Version classiqueVersion mobile

Les Palais dans la ville

 | 
Patrick Boucheron
, 
Jacques Chiffoleau

3. Sur les palais des papes

Le palais des papes d’Avignon : essai de morphogenèse1

Dominique Carru

Texte intégral

  • 1 Je souhaite m’associer à la dédicace de cet ouvrage, honorant la mémoire, la profondeur humaine et (...)

1Durant l’été 1994, des recherches archéologiques furent conduites dans les jardins orientaux du palais des Papes, à la demande de l’Architecte en chef des Monuments Historiques, et dans la perspective d’une restauration de ces espaces. Cette expertise, visant à mieux connaître la nature des aménagements d’agrément et du couvert végétal à l’époque pontificale, permit d’obtenir des résultats significatifs pour ce qui concerne les niveaux de sol, les dépôts mobiliers, le décor et l’organisation des jardins au XIVe siècle.

2L’enquête fut également orientée, à partir des sources écrites, sur l’extension progressive de ces espaces, au cœur d’un quartier précédemment urbanisé. L’insertion et la surimposition des jardins dans un dense tissu d’habitations et de rues, par les contraintes topographiques et foncières qu’il soulevait, ont clairement conditionné le plan, la fonction et la relative modestie de ces terrains. En d’autres termes, et sur un plan local à l’échelle du palais pontifical, l’implantation des jardins pose la question des rapports entre le projet palatial idéal et la ville, qui constitue ici un frein à son exécution.

3En parfaite cohérence avec le thème de ce recueil, il nous a donc semblé utile de présenter cette première enquête, qui sert de point de départ à une réflexion plus large sur les relations entre le palais pontifical et Avignon. Dans cette perspective, deux autres aspects seront également ébauchés. D’une part, nous nous interrogerons sur les rapports fonctionnels du palais médiéval et de la ville contemporaine, en dressant, en quelque sorte, une géographie urbaine des services, annexes et communs nécessaires au fonctionnement de la résidence papale. D’autre part, nous souhaiterions développer l’idée que la place centrale du palais ne s’exprime pas uniquement en terme de situation, en plan, au cœur d’un développement urbain concentrique, mais se comprend également selon une approche visuelle, par sa prééminence dans le paysage de la ville. Ces trois aspects, genèse du palais, rapports fonctionnels et visuels qu’il entretient avec la ville, ne peuvent être ici que résumés et ne sont que d’éventuelles pistes offertes à la réflexion des historiens de ce monument.

Les jardins du Palais

4Tels qu’ils subsistent aujourd’hui, les jardins du palais des papes constituent deux terrasses, contenues par des murs de soutènement et d’enceinte, développées en bordure de la façade orientale du Palais et sur toute sa longueur (fìg.1). La partie supérieure, dénommée jardin de Benoît XII, était comprise dans la clôture initiale du Palais et ceinte d’un rempart couronné d’une galerie. La terrasse inférieure, appelée verger d’Urbain V, correspond à une extension plus tardive, également défendue par une enceinte. Ces espaces sont relativement bien conservés, si l’on excepte la destruction partielle des clôtures et la construction moderne de bâtiments militaires dans leur emprise. Leur étude architecturale, qu’il n’y a pas lieu d’exposer ici, a donc été aisément établie en 1994.

  • 2 G. Mollat, Les papes d’Avignon, 1305-1378, Paris, 1949. Appendice bibliographique, p.541-572 (en p (...)
  • 3 B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon, 1309-1376. Etude d’une société, Paris, 1966, p.7-16.
  • 4 Il s’agit des sources manuscrites des archives du Vatican, pour l’essentiel des registres dits du (...)
  • 5 G. Colombe, « Canalisations de pierre et travaux de plomberie en 1352. Au Palais des Papes d’Avign (...)
  • 6 S. Gagnière, « Les jardins et la ménagerie du Palais des Papes d’après les comptes de la Chambre a (...)

5Leur compréhension se nourrit également d’une abondante masse de textes concernant leur fonctionnement, leur évolution. Sur un plan topographique, ces textes sont irremplaçables, car ils décrivent, de façon trop allusive parfois, la configuration des lieux avant l’implantation des jardins. On trouvera dans les ouvrages de Guillaume Mollat2 et Bernard Guillemain3 la bibliographie concernant les sources publiées, les plus communément exploitées4. Ces textes ont été rarement utilisés par les historiens du Palais, du moins dans la perspective d’une étude de morphogenèse, soit que le sujet paraisse trop peu documenté, soit qu’il leur semble secondaire par rapport aux études à conduire sur les bâtiments. Le Docteur G. Colombe a, au détour d’un article consacré aux conduites d’eau5, exposé en quelques lignes ce qu’il pensait des jardins pontificaux. Il revient à Sylvain Gagnière d’avoir publié la première et unique monographie sur ce sujet6. Cet article dresse l’état de la question à partir des sources disponibles, établie sur la base des extraits récemment vérifiés et transcrits par Madame. Anne-Marie Hayez.

Figure 1. Plan du palais des papes d’Avignon et localisation des jardins

6Nous avons tenté d’explorer, au fil de la présentation suivante, un aspect important pour la compréhension de l’architecture du Palais et pour l’appréhension de sa chronologie : l’état du parcellaire avant les constructions pontificales. Le plan des bâtiments apostoliques, tous les historiens qui l’ont étudié s’accordent à le reconnaître, montre une grande hétérogénéité. Les différentes ailes, les cours, les jardins aussi, forment une juxtaposition d’espaces, où les articulations, les liaisons et les circulations sont pour le moins improvisées. Il est clair qu’aucun plan d’ensemble et aucune unité dans la distribution des différents corps de bâtiment ne peut être perçu. Ce caractère hétérogène résulte de trois facteurs :

  • La durée durant laquelle s’échelonnent les constructions : pendant quarante années environ (1335 à 1378 pour l’édification du bâti subsistant), plusieurs architectes se succèdent et conçoivent des projets qui évoluent au gré des besoins (embellissement de la maison épiscopale sous Jean XXII, édification d’une austère forteresse sous Benoît XII, complétée d’ailes spacieuses et somptueuses sous Clément VI, selon une chronologie un peu schématique, mais souvent évoquée). Les moyens financiers et techniques, les styles et les influences évoluent également ce qui justifie, pour une large part, cette diversité architecturale.
  • Les contraintes topographiques : l’assise du palais est constituée par l’étroite arrête calcaire du Rocher des Doms. Cet emplacement impose une adaptation au relief, qui entraîne de nombreuses incidences. L’orientation directrice des deux ailes occidentale et orientale ne peut être parallèle, car celles-ci se fondent en bordure des aplombs rocheux, qui sont sécants. Cette configuration fournit un plan trapézoïdal aux espaces ouverts (cloître de Benoît XII), que l’on retrouve, pour les mêmes raisons, dans tous les ensembles s’étageant sur la partie sommitale du rocher (cloître cathédral au nord, Palais de la Commune ou Vice-Gérence au sud). Une planimétrie plus régulière, sans obliquité, aurait certainement facilité les accès et les circulations entre les différentes terrasses situées en contrebas du rocher (jardins).
  • Les contraintes historiques et urbaines : l’espace où s’établit le palais n’a pas fait l’objet d’un choix raisonné : c’est celui de l’ancienne cité épiscopale. Ce n’était pas le lieu le plus favorable à l’édification d’un ensemble de bâtiments aussi étendu. Ce terrain, certes central et surélevé par rapport à la ville, est à l’origine inséré dans un tissu urbain dense et ancien, qui compte une église paroissiale (Saint-Etienne, que Jean XXII fut obligé de transférer puis de détruire) et son cimetière, un baptistère, les locaux capitulaires et les différentes annexes de la métropole (aumônerie, hôpital, prévôté), des maisons et des rues. La difficulté d’annexer des terrains pour établir des jardins, au prix de la destruction de quartiers entiers, dans une ville ou le pape ne devient souverain qu’en 1349, oblige à réduire au minimum les espaces ouverts ou non fonctionnels. Il est à noter que les dépendances (grenier, écuries, vivier, aumône) furent établies à l’extérieur du Palais, dans les nouveaux quartiers périphériques.

7C’est sur ce dernier aspect qu’il nous paraît utile d’insister, en établissant une étude sommaire de morphogenèse, pour montrer combien le plan des jardins est conditionné par le bâti préexistant, et pour supposer que leur extension réduite et très progressive découle de la densité de ces anciens quartiers.

Avant Benoit XII

  • 7 L. Duhamel, « Les origines du Palais des Papes », Congrès Archéologique de France, XLIXe session, (...)
  • 8 E. Duprat, Cartulaire du Chapitre de Notre-Dame des Doms, I, 1060 à 1263, Avignon, Musée Calvet, 1 (...)

8L’origine de jardins, sur le flanc oriental du rocher, est très antérieure à Benoit XII, même si ce pape fut le premier constructeur7. Il existait, avant l’établissement de la papauté en Avignon, plusieurs vergers et jardins, sous la roche et à proximité des escaliers Sainte-Anne (verger de Guillaume du Thor, vergers de la Prévôté et jardin de l’évêque). Etroitement imbriqués dans un parcellaire complexe (des maisons s’étageaient sur les flancs rocheux, à proximité du cloître cathédral, connues depuis le XIe siècle), il n’est pas possible de connaître leur emplacement précis8.

  • 9 Sur la topographie de la cathédrale et des bâtiments voisins voir J. Biarne, Avignon. Topographie (...)
  • 10 L Duhamel, L’origine du Palais..., cit. n. 7, p. 194-195 et pièce II (Bulle de Jean XXII pour l’ag (...)
  • 11 Sur l’origine de ce moulin communal, et plus généralement sur l’étymologie de Trouillas : F. Digon (...)

9Lors de la division des livrées, en 1316, Jean XXII, ancien évêque d’Avignon, s’était déjà réservé le palais épiscopal, la maison de la prévôté, sa sacristie, l’aumône et la maison du prieur de Saint-Etienne. Tous ces terrains occupaient la zone au sud de la cathédrale9. Il n’est pas exclu que la partie située sous le rocher, à l’emplacement de la future tour de Trouillas, n’ait pas été incluse dans ce périmètre. Cette zone est assurément annexée en 1318. Dans cette bulle, l’espace est ainsi délimité : « aumônerie, les bâtiments de la nouvelle prévôté de cette église d’Avignon, contiguës à la dite maison ou palais épiscopal (qui avait déjà fait l’objet de préemption) à savoir : le bâtiment de la dite aumônerie avec hospice, verger, maison et dépendances ainsi qu’elles s’étendent de la première porte dudit Palais jusqu’à la maison d’Alfaut Serailler et de là jusqu’à la maison et verger de Guillaume du Pont, du Thor, ainsi que le dit hospice de la prévôté avec son verger, maison et dépendances, ainsi qu’elle s’étendent depuis le chœur de l’église Saint-Etienne jusqu’au sommet de l’escalier, et de là, en ligne droite, en descendant jusqu’à la porte de Trouillas, en laissant la voie libre, etc.10 » Il s’agit bien des terrains situés à l’orient de la cathédrale, en partie au sommet du rocher et jusqu’à son piémont. Nous pouvons pratiquement assurer que l’enclos de Trouillas, à l’emplacement de l’ancien four ou moulin communal11, constitue, dès cette époque, un jardin ou un dégagement dépendant du palais.

  • 12 L. Duhamel, L’origine du palais..., cit., n.7, p. 207 : « La longue liste de ces actes, qu’on pour (...)
  • 13 On peut ajouter à l’inventaire dressé par Léon Duhamel : une vente du 2 octobre 1318, par Robert L (...)
  • 14 A.V. Terrier du Chapitre d’Avignon, G. 536, f°77, n.329, 15 novembre 1364 : Bertrande de Néomis es (...)

10Dans la foulée, le souverain pontife accroît cet espace, en achetant une dizaine de nouvelles parcelles. Les actes, qui s’étalent de juin 1318 à octobre 1321, mentionnent le verger de Guillaume du Thor, déjà cité en 1318, qui est au pied du rocher et touche le verger du palais (il existe donc déjà). Les autres textes permettent approximativement de restituer l’emplacement et la configuration ancienne de cette extension12. Dans les confronts, le rocher est souvent cité (c’est donc que les terrains ne sont pas sur, mais contre le rocher). L’inventaire comprend des maisons13, voisines les unes des autres, qui sont disposées de part et d’autre d’une rue (rue des Raynaud), parfois séparées par une traverse (également des Raynaud, du nom des propriétaires d’un maison achetée le 10 juillet 1318). Si l’on comprend bien, la rue principale est d’orientation nord-sud, à l’est de la falaise rocheuse, mais séparée de celle-ci par des maisons et des jardins. Elle aboutit aux escaliers Saint-Anne. Nous retrouvons peut-être la trace de cette rue, quelques décennies plus tard, dans le terrier du Chapitre, où est mentionnée une impasse, d’orientation nord-sud, qui aboutit à la montée des escaliers en longeant la maison de Trouillas14.

  • 15 R. André-Michel, Textes..., cit. n. 4, p. 14 : « le 14 mai 1318, solvi Giraudo Natali ad tirandum (...)
  • 16 R. André-Michel, Textes..., cit. n. 4, p. 37, « le 19 mars 1330,... hominibus qui foderunt viridar (...)
  • 17 R. André-Michel, Textes..., cit. n. 4, p. 39 : « le 1er décembre 1330,... pro manobris, qui projec (...)

11Quoi qu’il en soit, il apparaît à l’évidence que ces terrains recouvrent en partie l’emplacement des futurs jardins de Benoît XII, et non uniquement la zone méridionale de la cité épiscopale. L’état des possessions peut être ainsi restitué : l’angle formé par l’escalier et le rocher, l’emplacement du futur bûcher (aujourd’hui cinéma Utopia), la maison de Trouillas et sa place. A cet espace est annexé en 1318 une maison, non relevée par Léon Duhamel, vendue au prix de 80 livres par un bedeau d’Avignon (qui est en face du Palais et au dessous de l’escalier précise l’acte d’achat, A.V. G.8, f° 78). Plus au sud, une bande en contrebas du rocher et sous le Palais est déjà propriété pontificale. Dans les comptes de la chambre apostolique, nous voyons, dès 1318, qu’un jardin existe en contrebas de l’aile du consistoire, une première fois reconstruite par Jean XXII, et rebâtie à son emplacement actuel par Benoît XII. Cette année, nous relevons en effet15 que l’on « excave de la terre du jardin sous le consistoire », que l’on « détruit une maison sous la roche du consistoire » (forcément à l’est), que l’on aplanit le rocher « à l’orient du nouveau consistoire ». Deux jardins sont différenciés en 1330, celui de Trouillas au nord, et celui situé sous le consistoire. Le jardin de Trouillas (futur jardin dit de Clément VI) est planté d’arbres, sans doute enclos (on répare des serrures, il existe des cancels (barrières ou portail) et comprend un puits16. A proximité immédiate ou à l’intérieur se trouvent les écuries et le local des bêtes sauvages (domum in qua habitabant ammalia bruta). Ces trois lieux sont différenciés dans un compte de cette année 1330, lorsque l’on excave de la terre près des écuries (qui sont au pied de la grande tour) et qu’on la transporte au jardin ainsi que dans la cour des animaux (du sanglier peut-être ?)17. Quant l’espace à l’est du rocher, nous n’en savons pas grand chose, si ce n’est peut-être, qu’il est déjà planté de vignes (compte du 12 juillet 1330 : pro reparando vites viridarii).

Benoît XII

  • 18 K. Shäfer, cit. n. 4, II, p. 52-53. 25 janvier 1336 : pro hospitio empio per me (thesaurarium) de (...)

12Ce que nous pouvons pratiquement affirmer, c’est que le jardin est déjà partiellement constitué en 1334. Nous relevons peu d’achats fonciers, sous le pontificat de Benoît XII, qui permettent de supposer une très large extension. Ces actes se concentrent dans les années 1335 et 1336, au moment où l’on élève la grande tour, à l’extrémité méridionale de l’ancien consistoire (tour des Anges). Les textes sont explicites et indiquent que c’est pour ce projet que l’on achète ces terrains (pro palacio Apostolico ampliando et quadam turre ibidem edificando, Schafer II, p. 17). Ces parcelles sont situées à extrémité sud du Palais. Quant à l’espace qui sera couvert par les jardins, nous ne disposons que d’un achat, il est vrai d’importance puisqu’il coûte 1025 florins, qui mentionne deux maisons18. Ce texte ne fournit pas d’indications topographiques, mais la concordance de date (février 1336) avec la construction du rempart, peut indiquer que l’acquisition est faite à cet emplacement. Benoît XII achève donc la constitution de l’emprise des jardins en 1336 ; jusqu’à sa mort, nous ne relevons plus d’autre extension. Enfin notons que lors de la construction de la clôture, en 1336-1337, l’enceinte (rempart ou deambulatorium viridari) pourrait remplacer un ancien mur, si l’on se fie à un compte, il est vrai bien imprécis (paiement en novembre 1337 pour la couverture de la galerie du jardin, et la destruction d’une galerie ancienne (mais est-elle dans le jardin ?).

Clément VI

  • 19 F. Ehrle, cit. n. 4, p. 683-685 et note 543. Cette liste figure dans les registres d’Avignon du Va (...)

13Sous Clément VI, nous ne voyons que de rares achats concernant la région orientale de l’ancien Palais. Parmi la longue liste inventoriant les propriétés acquises en 1344 et 1345, ne figure aucune maison située dans la paroisse Saint-Symphorien. Toutes les autres, relevant des paroisses Saint-Pierre ou Saint-Etienne, sont à l’emplacement du futur Palais neuf, au sud de l’ancienne audience19.

  • 20 K. Schäfer, cit.n.4, II, p.356. 3 décembre 1347 : Iohani Engilberti, penitentiariopape, pro hospit (...)

14Il faut attendre 1347 pour qu’apparaissent les deux seuls comptes concernant les jardins, et encore ne s’agit-il que de parcelles placées au voisinage immédiat de Trouillas. Une maison est payée 500 florins et une modeste cour, touchant les écuries, est soldée pour 10 florins seulement20

  • 21 G. Colombe, « Le Bûcher, la roue qui monte le bois. Au Palais des Papes d’Avignon. Recherches crit (...)

15Ces achats sont vraisemblablement effectués en raison des travaux de clôture de l’ancien espace de Trouillas, travaux qui sont à l’origine du nom que prit ce nouveau jardin à l’époque moderne. Peu de temps après, en 1348, de nouvelles écuries sont établies à proximité de la Porte Aurose, non loin du Rhône21. Ce transfert, ou du moins cet agrandissement, car la « Palafamerie antique » subsiste, est également lié au réaménagement du quartier de Trouillas.

Innocent VI

  • 22 K. Schàfer, cit.n.4, II, p.694. 30 avril 1358 : achat à Stephano Martini, d’une maison paroisse Sa (...)

16L’activité constructive et les embellissements du Palais connaissent un frein pendant le pontificat d’innocent VI (1352-1362), durant lequel on ne relève que deux achats fonciers. Le premier d’entre eux concerne une maison touchant les anciennes écuries (qui sont donc en dehors de l’espace enclos par Clément VI), achetée 60 florins en 1352 (Schafer II, p. 481 : située « propre furnum canonicorum juxta palafrenariam antiquam equorum pape »). Après plus de trente années d’extensions au pied des escaliers Sainte-Anne, il subsiste donc un certain nombre de maisons riveraines, qui s’accolent aux communs du Palais. Parmi ces édifices, notons que l’écurie ancienne est restaurée (sa toiture est découverte, Schafer II, p.628, 31 mars 1356 : pro refectione domus dicte palafrenarie totaliter discoperte), on réhabilite l’année suivante le bâtiment (Schäfer II, p.628, 30 avril 1357 : pro fadendo coperiri domum palafrenarum et claudendo certa foramina et fenestras aliquas dicte palefrenarie propter metum ignis). La seconde acquisition porte sur une habitation située au sud de la grande Chapelle, à l’emplacement de la rue Peyrolerie. Hors de notre propos, cette mention présente toutefois l’intérêt de nous renseigner sur l’ancienneté de cette voie. L’acte spécifie qu’il s’agit de détruire cette maison pour permettre le passage de la rue22. C’est donc qu’elle est déviée (par la construction de l’arc-boutant ou par l’interruption de son tracé originel, qui empruntait au début du XIVe siècle une orientation nord-sud, en direction du palais épiscopal).

Le verger d’Urbain V

17Une importante série d’achats fonciers est attestée sous le pontificat d’Urbain V. Ces nouvelles acquisitions prouvent que le véritable initiateur de l’agrandissement des jardins et le créateur des vergers est bien Guillaume Grimoard. Ce pape a raccordé au petit espace préexistant, situé autour de la tour de Trouillas, attesté depuis Jean XXII et enclos par Clément VI, toute la bande placée en contrebas et à l’est des jardins de Benoit XII (vergers actuels). C’est lui également qui édifie la majeure partie du nouveau mur d’enceinte.

  • 23 Outre les comptes placés en annexe (intr. et exit. no 180 et 181), on trouvera, publiés par Robert (...)
  • 24 A.-M. Hayez, « Le terrier avignonnais de l’évêque Anglic Grimoard (1366-1368) », (Collection de do (...)
  • 25 P. Pansier, Dictionnaire des anciennes rues d’Avignon, Roumanille, 1930, p. 125 : il y avait autre (...)
  • 26 G. Colombe, « Les constructions et réparations de François de Clérmont-Lodève. Au Palais des Papes (...)
  • 27 G. Colombe, Le bûcher... cit. n. 21, p. 13-14. La rue de Trouillas est encore citée comme confront (...)

18La topographie du quartier avant cette extension peut être restituée, grâce aux nombreuses sources qui, dans les années 1360, concernent ce quartier23. Les descriptions font état d’une rue, orientée nord-sud, qui existait en contrebas de l’ancien jardin et de sa galerie périphérique, et séparée de ceux-ci par les maisons qui furent achetées. Cette rue ne disparut pas lors de l’agrandissement des jardins, qui ne recouvrirent que les bâtiments arasés, car elle est mentionnée en 1367 au pied de l’enceinte24. Cette rue, appelée rue du Four des Chanoines ou Rue de Trouillas25, conditionne le développement, l’extension et les contours des vergers. Elle n’apparaît plus à la fin du XVIe siècle (plan du Vatican montrant en perspective cavalière l’état de la ville en 1586, plan aux personnages de 1573), et ne peut plus exister lors de la création26 de l’escalier de la Mirande en 1518, qui est bâti à sa jonction avec la rue du Vice-Légat. C’est donc entre 1429 au plus tôt27 et 1518 qu’elle fut recouverte par les arrière cours et les jardins des maisons qui bordent à l’ouest la rue Banasterie. Elle peut-être encore perçue, dans le parcellaire du quartier, au nord (rue Migrenier), comme au sud (rue de Taulignan).

19Outre cette voie nord-sud, plusieurs traverses secondaires perpendiculaires, rejoignent la rue Banasterie à l’est. Depuis la rue des Escaliers Sainte-Anne au nord (qui subsiste de nos jours au même emplacement et avec le même nom : traversia qua ascenditur versus gradarium castelli, AV. G. 536, fol.537, nov.1364) jusqu’à la rue du Vice-Légat au sud, au moins quatre ruelles desservent la rue de Trouillas (traverses de Trouillas, à hauteur du portail moderne de la manutention militaire, traverse qui se dirige vers la livrée de Vabrensis (livrée dite « d’Auxerre », occupée par le Cardinal Guillaume Bragose en 1364, située rue du Four), traverse vers Sainte-Catherine (à hauteur de la rue Sainte-Perpetue) et traverse vers la maison de Cabassole (qui possède étable et verger vers le Trouillas : A.V. G.537, f°14r). Ce réseau de voirie très dense, totalement effacé dans la cadastration actuelle, délimite de petits îlots à peu près égaux (fig.2). Vers l’ouest, du côté occidental de la rue de Trouillas, et donc sous les futurs vergers, les traverses et impasses devaient se prolonger et déterminaient une configuration semblable. Il est surprenant, que les maisons situées dans cette zone, au pied de l’enceinte de Benoît XII, se soient accolées au rempart des vieux jardins. Il n’existe aucun dégagement, aucun glacis à l’extérieur de cette enceinte, ce qui limite, pour le moins, sa capacité défensive. Enfin, il faut noter que les propriétaires ou locataires des maisons achetées entre 1364 et 1367 sont presque tous des fonctionnaires de l’administration pontificale (huissier de la porte de fer, grossoyeur ou scribe, clercs, jardinier, palefrenier etc...). La population logée aux abords du Palais se recrute surtout parmi le personnel (subalterne dans ce cas) de la cour pontificale.

Figure 2. Le quartier du palais des Papes :
A) Lors de l’arrivée de Clément V (vers 1310)
B) Sous Clément VI (vers 1340)

  • 28 Je remercie Madame A.-M. Hayez, qui a bien voulu revoir et vérifier ces différentes mentions.

20Selon les documents publiés, nous avons comptabilisé l’achat de huit parcelles ou propriétés, durant les années 1364-1366. Il nous semblait utile d’en dresser l’inventaire, car cette liste est dispersées dans les différentes rubriques comptables et incomplètement restituée par les paléographes de la papauté28.

  • 29 Intr. et Exit. 307, f.85. 31 août 1364 : « item pro quodam hospitio empto a Johanne de Forgia, por (...)
  • 30 A.-M. Hayez, Terrier d’Anglic Grimoard..., cit., n. 24, p. 56-57, no81. En 1367 Jean de Forgia, qu (...)
  • 31 Intr. et Exit. 307, f.86. 30 septembre 1364 : « Item dicto magistro (Johanni coopertori domorum) e (...)

21– En août 1364 tout d’abord, une maison appartenant à Jean de Forgia, huissier de la porte de fer, (c’est-à-dire de la porte donnant sur le jardin voisin de Trouillas) est acquise29 pour la somme de 95 florins. Nous ne disposons pas des confronts de cette habitation. Il est donc malaisé de la localiser, mais nous connaissons, trois ans plus tard, le lieu de résidence de ce personnage30, relogé quelques mètres plus loin. Cette maison semble immédiatement détruite, puisqu’en septembre de cette année 1364 on rémunère le couvreur31 chargé de découvrir la toiture (récupération des tuiles ou lauses).

  • 32 On retrouve des mentions de ces achats à B. Rascas en décembrel365 (instr. Misceli. 2436, f. 1-3), (...)
  • 33 P. Pansier, « Histoire des religieux de la Trinité à Avignon (1354-1789) », Annales d’Avignon et d (...)

22– En décembre 1365, un ensemble foncier est acheté à Bernard Rascas. Les textes sont ici confus et répétitifs32, d’autant plus que les titres de propriété de ce Rascas, qui est l’homonyme du fondateur de l’Hôpital Sainte-Marthe33, sont très embrouillés et complexes. Il semble qu’il se soit dessaisi des trois-quarts d’un hôtel, la partie restante relevant d’un dénommé Jean de Saint-Ruf, lui aussi vendeur, et d’une autre maison voisine qu’il possède, cette fois ci, en pleine propriété. La première de ces maisons est contiguë aux jardins vieux qu’elle touche en leur milieu, à une rue qui va de la porte Aurose au Palais ou à la livrée de Saint-Martial (rue du Vice-Légat ou de Trouillas ?), et à la maison de Juliane, femme de Malirati de Insula. La seconde, confronte une rue qui est derrière l’Hôtel de Bertrand de Cosnac (rue de Trouillas), un bâtiment du Palais (Roma ?), la maison précédente et enfin la demeure des héritiers de Jacobi Suffredi. Il semble qu’il s’agisse de la partie méridionale des futurs vergers.

  • 34 La maison de l’auditeur (juge de la cour judiciaire de la chambre apostolique) qui est mentionnée (...)
  • 35 K. Schäfer, Die Ausgaben..., cit.n.4, p. 131. Intr. et Exit, 308, f. 155, août 1365 : « 200 fl. de (...)

23– En août 1365 deux maisons sont payées, l’une bordant une voie publique et la maison de l’auditeur réservée au jardinier et dont il n’est pas sûr qu’elle soit dans l’emprise des futurs jardins34. L’autre propriété est mieux localisée et se trouve bien dans la partie nord de l’espace (maison jouxtant une rue et la maison de Trouillas). Cette dernière appartient à Raymond de Ays (ou de Aquis), scriptori, que l’on rencontrera comme voisin de Jean de Forgia, trois années plus tard (cf supra note 29). Schäfer reproduit un texte35, daté du mois d’août de l’année 1365, qui semble correspondre à cette maison, et qui précise qu’elle se situe aux abords des anciennes écuries.

  • 36 « Hospitium Jacobi Suffredi qd. seu Antoneti ejus filii, quod erat situm un parroch. S. Symph. con (...)
  • 37 P. Pansier, « Les anciens hôpitaux d’Avignon », Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 15e anné (...)
  • 38 Texte de 1365 fourni par A.-M. Hayez : « Venditio facta per Guillermum Beraldi, domicela, de quoda (...)

24– Le 27 mars 1366, la maison de Jacobi Suffredi et à son tour payée (instr. miscell. 2440, f.2v36 et Schäfer, p. 163 : Intr. et Exit. f.96). Nous avons vu que cette maison était mitoyenne de celle de B. Rascas. Le texte indique comme confronts, l’hôtel possédé en copropriété par ce dernier et Guillaume du Thor, une rue au sud, le mur du jardin, une maison appartenant à Pons de Palade, et enfin l’Hôpital Saint-Jacques. Cet hôpital connut une certaine pérégrination, au gré des aménagements successifs du Palais. Selon Pansier37, il s’agit de l’ancien hôpital de N.-D. des Doms, déplacé par Jean XXII avant 1326, appelé hôpital du Palais et dédié à saint Jacques, à nouveau reconstruit lors des agrandissements de 1338-1339 dans un espace contigu. Plus tard (lors de la création des vergers ?) il semble être transféré dans la région nord-est d’Avignon, vers la place des Trois-Pilat38. L’hôpital Saint-Jacques est situé en 1366 dans la maison suivante.

25– Maison vendue, ou échangée par Guillelmo Berardi, au prix de 360 fl. et 24 s., le 29 avril 1366, située contre l’hôtel de Rascas. Le texte indique « in quo hospitio hospitale s. Jacobi propre palatium Avinionem mutatum est ratione viridarii novi contigui dicto palatio, quodquidem hospitium situatum est propre domum quodam domini Bernardi Rascasii... » (Intr. et Exit. 318, f.86, 29 avril 1366, et Schäfer, p. 163).

  • 39 R. André-Michel, cit.n. 4, p.27-28 : « Anno 1366... die XXII mensis marcii... Juliane, filie nobil (...)

26– Enfin, nous relevons la vente par Raymond de Remisato pour sa fille Juliane, d’une autre maison voisine de celle de Rascas, le 22 mars (pro utilitate, necessitate et aucmentacione palacii apostolici seu viridarii), qui est située39 sur la rue du Four des Chanoines, à coté du Palais, et jouxte l’ancien jardin du Palais vers son centre. Elle recouvre l’emplacement des futurs vergers, car il est autrement impossible qu’une maison ait pu s’accoler aux vieux jardins.

Figure 3.
A) Le quartier du palais des Papes sous Grégoire XI (vers 1370 B et C) Détail du découpage parcellaire aux abords de la tour de Trouillas, d’après G. Colombe (B), et selon D. Carru (C)

27Au terme de cette longue énumération d’acquisitions foncières, qu’il convenait toutefois d’évoquer pour comprendre l’origine et la mise en place des jardins, les informations indirectes qu’elle apporte à notre propos peuvent être résumées. En effet, pour beaucoup, la forme, les dimensions, le lieu et la genèse de ces jardins conditionnent leur utilisation et leur fonction futures. Ainsi, la présence d’un vivier dans un quartier excentré de la ville, explique sans doute l’absence d’un bassin (dont on aurait pu attendre l’existence dans un jardin d’agrément), le transfert des écuries, au milieu du XIVe siècle, libère un espace réservé aux communs et permet l’extension des jardins, la mise en place d’une machine à extraire l’eau (noria) accroît les possibilités d’arrosage et modifie sans doute la nature du couvert végétal, etc... On pourrait multiplier les exemples du déterminisme induit par la topographie du terrain et de ses contraintes, sur la vocation de ces espaces.

28L’un des effets les plus évidents du rapport existant entre la constitution des jardins et leur dévolution, s’observe dans le jardin de Benoît XII. Que l’on imagine cette étroite terrasse, appuyée sur le rocher et ne bénéficiant que d’un seul point d’eau, placée à l’ombre de l’imposante façade orientale du Palais, entourée d’une haute muraille défensive, elle-même couronnée d’une galerie en surplomb, et où, de surcroît, l’on ne peut accéder que par une petite porte ou par des escaliers de bois, et l’on comprendra aisément que cet espace, dans la première moitié du XIVe siècle, ne puisse se prêter à la luxuriance ou à l’abondance des plantations. L’incommodité et l’étroitesse des lieux peuvent expliquer que d‘autres jardins d’agrément, plus grands et plus facilement aménageables, soient créés dans les villégiatures pontificales extérieures à Avignon, notamment à Pont de Sorgues (où s’installe la ménagerie durant le second tiers du XIVe siècle). On sait que les mêmes raisons incitent les cardinaux à bâtir des résidences « de campagne » à Villeneuve et autour d’Avignon, où l’espace permet de donner libre cours à la création de palais, mieux que dans les livrées qui leur ont été assignées dans la vieille ville, dans un environnement naturel plus digne de leur rang.

  • 40 La maison du Four du Chapitre, qui a donné son nom à la rue, était située au nord de la voie, en f (...)

29Il ressort surtout de cet inventaire que, dans la mesure où cela est clairement spécifié, tous les achats d’Urbain V concernent les propriétés situées à l’ouest de la rue du Four des Chanoines40 ou de Trouillas. Aucune préemption ne s’effectue à l’orient de cette même rue. Il est très probable que la clôture des vergers ait été fondée sur l’alignement des façades occidentales qui bordaient cette rue, dont les ruptures d’angle peuvent être encore perçues, et peuvent témoigner du passage des anciennes traverses. En d’autres termes, le plan de ces vergers résulte de contraintes foncières et du réseau préexistant de voirie, et ne correspond pas à un programme réfléchi et idéal qu’auraient pu envisager les architectes pontificaux.

Les dépendances fonctionnelles du palais des Papes

30Cette rapide présentation vise à emprunter un autre aspect des rapports entretenus par le Palais des Papes et la ville qui l’entoure. Nous souhaiterions dresser ici une liste des bâtiments, services, communs et dépendances, disséminés dans la cité, et sans lesquels le fonctionnement du Palais n’aurait pu être assuré efficacement. En effet nous semble-il, l’attention s’est largement portée et à juste titre sur le caractère architectural admirable de la demeure pontificale, et ses historiens, par leurs monographies ou leurs articles d’érudition, ont concentré 1 essentiel de leurs recherches sur le monument. Le palais peut donc apparaître comme un ensemble, de surcroît isolé ou indépendant. De fait, la résidence pontificale ne comprend pas l’ensemble des services nécessaires à son fonctionnement administratif et matériel, et son isolement dans la ville, accentué en 1403 par la création de la place qui jusqu’alors bordait sa façade ouest, doit donc être relativisé.

31Le Palais accueille certes les éléments essentiels au séjour du pape (logement, cuisine, cellier, bûcher), à son sacerdoce (chapelles, bibliothèque), au fonctionnement central de sa cour (espaces de réception : salles d’audience, consistoire et Tinel, trésor etc..), et à l’accueil de ses plus proches familiers (camériers, secrétaires, « grands dignitaires »). Toutefois, aussi vaste soit-il, deux types de services ne purent trouver place à l’intérieur du palais. 11 s’agit d’une part d’aménagements assurant l’approvisionnement ou le stockage du ravitaillement, et d’autre part de locaux à vocation « administrative ». La répartition géographique de ces dépendances dans la ville appelle un commentaire, dans la mesure où elle ne parait pas fortuite (fig-4).

32Dans le premier groupe d’annexes se placent trois établissements liés au fonctionnement quotidien et matériel du palais. Nous avons précédemment évoqué les écuries, qui originellement prirent place près des jardins, mais qui faute de place et par commodité furent transférées avant 1356 à leur emplacement définitif, rue Palapharnerie. Cette séparation n’est à vrai dire pas surprenante, et paraît fréquente pour les livrées cardinalices comme pour les plus grandes maisons du centre ville. Ainsi, le terrier

Figure 4. Plan d’Avignon, localisation des services annexes du palais des Papes.

  • 41 Des dépenses apparaissent dans les comptes de la commune en 1376, en raison de la création du foss (...)
  • 42 Par exemple R. André-Michel, cit. n.4, p.16 qui mentionne explicitement le vivier des Miracles en  (...)

33d’Anglic Grimoard montre qu’en 1366-1368, le quartier périphérique de l’Estel, près de Notre-dame des Miracles, qui est encore faiblement urbanisé, compte de nombreuses granges et écuries, ainsi que des magasins annexes de commerçants (lieux de stockage). Les communs, dont les écuries, paraissent donc souvent rejetés sur le pourtour de la ville, où l’espace est plus accessible. Le vivier du pape est également situé au quartier de l’Estel, au sud ouest de l’agglomération. Cette réserve, qui alimente une consommation importante de poissons, est fréquemment citée dans les comptes communaux41 ou pontificaux42, car elle nécessite un entretien coûteux. Il en est notamment question après chaque inondation, lorsqu’il faut cureter les bassins et déblayer les conduites. Les greniers sont établis entre la rue du Limas et le Rhône, non loin des Fusteries, près des ports des Périers (débarcadère des pierres de taille) et des artisans du bois. Ces greniers, bien connus à nouveau par les importantes sommes consacrées aux approvisionnements en céréales, sont utilisés par le Palais, mais aussi par l’Aumône pour ses distributions à la population.

34Ces trois annexes se répartissent selon un choix d’implantation qui ne doit rien au hasard. Toutes les trois sont situées sur les berges du Rhône, et resteront, lors de la construction de l’enceinte, placées à proximité de portes ouvrant sur le fleuve. Ce lien de proximité conditionne de toute évidence les sites choisis pour des raisons utilitaires (alimentation en eau du vivier, qui pose d’ailleurs problème lors de l’édification du rempart, acheminement par bateau des denrées).

  • 43 P. André-Michel cit. n. 4, p.25, compte de la construction de cette aumône en 1319, peu de temps a (...)

35Le second groupe de services extérieurs au Palais, concerne des locaux administratifs qui sont tous placés dans le centre de la ville, avec une hiérarchie selon leur importance relative supposée. Au plus près de la demeure pontificale, se situe le palais du Maréchal de la cour, construit par les finances pontificales en 1345-1347 et qui accueille dans un espace restreint, avec le viguier, deux dignitaires exerçant les fonctions de police criminelle et correctionnelle. Non loin, un peu plus à l’est, mais encore à l’ombre du Palais, se situe l’un des services de la chancellerie apostolique : la maison du bullateur. Il s’agit ici, en quelque sorte, du secrétariat chargé d’authentifier les actes de l’administration pontificale et de sceller les documents émis. Dans un rayon plus éloigné, mentionnons sans exhaustivité les services pénitenciers (maison du Soudan, près de la Place de la Principale) et surtout de la Pignotte, qui constituent l’aumône pontificale et dont les bâtiments, encore une fois, ont été construit à la charge de la papauté43.

  • 44 P. Pansier, « Les sièges du Palais d’Avignon sous le pontificat de Benoît XIII », Annales d’Avigno (...)

36Sans développer plus avant ce thème, il apparaît donc qu’une dépendance s’établit entre le Palais, lieu central du pouvoir et de l’administration, et les succursales dispersées dans le tissu urbain en fonction de leur importance ou de leur activité (les bullateurs, selon la quantité d’actes scellés, peuvent consommer plusieurs tonnes de plomb par an). Ce lien peut s’apprécier dans les périodes de crise, en particulier lors des sièges du Palais en 1398 et 1401. En effet, consécutivement au schisme et à la soustraction d’obédience, le pape Benoît XIII se retrouve retranché dans son palais, ce qui, comme l’indique par exemple Paul Pansier, « le met dans l’impossibilité d’expédier les bulles qu’il fulmine contre ses ennemis, ou dont il gratifie ses amis44 » Au-delà de l’anecdote, il est clair qu’un choix, qu’imposait la faible superficie offerte au palais au cœur de la ville, a prévalu à cette dispersion de services, et qu’à nouveau des contraintes urbaines ont conditionné la nature et l’organisation du siège pontifical.

La position du palais des Papes dans Avignon

37Nous voudrions enfin attirer l’attention sur un constat, assez peu perçu dans l’historiographie locale avignonnaise, bien que très prégnant dans le paysage urbain et parfaitement assimilé par les habitants de cette ville : celui de la prééminence du palais sur la ville. Si l’on considère le plan de l’agglomération, le Palais des Papes n’occupe pas réellement le centre géométrique de la ville, ni même le point originel d’un développement radio concentrique. Ce point serait situé plutôt sur la partie sommitale du Rocher des Doms, au nord de ce relief et en surplomb du fleuve. Il convient donc de s’abstraire de cette vision en deux dimensions, celle d’un simple plan, pour y introduire une troisième notion, celle de l’élévation. Nous observons alors une certaine cohérence, voire une logique qui accompagne l’évolution des pouvoirs successifs dominant la ville (fig.5). Aux alentours du Xe siècle, la puissance impériale contrôle l’agglomération, placée dans le Comté de Provence, et c’est tout naturellement que le castrum est bâti au sommet du relief. Ce fort Saint-Martin, connu dans les anciens textes sous le nom de Palais Royal, reste d’extension limitée, et disparaîtra totalement au XVIIe siècle. Dès le XIIe siècle, les terrains qu’il occupait paraissent dépendre de la commune, et resteront ultérieurement libres de construction. A cette époque, l’évêque édifie une nouvelle cathédrale, légèrement en contrebas. Toutefois, le pouvoir épiscopal alors dominant érige un clocher-tour, sur le porche de l’église et placé en évidence sur les quartiers occidentaux, dont l’élévation dépasse nettement l’altitude des constructions carolingiennes antérieures. Au XIVe siècle, les papes établissent leur palais aux abords de cette cathédrale, sur les seuls terrains disponibles sur l’arrête du Rocher, et se gardent bien de favoriser le pouvoir épiscopal déclinant (le siège d’Avignon restera vacant un quart de siècle durant le XIVe siècle, alors que la cathédrale sera l’une des rares églises à ne pas être reconstruite). La tour nord-ouest du Palais des Papes nouvellement construite, qui est très proche du clocher cathédral, est conçue pour dépasser en hauteur celle-ci. Cette tour de « la Campane » constitue la marque matérielle et tangible de la domination pontificale sur la ville. Par la suite, ce jeu de position, qu’il ne faudrait toutefois pas exagérer, concerne également le nouvel évêché, puis archevêché en 1475, appelé Petit-Palais, qui est installé dans une livrée cardinalice située en contrebas du Palais pontifical, mais au-dessus de la ville. Dans une moindre mesure, cette conception graduée des pouvoirs s’applique aux sites successifs choisis pour le palais de la Commune, construit aux XII-XIIIe siècles sur le rocher mais sous la cité épiscopale, puis transféré au XVe siècle place de l’Horloge, à une altitude supérieure à celle de la ville, alors qu’il fut doté d’un beffroi surélevé tout à fait distinct.

Figure 5. Le paysage d’Avignon vu depuis l’ouest. Comparaison de l’élévation des bâtiments

38Les rapports entre la ville d’Avignon et le palais des Papes nous paraissent donc s’inscrire de façon complexe dans une relation marquée par des contraintes originelles d’ordre topographique, qui conditionnent le plan et l’extension du monument. Par la suite, et compte tenu de ces servitudes, le fonctionnement même du Palais pontifical suppose une distribution d’annexes disséminées de façon raisonnée dans l’agglomération. Enfin, il est clair que malgré tout, ce palais a été résolument conçu, par son élévation, pour marquer et affirmer sa puissance temporelle de la papauté sur la ville. Cette volonté ne se perçoit réellement qu’en appréhendant la volumétrie de ses bâtiments.

Notes

1 Je souhaite m’associer à la dédicace de cet ouvrage, honorant la mémoire, la profondeur humaine et l’ouverture d’esprit de Jean-Pierre Blanc, ancien conservateur du Palais des Papes. Je voudrais également témoigner ma gratitude envers Jacques Chiffoleau, professeur d’Histoire médiévale, pour son opiniâtreté à vouloir me faire commettre ces lignes, ainsi qu’à Esther Moench, conservateur du Petit-Palais, pour son accueil lors de la table ronde organisée à Avignon sur le thème du Palais et de la ville.

2 G. Mollat, Les papes d’Avignon, 1305-1378, Paris, 1949. Appendice bibliographique, p.541-572 (en particulier collections générales, pour la chambre apostolique p.554 et papauté, p.557).

3 B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon, 1309-1376. Etude d’une société, Paris, 1966, p.7-16.

4 Il s’agit des sources manuscrites des archives du Vatican, pour l’essentiel des registres dits du Vatican, dont les Introitus et exitus (recettes et dépenses de la chambre apostolique) et Instrumenta miscellanea sont les plus intéressants. Nul doute qu’un recensement exhaustif dans les Registra Avenionensia (no73, 198 et 262 pour le personnel) et les Collectoriae (no8, 387,449-450 et 456 pour l’entretien des jardins), ainsi que dans la bibliothèque vaticane, fournirait quelques renseignements complémentaires. Pour les publications courantes, voir : K. Schaëfer, Die Ausgaben der apostolischen Kammer, tome II (Jean XXII), III (Benoît XII à Innocent VI) et VI (Urbain V et Grégoire XI). Paderbom, 1910-1937 ; F. Ehrle, Historia bibliothecae pontificum turn Bonifatianae turn Avenionensis, Bibliothèque de l’Académie Historique et Judiciaire, vol. VII, Rome, 1890 ; R. André-Michel, Le Palais des Papes d’Avignon, Documents inédits (textes relatifs à la construction du Palais), Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 5e année, 1917-1918, p.1-124 et 1-42.

5 G. Colombe, « Canalisations de pierre et travaux de plomberie en 1352. Au Palais des Papes d’Avignon, nouvelles recherches critiques et archéologiques », Mémoires de l’Académie de Vaucluse, VIII, 1930, p.117-120.

6 S. Gagnière, « Les jardins et la ménagerie du Palais des Papes d’après les comptes de la Chambre apostolique. », Avignon au Moyen Age, textes et documents, Institut de recherche et d’Etudes du Bas Moyen Age avignonnais, Aubanel, 1988, p. 103-109.

7 L. Duhamel, « Les origines du Palais des Papes », Congrès Archéologique de France, XLIXe session, Avignon, 1882, Tours, 1883, p. 185-258.

8 E. Duprat, Cartulaire du Chapitre de Notre-Dame des Doms, I, 1060 à 1263, Avignon, Musée Calvet, 1932, p. 31 et 35. Pièce XXXII : donation de 1037 à l’infirmerie des maisons contiguës à l’église N-D des Doms du côté du couchant, Pièce XXX : donation au chapitre en 1059 d’une maison vers le rocher, devant la porte dite des « Chanoines », etc.

9 Sur la topographie de la cathédrale et des bâtiments voisins voir J. Biarne, Avignon. Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle. III. Province ecclésiastiques de Vienne et d’Arles, Paris, 1986, pl 13-119. Sur l’emplacement de l’aumônerie, G. Colombe, « Les bâtiments de l’ancienne aumône épiscopale sous Jean XXII et Benoit XII. Au Palais des Papes d’Avignon. Nouvelle recherches critiques et archéologiques », XII, Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 1932.

10 L Duhamel, L’origine du Palais..., cit. n. 7, p. 194-195 et pièce II (Bulle de Jean XXII pour l’agrandissement du Palais épiscopal, 13 décembre 1316, A. V. Archevêché, bull, f° 13 et 14). Tous les documents sur les achats réalisés par Jean XXII par la suite, entre 1318 et 1321, sont reproduits p. 233-241.

11 Sur l’origine de ce moulin communal, et plus généralement sur l’étymologie de Trouillas : F. Digonnet, Le palais des Papes d’Avignon, 1907, p.77. L’auteur songeait que le toponyme provenait d’un édifice ayant la forme d’un dôme (déformation de Trullus ou Trullum, que l’on retrouve au palais de la Trouille d’Arles) « appartenant au palais de l’évêque ou même à la résidence antérieure du gouverneur romain » ; A. Marcel, De quelques étymologies avignonnaises. Mémoires de l’Académie de Vaucluse, deuxième série, XVII, 1917, p. 171-174. Comme à son habitude, l’auteur fait preuve d’une grande imagination, et même de fantaisie, pour expliquer ce nom.

12 L. Duhamel, L’origine du palais..., cit., n.7, p. 207 : « La longue liste de ces actes, qu’on pourrait étendre encore, a, croyons-nous, une grande importance pour la connaissance exacte des origines du palais et pour celle des dépenses considérables que Jean XXII imposa au trésor pontifical. Il donnent, dans leur simplicité, non seulement le prix des immeubles et des vergers, mais ce qui est beaucoup plus précieux pour nous, la topographie exacte de ce palais épiscopal, dont il ne reste plus aujourd’hui que quelques pierres et surtout celle de l’emplacement sur lequel allaient s’élever les nouvelles constructions. Cette rue des Raynauds, ces maisons, ces vergers étaient évidemment situés sur la déclivités du rocher où s’éleva la partie méridionale du palais actuel. Il étaient au sud de l’église Saint-Etienne et de l’habitation épiscopale qui leur servait (sic) de limites. Le prix élevé que forme la totalité de ces achats prouve que tous ces terrains étaient couverts de tout un petit quartier, l’un des plus anciens d’Avignon et qui allait disparaître à jamais ».

13 On peut ajouter à l’inventaire dressé par Léon Duhamel : une vente du 2 octobre 1318, par Robert Langles, bedeau d’Avignon (bedellus Avinionensis) d’une maison utile à l’augmentation du palais épiscopal, sise en face du dit palais, au dessous de 1 escalier (subtus gradus), (A.V. G.8, f°78), une autre vente, assez tardive, du 2 mai 1323, d’une maison au lieu-dit « Alagrassa », confrontant d’une part les hoirs de Alphanti Sarralherii, d’autre part le verger de l’Aumône (A.V. G. 8, f°79), et enfin d’un cens assis sur deux autres maisons, acheté le 5 juin 1319.

14 A.V. Terrier du Chapitre d’Avignon, G. 536, f°77, n.329, 15 novembre 1364 : Bertrande de Néomis est propriétaire d’une maison placée au sud de la montée des escalier Saint-Anne, à l’ouest de la rue de Trouillas (rue disparue, cf infra Urbain V), à l’est de cette impasse. Une deuxième maison est située de l’autre côté de l’impasse, en face, et touche à l’ouest le bûcher du pape, (document fourni par Mme Anne-Marie Hayez).

15 R. André-Michel, Textes..., cit. n. 4, p. 14 : « le 14 mai 1318, solvi Giraudo Natali ad tirandum terram de viridario subtus consistorium", p. 15 : “le 9 juillet 1318, ad fondendum ospicia subtus roca consistorii novi.. et... ad destruendum ospicia que erant subtus rocam consistorii... », p.18 : « le 8 avril 1319,...pro planando rocam a parte orientis consistorii novi... ».

16 R. André-Michel, Textes..., cit. n. 4, p. 37, « le 19 mars 1330,... hominibus qui foderunt viridarium de Trolacio et replantaverunt arbores qui erantjuxtaparietes,...pro reparando viridarium de Trolacio et pro seralhis, clavibus et aliis ferramenti positis in dicto palacio...pro duabus ferraturis pro puteo de Trulacio ».

17 R. André-Michel, Textes..., cit. n. 4, p. 39 : « le 1er décembre 1330,... pro manobris, qui projecerunt terram que erat juxta stabula in pede turris magne et ponendo distam terram tam in viridario quam in platea animalium brutorum... ».

18 K. Shäfer, cit. n. 4, II, p. 52-53. 25 janvier 1336 : pro hospitio empio per me (thesaurarium) de mandato pape oretenus ( ?) mihi facto pro palatio Apost. Avin. ampliando a Pondo Suffredi de Avin... 60fl. Et surtout 20 février 1336 : pro 2 hospitiisper me emptis... ab Helia de Bufonos serviente armorium pape. 1025 fl. En 1344 et 1347 Helioti de Bufenos habite près de la grande tour, et est à nouveau contraint à quitter sa maison.

19 F. Ehrle, cit. n. 4, p. 683-685 et note 543. Cette liste figure dans les registres d’Avignon du Vatican, Collectoriae, no50, vol. 2 sous le titre Note instrumentorum possessionum emptarum pro palatio apostolico ampliando in civitate Avinionensi... Le fait qu’apparaissent des personnages comme Alfanti Serralherii et deux autres individus portant le patronyme de Raynaud, déjà cités lors des acquisitions de 1318, ne prouve pas que ces dernières aient été faites au même emplacement, c’est à dire au sud du Palais épiscopal. S’il ne s’agit pas d’homonymie, ces familles ont très bien pu être relogées à proximité. D’autre part, Jean XXII n’a acheté que le verger des Raynaud, celui-ci pouvant être placé en contrebas de leur maison, qui est effectivement en 1344 sur l’arrête rocheuse.

20 K. Schäfer, cit.n.4, II, p.356. 3 décembre 1347 : Iohani Engilberti, penitentiariopape, pro hospitio sito Avin. propre magnani turrim palatii Apost. de Trolhasio... et 24 décembre : Mag. Petro Poiati de Villa Nova propre S. Andream dioc. Avin. pro quadam platea ab eo empia juxta palafrenarium pape, 10 fl.

21 G. Colombe, « Le Bûcher, la roue qui monte le bois. Au Palais des Papes d’Avignon. Recherches critiques et archéologiques ». XXIII, Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 1922, p. 11. « un bâtiment de 32 mètres de long, de 18,5 m de large et de 13 m de haut est bâti, en 1348, pour entreposer du foin et de la paille et, qui plus est, pour loger des chevaux ».

22 K. Schàfer, cit.n.4, II, p.694. 30 avril 1358 : achat à Stephano Martini, d’une maison paroisse Saint-Pierre qui touche la maison de Philippe de someyra et la rue Peyrolerie et « alia cum correria nova publica, que est inter capellam novam palacii et hospicium marescalli, quod quidem hospitium a dicto Stephano emptum fuit et dirruptum pro dicta carreria nova facienda. 120 fl. ».

23 Outre les comptes placés en annexe (intr. et exit. no 180 et 181), on trouvera, publiés par Robert André-Michel (instr. miceli, mars 1366) et Karl Schäfer (intr. et Exit, mars 1366), quelques textes relatifs à ces acquisitions. Pour les premières années du pontificat d’Urbain V, ces données peuvent être recoupées par les terriers de l’évêché (cf note suivante) et surtout du Chapitre de Notre-Dame-des-Doms (Arch. Vaucl. G. 536, documents aimablement fournis et transcrit par Madame A.-M. Hayez).

24 A.-M. Hayez, « Le terrier avignonnais de l’évêque Anglic Grimoard (1366-1368) », (Collection de documents inédits sur l’Histoire de France, section d’Histoire médiévale et de philologie), Paris, CTHS, vol. 21, 1993, p.56-57. Reconnaissances de deux maisons situées « in parrochia Sancii Simphoriani, subtus viridadium palata domini nostri pape, carreria publica in medio, propre majorem tuerrem ipsius palatii vulgariter appellatam Trulhas... »

25 P. Pansier, Dictionnaire des anciennes rues d’Avignon, Roumanille, 1930, p. 125 : il y avait autrefois une ruelle dite des Lices ou des Fausses Brayes du palais apostolique, ou encore rue du Trouillas. Selon les textes cités par l’auteur, des années 1564, 1693 et 1744, la rue semble disparue à l’époque moderne.

26 G. Colombe, « Les constructions et réparations de François de Clérmont-Lodève. Au Palais des Papes d’Avignon. Recherches critiques et archéologiques », XXII, Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 1922, pièces VII et VIII, p. 30-31.

27 G. Colombe, Le bûcher... cit. n. 21, p. 13-14. La rue de Trouillas est encore citée comme confront de maisons touchant également le bûcher, le verger et l’escalier.

28 Je remercie Madame A.-M. Hayez, qui a bien voulu revoir et vérifier ces différentes mentions.

29 Intr. et Exit. 307, f.85. 31 août 1364 : « item pro quodam hospitio empto a Johanne de Forgia, porterio porte ferree palatii, VC flor. »

30 A.-M. Hayez, Terrier d’Anglic Grimoard..., cit., n. 24, p. 56-57, no81. En 1367 Jean de Forgia, qui est huissier de la seconde porte du Palais, habite alors une maison touchant l’Hôpital Petit et voisine de celle de Jean de Aquis, dont le nom apparaît également dans les acquisitions d’Urbain V. Cette maison est située dans l’îlot compris entre la rue Migrenier et la rue Banasterie. L’année précédente, cette maison est décrite dans le terrier du chapitre (A.V. G, 536, f.80, n.344), elle est bordée au sud par la traverse de Trouillas, à l’est par la rue Banasterie (correria juxta cancellum domini cardinalis Vabrensis) au nord par l’Hôpital-Petit.

31 Intr. et Exit. 307, f.86. 30 septembre 1364 : « Item dicto magistro (Johanni coopertori domorum) et IV servitoribus qui discopierunt domum que empia fuit a Johannede Fargia... »

32 On retrouve des mentions de ces achats à B. Rascas en décembrel365 (instr. Misceli. 2436, f. 1-3), le 13 mars 1366 (instr. misceli. 2440, André-Michel, p. 27) et le 18 mars de cette même année (Schâfer p. 162, Intr. et Exit. 316, f.95 : « D. Bernardo Lascacii (sic), baccalario in legibus de Avin., pro hospitio per eum camere vendite pro viridario novo faciendo iuxta palacium Avin, quod hospicium erat contiguum propre palacim, 170 fl. 20 s. ». Bien que les sommes ne coïncident pas exactement, il semble qu’il s’agit de la même série d’acquisitions.

33 P. Pansier, « Histoire des religieux de la Trinité à Avignon (1354-1789) », Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 8e année, 1922, p. 3-148. Le grand Bernard Rascas, fondateur de l’Hôpital Sainte-Marthe, par autorisation d’innocent VI le 29 juin 1354 et par donation du 10 septembre 1354, est mort le 14 septembre 1365. Il ne peut donc avoir assisté, comme le spécifie le texte, à la vente du 22 décembre 1365. Il s’agit probablement d’un neveu ou d’un cousin.

34 La maison de l’auditeur (juge de la cour judiciaire de la chambre apostolique) qui est mentionnée ici, peut-elle être confondue avec celle étudiée par Paul Pansier, située rue du Chapeau-Rouge ? Il semble que non, car cette dernière maison, placée dans la paroisse Saint-Pierre, n’est attestée qu’en 1384. En 1415 elle se confond avec la Vice-Gérence et jouxte le lieu où se tiennent les audiences (cf. P. Pansier, La tour de l’Officialité et la tour de l’Auditeur. Notes de topographie avignonnaise. Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 6e année, 1919, II, p. 126, note 3 et p. 144-145, pièce V. Sur l’auditeur : B. Guillemain, La cour pontificale..., cit.n.3, p.291-293 et G. Mollat, « Contribution à l’Histoire de l’administration judiciaire de l’Eglise Romaine au XIVe siècle », Revue d’Histoire Ecclésiastique, T. 32, 1936, p. 877-928.

35 K. Schäfer, Die Ausgaben..., cit.n.4, p. 131. Intr. et Exit, 308, f. 155, août 1365 : « 200 fl. de camera solutis pro 2 hospitiis emptis pro viridario faciendo iuxta palafrenariam antiquam. »

36 « Hospitium Jacobi Suffredi qd. seu Antoneti ejus filii, quod erat situm un parroch. S. Symph. confr. cum hospit. Guill. de Thoro qd. quod nunc erat mag. Bernardi Rascatuii, vid. a parte orient, et a parte occident, cum Hospitio Pontii de Palade et cum hospitali S. Jacobi et a meridie cum hospitio dom. episc ; Convenarum, carreria publi. intermedia, et d’a. cum muro viridarii dicti palatii apost ». Texte fourni par Anne-Marie Hayez. L’extrait publié par Schäfer indique : « Pro hospicio d. pape vendite... palacio avin. et in viridario novo juxta palacium facto confrontato... ».

37 P. Pansier, « Les anciens hôpitaux d’Avignon », Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 15e année, 1929, p. 70-71.

38 Texte de 1365 fourni par A.-M. Hayez : « Venditio facta per Guillermum Beraldi, domicela, de quodam hospitio ubi nunc fit hospitale, scito infra parrochiam S. Simphoriani in correria Trium Pilarium... ». Son histoire peut être suivie jusqu’en 1459, losqu’il fut réuni à l’Hôpital de N-D de Nazareth. Il était alors en ruine et ne possédait plus de rente. Cf. P. Pansier, « Les oeuvres charitables d’Avignon en 1433 », Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, Ie année, 1912, p.230.

39 R. André-Michel, cit.n. 4, p.27-28 : « Anno 1366... die XXII mensis marcii... Juliane, filie nobilis viri domini Bertrandi Pianterii... vendidit camerario... in parrochia Sancii Simphoriani, in correria dicta ad Furnum Canonice, propre dictum palacium, quorum unum confrontabatur ad una parte cum quodam hospicio domini Bernardi Rascacii, nunc diruto, et pro dicto palacio seu viridario ampliando empio, et ab alia parte cum dicto palacio apostolico, viridario antiquo ejusdem palateli in medio, et ab alia parte cum dicta correria publica, et ab alia parte cum dicto alio hospicio dicte Juliane... ».

40 La maison du Four du Chapitre, qui a donné son nom à la rue, était située au nord de la voie, en face de la maison de Trouillas, pratiquement à hauteur de l’intersection avec la montée des escaliers Sainte-Anne. Le terrier du chapitre (A.V. G, 536, f.77, no327) donne la reconnaissance suivante : 18 octobre 1364, Douceline, fille de Jean d’Entraigues « recognovit se tenere quoddam hospitium suum cum fumo canonicorum et quodam plano juxta hospitim, situm in carreria Truhatii... ».

41 Des dépenses apparaissent dans les comptes de la commune en 1376, en raison de la création du fossé du rempart, qui rend difficile l’arrivée d’eau courante : P. Pansier, Annales avignonnaises de 1370 à 1392. Annales d’Avignon et du comtat Venaissin, 1914 p. 28-28.

42 Par exemple R. André-Michel, cit. n.4, p.16 qui mentionne explicitement le vivier des Miracles en 1360, ou p. 42 qui relate en 1377 les destructions de murs qui entourent ce vivier.

43 P. André-Michel cit. n. 4, p.25, compte de la construction de cette aumône en 1319, peu de temps après l’accession au pontificat de Jean XXII.

44 P. Pansier, « Les sièges du Palais d’Avignon sous le pontificat de Benoît XIII », Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 1923, p. 11-12.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Plan du palais des papes d’Avignon et localisation des jardins
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19339/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Légende Figure 2. Le quartier du palais des Papes :A) Lors de l’arrivée de Clément V (vers 1310)B) Sous Clément VI (vers 1340)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19339/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Figure 3.A) Le quartier du palais des Papes sous Grégoire XI (vers 1370 B et C) Détail du découpage parcellaire aux abords de la tour de Trouillas, d’après G. Colombe (B), et selon D. Carru (C)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19339/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Figure 4. Plan d’Avignon, localisation des services annexes du palais des Papes.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19339/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende Figure 5. Le paysage d’Avignon vu depuis l’ouest. Comparaison de l’élévation des bâtiments
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19339/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 267k

Auteur

Archéologue départemental de Vaucluse

© Presses universitaires de Lyon, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search