (Var), ibid p. 1 (...)
  • 12 Photo dans R.-H. Labande, 1905.
  • 13 H. Nodet, « Réflexions à propos des créneaux », Monuments historiques de la France 3, 1938, (136-1 (...)

7Les arcades-mâchicoulis sur contreforts, on l’a dit, sont présents partout sur les parois des bâtiments, aussi bien du « palais vieux » (ailes des Familiers, de la chapelle de Benoît XII, du Consistoire, des Appartements et du Conclave, tours des Anges, de Saint-Jean et de Trouillas), que du « palais neuf » (ailes de l’Audience et des Grands dignitaires, tour Saint-Laurent). À l’extérieur, ils sont absents seulement sur quelques rares parois : la face orientale de l’Étude, la cuisine, les faces nord et est de la tour de Trouillas, les faces nord et sud de la tour Saint-Jean, la tour de la Campane. Ils sont présents également à l’intérieur, dans les deux cours, à l’exception de la face sud de la grande cour. Il s’agit d’une succession assez régulière de contreforts de plan rectangulaire où reposent des arcs en tiers-point qui supportent un parapet crénelé, en encorbellement sur le mur, ménageant en arrière des orifices destinés au tir vertical. L’examen de détail de ces éléments se heurte d’abord à la question de leur authenticité : à première vue, ils semblent tous récents (postérieurs à 1905), ce que confirme l’examen des photos anciennes. Pourtant, si l’on consulte la documentation iconographique la plus ancienne (vue d’Avignon de Nicolas d’Ypres (1514), retable de Saint-Maximin par Antoine Ronzin (1520), pour ne citer que les documents du XVIe siècle11) on constate que ceux-ci étaient bien présents anciennement, et sans doute dès le XIVe siècle : il ne s’agit donc pas d’une restitution abusive due aux restaurations qui ont affecté la presque totalité du monument au cours du XXe siècle. En 1906, ces crénelages sommitaux médiévaux avaient donc pratiquement disparu avec la dégradation généralisée des superstructures du monument. Sur la face ouest, aucun n’était présent ; sur la face est, ils avaient été refaits à une époque indéterminée par le Génie militaire, en retrait par rapport aux contreforts12. En 1938, H. Nodet, architecte en chef des Monuments historiques, en trouve un fragment, semble-t-il originel, sur la face nord de l’aile des Grands dignitaires, de 20 m de long, dont il utilise le modèle pour rétablir le crénelage sur toute la façade occidentale13. Il s’agit cependant d’un endroit où sont absentes les arcades-mâchicoulis sur contreforts. Il est donc très difficile d’appréhender la situation médiévale au sommet. La vérification archéologique dans les endroits non perturbés doit encore être faite en détail. Il convient en premier lieu d’évaluer la part des restaurations souvent massives qui ont pu être tentées de restituer, de façon systématique, des éléments considérés comme représentatifs. On dispose pour le moment de l’examen de contreforts en partie basse, et de photos anciennes, antérieures aux travaux de restauration.

8Il faut distinguer trois types de défenses sommitales :

  • les crénelages en encorbellement sur consoles, avec mâchicoulis continu (entre chaque console) : aux tours de Trouillas et de la Campane, et sur la face intérieure de l’aile de la chapelle de Benoît XII (encore existants en grande partie), aux tours Saint-Jean et des latrines (où seule l’empreinte des consoles est visible), à la tour du cardinal Blanc (visible sur l’iconographie ancienne, mais remplacé par un crénelage au nu du mur). Ce dispositif se retrouve sur l’enceinte de la ville14, et sur la forteresse de Villeneuve-les Avignon.
  • les crénelages au nu du mur : au sommet de la face extérieure de l’aile des Grands dignitaires (côtés sud et ouest) et de la tour d’angle, des tours de la porte Sainte-Marie et de la Garde-robe, enfin de la tour de la Gâche (visible seulement sur l’iconographie15)
  • les crénelages sur arcades-mâchicoulis sur contreforts cités et localisés plus haut.
  • 16 Il est possible qu’il puisse s’agir d’une surélévation : cf. la face ouest de la tour d’angle.

9Les maîtres d’œuvre du palais ont semble-t-il hésité entre ces partis au cours de la construction des différents bâtiments. L’aile de la chapelle de Benoît XII (1335) présente sur la face extérieure (nord) des arcades-mâchicoulis sur contreforts et sur la face intérieure (sud) un crénelage sur consoles. Par ailleurs on constate aussi une combinaison verticale des deux partis : sur les faces extérieures ouest et nord de l’aile des Grands dignitaires, la partie basse des murs (premier et second niveau) est occupée par des arcades-mâchicoulis, alors que le sommet présente un crénelage au nu du mur16. Les faces orientales des tours Saint-Jean et des Latrines présentent des arcades-mâchicoulis, mais leur sommet comporte un crénelage sur consoles. La tour de Trouillas comporte un crénelage sur consoles, mais ses faces est et sud présentent les vestiges d’un système d’arcades-mâchicoulis sur contreforts. En ce qui concerne la tour de la Gâche, dont les parties hautes ne nous sont connues que par l'iconographie, elle semble avoir été couronnée d’un crénelage au nu du mur, mais sa face ouest présente deux contreforts. Lorsque l’on examine de près le dispositif des arcades-mâchicoulis sur contreforts, on se rend compte qu’il est moins homogène qu’il n’y paraît à première vue. En effet, à côté des éléments complets et fonctionnels, qui seront décrits en détail ci-après, se trouvent des structures qui en ont l’apparence mais non la fonctionnalité. La face intérieure de l’aile des Grands dignitaires, sur la grande cour, présente une série d’arcatures sur contreforts sans mâchicoulis ni crénelage ; il est vrai qu’à l’intérieur il n’était sans doute pas nécessaire de renforcer la défense, et l’on a dû utiliser cette disposition à titre décoratif et d’homogénéisation. Cependant, à d’autres endroits de l’intérieur du palais, on a eu recours au dispositif complété de mâchicoulis : dans la même cour, les façades nord (Conclave) et ouest (Appartements) en comportent, de même que dans la cour du cloître, les façades ouest (Familiers), sud (Conclave) et est (Consistoire).

  • 17 Sur les faces nord et sud, contre lesquelles sont accolés des bâtiments, les contreforts sont visi (...)
  • 18 La maçonnerie originelle s’arrête au niveau du chemin de ronde, c’est-à-dire à l’extrados de la cl (...)
  • 19 Observation déjà effectuée par le Dr Colombe.

10L’enquête s’est attachée à analyser en détail la structure et l’organisation de ces arcades-mâchicoulis sur contreforts qui constituent les éléments les plus complets et les plus représentatifs du système de défense du monument. Une campagne systématique de mesures et d’analyse archéologique du bâti a servi de base à l’évaluation de leur mode de construction et de leur fonctionnalité. Dans la plupart des cas, leur disposition est régulière, par exemple, sur la tour des Anges, chaque face comporte trois contreforts17, larges de 2,93 m en moyenne, et deux espaces intermédiaires, larges de 4,34 m en moyenne. On note une très légère différence dans les mesures de la partie sommitale, par rapport au sol : rétrécissement du bas vers le haut pour la largeur des contreforts : 2,93 m contre 2,80, et pour leur épaisseur : 0,92 m contre 0,89 ; élargissement pour les espaces intermédiaires : 4,34 m contre 4,42. Ces différences sont minimes, car portant sur une hauteur de plus de 30 m, mais constantes (les chiffres donnés sont des moyennes). À la base, les contreforts sont noyés dans un glacis maçonné, qui permet un ricochet des projectiles jetés verticalement dans les mâchicoulis. L’ensemble parement-contreforts-glacis est réalisé en grand appareil et chaîné : les mêmes assises se poursuivent du mur sur les contreforts, attestant de la contemporanéité de l’ensemble. Les grandes arcatures en tiers-point, extradossées, reposent sur le sommet des contreforts par l’intermédiaire d’une imposte moulurée. Leur épaisseur est de moitié inférieure à celle du contrefort pour permettre l’aménagement d’un espace vide en arrière de l’arcade, surplombant le parement du mur. Au centre, à hauteur de la clé de l’arcade, une console en saillie dans le mur sépare le mâchicoulis en deux ouvertures égales et assure la résistance de l’arcade à des tirs de projectiles. L’arcade supporte un parapet de même épaisseur, crénelé (réfection moderne18) Avec quelques légères variations d’un endroit à l’autre, qui résident dans la forme des impostes ou l’absence de console centrale, ceci constitue la structure générale de ces dispositifs. Quelques indices font penser par endroits à une réalisation en plusieurs temps. Ainsi, sur la face ouest de l’aile des Familiers, on remarque à l’endroit où les arcades reposent sur le sommet du contrefort, que celui-ci présente les restes d’un glacis sommital, qui a été aménagé ensuite pour recevoir l’arcade. Dans un premier temps donc, les contreforts n’avaient pas été prévus comme supports d’arcades-mâchicoulis19. Sur la façade est, la jonction entre l’aile des Appartements privés et celle du Consistoire pose problème : la présence à cet endroit d’une demi-arcade témoigne à la fois de l’antériorité de la seconde sur la première et du peu de cas fait ici de l’efficacité d’une défense sommitale.

  • 20 Cf. J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, Paris, 1991, 2 vol. Voir, pour ne cit (...)
  • 21 Clansayes (Drôme), Septmonts (Aisne) pour le XIIIe ; Saponay (Aisne), Saint-Sauveur-le-Vicomte (Ma (...)
  • 22 Associés à des arcades décoratives à la tour de Londres (XIIe s).

11Les contreforts sont très fréquents dans l’architecture militaire médiévale, où ils ont été utilisés pour renforcer les parois et raidir les élévations, dans une architecture essentiellement basée sur la défense passive. Les « donjons romans » de France de l’Ouest et d’Angleterre en sont régulièrement pourvus20. C’est un parti architectural qui tend à se raréfier au XIIIe siècle, où l’architecture militaire devient plus élaborée, mais les exemples ne sont pas rares encore pour la fin du Moyen Âge21. L’association des contreforts avec un système de défense sommitale est plus rare, sans doute à cause du mauvais état général de conservation des parties hautes de ces édifices. On peut citer, sans absolument prétendre à l’exhaustivité, pour le XIIe siècle Niort (Deux-Sèvres), où ils supportent des arcades-mâchicoulis en plein-cintre, Druyes-les-Belles-Fontaines (Yonne) et Maguelonne (Hérault) où les contreforts sont associés à des arcs-mâchicoulis sur consoles ; pour le XIIIe siècle Farcheville (Essonne) qui présente des arcades-mâchicoulis en tiers-point sur contreforts, et Saugues (Haute-Loire), où ils sont associés à des mâchicoulis simples sur consoles. Dans certains cas, on peut constater la présence de contreforts plats qui au sommet du mur reçoivent des arcades plaquées, à usage semble-t-il uniquement décoratif : à Château-Chervix (Haute-Vienne), XIIe siècle, par exemple22. Le dispositif des arcades-mâchicoulis sur contreforts semble avoir été particulièrement en vogue dans l’architecture des églises fortifiées, voir les cathédrales d’Albi (Tarn) et d’Agde (Hérault), la prieurale de Champdieu (Loire), la chapelle castrale de Cruas (Ardèche), les églises de Royat (Puy-de-Dôme) et des Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône) ou l’abbaye de Solesmes (Sarthe), pour ne citer que quelques exemples. On peut aussi se demander par ailleurs s’il ne s’agit pas d’une caractéristique de l’architecture méridionale. En effet, aux exemples déjà cités on peut ajouter le château des évêques de Narbonne à Capestang (Hérault) ou l’abbaye de Lagrasse (Aude), qui sembleraient l’attester.

Les arcades-mâchicoulis dans la cour du cloître : restitution

  • 23 Op. cit., p. 107 et 117. Cet ensemble mériterait un relevé précis.

12A côté des arguments qui plaideraient plutôt en faveur d’un rôle défensif de ces aménagements, d’autres observations tendraient plutôt à l’infirmer. Les dispositifs sont en effet présents sur les façades intérieures des deux cours du palais, où les nécessités de la défense ne s’imposent pas à première vue. Examinons le cas de la cour du cloître : les arcatures-mâchicoulis sur contreforts sont présentes sur les côtés ouest, sud et est (le côté nord semble en être dépourvu, mais est difficile à observer). On constate que le mur est plein au premier étage, alors qu’il comporte des contreforts au rez-de-chaussée et, leur correspondant, des contreforts avec arcatures au deuxième étage. Il ne semble pas s’agir d’un remplissage dans un second temps de l’espace compris entre les contreforts au niveau du premier étage : la maçonnerie semble en effet continue et en tout cas sans césure apparente. Des photos montrant la face occidentale de l’aile du consistoire avant la reconstruction du premier étage du cloître (avant 1925), publiées par R.-H. Labande, montrent clairement cette situation23. Il est probable que l’on avait dès de départ prévu d’adosser des galeries couvertes aux façades sur la cour, donc de masquer la base des arcs qui ne seraient visibles, comme c’est le cas aujourd’hui, qu’au dessus des toitures des appentis. La fonction des arcs est donc ici principalement esthétique, pour répondre en hauteur aux arcades ouvertes du cloître. On ne peut pas exclure qu’ait pu s’y ajouter un rôle de raidissement des murs, afin d’amortir les poussées latérales des voûtes. Cela semble en effet assez net dans la mise en œuvre dans l’aile sud du palais neuf. L’édification de ce grand bâtiment comportant les deux immenses salles voûtées superposées de la Grande audience et de la chapelle clémentine (et même trois si l’on compte au-dessous la salle de théologie et le cellier) a visiblement posé à Jean de Louvres des problèmes de stabilité qui l’ont obligé à en prévoir l’épaulement au sud par deux tours (celle de l’ouest sera remplacée par un arc-boutant) et au nord par le bâtiment du Grand promenoir et la tour de la Gâche. Or cette aile comporte des arcades sur contreforts sur tous les cotés sauf celui où la présence du Grand promenoir offre un soutènement continu.

  • 24 Reproduit dans R.-H. Labande, op. cit.

13Au-delà de ces considérations techniques, on doit sans doute considérer l’importance du caractère formel de la réalisation. L’utilisation de manière systématique qui semble bien en avoir été faite au moment de la conception et de la réalisation – sous réserve de confirmation par l’analyse de détail que certains de ces éléments ne sont pas en fait la réalisation du projet de restauration de Viollet-le-Duc en 187224 – de ce traitement des façades internes et externes du complexe monumental, qui crée d’ailleurs une harmonisation de deux ensembles distincts morphologiquement et chronologiquement, est un indice fort en faveur d’une fonctionnalité qui s’éloigne des nécessités de la défense. Au total, on peut donc penser que l’on a choisi un parti principalement esthétique et secondairement technique, grâce à l’emploi d’un vocabulaire architectural clairement emprunté à l’architecture castrale ancienne (les « donjons romans »), à l’architecture religieuse (les églises fortifiées), et au contexte régional.

14Si l’on veut bien admettre que ces grandes arcatures sur contreforts sont davantage une simple allusion à l’architecture militaire plutôt qu’une réelle solution technique de défense, on s’autorisera à penser que d’autres références ont pu également concourir à ce choix. En effet, l’imputation de ce dispositif à l’architecture militaire ne suffit pas à mon avis à reconstituer l’ensemble des modèles auxquels se rattache le monument.

  • 25 Cf. Y. Thomas, « Les ornements, la cité, le patrimoine », Images romaines (C. Auvray-Assayas dir.) (...)
  • 26 J. Garms, Vedute di Roma dal Medioevo all'800, Naples, 1995 ; S. Maddalo, In figura Romae. Immagin (...)

15Centre temporaire et déplacé de la Chrétienté, la résidence pontificale d’Avignon est une « nouvelle Rome », c’est un lieu de pouvoir peu commun, pouvoir spirituel sur le monde chrétien, et qui revendique même une partie du pouvoir à vocation universelle des empereurs romains. C’est dire que le lieu est symbolique, même s’il ne se trouve plus au cœur de l'Urbs. Je pense que l’on a aussi cherché à recréer dans ce palais, d’une certaine façon, certains éléments du cadre grandiose de la Rome antique. L’architecture romaine, particulièrement de l’époque flavienne a fait un usage immodéré de l’arcade comme décor de façade des monuments, dont on peut dire qu’elle participe à l'ornatus de la cité25. Cette mode s’est prolongée jusqu’à l’Antiquité tardive, à Constantinople, en Orient, jusqu’aux marges de l’empire (parmi les exemples bien conservés en élévation : le palais de Dioclétien à Split, ou la basilique de Trèves). La Rome médiévale présentait encore nombre de ces bâtiments visibles, qui formaient encore une bonne part du cadre urbain, c’est le cas notamment pour le complexe du Palatin. Les images de Rome, qu’il s’agisse de plans ou de représentations symboliques (Rome figurée comme un château à arcades dans le Liber Guidonis du XIVe siècle) font une large place à cette caractéristique architecturale présente dans les nombreuses ruines antiques qui jalonnent l’espace urbain26.

  • 27 Et sa représentation sur la mosaïque de Saint-Apollinaire le neuf (palatium).
  • 28 G. Kerscher, op. cit., p. 96-101. Voir d’autres exemples dans Μ. T. Gigliozzi, I palazzi del papa. (...)

16Cette tradition architecturale évoquant la majesté impériale a été poursuivie par les royautés barbares attentives à cette référence : on songe au palais de Théodoric à Ravenne27. C’est même une tradition qui reste perceptible dans l’architecture impériale médiévale : on songe aussi aux palais ottoniens comme Hingelsheim, ou à certains châteaux de Frédéric II en Italie méridionale, Castel del Monte (Pouilles) ou le Castel Maniace de Syracuse (Sicile). Même la royauté capétienne a fait usage de l’arcature comme ornement architectural : le palais de la Cité à Paris présentait, sur la façade des appartements royaux donnant sur le jardin une série d’arcatures monumentales plaquée sur la paroi du corps de logis. Les papes ont d’ailleurs utilisé ce même motif architectural de l’arcade sur contreforts dans plusieurs autres résidences pontificales, notamment à Pont-de-Sorgues et en Italie, à Montefiascone28.

Plan de la Rome antique (XVIe s.)

  • 29 Histoire de la vie privée, t. 2, Paris, 1985, p. 49-50. Cf. bien sûr la représentation de la Jérus (...)
  • 30 Cracovie, Bibliothèque du chapitre cathédral, Ms. 208, fi 2 v°.
  • 31 M. Roques, « Les peintures de la chambre de Clément VI au palais d’Avignon », Actes du XIXe congrè (...)
  • 32 Il est également associé à saint Pierre dans le décor de la lunette de la confession de Saint-Pier (...)

17Georges Duby avait déjà identifié ces « représentations de la demeure parfaite », qui utilisent chez les auteurs chrétiens la métaphore de la « Jérusalem céleste » ; elle « se réfère, écrit-il, à la ville qui, se désagrégeant, reste alors fascinante par tous ses monuments à peine ruinés, à quoi s’accroche le souvenir de Rome (...). D’ailleurs, les arcatures qui encadrent les figures d’évangélistes sur les miniatures carolingiennes n’évoquent pas non plus une cour, mais les portiques du forum29 ». Permettons-nous d’ajouter que l’arcature comme motif priviliégié de la mise en scène de la majesté se trouve également dans l’iconographie profane : pour la représentation de la figure de l’empereur Henri IV dans l’évangéliaire d’Henri V, parmi de nombreux exemples30. A Avignon, la répétition systématique de cet élément architectural de l’arcade, à la fois fonctionnel et décoratif, constitue donc une sorte de mise en scène lourdement chargée de symboles. La référence, assez lointaine en plein XIVe siècle on l’accordera, reste donc bien à mon avis, celle de l’autorité universelle de l’empire romain et du cadre architectural de la ville de Rome. Ce n’est du reste pas, dans le palais, le seul élément de ce type. Le décor même de la chambre du pape, qui présente sur toutes ses parois de grands rinceaux de feuillage n’est pas sans évoquer un motif d’origine romaine très présent non seulement dans la Rome antique (ara pacis) mais surtout dans le décor des églises paléochrétiennes de la Ville : Saint-Clément, le baptistère du Latran, Sainte-Marie-Majeure ou Sainte-Constance31. Ce motif, repris par le premier art chrétien comme l’« arbre de vie » n’est pas limité à l'iconographie monumentale ancienne, il sert également à représenter l’Arbre de Jessé, la généalogie du Christ. On le voit, la symbolique est une clé de lecture primordiale dans le décor architectural de l’édifice dans son ensemble32.

18En définitive, le palais des papes d’Avignon, dans sa structure et son décor, se réfère à deux traditions au moins, à parts égales : d’une part les formes traditionnelles et régionales de l’architecture castrale, mais d’autre part, il met en scène, d’une certaine façon, une référence symbolique forte au siège traditionnel du pouvoir pontifical, Rome, qui s’y exerce dans la continuité.

Notes

1 G. Colombe, « Au palais des papes d’Avignon. Recherches critiques et archéologiques » I à XXIII, Mémoires de l’Académie de Vaucluse 2e série, t. X, 1910, à XXIII, 1923 ; « Nouvelles recherches... » I à XVIII, ibid. t. XXIV, 1924, à XXXV, 1935 ; id. XIX à XXIII, ibid. 3e série, t. I, 1936 à VII, 1942. S. Gagnière, Le palais des papes d’Avignon, Avignon, (1983) 1994. En dernier lieu, D. Vingtain, Avignon. Le palais des Papes, Zodiaque, Le ciel et la pierre 2, La Pierre qui Vire, 1998.

2 Tour Saint-Laurent : A. Hartmann-Virnich, « Avignon. Palais des papes », Bilan scientifique 1997, Service régional de l’Archéologie de Provence-Alpes-Côte-d’azur, Aixen-Provence, 1998, p. 125-126.

3 G. Kerscher, « Privatraum und zeremoniell im Spätmittelalterlichen papst-und Kônigspalast », Rome, Rômische jarbuch der Bibliotheca Hertziana 26, 1990, p. 87 (trad. A.-M. Weil, UMR 5648) ; R. Lentsch, « La localisation et l’organisation matérielle des services administratifs au palais des papes », Aux origines de l’Etat moderne. Le fonctionnement administratif de la papauté d’Avignon, Rome, 1990, p. 293-312 ; B. Schimmelpfennig, « Ad maiorem pape gloriam : la fonction des pièces dans le palais des papes d’Avignon », Architecture et vie sociale : l'organisation interne des grandes demeures à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance, Paris, 1994, p. 25-46.

4 Ch. de Mérindol, « La chambre du cerf au Palais des Papes d’Avignon. Observations sur l’emblématique et la thématique de Clément VI (1342-1352) », Bulletin de la Société des Antiquaires de France 1985, p. 210-213. E. Castelnuovo, Un pittore italiano alla corte di Avignone. Matteo Giovanetti e la pittura in Provenza nel secolo XIV, Turin, 1992 ; id., « La pittura di Avignone capitale », Roma, Napoli, Avignone. Arte di curia, arte di corte, 1300-1377, 1996, p. 57-91.

5 P. Bernardi, P. Dautrey & J.-M. Mignon, « Jean de Louvres : un maître des œuvres du Palais des Papes d’Avignon (1342-58) », Du projet au chantier (O. Chapelot dir.), Paris, EHESS, 2001, p. 37-58 ; P. Bernardi, P. Dautrey & V. Theis, « Dire le palais : le Palais des Papes d’Avignon à travers la comptabilité pontificale », Aux marches du palais (A. Renoux dir.), VIIIe congrès de la Société d’Archéologie Médiévale, Le Mans, 2001, p. 147-162.

6 Je remercie D. Vingtain et P. Bernardi de m’avoir associé à leur projet.

7 G. Colombe, « Les mâchicoulis à grand arc », Au palais des Papes d’Avignon. Recherches critiques et archéologiques XX, Mémoires de l’Académie de Vaucluse 3e série, t. I, 1936, (159-167), p. 159.

8 Une autre tour, non réalisée, devait flanquer l’aile de la grande audience, symétriquement à cette dernière.

9 S. Gagnière & J. Granier, « La salle de théologie et les fouilles de 1967 », Mémoires de l’Académie de Vaucluse 6e série, t. II, 1968, p. 51-94.

10 G. Mollat, « Épisodes du siège du palais des papes au temps de Benoît XIII (1398-99) », Revue d’Histoire ecclésiastique 23, 1927, p. 489-501 ; P. Pansier, « Le premier siège du palais sous Benoît XIII », Annuaire de la Société des Amis du Palais des Papes et des Monuments d’Avignon 197, p. 53-65 ; R.-H. Labande, op. cit., p. 206-207.

11 A.D. Vaucluse, série E, Cf. S. Gagnière, op. cit. p. 17 ; église de Saint-Maximin (Var), ibid p. 111.

12 Photo dans R.-H. Labande, 1905.

13 H. Nodet, « Réflexions à propos des créneaux », Monuments historiques de la France 3, 1938, (136-144), p. 141 : « subsistent encore au sommet du palais neuf de Clément VI trois vénérables témoins épargnés par les transformations modernes : ils se trouvent réunis à l’extrémité nord de l’aile occidentale » (il s’agit de la face nord de la tour d’angle).

14 A.-M. Hayez, « La défense d’Avignon au temps des papes », Défendre la ville dans les pays de la Méditerranée occidentale au Moyen Âge, Montpellier (Monspeliensia medievalia 1), 2002, p. 63-101.

15 La précision des représentations ne permet pas toujours de se faire une idée exacte de la forme des crénelages sur ces documents.

16 Il est possible qu’il puisse s’agir d’une surélévation : cf. la face ouest de la tour d’angle.

17 Sur les faces nord et sud, contre lesquelles sont accolés des bâtiments, les contreforts sont visibles dans la tour de l’étude, dans l’aile des Appartements et dans la tour de la Garde-robe.

18 La maçonnerie originelle s’arrête au niveau du chemin de ronde, c’est-à-dire à l’extrados de la clé de l’arcade.

19 Observation déjà effectuée par le Dr Colombe.

20 Cf. J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, Paris, 1991, 2 vol. Voir, pour ne citer que quelques exemples, Langeais et Montbazon (Indre-et-Loire), Caen et Falaise (Calvados), Arques-la-Bataille (Seine-Maritime), Senlis (Oise), Beaugency (Loiret), Ivry-la-Bataille (Eure) pour le XIe s. ; Nogent-le-Rotrou et Chambois (Eure-et-Loir), Niort (Deux-Sèvres), Loudun (Vienne), Domfront (Orne), Sainte-Suzanne (Mayenne), Huriel (Allier), Saint-Emilion (Gironde), Broue (Charente-Maritime), Douvres (Grande-Bretagne) pour le XIIe siècle.

21 Clansayes (Drôme), Septmonts (Aisne) pour le XIIIe ; Saponay (Aisne), Saint-Sauveur-le-Vicomte (Manche), Vincennes (Val-de-Marne), tours de l’enceinte, pour le XIVe siècle.

22 Associés à des arcades décoratives à la tour de Londres (XIIe s).

23 Op. cit., p. 107 et 117. Cet ensemble mériterait un relevé précis.

24 Reproduit dans R.-H. Labande, op. cit.

25 Cf. Y. Thomas, « Les ornements, la cité, le patrimoine », Images romaines (C. Auvray-Assayas dir.), Paris, 1998.

26 J. Garms, Vedute di Roma dal Medioevo all'800, Naples, 1995 ; S. Maddalo, In figura Romae. Immagini di Roma nel libro medievale, Rome, 1990 ; C. Nardella, Il fascino di Roma nel Medioevo. « Meraviglie di Roma » di maestro Gregorio, Rome, 1997.

27 Et sa représentation sur la mosaïque de Saint-Apollinaire le neuf (palatium).

28 G. Kerscher, op. cit., p. 96-101. Voir d’autres exemples dans Μ. T. Gigliozzi, I palazzi del papa. Architettura e ideologia : il Duecento, Rome, 2003.

29 Histoire de la vie privée, t. 2, Paris, 1985, p. 49-50. Cf. bien sûr la représentation de la Jérusalem céleste comme un grand édifice carré, crénelé, dont les bâtiments, disposés autour d’une cour centrale, sont ornés de bandes verticales et de grandes arcatures abritant des effigies de saints : Beatus de Liébana, Commentaire de l’Apocalypse, 1047, Madrid, Biblioteca nacional.

30 Cracovie, Bibliothèque du chapitre cathédral, Ms. 208, fi 2 v°.

31 M. Roques, « Les peintures de la chambre de Clément VI au palais d’Avignon », Actes du XIXe congrès international d'Histoire de l’Art, Paris, 1958, p. 213-219.

32 Il est également associé à saint Pierre dans le décor de la lunette de la confession de Saint-Pierre au Vatican (av. 1215). Cf. A. Paravicini Bagliani, Le chiavi e la tiara. Immagini e simboli del papato medievale, Rome, 1998, p. 22-26.

Table des illustrations

Légende Arcades-mâchicoulis sur contreforts sur la tour des Anges
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19345/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Légende Plan d’ensemble
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19345/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Photo ancienne (v. 1907) de la façade est, avant restitution des parties sommitales
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19345/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende Les arcades-mâchicoulis dans la cour du cloître : restitution
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19345/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Plan de la Rome antique (XVIe s.)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19345/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 697k

© Presses universitaires de Lyon, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search